mercredi 4 février 2015

Saint RABAN MAUR, évêque


Saint Raban Maur, évêque

Moine bénédictin, il fut étudiant sous la direction d'Alcuin à Tours et directeur de l'école de l'abbaye de Fulda, il devient successivement diacre, prieur, abbé, puis archevêque de Mayence. Reconnu pour sa grande charité, il nourrissait chaque jour un nombre incalculable de pauvres. Il mourut en 856 après avoir beaucoup produit en matière de théologie. Ses œuvres sont nombreuses et leur style concis, clair et simple.




BENOÎT XVI

AUDIENCE GÉNÉRALE

Mercredi 3 juin 2009

Raban Maure


Chers frères et sœurs,

Je voudrais aujourd'hui parler d'un personnage de l'occident latin vraiment extraordinaire:  le moine Raban Maure. Avec des hommes tels qu'Isidore de Séville, Bède le Vénérable, Ambroise Autpert, dont j'ai déjà parlé dans des catéchèses précédentes, il sut garder, pendant les siècles qui constituent ce qu'on appelle le Haut Moyen-âge, le contact avec la grande culture des antiques sages et des Pères chrétiens. Souvent rappelé comme "praeceptor Germaniae", Raban Maure fut d'une fécondité extraordinaire. Avec sa capacité de travail absolument exceptionnelle, il contribua peut-être plus que tout autre à garder vivante cette culture théologique, exégétique et spirituelle à laquelle les siècles suivants devaient puiser. C'est à lui que se réfèrent aussi bien des grands personnages appartenant au monde des moines comme Pier Damiani, Pierre le Vénérable et Bernard de Clairvaux, qu'également un nombre toujours plus important de "clercs" du clergé séculier, qui au cours du xii et du XIII siècles donnèrent vie à l'une des floraisons les plus belles et les plus fécondes de la pensée humaine.

Né à Mayence vers 780, Raban entra très jeune dans un monastère:  on lui ajouta le nom de Maure précisément en référence au jeune Maure qui, selon le Livre ii des Dialogues de saint Grégoire le Grand, avait été confié encore enfant par ses parents eux-mêmes, nobles romains, à l'abbé Benoît de Nursie. Cette insertion précoce de Raban comme "puer oblatus" dans le monde monastique bénédictin, et les fruits qu'il en tira pour sa propre croissance humaine, culturelle et spirituelle, permettraient à eux seuls une ouverture très intéressante non seulement sur la vie des moines et de l'Eglise, mais également sur toute la société de son temps, habituellement qualifiée de "carolingienne". De ceux-ci, ou peut-être de lui-même, Raban Maure écrit:  "Certains ont eu la chance d'être introduits dans la connaissance des Ecritures dès leur plus tendre enfance ("a cunabulis suis") et ont été tellement bien nourris par la nourriture qui leur a été offerte par la sainte Eglise qu'ils peuvent être promus, avec l'éducation appropriée, aux ordres sacrés les plus élevés" (PL 107, col 419 BC). 

La culture extraordinaire qui caractérisait Raban Maure le fit rapidement remarquer par les grands de son temps. Il devint le conseiller de princes. Il s'engagea pour garantir l'unité de l'empire et, à un niveau culturel plus large, il ne refusa jamais à celui qui l'interrogeait une réponse modérée, qu'il tirait préférablement de la Bible et des textes des saints Pères. Tout d'abord élu abbé du célèbre monastère de Fulda, ensuite archevêque de sa ville natale, Mayence, il ne cessa pas pour autant de poursuivre ses études, démontrant par l'exemple de sa vie que l'on peut être simultanément à la disposition des autres, sans se priver pour cela d'un temps approprié pour la réflexion, l'étude et la méditation. Ainsi, Raban Maure fut exégète, philosophe, poète, pasteur et homme de Dieu. Les diocèses de Fulda, Mayence, Limbourg et Wroclaw le vénèrent comme saint et bienheureux. Ses œuvres remplissent six volumes de la Patrologie latine de Migne. C'est à lui que l'on doit, selon toute probabilité, l'un des hymnes les plus beaux et connus de l'Eglise latine, le "Veni Creator Spiritus", synthèse extraordinaire de pneumatologie chrétienne. Le premier engagement théologique de Raban s'exprima, en effet, sous forme de poésie et eut comme thème le mystère de la Sainte Croix dans une œuvre intitulée "De laudibus Sanctae Crucis", conçue de manière telle qu'elle propose non seulement des contenus conceptuels, mais également des stimulations plus purement artistiques, utilisant aussi bien la forme poétique que la forme picturale à l'intérieur du même codex manuscrit. En proposant iconographiquement, entre les lignes de son écrit, l'image du Christ crucifié, il écrit par exemple:  "Voilà l'image du Sauveur qui, par la position de ses membres, rend sainte pour nous la très salubre, très douce et très aimée forme de la Croix, afin qu'en croyant en son nom et en obéissant à ses commandements nous puissions obtenir la vie éternelle grâce à sa Passion. Chaque fois que nous élevons le regard vers la Croix, rappelons-nous donc de celui qui souffrit pour nous, afin de nous arracher au pouvoir des ténèbres, en acceptant la mort pour faire de nous les héritiers de la vie éternelle" (Lib. 1, Fig. 1, PL 107 col 151 C).


Cette méthode d'allier tous les arts, l'esprit, le cœur et les sens, qui provenait de l'orient, devait recevoir un immense développement en occident, en parvenant à des sommets jamais atteints dans les codex enluminés de la Bible, ainsi que dans d'autres œuvres de foi et d'art qui fleurirent en Europe avant l'invention de l'imprimerie et même après. Celle-ci révèle en tous cas chez Raban Maure une conscience extraordinaire de la nécessité de faire participer dans l'expérience de la foi, non seulement l'esprit et le cœur, mais également les sens à travers les autres aspects du goût esthétique et de la sensibilité humaine qui conduisent l'homme à jouir de la vérité de toute leur personne, "esprit, âme et corps". Cela est important:  la foi n'est pas seulement pensée, mais elle touche tout notre être. Etant donné que Dieu s'est fait homme en chair et en os, qu'il est entré dans le monde sensible, nous devons, dans toutes les dimensions de notre être, chercher et rencontrer Dieu. Ainsi, la réalité de Dieu, à travers la foi, pénètre dans notre être et le transforme. Pour cela, Raban Maure a concentré son attention en particulier sur la liturgie, comme synthèse de toutes les dimensions de notre perception de la réalité. Cette intuition de Raban Maure le rend extraordinairement actuel. De lui sont restés également célèbres les "Carmina", proposés pour être utilisés en particulier dans les célébrations liturgiques. En effet, étant donné que Raban était avant tout un moine, son intérêt pour la célébration liturgique était évident. Toutefois, il ne se consacrait pas à l'art de la poésie comme une fin en soi, mais il orientait l'art et tout autre type de connaissance vers l'approfondissement de la Parole de Dieu. Il s'efforça donc, avec une assiduité et une rigueur extrêmes, d'introduire ses contemporains, mais surtout les ministres (évêques, prêtres et diacres), à la compréhension de la signification profondément théologique et spirituelle de tous les éléments de la célébration liturgique.

Il tenta ainsi de comprendre et de proposer aux autres les significations théologiques cachées dans les rites, en puisant à la Bible et à la tradition des Pères. Il n'hésitait pas à citer, par souci d'honnêteté mais également pour donner une importance plus grande à ses explications, les sources patristiques auxquelles il devait son savoir. Mais il se servait d'elles avec liberté et un discernement attentif, en approfondissant le développement de la pensée patristique. Par exemple, au terme de l'"Epistola prima", adressée à un "chorévêque" du diocèse de Mayence, après avoir répondu aux demandes d'éclaircissement sur le comportement à adopter dans l'exercice de la responsabilité pastorale, il poursuit:  "Nous t'avons écrit tout ceci de la façon dont nous l'avons déduit des Ecritures Saintes et des canons des Pères. Mais toi, très saint homme, prend tes décisions comme bon te semble, au cas par cas, en cherchant à modérer ton jugement de façon à garantir en tout la discrétion, car elle est la mère de toutes les vertus" (Epistulae, i, PL 112, col 1510 C). On voit ainsi la continuité de la foi chrétienne, qui trouve son origine dans la Parole de Dieu; mais celle-ci est toujours vivante, elle se développe et elle s'exprime de façons nouvelles, toujours en cohérence avec toute la construction, avec tout l'édifice de la foi.

Etant donné qu'une partie intégrante de la célébration liturgique est la Parole de Dieu, Raban Maure se consacra à cette dernière avec le plus grand zèle au cours de toute sa vie. Il publia des explications exégétiques appropriées pour presque tous les livres bibliques de l'Ancien et du Nouveau Testament dans une claire intention pastorale, qu'il justifiait par des paroles comme celles-ci:  "J'ai écrit ces choses... en résumant les explications et les propositions de beaucoup d'autres pour offrir un service au lecteur dépourvu qui n'a pas à sa disposition de nombreux livres, mais également pour faciliter ceux qui, dans de nombreuses choses, n'arrivent pas à pénétrer en profondeur la compréhension des significations découvertes par les Pères" (Commentariorum in Matthaeum praefatio, PL 107, col 72D). En effet, en commentant les textes bibliques, il puisait à pleines mains aux Pères antiques, avec une prédilection particulière pour Jérôme, Ambroise, Augustin et Grégoire le Grand.

Sa sensibilité pastorale aiguë le conduisit ensuite à s'occuper avant tout de l'un des problèmes vécus de la manière la plus vive par les fidèles et les ministres sacrés de son temps:  celui de la pénitence. Il compila en effet les "Pénitenciers" - c'est ainsi qu'on les appelait - dans lesquels, selon la sensibilité de l'époque, étaient énumérés les péchés et les peines correspondantes, en utilisant dans la mesure du possible des motivations puisées dans la Bible, dans les décisions des Conciles et les décrets des Papes. Ces mêmes textes furent utilisés par les "carolingiens" dans leur tentative de réforme de l'Eglise et de la société. C'est à la même intention pastorale que répondaient des œuvres comme "De disciplina ecclesiastica" et "De institutione clericorum" dans lesquelles, en puisant avant tout à saint Augustin, Raban expliquait aux personnes simples et au clergé de son diocèse les éléments fondamentaux de la foi chrétienne:  il s'agissait de sortes de petits catéchismes.

Je voudrais conclure la présentation de ce grand "homme d'Eglise" en citant certaines de ses paroles dans lesquelles se reflète bien sa conviction fondamentale:  "Celui qui est négligent dans la contemplation ("qui vacare Deo negligit") se prive lui-même de la vision de la lumière de Dieu; celui qui se laisse prendre de façon indiscrète par les préoccupations et permet à ses pensées d'être emportées par le tourbillon des choses terrestres se condamne lui-même à l'impossibilité absolue de pénétrer les secrets du Dieu invisible" (Lib. I, PL 112, col 1263A). Je pense que Raban Maure nous adresse ces paroles également à nous aujourd'hui:  dans les heures de travail, avec ses rythmes frénétiques, et dans les temps de loisirs, nous devons réserver des moments à Dieu. Lui ouvrir notre vie en lui adressant une pensée, une réflexion, une brève prière, et surtout, nous ne devons pas oublier le dimanche comme jour du Seigneur, le jour de la liturgie, pour percevoir dans la beauté de nos églises, de la musique sacrée et de la Parole de Dieu la beauté même de Dieu, le laissant entrer dans notre être. Ce n'est qu'ainsi que notre vie peut devenir grande, devenir une vraie vie.
* * *
Je suis heureux de saluer les pèlerins francophones, notamment les pèlerins de la Province ecclésiastique de Marseille, les membres du Synode diocésain de Nice, accompagnés de l’Évêque, Mgr Louis Sankalé, les membres du Mouvement Foi et Vie venus de l’Île Maurice et les jeunes du collège Saint-Just d’Arbois. Que l’Esprit-Saint, reçu par l’Église au jour de la Pentecôte, chasse en vous toute peur et qu’il vous fasse brûler de son ardente charité! Bon pèlerinage à tous!

© Copyright 2009 - Libreria Editrice Vaticana


Saint Raban Maur

Abbé de Fulda et archevêque de Mayence ( 856)

Il fut étudiant sous la direction d'Alcuin à Tours, puis abbé de l'abbaye de Fulda et enfin archevêque de Mayence. Ce n'est qu'en Allemagne que sa canonisation est reconnue. 

Ses œuvres sont nombreuses et leur style concis, clair et simple. Elles furent imprimées dès les premières années de l'imprimerie, bien que certaines d'entre elles soient fort discutables, en particulier ses "allégories de l'Écriture."

Le 3 juin 2009, Benoît XVI a proposé un "portrait de Raban Maur, successivement abbé de Fulda et archevêque de Mayence. Né dans cette ville vers 780, il entra jeune dans le monastère bénédictin où 'sa grande capacité de travail maintint vive la culture théologique, exégétique et spirituelle, et l'enrichit de ses propres travaux pour les siècles suivants... Sa grande culture...en fit le conseiller des princes', et malgré ses charges d'abbé puis d'archevêque, 'il ne cessa de poursuivre ses recherches, montrant ainsi qu'on peut être à la disposition d'autrui sans se priver des temps de réflexion, d'étude et de méditation. Ainsi Raban Maur fut-il exégète, philosophe, poète, pasteur et homme de Dieu'.

Ses œuvres, a ajouté le Saint-Père, 'occupent six volumes de Patrologie Latine de Migne, et il est probablement l'auteur du Veni Creator, un des hymnes les plus connus de l'Eglise latine, extraordinaire synthèse de la pneumatologie chrétienne'. Un autre monument de Raban Maur est son traité sur les laudes de la Ste Croix, qui inspira jusqu'au peintre du manuscrit original. Venue d'orient, la sensibilité d'esprit qu'il réserve à la croix eut une vaste résonance en occident, qui se traduisit aussi dans la peinture de manuscrits qui fleurit en Europe à partir de cette époque. Il avait une haute conscience 'de la nécessité d'impliquer dans l'expérience de la foi autant le cœur que l'esprit, autant l'esthétique que la sensibilité qui portent l'homme à jouir complètement de la vérité, esprit, corps et âme. Ceci est très important car la foi n'est pas seulement pensée. Elle comprend notre être tout entier'.


Très attentif à la liturgie, Raban Maur rédigea des Carmina mais 'ne se consacra pas à la poésie pour elle-même...mais soumettait l'art et la connaissance à l'approfondissement de la Parole de Dieu. Ainsi chercha-t-il avec rigueur de sensibiliser ses contemporains, évêques et clergé, à une compréhension approfondie de la théologie et de la spiritualité, comme de tous les éléments qui composent la liturgie'. Raban Maur se consacra tout particulièrement à la Parole de Dieu comme partie intégrante de la liturgie et travailla cet aspect tout au long de sa vie. 'Il composa des lexiques exégétiques pour chacun des livres bibliques et pour les évangiles, en clef nettement pastorale... Sa sensibilité pastorale le conduisit aussi à compiler des livres pénitenciers, dans lesquels étaient énumérés selon la sensibilité de son temps les péchés et les pénitences correspondantes, le plus possible fondées sur des passages bibliques, les actes conciliaires ou les décrétales'. Ses traités sur la discipline ecclésiastique et l'institution sacerdotale vont dans le même sens, 'où il explique aux gens simples comme aux clercs de son diocèse les éléments fondamentaux de la foi chrétienne sous une forme de catéchisme'. Vénéré comme un saint dans son pays, Raban Maur, a dit le Pape, peut fort bien être une référence aujourd'hui, dans le travail, la vie sociale ou les vacances, qui nous propose de consacrer du temps à Dieu. Il peut nous rappeler en particulier d'honorer le dimanche comme jour du Seigneur, jour de la liturgie, jour où l'on peut admirer nos églises, notre musique sacrée et la Parole de Dieu, sa beauté, qu'on peut faire entrer dans la vie de tous les jours. Seulement ainsi notre vie peut-elle être authentique et accomplie'." (source: VIS 090603)

À Mayence en Franconie, l’an 856, saint Raban, surnommé Maur, évêque. Il était moine de Fulda quand il fut élu au siège de Mayence. Vraiment instruit en science, d’une éloquence aisée, pontife agréable à Dieu, jamais il ne négligea rien qu’il pût faire pour la gloire de Dieu.


Martyrologe romain


Au IXe siècle Raban Maur, né à Mayence en 766, homme de grande culture, fut formé à l’école de Tours par Alcuin*, qui lui-même avait été disciple de saint Bède le Vénérable.

Raban dirigea ensuite en Allemagne l’école du monastère de Fuld**, et la rendit très célèbre. On venait consulter Raban Maur de partout. C’était un bourreau de travail qui aurait préféré vivre dans la solitude, mais il fut nommé archevêque de Mayence et le resta jusqu’à sa mort en 856.
 Beaucoup parmi ses œuvres nous sont parvenues et l’abbé Faillon réussit en 1842 à se procurer sa « Vie de Marie-Madeleine » qui dormait dans la bibliothèque du collège Sainte Madeleine à Oxford. C’est un ouvrage qui n’avait pas du tout été écrit pour faire plaisir aux provençaux, preuve supplémentaire que le culte de Marie-Madeleine était vivant dans toute la chrétienté et que la tradition de Provence était connue partout.
Pour écrire son ouvrage, Raban avait à sa disposition la belle bibliothèque du monastère et parmi les documents une « Vie » du Vème siècle (début VIème?) qu’il retranscrit, et d’autres, du VIIème qui, à cette « Vie » avaient apporté beaucoup d’éléments apocryphes qu’il a éliminés dans son œuvre. Il en a fait de même pour une « Vie de sainte Marthe ». Le but de ces « Vies » était de vivifier la dévotion. On a commencé aux Ve et VIe siècles a mettre par écrit les traditions orales et ces textes étaient lus avant les offices religieux pour le plus grand bonheur des fidèles.
On est certains que ces « Vies » existaient. Une lettre du VIIème siècle de saint Didier qui fut gouverneur de Marseille et évêque de Cahors le confirme. Il en procure un exemplaire à l’abbesse Aspasie, déchue, à qui il écrit: « Emu de tes larmes, je t’ai déjà procuré l’histoire de cette femme remarquable entre toutes dans l’Evangile. Dans cette histoire, tu trouveras les dignes fruits de pénitence qu’elle produisit et la joie qui remplit le ciel, lorsque celle qui avait été précédemment pécheresse mérita par ses larmes, devant les anges de Dieu, l’assurance du salut ». Traduit et cité par Sicart « Sainte Marie-Madeleine » tome I.


   L’œuvre de Raban Maur est précieuse en ce qu’elle conforte notre tradition.
*Alcuin

(York 735 – Tours 804)

Savant religieux anglo-saxon, un des maîtres de l’école palatine fondée par Charlemagne. Il joua un rôle capital dans la renaissance carolingienne.
(le Petit Larousse)


** Fuld

   Monastère fondé par saint Boniface au VIIIème siècle, parmi beaucoup d’autres: « le plus célèbre de tous, Fulda, ce Mont-Cassin de l’Allemagne, dont il obtint l’Exemption, c’est à dire le rattachement direct au Saint-Siège pour le préserver des emprises du pouvoir laïc. Tout le long du Moyen-Age Fulda jouera un rôle de bastion spirituel ».


Daniel-Rops
L’Église des Temps Barbares, page 288


Blessed Maurus Magnentius Rabanus
(Also Hrabanus, Reabanus).

Abbot of Fulda, Archbishop of Mainz, celebrated theological and pedagogical writer of the ninth century, born at Mainz about 776 (784?); died at Winkel (Vinicellum) near Mainz on 4 February, 856. He took vows at an early age in the Benedictine monastery of Fulda, and was ordained deacon in 801. A year later he went to Tours to study theology and the liberal arts, under Alcuin. He endeared himself to his aged master, and received from him the surname of Maurus in memory of the favourite disciple of St. Benedict. After a year of study he was recalled by his abbot, became teacher and, later, head-master of the monastic school of Fulda. His fame as teacher spread over Europe, and Fulda became the most celebrated seat of learning in the Frankish Empire. In 814 he was ordained priest. Unfortunately, Abbot Ratgar's mania for building temporarily impeded the progress of the school, but under Abbot Eigil (818-82) Rabanus was once more able to devote himself entirely to his vocation of teaching and writing (see CAROLINGIAN SCHOOLS; DIOCESE OF FULDA). In 822 Rabanus was elected abbot, and during his reign the monastery enjoyed its greatest prosperity. He completed the new buildings that had been begun by his predecessor; erected more than thirty churches and oratories; enriched the abbey church with artistic mosaics, tapestry, baldachina, reliquaries, and other costly ornaments; provided for the instruction of the laity by preaching and by increasing the number of priests in country towns; procured numerous books for the library, and in many other ways advanced the spiritual, intellectual and temporal welfare of Fulda and its dependencies. In the political disturbances of the times he sided with Louis the Pious against his rebellious sons, and after the emperor's death he supported Lothair, the eldest son. When the latter was conquered by Louis the German, Rabanus fled from home in 840, probably to evade taking the oath of allegiance. In 841 he returned and resigned his abbacy early in 842, compelled, it is believed, by Louis. He retired to the neighbouring Petersberg, where he devoted himself entirely to prayer and literary labours. In 845 he was reconciled with the king and in 847 succeeded Otgar as Archbishop of Mainz. His consecration took place on 26 June. He held three provincial synods. The 31 canons enacted at the first, in the monastery of St. Alban in October, 847, are chiefly on matters of ecclesiastical discipline (Acts in Mansi, "Conc. Coll. Ampl.", XIV, 899-912). At the second synod, held in October, 848, in connection with a diet, the monk Gottschalk of Orbais and his doctrine on predestination were condemned. The third synod, held in 852 (851?), occupied itself with the rights and discipline of the Church. Rabanus was distinguished for his charity towards the poor. It is said in the "Annales Fuldenses" that, during the famine of 850, he daily fed more than 300 persons. Mabillon and the Bollandists style him "Blessed", and his feast is celebrated in the dioceses of Fulda, Mainz, and Limburg on 4 February. He was buried in the monastery of St. Alban at Mainz, but his relics were transferred to Halle by Archbishop Albrecht of Brandenburg. Rabanus was probably the most learned man of his age. In Scriptural and patristic knowledge he had no equal, and was thoroughly conversant with canon law and liturgy. His literary activity extended over the entire field of sacred and profane learning as then understood. Still, he cannot be called a pioneer, either as an educator or a writer, for he followed in the beaten track of his learned predecessors. A complete edition of his numerous writings is still wanting. Most of them have been edited by Colvenerius (Cologne, 1627). This uncritical edition is reprinted with some additions in PL 107-112. His poems were edited by Dümmler in "Mon. Germ. Poetae lat. aevi Carol.", II, 154-244. He was a skillful versifier, but a mediocre poet. His epistles are printed in "Mon. Germ. Epist.", V, 379 sq. Most of his works are exegetical. His commentaries, which include nearly all the books of the Old Testament, as well as the Gospel of St. Matthew and the Pauline Epistles — a commentary on St. John is probably spurious — are based chiefly on the exegetical writings of St. Jerome, St. Augustine, St. Gregory the Great, St. Isidore of Seville, Origen, St. Ambrose, and St. Bede. His chief pedagogical works are: "De universo", a sort of encyclopedia in 22 books, based on the Etymologies of Isidore; "De computo", a treatise on reckoning; "Excerptio de arte grammatica Prisciani", a treatise on grammar, etc. Other important works are: "De ecclesiastics discipline"; sermons, treatises, a martyrology, and a penitential.


Ott, Michael. "Blessed Maurus Magnentius Rabanus." The Catholic Encyclopedia. Vol. 12. New York: Robert Appleton Company, 1911. 4 Feb. 2016 <http://www.newadvent.org/cathen/12617a.htm>.

Rabanus Maurus

AKA Hrabanus Maurus Magnentius
Born: c. 776 AD
Birthplace: Mainz, Germany
Died: 4-Feb-856 AD
Location of death: Winkel, Germany

Cause of death: unspecified
Gender: Male
Religion: Roman Catholic
Race or Ethnicity: White

Occupation: Author, Encyclopaedist
Nationality: Germany

Executive summary: Carolingian religious scholar

Archbishop of Mainz, and one of the most prominent teachers and writers of the Carolingian age, was born of noble parents at Mainz. Less correct forms of his name are Rabanus and Rhabanus. The date of his birth is uncertain, but in 801 he received deacons orders at Fulda, where he had been sent to school; in the following year, at the instance of Ratgar, his abbot, he went together with Haimon (afterwards of Halberstadt) to complete his studies at Tours under Alcuin, who in recognition of his diligence and purity gave him the surname of Maurus, after St. Maur the favorite disciple of Benedict. Returning after the lapse of two years to Fulda, he was entrusted with the principal charge of the school, which under his direction rose into a state of great efficiency for that age, and sent forth such pupils as Walafrid Strabo, Servatus Lupus of Ferrières and Otfrid of Weissenburg. At this period it is most probable that his Excerptio from the grammar of Priscian, long so popular as a textbook during the middle ages, was compiled. In 814 he was ordained a priest; but shortly afterwards, apparently on account of disagreement with Ratgar, he was compelled to withdraw for a time from Fulda. This "banishment" is understood to have occasioned the pilgrimage to Palestine to which he alludes in his commentary on Joshua. He returned to Fulda on the election of a new abbot (Eigil) in 817, upon whose death in 822 he himself became abbot. The duties of this office he discharged with efficiency and success until 842, when, in order to secure greater leisure for literature and for devotion, he resigned and retired to the neighboring cloister of St. Peter's. In 847 he was again constrained to enter public life by his election to succeed Otgar in the archbishopric of Mainz, which see he occupied for upwards of eight years. The principal incidents of historical interest belonging to this period of his life were those which arose out of his relations to Gottschalk; they may be regarded as thoroughly typical of that cruel intolerance which he shared with all his contemporaries, and also of that ardent zeal which was peculiar to himself; but they hardly do justice to the spirit of kindly benevolence which in less trying circumstances he was ever ready to display. He died at Winkel on the Rhine, on the 4th of February 856. He is frequently referred to as St. Rabanus, but incorrectly.

His voluminous works, many of which remain unpublished, comprise commentaries on a considerable number of the books both of canonical and of apocryphal Scripture (Genesis to Judges, Ruth, Kings, Chronicles, Judith, Esther, Canticles, Proverbs, Wisdom, Ecciesiasticus, Jeremiah, Lamentations, Ezekiel, Maccabees, Matthew, the Epistles of St. Paul, including Hebrews); and various treatises relating to doctrinal and practical subjects, including more than one series of Homilies. Perhaps the most important is that De institutione clericorum, in three books, by which he did much to bring into prominence the views of Augustine and Gregory the Great as to the training which was requisite for a right discharge of the clerical function; the most popular has been a comparatively worthless tract De laudibus sanctae crucis. Among the others may be mentioned the De universo libri XXII, sive etymologiarum opus, a kind of dictionary or encyclopaedia, designed as a help towards the historical and mystical interpretation of Scripture, the De sacris ordinibus, the De disciplina ecciesiastica and the Martyrologium. All of them are characterized by erudition (he knew even some Greek and Hebrew) rather than by originality of thought. The poems are of singularly little interest or value, except as including one form of the "Veni Creator." In the annals of German philology a special interest attaches to the Glossaria Latino-Theodisca. A commentary, Super Porphyrium, printed by Cousin in 1836 among the Ouvrages inédits d'Abélard, and assigned both by that editor and by Hauréau to Hrabanus Maurus, is now generally believed to have been the work of a disciple. The first nominally complete edition of the works of Hrabanus Maurus was that of Colvener (Cologne, 6 vols. folio, 1627).

Blessed Rabanus Maurus, OSB B (AC)

Born at Mainz, Germany, c. 776-784; died at Winkel, Germany, 856. While Rabanus was probably a German by birth, there is a possibility that he may have been from Ireland or Scotland. He was offered as a child to the abbey of Fulda, was educated and spent most of his life there. After receiving his early education at the abbey school of Fulda under Abbot Bangulf, he completed his studies at Tours under Alcuin, whose favorite he became.

He returned to Fulda as a monk, became known for his learning and knowledge of the early Church Fathers and the Bible, and in about 799 became headmaster of Fulda's school. He was ordained a deacon in 801 and a priest in 815, and became abbot in 822. As abbot he completed the monastery buildings, and founded several churches and monasteries.

He resigned his abbacy in 847 to go into retirement, but that same year--at age 71, he was name archbishop of Mainz (Mayence), which he governed with remarkable ability. He imposed strict discipline on his clergy (which led to an abortive conspiracy on his life), held two synods that condemned the heretical teachings of Gottschalk, a monk in his see. He was noted for his charity to the poor, 300 of whom he entertained daily at his house, which helped alleviate a famine.

Rabanus was the outstanding scholar of his century and one of the most prolific writers of any age. Under Alcuin, who nicknamed him Maurus in memory of Saint Benedict's favorite disciple, he learned Greek, Hebrew, and Syriac. His biblical commentaries and other works are still considered valuable. His martyrology; poetry, including the hymn Veni creator spiritus; and some 64 of homilies are still extant (Benedictines, Delaney, Encyclopedia).
Hrabanus Maurus

Hrabanus Maurus (ca. 780-856), abbot of Fulda and Archbishop of Mainz, was theological and pedagogical writer. He was born at Mainz about 776 (or possibly 784) and died near there in 856. His name, which is spelled in various ways (Hrabanus, Rabanus, Rhabanus, Reabanus, Raban, Rabano), is connected with Old High German hraban, "raven"; "Magnentius", which sometimes appears before his surname, Maurus, is probably related to his residence in Mainz. At an early age he became a Benedictine monk at Fulda. In 802 he went to Tours to study theology and the liberal arts, under the great scholar Alcuin, from who he received the surname Maurus after the favorite disciple of St. Benedict. After a year of study, he was recalled to Fulda, where he taught at the monastic school and eventually became head-master. In 814 he was ordained as a priest; in 822 he became abbot of the monastery. Under Abbot Hrabanus, the monastery flourished, becoming a renowned seat of learning in the Frankish kingdoms. Between 840 and 847 Hrabanus became embroiled in royal political struggles, resigned as abbot, and fled from Fulda. In 847, after a reconciliation with the king, he was appointed Archbishop of Mainz.

Hrabanus was said to be the most learned man of his age. His knowledge of scripture, patristics, canon law and liturgy was without compare. The scope of his writing extended over the entire field of sacred and profane learning as then understood. He wrote commentaries on nearly all the books of the Old Testament, as well as the Gospel of Matthew and the Pauline Epistles. He also wrote more secular works such as De computo, a treatise on numbers and the calendar; the Excerptio de arte grammatica Prisciani, a treatise on grammar and his famous encyclopedia, De rerum naturis.

De rerum naturis (On the Nature of Things), also known as De universo, is an encyclopedia in 22 books, covering a large range of subjects. It was written between 842 and 847. Hrabanus' stated intent was to compile an encyclopedic handbook for preachers. He drew on earlier sources for his information, particularly the Etymologiae of Isidore of Seville, but the organization of the material was his own invention.

Book 8 is on animals. It is divided into seven chapters: De bestiis ("beasts", mostly mammals); De minutis animantibus (small animals); De serpentibus (serpents, reptiles); De vermibus ("worms", mostly insects); De piscibus (fish); De avibus (birds); De minutis avibus (small birds). The chapters and the animals in them are (based on  Schipper) (this list is preliminary and may not be entirely reliable):

Chapter 1: De bestiis - On beasts

Leonis (lion)
Tigris (tiger)
Panter (panther)
Pardus (pard)
Rinocerota (monocerus and unicorn)
Elefantem (elephant)
Gripes (griffin)
Camaeleon (chameleon)
Linx (lynx)
Castores (beaver)
Ursus (bear)
Lupus (wolf)
Canis (dog)
Vulpis (fox)
Simiae (ape)
Enidros (hydrus)
Dracontius (dragon)
Musio (cat)
Chapter 2: De minutis animantibus - On small animals

Mus (mouse)
Mustela (weasel)
Talpa (mole)
Glires (?)
Hiritius (hedgehog)
Grillus (?)
Formica (ant)
Ranae (frog)
Chapter 3: De serpentibus - On serpents

Cerastes (cerastes)
Draco major (dragon)
Aspis (asp)
Ipnalis (hypnalis, another kind of asp)
Bailiscus (basilisk)
Scorpio (scorpion)
Vipera (viper)
Enidris (hydros?)
Celidros (?)
Salamandra (salamander)
Chapter 4: De vermibus - On worms

Areana (spider)
Cantarida (?)
Multipes (multiped)
Limax (?)
Bombices (?)
Eruca (?)
Teredonas (termite?)
Tinea (?)
Lumbricus (?)
Ascaridae (?)
Tarmus (?)
Ricinus (?)
Usia (?)
Chapter 5: De piscibus - On fish

Crocodrillus (crocodile)
Mullus (?)
Mugilis (?)
Anguillae (sea snake?)
Draco marinus (sea dragon)
Mure (?)
Concae, Cocleae (?)
Murice (?)
Chapter 6: De avibus - On birds

Aquila (eagle)
Vultur (vulture)
Grues (crane)
Ciconiae (stork)
Olor (swan)
Strutio (ostrich)
Ardea (heron)
Fenix (phoenix)
Cinomolgus (cinnamologus)
Psittacus (parrot)
Alcion (kingfisher)
Onacrotalus (bittern)
Vespertilio (bat)
Noctua (owl)
Bubo (owl)
Lucina (nightingale)
Ulala (owl?)
Graculus (jay)
Picus (woodpecker)
Pavo (peacock)
Gallus (cock)
Anser (goose)
Mergis (merganser?)
Fulica (coot)
Turtur (turtledove)
Columba (dove)
Perdix (partridge)
Coturnices (quail)
Passer (sparrow)
Pellicanus (pelican)
Nocticorax (owl)
Garrula (?)
Hirundo (swallow)
Corvus (raven)
Cornix (crow)
Milvus (kite)
Accipiter (hawk)
Uppupa (hoopoe)
Chapter 7: De minutis avibus - On small birds

Apes (bee)
Spines (?)
Scrabrones (?)
Locusta (locust)
Musca (?)

The books and chapters of the De rerum naturis are listed below (based on  Schipper).

Book 1: On God and angels
De deo; De filio dei; De spiritu sancto; De eadem trinitatis; De angelis

Book 2: On man, the patriarchs, the status of man
De hominibus qui quodam praesagio nomina acceperunt; De patriarchis et ceteris eiusdem aetatis hominibus

Book 3:
De aliis quibusdam viris, siue faeminis quorum nomina in vetere testamento scripta leguntur; De prophetis

Book 4: People of the New Testement, martyrs, clerics, monastics, heretics
De personis quae ad novum testamentum pertinent; De martiribus; De Aeclesia et sinagoga; De religione et fide; De clericis; De monachis; De ceteros fidelibus; De heresi et scismate; De heresibus; De diffinitionibus recte fidei et aeclesiasticorum dogmatum

Book 5:
De sanctis scripturis hoc est vetere et novo testamento; De auctoribus eorundem librorum; Brevis annotatio quae indicat quid in sanctis canonicis; De bibliotheca; De opusculorum diversitate; De canonibus evangeliorum; De canonibus conciliorum; De heresi et scismate; De heresibus; De hostiis holocaustis atque sacrificiis et quid eorum species singulae significent; De sacramentis divinis ubi quid in his homini; De exorcismo; De simbolo; De oratione et ieiunio; De penitentiae satisfactione atque ex homologesi

Book 6:
De homine et partibus eius; De situ et habitu corporis humani; Quomodo humana membra asscribantur diabolo

Book 7:
De aetatibus hominis; De generationis prosapia; De ordinibus filiorum; De agnatis et cognatis; De coniugiis; De morte; De portentis; De pecoribus et iumentis

Book 8: On animals
De bestiis; De minutis animantibus; De serpentibus; De vermibus; De piscibus; De avibus; De minutis avibus

Book 9: On astronomy - the world and the heavens
De mundo et IIII plagis ipsius; De athomis; De elementis; De caelo; De partibus caeli; De ianuis caeli; De cardinibus; De lucae; De luminaribus; De sole; De luna; De sideribus; De Pliadibus et Arcturo; De arcturo; De Orione et Hiadibus; De Lucifero; De vespere; De aere; De nubibus; De tonitru et fulgure atque coruscationibus; De arcu caelesti; De igne; De pruna; De carbonibus; De cineribus; De ventis; De aura et altano; De turbine; De procellae

Book 10: On time and the calendar
De temporibus; De momentis; De horis; De diebus; De partibus diei; De nocte; De septem partibus noctis; De tenebris; De ebdomadibus; De mensibus; De vicissitudinibus temporum IIII; De anno; De saeculo; De sex aetatibus saeculi; De festiuitatibus; De sabbato; De dominico die

Book 11: On water - oceans, rivers, floods
De diversitate aquarum; De mari; De oceano; De mediterraneo; De rubro mari; De abysso; De estibus vel fretis; De lacis et stagnis; De fontibus; De fluminis; De torrentibus; De puteis; De gurgitibus; De pluviis; De gutta; De nive; De glacie; De pruina et grandina; De rore; De nebula; De diluviis

Book 12: On geography - the regions of the Earth, the globe, paradise
De terra; De orbe; De paradiso; De regionibus; De insulis; De promontoriis

Book 13: On geography - mountains, valleys, deserts
De montibus; De collibus; De vallibus; De campis; De saltibus; De locis; De confragosis locis; De lustris ferarum; De lucis; De desertis locis; De deuiis locis; De amoenis locis; De apricis locis; De lubricis locis; De estiuis locis; De naualibus locis; De litore; De specu; De hiatu; De profundo; De baratro; De erebi profunditate; De loco cociti

Book 14: On architecture and building
De aedificiis publicis; De portis; De uiis; De plateis; De cloacis; De foro; De curia; De pretorio; De gymnasio; De capitolio; De arcibus; De amphitheatro; De faro; De thermis; De balneis; De politerio; De thabernis; De macello; De carcere; De habitaculis; De aedificiis sacris; De aditibus; De parietibus aedificiorum; De repostoriis; De officinis; De munitionibus; De tentoriis; De sepulchris; De aedificiis rusticis; De agris; De mensuris agrorum; De itineribus

Book 15: On the liberal arts
De philosophis gentium; De poetis; De Sibillis; De magis; De paganis; De diis gentium

Book 16: On language
De linguis gentium; De gentium vocabulis; De regnis miliaeque vocabulis; De civibus

Book 17: On geology - stones, minerals, gems, metals
De pulueribus et glebis terra; De glebis et aquis; De lapidibus vulgaribus; De lapidibus insignioribus; De marmoribus; De ebore; De gemmis; De margaretis; De christallis; De vitro; De metallis; De auro; De aere; De auricalco; De electro; De stagno; De plumbo; De ferro

Book 18: On number, music, medicine
De ponderibus; De mensuris; De numero; De musica et partibus eius; De medicina et morbis

Book 19: On agriculture
De cultura agrorum; De frumentis; De leguminibus; De vitibus; De arboribus; De propiis nominibus arborum; De aromaticis arboribus; De herbis aromaticis, siue communibus; De oleribus

Book 20:
De bellis; De triumphis; De instrumentis bellicis; De bucinis et tubis; De armis; De gladiis; De hastis; De sagittis; De faretris; De fundis; De loricis; De clippeis; De loricis; De galeis; De foro; De spectaculis; De ludo gimnico; De generibus gimnicorum; De saltu; De cursu; De iactu; De uirtute; De luctatione; De palestra; De agone; De generibus agonum; De ludis circensibus; De circis; De aurigis; De curru; De equis quibus curritur; De septem spatiis; De equitibus; De peditibus; De coloribus equorum; De theatro; De ferali certamine; De horum execratione ludorum;De navibus; De partibus navigum et armamentis; De velis; De funibus; De retibus; De fabrorum fornace

Book 21: On textiles and clothing
De fabricis pariete; De dispositione; De constructione; De venustate; De laqueariis; De crustis; De lithostrotis; De plastis; De pictura; De coloribus; De instrumentis aedificiorum; De lignariis; De laneficii inventione; De vestibus sacerdotum; De diversis nominibus vestimentis; De proprio quarundam gentium habitu; De palleis virorum; De palleis feminarum; De stratu, et reliquis vestibus, quae in usu habentur; De lanis et lino; De instrumentis vestium; De ornamento; De anulis; De cingulis; De calciamentis

Book 22:
De mensis et escis; De potu; De vasis escariis; De vasis potatoriis; De vasis vinariis sive aquariis; De vasis oleariis; De vasis coquinariis et pistoriis; De vasis repositoriis; De canistro; De vasis; De lectis et sellis; De vehiculis; De reliquis quae in usu habentur; De instrumentis rusticis; De instrumentis hortorum; De instrumentis equorum

Other medieval encyclopedias:

Bartholomeus Anglicus : De proprietatibus rerum
Isidore of Seville : Etymologies
Lambert of Saint-Omer : Liber floridus
Brunetto Latini : Li Livres dou Tresor
Jacob van Maerlant : Der Naturen Bloeme
Konrad von Megenberg : Das Buch der Natur
Thomas de Cantimpré : Liber de natura rerum