mercredi 4 mars 2015

Bienheureux ZOLTAN LUDVIK MESZLENYI, évêque et martyr

Bienheureux Zoltan Ludvik Meszlènyi, évêque et martyr

Zoltan Ludvik Meszlènyi, évêque hongrois, fut emprisonné dans une cellule, sous le régime communiste soviétique, fenêtre ouverte jour et nuit même en hiver et plusieurs fois torturé, sur les ordres du dictateur stalinien hongrois Matyas Rakosi pour avoir pris la tête de l'église catholique hongroise après l'emprisonnement de son prédécesseur, Joseph Mindszenty, un farouche opposant au régime en place. Il serait mort le 4 mars 1951 ou le 11 janvier 1953 à Kistárcsa. Ses restes furent enterrés en secret en 1966 dans la cathédrale d'Esztergom.


Bienheureux Zoltan Ludvik Meszlènyi

évêque hongrois et martyr ( 1951)

Zoltan Ludvik Meszlènyi, évêque hongrois, tué en haine de la foi à Kistárcsa, sous le régime communiste soviétique, en 1951, a été béatifié le 31 octobre 2009 en la cathédrale d'Esztergom (Hongrie).

Emprisonné dans une cellule, fenêtre ouverte jour et nuit même en hiver et plusieurs fois torturé, il serait mort le 4 mars 1951 ou le 11 janvier 1953.

"Il est le premier religieux victime des persécutions staliniennes a être béatifié", a déclaré le cardinal Peter Erdo dans la cathédrale d'Esztergom, le siège de l'église catholique hongroise. 

Zoltan Meszlenyi avait été emprisonné et torturé à mort en 1951 sur les ordres du dictateur stalinien hongrois Matyas Rakosi pour avoir pris la tête de l'église catholique hongroise après l'emprisonnement de son prédécesseur, Joseph Mindszenty, un farouche opposant au régime en place. La mort de Zoltan Meszlenyi avait été annoncée trois ans plus tard, et ses cendres ont été enterrées en secret en 1966 dans la cathédrale d'Esztergom. Zoltan Meszlenyi, dont la béatification a été approuvée par le pape Benoît XVI en juillet 2009, est le 28e citoyen hongrois à être béatifié.


Voir aussi: le site de l'Eglise catholique en Hongrie (en hongrois) et sa biographie (en anglais)


Béatification d'un ancien évêque hongrois victime du communisme

Zoltan Meszlenyi, un évêque hongrois mort sous la torture du régime communiste en 1951, a été béatifié samedi, devenant ainsi le premier prêtre hongrois victime du stalinisme à recevoir cet honneur, a annoncé à Budapest le cardinal Peter Erdo. 

"Il est le premier religieux victime des persécutions staliniennes a être béatifié", a déclaré le cardinal dans la cathédrale d'Esztergom, le siège de l'église catholique hongroise. 

Zoltan Meszlenyi avait été emprisonné et torturé à mort en 1951 sur les ordres du dictateur stalinien hongrois Matyas Rakosi pour avoir pris la tête de l'église catholique hongroise après l'emprisonnement de son prédécesseur, Joseph Mindszenty, un farouche opposant au régime en place. 

La mort de Zoltan Meszlenyi avait été annoncée trois ans plus tard, et ses cendres ont été enterrées en secret en 1966 dans la cathédrale d'Esztergom. Zoltan Meszlenyi, dont la béatification a été approuvée par le pape Benoit XVI en juillet dernier, est le 28ème citoyen hongrois à être béatifié. 
Le nom de Joseph Mindszenty figure aussi une une liste de Hongrois qui attendent que leur béatification soit approuvée par le pape



Huit martyrs des tragédies du XXe siècle bientôt béatifiés :

Le 7 juillet 2009

Six Espagnols, victimes de la guerre civile, un prêtre allemand, victime du nazisme, et un évêque hongrois, tué sous le régime communiste seront bientôt déclarés « martyrs ». 

Le pape Benoît XVI vient d’approuver la publication de quatre décrets de la congrégation pour les causes des saints reconnaissant qu’ils ont été tués en haine de la foi, et sont ainsi morts martyrs. 

Ces décrets concernent : le Père José Samsó i Elías, espagnol, victime de la persécution anti-catholique qui a accompagné la guerre civile, tué en 1936. Le Père Teófilo Fernández de Legaria Goñi, dans le siècle Benjamín, tué dans les mêmes circonstances, ainsi que ses quatre compagnons de la Congrégation des Sacrés Coeurs, également tués en haine de la foi en 1936.  

Un décret reconnaît le martyre de Georg Häfner, prêtre allemand, mort le 20 août 1942 dans le camp de concentration de Dachau, où il a été tué en haine de la foi. Il avait toujours refusé le salut hitlérien et avait pour cela été repéré par la Gestapo. Mais l’origine de son arrestation est d’avoir apporté les derniers sacrements à un membre du parti nazi et de l’avoir reconduit à Dieu et à l’Eglise catholique, avant sa mort, et d’en avoir raconté l’exemple à ses paroissiens, en chaire, le dimanche suivant. 

Le quatrième décret reconnaît le martyre d’un évêque hongrois, Zoltan Ludvik Meszlènyi, tué en haine de la foi à Kistárcsa, sous le régime communiste soviétique, en 1951.