lundi 13 février 2012

Saint MARTINIEN de CÉSARÉE, ermite


Saint Martinien était moine solitaire en une montagne, près de la ville de Césarée dans la Palestine. Il prit l'habit de religieux à l'âge de dix-huit ans, et s'adonna tellement à tous les exercices de religion et de perfection, qu'en peu de temps on connut qu'il était singulièrement élu de Dieu : de manière que Notre-Seigneur fit par lui plusieurs miracles, chassant les diables du corps, guérissant diverses maladies, et autres semblables œuvres, qui attiraient le peuple de toutes parts, pour être secouru de Dieu par ses prières.

Le diable, voyant la grande vertu de Martinien et la gravité de son âge, lui porta envie. Il l'attaqua de terreurs paniques, de visions et de figures épouvantables ; et prenant quelquefois la forme d'un dragon, il grattait les fondements de la petite cellule de Martinien pour la faire tomber sur lui ; mais le saint ermite ne quitta point pour cela son oraison, et dit à son ennemi qu'il voyait revêtu de cette figure terrible : Tu le travailles en vain, ô malheureux ! Penses-tu me pouvoir étonner tandis que j'aurai Jésus-Christ à côté de moi ? Alors le diable s'enfuit comme un tourbillon, criant : Attends un peu, Martinien, je te renverserai, je t'abattrai, et je te chasserai honteusement de ta cellule : j'en trouverai bien le moyen, quelque confiance que tu aies en celui que tu dis. Martinien demeura vingt-cinq ans en cette solitude, y vivant non pas en homme, mais comme un ange.

Une fois, comme quelques-uns parlaient en la ville de Césarée avec beaucoup d'admiration de la vie plus divine qu'humaine qu'il menait, une belle et effrontée courtisane, nommée Zoé, s'approcha d'eux, et par instigation du diable, auquel elle servait d'appât, commença à se moquer de ce que les autres disaient, leur voulant faire croire que Martinien était un sauvage qui s'était retiré en cette solitude, et qu'il ne fallait pas s'étonner s'il était chaste, puisqu'il ne voyait jamais de femme : mais que si elle lui avait parlé avec tous ses attraits, et qu'il y résistât, à cette heure-là ils le pourraient tenir pour un homme saint et constant. Pour le faire court cette méchante femme complota avec eux d'aller au désert attaquer Martinien, et que si elle ne le corrompait, ils la tinssent pour une moqueuse : mais au cas qu'elle en vînt à bout, qu'ils la payeraient bien de sa peine.

Dans quel abîme de maux ne se précipite pas l'âme d'une femme lascive et effrontée ! L'accord étant fait, elle alla à son logis dépouiller ses beaux habits, qu'elle plia en un paquet, et se vêtit de chétifs haillons, avec une ceinture de corde, un bourdon dans la main, et son paquet sous l'aisselle. En cet équipage elle sortit de la ville par un fâcheux temps de pluie et d'orage, pour se rendre à la pointe de la nuit auprès de la cellule de Martinien, où elle commença d'une voix lamentable à dire au saint : Ayez pitié de moi, serviteur de Dieu ; je suis une pauvre femme qui me suis égarée par ces chemins, sans savoir où aller ni où je me dois retirer, de peur d'être dévorée cette nuit des bêles. Père saint, ayez compassion de cette créature de Dieu, encore que je sois une misérable pécheresse.

A ce cri si pitoyable, Martinien entrouvrant le guichet de sa cellule, aperçut cette pèlerine si trempée de pluie, qu'il en eut pitié, et bien qu'il se doutât que ce ne fût quelque appât du diable pour le faire pécher, néanmoins il fut touché de compassion, et il eut crainte que si elle eût été mangée des bêtes, Dieu lui en eût fait rendre compte. A cette occasion, après qu'il se fut affectueusement recommandé à Jésus-Christ, le suppliant de le prendre en sa protection, il ouvrit sa porte à cette femme, lui fit bon feu, et lui donna des dattes pour son souper, l'avertissant qu'elle s'en allât de bon matin. Quant à lui il passa en une autre cellule qui était plus avant en son ermitage, et ferma sa porte, priant et chantant des psaumes tout le long de la nuit, encore que le diable tâchât de le distraire, lui représentant plusieurs sales pensées de cette femme.

Martinien sortit dès le point du jour, pour renvoyer cette femme, qu'il trouva parée de ses beaux habits, qu'elle avait apportés sous son bras, avec un visage riant et affecté. Alors pensant que ce fût un fantôme, il lui demanda qui elle était, ce qu'elle cherchait, et comment elle était entrée en sa cellule. Mais quand il reconnut que c'était cette pauvre misérable qu'il avait recueillie le soir précédent, il s'en étonna encore davantage.

Alors il s'enquit d'où venait ce changement d'habit. Elle lui déclara qui elle était ; et le diable parlant par sa bouche lui conta tant de douceurs avec des mignardises attrayantes, qu'elle lui prit et serra effrontément les mains, amollissant ce cœur qui semblait plus dur que le diamant, et le fit consentir au péché ; mais Dieu par sa miséricorde en empêcha l'exécution. Car Martinien étant sorti de sa cellule pour voir si quelqu'un le venait chercher, regardant de tous côtés de peur de scandaliser ceux qui le pourraient trouver avec cette femme ; Notre-Seigneur le regarda du ciel des yeux de sa clémence, et ouvrit ceux de son âme avec le rayon de sa divine lumière, pour lui découvrir ce qu'il voulait faire, et le précipice où il allait tomber, du plus haut degré de la grâce jusqu'en l'abîme de tous maux. Aussitôt reconnaissant le péril où il était, et que ce n'était pas une femme, mais le diable qui le tenait par elle, pour triompher de sa chasteté et le dépouiller de tous les mérites de sa vie passée ; il rentra dans sa cellule, alluma des fagots de sarment, et se vautra parmi les flammes jusqu'à ce qu'il eût brûlé une partie de son corps ; puis se relevant au bout de quelque temps, il disait à lui-même :

Mais que t'en semble, Martinien ? Ce feu ne t'a-t-il pas bien accommodé pour le peu de temps que tu y as demeuré ? Si tu penses pouvoir souffrir celui d'enfer, approche-toi de cette femme, car c'est le chemin pour y aller: souviens-toi que ce supplice est éternel, et que le ver des damnés ne meurt jamais : souviens-toi de ce grincement de dents, et que les diables sont insatiables à tourmenter ceux qui y sont condamnés. Il se rejeta pour la seconde fois dans le feu, pour se griller davantage, suppliant Notre-Seigneur de lui pardonner ce mauvais consentement et de ne permettre pas qu'il perdit par un péché tant de travaux qu'il avait soufferts à son service dès son enfance, vu qu'il était prêt de mourir dans ce feu pour l'amour de lui, plutôt que de l'offenser et d'aller au feu éternel.

Cette misérable femme était présente à ce spectacle, bien parée ; mais venant à considérer qu'elle était cause du tourment de Martinien, elle dépouilla ses habits de courtisane, et les jeta dans ce feu ; s'étant revêtue de ceux de pèlerine et de pénitente, elle dit à Martinien, pleurant à chaudes larmes, entrecoupées de soupirs, qu'elle ne voulait plus retourner à la ville, mais qu'elle voulait faire toute sa vie pénitence de ses péchés, en tel lieu qu'il lui voudrait désigner ; que le diable s'était servi d'elle comme d'un instrument pour le faire trébucher, et que Dieu se servirait de lui pour la relever et pour la sauver. Par le conseil du saint ermite, elle s'en alla à Bethléem, où elle fut reçue d'une vierge nommée Pauline, en un monastère, où elle vécut douze ans en grande austérité, sans boire de vin, ni manger de fruits ou d'huile ; se contentant tous les jours, ou de deux jours l'un, d'un peu de pain et d'eau. Elle couchait par terre et faisait d'autres rigoureuses pénitences, qui la rendirent si agréable à Notre-Seigneur, qu'il fit des miracles par elle, et l'appela à soi au bout de douze ans.

Martinien demeura si estropié du feu, qu'il ne fut de longtemps guéri, et il craignait toujours, ayant vu l'artifice dont le diable s'était servi pour le renverser par cette femme ; de sorte qu'il résolut en soi-même de chercher une solitude si écartée qu'il n'y eût femme au monde qui le pût aller visiter. Ayant donc fait son oraison, il invoqua Notre-Seigneur, et le prit pour conducteur de cette entreprise ; puis faisant le signe de la croix, il sortit de sa cellule et tira droit par la mer. Au temps de son départ le diable, bouffi de gloire, commença à le siffler et lui insulter, en disant : Mon nom est grand et ma force redoutable, puisque je suis venu à bout de toi ; j'ai fait consentir ta volonté au péché, je t'ai grillé les pieds et le corps, je t'ai délogé de la cellule, et je t'ai mis en déroute. Et redoublant ses cris, il dit : Fuis hardiment : car je t'assure que je te poursuivrai partout où tu iras, et que je te débusquerai de là aussi bien que d'ici ; je ne le laisserai jamais que je ne t'aie tout à fait supplanté et terrassé.

Le saint lui répondit : Toi, misérable, ni l'ennui ni l'affliction ne me chassent point de ma cellule, mais seulement l'envie de t'accabler davantage : tu ne te dois pas vanter de l'issue du combat, puisque je t'ai ravi les armes dont tu pensais m'offenser, et la femme que tu avais induite pour me détruire sera ta confusion. Le diable oyant cela s'enfuit, et Martinien chantant des psaumes et louant Notre-Seigneur, s'en alla vers la mer.
Il apprit là d'un marinier qu'il y avait un haut rocher bien avant dans la mer, où il se pouvait loger ; il s'y fit conduire, avec promesse qu'il lui apporterait de temps en temps des branches de palmier, et du pain et de l'eau pour vivre, et que le marinier vendrait tous les paniers qu'il ferait et prendrait l'argent pour sa récompense ; de plus, que l'ermite serait obligé à prier Dieu pour lui. Martinien grimpa sur ce rocher, et fut visité du marinier trois fois l'an, et secouru de tout ce qu'il avait besoin : il s'offrit de lui apporter du bois et des matériaux pour y bâtir une chaumine, où il se pût défendre du soleil et de la pluie ; mais il ne le voulut pas permettre. On ne saurait dire quelle joie eut Martinien quand il se vit sur le rocher, au milieu de la mer, où les femmes n'avoient garde de l'aller chercher ; car il les redoutait plus que le diable.

Mais pour montrer qu'il n'y a point de retraite assurée en ce monde, celui qui lui avait fait la guerre dans sa cellule et l'avait contraint de la quitter, l'alla attaquer dans son fort imprenable. Quelquefois il troublait si fort la mer que le rocher ne semblait qu'une profonde vallée, où Martinien allait être englouti, et le diable hurlait lui-même et disait : je te submergerai maintenant Martinien. Néanmoins le saint demeura coi et se moquait de lui, le contraignant de s'enfuir tout honteux et confus.

Après que le saint eut demeuré six ans sur ce rocher, où il menait une vie plus qu'humaine, ce lieu lui semblant inaccessible aux femmes, il trouva tout le contraire, et que l'on ne les saurait assez redouter en la terre et en la mer, au feu et en l'eau, d'autant qu'un vaisseau qui voguait sur cette mer vint se briser contre ce rocher par permission divine, et tous ceux qui y étaient furent submergés, excepté une très belle fille qui échappa du naufrage sur un ais, et se vint accrocher à la roche, criant : Aidez-moi, serviteur de Dieu, donnez-moi la main, et me retirez de ce profond abîme.

Martinien fut bien étonné quand il vit cette fille, et redoutant a ses paroles l'astuce du diable, il s'arma de l'oraison, puis jugeant qu'il était obligé de la secourir parce qu'elle se noyait, il la tira hors de l'eau, et admirant sa grande beauté et sa bonne grâce, il lui dit : « Ma fille, le feu et l'étoupe ne sont pas bien l'un auprès de l'autre : demeurez ici à manger mes provisions de pain et d'eau, jusqu'à ce que le marinier qui me vient visiter soit venu, qui doit être dans deux mois d'ici ; vous lui raconterez votre naufrage, et il vous mènera dans la ville. »

En disant cela, il fit le signe de la croix sur la mer, levant les yeux au ciel, et tournant la parole vers Notre-Seigneur, il dit : « Je me jette en la mer, mon Dieu, sur la confiance que j'ai en vous, afin d'être plutôt submergé qu'en danger de perdre la chasteté. »

Après qu'il eut exhorté cette fille à la vertu et à persévérer dans la crainte de Dieu, il se jeta dans la mer ; mais Notre-Seigneur, qui n'abandonne jamais les siens, et à qui toutes les créatures obéissent, envoya deux dauphins qui le portèrent sur leur dos jusqu'au bord où le saint en rendit grâces à Dieu, et le supplia de lui inspirer ce qu'il devait faire. Pensant alors en lui-même que le diable le persécutait en l'eau et en la terre, dans la cellule et sur le rocher, il résolut de ne s'arrêter plus tant en un lieu, mais de voyager par le monde, comme un pauvre pèlerin, mendiant, sans porter aucune provision avec soi ; ce qu'il fit deux ans durant, s'arrêtant en quelque lieu que ce fût où la nuit le surprenait, et recevant parmi les villages l'aumône que les gens de bien lui donnaient.

Étant arrivé en la ville d'Athènes, Notre-Seigneur voulut récompenser les grands travaux, les rudes combats et les glorieuses victoires de son serviteur, révélant à l'évêque d'Athènes que Martinien était là, et la grandeur de ses mérites, et qu'il était l'un de ses meilleurs amis. L'évêque le vint trouver dans l'église où il était couché sur un banc. Martinien lui ayant fait la révérence, lui demanda sa bénédiction, et qu'il priât Dieu pour lui ; ce que l'évêque fit, le priant aussi de ne le pas oublier, quand il serait devant Dieu. Après cela il dit : Seigneur, je recommande mon esprit entre vos mains, et ayant fait sur soi la bénédiction, il rendit l'esprit à Dieu d'un visage riant, en la présence de l'évêque, le treizième jour de février.

La fille qui demeura sur le rocher, accomplit ce que le saint lui avait commandé, vivant du pain et de l'eau qu'il lui avait laissé, et au bout de deux mois le marinier étant retourné, elle lui raconta ce qui s'était passé ; comment Martinien l'avait laissée là, et s'était jeté dans la mer, où deux dauphins l'avoient porté à bord. Elle le pria de lui apporter un habit d'homme avec du pain, de l'eau et de la laine, et d'amener sa femme pour l'habiller, et lui apprendre ce qu'elle devait faire : ce qu'il lui accorda, et la fille vécut six ans sur le rocher, habillée en homme. Elle avait vingt-cinq ans lorsqu'elle y fit naufrage : ainsi elle mourut saintement. On l'appelait Fontaine. Deux mois après son décès, le marinier retourna lui porter ses petites provisions, comme il avait coutume, et la trouvant morte, il la porta dans la ville de Césarée, avertissant l'évêque qui elle était, de l'état de sa vie et de son trépas. Ce que l'évêque ayant su, il la fit enterrer en grande solennité, comme une servante de Dieu.

Voilà la vie de saint Martinien, ermite, si persécuté et si combattu de l'ennemi commun, mais enfin victorieux, et qui a glorieusement triomphé de la chair, du monde et de l'enfer. Siméon Métaphraste l'a écrite, et dit qu'il l'avait connu. Nous y pouvons apprendre plusieurs choses dignes de remarque. La première, avec quelle haine le diable persécute les saints, s'opiniâtrant d'autant plus contre eux qu'il les voit croître en grâce, pour les faire déchoir de cette grâce excellente à laquelle ils sont élevés, afin qu'eux trébuchant, qui sont comme les piliers et les fondements de la sainteté, le reste de l'édifice, qui est appuyé sur eux, soit renversé.

La seconde, combien la chasteté est une perle précieuse, que le diable tâche de nous faire perdre avec tant de ruses et d'artifices.

La troisième, qu'il est impossible de garder ce précieux trésor, si Notre-Seigneur ne le conserve par sa grâce, et que de notre côté nous n'y coopérions, fuyant les occasions de le mettre en hasard sans nous fier à notre âge, à notre vertu, et a nos victoires précédentes ; d'autant qu'en cette guerre civile et domestique de notre chair, on ne surmonte pas si aisément en combattant qu'en fuyant les occasions de combattre que le diable présente souvent, sous couleur de piété et d'un spécieux prétexte de charité. Cette vie aussi nous enseigne combien nous devons être vigilants et retenus en cas semblables, et donne à connaître que nous ne sommes pas plus saints que David, ni plus forts que Samson, et que celui qui a peur de brûler se doit éloigner du feu.
Pedro de Ribadeneyra : Les vies des saints et fêtes de toute l'année, Volume 2 ; traduction : Timoléon Vassel de Fautereau.

SOURCE : http://saints-et-bienheureux.blogspot.ca/2011/02/martinien-de-cesaree.html


Martinian the Hermit (AC)
(also known as Martinian of Caesarea)

Died c. 400. Recluse near Caesarea, Palestine, who put his feet in the fire and another time jumped into the sea to escape from the so-called weaker sex. You may ask how this all came about.


Martinianus retired to the 'place of the Ark' near his hometown of Caesarea when he was about 18. He lived for 25 years among holy solitaries practicing penance and the virtues, and manifesting the gift of miracles.

The harlot Zoë, hearing of his sanctity and inspired by the devil, determined to pervert him. She pretended to be a poor woman, lost and helpless in the desert late at night, and prevailed upon Martinianus to allow her to spend the night with him in his cell. About dawn she tossed aside her beggar's rags and donned her city finery. Zoë told him that she offered herself and all her wealth and estates to him. She also appealed to the Old Testament saints who were wealthy and married, and urged him to abandon his purpose.

It seems that Martinianus may have assented in his heart for he did not send her away immediately. He was expecting certain people to call upon him for a blessing and instructions but told her to wait. He intended to dismiss his guests, but was touched with remorse. Returning speedily to his cell he built a fire and stuck his feet into it. Hearing his scream of pain, Zoë ran to him. "If I cannot bear this weak fire, how can I endure the fire of hell?"

This example excited Zoë to sentiments of grief and repentance. She asked Martinianus's help in finding the way to salvation. Thus, she entered the convent of Saint Paula in Bethlehem, where she lived in continual penance, lying on the floor and consuming only bread and water.

It took nearly 7 months for Martinianus's legs to heal. When he was able to rise from the ground, he retired to a rock surrounded by water on every side to be secure from the approach of danger and all occasion of sin. Here he lived exposed to the elements and seeing no one except a boatman who brought him supplies twice annually.

After six years on the rock, he one day spied a ship wrecked at the bottom of his rock. All on board had perished except for one girl, who cried out for help. He rescued her but, fearing temptation of living alone with her for two months until the boatman came again, resolved to leave her and his provisions. She freely chose to live out her days on the rock in imitation of Martinianus.

He threw himself into the sea to shun all danger of sin, swam to the mainland, and travelled through many deserts to reach Athens, where he lived out the rest of his life.

Martinianus's name does not appear in the R.M., but does occur in the Greek Menaea. Some have questioned whether this story is entirely fictitious (Benedictines, Encyclopedia, Husenbeth).


Saint Martinian's emblem is a dolphin, standing on a rock in the sea (Roeder).