samedi 21 mars 2015

Saint SÉRAPION le Scolastique, de THMUIS, anachorète, évêque et confesseur

Saint Sérapion le Scolastique

Anachorète et évêque

Fête le 21 mars

† apr. 362

Autre graphie : Sérapion le Scolastique ou Sérapion de Thmuis

Surnommé « le Scholastique » à cause de son grand savoir, il quitta Alexandrie pour se retirer dans le désert, où saint Antoine le Grand le prit en amitié. Par la suite il fut appelé au siège épiscopal de Tmuis ou Thmuis, en Basse-Égypte (auj. Tell Timai, près d’El-Mansura), et il se distingua par sa ferme opposition aux hérésies.

L’empereur Constance, partisan des ariens, le bannit. Divers ouvrages de lui nous sont parvenus ; le plus important, l’« Euchologe », est un traité de liturgie. En Égypte, saint Sérapion, évêque de Thmuis, est l’un des plus précieux témoins de la liturgie égyptienne au IVe siècle.

SOURCE : http://www.martyretsaint.com/serapion-le-scolastique/

Sérapion de Thmuis : Lettre sur la mort d’Antoine

Voici une lettre de l’évêque Sérapion de Thmuis, l’un des plus proches disciples de saint Antoine du désert († 356), à propos de la mort de son maître en qui l’Église reconnaître le père de la vie monastique. Nous donnons ici la version arménienne de cette lettre. Il en existe une version syriaque publiée dans l’ouvrage paru aux éditions de l’abbaye de Bellefontaine (voir ci-dessous).
[Lettre] du saint Père Sérapion aux disciples de saint Antoine, Macaire et Amatas.

Le monde a perdu un grand intercesseur, les cieux ont reçu un grand homme. Celui d’en haut a reçu celui qu’il cherchait, celui d’en bas a perdu celui qu’il possédait. Son départ en haut cause aujourd’hui une fête pour ceux d’en haut, mais son décès de nous (cause) grande perte et affliction pour nous qui sommes restés en bas.

Saint Antoine

© : Bnf. Ms éthiopien d’Abbadie 111, fol. 37v, Saint Antoine.

Voyez donc, frères, aussitôt que le vieillard est parti d’auprès de nous, lui qui intercédait pour l’univers, le bienheureux Antoine, voici que tout à la fois sont tombés et affligés tous les éléments ensemble, et la colère de Dieu survenue dévaste d’abord l’Égypte.

Voici, son départ d’auprès de nous, nous a montré notre perte ; combien plus son élévation montrera-t-elle la joie advenue aux cieux.

Tant que le saint était sur terre, il parlait et causait, et étendait toujours ses mains saintes vers Dieu et, parlant avec lui, il resplendissait dans le Seigneur, et il ne permettait pas à la colère de descendre, et le saint, élevant ses pensées, empêchait la colère de Dieu de venir contre nous. Quand donc cette main se joignit et qu’il ne se trouva plus personne qui put empêcher la descente de la colère sur nous, alors soudain se déversant, elle afflige toute la région et veut tout détruire.

Aaron en effet, quand les châtiments commencèrent à se produire dans le peuple, pris l’encensoir et résista à la colère, la divisant entre les morts et les vivants ; il ne laissa pas mourir certains, ni ne permit à la colère de descendre. Il en garda certains vivants, quant à la mort, il la détourna. La colère de Dieu s’arrêta, respectant le juste. 

Le bienheureux vieillard Antoine, tant qu’il était avec nous sur terre, élevait continuellement le saint encensoir et, éteignant la colère, ne lui permettait pas de descendre vers nous.


Donc, tant que ce saint était avec nous, elle ne descendit plus ; tant que ce saint était avec nous, la colère était loin de nous. Quand le saint eut trépassé, la colère trouva de nouveau l’occasion de descendre vers nous, ne trouvant pas chez nous qui l’empêcherait.

Quelles larmes verserons-nous donc, quelles lamentations chanterons-nous, nous qui [nous trouvons] privés du saint merveilleux et thaumaturge et sommes devenus enveloppés de la colère, sans pouvoir y trouver remède ?

Maintenant donc, nous [avons recours à] vous, qui [devez prendre] son exemple, saints disciples du bienheureux qui devez imprimer en vous son enseignement. Or le disciple ne doit nullement se laisser abattre ni retrancher de la conduite des anciens et se laisser distancer par celui qui le dirige, mais il doit former en soi sans cesse la ressemblance de son maître par une ascèse empressée.

Vous qui avez vécu longtemps avec le saint, demeurant avec le témoin de Dieu, recevant ses paroles et l’ascèse de sa vie, je ne vous ignore pas maintenant, c’est pourquoi, [privés d’] un, nous en avons beaucoup avec nous ; [nous devons] donc trouver la puissance d’un seul en beaucoup. Je vous prie donc d’[être] beaucoup et, acqué[rant] une grande puissance, et puisque chacun de vous était un Antoine que, devenant encore [plus nombreux] qu’il nous [en provienne plus] de puissances, qu’elles fassent encore plus de profits.

Mais parce qu’il vous est difficile en lui ressemblant d’acquérir [sa] puissance, vous, quoique vous [soyez] beaucoup, montrez la puissance d’un seul, et ce qu’un seul faisait, faisons-le, nous qui sommes beaucoup, ce qu’il accomplissait, accomplissons-le ; car par ses saintes prières il rendait Dieu propice. Accomplissons la même chose, nous qui sommes beaucoup : par de bonnes œuvres et la pureté de nos âmes, rendons Dieu propice, et peut-être bien que toute la colère s’éloignera de nous, pour que désormais l’Église [ait] un peu de [répit].

Et maintenant, mes bien-aimés, je vous écris que les églises ont été détruites et que les blasphèmes [ont rempli] nos marchés, toute iniquité et malice se répandent dans les villes, l’impiété s’empare de nos âmes, les égarements des Ariens emplissent nos esprits ; impossible de se tourner ici ou là et d’abandonner les larmes. Car le [temple] de Dieu n’a pas [son] desservant et les Églises de Dieu sont privées d’un peuple nombreux, et maintenant les lieux sont désertés du peuple qui y venait ; le peuple s’est fait une sainte église des déserts, il a soigné sa douleur en changeant de lieu, il demeure au désert, de là il offre à Dieu sa prière. Mais les églises sont en pleurs, leurs murs émettent comme un cri, le lieu saint demeurant désert, comme s’il pleurait sur soi. Et nous, nous souffrons de dire ce qui est écrit : « Les chemins de Sion sont en deuil, car personne ne vient à sa fête » (Lm 1, 4).

Je vous écris donc cela, pour qu’en l’entendant vous vous refugiiez auprès de Dieu [et priiez]. Et [nous croyons] que Dieu se réconcilie, et il mettra vite un terme à ce qu’il a déclenché à cause de nos péchés, les menaces contre nous, pécheurs, faisant intercéder les prières des saints.

Sources : Lettres des Pères du désert, « Spiritualité orientale » 42, Abbaye de Bellefontaine, 1985, p. 153-157.

Sérapion de Thmuis : Une prière pour les malades

Cette prière pour les malades fait partie d’un eucologe, c’est-à-dire d’un recueil liturgique, attribué à Sérapion, un moine, disciple de saint Antoine, devenu évêque de Thmuis dans le delta du Nil en 339. Il est certain cependant que Sérapion n’est pas l’auteur de ce recueil. Les prières qui y sont rassemblées sont anciennes. Leur rédaction est à situer, au plus tard, au premier tiers du quatrième siècle.

Une prière pour les malades

Nous te prions toi le Maître et le Seigneur, 

Tu as a façonné le corps, créé l’âme et composé notre humanité. 
Tu diriges, tu conduis et tu sauves tout le genre humain ; 
Tu réconcilies et tu apaises, parce que tu aimes les hommes.

Sois favorable, Seigneur ! 

Secours et guéris tous les malades, 
Élimine les maladies, 
Relève les affligés.

Rends gloire à ton saint nom 

par ton Fils unique Jésus Christ, 
par qui te sont rendues 
la gloire et la puissance dans l’Esprit Saint, 
aujourd’hui et pour tous les siècles des siècles. 
Amen.


Source : F. X. Funk, Didascalia et Const. Apost., II, Paderborn 1905. Trad. L. Fritz.


Prière de Sérapion de Thmuis

Voici la Prière « Donne-nous l’Esprit-Saint » de Sérapion de Thmuis, Évêque de la ville de Thmuis en Egypte au IVème siècle en 339 et disciple de Saint Antoine (251-356).

La Prière de Sérapion de Thmuis « Donne-nous l’Esprit-Saint » :

« Il est digne et nécessaire de te louer, de te chanter, de te glorifier, Toi, Père incréé du Fils unique Jésus-Christ. Nous te louons, Dieu incréé, inscrutable, ineffable, incompréhensible à toute nature créée. Nous te louons, toi qui es connu par le Fils unique, toi qui par lui es annoncé, interprété, et manifesté à la nature créée. Nous te louons, toi qui connais le Fils, et révèles aux saints la gloire qui le concerne, toi qui es connu par le Verbe que tu as engendré, toi qui es révélé aux saints. Nous te louons, Père invisible, chorège de l’immortalité. Tu es la source de la vie, la source de la lumière, la source de toute grâce et de toute vérité. Ami des hommes, ami des pauvres, miséricordieux à tous, tu les attires tous à toi par la venue de ton Fils bien-aimé. Nous te prions, fais de nous des hommes vivants, donne-nous l’Esprit de lumière afin que nous te connaissions, toi, le véritable, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ. Donne-nous l’Esprit-Saint afin que nous puissions dire et raconter tes mystères ineffables. Que parle en nous le Seigneur Jésus, avec l’Esprit-Saint, qu’il te célèbre par nous. Car tu es au-dessus de toute principauté, puissance, force, seigneurie, au-dessus de tout nom prononcé, non seulement dans le siècle présent, mais dans le siècle à venir. Mille milliers et dix mille myriades d’anges, d'archanges, de trônes, de seigneuries, de principautés, de puissances sont près de toi, et surtout les deux séraphins très vénérables aux six ailes. Ils chantent ta sainteté, reçois notre acclamation avec la leur : Saint, Saint, Saint, le Seigneur Sabaoth ! Ciel et terre sont emplis de ta merveilleuse gloire ! Amen. » 

Sérapion de Thmuis - Évêque de Thmuis en 339


Voici la Prière « Seigneur Dieu, accorde à ton Église d’être vivante et pure » de Sérapion de Thmuis, Évêque de la ville de Thmuis en Egypte au IVème siècle en 339 et disciple de Saint Antoine (251-356).

La Prière de Sérapion de Thmuis « Seigneur Dieu, accorde à ton Église d’être vivante et pure » :

« Seigneur, Dieu des siècles, Dieu des êtres doués de raison, Dieu des âmes pures et de ceux qui t’invoquent dans la sincérité et la pureté ; au ciel Tu te manifestes et Tu te fais connaître aux esprits purs ; sur la terre, Tu es célébré par nos hymnes et Tu habites dans l’Église catholique ; les saints anges et les âmes pures te louent ; Tu as fait du ciel lui-même un chœur vivant pour glorifier et louer la vérité. Accorde à ton Église d’être vivante et pure, d’avoir les Vertus célestes et les saints anges à son service, afin qu’elle puisse te célébrer par ses chants dans la pureté. Nous te prions pour tous les membres de cette Église ; accorde à tous la réconciliation, le pardon et la rémission de tous les péchés ; donne-leur de ne plus pécher ; sois leur rempart, écarte toute tentation. Aie pitié des hommes, des femmes et des enfants ; manifeste-Toi à tous ; que ta connaissance soit écrite dans leur cœur, nous te le demandons, par ton Unique, Jésus-Christ, par lui te soient rendues gloire et puissance, maintenant et dans tous les siècles des siècles. Amen. » 

Sérapion de Thmuis - Évêque de Thmuis en 339



Serapion the Scholastic B (RM)

(also known as Serapion or Sarapion of Thmuis)

Died in Egypt c. 365-370. Serapion was an Egyptian monk of great erudition and a penetrating intellect. For a time, he ran the famous catechetical school of Alexandria, Egypt, but resigned in order to spend more time in prayer and penitential exercises. Thus, early in life he was a disciple of Saint Antony in the desert. He was also a good friend and supporter of Saint Athanasius, who tells us in his Life of Saint Antony that when Serapion visited Antony the latter often told the former events that were occurring at a distance in Egypt. Upon his death, Antony left Serapion one of his tunics of hair.

Following his consecration as bishop of Thmuis (near Diospolis) in the Nile delta, Serapion became a leading figure in ecclesiastical affairs. He was a vigorous opponent of Arianism (the Son is not consubstantial with the Father) and an avid supporter of Athanasius. For this stance, he was banished by Emperor Constantius and called a confessor by Saint Jerome. As soon as the blasphemy of Macedonianism arose, Serapion vigorously opposed this denial of the divinity of the Holy Spirit and informed Athanasius, who wrote against it in four letters addressed to Serapion, in 359, while Athanasius was hiding in the desert.

Serapion also wrote an excellent book against Manicheism in which he shows that our bodies may be made the instruments of good or evil depending upon the disposition of the heart, and that both just and wicked men are often changed to the other type. It is, therefore, a self-contradiction to pretend with the Manichees that our souls are the work of God, but our bodies of the devil, or the evil principle. He also wrote several learned letters, and a treatise on the titles of the Psalms, quoted by St. Jerome, but which are now lost.

Above all, Serapion has become the best known of the saints with this name because a sacramentary ascribed to him, called the Euchologion, was discovered and published in 1899. This collection of liturgical prayers, which has been translated into English, was intended primarily for the use of a bishop. It is valuable for the knowledge of early public worship in Egypt

At Serapion's request, Athanasius composed several of his works against the Arians. A letter addressed to him Concerning the death of Arius still exists. So great was Athanasius's opinion of Serapion that he desired him to correct or add to them anything that he thought was wanting. Socrates relates that Serapion gave an abstract of his own life--an abridged rule of Christian perfection--that he often repeated: "The mind is purified by spiritual knowledge (or by holy meditation and prayer), the spiritual passions of the soul by charity, and the irregular appetites by abstinence and penance." Serapion died in exile (Attwater, Attwater2, Benedictines, Encyclopedia, Husenbeth).

SOURCE : http://www.saintpatrickdc.org/ss/0321.shtml

March 21


St. Serapion, Bishop of Thmuis, in Egypt, Confessor


THE SURNAME of the Scholastic, which was given him, is a proof of the reputation which he acquired, by his penetrating genius, and by his extensive learning, both sacred and profane. He presided some time in the catechetical school of Alexandria, but, to apply himself more perfectly to the science of the saints, to which he had always consecrated himself, his studies, and his other actions, he retired into the desert, and became a bright light in the monastic state. St. Athanasius assures us in his life of St. Antony, that in the visits which Serapion paid to that illustrious patriarch, St. Antony often told on his mountain, things which passed in Egypt at a distance; and that at his death, he left him one of his tunics of hair. St. Serapion was drawn out of his retreat, to be placed in the episcopal see of Thmuis, a famous city of Lower Egypt, near Diospolis, to which Stephanus and Ptolemy give the title of a metropolis. The name in the Egyptian tongue signified a goat, which animal was anciently worshipped there, as St. Jerom informs us. St. Serapion was closely linked with St. Athanasius in the defence of the Catholic faith—for which he was banished by the Emperor Constantius; whence St. Jerom styles himself a confessor. Certain persons, who confessed God, the Son consubstantial to the Father, denied the divinity of the Holy Ghost. This error was no sooner broached, but our saint strenuously opposed it, and informed St. Athanasius of this new inconsistent blasphemy; and that zealous defender of the adorable mystery of the Trinity, the fundamental article of the Christian faith, wrote against this rising monster. The four letters which St. Athanasius wrote to Serapion, in 359, out of the desert, in which at that time he lay concealed, were the first express confutation of the Macedonian heresy that was published. St. Serapion ceased not to employ his labours to great advantage, against both the Arians and Macedonians. He also compiled an excellent book against the Manichees, in which he shows that our bodies may be made the instruments of good, and that our souls may be perverted by sin; that there is no creature of which a good use may not be made; and that both just and wicked men are often changed, the former by falling into sin, the latter by becoming virtuous. It is, therefore, a self-contradiction to pretend with the Manichees that our souls are the work of God, but our bodies of the devil, or the evil principle. 1 St. Serapion wrote several learned letters, and a treatise on the Titles of the Psalms, quoted by St. Jerom, which are now lost. At his request, St. Athanasius composed several of his works against the Arians; and so great was his opinion of our saint, that he desired him to correct, or add to them what he thought wanting. Socrates relates 2 that St. Serapion gave an abstract of his own life, and an abridged rule of Christian perfection in very few words, which he would often repeat, saying: “The mind is purified by spiritual knowledge, (or by holy meditation and prayer,) the spiritual passions of the soul by charity, and the irregular appetites by abstinence and penance.” This saint died in his banishment in the fourth age, and is commemorated on this day in the Roman Martyrology. See his works, those of St. Athanasius in several places, St. Jerom, Catal. c. 99. Socrates, l. 4. c. 23. Sozom. l. 4. c. 9. Photius, Cod. 85. Tillem. t. 8. Ceillier, t. 6. p. 36.

Note 1. A Latin translation of St. Serapion’s book against the Manichees, given by F. Turrianus the Jesuit, is published in the Bibliotheca Patrum, printed at Lyons, and in F. Canisius’s Lectiones Antiquæ, t. 5. part 1. p. 35. The learned James Basnage, who republished this work of Canisius, with curious additions and notes, has added the Greek text, t. 1. p. 37. 

Note 2. Socrat. Hist. l. 4. c. 23.

Rev. Alban Butler (1711–73).  Volume III: March. The Lives of the Saints.  1866.