vendredi 13 février 2015

Saint PAUL LIU HANZUO, prêtre et martyr

Saint Paul Liu Hanzuo, prêtre et martyr

Paul Liu Hanzuo, né en 1778 à Lezhi, dans la province du Sichuan, est ordonné prêtre. Pauvrement et humblement, il administre sa mission de Deyang. Dénoncé par un charpentier auquel Paul avait fait remarquer sa lenteur pour exécuter un baldaquin pour un oratoire, il est arrêté alors qu’il célèbre la messe. A sa demande, on lui laisse terminer la célébration puis on confisque tous les ornements et objets du culte ; au prétoire du mandarin où le prêtre est conduit, il est frappé de 40 soufflets avec la semelle de cuir puis étranglé le 13 janvier 1818 sur la place des exécutions à la porte est de Chengdu

Saint Paul Liu Hanzuo

prêtre chinois du Sichuan, martyr ( 1818)

Béatifié le 27 mai 1900.

"Paul Liu Hanzuo (1778-1818), de Lezhi, était connu pour sa pauvreté et son humilité dans sa mission de Deyang. Il se fait arrêter pour une raison bien futile. Faisant construire un baldaquin pour un oratoire, il fait remarquer au charpentier que son travail avance bien lentement. Celui-ci, vexé, va le dénoncer. Il est arrêté alors qu'il célèbre la messe. On le laisse terminer sur sa demande et on confisque tous les ornements et objets de culte comme pièces à conviction. Sa fermeté au prétoire irrite le mandarin qui le fait frapper de 40 soufflets avec la semelle de cuir. Il est étranglé le 13 janvier 1818 sur la place des exécutions à la porte est de Chengdu."

(Missions étrangères de Paris - Canonisation de martyrs de l'Église en Chine)

Canonisé le 1er octobre 2000 - "L'Église est aujourd'hui reconnaissante au Seigneur, qui la bénit et l'inonde de lumière à travers la splendeur de la sainteté de ces fils et filles de la Chine" - homélie de Jean-Paul II


À Dongjiaochang, dans la province chinoise de Sichuan, en 1818, saint Paul Liu Hanzuo, prêtre et martyr, étranglé à cause du nom chrétien.


Martyrologe romain


CHAPELLE PAPALE POUR LA CANONISATION DES BIENHEUREUX

HOMÉLIE DE SA SAINTETÉ JEAN PAUL II

Dimanche 1er octobre 2000

1. "Ta parole est vérité:  consacre-nous dans ton amour" (Chant à l'Évangile:  cf. Jn 17, 17). Cette invocation, écho de la prière que le Christ adresse au Père après la Dernière Cène, semble s'élever de la foule des saints et des bienheureux, que l'Esprit de Dieu, de génération en génération, suscite dans l'Eglise.


Aujourd'hui, deux mille ans après le début de la Rédemption, nous faisons nôtres ces paroles, tandis que nous avons devant nous comme modèles de sainteté Agostino Zhao Rong et ses 119 compagnons, martyrs en Chine, Maria Josepha du Coeur de Jésus Sancho de Guerra, Katharine Mary Drexel et Giuseppina  Bakhita.  Dieu  le  Père  les a "consacrés dans son amour", réalisant la demande du Fils qui, pour lui donner un peuple saint, a ouvert les bras sur la croix et, en mourant, a détruit la mort et proclamé la résurrection (cf. Prière eucharistique, II, Préface).



A vous tous, chers frères et soeurs, réunis ici en grand nombre pour exprimer votre piété envers ces témoins lumineux de l'Evangile, j'adresse un salut cordial.


2. "Les préceptes du Seigneur apportent la joie" (Ps. resp.). Ces paroles du Psaume responsorial reflètent bien l'expérience d'Agostino Zhao Rong et de ses 119 compagnons, Martyrs en Chine. Les témoignages qui nous sont parvenus laissent entrevoir chez eux un état d'âme empreint d'une profonde sérénité et joie. 


L'Eglise est aujourd'hui reconnaissante au Seigneur, qui la bénit et l'inonde de lumière à travers la splendeur de la sainteté de ces fils et filles de la Chine. L'Année Sainte n'est-elle pas le moment le plus opportun pour faire resplendir leur témoignage héroïque? La jeune Anna Wang, âgée de 14 ans, résiste aux menaces du bourreau qui la somme d'apostasier, et, se préparant à être décapité, le visage lumineux, déclare:  "La porte du Ciel est ouverte à tous" et murmure trois fois de suite "Jésus". A ceux qui viennent de lui couper le bras droit et qui se préparent à l'écorcher vif, Chi Zhuzi, âgé de 18 ans, crie avec courage:  "Chaque morceau de ma chair, chaque goutte de mon sang vous répéteront que je suis chrétien". 

Les 85 autres Chinois, hommes et femmes de tout âge et de toute condition, prêtres, religieux et laïcs, ont témoigné d'une conviction et d'une joie semblables en scellant leur fidélité indéfectible au Christ et à l'Eglise à travers le don de la vie. Cela est survenu au cours de divers siècles et en des temps complexes et difficiles de l'histoire de Chine. La célébration présente n'est pas le lieu opportun pour émettre des jugements sur ces périodes de l'histoire:  on pourra et on devra le faire en une autre occasion. Aujourd'hui, à travers cette proclamation solennelle de sainteté, l'Eglise entend uniquement reconnaître que ces martyrs sont un exemple de courage et de cohérence pour nous tous et font honneur au noble peuple chinois.



Parmi cette foule de martyrs resplendissent également 33 missionnaires, hommes et femmes, qui quittèrent leur terre et tentèrent de s'introduire dans la réalité chinoise, en assumant avec amour ses caractéristiques, désirent annoncer le Christ et servir ce peuple. Leurs tombes sont là-bas, représentant presque un signe de leur appartenance définitive à la Chine, que, même dans leurs limites humaines, ils ont sincèrement aimée, dépensant pour elle toutes leurs énergies. "Nous n'avons jamais fait de mal à personne - répond l'Evêque Francesco Fogolla au gouverneur qui s'apprête à le frapper avec son épée - au contraire, nous avons fait du bien à de nombreuses personnes". 

Dieu fait descendre le bonheur (en langue chinoise dans le texte).



3. Dans la première lecture ainsi que dans l'Évangile de la liturgie d'aujourd'hui, nous avons vu que l'Esprit souffle là où il le désire et que Dieu, en tout temps, élit des personnes pour manifester son amour aux hommes et qu'il suscite des institutions appelées à être des instruments privilégiés de son action. C'est ce qui est arrivé à sainte Maria Josepha du Coeur de Jésus Sancho Guerra, fondatrice des Servantes de Jésus de la Charité.



Dans la vie de la nouvelle sainte, première basque à être canonisée, se manifeste de façon particulière l'action de l'Esprit. Celui-ci la guida vers le service des malades et la prépara à être la Mère d'une nouvelle famille religieuse. 

Sainte Maria Josepha vécut sa vocation comme une véritable apôtre dans le domaine de la santé, son service cherchant à conjuguer l'attention matérielle avec l'attention spirituelle, procurant par tous moyens le salut des âmes. Bien qu'elle fut malade lors des douze dernières années de sa vie, elle ne s'épargna aucun effort ni aucune souffrance, et se prodigua sans limites pour le service caritatif du malade dans un climat d'esprit contemplatif, en rappelant que "l'assistance ne consiste pas seulement à donner des médicaments et de la nourriture au malade, il existe un autre type d'assistance,... celle du coeur, en cherchant à s'adapter à la personne qui souffre". 

Que l'exemple et l'intercession de sainte Maria Josepha du Coeur de Jésus aident le peuple basque à bannir pour toujours la violence, et qu'Euskadi devienne une terre bénie et un lieu de coexistence pacifique et fraternelle, où soient toujours respectés les droits de toutes les personnes et où le sang innocent ne soit jamais versé.



4. "C'est un feu que vous avez thésaurisé dans les derniers jours" (Jc 5, 3). 


Dans la seconde Lecture de la Liturgie d'aujourd'hui, l'Apôtre Jacques réprimande les riches qui se reposent sur leur richesse et traitent les pauvres injustement. Mère Katharine Drexel est née dans l'aisance à Philadelphie, aux Etats-Unis. Mais ses parents lui ont enseigné que les possessions de sa famille n'étaient pas seulement pour eux mais devaient être partagées avec les moins chanceux. Devenue une jeune femme, elle fut profondément touchée par la pauvreté et les conditions désespérées qu'enduraient de nombreux natifs américains et afro-américains. Elle commença à consacrer sa fortune à l'oeuvre missionnaire et éducative parmi les membres les plus pauvres de la société. Plus tard, elle comprit que cela n'était pas suffisant. Avec un grand courage et une grande confiance dans la grâce de Dieu, elle choisit de donner entièrement non seulement sa fortune, mais toute sa vie au Seigneur.


A sa communauté religieuse, les Soeurs du Bienheureux Sacrement, elle enseigna une spiritualité fondée sur l'union de prière avec le Seigneur-Eucharistie et le service zélé aux pauvres et aux victimes des discriminations raciales. Son apostolat contribua à diffuser une conscience croissante du besoin de combattre toutes formes de racisme à travers l'éducation et les services sociaux. Katharine Drexel représente un excellent exemple de la charité concrète et de la solidarité généreuse avec les plus pauvres qui est depuis longtemps la marque distinctive des catholiques américains.



Puisse son exemple aider les jeunes en particulier à reconnaître que l'on ne peut pas trouver de plus grand trésor que de suivre le Christ avec un coeur sans partage et en utilisant généreusement les dons que nous avons reçus au service des autres et pour l'édification d'un monde plus juste et plus fraternel.


5. "La loi de Yahvé est parfaite, [...] sagesse du simple" (Ps 19 [18], 8).


Ces paroles tirées du Psaume responsorial d'aujourd'hui résonnent avec puissance dans la vie de Soeur Giuseppina Bakhita. Enlevée et vendue en esclavage à l'âge de 7 ans, elle endura de nombreuses souffrances entre les mains de maîtres cruels. Mais elle comprit que la vérité profonde est que Dieu, et non pas l'homme, est le véritable Maître de chaque être humain, de toute vie humaine. L'expérience devint une source de profonde sagesse pour cette humble fille d'Afrique. 

Dans le monde d'aujourd'hui, d'innombrables femmes continuent d'être victimes de représailles, même dans les sociétés modernes développées. Chez sainte Giuseppina Bakhita, nous trouvons un brillant défenseur de la véritable émancipation. L'histoire de sa vie inspire non pas l'acceptation passive, mais la ferme résolution à oeuvrer de façon effective pour libérer les jeunes filles et les femmes de l'oppression et de la violence, et pour leur restituer leur dignité dans le plein exercice de leurs droits. 

Mes pensées se tournent vers le pays de la nouvelle Sainte, qui est déchiré par une guerre cruelle depuis dix-sept ans, ne laissant entrevoir que peu de signes en vue d'une solution. Au nom de l'humanité qui souffre, j'en appelle une fois de plus à tous ceux qui sont en charge de responsabilités: ouvrez vos coeurs aux cris de millions de victimes innocentes et empruntez le chemin de la négociation. Avec la Communauté internationale, j'implore de ne pas continuer à ignorer l'immense tragédie humaine. J'invite toute l'Eglise à invoquer l'intercession de sainte Bakhita pour tous nos frères et soeurs persécutés et esclaves, en particulier en Afrique et dans son Soudan natal, afin qu'ils puissent connaître la réconciliation et la paix. 

J'adresse enfin une parole de salut affectueux aux Filles de la Charité canossienne, qui se réjouissent aujourd'hui de voir élever leur Consoeur à la gloire des autels. Qu'elles sachent tirer de l'exemple de sainte Giuseppina Bakhita un élan renouvelé en vue d'un dévouement généreux au service de Dieu et de leur prochain.



6. Très chers frères et soeurs, encouragés par le temps de grâce jubilaire, renouvelons la disponibilité à nous laisser profondément purifier et sanctifier par l'Esprit. Nous sommes attirés sur cette voie également par la Sainte dont nous rappelons aujourd'hui la mémoire:  Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus. A elle, Patronne des missions, ainsi qu'aux nouveaux saints, confions aujourd'hui la mission de l'Eglise au début du troisième millénaire.



Que Marie, Reine de tous les Saints, soutienne le chemin des chrétiens et de tous ceux qui sont dociles à l'Esprit de Dieu, afin qu'en chaque partie du monde, se diffuse la lumière du Christ Sauveur.

 
© Copyright - Libreria Editrice Vaticana


ABOUT ST PAUL LIU HANZUO

Paul Liu Hanzuo, of Lo-Tche-Hien, China, received a solid Catholic education from his devout parents. In his youth he worked as a shepherd-boy in the nearby countryside. At the age of thirty, Paul was ordained to the priesthood.


The persecution of Christians by China’s pagan regime compelled him to disguise himself as a peasant in order to administer the sacraments in secret. His labours were very fruitful until an unfaithful Christian betrayed him. On the morning of 15th August 1817, the Solemnity of the Assumption, the pagans stormed into a room where Father Paul was celebrating Mass. The priest asked the intruders to allow him to finish the Mass, a request that was granted.

As a prisoner, Father Paul was scourged. His persecutors offered to free him if he paid them a huge sum of money, a ransom impossible for him to provide. Father Paul was thereupon brought before a pagan mandarin (magistrate), who condemned him to death by strangulation. The priest was executed in this manner on 13th February 1818.


“Enlighten the minds of Your people, Lord, we pray,


with the light of Your glory,
that they may see what must be done
and have the strength to do what is right.
Through Christ our Lord.
Amen.”