jeudi 9 avril 2015

Bienheureux ANTOINE PAVONE (PAVONI), inquisiteur dominicain et martyr


Bienheureux Antoine Pavone, martyr
Né à Savigliano, dans le Piémont (1326), il entra chez les dominicains, dont il devint prieur dans sa ville natale. Plus tard il fut nommé inquisiteur général pour la Ligurie et le Piémont. Le dimanche de Quasimodo, en 1374, il prêcha si brillamment pour défendre la vérité contre l'erreur, que des hérétiques le massacrèrent à la sortie de l'église.

Bienheureux Antoine Pavoni

Inquisiteur dominicain, martyr ( 1374)

D'une noble famille piémontaise, il entre à quinze ans chez les dominicains. A trente-neuf ans, il est nommé inquisiteur général pour le Piémont et est envoyé pour convertir les hérétiques vaudois et réconforter la foi des catholiques. Furieux du succès de sa prédication, certains Vaudois décident de le supprimer. Il le sait, mais continue son œuvre. La veille de sa mort, il passe la nuit en prière, célèbre la messe et prêche le matin. A la sortie, sept personnes le poignardent.

À Bricherasio, près de Pignerol dans le Piémont, en 1374, le bienheureux Antoine Pavoni, prêtre de l’Ordre des Prêcheurs, qui, en sortant de l’église où il venait de prêcher contre les erreurs des Vaudois, fut frappé de plusieurs coups de couteau mortels.


Martyrologe romain

Bienheureux Antoine Pavoni

Martyr et Prédicateur Dominicain

Fête le 9 avril

Savigliano, prov. de Cuneo, Piémont, v. 1325 – † Bricherasio, Turin, 9 avril 1374

Béatifié le 4 décembre 1856 par le pape Pie IX

Autre mention : 3 février

Autre graphie : Antonio Pavoni

Successeur du bienheureux Pierre de Rufia, poignardé par les vaudois en 1365, le bienheureux Antoine Pavonio, subit le même sort en 1374.

Né à Savigliano dans le Piémont, il entra chez les dominicains, dont il devint prieur dans sa ville natale en 1368. Plus tard, le pape Urbain V le nomma inquisiteur-général pour la Ligurie et le Piémont, et particulièrement à Gênes, en 1360. Son apostolat dura quartorze années. Le dimanche de Quasimodo, en 1374, il prêcha à Bricherasio si vigoureusement contre les hérétiques que sept d’entre eux le poignardèrent à la sortie de l’église. Il fut enterré dans l’église dominicaine de Savigliano, qui devint un lieu de pèlerinage jusqu’en 1827, date où ses reliques furent transférées dans l’église dominicaine de Racconigi. Son culte fut confirmé en 1856 par le pape Pie IX (1846-78).



Bx Antonio (Antoine) Pavoni

Prêtre o.p. et martyr († 1374)


Antonio Pavoni naît a Savigliano (province de Coni dans la région Piémont, en Italie) en 1325, d'une noble famille.

Enfant pieux et intelligent, il entre à quinze ans chez les dominicains de Savigliano où il continue ses études.

Il est ordonné prêtre en 1351 et aussitôt s’engage dans le combat contre l’hérésie des Lombards (Vaudois). En 1364, le Bx Urbain V (Guillaume de Grimoald, 1362-1370) le nomme inquisiteur général pour la Lombardie, la Ligurie et le Piémont (il succède à Pierre Cambiani). Il exerce ce job difficile et dangereux pour un jeune prêtre, c’est même quasiment une sentence de mort. Sur un territoire comme le Piémont cette charge était très importante : dans les vallées alpines vivaient de nombreuses communautés hérétiques, et leurs rapports avec l’Église catholique étaient assez tendus. Pavoni pense pouvoir résoudre ces luttes avec seulement la parole et le zèle apostolique.

Il est nécessaire d’argumenter avec des hommes très instruits dans une hérésie subtile. Sa pauvreté de vie était un reproche aux hérétiques. Il vint parmi les pauvres et leur fit voir qu’il était l’un d’eux, ce qui déconfit tant les hérétiques, furieux du succès de sa prédication, qu’ils décidèrent de le tuer. Il le sait, mais continue son œuvre.

En 1368 il est élu prieur du couvent de Savigliano et fait construire un nouveau couvent, ce qu’il accomplit sans qu’on critique son luxe, critique que les hérétiques sont toujours soucieux de faire contre les constructions catholiques.

Le samedi après Pâques, veille de sa mort, il dit au barbier du village : « Fais-moi beau, car je dois sous peu aller à la noce ». Étonnement du barbier qui n’avait entendu parler d’aucun mariage dans les environs. Il passe la nuit en prière, le matin du 9 avril 1374 il célèbre la messe à Bricherasio, un village près de Turin, et prêche avec vigueur contre l’hérésie. À la sortie, sept hérétiques le poignardent. Sa sépulture à Savigliano fut un lieu de pèlerinage jusqu’en 1827 (divers miracles). Son corps est conservé dans l’église dominicaine de Racconigi (province de Coni).

Antonio Pavoni a été béatifié le 4 décembre 1856 par le Bx Pie IX (Giovanni Maria Mastai Ferretti, 1846-1878).



Source principale : docteurangelique.com/ (« Rév. x gpm »).     ©Evangelizo.org 2001-2015



Bienheureux Antonio Pavoni

(1326 ?-1374)



Né vers 1326, cet Italien était d'une noble famille piémontaise. Docile, obéissant, plein de goût et d'une grande facilité pour le travail intellectuel, d'un heureux caractère, il inspira les plus belles espérances. A quinze ans, il demanda et obtint son admission dans le couvent des dominicains de Savigliano. Ordonné dix ans plus tard, il parut à l'autel un ange de Dieu. De sa vie les historiens n'ont presque rien laissé : ils ont insisté seulement sur le fait de son martyre.

Devenu inquisiteur général du Piémont à 39 ans, nommé prieur de Savigliano en 1368, Antonio entreprit la construction d'un nouveau couvent. Envoyé comme apôtre pour la conversion des hérétiques, il commença cet office à Campiglione avec deux autres compagnons du 2 au 18 mars 1374. A Bricherasio, dans la région de Turin, il fit une réfutation claire, concise et forte de toutes les erreurs des Vaudois ; les bons catholiques sentirent renaître leur courage; mais les sectaires prirent la résolution de l'intimider par leurs menaces, et même de l'égorger sans pitié. Pavoni était prêt à tout : depuis longtemps il demandait à Dieu la grâce du martyre. Le Seigneur lui fit connaître les desseins des hérétiques, et même le jour et l'heure de son exécution. A partir de ce moment, l'intrépide religieux ne cessa de répéter le psaume Laetatus sum.1 Il continua son oeuvre sans se préoccuper des menaces.

Le samedi après Pâques, veille de sa mort, il entra tout joyeux chez un barbier de Bricherasio et lui dit : "Rasez-moi bien, car je vais à une noce. - Impossible, répliqua le barbier, s'il y avait une noce, je le saurais bien certainement, car toutes les nouvelles arrivent dans mon échoppe. -Croyez-moi, dit le bienheureux, je vous dis la vérité." Le lendemain 9 avril, dimanche in albis, après avoir passé la nuit en prière et s'être préparé à la messe, au sermon, à la mort, il monta à l'autel, commença le saint sacrifice, prêcha au milieu de la messe. Le sacrifice et l'action de grâces terminés, il sortit de l'église. Sur la place sept assassins se précipitèrent sur lui, et, en un instant, il fut frappé de plusieurs coups mortels ; une blessure sous l'oeil gauche, deux coups de poignard dans la poitrine, un coup d'épée sur l'épaule droite. Il tomba noyé dans son sang : les bourreaux s'acharnèrent sur son cadavre et le mirent en pièces. Le peuple n'osa pas s'opposer à ce meurtre.

Le corps d'Antonio, relevé par ses compagnons, fut transporté à Savigliano pour être déposé dans l'église de Saint-Dominique. Ce fut seulement le 23 avril qu'eut lieu l'inhumation. La tombe fut honorée de beaucoup de miracles. Un gentilhomme nommé Taparelli était en procès avec un homme puissant, et ne pouvait retrouver le parchemin nécessaire pour faire valoir ses droits ; après l'invocation de notre bienheureux, la pièce fut retrouvée. Ce fait et d'autres semblables ont porté les fidèles à invoquer Antonio pour retrouver les objets perdus.

Le pape Pie IX, en 1856, a daigné autoriser le culte de ce martyr chez les dominicains et dans les diocèses de Turin et de Pignerol. Actuellement, le Martyrologe Romain le commémore le 10 avril.


1 Le psaume 121 commence par ces mots : Je me suis réjouis de ce qu’on m’a dit “Nous irons dans la maison du Seigneur”.



Blessed Antony of Pavoni, OP M (AC)

Born in Savigliano, Italy, in 1326; died in Turino, Italy, in 1374; beatified in 1868. Antony was obviously martyred for the faith, yet it took more than 500 years before he was even beatified. He is still not canonized.


Antony grew up to be a pious, intelligent youth. At 15, he was received into the monastery of Savigliano, was ordained in 1351, and almost immediately was engaged in combatting the heresies of the Lombards.

Pope Urban V, in 1360, appointed him inquisitor-general of Lombardy and Genoa, making him one of the youngest men ever to hold that office. It was a difficult and dangerous job for a young priest of 34. Besides being practically a death sentence to any man who held the office, it carried with it the necessity of arguing with the men most learned in a twisted and subtle heresy.

Antony worked untiringly in his native city, and his apostolate lasted 14 years. During this time, he accomplished a great deal by his preaching, and even more by his example of Christian virtue. He was elected prior of Savigliano, in 1368, and given the task of building a new abbey. This he accomplished without any criticism of its luxury--a charge that heretics were always anxious to make against any Catholic builders.

The consistent poverty of Antony's life was a reproach to the heretics, who had always been able to gain ground with the poor by pointing out the wealth of religious houses. He went among the poor and let them see that he was one of them. This so discomfited the heretics that they decided they must kill him. He was preaching in a little village near Turin when they caught him.

The martyrdom occurred in the Easter octave. On the Saturday after Easter, he asked the barber to do a good job on his tonsure because he was going to a wedding. Puzzled, the barber complied. On the Sunday after Easter, as he finished preaching a vigorous sermon against heresy at Brichera, seven heretics fell upon him with their daggers, and he hurried off to the promised "wedding." He was buried in the Dominican church at Savigliano, where his tomb was a place of pilgrimage until 1827. At that time the relics were transferred to the Dominican church of Racconigi (Benedictines, Dorcy).
Oddly enough, this Dominican Antony takes after his Franciscan namesake. He is also invoked to find lost articles (Dorcy).

Blessed Antony of Pavoni

Profile

Known as a pious, intelligent youth. A Dominican, he was a monk at age 15, priest at 25. Pope Urban V appointed him inquisitor-general to fight heresies in Lombardy and Genoa, Italy in 1360; he was one of the youngest men to hold that office. A complex and difficult job, it was also a near death-sentence as it put him in constant conflict with heretics. His apostolate lasted 14 years. Preacher. Elected prior in Savigliano, Italy in 1368; he built their new abbey without criticism of its luxury, a charge heretics were always anxious to bring against Catholic builders. Great friend of the poor.

Antony’s preaching and his simple and unostentatious lifestyle so angered the heretics, who saw no character flaw they could use as a weapon, they decided that they must kill him. He was martyred on the Sunday after Easter; as he preached against heresy, seven heretics stabbed him.

Born

God of all truth, to promote the unity of the faith you gave Blessed Anthony a dauntless courage. Help us to follow in his footsteps and so obtain the object of our faith, our eternal salvation. We ask this through our Lord Jesus Christ, your Son, who lives and reigns with you and the Holy Spirit, one God, for ever and ever. - General Calendar of the Order of Preachers