mardi 11 décembre 2012

Saint VICTORIC et Saint FUSCIEN, martyrs

Statues de Saint Fuscien et de Saint Victoric, 

partie gauche de la façade principale de la cathédrale d'Amiens


Saint Victoric et Saint Fuscien

Martyrs

(† 303)

Émules de Quentin, de Crépin et de Crépinien, Victoric et Fuscien étaient aussi deux jeunes Romains venus à Thérouanne, au nord de la France actuelle, pour répandre l'Évangile dont ils avaient reçu le bienfait. Leur succès attira sur eux la haine des prêtres païens; toutefois par leur parole et leurs prodiges, ils purent amener à la foi chrétienne un grand nombre d'idolâtres.

Traduits au tribunal du féroce préfet des Gaules, Rictiovarus, ils subissent un long interrogatoire:

"Quel Dieu adorez-vous? leur dit-il.

– Nous adorons Jésus-Christ, Fils de Dieu, qui a sauvé le monde après l'avoir créé.

– Quittez cette folie et sacrifiez aux dieux, ou bien je vous accablerai de supplices.

– Quand on sert Dieu, on ne craint pas la mort."

Les deux confesseurs sont chargés de fers et conduits à Amiens. Là ils sont attachés à un poteau, et on leur traverse le nez et les oreilles avec des broches de fer. On leur enfonce ensuite dans la tête des clous rougis au feu, et on leur arrache les yeux. Les martyrs bénissent Dieu dans leurs tourments. On les jette en prison, croyant qu'ils vont y rendre l'âme; mais on les retrouve le lendemain vivants, pleins de force et invincibles dans leur foi: "Qu'on les attache à un poteau! s'écrie Rictiovarus, et qu'on les perce à coups de flèches." L'ordre barbare est exécuté; bientôt une grêle de flèches hérisse le corps des deux martyrs, dont le sang jaillit abondamment sur le sol.

Enfin ils ont la tête tranchée, et leur âme vole au Ciel recevoir la récompense d'un si généreux sacrifice. La foule émerveillée aperçut alors les dépouilles mortelles des deux martyrs toutes brillantes de gloire, et admira la grandeur du Dieu des chrétiens. Mais son admiration fut plus grande, quand elle vit les deux corps se lever, prendre dans leurs mains leurs têtes sanglantes et les porter au lieu où avait été placé le corps du martyr Gentien, leur disciple, victime de la cruauté de Rictiovarus.

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.


***

Saints Victoric, Gentien et Fuscien

martyrs (+ v. 303)

Exécutés à Amiens sous l'empereur Maximien. Ils eurent le nez transpercé de broches de fer rougies, puis leurs yeux furent arrachés avant qu'ils soient décapités.

Leur culte fut très populaire comme en témoigne l'existence d'une localité : Saint Fuscien-80680 Les reliques de Saint-Gentien sont à Sains en Amienois (Somme)

"Victoric et Fuscien évangélisèrent Thérouanne et la Morinie. Ils auraient été martyrisés ainsi que Gentien, leur hôte, à une date incertaine à la fin du 3ème siècle ou au début du 4ème siècle. Victoric et Fuscien se rendaient à Amiens pour rencontrer saint Quentin, quand un vieillard, Gentien leur apprit qu'il venait d'être martyrisé. Il les reçut chez lui.. Arrêté, on lui trancha la tête. Victoric et Fuscien furent lourdement enchaînés et torturés avant d'être décapités."

(source: les saints du Pas de Calais - diocèse d'Arras)

"Le diocèse d'Amiens est créé vers la fin du IIIe siècle, au temps des premiers missionnaires venus évangéliser le nord de la Gaule. Notons, pour le diocèse, Saint Quentin, les Saints Fuscien, Victoric et Gentien"

(source: Histoire du diocèse d'Amiens)