vendredi 7 juin 2013

SOLENNITÉ DU SACRÉ-COEUR


SOLENNITÉ DU SACRÉ-COEUR

Année C

Première lecture

Lecture du livre d'Ezéchiel [1] (XXXIV 11-16) [2]

Parole du Seigneur Dieu. Maintenant, j'irai moi-même à la recherche de mes brebis, et je veillerai sur elles. Comme un berger veille sur les brebis de son troupeau quand elles sont dispersées, ainsi je veillerai sur mes brebis, et j'irai les délivrer dans tous les endroits où elles ont été dispersées un jour de brouillard et d'obscurité. Je les ferai sortir des pays étrangers, je les rassemblerai, et je les ramènerai chez elles ; je les mènerai paître sur les montagnes d'Israël, dans les vallées, dans les endroits les meilleurs. Je les ferai paître dans un bon pâturage, et leurs prairies seront sur les hauteurs d'Israël. Là, elles se reposeront dans de belles prairies, elles brouteront dans de gras pâturages, sur les monts d'Israël. C'est moi qui ferai paître mon troupeau, et c'est moi qui le ferai reposer, déclare le Seigneur Dieu ! La brebis perdue, je la chercherai, l'égarée, je la ramènerai. Celle qui est blessée, je la soignerai. Celle qui est faible, je lui rendrai des forces. Celle qui est grasse et vigoureuse, je la garderai, je la ferai paître avec justice.

Textes liturgiques © AELF, Paris

[1] Fils de Buzi, le prophète Ezéchiel qui appartient à une famille sacerdotale, est prêtre à Jérusalem. Sa carrière prophétique qui se déroule de 592 aux environs de 570, auprès des exilés à Babylone, comprend deux parties très nettes, séparées par la prise de Babylone en 586. Certains auteurs toutefois pensent que la première période de son ministère s’est déroulée à Jérusalem.

[2] Cet oracle d’Ezéchiel suit celui sur les mauvais bergers : « Malheur aux bergers d'lsraël qui se paissent eux-mêmes » (XXIV 2). Sont visés les rois et les chefs qui n'ont pas agi pour le bien du peuple. La conséquence a été la déroute du troupeau et, en particulier l'Exil. Les nombreux « vous n'avez pas... » ( fortifié, guéri, recherché) annoncent et les reproches de l'Evangile : « vous ne m'avez pas... donné à manger..., visité... ». Les rois d'Israël sont facilement appelés « bergers du peuple ». Le Christ, est Roi non par puissance qui s'impose mais par le souci du bien de chacun, en particulier des petits et de ceux qui souffrent. La dispersion du troupeau (« un jour de brouillard et d'obscurité ») évoque l'Exil ; elle évoque le péché qui disloque les liens du peuple uni à Dieu. Le Christ est Roi en délivrant du péché et en ramenant les égarés à l'unité. Le texte se termine sur l'annonce du jugement. Après les rois et les chefs, ce sont les membres eux-mêmes du peuple qui seront jugés et recevront récompense ou punition. « Alors ils connaîtront que je suis le Seigneur » (XXIV 30) : l'attitude de Dieu vis-à-vis des hommes doit être un chemin pour la foi, par la reconnaissance de sa bonté et sa justice. C'est vrai pour le troupeau, c'est vrai pour chaque brebis, c’est vrai pour chacun de nous.


Psaume 22


Mon berger, c'est le Seigneur :


je ne manque de rien ;


sur de frais pâturages,


il me laisse reposer.



Il me mène auprès des eaux tranquilles


et me fait revivre ;


il me conduit par les bons sentiers


pour l'honneur de son nom.



Si je traverse les ravins de la mort,


je ne crains aucun mal,


car tu es avec moi :


ton bâton me guide et me rassure.



Tu prépares la table pour moi,


devant mes ennemis ;


tu répands le parfum sur ma tête,


ma coupe m'emplit de joie.




Grâce et bonheur me suivront


tous les jours de ma vie,


et je pourrai d'année en année,


revenir à la maison du Seigneur.

Textes liturgiques © AELF, Paris


Épître

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains (V 5-11).

Frères, l'amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l'Esprit Saint qui nous a été donné. Alors que nous n'étions encore capables de rien, le Christ, au temps fixé par Dieu, est mort pour les coupables que nous étions. - Accepter de mourir pour un homme juste, c'est déjà difficile ; peut-être donnerait-on sa vie pour un homme de bien. - Or, la preuve que Dieu nous aime, c'est que le Christ est mort pour nous, alors que nous étions encore pécheurs. À plus forte raison, maintenant que le sang du Christ nous a fait devenir des justes, nous serons sauvés par lui de la colère de Dieu. En effet, si Dieu nous a réconciliés avec lui par la mort de son Fils, quand nous étions encore ses ennemis, à plus forte raison, maintenant que nous sommes réconciliés, nous serons sauvés par la vie du Christ ressuscité. Bien plus, nous mettons notre orgueil en Dieu, grâce à Jésus-Christ, notre Seigneur, qui nous a réconciliés avec Dieu.

Textes liturgiques © AELF, Paris



Évangile

Suite du saint Évangile de notre Seigneur Jésus-Christ selon Saint Luc (XV 3-7).

Jésus disait cette parabole : « Si l'un de vous a cent brebis et en perd une[1], ne laisse-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres[2] dans le désert[3] pour aller chercher celle qui est perdue[4], jusqu'à ce qu'il la retrouve[5] ?

Quand il l'a retrouvée, tout joyeux[6], il la prend sur ses épaules[7], et, de retour chez lui, il réunit ses amis et ses voisins ; il leur dit : « Réjouissez-vous avec moi, car j'ai retrouvé ma brebis, celle qui était perdue[8] ! »

Je vous le dis : c'est ainsi qu'il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit, plus que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n'ont pas besoin de conversion[9]. »

Textes liturgiques © AELF, Paris

[1] Chacun de nous peut se reconnaître dans l’exemple qu’il nous donne. Un trait rapide permet à l'homme tout en se reconnaissant dans cette parabole, d’y reconnaître bien vite le Créateur de l’homme. Ce pasteur a cent brebis... Ce nombre de cent est un nombre parfait : en l’employant, il faisait comprendre à ses auditeurs qu'il s'agissait du Créateur, de celui qui ayant créé les Anges et les hommes vit sa création parfaite. Quand l’homme en péchant s’éloigna des pâturages de vie, c'était l'une de ces brebis qui s’égarait (saint Grégoire le Grand : Homélie XXXIV sur les péricopes évangéliques, 2).

[2] Son troupeau tout entier ne lui est pas plus cher qu'une seule de ses brebis (Tertullien : de Pœnitentia, VIII).

[3] En cette brebis, nous est représenté le genre humain tout entier; car par la faute d'un seul, tout le genre humain s’égara (saint Hilaire de Poitiers : commentaire de l’évangile selon saint Matthieu, XVIII 6).

[4] Comment peut-on s’en aller loin de Dieu qui est partout ? On s'éloigne de Dieu par les œuvres ; on s'éloigne de Dieu par les sentiments. Où vas-tu malheureux, qui fuis la vie et le salut ? Si tu t'en vas loin de Dieu, où trouveras-tu un refuge ? Si tu fuis la lumière, comment pourras-tu voir ? Si tu fuis la vie, comment pourras-tu vivre ? Dans cette fuite insensée, c'est la perte de tous les biens, c'est la fatigue, la faim, la fièvre, le danger des ennemis (saint Jean Chrysostome : homélie XI sur l’épître de saint Paul aux Philippiens, 5).

[5] Comme Dieu est touchant dans sa miséricorde. Il nous avait défendu de commettre le mal ; nous avons enfreint sa défense, et il n'a pas cessé de nous attendre pour nous pardonner. Nous l’avons méprisé, et il nous appelle. Nous nous sommes détournés de lui, et il ne s'est point détourné de nous. C'est pourquoi il disait par Isaïe : « Vos oreilles entendront la voix de celui qui vous avertit par derrière. » L'homme avait été averti en face quand il avait reçu les préceptes de la justice. Méprisant ces préceptes, il a tourné le dos à Dieu. Et Dieu continue à le suivre et il l’avertit par derrière. Il rappelle avec bonté ceux qui se sont orgueilleusement éloignés de lui, et au lieu de nous frapper quand nous lui tournons le dos, il nous promet des récompenses pour que nous revenions à lui (saint Grégoire le Grand : Homélie XXXIV sur les péricopes évangéliques, 17).

[6] Elle était couchée dans la boue ; il la lave : il nous a rencontrés tout couverts de souillures, tout remplis de plaies purulentes, décharnés, fantômes plutôt qu'hommes. Les démons étaient autour de nous, le prince de ce monde se moquait de nous : le Fils de Dieu fait paraître l’éclat de sa présence, il dissipe toutes les ombres. Il se trouve en face de la pauvre âme perdue : elle était tourmentée par la fièvre des passions mauvaises, par la faim de l'avarice ; elle était affligée de cécité et de surdité. Et voilà qu'aussitôt il lui apporte le remède : il la lave dans l’eau sainte et lui rend sa pureté : sous l’action de cette eau bienfaisante sa fièvre s'apaise, ses yeux s'ouvrent, ses oreilles entendent; elle reprend des forces ; elle se revêt de beauté, de la beauté qui convient à une fille de Dieu née de la grâce de l'Esprit Saint, à une fille de roi née dans la pourpre de la sainteté. Malheur à moi, si j’oublie ma noblesse (saint Jean Chrysostome : homélie XI sur l’épître de saint Paul aux Philippiens, 5).

[7] Il a chargé sur ses épaules la brebis perdue quand, assumant notre nature, il a pris sur lui nos péchés (saint Grégoire le Grand : Homélie XXXIV sur les péricopes évangéliques, 3).

[8] Que dirai-je de ces hommes qui sont à la fois des justes et des pénitents, qui font pénitence pour avoir eu seulement la pensée du péché pendant qu'ils demeuraient justes dans leurs œuvres ? Quelle joie c'est pour Dieu de voir ce juste pleurer quand déja un pécheur en se convertissant lui a procuré une joie si grande antérieures (saint Grégoire le Grand : Homélie XXXIV sur les péricopes évangéliques, 5).

[9] C’est là un fait d'expérience quotidienne : la plupart de ceux qui ne sentent en eux le poids d’aucun péché, en se tenant dans les voies de la justice et en ne commettant aucune action défendue, n'ont pour la patrie céleste que des désirs très-tièdes, et dans l'usage des choses permises se donnent d'autant plus de large qu'il se souviennent moins d'avoir fait des choses défendues : et dans la conscience de n'être pas tombés en des fautes graves, ils demeurent paresseux pour faire le bien. Au contraire, ceux qui ont conscience de fautes commises, excités par leur douleur s'embrasent de l'amour de Dieu, s`exercent aux grandes vertus, aiment l'âpreté du saint combat : ils fuient les hommes et les richesses de la terre, se réjouissent dans l'humiliation, brûlent de désirs, soupirent après la patrie céleste, et par leurs gains abondants, compensent toutes les pertes antérieures (saint Grégoire le Grand : Homélie XXXIV sur les péricopes évangéliques, 17).



PÈLERINAGE APOSTOLIQUE EN FRANCE

HOMÉLIE DU PAPE JEAN-PAUL II

Paray-le-Monial (France)

Dimanche, 5 octobre 1986


1. “Je vous donnerai un cœur nouveau . . .” (Ez 36, 26).

Nous nous trouvons en un lieu où ces paroles du prophète Ezéchiel retentissent avec force. Elles ont été confirmées ici par une servante pauvre et cachée du Cœur divin de Notre Seigneur: sainte Marguerite-Marie. Bien des fois, au cours de l’histoire, la vérité de cette promesse a été confirmée par la Révélation, dans l’Eglise, à travers l’expérience des saints, des mystiques, des âmes consacrées à Dieu. Toute l’histoire de la spiritualité chrétienne en témoigne: la vie de l’homme croyant en Dieu, tendu vers l’avenir par l’espérance, appelé à la communion de l’amour, cette vie est celle de l’homme “intérieur”. Elle est illuminée par la vérité admirable du Cœur de Jésus qui s’offre lui-même pour le monde.

Pourquoi la vérité sur le Cœur de Jésus nous a-t-elle été confirmée singulièrement ici, au XVIIe siècle, comme au seuil des temps modernes?

Je suis heureux de méditer ce message en terre de Bourgogne terre de sainteté, marquée par Cîteaux et Cluny, où l’Evangile a modelé la vie et l’œuvre des hommes.

Je suis heureux de redire le message de Dieu riche en miséricorde dans la diocèse d’Autun qui m’accueille. Je salue cordialement Monseigneur Armand le Bourgeois, pasteur de cette Eglise, et son auxiliaire Monseigneur Maurice Gaidon. Je salue les représentants des Autorités civiles, locales et régionales. Je salue tout le peuple de Dieu ici rassemblé, les travailleurs de la terre et ceux de l’industrie, les familles, en particulier les associations qui animent leur vie chrétienne, les associations qui aiment leur vie chrétienne, les séminaristes qui commencent leur marche vers le sacerdoce, les pèlerins du Sacré-Cœur, notamment la Communauté de l’Emmanuel très attachée à ce lieu, ainsi que tous ceux qui viennent ici affermir leur foi, leur esprit de prière et leur sens de l’Eglise, dans les sessions d’été ou d’autres démarches communautaires.

Et je voudrais être proche aussi de toutes les personnes qui, grâce à la télévision, suivent dans leur foyer cette célébration.

2. “Je vous donnerai un cœur”: Dieu nous le dit par le Prophète. Et le sens s’éclaire par le contexte. “Je verserai sur vous une eau pure, et vous serez purifiés” (Ez 36, 25), Oui, Dieu purifié le cœur humain. Le cœur, créé pour être le foyer de l’amour, est devenu le foyer central du refus de Dieu, du péché de l’homme qui se détourne de Dieu pour s’attacher à toutes sortes d’“idoles”. C’est alors que le cœur est “impur”. Mais quand le même lieu intérieur de l’homme s’ouvre à Dieu, il retrouve la “pureté” de l’image et de la ressemblance imprimées en lui par le Créateur depuis le commencement.

Le cœur, c’est aussi le foyer central de la conversion que Dieu désire de la part de l’homme et pour l’homme, pour entrer dans son intimité, dans son amour. Dieu a créé l’homme pour qu’il ne soit ni indifférent ni froid, mais ouvert à Dieu. Comme elles sont belles les paroles du Prophète: “J’enlèverai votre cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair” (Ez 36, 26)! Le cœur de chair, un cœur qui a une sensibilité humaine et un cour capable de se laisser saisir par le souffle de l’Esprit Saint.

C’est là ce que dit Ezéchiel: “Je vous donnerai un cœur nouveau, je mettrai en vous un esprit nouveau . . . mon esprit” (Ez 36, 26-27).

Frères et Sœurs, que chacun d’entre nous se laisse purifier et convertir par l’Esprit du Seigneur! Que chacun d’entre nous trouve en lui une inspiration pour sa vie, une lumière pour son avenir, une clarté pour purifier ses désirs!

Aujourd’hui, je voudrais annoncer particulièrement aux familles la bonne nouvelle du don admirable: Dieu donne la pureté du cœur, Dieu permet de vivre un amour vrai!

3. Les paroles du prophète préfiguraient la profondeur de l’expérience évangélique. Le salut à venir est déjà présent.

Mais comment l’Esprit viendra-t-il dans le cœur des hommes? Quelle sera la transformation tant désirée par le Dieu d’Israël.

Ce sera l’œuvre de Jésus-Christ: le Fils éternel que Dieu n’a pas épargné, mais qu’il a donné pour nous tous, pour nous donner toute grâce avec lui (cf. Rm 8, 32), pour nous offrir tout avec lui!

Ce sera l’œuvre étonnante de Jésus. Pour qu’elle soit révélée, il faudra attendre jusqu’à la fin, jusqu’à sa mort sur la Croix. Et lorsque le Christ “a remis” son esprit entre les mains du Père (cf. Lc 23, 46), alors se produit cet événement : “Des soldats vinrent . . . ils vinrent à Jésus et voyant qu’il était déjà mort . . . un des soldats avec sa lance lui perça le coté, et aussitôt il en sortit du sang et de l’eau” (Jn 19, 32-34).

L’événement paraît “ordinaire”. Sur le Golgotha, c’est le dernier geste dans une exécution romaine: la constatation de la mort du condamné. Oui, il est mort, il est réellement mort!

Et dans sa mort, il s’est révélé lui-même jusqu’au bout. Le cœur transpercé est son ultime témoignage. Jean, l’Apôtre qui se tenait au pied de la Croix, l’a compris; au cours des siècles, les disciples du Christ et les maîtres de la foi l’ont compris. Au XVII’ siècle, une religieuse de la Visitation a reçu de nouveau ce témoignage à Parayle-Monial; Marguerite-Marie le transmet à toute l’Eglise au seuil des temps modernes.

Par le Cœur de son Fils, transpercé sur la Croix, le Père nous a donné tout, gratuitement. L’Eglise et le monde reçoivent le Consolateur: l’Esprit Saint. Jésus avait dit: “Si je pars, je vous l’enverrai”, Son cœur transpercé témoigne qu’il “est parti”. Il envoie désormais l’Esprit de vérité. L’eau qui coule de son côté transpercé est le signe de l’Esprit Saint: Jésus avait annoncé à Nicodème la nouvelle naissance “de l’eau et de l’Esprit”. Les paroles du Prophète s’accomplissent: “Je vous donnerai un cœur nouveau, je mettrai en vous un esprit nouveau”.

4. Sainte Marguerite-Marie a connu ce mystère admirable, le mystère bouleversant de l’Amour divin. Elle a connu toute la profondeur des paroles d’Ezéchiel: “Je vous donnerai un cœur”.

Tout au long de sa vie cachée dans le Christ, elle fut marquée par le don de ce Cœur qui s’offre sans limite à tous les cœurs humains. Elle était saisie tout entière par ce mystère divin, comme l’exprime l’admirable prière du psaume de ce jour:

“Bénis le Seigneur, ô mon âme, bénis son nom très saint, tout mon être!”.

“Tout mon être”, c’est dire “tout mon cœur”!

“Bénis mon être”, c’est dire “tout mon cœur”!

Bénis le Seigneur! . . . N’oublie aucun de ses bienfaits! Il pardonne. Il “guérit”. Il “réclame ta vie à la tombe”. Il “te couronne d’amour et de tendresse”.

II est bon et plein d’amour. Lent à la colère. Plein d’amour: d’amour miséricordieux, Lui qui se souvient “de quoi nous sommes pétris”.

Lui. Vraiment lui, le Christ.

5. Toute sa vie, sainte Marguerite-Marie brûlait de la flamme vive de cet amour que le Christ est venu allumer dans l’histoire de l’homme.

Ici, en ce lieu de Paray-le-Monial, comme jadis l’Apôtre Paul, l’humble servante de Dieu semblait crier au monde entier: “Qui pourra nous séparer de l’amour du Christ?”.

Paul s’adressait à la première génération des chrétiens. Ils savaient ce que sont “la détresse, l’angoisse, la persécution, la faim, et même la nudité” (dans les arènes, sous les dents des bêtes), ils savaient ce que sont le péril et le glaive!

Au XVIIe siècle, la même question retentit, posée par Marguerite Marie aux chrétiens d’alors, à Paray-le-Monial.

En notre temps, la même question retentit, adressée à chacun de nous. A chacun en particulier, quand il regarde son expérience de la vie familiale.

Qui brise les liens de l’amour? Qui éteint l’amour qui embrase les foyers?

6. Nous le savons, les familles de ce temps connaissent trop souvent l’épreuve et la rupture. Trop de couples se préparent mal au mariage. Trop de couples se désunissent, et ne savent pas garder la fidélité promise, accepter l’autre tel qu’il est, l’aimer malgré ses limites et sa faiblesse. Alors trop d’enfants sont privés de l’appui équilibré qu’ils devraient trouver dans l’harmonie complémentaire de leurs parents.

Et aussi, quelles contradictions à la vérité humaine de l’amour, lorsque l’on refuse de donner la vie de manière responsable, et lorsque l’on en vient à faire mourir l’enfant déjà conçu!

Ce sont là les signes d’une véritable maladie qui atteint les personnes, les couples, les enfants, la société elle-même!

Les conditions économiques, les influence de la société, les incertitudes de l’avenir, sont invoquées pour expliquer les altérations de l’institution familiale. Elles pèsent, certes, et il faut y remédier. Mais cela ne peut justifier que l’on renonce à un bien fondamental, celui de l’unité stable de la famille dans la libre et belle responsabilité de ceux qui engagent leur amour avec l’appui de la fidélité inlassable du Créateur et du Sauveur.

N’a-t-on pas trop souvent réduit l’amour aux vertiges du désir individuel ou à la précarité des sentiments? De ce fait, ne s’est-on pas éloigné du vrai bonheur qui se trouve dans le don de soi sans réserve et dans ce que le Concile appelle “le noble ministère de la vie”? Ne faut-il pas dire clairement que se rechercher soi-même par égoïsme plutôt que chercher le bien de l’autre, cela se nomme le péché? Et c’est offenser le Créateur, source de tout amour, et le Christ Sauveur qui a offert son cœur blessé pour que ses frères retrouvent leur vocation d’êtres qui engagent librement leur amour.

Oui, la question essentielle est toujours la même.

Le danger est toujours le même: que l’homme soit séparé de l’amour!

L’homme déraciné du terrain le plus profond de son existence spirituelle. L’homme condamné à avoir de nouveau un “cœur de pierre”. Privé du “cœur de chair” qui soit capable de réagir avec justesse au bien et au mal. Le cœur sensible à la vérité de l’homme et à la vérité de Dieu. Le cœur capable d’accueillir le souffle de l’Esprit Saint. Le cœur rendu fort par la force de Dieu.

Les problèmes essentiels de l’homme - hier, aujourd’hui et demain - se situent à ce niveau. Celui qui dit “je vous donnerai un cœur” veut mettre dans ce mot tout ce par quoi l’homme “devient plus”.

7. Le témoignage de beaucoup de familles montre assez que les vertus de la fidélité rendent heureux, que la générosité des conjoints l’un pour l’autre et ensemble vis-à-vis de leurs enfants est une vraie source de bonheur. L’effort de maîtrise de soi, le dépassement des limites de chacun, la persévérance aux divers moments de l’existence, tout cela conduit à un épanouissement dont on peut rendre grâce.

Alors il devient possible de porter l’épreuve qui survient, de savoir pardonner une offense, d’accueillir un enfant qui souffre, d’illuminer la vie de l’autre, même faible ou diminué, par la beauté de l’amour.

Aussi voudrais-je demander aux Pasteurs et aux animateurs qui aident les familles à s’orienter, de leur présenter clairement l’appui positif que constitue pour elles l’enseignement moral de l’Eglise. Dans la situation confuse et contradictoire d’aujourd’hui, il faut reprendre l’analyse et les règles de vie qui ont été exposées particulièrement dans l’exhortation apostolique Familiaris Consortio, à la suite du Synode des Evêques, en exprimant l’ensemble de la doctrine du Concile et du Magistère pontifical.

Le Concile Vatican II rappelait que “la loi divine manifeste la pleine signification de l’amour conjugal, elle le protège et le conduit à son achèvement vraiment humain”.

8. Oui, grâce au sacrement du mariage, dans l’Alliance avec la Sagesse divine, dans l’Alliance avec l’amour infini du Cœur du Christ, familles, il vous est donné de développer en chacun de vos membres la richesse de la personne humaine, sa vocation à l’amour de Dieu et hommes.

Sachez accueillir la présence du Cœur du Christ en lui confiant votre foyer. Qu’il inspire votre générosité, votre fidélité au sacrement où votre alliance a été scellée devant Dieu! Et que la charité du Christ vous aide à accueillir et à aider vos frères et sœurs blessés par les ruptures, laissés seuls; votre témoignage fraternel leur fera mieux découvrir que le Seigneur ne cesse d’aimer ceux qui souffrent.

Animés par la foi qui vous a été transmise, sachez éveiller vos enfants au message de l’Evangile et à leur rôle d’artisans de justice et de paix. Donnez-leur d’entrer activement dans la vie de l’Eglise. Ne vous déchargez pas sur d’autres, coopérez avec les Pasteurs et les autres éducateurs dans la formation à la foi, dans les œuvres de solidarité fraternelle, l’animation de la communauté. Dans votre vie de foyer, donnez franchement sa place au Seigneur, priez ensemble. Soyez fidèles à l’écoute de la Parole de Dieu, aux sacrements et d’abord à la communion au Corps du Christ livré pour nous. Participez régulièrement à la messe dominicale, c’est le rassemblement nécessaire des chrétiens en Eglise: là, vous rendez grâce pour votre amour conjugal lié “à la charité du Christ se donnant lui-même sur la Croix”; vous offrez même vos peines avec son Sacrifice sauver; chacun, conscient d’être pécheur, intercède aussi pour ceux de ses frères qui, de bien des manières, s’éloignent de leur vocation et renoncent à accomplir la volonté d’amour du Père; vous recevez de sa miséricorde la purification et la force de pardonner vous-mêmes; vous affermissez votre espérance; vous marquez votre communion fraternelle en la fondant sur la communion eucharistique.

9. Avec Paul de Tarse, avec Marguerite-Marie, nous proclamons la même certitude: ni la mort ni la vie, ni le présent ni l’avenir, ni les puissances, ni aucune autre créature, rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu qui est en Jésus-Christ.

J’en ai la certitude . . . rien ne pourra jamais . . .!

Aujourd’hui, nous nous trouvons en ce lieu de Paray-le-Monial pour renouveler en nous-mêmes cette certitude: “Je vous donnerai un cœur . . .”.

Devant le Cœur ouvert du Christ, nous cherchons à puiser en lui l’amour vrai dont nos familles ont besoin.

La cellule familiale est fondamentale pour édifier la civilisation de l’amour.

Partout, dans la société, dans nos villages, dans nos quartiers, dans nos usines et nos bureaux, dans nos rencontres entre peuples et races, le “cœur de pierre”, le cœur desséché, doit se changer en “cœur de chair”, ouvert aux frères, ouvert à Dieu. Il y va de la paix. Il y va de la survie de l’humanité. Cela dépasse nos forces. C’est un don de Dieu. Un don de son amour.

Nous avons la certitude de son Amour!

© Copyright 1986 - Libreria Editrice Vaticana



LETTRE DU PAPE BENOÎT XVI

POUR LE 50 ANNIVERSAIRE DE L'ENCYCLIQUE

"HAURIETIS AQUAS" DE PIE XII


Au Révérend Père

Peter-Hans KOLVENBACH,

s.j. Préposé général de la Compagnie de Jésus

Les paroles du prophète Isaïe - "Dans l'allégresse, vous puiserez de l'eau aux sources du salut" (Is 12, 3) - qui ouvrent l'Encyclique par laquelle Pie XII rappelait le premier centenaire de l'extension à toute l'Eglise de la Fête du Sacré-Coeur de Jésus, n'ont aujourd'hui, 50 ans plus tard, rien perdu de leur signification. En promouvant le culte du Sacré-Coeur de Jésus, l'Encyclique Haurietis aquas exhortait les croyants à s'ouvrir au mystère de Dieu et de son amour, en se laissant transformer par celui-ci. Cinquante ans plus tard, cela demeure un devoir toujours actuel pour les chrétiens que de continuer à approfondir leur relation avec le Coeur de Jésus de manière à raviver en eux-mêmes la foi en l'amour salvifique de Dieu, en l'accueillant toujours mieux dans leur propre vie.

Le côté transpercé du Rédempteur est la source à laquelle nous renvoie l'Encyclique Haurietis aquas: c'est à cette source que nous devons puiser pour atteindre la véritable connaissance de Jésus Christ et pour faire plus pleinement l'expérience de son amour. Nous pourrons ainsi mieux comprendre ce que signifie connaître en Jésus Christ l'amour de Dieu, en faire l'expérience en fixant notre regard sur Lui, jusqu'à vivre pleinement de l'expérience de son amour, pour pouvoir ensuite en témoigner aux autres. En effet, pour reprendre une expression de mon vénéré prédécesseur Jean-Paul II, "auprès du Coeur du Christ, le coeur de l'homme apprend à connaître le sens véritable et unique de sa vie et de son destin, à comprendre la valeur d'une vie authentiquement chrétienne, à se garder de certaines perversions du coeur humain, à joindre l'amour filial envers Dieu à l'amour du prochain. Ainsi - et c'est la véritable réparation demandée par le coeur du Sauveur - sur les ruines accumulées par la haine et la violence, pourra être bâtie la civilisation du coeur du Christ" (Insegnamenti, vol. IX/2, 1986, p. 843).

Connaître l'amour de Dieu en Jésus Christ

Dans l'Encyclique Deus caritas est, j'ai cité l'affirmation de la première Epître de saint Jean: "Nous avons reconnu et nous avons cru que l'amour de Dieu est parmi nous", pour souligner qu'à l'origine de l'existence chrétienne, il y a la rencontre avec une Personne (cf. n. 1). Puisque Dieu s'est manifesté de la manière la plus profonde à travers l'incarnation de son Fils, en se rendant "visible" en Lui, c'est dans la relation avec le Christ que nous pouvons reconnaître qui est véritablement Dieu (cf. Enc. Haurietis aquas, nn. 29-41; Enc. Deus caritas est, nn. 12-15). Plus encore, puisque l'amour de Dieu a trouvé son expression la plus profonde dans le don que le Christ a fait de sa vie pour nous sur la Croix, c'est avant tout en regardant ses souffrances et sa mort que nous pouvons reconnaître de façon toujours plus claire l'amour sans limites que Dieu a pour nous: "Car Dieu a tant aimé le monde, qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas mais ait la vie éternelle" (Jn 3, 16).

Par ailleurs, ce mystère de l'amour de Dieu pour nous ne constitue pas seulement le contenu du culte et de la dévotion au Coeur de Jésus: il est, de la même manière, le contenu de toute véritable spiritualité et dévotion chrétienne. Il est donc important de souligner que le fondement de cette dévotion est ancien comme le christianisme lui-même. En effet, être chrétien n'est possible qu'en tenant le regard tourné vers la Croix de notre Rédempteur, vers "celui qu'ils ont transpercé" (Jn 19, 37; cf. Za 12, 10). C'est à juste titre que l'Encyclique Haurietis aquas rappelle que la blessure au côté et celles laissées par les clous ont été pour d'innombrables âmes les signes d'un amour qui a façonné leur vie de manière toujours plus incisive (cf. n. 52). Reconnaître l'amour de Dieu dans le Crucifié est devenu pour eux une expérience intérieure qui leur a fait confesser, avec Thomas: "Mon Seigneur et mon Dieu!" (Jn 20, 28), en leur permettant d'atteindre une foi plus profonde dans l'accueil sans réserve de l'amour de Dieu (cf. Enc. Haurietis aquas, n. 49).

Faire l'expérience de l'amour de Dieu en tournant le regard vers le Coeur de Jésus Christ

La signification la plus profonde de ce culte à l'amour de Dieu se manifeste seulement lorsque l'on considère plus attentivement sa contribution non seulement à la connaissance, mais également et surtout à l'expérience personnelle de cet amour dans un dévouement empli de confiance à son service (cf. Enc. Haurietis aquas, n. 62). Bien sûr, expérience et connaissance ne peuvent être séparées l'une de l'autre: l'une fait référence à l'autre. Il faut par ailleurs souligner qu'une véritable connaissance de l'amour de Dieu n'est possible que dans le cadre d'une attitude de prière humble et de disponibilité généreuse. A partir d'une telle attitude intérieure, le regard posé sur le côté transpercé par la lance se transforme en adoration silencieuse. Le regard sur le côté transpercé du Seigneur, d'où coulent "du sang et de l'eau" (cf. Jn 19, 34), nous aide à reconnaître la multitude des dons de grâce qui en proviennent (cf. Enc Haurietis aquas, nn. 34-41) et nous ouvre à toutes les autres formes de dévotion chrétienne qui sont comprises dans le culte au Coeur de Jésus.

La foi entendue comme fruit de l'amour de Dieu dont on a fait l'expérience, est une grâce, un don de Dieu. Mais l'homme ne pourra faire l'expérience de la foi comme d'une grâce que dans la mesure où il l'accepte en lui-même comme un don, à partir duquel il cherche à vivre. Le culte de l'amour de Dieu, auquel l'Encyclique Haurietis aquas invitait les fidèles (cf. ibid. n. 72), doit nous aider à nous rappeler sans cesse qu'il a pris sur lui cette souffrance volontairement "pour nous", "pour moi". Lorsque nous pratiquons ce culte, non seulement nous reconnaissons avec gratitude l'amour de Dieu, mais nous continuons à nous ouvrir à cet amour, afin que notre vie soit toujours davantage modelée par celui-ci. Dieu, qui a déversé son amour "dans nos coeurs par le Saint Esprit qui nous fut donné" (cf. Rm 5, 5), nous invite inlassablement à accueillir son amour. L'invitation à nous donner entièrement à l'amour salvifique du Christ et à se vouer à celui-ci (cf. ibid., n. 4) a donc comme premier objectif la relation avec Dieu. Voilà pourquoi ce culte, totalement voué à l'amour de Dieu qui se sacrifie pour nous, est d'une importance véritablement indispensable pour notre foi et pour notre vie dans l'amour.

Vivre et témoigner de l'amour dont on fait l'expérience

Qui accepte l'amour de Dieu intérieurement, est façonné par lui. L'amour de Dieu dont l'homme fait l'expérience est vécu par lui comme un "appel" auquel il doit répondre. Le regard tourné vers le Seigneur, qui "a pris nos infirmités et s'est chargé de nos maladies" (Mt 8, 17), nous aide à devenir plus attentifs à la souffrance et aux besoins des autres. La contemplation pleine d'adoration du côté transpercé par la lance nous rend sensibles à la volonté salvifique de Dieu. Elle nous rend capables de nous en remettre à son amour salvifique et miséricordieux et, dans le même temps, elle nous renforce dans le désir de participer à son oeuvre de salut en devenant ses instruments. Les dons reçus du côté ouvert, duquel coulent "sang et eau" (cf. Jn 19, 34), font en sorte que notre vie devienne également pour les autres une source d'où proviennent "des fleuves d'eau vive" (cf. Jn 7, 38) (cf. Enc. Deus caritas est, n. 7). L'expérience de l'amour puisée au culte du côté transpercé du Rédempteur nous protège du risque du repli sur nous-mêmes et nous rend plus disponible à une vie pour les autres. "A ceci nous avons connu l'amour: celui-là a donné sa vie pour nous. Et nous devons nous aussi donner nos vies pour nos frères" (1 Jn 3, 16) (cf. Enc. Haurietis aquas, n. 38).

La réponse au commandement de l'amour n'est rendue possible que par l'expérience que cet amour nous a déjà d'abord été donné par Dieu (cf. Enc. Deus caritas est, n. 14). Le culte de l'amour qui se rend visible dans le mystère de la Croix, présenté à nouveau lors de chaque Célébration eucharistique, constitue donc le fondement sur lequel nous pouvons devenir des personnes capables d'aimer et de nous donner (cf. Enc. Haurietis aquas, n. 69), en devenant un instrument entre les mains du Christ: ce n'est qu'ainsi que l'on peut être des messagers crédibles de son amour. Toutefois, cette ouverture à la volonté de Dieu doit se renouveler à tout moment: "l'amour n'est jamais "achevé" ni complet" (cf. Deus caritas est, n. 17). Le regard au "côté transpercé par la lance", dans lequel resplendit la volonté sans limites de salut de la part de Dieu, ne peut donc être considéré comme une forme passagère de culte ou de dévotion: l'adoration de l'amour de Dieu, qui a trouvé dans le symbole du "coeur transpercé" son expression historique et dévotionnelle, demeure inséparable d'un rapport vivant avec Dieu (cf. Enc. Haurietis aquas, n. 62).

En formant le voeu que l'anniversaire de ces cinquante ans puisse stimuler dans de nombreux coeurs une réponse toujours plus fervente à l'amour du Coeur du Christ, je vous donne, Révérend Père, ainsi qu'à tous les religieux de la Compagnie de Jésus, toujours très actifs dans la promotion de cette dévotion fondamentale, une Bénédiction apostolique particulière.

Du Vatican, le 15 mai 2006

BENEDICTUS PP. XVI



 
MISERENTISSIMUS REDEMPTOR

LETTRE ENCYCLIQUE DE S. S. LE PAPE

– Pie XI –

8 mai 1928

Introduction

La promesse du Christ d'assister son Église

Notre Rédempteur très miséricordieux venait d'opérer, sur le bois de la Croix, le salut du genre humain; sur le point de remonter de ce monde vers son Père, il dit à ses Apôtres et à ses disciples pour les consoler : Voici que je suis avec vous jusqu'à la fin du monde. Cette parole, outre qu'elle est très agréable à entendre, est génératrice d'espérance et de sécurité, c'est elle, Vénérables Frères, qui Nous réconforte toutes les fois que, du haut de ce Siège, comme d'un observatoire élevé, Nous parcourons du regard soit l'ensemble de la société humaine entière, accablée de maux et de misères si nombreuses, soit l'Église elle-même, livrée à des attaques et à des embûches incessantes.

C'est cette divine promesse qui, à l'origine, éleva le courage des Apôtres abattus, les enflamma d'un zèle ardent pour répandre à travers le monde entier la semence de la doctrine évangélique; c'est elle encore qui, dans la suite, a soutenu l'Église dans sa lutte victorieuse contre les portes de l'enfer. L'assistance de Notre Seigneur Jésus-Christ, il est vrai, n'a jamais fait défaut à son Église. Toutefois, son secours et son appui furent d'autant plus présents qu'elle était assaillie de dangers ou de calamités plus graves; les remèdes les mieux en rapport avec les conditions des temps et des circonstances lui étant alors fournis par cette divine Sagesse qui atteint avec force d'une extrémité à l'autre et dispose tout avec douceur.

Objet de l'Encyclique, son opportunité

Même en ces derniers temps on ne peut vraiment dire que la main du Seigneur se soit raccourcie, et plus spécialement lorsqu'une erreur s'insinua et se propagea si loin que l'on pût craindre que, les âmes détournées de l'amour de Dieu et de la familiarité avec lui, les sources mêmes de la vie chrétienne vinssent, en quelque sorte, à se dessécher. Les plaintes que le Christ très aimant fit entendre dans ses apparitions à Marguerite-Marie Alacoque, les désirs aussi et les volontés qu'il signifia à l'adresse des hommes et pour leur bien, certains peut-être les ignorent encore, d'autres les négligent. C'est pour cette raison, Vénérables Frères, que Nous voulons vous entretenir quelques instants du devoir qui nous incombe de faire amende honorable au Cœur sacré de Jésus, pour Nous servir de l'expression courante. Nous avons la conviction que vous déploierez votre zèle pour instruire chacun de vos fidèles de toute la doctrine que Nous allons vous transmettre et que vous les encouragerez à la mettre en pratique.

I. - Le Cœur de Jésus

1. - Symbole de charité et de paix

Parmi les nombreuses preuves de l'infinie bonté de notre Sauveur, il en est une qui brille d'un éclat tout particulier. Alors que la charité des fidèles allait se refroidissant, ce fut la charité même de Dieu qui se proposa pour être honorée d'un culte spécial, et les trésors de sa bonté se répandirent largement, grâce à la forme du culte rendu au Cœur sacré de Jésus, dans lequel sont cachés tous les trésors de la science et de la sagesse.

Jadis, à la sortie de l'arche de Noé, Dieu notifia par un signe son pacte d'amitié avec le genre humain, en faisant briller un arc resplendissant dans les nuées. De même, à l'époque si troublée où se répandait l'hérésie, perfide entre toutes, du jansénisme qui étouffait l'amour et la piété dus à Dieu, en le présentant moins comme un Père digne d'amour que comme un juge à craindre pour sa sévérité implacable, Jésus vint, dans sa bonté infinie, nous montrer son Cœur sacré tel un symbole de paix et de charité offert aux regards des peuples; c'était un gage assuré de victoire dans les combats. Aussi Notre prédécesseur d'heureuse mémoire, Léon XIII, considérant justement, dans sa Lettre encyclique Annum sacrum, l'admirable opportunité du culte envers le Cœur sacré de Jésus, n'hésitait pas à dire :"Quand l'Église, encore toute proche de ses origines, gémissait sous le joug des Césars, une croix apparut dans le ciel à un jeune empereur; elle était le présage et la cause d'un insigne et prochain triomphe. Aujourd'hui, un autre symbole divin d'heureux augure apparaît à nos yeux : c'est le Cœur très sacré de Jésus, surmonté de la croix et resplendissant d'un éclat incomparable au milieu des flammes. Nous devons placer en lui toutes nos espérances, c'est à lui que nous devons demander le salut des hommes, et c'est de lui qu'il faut l'attendre."

2. - Synthèse de la religion

Et c'est à juste titre, Vénérables Frères. Car ce signe éminemment propice et la forme de dévotion qui en découle ne renferment-ils point la synthèse de la religion et la norme d'une vie d'autant plus parfaite qu'elle achemine les âmes à connaître plus profondément et plus rapidement le Christ Seigneur, à l'aimer plus ardemment et à l'imiter avec plus d'application et plus d'efficacité ? Qu'on ne s'étonne point dès lors que Nos prédécesseurs aient constamment défendu cette forme si excellente de dévotion contre les accusations de ses détracteurs, qu'ils l'aient couverte de louanges et qu'ils aient mis tout leur zèle à la propager, suivant les exigences des temps et des lieux. Sous le souffle de Dieu, la piété des fidèles envers le Cœur sacré de Jésus n'a point cessé de croître ; d'où l'éclosion de toutes parts des confréries vouées à la diffusion du culte du Sacré-Cœur; de là encore l'usage de la communion du premier vendredi du mois, conforme aux désirs du Christ-Jésus lui-même, et maintenant répandu à peu près partout.

II.- Formes du culte du Sacré-Cœur

1. - La consécration au Sacré-Cœur

Parmi toutes ces pratiques de la dévotion au Sacré-Cœur, il en est une remarquable qui mérite d'être signalée, c'est la pieuse consécration par laquelle, offrant à Dieu nos personnes et tous les biens que nous tenons de son éternelle bonté, nous les vouons au divin Cœur de Jésus. Ce devoir de piété que Notre-Seigneur voudrait voir tous les hommes lui rendre et qu'il réclame moins en raison de ses droits qu'en vertu de son immense amour pour nous, il l'enseigna lui-même à Marguerite-Marie, la très fidèle servante de son Cœur. Elle et son directeur spirituel, Claude de la Colombière, furent les premiers à le lui offrir; avec le temps, d'autres ont suivi : des hommes isolés d'abord, puis des familles, des associations, enfin même des magistrats, des villes et des nations.

– Pratique et diffusion de cette consécration

Au siècle dernier et jusqu'au nôtre, des impies en sont venus, par leurs machinations, à faire repousser l'empire du Christ et à provoquer une guerre ouverte contre l'Église; on promulgue des lois et des décrets contraires au droit divin aussi bien qu'au droit naturel, bien plus, on clame dans des assemblées: Nous ne voulons pas qu'il règne sur nous. Mais, en revanche, par la consécration dont Nous venons de parler, une voix unanime éclate, celle des fidèles du Sacré-Cœur, s'opposant vaillamment à celle de ses ennemis, pour venger sa gloire et affirmer ses droits: Il faut que le Christ règne - Que votre règne arrive. Voilà pourquoi, fort heureusement, le genre humain tout entier - que le Christ, en qui seul tout peut être restauré, possède par droit de nature - fut, au début de ce siècle, consacré au Sacré-Cœur par Léon XIII, Notre prédécesseur de glorieuse mémoire, aux applaudissements de l'univers chrétien.

Ces débuts si heureux et si réconfortants, ainsi que Nous le disions dans Notre Lettre encyclique Quas Primas en donnant suite aux vœux persévérants et nombreux des évêques et des fidèles, Nous avons pu, avec la grâce de Dieu, les compléter et les parachever quand, à l'issue de l'Année Sainte, Nous avons institué la fête du Christ Roi de l'univers et prescrit de la célébrer solennellement dans toute la chrétienté. Ce faisant, Nous n'avons pas seulement mis en lumière l'empire souverain du Christ sur toutes choses, sur la société tant civile que domestique et sur chaque homme en particulier, mais Nous avons encore fait entrevoir les joies de ce jour, heureux entre tous, où le genre humain, de son plein gré, se soumettra à la souveraineté infiniment douce du Christ-Roi. Pour cette raison, Nous avons ordonné que dès lors chaque année, au jour fixé pour cette fête, on renouvelât cette consécration, pour en obtenir des grâces plus certaines et plus abondantes, au profit de l'union de tous les peuples par les liens de la charité chrétienne et de la paix dans le Cœur du Roi des rois et du Seigneur des seigneurs.

2. - La réparation due au Sacré-Cœur

A tous ces hommages, et principalement à cette consécration si féconde, que vient sceller en quelque sorte la fête solennelle du Christ-Roi, il faut ajouter encore autre chose. C'est le sujet, Vénérables Frères, dont il Nous plaît de vous entretenir plus longuement dans cette Lettre : à savoir l'amende honorable ou la réparation selon l'expression courante à offrir au Cœur sacré de Jésus. Si, dans la consécration, le but premier et principal pour la créature est de rendre à son Créateur amour pour amour, il s'ensuit naturellement qu'elle doit offrir à l'égard de l'amour incréé une compensation pour l'indifférence, l'oubli, les offenses, les outrages, les injures qu'il subit: c'est ce qu'on appelle couramment le devoir de la réparation.

a. - Motif de justice

Si les mêmes raisons nous obligent à ce double devoir, cependant le devoir de réparation et d'expiation s'impose en vertu d'un motif encore plus impérieux de justice et d'amour : de justice d'abord, car l'offense faite à Dieu par nos crimes doit être expiée, et l'ordre violé doit être rétabli par la pénitence; mais d'amour aussi, car nous devons "compatir au Christ souffrant et saturé d'opprobres", et lui offrir, selon notre petitesse, quelque consolation. Tous nous sommes des pécheurs ; de nombreuses fautes nous chargent; nous avons donc l'obligation d'honorer Dieu non seulement par notre culte, par une adoration qui rend à sa Majesté suprême de légitimes hommages, par des prières qui reconnaissent son souverain domaine, par des louanges et des actions de grâces pour son infinie bonté; mais à ce Dieu juste vengeur nous avons encore le devoir d'offrir satisfaction pour nos innombrables péchés, offenses et négligences. Ainsi à la consécration, par laquelle nous nous donnons à Dieu et qui nous mérite d'être voués à Dieu, avec la sainteté et la stabilité qui, suivant l'enseignement du Docteur angélique sont le propre de la consécration, il faut donc ajouter l'expiation qui répare entièrement les péchés, de peur que, dans sa sainteté, la Souveraine Justice ne nous repousse pour notre impudente indignité et, loin d'agréer notre offrande, ne la rejette.

– Nécessité de cette réparation

En fait, ce devoir d'expiation incombe au genre humain tout entier. Comme nous l'enseigne la foi chrétienne, après la déplorable chute d'Adam, l'homme, infecté de la souillure originelle, esclave de la concupiscence et des plus lamentables dépravations, se trouva ainsi voué à la perte éternelle. De nos jours, des savants orgueilleux nient ces vérités et, s'inspirant de la vieille erreur de Pélage, vantent des vertus innées de la nature humaine qui la conduiraient, par ses seules forces, jusqu'aux cimes les plus élevées. Ces fausses théories de l'orgueil humain, l'Apôtre les réfute en nous rappelant que, par nature, nous étions enfants de colère. Dès les débuts, en réalité, la nécessité de cette expiation commune a été reconnue, puisque, cédant à un instinct naturel, les hommes se sont efforcés d'apaiser Dieu par des sacrifices même publics.

– Sa subordination au sacrifice du Christ

Mais aucune puissance créée n'aurait jamais suffi à expier les crimes du genre humain si le Fils de Dieu n'avait assumé la nature humaine pour la relever. Le Sauveur des hommes l'a lui-même annoncé par la bouche du Psalmiste : Vous n'avez voulu ni sacrifice ni oblation, mais vous m'avez formé un corps; vous n'avez pas agréé les holocaustes pour le péché. Alors j'ai dit : Me voici, je viens. Et de fait, il s'est vraiment chargé de nos infirmités, il a porté lui-même nos douleurs; il a été broyé à cause de nos iniquités; il a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois, détruisant l'acte qui était écrit contre nous et nous était contraire avec ses ordonnances; et il l'a fait disparaître en le clouant à la croix... afin que, morts, au péché, nous vivions pour la justice.

– Notre participation

La surabondante Rédemption du Christ nous a fait remise de toutes nos fautes. Cependant, par une admirable disposition de la Sagesse divine, nous devons compléter dans notre chair ce qui manque aux souffrances du Christ pour son corps qui est l'Église. En conséquence, aux louanges et aux réparations "dont le Christ s'est acquitté envers Dieu au nom des pécheurs" pouvons-nous, et même devons-nous ajouter encore nos louanges et nos expiations. Mais nous ne devons jamais l'oublier, toute la vertu d'expiation découle uniquement du sacrifice sanglant du Christ, qui se renouvelle sans interruption, d'une manière non sanglante sur nos autels, car "c'est toujours une seule et même victime, c'est le même qui s'offre maintenant par le ministère du prêtre et qui s'offrit jadis sur la croix; seule la manière d'offrir diffère." C'est pour cette raison qu'au très auguste Sacrifice eucharistique les ministres et le reste des fidèles doivent joindre leur propre immolation, de sorte qu'ils s'offrent eux aussi comme des hosties vivantes, saintes, agréables à Dieu. Bien plus, saint Cyprien ne craint pas d'affirmer que "le sacrifice du Seigneur n'est pas célébré avec la sainteté requise si notre propre oblation et notre propre sacrifice ne correspondent pas à sa Passion". Pour cette raison encore, l'Apôtre nous exhorte à "porter dans notre corps la mort de Jésus," à nous ensevelir avec Jésus et à nous greffer sur lui par la ressemblance de sa mort non seulement en crucifiant notre chair avec ses vices et ses convoitises en fuyant la corruption de la concupiscence qui règne dans le monde, mais encore en manifestant la vie de Jésus dans nos corps et, unis à son éternel sacerdoce, à offrir ainsi des dons et des sacrifices pour nos péchés.

A ce sacerdoce mystérieux et à cette mission de satisfaire et de sacrifier ne participent pas seulement les ministres choisis par notre Pontife, le Christ Jésus, pour l'oblation immaculée qui se doit faire en son nom divin depuis l'Orient jusqu'à l'Occident mais encore le peuple chrétien tout entier, appelé à bon droit par le Prince des Apôtres race élue, sacerdoce royal; car soit pour eux-mêmes, soit pour le genre humain tout entier, les fidèles doivent concourir à cette oblation pour les péchés, à peu près de la même manière que le Pontife choisi parmi les hommes est établi pour les hommes en ce qui concerne les choses de Dieu.

Plus notre oblation et notre sacrifice ressembleront au sacrifice du Christ, autrement dit plus parfaite sera l'immolation de notre amour-propre et de nos convoitises, plus la crucifixion de notre chair se rapprochera de cette crucifixion mystique dont parle l'Apôtre, plus abondants seront les fruits de propitiation et d'expiation que nous recueillerons pour nous et pour les autres. Car entre les fidèles et le Christ il existe une admirable relation, semblable à celle qui relie la tête aux divers membres du corps; mais de plus, par cette mystérieuse communion des saints que professe notre foi catholique, les hommes et les peuples non seulement sont unis entre eux, mais encore avec Celui-là même qui est la tête, le Christ. C'est de lui que tout le corps, coordonné et uni par le lien des membres qui se prêtent un mutuel secours et dont chacun opère selon sa mesure d'activité, grandit et se perfectionne dans la charité. C'est la prière qu'avant de mourir le Christ Jésus, médiateur entre Dieu et les hommes, adressait lui-même à son Père : Que je sois en eux et vous en moi, afin qu'ils soient parfaitement un.

b. - Motif d'amour pour la réparation

– L'union des fidèles dans le Christ

Par conséquent, de même que l'union avec le Christ trouve son expression et sa confirmation dans l'acte de consécration, de même l'expiation sert de prélude à cette union en effaçant les péchés, elle nous perfectionne en nous associant aux souffrances du Christ, elle la parachève enfin en offrant des victimes pour le prochain. Ce fut là bien certainement la miséricordieuse intention de Jésus quand il nous présenta son Cœur portant les insignes de la Passion et d'où s'échappaient des flammes d'amour; en nous découvrant ainsi la malice infinie du péché, d'une part, et en nous faisant admirer, d'autre part, l'infinie charité du Rédempteur, il voulait nous inspirer une haine encore plus vive du péché et plus d'ardeur à répondre à son amour.

– La réparation mendiée par Notre-Seigneur

Du reste, l'esprit d'expiation ou de réparation a toujours tenu le premier et principal rôle dans le culte rendu au Sacré Cœur de Jésus; rien n'est plus conforme à l'origine, à la nature, à la vertu et aux pratiques qui caractérisent cette dévotion; d'ailleurs, l'histoire, les usages, la liturgie sacrée et les actes des Souverains Pontifes en portent témoignage. Dans ses apparitions à Marguerite-Marie, quand il lui dévoilait son infinie charité, le Christ laissait en même temps percevoir comme une sorte de tristesse, en se plaignant des outrages si nombreux et si graves que lui faisait subir l'ingratitude des hommes. Puissent les paroles qu'il employait alors ne jamais s'effacer de l'âme des fidèles : "Voici ce Cœur ― disait-il ― qui a tant aimé les hommes, qui les a comblés de tous les bienfaits, mais qui, en échange de son amour infini, non seulement ne reçoit pas de reconnaissance, mais ne recueille que l'oubli, la négligence et des injures, et cela parfois de la part de ceux-là même qui sont tenus de lui témoigner un amour spécial."

Pour l'expiation de ces fautes il recommandait, entre autres, comme lui étant particulièrement agréables, les pratiques suivantes : participer, dans un esprit d'expiation, aux saints Mystères en faisant la "communion réparatrice"; y joindre des invocations et des prières expiatoires pendant une heure entière, en faisant, comme on l'appelle justement, "l'heure sainte": exercices qui non seulement ont été approuvés par l'Église, mais qu'elle a enrichis d'abondantes indulgences.

– Considération du Christ dans sa Passion

Mais, dira-t-on, quelle consolation peuvent apporter au Christ régnant dans la béatitude céleste ces rites expiatoires ? Nous répondrons avec Saint Augustin : "Prenez une personne qui aime : elle comprendra ce que je dis." Nulle part d'ailleurs ces paroles ne trouvent une application plus juste.

Toute âme aimant Dieu avec ferveur, quand elle jette un regard sur le passé, peut voir et contempler dans ses méditations le Christ travaillant pour l'homme, affligé, souffrant les plus dures épreuves, pour nous autres hommes et pour notre salut, presque abattu par la tristesse, l'angoisse et les opprobres ; bien plus, "broyé sous le poids de nos crimes, il nous guérit par ses meurtrissures". Tout cela, les âmes pieuses ont d'autant plus de raison de le méditer que ce sont les péchés et les crimes des hommes commis en n'importe quel temps qui ont causé la mort du Fils de Dieu; ces mêmes fautes, maintenant encore, causeraient la mort du Christ, entraîneraient les mêmes douleurs et les mêmes afflictions, puisque chacune d'elles, ainsi qu'on l'admet, est censée renouveler à sa manière la Passion du Seigneur : Crucifiant de nouveau pour leur part le Fils de Dieu et le livrant à l'ignominie. Que si, à cause de nos péchés futurs, mais prévus, l'âme du Christ devint triste jusqu'à la mort, elle a, sans nul doute, recueilli quelque consolation, prévue elle aussi, de nos actes de réparation, alors qu'un ange venant du ciel lui apparut, pour consoler son cœur accablé de dégoût et d'angoisse.

Ainsi donc, ce Cœur sacré incessamment blessé par les péchés d'hommes ingrats, nous pouvons maintenant et même nous devons le consoler d'une manière mystérieuse, mais réelle, d'autant que le Christ lui-même se plaint, par la bouche du Psalmiste, ainsi que la liturgie sacrée le rappelle, d'être abandonné de ses amis : Mon cœur a attendu l’opprobre et la misère; j'ai espéré celui qui s'affligerait avec moi et il n'est point venu, celui qui me consolerait et je ne l'ai point trouvé.

– Les souffrances du Corps Mystique

Ajoutons encore que la Passion du Christ se renouvelle, et d'une certaine manière elle se poursuit et s'achève, dans son corps mystique qui est l'Église. Car, pour nous servir encore des paroles de saint Augustin : "Le Christ a souffert tout ce qu'il devait souffrir ; la mesure de ses souffrances est désormais à son comble. La dette de souffrances était donc payée dans la Tête, mais elle demeurait entière dans son corps". Le Seigneur Jésus lui-même a bien voulu nous l'apprendre, quand il disait à Saul, respirant encore la menace et la mort contre les disciples : Je suis Jésus que tu persécutes. Il laissait ainsi nettement entendre que les persécutions déchaînées contre l'Église visaient et atteignaient le divin Chef de l'Église lui-même. C'est donc à bon droit que, souffrant toujours en son corps mystique, le Christ veut nous avoir pour compagnons de son expiation. Notre situation envers lui l'exige également, car, puisque nous sommes le corps du Christ et ses membres chacun pour notre part, tout ce que souffre la tête, les membres le doivent souffrir aussi".

c - Nécessité actuelle de la réparation

– L'Église persécutée

A quel point cette expiation, cette réparation sont nécessaires, surtout de nos jours, on le comprendra sans peine, comme Nous le disions au début, en considérant d'un regard le monde plongé dans le mal. De partout, en effet, montent vers Nous les gémissements des peuples dont il est vrai d'affirmer que les chefs ou les gouvernants se sont dressés et ligués contre le Seigneur et son Église. En ces pays, tous les droits, divins ou humains, se trouvent confondus. Les églises sont abattues, ruinées de fond en comble, les religieux et les vierges consacrées sont expulsés de leur demeure, livrés aux insultes et aux mauvais traitements, voués à la famine, condamnés à la prison, des multitudes d'enfants et de jeunes filles sont arrachés du sein de l'Église leur mère; on les excite à renier et à blasphémer le Christ; on les pousse aux pires dégradations de la luxure; le peuple entier des fidèles, terrorisé, éperdu sous la continuelle menace de renier sa foi ou de périr, parfois de la mort la plus atroce. Spectacle tellement affligeant qu'on y pourrait voir déjà l'aurore de ce début des douleurs que doit apporter l'homme de péché s'élevant contre tout ce qui est appelé Dieu ou honoré d'un culte.

– Le mal parmi les chrétiens

Mais plus attristant encore, Vénérables Frères, est l'état de tant de fidèles que le baptême a lavés dans le sang de l'Agneau immaculé et comblés de grâces; à tous les rangs de la société il s'en trouve qui, aveuglés par une ignorance incroyable des choses divines, empoisonnés d'erreurs, se traînent dans le vice, loin de la maison du Père; nul rayon de lumière de la vraie foi ne les éclaire, nulle espérance de la félicité future ne les réjouit, nulle ardeur de la charité ne les anime et ne les réchauffe; ils semblent vraiment être plongés dans les ténèbres et assis à l'ombre de la mort. Bien plus : chez les fidèles grandit l'indifférence à l'égard de la discipline ecclésiastique et des institutions anciennes qui forment la base de toute vie chrétienne, régissent la famille et protègent la sainteté du mariage, l'éducation des enfants est négligée, sinon faussée, par une affection trop indulgente; l'Église est frustrée de son droit d'élever la jeunesse chrétienne; dans la vie courante, la pudeur chrétienne est lamentablement oubliée, surtout dans la mode féminine; on ne voit que poursuite effrénée des biens passagers, que prédominance sans frein des intérêts civils, que recherche immorale de la faveur populaire, rébellion contre l'autorité légitime, enfin mépris de la parole divine, aboutissant à un affaiblissement grave, sinon à la perte de la foi.

– Le mal parmi les clercs

A ces maux vient mettre un comble soit la mollesse ou la lâcheté de ceux qui - tels les disciples endormis ou fugitifs, chancelant dans leur foi - désertent misérablement le Christ agonisant dans l'angoisse ou entouré par les satellites de Satan, soit la perfidie de ceux qui, à l'exemple du traître Judas, ont l'audace de participer au sacrifice de l'autel de manière sacrilège ou de passer à l'ennemi. On ne peut vraiment pas s'empêcher de penser que les temps prédits par Notre-Seigneur semblent être proches, où, à cause des progrès incessants de l'iniquité, la charité d'un grand nombre se refroidira.

– L'esprit de réparation

Il n'est pas un seul fidèle qui puisse méditer ces choses sans s'enflammer d'amour pour le Christ souffrant, avec un zèle plus vif, tous voudront expier leurs fautes et celles d'autrui, réparer les torts faits à l'honneur du Christ et travailler au salut éternel de leurs âmes. Comme elle est vraie cette parole de l'Apôtre: Là où la faute abonda, la grâce surabonda, et comme, en un sens, elle peut servir à peindre notre époque! Car en dépit de la perversité croissante des hommes, il est merveilleux de voir grandir, sous l'inspiration du Saint-Esprit, le nombre des fidèles des deux sexes qui, d'un zèle plus ardent s'efforcent de réparer tant d'insultes au divin Cœur, n'hésitent pas à s'offrir eux-mêmes comme victimes au Christ.

Celui qui médite, en effet, avec amour sur tout ce que Nous venons de rappeler, s'en imprégnant, si l'on peut dire, jusqu'au plus profond de son être, ne peut faire autrement que de ressentir de l'horreur pour tout péché et de s'en abstenir comme du mal souverain, plus encore, il s'appliquera à s'abandonner tout entier à la volonté de Dieu et à réparer les outrages faits à la divine Majesté par tous les moyens en son pouvoir : prières incessantes, souffrances librement consenties, épreuves éventuelles patiemment acceptées; en un mot, par une vie entièrement consacrée à ce désir d'expiation.

– Les associations réparatrices

De là sont nées toutes ces familles religieuses d'hommes et de femmes qui, rivalisant en quelque sorte avec l'Ange du Jardin des Oliviers, s'imposent, jour et nuit, le devoir de consoler Jésus; de là encore ces confréries pieuses, approuvées par le Siège apostolique et enrichies d'indulgences, qui, elles aussi, ont assumé ce devoir d'expiation en s'imposant la pratique d'exercices religieux et de vertus en rapport avec cette tâche; de là, enfin, puisqu'on ne peut tout dire, les réparations offertes à l'honneur divin sous forme d'amendes honorables et de cérémonies solennelles, non pas seulement de la part de fidèles isolés, mais aussi, ça et là, de paroisses, de diocèses et de cités.

– La Fête du Sacré-Cœur, fête de réparation

C'est pourquoi, Vénérables Frères, de même que la pratique de la consécration, après des débuts modestes, s'est bien vite répandue au loin et a reçu finalement de Notre confirmation tout l'éclat désirable, de même Notre plus vif désir est de sanctionner officiellement de notre autorité apostolique la pratique déjà connue et propagée de l'expiation et de l'amende honorable et de la voir célébrée solennellement dans tout l'univers catholique.

Dans ce but, en la fête du Sacré Cœur de Jésus - qu'à cette occasion Nous décidons d'élever au rang de double de première classe avec octave - Nous décrétons et ordonnons que chaque année, dans toutes les églises du monde entier, on récite solennellement, d'après la formule jointe à cette lettre, la protestation ou amende honorable a Notre-Seigneur, dans laquelle toutes nos fautes sont déplorées, et hommage est rendu aux droits violés de notre Roi et de notre Seigneur très aimant.

– Les effets qu'on peut en attendre

Sans nul doute, Vénérables Frères, l'institution de cette solennité sainte et sa généralisation dans l'Église universelle produiront des fruits nombreux et excellents non seulement pour chacun en particulier, mais pour la société tout entière, religieuse, civile ou familiale. Notre Rédempteur lui-même a promis, en effet, à Marguerite-Marie que "tous ceux qui, de la sorte, honoreraient son Cœur seraient comblés d'abondantes grâces célestes ". Les pécheurs même, en regardant celui qu'ils ont transpercés se sentiront émus par les gémissements et les pleurs de l'Église entière, déploreront à leur tour les insultes adressées au Souverain Roi et rentreront en eux-mêmes; ils craindront qu'endurcis dans leurs fautes ils ne pleurent trop tard et en vain sur lui, lorsqu'ils verront venir sur les nuées du ciel celui qu'ils ont transpercé. Quant aux justes, ils deviendront plus justes encore et plus saints; ils se voueront tout entiers et avec une ardeur renouvelée au service de leur Roi, qu'ils voient si méprisé, si attaqué, si souvent outragé, par-dessus tout, ils brûleront de zèle pour procurer le salut des âmes, en ayant toujours présente à la mémoire la plainte la divine Victime : A quoi donc sert mon sang ? et aussi la joie qu'éprouvera le Cœur sacré de Jésus pour un seul pécheur faisant pénitence !

Notre souhait le plus vif et Notre espoir le plus ferme, c'est que la justice de Dieu, qui eût, dans sa miséricorde, pardonné à Sodome pour dix justes, pardonne plus volontiers au genre humain, parce que la communauté tout entière, de tout lieu et de toute race, aura répandu ses instantes supplications et ses réparations efficaces, en union avec le Christ, son Médiateur et Chef.

Conclusion

Marie réparatrice

A Nos vœux et à Nos efforts, que Marie la Vierge très bienveillante et la Mère de Dieu daigne sourire, elle qui nous donna Jésus notre Rédempteur, qui l'éleva, qui l'offrit comme victime au pied de la croix, et qui, par sa mystérieuse union avec le Christ et par une grâce particulière reçue de lui, fut aussi Réparatrice et est pieusement appelée de ce nom. Plein de confiance en son intercession auprès du Christ qui, seul Médiateur entre Dieu et les hommes, a voulu cependant s'associer sa Mère comme avocate des pécheurs et comme dispensatrice et médiatrice de ses grâces, Nous vous accordons du fond du cœur, comme gage des faveurs célestes et en témoignage de Notre bienveillance paternelle, à vous, Vénérables Frères, ainsi qu'à tous les fidèles confiés à vos soins, la Bénédiction Apostolique.

Donné à Rome, près Saint-Pierre le 8 mai 1928, la septième année de Notre Pontificat.

PIE XI, PAPE.


Image sur Sacré-Cœur révélée à sainte Marguerite-Marie Alacoque.

Encyclique Haurietis Aquas du Pape Pie XII sur le Culte du Sacré Cœur de Jésus

Traduction d’Edouard Glotin

Alinéas numérotés d’après l’original latin

AAS 48 (1956)309-353

1. 12. 20 05

A MES FRÈRES LES PATRIARCHES,PRIMATS, ARCHEVÊQUES, ÉVEQUES

ET AUTRES ORDINAIRES EN PAIX ET COMMUNION AVEC LE SIÈGE APOSTOLIQUE

PIE XII PAPE

FRÈRES SALUT ET BÉNÉDICTION APOSTOLIQUE

INTRODUCTION

Amour, Esprit-Saint et Cœur de Jésus

1. « Vous puiserez de l'eau avec joie aux sources du Salut 2 » (1). Ces paroles du prophète Isaïe, prédisant, en une image expressive, les dons divins multiples et abondants qu'apporterait l'ère chrétienne, ces paroles, disons-Nous, se présentent spontanément à ma pensée au moment où j’évoque le siècle qui s'est écoulé depuis que mon Prédécesseur Pie IX, accédant volontiers aux désirs exprimés par le monde catholique, prescrivait la célébration, dans l'Eglise universelle, de la fête du Sacré-Cœur de Jésus 3.

2. Il est impossible, en vérité, d'énumérer les grâces que le Culte rendu au Sacré-Cœur a répandues dans les âmes des fidèles : grâces de purification, de consolation surnaturelle, d'encouragement à la pratique de toutes les vertus. Aussi, me rappelant le mot si profond de l'apôtre Jacques : « Tout don excellent, toute donation parfaite vient d'en-haut et descend du Père des lumières » (2), je suis fondé à voir dans ce culte, qui s’est partout répandu avec une ferveur croissante, un don inestimable que le Verbe Incarné, Notre Divin Sauveur, Médiateur unique de la grâce et de la vérité entre le Père des cieux et l’humanité, a fait à l'Église, son épouse mystique, au cours de ces derniers siècles, qui furent pour elle si lourds d'épreuves à supporter et de difficultés à surmonter. Enrichie par ce don inestimable, l'Église peut manifester à son Divin Fondateur une charité plus ardente et réaliser aussi plus totalement ce souhait que Jean l'Évangéliste met sur les lèvres du Christ Jésus lui même : « Le dernier jour de la fête, le grand jour, Jésus, debout, lança à pleine voix : Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à Moi et il boira celui qui croit en Moi. Selon le mot de l'Ecriture : de Ses entrailles 4 couleront des fleuves d'eau vive. Il disait cela de l'Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en Lui » (3). Assurément, les auditeurs de Jésus pouvaient facilement rapprocher cette promesse d'une source d' “eau vive” coulant de son sein, d'avec les paroles prophétiques d'Isaïe, d'Ezéchiel et de Zacharie sur le royaume messianique, comme aussi d'avec le rocher symbolique qui laissa miraculeusement jaillir de l'eau, lorsque Moise le frappa (4).

3. La charité divine tire sa première origine de l’Esprit Saint, qui, au sein de la Trinité (cf. Rm 5, 5), est l’Amour personnel tant du Père que du Fils. C'est donc à bon droit que l'Apôtre des Nations, répétant, pour ainsi dire, les paroles du Christ Jésus, attribue à cet Esprit d'amour l'effusion de la charité dans l'âme des croyants : « L'Amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par le Saint Esprit qui nous fut donné » (5).

4. Ce lien extrêmement étroit que les Saintes Ecritures affirment exister entre la charité divine, qui doit embraser l’âme des chrétiens, et l’Esprit Saint - qui est l’Amour subsistant (per se Amor) - nous démontre clairement à tous, Frères, la nature intime du culte qu’on doit rendre au Sacré Cœur de Jésus Christ. En effet, si d’une part il est tout à fait évident que ce culte, à ne considérer que sa nature particulière, constitue un acte très excellent de la vertu de religion (dans la mesure où il requiert de nous la volonté pleine et sans retour de nous vouer et consacrer à l’amour du divin Rédempteur, dont le Cœur blessé est l’indicateur et le signe vivants), d’autre part il est tout aussi évident et, dans un sens encore plus profond, que ce même culte demande avant tout que nous rendions amour pour amour (redamemus) au Divin Amour 5. Car seule la force de la charité peut obtenir des hommes qu’ils se soumettent pleinement et parfaitement au domaine de la Majesté divine, puisqu’alors l’élan de notre amour adhère à la volonté divine au point de ne faire pour ainsi dire plus qu’un 6 avec elle, selon ce texte : “Celui qui s’unit au Seigneur n’est plus qu’un seul esprit avec lui” (6).


I. Le culte du Coeur de Jésus repose sur de solides principes et il est préfiguré dans l’Ancien Testament

a) Le pape est conscient des objections modernes

5. Certes, l'Église a toujours eu pour le culte du Sacré Cœur de Jésus une si haute estime qu'elle s'est efforcée de le répandre partout et de l'instaurer de toute manière chez les peuples chrétiens, comme aussi de le défendre avec soin contre les accusations de naturalisme ou de sentimentalisme ; et pourtant il n'en faut pas moins déplorer que, dans le passé, et même de nos jours , ce culte si noble n'ait pas été assez tenu en honneur par beaucoup de chrétiens et quelquefois même par ceux qui se déclarent soucieux de la foi catholique et désireux d'atteindre la sainteté.

6. « Si tu connaissais le don de Dieu » (7). Moi qui, par un mystérieux dessein de Dieu, ait été choisi pour être le gardien et le gérant du trésor sacré de foi et de piété que le Divin Rédempteur a confié à son Église, je reprends, conscient de ma responsabilité, Frères, ces mots de l'Ecriture, pour avertir certains de mes fils : s'il est vrai que le culte du Sacré-Cœur de Jésus, triomphant des erreurs et de la négligence des hommes, s'est répandu dans tout son Corps mystique, il en est encore trop qui, se laissant guider par des préjugés, font parfois comme si ce culte leur apparaissait moins adapté, pour ne pas dire préjudiciable aux nécessités spirituelles de l'Église et de l’humanité, plus pressantes que jamais de nos jours. Confondant, en effet, ce culte privilégié avec les diverses dévotions privées que l'Église approuve et encourage, mais sans pourtant les prescrire, certains le regardent comme quelque chose de surérogatoire, que chacun est libre de faire sien ou non, selon ses goûts 7 ; il en est d'autres qui prétendent que ce culte est gênant et surtout qu'il n'a guère, ou presque, d'utilité pour qui milite au service du royaume de Dieu, soucieux surtout de dépenser ses forces, ses ressources et son temps à défendre et à diffuser la vérité catholique, à inculquer la doctrine chrétienne en matière sociale, à promouvoir des pratiques et des activités religieuses tenues pour bien plus nécessaires à l'heure actuelle ; il s'en trouve enfin qui, bien loin de considérer ce culte comme un auxiliaire sérieux pour la réforme et le renouveau des mœurs chrétiennes, tant dans la vie privée de chacun que dans la cellule familiale, le regardent plutôt comme une dévotion plus sentimentale que nourrisssante pour le coeur et l’esprit ou encore comme plus digne des femmes 8 qu’adaptée à des hommes cultivés.

7. En outre, estimant qu'un culte de ce genre exige surtout la pénitence, la réparation et d'autres vertus qu'ils appellent « passives » - parce que ne portant pas de fruits extérieurs -, certains le considèrent comme inapte à ranimer la vie spirituelle de notre époque, qui doit plutôt tendre ouvertement à une action vigoureuse 9 pour le triomphe de la foi catholique et la défense énergique de l’éthique chrétienne; celle-ci, on le sait est aujourd'hui facilement contaminée par les chimères fallacieuses de ceux qui mettent sur pied d’égalité toutes les formes de religion, supprimant, en théorie et en pratique, la distinction entre la vérité et l'erreur, imprégnés qu'ils sont malheureusement de ce qu’ils appellent les principes du matérialisme athée et du laïcisme.

8. Qui ne voit, Frères, combien de telles opinions sont en désaccord complet avec les enseignements que mes Prédécesseurs ont proclamés publiquement du haut de cette chaire apostolique, quand ils approuvèrent le culte du Sacré Cœur de Jésus ? Qui oserait déclarer inutile ou inadaptée à notre temps cette spiritualité que mon Prédécesseur Léon XIII assura être « une dévotion très estimable » et où il n’hésita pas à voir un remède efficace à ces maux qui, aujourd'hui encore, et sans aucun doute avec une diffusion et une virulence accrues, affligent et séduisent les individus et la société toute entière. « Cette dévotion, disait-il, que Nous conseillons à tous, sera profitable à tous ». Et il ajoutait ces exhortations concernant le culte du Sacré-Cœur de Jésus : « Telle est la violence des maux innombrables qui, depuis longtemps, nous assiègent et réclament d’urgence l’appel au secours de Celui qui seul a la puissance de les écarter. De qui s'agit-il, sinon de Jésus-Christ, Fils unique de Dieu ? » Car il n'y a pas sous le ciel d'autre nom donné aux hommes, par lequel il nous faille être sauvés » (8). Ayons donc recours à Celui qui est la Voie, la Vérité et la Vie » (9).

9. Que ce culte ne fût pas moins digne d’approbation et moins apte à ranimer la piété chrétienne, mon prédécesseur immédiat, Pie XI, l’écrivait dans des Lettres Encycliques : « En cette [...] forme de dévotion, ne trouve-t-on pas le résumé de toute la religion, et, par le fait même, la règle de la perfection, celle qui conduit le plus facilement les esprits à la connaissance approfondie du Christ Seigneur et incline le plus passionnément les coeurs à son amour et le plus efficacement à son imitation ? » (10). Quant à moi, cette vérité capitale me paraît, autant qu'à mes Prédécesseurs, évidente et solidement établie. Lors de mon élévation au Souverain Pontificat, je me suis réjoui de voir que le culte du Sacré Coeur de Jésus s’était accru chez les peuples chrétiens et qu’il produisait d’innombrables fruits de salut dans l’Eglise entière : je me suis réjoui de grand coeur des innombrables fruits de salut qu'il portait dans toute l'Église; et il m’a plu de le signaler dès ma première Encyclique (11). Au cours des années de mon Pontificat - pleines de souffrances et d'angoisses, mais aussi de consolations indicibles -, ces fruits n’ont diminué ni en nombre ni en intensité et en beauté, mais ils ont plutôt augmenté. Car diverses initiatives cherchèrent fort heureusement à ranimer ce culte en s'adaptant de leur mieux aux nécessités de notre époque - associations d'ordre culturel, religieux ou charitable : publications historiques, ascétiques et mystiques, illustrant la doctrine relative à cette cause; œuvres pieuses de réparation; et surtout ces manifestations d'ardente piété suscitées par l' « Association de l'Apostolat de la Prière » : grâce à l'initiative et au soutien de celle-ci, foyers, collèges, institutions et Nations elles mêmes se sont consacrés au Sacré-Cœur de Jésus et moi même, par Lettres, Discours ou Radio Messages, les ai souvent félicités d'un cœur paternel (12).

10. Quand je vois dès lors l'extraordinaire abondance des eaux du salut - ces dons célestes de l'amour divin qui ont leur source dans le Cœur Sacré de Notre Rédempteur - se répandre sur les fils innombrables de l'Église catholique, sous l'impulsion et l'action de l'Esprit Saint, je ne peux que vous exhorter d'un cœur paternel, Frères, à vous unir à moi pour louer et remercier Dieu, si libéral dans ses dons, empruntant à l'Apôtre des Nations ces paroles : « A Celui dont la puissance agissant en nous est capable de faire bien au-delà, infiniment au-delà de tout ce que nous pouvons demander ou même concevoir, à Lui la gloire, dans l'Église et en Jésus-Christ, pour tous les âges et tous les siècles! Amen » (13). Mais après avoir rendu au Dieu éternel de justes actions de grâces, je désire vous engager, par cette Encyclique, vous et tous les fils très chers de l'Église, à considérer avec plus d'attention les principes tirés de la Bible et de la doctrine des Pères et des théologiens, sur lesquels s'appuie, comme sur des bases solides, le culte du Sacré-Cœur de Jésus 10. C'est seulement, j’en suis persuadé, lorsqu'à la lumière de la révélation divine, nous aurons examiné soigneusement la nature première et profonde de ce culte, que nous serons en mesure d'apprécier comme il convient son excellence et son inépuisable richesse spirituelle; nous pourrons alors, dans la contemplation des innombrables bienfaits reçus de Lui, célébrer dignement le premier centenaire de l'extension à l'Église universelle, de la Fête du Sacré-Cœur de Jésus.

11. Et c'est pourquoi, afin de donner à l'intelligence des fidèles une nourriture salutaire qui leur fasse mieux comprendre la véritable nature de ce culte et en retirer des fruits abondants, je désire parcourir les pages de l'Ancien et du Nouveau Testament qui nous révèlent et nous exposent l'infinie et insondable charité de Dieu à l'égard de l’humanité ; nous examinerons ensuite dans leurs grandes lignes les commentaires que les Pères et les Docteurs de l'Église nous ont laissés de ces pages ; enfin, j’aurai à cœur de mettre dans sa vraie lumière le lien très étroit qui existe entre la forme de dévotion due au Cœur du Divin Rédempteur et le culte que nous devons rendre à l'amour de ce Rédempteur et à l'amour de l'Auguste Trinité elle même envers tous les hommes 11. J’estime qu'en ayant situé dans la lumière de l'Ecriture et de la Tradition les grands principes fondamentaux de cette si noble forme de dévotion, on aura rendu plus facile aux chrétiens de « puiser de l'eau avec joie aux sources du Salut » (l4) : c'est-à-dire de mieux comprendre la profonde et spéciale importance du culte du Sacré Cœur de Jésus dans la liturgie de l'Église, dans sa vie et son action intérieure et extérieure ; ils pourront ainsi recueillir ces fruits spirituels qui permettront à chacun de réformer efficacement sa vie, comme le souhaitent les pasteurs du peuple chrétien.

b) Préalable doctrinal

12. Pour mieux comprendre la valeur de ces enseignements que les passages cités de l'Ancien et du Nouveau Testament nous fournissent au sujet de ce culte, il faut avoir clairement en vue la raison pour laquelle l'Eglise rend un culte de latrie 12 au Cœur du Divin Rédempteur. Ces raisons, vous le savez, Frères, sont au nombre de deux. La première, valable aussi pour toutes les autres parties du Corps sacré de Jésus-Christ, s'appuie sur ce principe bien connu que son Cœur, élément le plus noble de la nature humaine 13, est uni hypostatiquement 14 à la Personne du Verbe divin : c'est la raison pour laquelle nous lui devons le même culte d'adoration que celui rendu par l'Église à la Personne même du Fils de Dieu fait homme. Il s'agit là d'une vérité de foi, solennellement définie au Concile œcuménique d'Éphèse et au second Concile œcuménique de Constantinople (15). L'autre raison concerne spécialement le Cœur du Divin Rédempteur et réclame spécialement aussi pour lui un culte de latrie : c'est que son Cœur, plus que toutes les autres parties de son Corps, est le signe naturel 15> et le symbole de son immense charité envers l’humanité : « Nous trouvons dans le Sacré-Cœur, remarque mon Prédécesseur Léon XIII, le symbole et l'image exacte de l'infinie charité de Jésus-Christ qui nous pousse à y répondre par notre propre amour » (16).

c) La symbolique de l’amour dans l’Ancien Testament

13. Il est évidemment hors de doute que les Livres Saints ne font jamais de mention certaine 16 d'un culte spécial de vénération et d'amour envers le Cœur physique du Verbe Incarné comme symbole de son ardente charité. En reconnaissant ouvertement ce fait, il ne faut pas s'en étonner et encore moins mettre en doute que l'Ancien et le Nouveau Testament développent le thème de l'amour de Dieu pour nous, objet principal de ce culte. Ils le font avec des images 17 bien de nature à émouvoir profondément les esprits, et comme celles-ci se trouvaient parfois dans les passages des Livres Saints concernant la venue du Fils de Dieu. fait homme, on peut très bien voir en elles le présage du signe très noble et du symbole de l'amour de Dieu, le Cœur très saint et adorable du divin Rédempteur.

14. Pour notre sujet, il ne me paraît pas nécessaire de citer longuement les Livres de l'Ancien Testament, qui nous présentent les plus anciennes vérités divinement révélées; il suffira de rappeler l'Alliance de Dieu et de son peuple, scellée par l'immolation de victimes pacifiques et dont Moïse présenta, gravée sur les deux tables (17), la loi fondamentale commentée ensuite par les Prophètes; cette alliance ne fut pas seulement conclue sur la base du souverain domaine de Dieu et de la soumission due par les hommes, mais affermie et vivifiée par un plus noble amour. Le peuple d'Israël, en effet, n'avait pas pour motif suprême de son obéissance au Seigneur la crainte des punitions divines, provoquée par le tonnerre et les éclairs jaillissant du sommet du Sinaï, mais bien son amour pour Dieu : « Écoute, Israël, le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta vigueur. Que ces paroles que je te dicte aujourd'hui restent gravées dans ton cœur 18 » (18).

15. Il n'est donc pas étonnant qu'ayant reconnu dans le précepte de l'amour le fondement de toute la Loi, Moïse et les Prophètes - les « plus grands » (19) du Peuple élu, au dire de saint Thomas d’Aquin - aient comparé toutes les relations entre Dieu et son peuple à l'amour mutuel entre père et enfants ou à celui des époux, plutôt qu'aux sévères images qu'inspirent le souverain domaine de Dieu ou la soumission craintive qui lui est due. Moïse lui même, par exemple, dans son célèbre cantique sur la libération du peuple et sa sortie d'Égypte, attribua cet événement à la puissance de Dieu en usant de termes et de comparaisons tout à fait propres à émouvoir l'esprit : « Tel un vautour qui veille sur son nid, plane au dessus de ses petits, le Seigneur déploie ses ailes et le prend, il le soutient sur son pennage » (20). Mais aucun des prophètes n'a peut être exprimé et annoncé avec autant de clarté et de force qu'Osée l'amour dont Dieu ne cesse de poursuivre son peuple. Ce prophète - le plus remarquable des petits prophètes par la concision et la noblesse du style - montre Dieu témoignant au Peuple élu un amour juste, saintement inquiet, comparable à celui d'un père aimant et miséricordieux ou d'un époux offensé dans son honneur. Cet amour ne diminue pas, ni ne se dérobe devant la perfidie et les crimes horribles de ceux qui le trahissent; s'il inflige aux coupables de justes châtiments, ce n'est pas qu'il les repousse ou les abandonne à eux mêmes, mais pour voir I'épouse infidèle et les fils ingrats se repentir et se purifier, pour se les attacher de nouveau par les liens d'un amour raffermi: Quand Israël était enfant je l'aimai; et de l'Égypte, j'appelai mon fils... et moi j'apprenais à marcher à Ephraïm, je les prenais dans mes bras et ils n'ont pas compris que je prenais soin d'eux. Je les menais avec de douces attaches, avec des liens d'amour... Je guérirai leur infidélité, je les aimerai de bon cœur, car ma colère s'est détournée d'eux. Je serai comme la rosée pour Israël; il croîtra comme le lis, il poussera ses racines comme le Liban » (21).

16. Ce sont des accents semblables que l'on trouve chez le prophète Isaïe, lorsqu'il oppose, comme dans un dialogue, Dieu et le Peuple élu : « Sion disait ‘Le Seigneur m'a abandonné, le Seigneur m'a oublié !’ Une femme oublie-t-elle l'enfant qu'elle nourrit, cesse-t-elle de chérir le fils de ses entrailles ? Même s'il s'en trouvait une pour l'oublier, moi je ne t'oublierai jamais » (22). Tout aussi émouvantes sont les expressions du Cantique des Cantiques, dont l'auteur se sert des images de l'amour conjugal pour décrire de façon expressive les liens d'amour réciproque unissant Dieu et la nation préférée : « Comme le lis entre les chardons, telle ma bien-aimée entre les jeunes femmes... Je suis à mon bien-aimé et mon bien-aimé est à moi : il paît son troupeau parmi les lis... Pose-moi comme un sceau sur ton cœur, comme un sceau sur ton bras : car l'amour est fort comme la mort, la jalousie est inflexible comme le schéol. Ses traits sont des traits de feu, une flamme du Seigneur » (23).

17. Un tel amour révèle déjà la tendresse et l'indulgente patience d'un Dieu qui, indigné des infidélités répétées d'Israël, ne le rejette pourtant pas définitivement. Et toutefois, pour véhément et sublime qu'il fût, cet amour n'était que l'annonce de l'ardente charité du Rédempteur promis aux hommes, débordant sur tous de son Cœur très aimant, comme le modèle de notre amour et la base de la Nouvelle Alliance. C'est lui seul, en effet, Fils unique du Père, Verbe fait chair, « plein de grâce et de vérité » (24), qui, venu parmi les hommes qu'écrasait le poids de leurs innombrables péchés et de leurs misères, put faire jaillir de sa nature humaine, unie hypostatiquement à la Personne divine, « une source d'eau vive » irriguant abondamment la terre desséchée de l'humanité, dont elle fit un jardin fleuri et fertile 19. Ces effets merveilleux de l'éternel et miséricordieux amour de Dieu, le Prophète Jérémie semble déjà les annoncer dans ce texte : « D'un amour éternel je t'ai aimée : aussi t'ai je conservé ma faveur... Voici venir des jours, oracle du Seigneur, où je conclurai avec la maison d'Israël et la maison de Juda une alliance nouvelle. Voici l'alliance que je ferai avec la maison d'Israël, après ces jours-ci, oracle du Seigneur : je mettrai ma Loi au fond de leur être et l'écrirai sur leur cœur. Alors je serai leur Dieu et ils seront mon peuple... Car je pardonnerai leur iniquité et ne me souviendrai plus de leur péché » (25).

II. Fondements du Culte du Cœur de Jésus dans le Nouveau Testament interprété par les Pères de l’Eglise

a) Un mystère à contempler

18. Mais seuls les Evangiles nous font connaître avec une parfaite clarté que la Nouvelle Alliance scellée entre Dieu et l'humanité - et figurée symboliquement dans l'Alliance établie par Moïse entre Dieu et le peuple d'Israël et dans les prophéties de Jérémie - est celle là même qui fut réalisée par le Verbe Incarné, Médiateur de la grâce divine. Cette Alliance doit être tenue pour incomparablement plus noble et plus solide : elle ne fut pas scellée, en effet, comme la précédente, par le sang des boucs et des taureaux, mais par le sang précieux de celui que préfiguraient déjà les pacifiques animaux sans raison, l' « Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde » (26). De fait l'Alliance chrétienne apparaît clairement, beaucoup plus que l'ancienne, comme un pacte inspiré non par des sentiments de crainte servile, mais par ces sentiments d'affection naturels entre père et enfants, nourris et fortifiés par un don abondant de grâces divines et de vérité : « De sa plénitude nous avons tous reçu et grâce sur grâce, dit Jean l'Évangéliste. Car la loi fut donnée par l'intermédiaire de Moise : la grâce et la vérité nous sont venues par Jésus Christ 20 » (27).

19. Initiés au mystère même de l'infinie charité du Verbe Incarné par ces paroles de Jean - « le disciple que Jésus aimait, celui qui, durant le repas, s'était penché vers sa poitrine » (28), - il nous parait digne, juste, équitable et salutaire, Frères, de nous arrêter un moment dans la très douce contemplation de ce mystère : éclairés par la lumière qui jaillit de l'Evangile et illumine ce mystère, nous pourrons voir se réaliser pour nous aussi le vœu dont parle l'Apôtre des Nations aux Ephésiens : « Que le Christ habite en vos cœurs par la foi et que l'amour soit la racine, la base de votre vie. Ainsi vous recevrez la force de comprendre, avec tous les saints, combien large, long, sublime, profond est l'amour du Christ, vous arriverez à connaître cet amour qui surpasse toute connaissance et vous entrerez par votre plénitude dans toute la Plénitude de Dieu » (29).

b) Réflexion préalable

20. Le mystère de la divine Rédemption est d'abord et par nature un mystère d'amour : c’est-à-dire un juste amour du Christ envers son Père céleste, auquel le sacrifice de la Croix, offert en esprit d'obéissance aimante, présente la satisfaction surabondante, et infinie due pour les fautes du genre humain : « Le Christ souffrant par charité et obéissance, a présenté à Dieu plus que n'exigeait la compensation de toutes les offenses du genre humain » (30). C'est en outre le mystère de l'amour miséricordieux de l'Auguste Trinité et du divin Rédempteur envers tous les hommes; ceux ci étaient, en effet, tout à fait incapables de satisfaire à l'expiation de leurs crimes (31) et c'est le Christ qui, par les richesses insondables de ses mérites, fruits de l'effusion de son sang précieux, a pu rétablir et parfaire le pacte d'amitié entre Dieu et les hommes, violé une première fois au Paradis terrestre par la déplorable faute d'Adam et ensuite par les innombrables péchés du peuple élu 21. Poussé par son ardente charité pour nous, en tant que notre légitime et parfait médiateur, le Divin Rédempteur a donc complètement accordé devoirs et obligations de l'humanité et droits de Dieu : il est ainsi véritablement l'auteur de cette admirable conciliation entre la divine justice et la divine miséricorde où réside précisément l'absolue transcendance du mystère de notre salut, si heureusement exprimée par le Docteur Angélique : « Que l'homme soit libéré par la Passion du Christ convient tout à fait à sa miséricorde et à sa justice. A sa justice, car le Christ a satisfait par sa Passion pour le péché du genre humain et c'est donc par la justice du Christ que l'homme fut libéré. A sa miséricorde aussi, car, l'homme ne pouvant pas satisfaire par lui-même pour le péché de toute la nature humaine, Dieu donna son Fils pour y satisfaire. Ce fut là un acte de miséricorde plus généreuse que s'il avait remis les péchés sans aucune satisfaction. C'est pourquoi il est dit : « Dieu qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont Il nous a aimés, alors que nous étions morts par suite de nos fautes, nous a fait revivre avec le Christ 22 » (32).

c) La “logique” de l’Incarnation Rédemptrice selon le Nouveau Testament et les Pères

21. Pour que nous puissions, cependant, dans la mesure permise à l'homme, « comprendre avec tous les saints quelle est la largeur, la longueur, la hauteur et la profondeur » (33) de la mystérieuse charité du Verbe Incarné envers le Père céleste et envers les hommes souillés par leurs péchés, il faut bien remarquer que son amour ne fut pas seulement cet amour spirituel qui est propre à Dieu, en tant qu'il « est Esprit » (34). Sans doute l'amour dont Dieu aima nos premiers parents et le peuple hébreu fut il de cette nature ; et quand, dans les Psaumes, les écrits prophétiques et le Cantique des Cantiques, on parle d'amour humain, intime et paternel, ces expressions sont la marque et le signe de la charité très réelle, mais totalement spirituelle, dont Dieu comblait le genre humain. Mais, au contraire, l'amour partout présent dans l'Evangile, les Lettres des Apôtres et les pages de l'Apocalypse, qui décrivent les dispositions du Cœur de Jésus Christ, ne signifie pas seulement la divine charité, mais encore des sentiments d'affection humaine ; cela ne fait aucun doute pour quiconque professe la foi catholique. Le Verbe de Dieu n'a pas pris, en effet, un corps apparent et sans consistance. Les hérétiques du premier siècle de l'ère chrétienne qui le prétendaient s'attirèrent la réprobation sévère de l'Apôtre Jean : « C'est que beaucoup de séducteurs se sont répandus dans le monde, qui ne confessent pas Jésus Christ venu dans la chair. Voilà bien le Séducteur, l'Antéchrist » (35). C'est en réalité une nature humaine individuelle, entière et parfaite, conçue du Saint Esprit dans le sein très pur de la Vierge Marie (36), qu'il a unie à sa Personne divine. Rien ne manqua à la nature humaine que s'unit le Verbe de Dieu. Il l'assuma sans aucune diminution, sans aucune modification, pas plus dans ses éléments spirituels que corporels : elle était dotée d'intelligence et de volonté, de toutes les autres facultés de connaissance externe et interne, ainsi que de l'appétit sensible et de toutes les passions naturelles. Voilà ce qu'enseigne l'Église catholique et que Pontifes romains et Conciles œcuméniques ont solennellement sanctionné et confirmé : «Intègre dans ses propriétés, intègre dans les nôtres » (37) ; « parfait dans sa divinité et parfait dans son humanité » (38) ; « Dieu tout entier fait homme et homme tout entier divinisé » (39).

22. C'est pourquoi, comme il est certain que Jésus-Christ a pris un corps véritable avec toutes les affections propres à celui ci parmi lesquelles l'amour certes l'emporte sur toutes les autres, on ne saurait non plus douter qu'il n’ait eu un Cœur de chair semblable au nôtre, puisque la vie humaine, y compris pour ce qui est de l'affectivité, est impossible sans cet organe privilégié 23. Les battements du Cœur de Jésus Christ, uni hypostatiquement à la divine Personne du Verbe, ont sans aucun doute été inspirés par l'amour et par toutes les autres passions, - lesquelles, d'ailleurs, étaient toujours en une telle conformité et une telle harmonie avec la volonté humaine toute imprégnée de divine charité et avec l'amour infini lui même, partagé par le Fils avec le Père et le Saint Esprit, que jamais il n’y eut aucune opposition ni aucune dissonance entre ces trois amours 24 (40).

23. Cependant, que le Verbe de Dieu ait pris une nature humaine réelle et parfaite, qu'Il se soit formé et modelé un Cœur de chair capable comme le nôtre de souffrir et d'être transpercé, si on considère ces faits hors de la lumière qui émane non seulement de la doctrine de l'union hypostatique et substantielle, mais aussi de celle de la Rédemption, qui la complète, ils pourront être pour certains un scandale et une folie, comme le fut pour les Juifs et les païens le Christ crucifié (41). En effet, les Symboles de la foi catholique, en parfait accord avec l'Ecriture, nous assurent que le Fils unique de Dieu a pris une nature humaine passible et mortelle, surtout parce qu'Il désirait offrir sur la Croix un sacrifice sanglant et achever ainsi l'œuvre du salut de l'homme. C'est ce que l'Apôtre des Nations enseigne d'ailleurs par ces mots : « Car le Sanctificateur et les sanctifiés ont tous même origine. C'est pourquoi il ne rougit pas de les nommer frères, quand Il dit : ‘J'annoncerai ton nom à mes frères ...’ Et encore : ‘Nous voici, moi et les enfants que Dieu m'a donnés’. Puis donc que les enfants avaient en commun le sang et la chair, lui aussi y participa pareillement... En conséquence, il a dû devenir en tout semblable à ses frères, afin de devenir dans leurs rapports avec Dieu, un grand prêtre miséricordieux et fidèle pour expier les péchés du peuple. Car du fait qu'il a lui-même souffert par l'épreuve, il est capable de venir en aide à ceux qui sont éprouvés » (42).

24. Les Pères de l'Église, témoins véridiques de la doctrine révélée par Dieu, ont très bien vu, comme l'Apôtre Paul l'avait déjà clairement affirmé, que le mystère de l'amour divin était comme le principe et le sommet de l'Incarnation et de la Rédemption. En de nombreux et lumineux passages de leurs écrits, ils ont affirmé que Jésus-Christ a assumé une nature humaine parfaite et notre corps caduc et fragile afin de pourvoir à notre salut éternel et nous témoigner clairement, même sur le plan sensible, son amour infini.

25. Faisant écho à la voix de l'Apôtre des Gentils, saint Justin écrit : « Nous adorons et nous aimons le Verbe né du Dieu inengendré et ineffable. Car il s'est fait homme pour nous afin que, devenu participant de notre faiblesse, il y portât remède » (43). Saint Basile, le premier des trois Pères Cappadociens, affirme que les sentiments du Christ ont été à la fois véritables et saints : « Il est clair, dit il, que le Seigneur a pris les affections naturelles pour confirmer la vérité et la réalité de son Incarnation ; Il a rejeté cependant les affections désordonnées, qui souillent la pureté de notre vie, comme indignes de la divinité sans tache », (44). De même, pour saint Jean Chrysostome, lumière de l'Église d'Antioche, les émotions sensibles auxquelles fut sujet le divin Rédempteur ont prouvé clairement qu'Il avait assumé une nature humaine, tout à fait intègre : « S'il n'avait pas été de notre nature, Il n'aurait pas été par deux fois ému jusqu'aux larmes » (45). Parmi les Pères latins, Nous mentionnons volontiers ceux qu'aujourd'hui l'Église vénère comme ses plus grands docteurs. Ainsi, pour saint Ambroise, les affections et émotions sensibles que connut le Verbe de Dieu Incarné naissent de l'union hypostatique comme de leur principe naturel : « C'est parce qu'Il a pris une âme qu'Il a pris aussi les passions de l'âme; car ce n'est pas Dieu en tant que tel qui aurait pu être troublé ou mourir » (46). Saint Jérôme tire de ces affections le principal argument pour prouver que le Christ a réellement assumé la nature humaine : Notre Seigneur, pour prouver la vérité de l’homme assumé, a été véritablement sujet à la tristesse (47). Saint Augustin souligne d'une manière particulière l'harmonie qui existe entre les sentiments du Verbe Incarné et le but de la Rédemption : « Si le Seigneur Jésus a assumé la frêle nature humaine, ses sentiments, sa chair et jusqu'à sa mort, ce n'est pas en raison d'une nécessité de sa condition, mais en harmonie avec son libre dessein de miséricorde : il voulait ainsi transfigurer en Lui son Corps - l'Église dont Il a daigné être la Tête -, c'est-à dire transfigurer ses membres, qui sont ses saints et ses fidèles ; de la sorte, si l'un d'entre eux se trouvait durement éprouvé par les tentations humaines, il ne se croirait pas pour autant privé de sa grâce et, comme le chœur se règle sur la voix qui lui donne le ton, ainsi le Corps apprendrait de lui, la Tête, à ne pas voir là de péché, mais l'indice de la faiblesse humaine » (48). De façon plus brève, mais non moins probante, les textes suivants de saint Jean Damascène font connaître la doctrine de l'Église : « (Dieu) tout entier m'a assumé tout entier; Il s'est uni tout entier à l'homme tout entier, pour le sauver tout entier. Sinon, ce qui n'aurait pas été assumé n'aurait pas pu être sauvé » (49). « Il a donc tout assumé pour tout sanctifier » (50).

26. Remarquons le pourtant : bien que ces extraits de la Sainte Ecriture et des Pères - et beaucoup d'autres qui leur sont semblables et que je ne rapporte pas ici - attestent clairement que Jésus-Christ fut doté d'émotions, d'affections sensibles et de volonté et qu'il a assumé une nature humaine pour pourvoir à notre salut éternel, ils n'ont toutefois jamais rattaché ces mêmes affections à son cœur physique, ni indiqué ouvertement le cœur comme symbole de son amour infini. Les évangélistes et les autres écrivains sacrés ne décrivent pas explicitement le cœur de notre Rédempteur comme plein de vie, doté tout autant que le nôtre de la faculté de sentir, palpitant sous l'effet des divers mouvements et affections de son âme et de l'ardente charité de ses deux volontés ; ils n'en mettent pas moins souvent en lumière son divin amour et les émotions sensibles qui s’y rattachent : désir, joie, tristesse, crainte et colère, telles que les manifestent sa physionomie, ses paroles et ses gestes. C’est surtout le visage de notre adorable Sauveur qui fut l’indicateur (index) et comme le très fidèle miroir (speculum) de ces sentiments 25 qui, émouvant de diverses manières son esprit, refluaient (quasi reciprocantes undae attigebant) sur son très saint Cœur et en activaient les palpitations. En effet, vaut aussi dans son cas ce que, instruit par l’expérience commune, saint Thomas remarque à propos de la psychologie humaine et des phénomènes qui s’ensuivent : « La perturbation de la colère s’étend jusqu’aux organes extérieurs, et surtout à ceux où brille plus expressivement la trace (vestigium) du cœur, tels les yeux et la face ou la langue 26 » (51).

27. C’est donc à juste titre que l’on considère le Cœur du Verbe incarné comme l’indicateur et le symbole privilégiés (praecipuus) du triple amour dont le divin Rédempteur ne cesse d’aimer le Père éternel et tous les hommes. Il est en effet le symbole de cet amour divin que le Verbe a en commun avec le Père et l’Esprit Saint, mais qui en lui seul, en tant que Verbe fait chair, se manifeste à nous à travers un corps humain périssable et fragile, puisqu’“en lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité” (52). Il est de plus le symbole de cette très ardente charité qui, infusée dans son âme, enrichit sa volonté humaine et dont l’acte est illuminé et dirigé par une double science très parfaite, c’est-à-dire sa science bienheureuse et sa science infuse (53). Il est enfin - et ceci sous un mode plus naturel et plus direct - le symbole aussi de l’affectivité, étant donné que le corps de Jésus Christ, formé par l’Esprit Saint dans le sein de la Vierge Marie, jouit très parfaitement du pouvoir de sentir et de percevoir, plus même que tous les autres corps humains (54) 27.

28. L'Ecriture Sainte et les symboles de la foi catholique nous enseignent que l'accord et l'harmonie régnaient au plus haut point dans l'âme très sainte de Jésus Christ ; ils nous révèlent aussi qu'il a manifestement considéré notre Rédemption comme le but vers lequel devait tendre son triple Amour; il est clair, dès lors, que nous pouvons contempler à bon droit et vénérer le cœur du Divin Rédempteur comme l’image symbolique de sa charité, le témoin de notre Rédemption et comme l'échelle mystique par laquelle nous montons jusqu'à l'embrassement du « Sauveur Notre Dieu » 28 (55). C'est pourquoi ses paroles, ses actions, ses préceptes, ses miracles doivent être considérés comme le témoignage de son triple amour; et cela s'applique particulièrement aux œuvres qui attestent plus lumineusement sa charité envers nous, comme la divine institution de l'Eucharistie, ses souffrances très violentes et sa mort, le don qu'Il nous a fait de sa très Sainte Mère et enfin l'envoi du Saint Esprit dans les Apôtres et en nous. Nous devons donc contempler amoureusement les pulsations de son Cœur Sacré, qui ont comme mesuré la durée de son pèlerinage terrestre jusqu'au moment suprême où, selon les témoignages des Évangélistes, « criant d'une voix forte, Il dit : ‘Tout est consommé’ et, ayant incliné la tête, Il rendit l'esprit » (56). Alors les battements de son Cœur cessèrent et son amour sensible s'interrompit jusqu'à ce qu'Il ressuscitât du sépulcre, vainqueur de la mort. Mais, depuis le moment où le corps glorifié du Rédempteur divin eût été de nouveau uni à son âme, son Cœur très saint n'a plus cessé, ni ne cessera de battre son rythme régulier et de signifier encore le triple amour par lequel le Fils de Dieu est uni à son Père céleste et avec toute la communauté des hommes, dont Il est Lui même, de plein droit, le chef mystique.

III. Contemplation évangélique du mystère du Coeur de Jésus

a) En suivant pas à pas le récit évangélique

29. Et maintenant, Frères, pour retirer de ces réflexions des fruits abondants de salut, contemplons un moment toutes les affections divines et humaines que le Cœur de Notre Sauveur Jésus-Christ a éprouvées en participant à notre vie mortelle, qu'il éprouve maintenant et qu'il éprouvera à jamais. C'est de l'Evangile surtout que nous puiserons la lumière qui nous éclairera et fortifiera pour entrer dans le sanctuaire de ce Cœur divin, et pour admirer, avec l'Apôtre des Gentils, « les richesses abondantes de la grâce de Dieu dans sa bonté pour nous, dans le Christ Jésus » (57).

30. Le Cœur adorable de Jésus Christ bat à l'unisson de son amour humain et divin, dès que la Vierge Marie prononce son « fiat » magnanime et que le Verbe de Dieu, selon l'Apôtre, « entrant dans le monde, dit : tu n'as pas voulu de sacrifice ni d'oblation, mais tu m'as fait un corps. Les holocaustes pour le péché ne t'ont pas plu. Alors voici que je viens - car c'est de moi, qu'il est question dans le rouleau du livre - pour faire, ô Dieu, ta volonté... et c'est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés par l'oblation du corps du Christ une fois pour toutes » (58). Il vibrait encore d'un amour en parfaite harmonie avec les affections de sa volonté humaine et de son amour divin, lorsque dans la maison de Nazareth, Il s'entretenait de choses du ciel avec sa très douce Mère et avec Joseph. son père adoptif, qu'il aidait, obéissant, dans son travail de charpentier. Il vivait encore le triple amour dont Nous avons parlé, durant sa vie publique : longues pérégrinations apostoliques; innombrables miracles, qui ressuscitaient les morts et guérissaient toutes sortes de maladies ; fatigues, sueur, faim et soif ; nuits de veille, passées à prier le Père céleste ; discours, enfin, paraboles et leurs commentaires, celles en particulier qui portent sur la miséricorde, telle la drachme perdue, la brebis égarée, l'enfant prodigue. Dans ces paroles et ces actions, comme le remarque Grégoire le Grand, se manifeste lui-même le Cœur de Dieu: « Apprends le Cœur de Dieu dans les paroles de Dieu pour aspirer plus ardemment aux biens éternels » (59).

31. Le Coeur de Jésus-Christ était ému d’une charité plus empressée encore, lorsque de sa bouche sortaient des paroles inspirées par l'amour le plus ardent. Voyant, par exemple, les foules lasses et affamées, il s'écriait : « J'ai pitié de cette foule » (60) ; voyant Jérusalem, sa ville très aimée, aveuglée par ses fautes et destinée dès lors à la ruine la plus complète, il prononçait ces paroles : « Jérusalem, toi qui tues les prophètes et lapides ceux qui te sont envoyés, que de fois j'ai voulu rassembler tes fils, comme une poule rassemble ses poussins sous ses ailes et tu n'as pas voulu ! » (61). Son Cœur brûlait d'amour envers son Père et frémissait d'une sainte indignation à la vue du commerce sacrilège qui se faisait dans le Temple; et Il admonestait ainsi les profanateurs : « Il est écrit : ‘Ma maison est une maison de prières’, mais vous, vous en avez fait une caverne de voleurs » (62).

32. Mais c'est d'un amour particulièrement intense et mêlé de frayeur que son Cœur fut ému lorsqu'il pressentit l'heure imminente de la Passion et que, éprouvant une répugnance naturelle devant les douleurs et la mort, il s'écria : « Mon Père, s'il est possible, que ce calice, s'éloigne de moi » (63); c'est toujours le même amour invicible et un immense chagrin, qui lui firent prononcer ces paroles où résonne l'ultime appel adressé par son Cœur très miséricordieux à l'ami prêt, dans un geste délibéré d'impiété et de trahison, à le livrer aux bourreaux : « Mon ami, c'est pour cela que tu viens ? C'est par un baiser que tu livres le Fils de l'homme ? » (64). C'est dans un élan d'ardent amour et de profonde compassion qu'il dit aux pieuses femmes pleurant sur lui, injustement condamné à. la croix : « Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi, mais pleurez sur vous mêmes et sur vos enfants... ; car, si l'on traite ainsi le bois vert, qu'en sera t il du sec ? » (65).

33. Mais c'est surtout suspendu à la croix que le Divin Rédempteur sentit son Coeur bouillonner des sentiments les plus variés : amour brûlant, bouleversement, miséricorde, désirs ardents, calme serein ; tout cela, fortement exprimé par ces paroles : « Père, pardonne leur, ils ne savent pas ce qu'ils font » (66) ; « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as tu abandonné ? » (67). « Je te le dis en vérité: aujourd'hui tu seras avec moi dans le Paradis » (68) ; « J'ai soif » (69) ; « Père, en tes mains je remets mon esprit » (70).

b) L’Heure du Don suprême

34. Qui pourrait, dignement décrire les battements du Cœur divin du Sauveur, symptômes de son amour infini, au moment où Il accorda aux hommes ses dons les plus précieux : Lui-même dans le Sacrement de l'Eucharistie, sa très-sainte Mère, le Sacerdoce qu'Il nous communique ?

35. Même avant de manger la dernière Cène avec ses disciples, pensant à l'institution du Sacrement de son Corps et de son Sang, dont l'effusion scellerait la nouvelle Alliance, Jésus avait senti son Cœur frémir d'une intense émotion qu'il confia aux Apôtres par ces mots : " J'ai ardemment désiré manger cette Pâque. avec vous avant de souffrir » (71), et ces mouvements furent sans aucun doute plus véhéments encore, lorsque, «ayant pris du pain, après avoir rendu grâces, Il le rompit et le leur donna en disant : Ceci est mon corps, donné pour vous; faites ceci en mémoire de moi. Pareillement, pour la coupe, après qu'ils eurent. soupé, en disant: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, versé pour vous " (72).

36. L'on peut donc affirmer à bon droit que la divine Eucharistie - Sacrement qu'il donne aux hommes et Sacrifice qui le fait s'immoler perpétuellement « du lever du soleil à son coucher » (73), - et de même le Sacerdoce sont bien des dons du Sacré-Cœur de Jésus.

37. Et celui ci nous fit encore le don très précieux de Marie, auguste Mère de Dieu et notre Mère très aimante. Elle fut la Mère selon la chair de notre Rédempteur et son associée dans la régénération des enfants d'Ève à la vie de la grâce : il était juste qu'elle fût proclamée, par Jésus lui même, Mère, selon l'esprit, du genre humain tout entier. Saint Augustin écrit à ce sujet « Elle est vraiment notre Mère, à nous qui sommes membres du Sauveur, puisqu'elle a contribué, par sa charité, à engendrer dans l'Église des fidèles qui sont les membres de son chef, le Christ » (74).

38. Au don non sanglant qu'il nous fait de sa personne, sous les espèces du pain et du vin, notre Sauveur Jésus-Christ, voulut ajouter, comme témoignage suprême de son infinie charité, le Sacrifice sanglant de la Croix. Ce faisant il donnait l'exemple de cette charité sublime présentée par Lui à ses disciples comme le comble de l'amour : « Nul ne peut avoir de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis » (75). Ainsi donc l'amour de Jésus Christ, Fils de Dieu, nous révèle, dans le Sacrifice du Golgotha, de la manière la plus éloquente, l'amour même de Dieu : « A ceci nous avons connu l'amour de Dieu, c'est que Lui a donné sa Vie pour nous, et nous, nous devons donner notre vie pour nos frères » (76). Et, en réalité, notre Divin Rédempteur a été attaché à la croix plus par son amour que par la violence des bourreaux; son immolation volontaire est le don suprême qu'il fait à chacun des hommes, selon le mot saisissant de l'Apôtre : « Il m'a aimé et s'est livré lui-même pour moi. » (77)

c) La symbolique du quatrième évangile

39. Puisque le Sacré-Cœur de Jésus participa si intimement à la vie du Verbe Incarné et fut dès lors assumé comme instrument de la Divinité, au même titre que toutes les autres parties de la nature humaine, pour accomplir les œuvres de la grâce et de la toute puissance divines (78), il est sans aucun doute aussi le symbole légitime de cette immense charité qui poussa notre Sauveur à inaugurer par son Sang versé son mariage mystique avec l'Église : « Il a accepté la Passion en raison de l'ardent désir qu'il avait de s'unir l'Église comme épouse » (79). C'est donc du Cœur blessé du Rédempteur qu'est née l'Église, en tant que gérante du Sang de la Rédemption ; c'est de ce Cœur qu'a coulé abondamment la grâce des Sacrements, où les fils de l'Église puisent la vie surnaturelle, comme le rappelle la sainte Liturgie : « Du Cœur ouvert naît l'Église, unie au Christ... Vous qui, de votre Cœur répandez la grâce » (80). A propos de ce symbolisme, bien connu des Pères de l'Église et des écrivains ecclésiastiques, saint Thomas - se faisant d'ailleurs l'écho de la Tradition, - a écrit les lignes suivantes : « Du côté du Christ jaillirent l'eau qui purifie et le sang qui rachète ; c'est pourquoi le sang se rapporte au sacrement de l'Eucharistie et l'eau au sacrement de Baptême, sacrement qui tire cependant sa puissance purificatrice de la vertu du sang du Christ » (81). Ce qui est dit ici du côté blessé de Jésus peut se dire également de son Cœur, qui fut certainement atteint par la lance que brandit le soldat romain pour s'assurer que le Christ crucifié était bien mort. C'est pourquoi la blessure du Cœur Sacré de Jésus, déjà mort, reste pour tous les siècles l'image vivante de cette charité librement manifestée qui inspira à Dieu d'envoyer son Fils unique pour nous racheter et au Christ de nous aimer tous au point de s'offrir en victime sanglante sur le Calvaire : " Le Christ nous a aimés et s'est livré pour nous, s'offrant à Dieu en sacrifice d'agréable odeur " (82).

d) Ascension et Pentecôte

40. Monté au ciel et assis à la droite du Père dans la splendeur de son humanité glorifiée, notre Sauveur n'a pas cessé de manifester à l'Église, son Épouse, l'amour brûlant de son Cœur A ses mains, ses pieds et son côté il porte les marques éclatantes de ses plaies, qui représentent la triple victoire qu'Il a remportée sur le démon, sur le péché et sur la mort; et Il porte, placés dans son Cœur comme dans un écrin de grand prix, d'immenses trésors de mérites, fruits de son triple triomphe, et il les distribue généreusement au genre humain racheté. C'est cette très consolante vérité que l'Apôtre des Nations exprime en ces termes : « Montant dans les hauteurs, Il a emmené des captifs, Il a fait des dons aux hommes... Celui qui est descendu c'est le même qui est aussi monté au dessus de tous les cieux, afin d'embrasser tout l'Univers » (83).

41. L'envoi de l'Esprit Saint aux disciples est le premier signe manifeste de la munificence de sa charité après sa glorieuse ascension à la droite du Père. Dix jours après, en effet, l'Esprit Consolateur, don du Père, est descendu sur eux, réunis au Cénacle, comme Jésus le leur avait promis durant. la dernière Cène : « Je prierai le Père et il vous enverra un autre Consolateur qui restera à jamais parmi vous » (84). Cet Esprit Consolateur - comme il est l’Amour personnel réciproque, c’est-à-dire tant du Père pour le Fils que du Fils pour le Père - est envoyé par l'un et l'autre et, apparu sous la forme de langues de feu, Il remplit leurs âmes de la charité divine et des autres charismes. Cette infusion de l'amour divin a aussi pour origine le Cœur de notre Sauveur, « en qui se trouvent, cachés, tous les trésors de la sagesse et de la science » (85). Car cette charité est un don à la fois du Cœur de Jésus et de son Esprit; et cet Esprit lui même est celui du Père et du Fils : c'est de lui que l'Église a pris naissance pour se répandre ensuite merveilleusement dans tout l'univers païen souillé par l'idolâtrie, la haine du prochain, la corruption et la violence des mœurs. C'est cette charité divine, don très précieux du Cœur du Christ et de son Esprit, qui communiqua aux Apôtres et aux Martyrs la force qui leur permit de lutter jusqu'à une mort héroïque pour annoncer la vérité de l'Evangile et la sceller de leur propre sang ; elle donna aux Docteurs de l'Église un zèle enflammé pour exposer et défendre la foi catholique; elle nourrit les vertus des Confesseurs et leur suggéra de fructueuses et admirables entreprises pour leur propre sanctification et le bien spirituel et corporel de leur prochain ; elle inspira enfin aux Vierges de renoncer, d'elles mêmes et avec joie, aux plaisirs sensibles pour se consacrer tout entières à l'amour de leur Epoux divin. Voulant chanter cette divine charité qui, jaillie du Cœur du Verbe Incarné, se répand dans l'âme de tous les croyants, par la puissance du Saint Esprit, l'Apôtre des Nations proclame dans un hymne de victoire le triomphe de Jésus Christ, Chef du Corps Mystique, et de ses membres sur tout ce qui s'opposerait de quelque manière à l'établissement du royaume de l'amour divin parmi les hommes : « Qui nous séparera de l'amour du Christ ? La tribulation, l'angoisse, la persécution, la faim, la nudité, les périls, le glaive ?... Mais en tout cela nous n'avons aucune peine à triompher par Celui qui nous a. aimés. Oui, j'en ai l'assurance, ni la mort ni la vie, ni les anges ni les principautés, ni le présent ni l'avenir, ni les puissances, ni la hauteur ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté dans le Christ Jésus Notre Seigneur » (86).

e) Le Coeur de Jésus, résumé du mystère de notre Rédemption

42. Rien ne nous empêche donc d'adorer le Cœur Sacré de Jésus Christ, puisqu'il participe à l'inépuisable charité de notre Divin Rédempteur et qu'il est le symbole naturel le plus expressif de la charité que Celui ci continue de ressentir pour le genre humain. Bien qu'il ne soit plus soumis aux vicissitudes de notre vie mortelle, le Cœur du Christ vit, cependant, et bat, indissolublement uni à la Personne du Verbe de Dieu et uni, en elle et par elle, à sa volonté divine. Il déborde d'un amour divin et humain, il est riche de tous les trésors de grâces que notre Rédempteur a acquis par sa vie, ses souffrances et sa mort et c'est pourquoi il est vraiment la source intarissable de l'amour que son Esprit répand dans tous les membres de son Corps mystique.

43. Aussi le Cœur de notre Sauveur reflète, en quelque sorte, l’image de la Personne divine du Verbe et de sa double nature, divine et humaine; et nous pouvons considérer en lui non seulement le symbole, mais comme le résumé de tout le mystère de notre Rédemption 29. Lorsque nous adorons le Cœur Sacré de Jésus-Christ, nous adorons à la fois, en lui et par lui, l'amour incréé du Verbe de Dieu et son amour humain, avec ses autres sentiments et ses vertus ; l'un et l'autre amour 30, en effet, ont poussé le Rédempteur à s'immoler pour nous et pour toute l'Église son Epouse, selon le mot de l'Apôtre : « Le Christ a aimé l'Église, il s'est livré pour elle, afin de la sanctifier, en la purifiant par le bain d'eau qu'une parole accompagne ; car Il voulait se la présenter à lui même toute resplendissante, sans tache ni ride ni rien de tel, mais sainte. et immaculée » (87).

f) Epilogue céleste pour aujourd’hui

44. Comme le Christ a aimé l'Église, Il l'aime encore maintenant de ce triple amour dont nous avons parlé ; et c'est cet amour qui le pousse à se faire notre avocat (88), « toujours vivant pour intercéder pour nous » (89), afin de nous obtenir du Père grâce et miséricorde. La prière que son inépuisable amour fait monter vers le Père ne s'interrompt jamais. Et ainsi, au ciel où il triomphe, il adresse, comme « aux jours de sa vie mortelle » (90), des prières à son Père céleste, avec une égale efficacité; et à Celui ci, qui « a tant aimé le monde qu'Il a donné son Fils unique, pour que tout homme qui croit en Lui ne périsse pas, mais ait la vie éternelle » (91) : il montre son Cœur vivant, comme blessé et brûlant d'un amour plus ardent que lorsque, inanimé, il fut percé par la lance du soldat romain : « Si [ton Cœur] fut blessé, c'est pour qu'à travers la plaie visible, nous voyions la blessure invisible de l'amour » (92).

45. Il est dès lors bien certain qu'imploré par un tel Avocat avec un tel amour, le Père céleste, « qui n'épargna pas son propre Fils mais le livra pour nous tous » (93), fera descendre sans cesse, par Lui, sur tous les hommes, l’abondance des grâces divines.

IV. Développement du culte du Coeur de Jésus enraciné dans la Tradition apostolique

a) Tout ce qui précède peut se résumer en une phrase

46. J’ai voulu, Frères, proposer dans les grandes lignes la nature intime du culte du Sacré Cœur de Jésus et les inépuisables richesses qui en découlent, telles qu’elles se déploient à partir de la doctrine divinement révélée comme à partir de leur source première 31. Or, selon moi, ces réflexions, que j’ai faites à la lumière de l’évangile, ont fait apparaître que ce culte n’est rien d’autre en somme que le culte de l’amour divin et humain du Verbe incarné, et rien d’autre même que le culte de cet amour dont le Père et l’Esprit Saint poursuivent les hommes pécheurs 32; car, comme l’enseigne Thomas d’Aquin (94), la charité de l’auguste Trinité est le principe de la rédemption humaine 33, en tant que, débordant à flots sur la volonté humaine de Jésus Christ et son Cœur adorable, elle l’a déterminé, ému par cette même charité, à répandre son sang pour nous racheter de la captivité du péché : “Je dois recevoir un baptême et comme il m’en coûte d’attendre qu’il soit accompli !” (95) 34.

b) On doit donc conclure à l’origine apostolique du culte du Coeur de Jésus

47. J’en suis donc persuadé : le culte rendu à l’amour de Dieu et de Jésus Christ envers le genre humain sous le signe auguste du Cœur transpercé du Rédempteur crucifié n’a jamais été complètement étranger à la piété des fidèles, même si ce n’est qu’à une époque relativement récente qu’il a été mis dans une claire lumière et répandu de façon étonnante aux quatre coins de l’Eglise, surtout après que le Seigneur ait fait la révélation privée de cet arcane divin à certains de ses fidèles, comblés de grâces mystiques, qu’il s’était choisis comme messagers et hérauts de ce secret 35.

48. En réalité aucune époque n’a manqué de gens qu’une particulière dévotion religieuse a conduit, suivant l’exemple de la Mère de Dieu, des Apôtres et d’insignes Pères de l’Eglise, à rendre, à la très sainte humanité du Christ et surtout aux plaies dont fut déchiré son corps dans la salutaire passion de la croix, un culte d’adoration, d’action de grâces et d’amour 36.

49. De plus, les mots mêmes : “Mon Seigneur et mon Dieu” (96), par lesquels Thomas l’apôtre signifia que l’incrédule se muait en croyant, ne contiennent-elles pas sans aucun doute une profession de foi, d’adoration et d’amour se haussant depuis l’humaine nature blessée du Seigneur jusqu’à la majesté de la divine Personne 37 ?

50. Mais, si c’est bien le Cœur transpercé du Sauveur qui a toujours plus puissamment incité les hommes à vénérer l’amour infini dont il embrasse le genre humain - puisqu’aussi bien c’est aux chrétiens de tous les temps que, suivant l’application qu’en fait Jean l’évangéliste à Jésus crucifié, s’adressent les mots du prophète Zacharie : “Ils fixeront les yeux sur Celui qu’on transperça” (97) -, il faut toutefois avouer que seule une patiente progression devait permettre qu’un culte particulier soit enfin rendu à ce Cœur en tant qu’image de l’amour humain et divin du Verbe incarné 38.

c) La spiritualité du Coeur de Jésus au Moyen Age et sa double expérience de référence au XVIIe siècle

51. Une simple esquisse des étapes glorieuses de ce culte dans l'histoire de la piété chrétienne évoque aussitôt les noms de ceux qui en furent les premiers hérauts. Il se développa peu à peu, comme dévotion privée, dans les congrégations religieuses 39. Citons, par exemple, comme ayant bien servi la cause du culte envers le Sacré-Cœur, saint Bonaventure, saint Albert le Grand, sainte Gertrude, sainte Catherine de Sienne, le bienheureux Henri Suso, saint Pierre Canisius, saint François de Sales 40. Saint Jean Eudes fut l'auteur du premier office liturgique en l'honneur du Sacré Cœur de Jésus, dont la fête fut célébrée pour la première fois, avec l'approbation de nombreux Evêques de France, le 20 octobre 1672 41. Mais, parmi les promoteurs de cette noble dévotion, sainte Marguerite Marie Alacoque mérite une place toute spéciale. C'est grâce au zèle ardent de cette sainte, aidée par son directeur spirituel, le bienheureux Claude de la Colombière, que ce culte connut, à l'admiration du peuple chrétien, de très grands développements et qu'il se distingua, par ses notes particulières d'amour et de réparation, des autres formes de la piété chrétienne 42 (98).

52. Il suffit de rappeler l'époque où se répandit le culte du Sacré-Cœur de Jésus, pour comprendre clairement que son étonnant progrès vient de sa parfaite cohérence avec la nature même du christianisme, qui est religion d'amour. On ne peut donc pas dire que ce culte soit venu d'une révélation privée de Dieu, ni qu'il soit soudainement apparu dans l'Église. Mais il a jailli spontanément de la foi vivante et fervente d'hommes comblés de dons surnaturels, qui adoraient le Rédempteur et ses plaies glorieuses, témoignage bouleversant de son amour infini. Les révélations dont sainte Marguerite-Marie fut l'objet n'apportèrent donc rien de nouveau à la doctrine catholique. Elles tirent leur importance de ce que Notre Seigneur Jésus-Christ, en montrant son Sacré-Cœur, voulut inviter les hommes, avec une particulière insistance, à la contemplation et au culte de l'amour miséricordieux de Dieu pour le genre humain. En effet, par cette exceptionnelle manifestation, le Christ montra expressément à plusieurs reprises son Cœur comme le symbole qui conduira à reconnaître son amour; et, en même temps, il fit de son Cœur un signe et un gage de miséricorde et de grâce pour les besoins de l'Église à notre époque.

53. Que ce culte tire son origine des principes même de la doctrine chrétienne, on en a une preuve évidente dans le fait que l'approbation de la solennité liturgique par le Siège Apostolique a précédé celle des écrits de sainte Marguerite-Marie. En effet, ce n'est pas précisément en raison de quelque révélation privée, mais pour répondre aux vœux des fidèles que la Congrégation des Rites, par le décret du 25 janvier 1765, approuvé le 6 février de la même année par mon Prédécesseur Clément XIII, concéda aux Évêques de Pologne et à l'Archiconfrérie Romaine du Sacré-Cœur la faculté de célébrer la fête liturgique; par cet acte, le Saint-Siège voulut donner un nouveau développement à un culte déjà vivant et florissant, afin de « raviver par un symbole le souvenir de l'amour divin » (99) qui conduisit le Sauveur à s'offrir comme victime d'expiation pour les péchés des hommes.

d) La spiritualité du Coeur de Jésus au Moyen Age et sa double expérience de référence au XVIIe siècle

54. Cette première approbation, accordée comme privilège et encore limitée, fut suivie, près d'un siècle plus tard, par une autre de beaucoup plus grande portée, donnée sous forme solennelle. Je veux parler du décret, mentionné plus haut, et publié par la Congrégation des Rites le 23 août 1856 ; par ce décret, mon Prédécesseur Pie IX, répondant aux prières des Évêques de France et de presque tout le monde catholique, étendit à l'Église universelle la fête du Sacré-Cœur de Jésus et prescrivit qu'elle fût célébrée dignement (100). Ce geste mérite d'être sans cesse rappelé aux fidèles, puisque, comme nous le lisons dans la liturgie de cette fête 43, « c'est à partir de ce jour que le culte du Sacré-Cœur de Jésus, tel un fleuve débordant, emporta les obstacles et se répandit dans le monde entier ».

55. Après ce que je viens de dire, Frères, il est bien clair que c'est à l'Ecriture, à la Tradition, et à la Liturgie 44 que les fidèles doivent remonter, comme à la source limpide et profonde de ce culte, s'ils veulent en pénétrer la nature intime et recevoir de sa méditation un aliment qui les nourrisse et augmente leur ferveur. Si l'âme fidèle s'adonne à ce culte, l'esprit éclairé par une méditation assidue, elle ne peut pas ne pas parvenir à la douce connaissance de la charité du Christ, sommet de la vie chrétienne, comme disait l'Apôtre, parlant d'expérience : « C'est pourquoi je fléchis les genoux en présence du Père de Notre Seigneur Jésus Christ... qu'il daigne, selon la richesse de sa force éclatante, vous armer de puissance par son Esprit pour que se fortifie en vous l'homme intérieur, que le Christ habite en vos cœurs par la foi et que l'amour soif la racine, la base de votre vie. Ainsi vous arriverez... à connaître cet amour qui surpasse toute connaissance, et vous entrerez par votre plénitude dans toute la Plénitude de Dieu » (101). De cette Plénitude de Dieu, contenant toute chose, le Cœur même de Jésus-Christ est précisément l'image la plus belle : une plénitude de miséricorde, propre au Nouveau Testament, dans lequel « apparurent la bonté de Dieu notre Sauveur et son amour pour les hommes » (102), car « Dieu n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour condamner le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui » (103).

e) Pourquoi l’image du Coeur de Jésus mérite-t-elle un culte spécial ?

56. L'Église, éducatrice de l'humanité, a toujours tenu pour certain, depuis la publication des premiers actes officiels sur le culte du Sacré Cœur de Jésus, que les éléments essentiels de ce culte - les actes d'amour et de réparation 45, rendus à l'amour infini que Dieu témoigne au genre humain - ne sont d'aucune façon entachés de chosisme ou de superstition ; c'est là, au contraire, une dévotion qui répond parfaitement à ce culte spirituel, tout à fait authentique, que le Sauveur lui même annonçait en parlant à la Samaritaine : « Mais l'heure vient, - et nous y sommes, - où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité, car ce sont là les adorateurs tels que les veut le Père. Dieu est esprit et c'est en esprit et vérité que ceux qui adorent doivent adorer » (104).

57. Il n’est donc pas permis de prétendre que la contemplation du Coeur physique de Jésus empêche de parvenir à un intime amour de Dieu et qu’elle retarde l’âme dans son progrès vers les plus hautes vertus. L’Eglise rejette totalement cette fausse doctrine mystique, de même qu’elle s’opposa, par la voix de mon Prédécesseur Innocent XI, aux chimères de ceux qui prétendaient ceci : “(Les âmes qui suivent cette voie intérieure) ne doivent pas produire d’actes d’amour envers la bienheureuse Vierge, les Saints ou l’humanité du Christ, car comme il s’agit d’objets d’ordre sensible, l’amour envers eux l’est aussi. Dans notre coeur, il n’y a place pour aucune créature, pas même pour la Vierge Marie ou les Saints, car Dieu veut être le seul à l’occuper et le posséder.” (105) Ceux qui sont de cet avis s’imaginent évidemment que l’image du Coeur de Jésus ne symbolise rien de plus que son affectivité humaine et qu’elle ne peut donc servir de nouveau fondement à un culte de latrie, qui convient seulement à ce qui, par nature, est d’ordre divin. Mais cette façon d’interpréter les saintes images, chacun le voit, est entièrement fausse, puisqu’elle borne dans des frontières trop étroites l’amplitude de leur symbolisme. Tel n’est pas le sentiment ni l’enseignement des théologiens catholiques et, entre autres, de S. Thomas, qui écrit ceci : “Aux images on témoigne un culte religieux non pas en tant qu’on les considèrerait en elles-mêmes comme des objets, mais selon la propriété spécifique qu’elles ont de représenter un Dieu incarné 46. Ainsi ce culte qui meut vers l’image comme telle ne s’arrête pas à l’objet, mais il est dirigé vers ce dont celui-ci se veut l’image. Et donc le culte religieux qu’on rend aux images du Christ ne dénature pas la qualité de notre adoration ni celle de notre attitude religieuse” (106) C’est donc à la Personne du Verbe Incarné comme à sa fin que s’adresse le culte, certes relatif 47, qu’on rend aux images, que ce soient les reliques des tourments que notre Sauveur endura pour nous, que ce soit la représentation même dont la vigueur symbolique l’emporte sur celle de toutes les autres 48, à savoir le Coeur transpercé du Christ crucifié.

58. C’est pourquoi à partir de cette chose corporelle qui est le Cœur du Christ Jésus et à partir de son symbolisme naturel 49 nous pouvons et devons, soutenus par une foi chrétienne, nous élever non seulement jusqu’à la contemplation de l’amour sensible, mais au-dessus encore jusqu’à la considération et l’adoration du très haut amour infus; et enfin, dans un élan spirituel aussi doux que sublime, jusqu’à la méditation et l’adoration de l’Amour divin du Verbe Incarné 50, puisque la foi par où nous croyons à l’union des deux natures, l’humaine et la divine, dans la Personne du Christ nous permet de concevoir les liens extrêmement étroits qui unissent l’amour sensible du Cœur physique de Jésus à son double amour spirituel, l’humain et le divin 51. Car ces trois amours ne se contentent pas de coexister dans l’adorable Personne du divin Rédempteur, mais ils sont unis entre eux par une liaison naturelle, pour autant que l’amour humain et l’amour sensible sont soumis à l’amour divin 52 et qu’ils en portent la ressemblance analogique 53. Je ne prétends pas pour autant qu'il faille contempler et adorer dans le Cœur de Jésus ce qu'on appelle l'image formelle, c'est à dire le symbole propre et parfait de son amour divin, car aucune image créée ne peut rendre adéquatement l’essence intime de cet amour 54; mais en vénérant le Cœur de Jésus, le fidèle adore avec l'Église le symbole et comme l’empreinte de la Charité divine, qui est allée jusqu'à aimer par le Cœur du Verbe Incarné l'humanité souillée par tant de fautes 55.

f) Le Coeur de Jésus, “lieu” symbolique de la médiation entre Dieu et l’humanité

59. Pour traiter d'un sujet si important et délicat, il faut donc toujours se rappeler que le lien symbolique naturel qui existe entre le Cœur de Jésus et la Personne du Verbe repose tout entier sur la vérité première de l'union hypostatique ; ne pas admettre cela serait renouveler les erreurs plus d'une fois condamnées par l'Église, comme niant l'unité de Personne dans le Christ, dans la distinction et l'intégrité des deux natures.

60. Cette vérité fondamentale nous fait comprendre comment le Cœur du Christ est le Cœur d'une Personne divine, celle du Verbe Incarné, et que ce Cœur résume et nous met sous les yeux, pour ainsi dire, tout l'amour dont nous avons été et sommes encore aujourd'hui l'objet. C'est la raison pour laquelle on doit tellement estimer le culte du Sacré-Cœur qu'on voie dans sa pratique l'expression parfaite de la religion chrétienne. Celle ci, en effet, est la religion de Jésus, fondée toute entière sur le Médiateur, homme et Dieu à la fois ; de sorte que l'on ne peut aller au Cœur de Dieu si ce n'est par le Cœur du Christ, qui a dit lui même: « Je suis la Voie, la Vérité et la Vie. Personne ne peut venir au Père, si ce n'est par moi » (107). Il est facile d'en conclure que le culte du Sacré-Cœur de Jésus, dans sa nature intime, est le culte de l'amour dont Dieu nous a aimés par Jésus, en même temps qu'il est l'exercice de l'amour que nous portons nous mêmes à Dieu et aux autres hommes, il consiste, en d'autres termes, à honorer l'amour de Dieu pour nous et a ce Dieu pour objet afin de l'adorer, de lui rendre grâces, de vivre à son imitation ; et il tend à amener à son absolue perfection l'amour qui nous unit à Dieu et aux autres hommes, en nous faisant mieux pratiquer de jour en jour le commandement nouveau que le Divin Maître laissa comme héritage sacré à ses disciples par ces mots : « Je vous donne un commandement nouveau, c'est que vous vous' aimiez les uns les autres, comme je vous ai aimés... C'est mon commandement, que vous vous aimiez les uns les autres comme je vous ai aimés » (108). Ce commandement est vraiment nouveau et propre au Christ, car, selon les paroles de saint Thomas : « La différence entre l'Ancien et le Nouveau Testament tient en peu de mots; comme le dit Jérémie, ‘je conclurai avec la maison d'Israël un nouveau pacte’ (109). Si ce commandement existait dans l'Ancien Testament, inspiré par une crainte et un amour sacrés, c'était par référence au Nouveau Testament : car il était dans l'ancienne loi, non comme propre à celle ci, mais comme préparatoire à la nouvelle loi » (110)

V. Exhortation pratique

61. Avant d'achever ces considérations - si belles assurément, et si consolantes - sur l’authentique nature et l’excellence chrétienne de ce culte, j’estime opportun, dans la conscience de ma charge apostolique, confiée pour la première fois au Bienheureux Pierre après une triple profession d'amour envers le Christ Seigneur, de vous exhorter à nouveau, Frères, - et, par vous, tous nos chers fils dans le Christ - à promouvoir avec un zèle toujours plus ardent cette très douce forme de dévotion, dont j’attends aussi pour notre temps de nombreux avantages.

a) Le sens de la “dévotion”, de la “consécration” et des “promesses” du Coeur de Jésus

62. Si l'on pèse bien, en effet, les arguments sur lesquels se fonde le culte du Cœur transpercé de Jésus, il est évident pour tout le monde qu'il ne s'agit pas là d'une dévotion quelconque qu'il est loisible à chacun de sous estimer et de dédaigner, mais d'un hommage religieux apte entre tous à conduire à la perfection chrétienne 56. Car si la dévotion, selon la traditionnelle définition théologique proposée par S. Thomas, « n'est rien d'autre, semble-t-il, qu'une volonté de se donner avec empressement à ce qui regarde le service de Dieu » (111), peut on concevoir un service de Dieu plus convenable et plus nécessaire, plus noble aussi et plus doux, que celui qui prétend servir son amour 57 ? Y a-t-il aux yeux de Dieu rien de plus agréable et de plus précieux que ce service voué à la divine charité, et ce par un motif d'amour ? Car tout service spontanément offert est un don, et l'amour « est le premier de tous, celui par lequel tous les autres dons gratuits sont octroyés 58> » (112). Il faut donc faire le plus grand cas de cette dévotion, grâce à laquelle l'homme honore et aime Dieu davantage et se dédie plus facilement et plus aisément à la divine charité ; dévotion que notre Rédempteur a daigné proposer et recommander lui même au peuple chrétien, et que les Souverains Pontifes ont défendu dans des documents mémorables et qu’ils ont couvert de grands éloges. Il serait téméraire et dommageable et ce serait offenser Dieu lui même que de faire peu de cas de cet insigne bienfait donné par Jésus Christ à son Église.

63. Ceci étant, il est hors de doute que les fidèles qui rendent hommage au Sacré-Cœur du Rédempteur satisfont par là au très grave devoir qu’ils ont de servir Dieu, en même temps que de se consacrer totalement à leur Créateur et Rédempteur, eux mêmes et tout ce qui est leur - sentiments intimes ou activités – et d’obéir ainsi au divin commandement : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ton intelligence et de toute ta vigueur 59 » (l13). Ils ont en outre la ferme certitude d'être poussés à honorer Dieu non pas d’abord par intérêt personnel concernant le corps ou l'âme, la vie présente ou la vie éternelle, mais bien à raison de la bonté de Dieu lui même, auquel ils s'efforcent de rendre hommage en en répondant à son amour, en l'adorant et en lui témoignant la reconnaissance qu’ils lui doivent. Entendu autrement le culte du Sacré-Cœur de Jésus ne répondrait pas au caractère authentique de la religion chrétienne, car l'homme n'aurait plus alors principalement en vue par cet hommage l'amour divin ; et il arrive parfois qu'on doive, à juste titre, reprocher un amour et un souci excessifs de soi-même à ceux qui comprennent mal cette très noble dévotion ou ne la mettent pas convenablement en pratique. Que tous se persuadent donc bien que, dans la dévotion au Sacré-Cœur de Jésus, ce n'est pas aux œuvres extérieures de piété que revient la première place ; et l'essentiel n'est pas dans les bienfaits à obtenir : car si le Christ Seigneur a voulu les garantir par des promesses privées 60, c'est afin de pousser les hommes à remplir avec plus de ferveur les grands devoirs de la religion catholique, à savoir l'amour et l'expiation 61, et à pourvoir également au mieux, par là même, à leur avantage spirituel.

b) Motifs d’action de grâces

64. J’invite donc à embrasser avec empressement cette dévotion tous mes chers fils dans le Christ, soit ceux qui ont déjà coutume de puiser aux eaux salutaires qui jaillissent du Cœur du Rédempteur, soit surtout ceux qui, comme des spectateurs, regardent de loin, l'âme partagée entre la curiosité et le doute. Qu'ils considèrent attentivement que le culte dont il s'agit est, je l’ai dit, établi depuis longtemps dans l'Église et solidement fondé dans les Evangiles; que la doctrine traditionnelle et la sainte Liturgie lui sont manifestement favorables; que les Souverains Pontifes eux mêmes l'ont exalté par d'innombrables et très amples louanges ; qu'ils n'ont pas seulement institué une fête en l'honneur du Cœur Sacré du Rédempteur, en l'étendant à l'Église universelle, mais qu'ils ont voulu consacrer solennellement l’humanité tout entière à ce même Cœur Sacré 62 (114). Qu'on ajoute à cela les fruits abondants qui ont découlé de cette dévotion et sont venus réjouir l'Église : les innombrables retours à la religion chrétienne, le renouvellement de la foi chez un grand nombre, l'union plus étroite des fidèles avec notre Rédempteur très aimant : toutes choses qui, en ces dernières décades surtout, se sont manifestées avec une fréquence et une évidence accrues.

65. Aussi, quand, regardant, autour de moi, je considère l'admirable spectacle que m’offre la dévotion au Sacré-Cœur de Jésus, si largement répandue et vivifaiant l'âme des fidèles de toutes conditions, je suis pénétré de joie et de consolation ; et après avoir dûment rendu grâces à notre Rédempteur, trésor infini de bonté, je ne peux m’empêcher de féliciter paternellement tous ceux, clercs et laïcs, qui ont activement travaillé à répandre cette dévotion.

c) Le culte du Coeur de Jésus soutient l'Église dans son combat

66. Mais, bien que la piété envers le Sacré-Cœur de Jésus ait produit partout des fruits salutaires de vie chrétienne, il n'échappe à personne, Frères, que l'Église militante de la terre, et notamment la société civile, n'a pas encore atteint la pleine et absolue perfection qui répondrait aux désirs de Jésus Christ, mystique Epoux de l'Église et Rédempteur de l’homme. Bien des fils de l'Église, en effet, défigurent par trop de taches et de rides le visage de cette Mère dont ils portent la ressemblance ; tous les fidèles ne brillent pas par la pureté de mœurs à laquelle ils sont divinement appelés ; les pécheurs, qui ont quitté à tort la maison du Père, n'y sont pas tous rentrés pour y revêtir à nouveau leur premier habit (115) et passer à leur doigt l'anneau, symbole de fidélité envers l'époux de leurs âmes ; tous les païens ne sont pas encore devenus membres du Corps mystique du Christ. Il y a plus encore : si c'est pour moi une vive douleur que de voir languir la foi des bons qui, trompés par l'appât fallacieux des biens terrestres, laissent décroître et peu à peu s'éteindre dans leurs âmes l'ardeur de la divine charité 63, combien plus me font souffrir les entreprises de ces dévoyés qui, maintenant surtout, excités, dirait on, par l'ennemi infernal, brûlent d'une haine implacable et ouverte contre Dieu 64, contre l'Eglise, et principalement contre Celui qui tient sur terre la place du Divin Rédempteur et personnifie son amour envers les hommes, suivant la. célèbre expression du milanais S. Ambroise : « Quand on interroge, c'est pour lever un doute ; mais le Seigneur ne doute pas, lui qui interroge non pour apprendre mais pour enseigner celui qu'avant de remonter au Ciel, il nous laissait comme vicaire de son amour. » (116).

67. En vérité, la haine envers Dieu et ceux qui sont ses ministres légitimes est bien le plus grand crime que puisse jamais commettre l'homme, créé à l'image et à la ressemblance de Dieu et destiné à jouir au ciel de son amitié parfaite et éternelle; la haine de Dieu, en effet sépare au maximum l'homme du Souverain Bien et le pousse à rejeter de lui même et de son prochain tout ce qui vient de Dieu, tout ce qui unit à Dieu, tout ce qui mène à jouir de Dieu, c'est à dire la vérité, la vertu, la paix, la justice (117).

68. Comme on voit, hélas ! s'accroître en certains endroits le nombre de ceux qui se posent en ennemis de la Divinité et se répandre du coup, dans les faits et dans les têtes, les principes erronés du matérialisme, en même temps qu'on exalte, çà et là, la satisfaction effrénée des désirs 65, faut il s'étonner que se refroidisse dans beaucoup d'âmes la charité, qui est la loi suprême de la religion chrétienne, le fondement solide de la vraie et parfaite justice, la principale source de la paix et des chastes joies ? Le Sauveur nous a avertis : « A cause des progrès croissants de l'iniquité, la charité d'un grand nombre se refroidira » (118).

69. En présence de tant de maux qui, aujourd'hui plus que jamais, troublent si amèrement les hommes, les familles, les nations, le monde tout entier, où chercher un remède, Frères ? Peut on trouver une dévotion qui l'emporte sur le culte du Cœur de Jésus, qui réponde plus parfaitement au caractère propre de la foi catholique, qui soit plus apte à subvenir aux besoins actuels de l'Église et du genre humain ? Quelle dévotion plus noble, plus douce, plus salutaire que celle là, dont l'objet est la charité divine elle même ? (119). Y a-t-il quelque chose de plus efficace que la charité du Christ - que la dévotion au Sacré-Cœur de Jésus entretient et accroît de jour en jour - pour décider les fidèles à faire passer dans leur vie la loi évangélique, laquelle, comme l'Esprit-Saint nous en avertit solennellement par les mots: « Opus justitiae pax » (120), est la condition indispensable d'une vraie paix entre les hommes ?

70. Aussi me plait il, à l'exemple de mon plus récent Prédécesseur, d'adresser à nouveau à tous mes fils dans le Christ l'avertissement qu'à la fin du siècle dernier Léon XIII fit entendre à tous les fidèles en même temps qu'à tous les hommes sincèrement préoccupés de leur salut et de celui de la société civile : « Voici, offert à Nos yeux aujourd'hui, un autre très heureux et très divin emblème : le Sacré-Cœur de Jésus... brillant d'un splendide éclat au milieu des flammes. C'est en lui qu'il faut placer toutes nos espérances, de lui qu'il faut implorer et attendre le salut des hommes » (121).

d) Trois dévotions inséparables

71. C'est aussi mon désir le plus cher que le culte du Cœur de Jésus soit considéré comme l'emblème et la source de l'unité, du salut et de la paix par tous ceux qui se glorifient du nom chrétien et qui combattent laborieusement pour l'établissement du règne du Christ dans le monde. Qu'on n'aille pas croire cependant que cette dévotion enlève quoi que ce soit aux autres dévotions où le peuple chrétien, sous la direction de l'Église, honore le divin Rédempteur. Bien au contraire, une vive dévotion au Cœur de Jésus favorisera, sans nul doute, plus particulièrement le culte de la sainte Croix et l'amour envers le Saint Sacrement. On peut affirmer, en effet, - et les révélations faites par Jésus Christ à sainte Gertrude et à sainte Marguerite-Marie le montrent admirablement - que nul n’aura jamais le sens adéquat de Jésus crucifié, à moins d’avoir eu accès aux mystiques profondeurs de son Cœur. Et l’on ne saisira bien l’élan d’amour qui poussa le Christ à se donner à nous comme aliment spirituel, qu'en honorant d'un culte particulier le Cœur Eucharistique de Jésus, qui a pour but de nous rappeler, selon les termes de mon Prédécesseur Léon XIII, « l'acte d'amour suprême par lequel notre Rédempteur, répandant toutes les richesses de son Cœur, afin de demeurer avec nous jusqu'à la fin des siècles, institua l'adorable Sacrement de l'Eucharistie » (122). Et certes, « ce n'est pas une part minime de son Cœur que l'Eucharistie, qu'il a tirée pour nous du si grand amour de son Cœur » (123).

e) Vers une civilisation de l’amour

72. Enfin, vivement poussé par le désir d'opposer une solide barrière aux entreprises dévoyées des ennemis de Dieu et de l'Église et de ramener la famille et la société à l'amour de Dieu et du prochain, je n’hésite pas à déclarer que le culte du Sacré-Cœur de Jésus est une école très efficace de l'amour divin, - cet amour divin sur lequel doit reposer le Règne de Dieu à établir dans les âmes, dans les familles, dans les nations, selon le sage avertissement de mon même Prédécesseur : « Le règne de Jésus Christ reçoit sa force et sa forme de l'amour divin : aimer saintement et dans l'ordre, voilà où il se fonde et se résume. Le reste en découle nécessairement : être inviolablement fidèle au devoir, n'attenter en rien au droit d'autrui, mettre les soucis terrestres à leur juste place, donner à l'amour de Dieu la priorité sur tout le reste » (124).

f) Le culte du Coeur Immaculé de Marie

73. Et, afin que ce culte envers le Cœur de Jésus entraîne de plus grands avantages pour la famille chrétienne et pour le genre humain tout entier, les fidèles auront soin d'y associer étroitement celui du Cœur Immaculé de Marie. Dieu a voulu, en effet, que dans l'œuvre de la Rédemption des hommes, la Très Sainte Vierge fût indissolublement unie au Christ, de sorte que le salut nous vînt de la charité et des souffrances de Jésus-Christ intimement associées à l'amour et aux douleurs de sa Mère : il convient donc que le peuple chrétien, qui a reçu la vie divine du Christ par Marie, après avoir rendu au Sacré-Cœur de Jésus les hommages qui lui sont dus, offre au Cœur très aimant de la Mère céleste les témoignages conjoints de sa piété, de son amour, les élans d'un cœur disposé à la reconnaissance et à la réparation. A ce très sage et très doux dessein de la divine Providence s'accorde parfaitement l'acte de consécration par lequel j’ai moi même solennellement dédié la Sainte Eglise et le monde entier au Cœur Immaculé de la Bienheureuse Vierge 66 (125).

g) Vœux du pape pour les célébrations du centenaire

74. Il y aura un siècle cette année, comme je le disais plus haut, qu'en vertu d'une décision de mon prédécesseur Pie IX, la fête du Sacré-Cœur de Jésus est célébrée dans l'Église Universelle. Je désire vivement, Frères, que le peuple chrétien fête partout solennellement ce centenaire en rendant au divin Cœur de Jésus des hommages publics d'adoration, d'action de grâces et de réparation. Ces fêtes de la joie et de la piété chrétiennes se célébreront avec une ferveur particulière - en union de charité et de prière avec les fidèles du monde entier - dans la nation où Dieu voulut que naquît la vierge consacrée 67 qui fut l'animatrice et l'infatigable promotrice de ce culte.

75. En attendant, réconforté par une douce espérance et pressentant déjà les fruits spirituels abondants qu'apportera à l'Église le culte du Sacré-Cœur de Jésus - s'il est compris comme je l’ai expliqué et s’il est activement mis en pratique – j’adresse à Dieu mes ferventes prières pour qu'il daigne seconder mes vœux ardents du puissant secours de ses grâces et qu'ainsi, par la faveur divine, les célébrations de cette année aient pour heureux effet de faire croître de jour en jour la dévotion des fidèles envers le Sacré-Cœur de Jésus et d'étendre plus largement sur la terre son très doux empire et son règne : règne « de vérité et de vie ; règne de sainteté et de grâce ; règne de justice, d'amour et de paix » (126).

76. En gage de ces dons, je vous accorde de grand cœur, Frères, tant à vous mêmes qu'aux ministres du culte et au peuple confiés à vos soins, et particulièrement à ceux qui travaillent à faire progresser le culte du Sacré-Cœur, la Bénédiction Apostolique.

77. Donné à Rome, près Saint-Pierre, le 15 mai de l'année 1956, de mon Pontificat la dix huitième.

PIE XII, PAPE

NOTES DE L'ENCYCLIQUE :

(1) Is. 12, 3.

(2) Jac. 1, 17.

(3) Io. 7, 37 39.

(4) Cfr. Is 12, 3 ; Ez. 47, 1 12 ; Zach. 13, 1 ; Ex. 17, 1-7; Num. 20, 7 13; 1 Cor. 10, 4; Apoc. 7, 17; 22, 1.

(5) Rom. 5, 5.

(6) 1 Cor. 6, 17.

(7) Io. 4, 10.

(8) Act. 4, 12.

(9) Enc. « Annum Sacrum », 25 mai 1999 ; « Acta Leonis », vol.XIX, 1900 ; p.p. 71, 77, 78.

(10) Enc. « Miserentissimus Redemptor », 8 mai 1928 AA.S. XX, 1928, p. 167.

(11) Cfr. Enc. « Summi Pontificatus », 20 octob. 1939, A A.S. XXXI, 1939, p. 415.

(12) Cfr. A. A. S. XXXII, 1940, p. 276 ; XXXV, 1943, p. 170; XXXVII, 190, p.p. 263, 264 ; XL, 1948, p. 501 ; XLI, 1949. p. 331.

(13) Eph. 3, 20 21.

(14) Is. 12, 3.

(15) Conc. Ephés. can. 8; cfr. Mans! « Sacrorum. Conciliorum Amplisa. Collectio », IV, l083 C; Conc. Const. II, can. 9, cfr. ibid. IX, 382 E.

(16) Cfr. Enc. « Annum sacrum » : « Acta Leonis », vol. XIX, 1900, p. 76.

(17) Cfr. Ex. 34, 27 28.

(18) Deut 6, 4 6.

(19) Sum. Theol. II II, q. 2, a. 7; ed. Leon. tom. VIII, 1895, p. 34.

(20) Deut. 32, Il.

(21) Os. 11, 1, 3 4 ; 14, 5 6.

(22) Is. 49, 14 15.

(23) Cant. 2, 2 ; 6, 2 ; 8, 6.

(24) Io. 1, 14.

(25) Ier. 31, 3; 31, 33-34.

(26) Cf r. Io. 1, 29.

(27) Io. 1, 16 17.

(28) Io. 21, 23.

(29) Eph. 3. 17 19.

(30) Sum Theol. III, q. 48, a 2 ; ed. Leon tom. 3a, 1903, p. 464.

(31) Cfr. Enc. « Miserentissimus Redemptor », A. A. S. XX, 1928, p. 170.

(32) Eph. 2. 4 , Sum Theol. II, q. 46 ; a. 1 ad. 3 ; ed. Leon. tom. XI, 1903, p. 436.

(33) Eph. 3, 18.

(34) Io. 4, 24.

(35) 2 Io. 7.

(36) Cf.r. Lc 1, 35.

(37) S. Leo Magnus, Epist. dogm. « Lectis dilectionis tuae » ad Flavianum Const. Patr. 13 Jun. a 449; cfr. P. L. LIV, 763.

(38) Conc. Chalced. a. 451; cfr. Mansi. Op. cit. VIl, 115 B.

(39) S. Gelasius Ppa, Tract.III: « Necessarium » de duabus naturis in Christo, cf. A.Thiel, Epist. Rom.. Pont. a S. Hilaro usque ad Pelagium II, p. 582.

(40) Cfr. S. Thom. Sum Théol. III. . q. 15 a. 4 ; q. 18, a, 6 ed. Leon. tom. XI, 1903, p. 189 et 237.

(41) Cfr. 1 Cor. 1, 23.

(42) Hebr. 2, 11 14 ; 17 18.

(43) Apol. 2, 13 ; P. G. 6, 465.

(44) Epist. 261, 3 P. G XXXII, 972.

(45) In Ioann. Homil. 63, 2: P. G. LIX, 350.

(46) De fide ad Gratianum, 11, 7, 56 ; P. L. XVI, 594.

(47) Cfr. Super Matth. XXVI, 37 ; P. L. XXVI, 205.

(48) Enarr. in Ps. LXXXVII, 3 ; P. L. XXXVII, 1111.

(49) De Fide Orth. III, 6: P. G. XCIV, 1006.

(50) Ibid. 111, 20 ; P. G. XCIV, 1081.

(51) Sum. Theol. I II, q. 48 a. 4 ; ed. Leon. tom. VI 1891, 306.

(52) Col. 2, 9.

(53) Cfr. Sum. Theol. III, q. 9, aa. 1 3 ; ed. Leon. tom. XI, 1903 p. 142.

(54) Cfr. Ibid. III, q. 33 a. 2, ad. 3 m ; q. 46, a. 6 ; ed. Leon, tom. XI, 103, p.p.342, 343.

(55) Tit. 3, 4.

(56) Matth. 27, 50 ; Io. 19, 30.

(57) Eph. 2, 7.

(58) Hebr. 10, 5 7, 10.

(59) Rogistr. epist. lib. IV, ep. 31 ad Theodorum medicum P. L. LXXVII, 706.

(60) Marc. 8, 2.

(61) Matth. 23, 37.

(62) Matth., 21, 13.

(63) Matth. 26, 39.

(64) Matth. 26, 50 ; Luc. 22, 48.

(65) Luc. 21 28, 31.

(66) Luc. 23, 34.

(67) Matth. 27, 4&

(68) Luc, 23, 43.

(69) Io. 19, 28.

(70) Luc. 23, 46.

(71) Luc. 22, 15.

(72) Luc. 22, 19 20.

(73) Mal. 1, 11.

(74) De sancta virginitate, VII : PL XL, 399.

(75) Io. 15, 13.

(76) 1 Io. 3,16.

(77) Gal. 2, 20.

(78) Cfr.. Thom. Surn. Theol. III, q.19, a. 1 ; ed. Leon, tom. XI, 1903, P. 329.

(79) Sum. Theol. Suppl, q. 42, a. 1 ad 3 m ; ed. Leon. tom. XII, 1906, p 81.

(80) Hymn. ad Vesp. Festi Ssmi Cordis Iesu.

(81) Sum. Theol.III q. 66, a. 3 ad 3 m: ed. Leon. tom. XII. 1906, P. 65.

(82) Eph. 5, 2.

(83) Eph., 4, 8. 10.

(84) Io. 14.16.

(85) Col. 2. 3.

(86) Rom. 8, 36, 37 39.

(87) Eph., 5, 25-27.

(88) Cfr. 1 Io, 2, 1.

(89) Hebr. 7. 25.

(90) Hebr. 5, 7.

(91) Jn 3, 16.

(92) S. Bonaventura, Opusc. X: Vitis mystica, c. III, n. 5; Opera Omnia, Ad Claras Aquas (Quaraoehi) 1898, tom. VIII, p. 164; cfr. S. Thom. Sum. 'Theol. III, q. 54, a. 4; ed Leon. tom. XI, 1903, P. 513.

(93) Rom. 8, 32.

(94) Cfr. Sum Theol. III, q. 46, a. 5: ed. Leon. tom. XI, 1903, p. 467.

(95) Luc, 12, 50.

(96) Io. 20, 28.

(97) Jn. 19, 37 ; cfr. Zach. 12, 10.

(98) Cfr. Litt. Enc. « Miserentissimus Redemptor » : A.A.S. XX, 1928, pages 167 168.

(99) Cfr. GardelIini, Decreta .uthentica, 1857, n. 4.579, tom. III, p. 174.

(100) Cfr. Decr S. C. Rit. apud N. Nilles. De rationjibus festorurn Sacratissimi Cordis Jesu et purissimi Cordis Mariae, 5a, ed. Innsbruck, 1885, tom. 1, p. 167.

(101) Eph. 3,14, 16 19.

(102) Tit. 3, 4.

(103) Io. 3, 17.

(104) Io. 4. 23 24.

(105) Innocentius XI, Constit. Ap. « CoeIestis Pastor », 19 novembris 1687 ; « Bullarium Romanum », Romae, 1734, tom. VIII, p. 443.

(106) Sum. Theol. II II q. 81 a 3 ad 3 m : ed. Leon. tom IX 1897, P. 180.

(107) Io. 14, 6.

(108) Jn 13, 34 ; 15, 12.

(109) Jer, 31, 31.

(110) Comment. in Evang. S. Ioann., c. XIII, lect. VII, 3, ed. Parmae, 1960, tom. X, p. 541.

(111) Sum. Theol. II-II q. 82, a. 1 : ed. Leon tom. IX, 1897, p. 187.

(112) Ibid I, q. 38, a. 2 ; ed. Leon. tom. IV, 1888, p. 393.

(113) Marc, 12, 30 ; Matth. 22, 37.

(114) Cfr. Léo XIII, Enc. « Annurn Sacrum » : Acta Leonis, vol. XIX, 1900, p. 71 sq. : Decr. 9. C. Rituum, 28 Iun. 1899, in Decr. Auth. III, n. 3712; Pius XI, Enc. « Miserentissimus Redemptor » : A.A.S. 1928, p. 177, sq. ; Decr. S. C. Rit. 29 Jan. 1929, ASS. XXI, 1929, p. 77.

(115) Luc, 15. 22.

(116) Exposit. in Evang. sec. Lucam, t. X, n. 175: P. L. XV, 1942.

(117) Thom. Sum Theol. II II, q. 34. a. 2; ed. Leon, tVIII; 1875 p. 274.

(118) Matth. 24, 12.

(119) Cfr. Enc. « Miserentissimus Redemptor » : A.AS. XX, 1928, p. 106.

(120) Is. 32, 17.

(121) Enc. « Annum Sacrum » : Acta leonis, vol. XIX, 1900, p. 79 ; Enc. « Miserentissimus Redemptoi, » : AAS. XX 1928, p. 167.

(122) Litt. Apost. quibus Archisodalitas a Corde Eucharistico lesu ad S. Ioachim' de Urbe erigitur, 17 Febr. Acta Leonis, vol. XXII, 1903, p. 307 sq. : cifr. Enc. « Mirae caritatis», 22 Mali 1902: Acta Leonis, vol. XXII, 1903, p. 116.

(123) S. Albertus M. De Eucharistia, dist. VI, tr. 1, c. 1 ; Opera Omnia ed Borgnet. vol. ]XXXVIII, Parisils, 1890, p. 358.

(124) Enc. « Tametsi » : Acta Leonis, vol. XX, 1900 p. 303.

(125) Cfr. A.A.S. XXXIV, 1942, p. 30 sq.

(126) Ex. Miss. Rom. Prae lesu Christi Regis.

NOTES DU PERE GLOTIN

(01)

(02) Une ambiance de joie collective marque d’emblée le culte du Coeur de Jésus.

(03) L’Encyclique était destiné à commémorer le centenaire de l’extension à l’Eglise universelle de la Fête du Coeur de Jésus, qui était déjà célébrée dans un certain nombre de diocèses.

(04) L’Encyclique est le premier document romain à s’écarter de l’ancienne Vulgate, qui faisait couler les Fleuves du sein du croyant. Les versions actuelles du lectionnaire liturgique et de la Nouvelle Vulgate ont adopté cette ponctuation, qui se trouve attestée chez un certain nombre de témoins des premiers siècles, parfois proches d’Ephèse où vécut saint Jean. Puisque l’Apôtre voyait dans ces Fleuves le symbole de l’Esprit, les deux alinéas suivants vont insister sur le lien qui unit cet Esprit d’amour au Coeur de Jésus, ce qui confère d’emblée à son mystère une ouverture trinitaire.

(05) A première vue, la spécificité du culte rendu au Coeur de Jésus, ce n’est qu’un acte (sans doute le plus excellent qui soit) de la vertu morale de religion : la “consécration de soi pleine et sans retour” au coeur blessé du Rédempteur. Mais, du fait de la dimension trinitaire de ce culte, sa nature plus profonde consiste en un acte de la vertu théologale de charité : “rendre amour pour amour au Divin Amour”, qui est l’Esprit Saint.

(06) La vertu de charité tendant à nous établir dans une parfaite adhésion à la Volonté divine, le culte du Coeur de Jésus efface pour ainsi dire la distance qui sépare le Créateur de sa créature : de même que le Père et le Fils ne font qu’un, nous devenons “un seul esprit” avec le Seigneur Jésus.

(07) Par deux fois, l’Encyclique refusera d’inscrire ce culte au nombre des dévotions surérogatoires.

(08) A l’époque, le machisme n’était pas propre à l’Eglise.

(09) C’était l’époque du développement de l’Action Catholique.

(10) Le but de l’Encyclique est d’exposer les fondements du culte du Coeur de Jésus dans la Révélation divine, c’est-à-dire conjointement dans la Bible et la doctrine des Pères et des théologiens.

(11) L’exposé doctrinal de l’Encyclique se compose donc de trois parties : biblique, patristique, théologique. A noter que, si elle a son fondement dans le culte de l’amour du Christ et de la Trinité pour les hommes, la dévotion au Coeur de Jésus s’en distingue par des notes spécifiques.

(12) Le culte de latrie est celui qui n’est dû qu’à Dieu seul ou à ce qui lui appartient en propre : ici, le Coeur d’une Personne divine.

(13) Le corps de Jésus est adorable dans toutes ses parties, mais l’encyclique ne donne pas la raison anthropologique de la noblesse symbolique du “ coeur ”, qui, depuis longtemps, était communément admise.

(14) Par union hypostatique, on entend l’étroite union des deux natures – divine et humaine – dans la Personne du Christ.

(15) Un symbolisme est naturel s’il se fonde dans la nature de l’organisme humain. L’Encyclique se contente de noter que – du moins dans la mentalité commune - aucun autre organe corporel ne rivalise avec le coeur, lorsqu’il s’agit de signifier l’amour.

(16) A première vue, la Bible ne fait aucune mention certaine d’un culte spécifique (peculiari) rendu au Coeur physique de Jésus en tant que symbole de sa charité. Il n’est cependant pas exclu que, relus à la lumière de la Tradition, un processus d’explicitation ne révèle comment certains passages de l’Ecriture contenaient déjà les germes d’un tel culte.

(17) Toute une symbolique de l’amour a préparé l’Eglise à accueillir celle du Coeur de Jésus, d’autant qu’on la rencontre parfois dans des passages qui annoncent la venue du Messie.

(18) Le Livre du Deutéronome réinterprétait déjà l’Alliance du Sinaï comme une expression de l’amour de Dieu pour son peuple.

(19) La nouvelle alliance promise par Jérémie avait trouvé son expression symbolique dans l’image d’une “source d’eau vive” qui allait fertiliser la terre desséchée de l’humanité.

(20) La Nouvelle Alliance, scellée dans le Sang de l’Agneau de Dieu, revêt les traits d’un pacte d’amitié entre un père et ses fils.

(21) De cet alinéa capital il ressort que le Coeur de Jésus dit essentiellement la Miséricorde de Dieu envers l’humanité pécheresse. Des deux directions – ascendante et descendante - de l’acte rédempteur, l’amour qui monte du Christ vers son Père est qualifié seulement de juste, tandis que l’amour de la Trinité qui descend vers l’humanité est défini comme miséricordieux. Or, dans son Encyclique Dives in misericordia (§ 13), Jean-Paul II fera sienne l’opinion théologique que la Miséricorde est le plus grand des attributs divins.

(22) Au lieu d’humilier l’humanité par un pardon condescendant, Dieu lui a concédé la fierté d’un rachat dû à la médiation de l’un des siens, le Christ, - opérant ainsi “cette admirable conciliation entre la divine justice et la divine miséricorde qui constitue le mystère transcendant de notre salut”.

(23) Le mystère de l’Incarnation implique que Jésus ait eu un coeur physique comme le nôtre, dont les palpitations réagissaient à ses émotions.

(24) Contrairement à ce qui se passe dans le nôtre, une parfaite harmonie régna toujours dans le coeur de Jésus : par le biais de sa parfaite charité, son affectivité épousa tous les mouvements de l’Amour divin. Cf. ci-dessous § 28.

(25) A travers les récits bibliques, le visage de Jésus apparaît comme le “miroir” de son coeur. Dans la Lettre Apostolique Novo Millenio Ineunte (6. 01. 2001), Jean-Paul II a invité l’Eglise du troisième millénaire à contempler ce visage pour entrer dans “la profondeur du mystère” de son “coeur”.

(26) Cf. Somme Théologique I-II, 48, 4.

(27) L’Encyclique ne va pas cesser de reprendre cette division du triple amour : amour divin, charité humaine, affectivité.

(28) Image symbolique, témoin de notre rédemption, échelle mystique : ces trois facettes du symbole lui donnent un relief particulier pour exprimer le mystère de l’Incarnation rédemptrice.

(29) Telle est la conclusion qui se dégage de toutes les réflexions précédentes : notre imaginaire résume dans le Coeur de Jésus la doctrine de l’union hypostatique – une Personne en deux natures -, telle qu’elle a été définie au concile de Chalcédoine. Bien plus, comme l’avait dit équivalemment Pie XI, on peut considérer ce Coeur comme le résumé symbolique de tout le mystère de notre Rédemption. Toute l’Encyclique tient dans cette phrase, qui dit le rôle central de la spiritualité du Coeur de Jésus dans la vie de l’Eglise.

(30) Ce résumé symbolique de la Rédemption nous incite à adorer, en tant qu’il constitue le pôle de sa vie affective, l’amour divin et humain qui a poussé le Christ à donner sa vie pour l’Eglise, son Epouse.

(31) Prouver qu’envisagé dans sa signification profonde, le culte du Coeur de Jésus a sa source première dans la Révélation biblique, tel fut le propos des trois premiers chapitres de l’Encyclique.

(32) L’Encyclique y insiste : par concomitance, le culte de l’amour du Verbe incarné inclut celui de la Trinité tout entière.

(33) Thomas d’Aquin enseigne que, si seul le Christ mérite proprement le nom de Rédempteur car seul il a versé son sang pour nous, c’est pourtant toute la Trinité qui est “le principe premier et lointain” de la Rédemption, car c’est elle qui lui a inspiré ce don total de lui-même.

(34) Que met sous nos yeux le symbole du Cœur de Jésus, sinon le mouvement biblique de la Miséricorde rédemptrice s’inclinant vers nous et, par le biais de la charité infuse, émouvant l’affectivité profonde de Jésus - celle qui fit battre son coeur humain et dont celui-ci est le symbole naturel (HA 27) - au point que, bouleversé, non seulement il en vint à donner sa vie pour nous, mais qu’il lui en avait coûté de voir si longtemps différé ce “baptême du sang” ardemment désiré (Lc 12, 50) ? Le Coeur de Jésus puisant l’ardeur de son amour au plus intime de la Miséricorde trinitaire : telle est la vision dynamique qui, après plus de deux siècles de réflexion théologique, s’était, en 1956, imposée à l’Eglise.

(35) Peut-on parler d’un culte du Coeur de Jésus avant les révélations faites aux mystiques du Moyen Age ? L’avis du pape est prudent mais clair : il suit de la définition biblique de ce culte, donnée dans l’alinéa précédent, que, sous la forme générale d’une réponse à l’amour rédempteur et sous des formes culturelles qui préfiguraient la symbolique du Coeur transpercé, il n’a jamais pu être totalement étranger à la vie chrétienne.

(36) Le culte d’“adoration, de gratitude et d’amour” rendu de tout temps à l’humanité du Christ et bientôt à la plaie de son Côté contenait implicitement celui de son Coeur transpercé : il n’est pas interdit de penser que les chrétiens suivirent là l’exemple des Apôtres, voire celui de la Mère de Dieu, qui avait été à jamais marquée par la douleureuse vision de son Fils crucifié. Les liturgies orientales et les Pieta occidentales traduisent l’expression médiévale de cette conviction.

(37) L’évangile lui-même en est témoin : c’est en découvrant la plaie du Côté – en la palpant, selon les Byzantins - que l’apôtre Thomas a, le premier, confessé clairement la divinité du Christ. Ce n’est pas seulement la foi et l’adoration, mais aussi l’amour qui allait ainsi à la rencontre de l’Amour rédempteur inscrit dans la chair du Ressuscité.

(38) La lente progression d’un culte particulier rendu au Coeur de Jésus comme symbole de son amour rédempteur sera l’accomplissement de la prophétie de Jean l’évangéliste.

(39) Pourtant les recherches historiques du siècle dernier montrent que, dès le XVe siècle, la dévotion au Coeur de Jésus était déjà largement répandue parmi les populations germaniques.

(40) Les quelques auteurs cités sont pris exclusivement parmi les personnages canonisés par l’Eglise.

(41) Jean Eudes fut donc pionnier en matière de liturgie, anticipant d’ailleurs sur le message de Paray qui ne sera rendu public qu’en 1685.

(42) Les révélations de Paray-le-Monial ont donné au culte du Coeur de Jésus sa forme moderne, qui se caractérise par l’amour et la réparation.

(43) La phrase ne figure plus dans la liturgie latine.

(44) Ecriture, Tradition, Liturgie : le peuple chrétien est invité à puiser sa dévotion au Coeur de Jésus à ces trois sources.

(45) Deuxième mention de ces deux traits distinctifs du culte moderne rendu au Coeur de Jésus. Cf. plus haut § 51.

(46) C’est toute la différence entre l’idole et l’icône.

(47) Ce culte est dit relatif en tant qu’il s’adresse à Celui que représente l’image.

(48) Le symbole du Coeur de Jésus tire son privilège de ce qu’il permet de pénétrer jusqu’au plus intime du mystère de l’Amour divin, comme va l’expliquer l’alinéa suivant.

(49) Comme tout authentique symbolisme, celui du Coeur de Jésus s’enracine dans une réalité physique, en l’occurrence d’ordre biologique.

(50) L’Amour divin vient à notre rencontre à travers la charité du Christ et son affectivité humaine. Inversement, notre contemplation du symbole du coeur du Christ comporte un mouvement dynamique qui gravit, comme d’un seul élan, les trois degrés de “l’échelle mystique” de l’amour : affectivité, charité, Amour divin.

(51) Du fait des deux natures du Christ, on peut certes distinguer entre l’affectivité qui relève exclusivement de la physiologie de sa nature humaine et les deux autres amours – charité infuse d’en haut et amour divin - qui sont de caractère purement spirituel. En tant que Dieu incarné et homme véritable, composé de corps et d’âme, sa psychologie fonctionnait cependant comme un tout unifié.

(52) Le propre de l’union hypostatique interdit de concevoir la présence de ces trois amours dans l’unique Personne du Christ sur le mode d’une simple juxtaposition : les deux autres amours étant entièrement soumis à l’Amour divin, on peut parler de “liaison naturelle” entre les trois amours du Christ.

(53) C’est cette ressemblance analogique des deux autres amours avec l’Amour divin qui fait du Coeur de Jésus une véritable “échelle mystique” permettant d’accéder de quelque façon au mystère secret de sa Personne divine.

(54) La distance entre le créé et l’Incréé est telle qu’il nous est demandé de reconnaître d’emblée les limites intellectuelles d’une telle connaissance d’ordre symbolique : la réalité de l’Amour divin transcende infiniment tout ce qu’on peut en dire et les mystiques eux-mêmes n’en ont eu qu’une expérience partielle.

(55) Le correctif est important : la voie symbolique est la seule qui permette de pénétrer, par analogie, quelque chose du mystère de l’Amour divin dont le Coeur de Jésus porte “l’empreinte”.

(56) Le culte du Coeur de Jésus sous la forme très ouverte prônée par l’encyclique n’a rien de facultatif pour un catholique.

(57) Le mot de “dévotion” demande à être revalorisé : selon saint Thomas, il exprimait la promptitude du don de soi.

(58) Si tout service gratuit est de l’ordre du don, que dire de l’amour qui commande tout l’ordre du don ?

(59) La consécration au Coeur de Jésus est le parfait accomplissement du commandement central de la Loi ancienne.

(60) Les promesses populaires de Paray-le-Monial.

(61) Pour la troisième fois, la dévotion au Coeur de Jésus est définie par ces deux notes. Elles se traduisent par la consécration et l’amende honorable, comme on en trouve un exemple récent chez Mère Térésa et ses Missionnaires de la Charité.

(62) Léon XIII en 1899.

(63) Dans ces années 1950, la déchristianisation progressait parmi les peuples d’Occident rongés par le matérialisme pratique.

(64) C’était l’époque où, après l’effondrement du nazisme, le communisme restait menaçant.

(65) La société était à l’époque sollicitée par les doctrines contradictoires du matérialisme marxiste et de l’hédonisme libéral. C’est celui-ci qui a fini aujourd’hui par triompher sans contrepoids.

(66) Pour répondre à la demande de Lucie de Fatima, Pie XII fit en 1942 un premier acte de consécration, qu’il renouvela dix ans plus tard en mentionnant la Russie.

(67) Sainte Marguerite-Marie.


Peinture de la bienheureuse Marie du Divin Cœur et de sainte Marguerite-Marie Alacoque, les deux en adoration au Sacré-Cœur de Jésus.

Prier le Sacré-Coeur de Jésus

Seigneur Jésus, saint et doux amour de nos âmes, qui a promis de te trouver là où deux ou trois seraient réunis en ton nom et de te tenir au milieu d'eux,

voici ô divin et très aimable Jésus, nos cœurs unis pour t'adorer, louer, aimer et bénir ton Cœur sacré et très saint et lui plaire ;

nous lui dédions et consacrons nos cœurs pour le temps et pour l'éternité, en renonçant pour toujours à tous les amours et toutes les affections qui nen sont pas dans l'amour et l'affection de ton Cœur adorable.

Nous voulons que tous les désirs, les intentions et les aspirations des nôtres soient toujours conformes à ton bon plaisir, que nous désirons satisfaire en tout ce dont nous sommes capables.

Mais puisque nous ne pouvons rien faire de bien par nous-mêmes, nous te supplions, adorable Jésus, par l'infinie bonté et douceur de ton Sacré-Cœur, de soutenir nos cœurs et de les confirmer dans la résolution que tu nous a fait prendre pour ton amour et ton service.

Monastère de la Visitation, Paray le Monial.



Solennité du Sacré Coeur de Jésus

VENDREDI, SOLENNITÉ DU SACRÉ COEUR DE JÉSUS

Instituée en 1856, cette Solennité honore le Cœur de Jésus.

Le mot « Cœur » a un sens biblique : c’est le lieu de la volonté, de la sagesse et de l’amour

En fêtant le cœur de Jésus, on fête toute sa personne ! La Solennité du Sacré Cœur de Jésus fête l’amour du Christ pour l’Eglise et pour chacun d’entre nous.

On lit aux premières vêpres :

« Le Christ a aimé l’Eglise, il s’est livré pour elle ; il voulait la rendre sainte…»

(Ep 5, 25-26)

Les lectures du jour insistent sur l'amour de Jésus qui nous aimé et a donné sa vie pour nous alors que nous étions encore pécheur (Rm 5), Jésus est le bon berger annoncé par le prophète Ezéquiel, il va à la recherche de la brebis perdue.

SAMEDI, MÉMOIRE DU CŒUR IMMACULÉ DE MARIE

L’Eglise fête le lendemain « Le cœur immaculé de Marie ». Ce n’est pas une solennité, mais une simple « mémoire liturgique ».

En unissant les deux fêtes, l’une le vendredi, et l’autre le samedi, le calendrier liturgique montre l’union des deux cœurs.

En solennisant davantage la première fête, l’Eglise rappelle discrètement la place seconde de Marie : elle se reçoit de Jésus. Elle a été rendue sainte par Jésus.


HISTORIQUE

1552 : La première dévotion publique au sacré Cœur est Brésilienne : en 1552, saint José de Anchieta, apôtre du Brésil, jésuite, dédia au Sacré-Coeur une modeste église à Guarapary, au nord de Rio de Janeiro.

1668 : Saint Jean Eudes (France, 1601-1680) composa la Messe et l'Office en l'honneur du Sacré-Cœur, approuvés en 1668.

1673 à 1675 : Sainte Marguerite Alacoque (France) reçoit des révélations à Paray le Monial.

1688 : Le P.Gallifet (jésuite) composa la Messe en l'honneur du Sacré-Coeur: "Venite, exultemus" et l'Office correspondant.

1675 : L’autorisation de célébrer une fête liturgique du Sacré Cœur est accordée à quelques ordres religieux (les Jésuites ou compagnie de Jésus, les Visitandines…). Très vite, les diocèses français obtiennent l’un après l’autre la permission de célébrer cette fête.

Au XVIII° siècle, au nom de l’illuminisme, de la rationalité, des orientations jansénistes ou de l’animosité contre les jésuites, de nombreux chrétiens (dont Mgr Ricci à partir de 1780) appelaient avec mépris “cordicoles” les personnes qui pratiquaient le culte du Sacré-coeur. Leur joyeux succès initial se transforma avec le temps en une défaite amère suivie de leur disparition de la scène. Tandis que la dévotion au Sacré Cœur demeura et s’affermit.

1856 : Pie IX le 23 août 1856 institue cette fête pour l’Eglise universelle.

1956 : Pie XII, avec l'encyclique “Haurietis Aquas” (15 mai 1956), souligne l’importance de cette fête en citant de nombreux pères de l’Eglise :

- Saint Basile :

“On sait que le Seigneur a assumé les affections naturelles pour confirmer la réalité de l’Incarnation, vraie et non fantastique; il repoussa d’ailleurs les affections des vices qui souillent la pureté de notre vie, parce qu’il les jugea indignes de sa divinité sans tache”. (1)

(1) Saint Basile, Epist. 261, 3; P. G. XXXII, 972

- Saint Augustin :

“Mais le Seigneur Jésus a pris ces affections de la nature humaine fragile, comme la chair même de l'humanité infirme et la mort de la chair humaine, non par nécessité de sa condition divine, mais poussé par une volonté de miséricorde; pour transfigurer en lui-même son corps, qui est l'Église, dont il a daigné être la tête, c'est-à-dire ses membres qui sont ses saints et ses fidèles.

En sorte que si l'un d'eux venait, sous le poids des tentations humaines, à s'attrister et à souffrir, qu'il ne s'estime pas pour cela soustrait à l'action de sa grâce ; et qu’il comprenne que ce ne sont pas là des péchés, mais seulement des marques de l'infirmité humaine. Et, comme le chœur s'accorde à la voix qui entonne, ainsi son Corps Mystique se modèlerait sur son propre Chef.” (2)

(2) Saint Augustin, Enarr. in Ps. LXXXVII, 3: P. L. XXXVII, 1111

Pie XII remarque que l'Ecriture et les pères de d'Eglise parlent des affections mais ne parlent pas du coeur physique de Jésus. C'est pourquoi il met l'accent sur le visage :

« Et surtout le visage de notre adorable Sauveur fut le témoignage et le miroir le plus fidèle de ces affections qui, émouvant de différentes manières son âme, atteignaient son Cœur très saint et en activaient les battements comme des vagues qui déferlaient sur les rivages. »

(Pie XII, Haurietis Aquas § 25-26)



Si vous désirez pénétrer dans les secrets de ce Cœur adorable…

Apôtres du Cœur de Jésus, si vous désirez vraiment pénétrer dans les secrets de ce Cœur adorable, le connaître pour l’aimer et le faire aimer, commencez par vous rapprocher de la divine Maîtresse, dont les leçons ont formé, dans l’Eglise, les plus brillants parmi les docteurs.

Cherchez le Cœur de Marie, demandez à y être admis, pour que vous y appreniez des choses que, seule, la Reine du Cénacle pourra vous enseigner. Elle connaît les voies de l’amour les plus intimes du Cœur du Roi, que seule sa Mère et la nôtre a le droit de dévoiler, et Elle ne le fait qu’à ses enfants privilégiés.

Soyez du nombre !

Père Matéo, Jésus, Roi d’amour, Téqui, Paris, p. 412 - 413



Fête du Sacré Cœur

Commentaires liturgiques de la Fête du Sacré-Cœur

Deux formulaires liturgiques se sont succédé pour la fête du Sacré Cœur.

Le premier date de Pie IX (1856), qui prit le décret qui insérait au Calendrier la fête du Sacré-Cœur dans le cycle du Sanctoral et en ordonnait la célébration dans l’Église universelle sous le grade de double de IIère classe, élevé par la suite au rang de double de Ière classe secondaire par Léon XIII (1889).

Le second fut publié sous Pie XI en 1929 : le Pape ayant donné à la Fête une Octave [1] et équiparé la fête aux plus grandes fêtes du cycle du Temporal (elle quitte le cycle du Sanctoral) créa une commission de théologiens dont il assura la présidence afin de recomposer presque totalement la Messe et l’Office.

Avant 1929, l’Office hésitait à mi-chemin entre un Office de continuation de la Fête-Dieu (des éléments comme les répons de Matines en sont issus) et un Office de la Passion. Dom Guéranger [2], témoigne des raisons de cette composition hésitante : « Il est peu fait mention du Cœur de chair du Sauveur dans les formules liturgiques de ce jour. Lorsqu’au dernier siècle (XVIIIe) il fut question d’approuver une Messe et un Office en l’honneur du Sacré-Cœur, les Jansénistes, qui avaient jusque dans Rome leurs dévoués partisans, suscitèrent de telles oppositions, que le Siège apostolique ne crut pas le moment venu encore de se prononcer ouvertement sur les points débattus. Dans la Messe et l’Office qui de Rome devaient plus tard (1856) s’étendre au monde entier, il s’en tint par prudence à la glorification de l’amour du Sauveur, dont on ne pouvait nier raisonnablement que son Cœur de chair ne fût au moins le vrai et direct symbole » [3]. Le 3ème nocturne des Matines, avec ses trois homélies patristiques, était d’ailleurs plutôt bizarre.

Pie XI voulut un office organique, qui ne soit ni une répétition de la Fête-Dieu, ni un doublon des Offices de la Passion. Comme le dit le Bhx Schuster, il s’agit maintenant d’une fête de réparation envers l’Amour qui n’est pas aimé ; réparation qui fait d’ailleurs amende honorable en glorifiant les pacifiques triomphes de cet Éternel Amour [4]

[1] Pour rappel :

Octaves de Ier ordre : Pâques et Pentecôte, ne le cèdent à aucune fête ;

Octaves de IInd ordre : Épiphanie, Fête-Dieu, ne cèdent que devant les fêtes de Ière classe ;

Octaves de IIIème ordre : Noël, Ascension, Sacré-Cœur, cèdent devant les fêtes doubles ;

Octaves Communes : Immaculée Conception, Assomption, St Jean-Baptiste, Patronage de St Joseph, Sts Pierre et Paul, Toussaint, Dédicace et Titulaire d’une église, Dédicace et Titulaire de l’église Cathédrale, Patrons principaux du lieu, Fêtes de Ière classe avec Octave…

Octaves Simples : Nativité de la Ste Vierge, St Jean Apôtre, St Etienne, Sts Innocents, Fêtes de IIème classe avec Octave.

[2] Ou du moins l’un de ses continuateurs.

[3] Année Liturgique, Temps après la Pentecôte, I, p. 504.

[4] Liber Sacramentorum, VII, p. 246.


Dom Guéranger, l’Année Liturgique

Un nouveau rayon brille au ciel de la sainte Église, et vient échauffer nos cœurs. Le Maître divin donné par le Christ à nos âmes, l’Esprit Paraclet descendu sur le monde, poursuit ses enseignements dans la Liturgie sacrée. La Trinité auguste, révélée tout d’abord à la terre en ces sublimes leçons, a reçu nos premiers hommages ; nous avons connu Dieu dans sa vie intime, pénètre par la foi dans le sanctuaire de l’essence infinie. Puis, d’un seul bond, l’Esprit impétueux de la Pentecôte [5], entraînant nos âmes à d’autres aspects de la vérité qu’il a pour mission de rappeler au monde [6], les a laissées un long temps prosternées au pied de l’Hostie sainte, mémorial divin des merveilles du Seigneur [7]. Aujourd’hui c’est le Cœur sacré du Verbe fait chair qu’il propose à nos adorations.

Partie noble entre toutes du corps de l’Homme-Dieu, le Cœur de Jésus méritait, en effet, au même titre que ce corps adorable, l’hommage réclamé par l’union personnelle au Verbe divin. Mais si nous voulons connaître la cause du culte plus spécial que lui voue la sainte Église, il convient ici que nous la demandions de préférence à l’histoire de ce culte lui-même et à la place qu’occupe au Cycle sacré la solennité de ce jour.

Un lien mystérieux réunit ces trois fêtes de la très sainte Trinité, du Saint-Sacrement et du Sacré-Cœur. Le but de l’Esprit n’est pas autre, en chacune d’elles, que de nous initier plus intimement à cette science de Dieu par la foi qui nous prépare à la claire vision du ciel. Nous avons vu comment Dieu, connu dans la première en lui-même, se manifeste par la seconde en ses opérations extérieures, la très sainte Eucharistie étant le dernier terme ici-bas de ces opérations ineffables. Mais quelle transition, quelle pente merveilleuse a pu nous conduire si rapidement et sans heurt d’une fête à l’autre ? Par quelle voie la pensée divine elle-même, par quel milieu la Sagesse éternelle s’est-elle fait jour, des inaccessibles sommets où nous contemplions le sublime repos de la Trinité bienheureuse, à cet autre sommet des Mystères chrétiens où l’a portée l’inépuisable activité d’un amour sans bornes ? Le Cœur de l’Homme-Dieu répond à ces questions, et nous donne l’explication du plan divin tout entier.

Nous savions que cette félicité souveraine du premier Être, cette vie éternelle communiquée du Père au Fils et des deux à l’Esprit dans la lumière et l’amour, les trois divines personnes avaient résolu d’en faire part à des êtres créés, et non seulement aux sublimes et pures intelligences des célestes hiérarchies, mais encore à l’homme plus voisin du néant, jusque dans la chair qui compose avec l’âme sa double nature. Nous en avions pour gage le Sacrement auguste où l’homme, déjà rendu participant de la nature divine par la grâce de l’Esprit sanctificateur, s’unit au Verbe divin comme le vrai membre de ce Fils très unique du Père. Oui ; « bien que ne paraisse pas encore ce que nous serons un jour, dit l’Apôtre saint Jean, nous sommes dès maintenant les fils de Dieu ; lorsqu’il se montrera, nous lui serons semblables » [8], étant destinés à vivre comme le Verbe lui-même en la société de ce Père très-haut dans les siècles des siècles [9].

Mais l’amour infini de la Trinité toute-puissante appelant ainsi de faibles créatures en participation de sa vie bienheureuse, n’a point voulu parvenir à ses fins sans le concours et l’intermédiaire obligé d’un autre amour plus accessible à nos sens, amour créé d’une âme humaine, manifesté dans les battements d’un cœur de chair pareil au nôtre. L’Ange du grand conseil, chargé d’annoncer au monde les desseins miséricordieux de l’Ancien des jours, a revêtu, dans l’accomplissement de son divin message, une forme créée qui pût permettre aux hommes de voir de leurs yeux, de toucher de leurs mains le Verbe de vie, cette vie éternelle qui était dans le Père et venait jusqu’à nous [10]. Docile instrument de l’amour infini, la nature humaine que le Fils de Dieu s’unit personnellement au sein de la Vierge-Mère ne fut point toutefois absorbée ou perdue dans l’abîme sans fond de la divinité ; elle conserva sa propre substance, ses facultés spéciales, sa volonté distincte et régissant dans une parfaite harmonie, sous l’influx du Verbe divin, les mouvements de sa très sainte âme et de son corps adorable. Dès le premier instant de son existence, l’âme très parfaite du Sauveur, inondée plus directement qu’aucune autre créature de cette vraie lumière du Verbe qui éclaire tout homme venant en ce monde [11], et pénétrant par la claire vision dans l’essence divine, saisit d’un seul regard la beauté absolue du premier Être, et la convenance souveraine des divines résolutions appelant l’être fini en partage de la félicité suprême. Elle comprit sa mission sublime, et s’émut pour l’homme et pour Dieu d’un immense amour. Et cet amour, envahissant avec la vie le corps du Christ formé au même instant par l’Esprit du sang virginal, fit tressaillir son Cœur de chair et donna le signal des pulsations qui mirent en mouvement dans ses veines sacrées le sang rédempteur.

A la différence en effet des autres hommes, chez qui la force vitale de l’organisme préside seule aux mouvements du cœur, jusqu’à ce que les émotions, s’éveillant avec l’intelligence, viennent par intervalles accélérer ses battements ou les ralentir, l’Homme-Dieu sentit son Cœur soumis dès l’origine à la loi d’un amour non moins persévérant, non moins intense que la loi vitale, aussi brûlant dès sa naissance qu’il l’est maintenant dans les cieux. Car l’amour humain du Verbe incarné, fondé sur sa connaissance de Dieu et des créatures, ignora comme elle tout développement progressif, bien que Celui qui devait être notre frère et notre modèle en toutes choses manifestât chaque jour en mille manières nouvelles l’exquise sensibilité de son divin Cœur.

Quand il parut ici-bas, l’homme avait désappris l’amour, en oubliant la vraie beauté. Son cœur de chair lui semblait une excuse, et n’était plus qu’un chemin par où l’âme s’enfuyait des célestes sommets à la région lointaine où le prodigue perd ses trésors [12]. A ce monde matériel que l’âme de l’homme eût dû ramener vers son Auteur, et qui la tenait captive au contraire sous le fardeau des sens, l’Esprit-Saint préparait un levier merveilleux : fait de chair lui aussi, le Cœur sacré, de ces limites extrêmes de la création, renvoie au Père, en ses battements, l’ineffable expression d’un amour investi de la dignité du Verbe lui-même. Luth mélodieux, vibrant sans interruption sous le souffle de l’Esprit d’amour, il rassemble en lui les harmonies des mondes ; corrigeant leurs défectuosités, suppléant leurs lacunes, ramenant à l’unité les voix discordantes, il offre à la glorieuse Trinité un délicieux concert. Aussi met-elle en lui ses complaisances. C’est l’unique organum, ainsi l’appelait Gertrude la Grande [13] ; c’est l’instrument qui seul agrée au Dieu très-haut. Par lui devront passer les soupirs enflammés des brûlants Séraphins, comme l’humble hommage de l’inerte matière. Par lui seulement descendront sur le monde les célestes faveurs. Il est, de l’homme à Dieu, l’échelle mystérieuse, le canal des grâces, la voie montante et descendante.

L’Esprit divin, dont il est le chef-d’œuvre, en a fait sa vivante image. L’Esprit-Saint, en effet, bien qu’il ne soit pas dans les ineffables relations des personnes divines la source même de l’amour, en est le terme ou l’expression substantielle ; moteur sublime inclinant au dehors la Trinité bienheureuse, c’est par lui que s’épanche à flots sur les créatures avec l’être et la vie cet amour éternel. Ainsi l’amour de l’Homme-Dieu trouve-t-il dans les battements du Cœur sacré son expression directe et sensible ; ainsi encore verse-t-il par lui sur le monde, avec l’eau et le sang sortis du côté du Sauveur, la rédemption et la grâce, avant-goût et gage assuré de la gloire future.

« Un des soldats, dit l’Évangile, ouvrit le côté de Jésus par la lance, et il en sortit du sang et de l’eau » [14]. Arrêtons-nous sur ce fait de l’histoire évangélique qui donne à la fête d’aujourd’hui sa vraie base ; et comprenons l’importance du récit qui nous en est transmis par saint Jean, à l’insistance du disciple de l’amour non moins qu’il la solennité des expressions qu’il emploie. « Celui qui l’a vu, dit-il, en rend témoignage, et son témoignage est véritable ; et il sait, lui, qu’il dit vrai, pour que vous aussi vous croyiez. Car ces choses sont arrivées, pour que l’Écriture fût accomplie » [15]. L’Évangile ici nous renvoie au passage du prophète Zacharie annonçant l’effusion de l’Esprit de grâce sur la maison du vrai David et les habitants de Jérusalem [16]. Et ils verront dans celui qu’ils ont percé » [17], ajoutait le prophète.

Mais qu’y verront-ils, sinon cette grande vérité qui est le dernier mot de toute l’Écriture et de l’histoire du monde, à savoir que Dieu a tant aimé le monde, qu’il lui a donné son Fils unique, pour que quiconque croit en lui ait la vie éternelle » [18] ?

Voilée sous les figures et montrée comme de loin durant les siècles de l’attente, cette vérité sublime éclata au grand jour sur les rives du Jourdain [19], quand la Trinité sainte intervint tout entière pour désigner l’Élu du Père et l’objet des divines complaisances [20]. Restait néanmoins encore à montrer la manière dont cette vie éternelle que le Christ apportait au monde passerait de lui dans nous tous, jusqu’à ce que la lance du soldat, ouvrant le divin réservoir et dégageant les ruisseaux de la source sacrée, vînt compléter et parfaire le témoignage de la Trinité bienheureuse. « Il y en a trois, dit saint Jean, qui rendent témoignage dans le ciel : le Père, le Verbe et le Saint-Esprit ; et ces trois n’en font qu’un. Et il y en a trois qui rendent témoignage sur la terre : l’Esprit, l’eau et le sang ; et ces trois concourent au même but... Et leur témoignage est que Dieu nous a donné la vie éternelle, et qu’elle est dans son Fils » [21]. Passage mystérieux qui trouve son explication dans la fête présente ; il nous montre dans le Cœur de l’Homme-Dieu le dénouement de l’œuvre divine, et la solution des difficultés que semblait offrir à la Sagesse du Père l’accomplissement des desseins éternels.

Associer des créatures à sa béatitude, en les faisant participantes dans l’Esprit-Saint de sa propre nature et membres de son Fils bien-aimé, telle était, disions-nous, la miséricordieuse pensée du Père ; tel est le but où tendent les efforts de la Trinité souveraine. Or, voici qu’apparaît Celui qui vient par l’eau et le sang, non dans l’eau seule, mais dans l’eau et le sang, Jésus-Christ ; et l’Esprit, qui de concert avec le Père et le Fils a déjà sur les bords du Jourdain rendu son témoignage, atteste ici encore que le Christ est vérité [22], quand il dit de lui-même que la vie est en lui [23]. Car c’est l’Esprit, nous dit l’Évangile [24], qui sort avec l’eau du Cœur sacré, des sources du Sauveur [25], et nous rend dignes du sang divin qui l’accompagne. L’humanité, renaissant de l’eau et de l’Esprit, fait son entrée dans le royaume de Dieu [26] ; et, préparée pour l’Époux dans les flots du baptême, l’Église s’unit au Verbe incarné dans le sang des Mystères. Vraiment sommes-nous avec elle désormais l’os de ses os et la chair de sa chair [27], associés pour l’éternité à sa vie divine dans le sein du Père.

Va donc, ô Juif ! Ignorant les noces de l’Agneau, donne le signal de ces noces sacrées. Conduis l’Époux au lit nuptial ; qu’il s’étende sur le bois mille fois précieux dont sa mère la synagogue a formé sa couche au soir de l’alliance ; et que de son Cœur sorte l’Épouse, avec l’eau qui la purifie et le sang qui forme sa dot. Pour cette Épouse il a quitté son Père et les splendeurs de la céleste Jérusalem ; il s’est élancé comme un géant dans la voie de l’amour ; la soif du désir a consumé son âme. Le vent brûlant de la souffrance a passé sur lui, desséchant tous ses os ; mais plus actives encore étaient les flammes qui dévoraient son Cœur, plus violents les battements qui précipitaient de ses veines sur le chemin le sang précieux du rachat de l’Épouse. Au bout de la carrière, épuisé, il s’est endormi dans sa soif brûlante. Mais l’Épouse, formée de lui durant ce repos mystérieux, le rappellera bientôt de son grand sommeil. Ce Cœur dont elle est née, brisé sous l’effort, s’est arrêté pour lui livrer passage ; au même temps s’est trouvé suspendu le concert sublime qui montait par lui de la terre au ciel, et la nature en a été troublée dans ses profondeurs. Et pourtant, plus que jamais, ne faut-il pas que chante à Dieu l’humanité rachetée ? Comment donc se renoueront les cordes de la lyre ? Qui réveillera dans le Cœur divin la mélodie des pulsations sacrées ?

Penchée encore sur la béante ouverture du côté du Sauveur, entendons l’Église naissante s’écrier à Dieu, dans l’ivresse de son cœur débordant : « Père souverain, Seigneur mon Dieu, je vous louerai, je vous chanterai des psaumes au milieu des nations. Lève-toi donc, ô ma gloire ! O réveille-toi, ma cithare et mon psaltérion » [28]. Et le Seigneur s’est levé triomphant de son lit nuptial au matin du grand jour ; et le Cœur sacré, reprenant ses mélodies interrompues, a transmis au ciel les accents enflammés de la sainte Église. Car le Cœur de l’Époux appartient à l’Épouse, et ils sont deux maintenant dans une même chair [29].

Dans la pleine possession de celle qui blessa son Cœur [30], le Christ lui confirme tout pouvoir à son tour sur ce Cœur divin d’où elle est sortie. Là sera pour l’Église le secret de sa force. Dans les relations des époux, telles que les constitua le Seigneur à l’origine en vue de ce grand mystère du Christ et de l’Église [31], l’homme est le chef [32], et il n’appartient pas à la femme de le dominer dans les conseils ou la conduite des entreprises ; mais la puissance de la femme est qu’elle s’adresse au cœur, et que rien ne résiste à l’amour. Si Adam a péché, c’est qu’Ève a séduit et affaibli son cœur ; Jésus nous sauve, parce que l’Église a ravi son Cœur, et que ce Cœur humain ne peut être ému et dompté, sans que la divinité elle-même soit fléchie. Telle est, quant au principe sur lequel elle s’appuie, la dévotion au Sacré-Cœur ; elle est, dans cette notion première et principale, aussi ancienne que l’Église, puisqu’elle repose sur cette vérité, reconnue de tout temps, que le Seigneur est l’Époux et l’Église l’Épouse.

Les Pères et saints Docteurs des premiers âges n’exposaient point autrement que nous ne l’avons fait le mystère de la formation de l’Église du côté du Sauveur ; et leurs paroles, quoique toujours retenues par la présence des non-initiés autour de leurs chaires, ouvraient la voie aux sublimes et plus libres épanchements des siècles qui suivirent. « Les initiés connaissent l’ineffable mystère des sources du Sauveur, dit saint Jean Chrysostome ; de ce sang et de cette eau l’Église a été formée ; de là sont sortis les Mystères, en sorte que, t’approchant du calice redoutable, il faut y venir comme devant boire au côté même du Christ » [33]. — « L’Évangéliste, explique saint Augustin, a usé d’une parole vigilante, ne disant pas de la lance qu’elle frappa ou blessa, mais ouvrit le côté du Seigneur. C’était bien une porte en effet qui se révélait alors, la porte de la vie, figurée par celle que Noé reçut l’ordre d’ouvrir au côté de l’arche, pour l’entrée des animaux qui devaient être sauvés du déluge et figuraient l’Église » [34].

« Entre dans la pierre, cache-toi dans la terre creusée [35], dans le côté du Christ », interprète pareillement au XIIe siècle un disciple de saint Bernard, le Bienheureux Guerric, abbé d’Igny [36]. Et l’Abbé de Clairvaux lui-même, commentant le verset du Cantique : Viens, ma colombe, dans les trous de la pierre, dans la caverne de la muraille [37] : « Heureuses ouvertures, dit-il, où la colombe est en sûreté et regarde sans crainte l’oiseau de proie volant à l’entour !... Que verrons-nous par l’ouverture ? Par ce fer qui a traversé son âme et passé jusqu’à son Cœur, voici qu’est révélé l’arcane, l’arcane du Cœur, le mystère de l’amour, les entrailles de la miséricorde de notre Dieu. Qu’y a-t-il en vous, ô Seigneur, que des trésors d’amour, des richesses de bonté ? J’irai, j’irai à ces celliers d’abondance ; docile à la voix du prophète [38], j’abandonnerai les villes, j’habiterai dans la pierre, j’aurai mon nid, comme la colombe, dans la plus haute ouverture ; placé comme Moïse [39] à l’entrée du rocher, je verrai passer le Seigneur » [40]. Au siècle suivant, le Docteur Séraphique, en de merveilleuses effusions, rappelle à son tour et la naissance de la nouvelle Ève du côté du Christ endormi, et la lance de Saül dirigée contre David et frappant la muraille [41], comme pour creuser dans Celui dont le fils de Jessé n’était que la figure, dans la pierre qui est le Christ [42], la caverne aux eaux purifiantes, habitation des colombes [43].

Mais nous ne pouvons qu’effleurer ces grands aperçus, écouter en passant la voix des Docteurs. Au reste, le culte de l’ouverture bénie du côté du Christ se confond le plus souvent, pour saint Bernard et saint Bonaventure, avec celui des autres plaies sacrées du Sauveur. Le Cœur sacré, organe de l’amour, ne se dégage pas encore suffisamment dans leurs écrits. Il fallait que le Seigneur intervînt directement pour faire découvrir et goûter au peuple chrétien, par l’intermédiaire de quelques âmes privilégiées, les ineffables conséquences des principes admis par tous dans son Église.

Le 27 janvier 1281, au monastère bénédictin d’Helfta, près Eisleben, en Saxe, l’Époux divin se révélait à l’épouse qu’il avait choisie pour l’introduire dans ses secrets et ses réserves les plus écartées. Mais ici nous céderons la parole à une voix plus autorisée que la nôtre. Gertrude, en la vingt-cinquième année de son âge, a été saisie par l’Esprit, dit en la Préface de sa traduction française l’éditeur du Legatus divinæ pietatis : elle a reçu sa mission, elle a vu, entendu, touché ; plus encore, elle a bu à cette coupe du Cœur divin qui enivre les élus, elle y a bu quand elle était encore en cette vallée d’absinthe, et ce qu’elle a pris à longs traits, elle l’a reversé sur les âmes qui voudront le recueillir et s’en montreront saintement avides. Sainte Gertrude eut donc pour mission de révéler le rôle et l’action du Cœur divin dans l’économie de la gloire divine et de la sanctification des âmes ; et sur ce point important nous ne séparerons pas d’elle sainte Mechtilde, sa compagne.

« L’une et l’autre, à l’égard du Cœur du Dieu fait homme, se distinguent entre tous les Docteurs spirituels et tous les mystiques des âges divers de l’Église. Nous n’en excepterons pas les Saints de ces derniers siècles, par lesquels Notre-Seigneur a voulu qu’un culte public, officiel, fût rendu à son Cœur sacré : ils en ont porté la dévotion dans toute l’Église ; mais ils n’en ont pas exposé les mystères multiples, universels, avec l’insistance, la précision, la perfection qui se rencontrent dans les révélations de nos deux Saintes.

Le Disciple bien-aimé de Jésus, qui avait reposé sur son sein, en la Cène, et avait pu entendre les battements de ce Cœur divin, qui sur la croix l’avait vu percé par la lance du soldat, en dévoila à Gertrude la glorification future, lorsqu’elle lui demanda pourquoi il avait gardé sous le silence ce qu’il avait senti lorsqu’il reposait sur ce Cœur sacré : « Ma mission, dit-il, fut d’écrire pour l’Église encore jeune un seul mot du Verbe incréé de Dieu le Père, lequel pourrait suffire à toute la race des hommes jusqu’à la fin du monde, Sans toutefois que jamais personne le comprît dans sa plénitude. Mais le langage de ces bienheureux battements du Cœur du Seigneur est réservé pour les derniers temps, alors que le monde vieilli et refroidi dans l’amour divin devra se réchauffer à la révélation de ces mystères » [44].

Gertrude fut choisie pour cette révélation, et ce qu’elle en a dit dépasse tout ce que l’imagination de l’homme aurait jamais pu concevoir. Tantôt le Cœur divin lui apparaît comme un trésor où sont renfermées toutes les richesses ; tantôt c’est une lyre touchée par l’Esprit-Saint, aux sons de laquelle se réjouissent la très sainte Trinité et toute la Cour céleste. Puis, c’est une source abondante dont le courant va porter le rafraîchissement aux âmes du Purgatoire, les grâces fortifiantes aux âmes qui militent sur la terre, et ces torrents de délices où s’enivrent les élus de la Jérusalem céleste. C’est un encensoir d’or, d’où s’élèvent autant de divers parfums d’encens qu’il y a de races diverses d’hommes pour lesquelles le Sauveur a souffert la mort de la croix. Une autre fois, c’est un autel sur lequel les fidèles déposent leurs offrandes, les élus leurs hommages, les anges leurs respects, et le Prêtre éternel s’immole lui-même. C’est une lampe suspendue entre ciel et terre ; c’est une coupe où s’abreuvent les Saints, mais non les Anges, qui néanmoins en reçoivent des délices. En lui la prière du Seigneur, le Pater noster, a été conçue et élaborée, elle en est le doux fruit. Par lui est suppléé tout ce que nous avons négligé de rendre d’hommages dus à Dieu, à la Sainte Vierge et aux Saints. Pour remplir toutes nos obligations, le Cœur divin se fait notre serviteur, notre gage ; en lui seul nos œuvres revêtent cette perfection, cette noblesse qui les rend agréables aux yeux de la Majesté divine ; par lui seul découlent et passent toutes les grâces qui peuvent descendre sur la terre. A la fin, c’est la demeure suave, le sanctuaire sacré qui s’ouvre aux âmes, à leur départ de ce monde, pour les y conserver dans d’ineffables délices pour l’éternité » [45].

En découvrant à Gertrude l’ensemble merveilleux que présente la traduction de l’amour infini dans le Cœur de l’Homme-Dieu, l’Esprit divin prévenait l’enfer au lieu même d’où devait surgir, deux siècles plus tard, l’apôtre des théories les plus opposées. En 1483, Luther naissait à Eisleben ; et son imagination désordonnée posait les bases de l’odieux système qui allait faire du Dieu très bon qu’avaient connu ses pères l’auteur direct du mal et de la damnation, créant le pécheur pour le crime et les supplices éternels, à la seule fin de manifester son autocratie toute-puissante. Calvin bientôt précisait plus encore, en enserrant les blasphèmes du révolté saxon dans les liens de sa sombre et inexorable logique. La queue du dragon, par ces deux hommes, entraîna la troisième partie des étoiles du ciel [46]. Se transformant hypocritement au XVIIe siècle, changeant les mots, mais non les choses, l’ennemi tenta de pénétrer au sein même de l’Église et d’y faire prévaloir ses dogmes impies : sous prétexte d’affirmer les droits du domaine souverain du premier Être, le Jansénisme oubliait sa bonté. Celui qui a tant aimé le monde voyait les hommes, découragés ou terrifiés, s’éloigner toujours plus de ses intentions miséricordieuses.

Il était temps que la terre se souvînt que le Dieu très-haut l’avait aimée d’amour, qu’il avait pris un Cœur de chair pour mettre à la portée des hommes cet amour infini, et que ce Cœur humain, le Christ en avait fait usage selon sa nature, pour nous aimer comme on aime dans la famille d’Adam le premier père [47], tressaillir de nos joies, souffrir de nos tristesses, et jouir ineffablement de nos retours à ses divines avances. Qui donc serait chargé d’accomplir la prophétie de Gertrude la Grande ? Quel autre Paul, quel nouveau Jean manifesterait au monde vieilli le langage des bienheureux battements du divin Cœur ?

Laissant de côté tant d’illustrations d’éloquence et de génie qui remplissaient alors de leur insigne renommée l’Église de France, le Dieu qui fait choix des petits pour confondre les forts [48] avait désigné, pour la manifestation du Cœur sacré, la religieuse inconnue d’un obscur monastère. Comme au XIIIe siècle il avait négligé les Docteurs et les grands Saints eux-mêmes de cet âge, pour solliciter auprès de la Bienheureuse Julienne du Mont-Cornillon l’institution de la fête du Corps du Seigneur, il demande de même la glorification de son Cœur divin par une fête solennelle à l’humble Visitandine de Paray-le-Monial, que le monde entier connaît et vénère aujourd’hui sous le nom de la Bienheureuse Marguerite-Marie [49].

Marguerite-Marie reçut donc pour mission de faire descendre des mystiques sommets, où il était resté comme la part cachée de quelques âmes bénies, le trésor révélé à sainte Gertrude. Elle dut le proposer à toute la terre, en l’adaptant à cette vulgarisation sublime. Il devint en ses mains le réactif suprême offert au monde contre le froid qui s’emparait de ses membres et de son cœur engourdis par l’âge, l’appel touchant aux réparations des âmes fidèles pour tous les mépris, tous les dédains, toutes les froideurs et tous les crimes des hommes des derniers temps contre l’amour méconnu du Christ Sauveur.

« Étant devant le Saint-Sacrement un jour de son Octave (en juin 1675), raconte elle-même la Bienheureuse, je reçus de mon Dieu des grâces excessives de son amour. Et me sentant touchée du désir de quelque retour, et de lui rendre amour pour amour, il me dit : « Tu ne m’en peux rendre un plus grand qu’en faisant ce que je t’ai déjà tant de fois demandé ». Alors me découvrant son divin Cœur : « Voilà ce Cœur qui a tant aimé les hommes, qu’il n’a rien épargné, jusqu’à s’épuiser et se consommer pour leur témoigner son amour ; et pour reconnaissance je ne reçois de la plupart que des ingratitudes, par leurs irrévérences et leurs sacrilèges, et par les froideurs et les mépris qu’ils ont pour moi dans ce Sacrement d’amour. Mais ce qui m’est encore le plus sensible est que ce sont des cœurs qui me sont consacrés qui en usent ainsi. C’est pour cela que je te demande que le premier vendredi d’après l’Octave du Saint-Sacrement soit dédié à une fête particulière pour honorer mon Cœur, en communiant ce jour-là et en lui faisant réparation d’honneur par une amende honorable, pour réparer les indignités qu’il a reçues pendant le temps qu’il a été exposé sur les autels. Je te promets aussi que mon Cœur se dilatera a pour répandre avec abondance les influences de son divin amour sur ceux qui lui rendront cet honneur, et qui procureront qu’il lui soit rendu » [50].

En appelant sa servante à être l’instrument de la glorification de son divin Cœur, l’Homme-Dieu faisait d’elle un signe de contradiction, comme il l’avait été lui-même [51]. Il fallut dix ans et plus à Marguerite-Marie pour surmonter, à force de patience et d’humilité, la défiance de son propre entourage, les rebuts de ses Sœurs, les épreuves de tout genre.

Cependant, le 21 juin 1686, vendredi après l’Octave du Saint-Sacrement, elle eut enfin la consolation de voir la petite communauté de Paray-le-Monial prosternée au pied d’une image où le Cœur de Jésus percé par la lance était représenté seul, entouré de flammes et d’une couronne d’épines, avec la croix au-dessus et les trois clous. Cette même année, fut commencée dans le monastère la construction d’une chapelle en l’honneur du Sacré-Cœur ; la Bienheureuse eut la joie de voir bénir le modeste édifice quelque temps avant sa mort, arrivée l’an 1690. Mais il y avait loin encore de ces humbles débuts à rétablissement d’une fête proprement dite, et à sa célébration dans l’Église entière.

Déjà cependant la Providence avait pris soin de susciter, dans le même siècle, à la servante du Sacré-Cœur un précurseur puissant en parole et en œuvres. Né à Ri, au diocèse de Séez, en 1601, le Vénérable Jean Eudes [52] avait porté partout, dans ses innombrables missions, la vénération et l’amour du Cœur de l’Homme-Dieu qu’il ne séparait pas de celui de sa divine Mère. Dès 1664, il creusait à Caen les fondations de la première église du monde, dit-il lui-même, qui porte le nom de l’église du Très-Sainct Cœur de Jésus et de Marie » [53] et Clément X, en 1674, approuvait cette dénomination. Après s’être borné longtemps à célébrer, dans la Congrégation qu’il avait fondée, la fête du très saint Cœur de Marie en unité de celui de Jésus, le Père Eudes voulut y établir une fête spéciale en l’honneur du Cœur sacré du Sauveur ; le 8 février demeura assigné à la fête du Cœur de la Mère, et le 20 octobre fut déterminé pour honorer celui de son divin Fils. L’Office et la Messe que le Vénérable composa à cette fin, en 1670, furent approuvés pour ses séminaires, dès cette année et la suivante, par l’évêque de Rennes et les évêques de Normandie. Cette même année 1670 les vit insérer au Propre de l’abbaye royale de Montmartre. En 1674, la fête du Sacré-Cœur était également célébrée chez les Bénédictines du Saint-Sacrement. Cependant on peut dire que la fête établie par le Père Eudes ne sortit guère des maisons qu’il avait fondées ou de celles qui recevaient plus directement ses inspirations. Elle avait pour objet de promouvoir la dévotion au Cœur de l’Homme-Dieu, telle qu’elle ressort du dogme même de la divine Incarnation, et sans but particulier autre que de lui rendre les adorations et les hommages qui lui sont dus. C’était à la Bienheureuse Marguerite-Marie qu’il était réservé de présenter aux hommes le Cœur sacré comme la grande voie de réparation ouverte à la terre. Confidente du Sauveur et dépositaire de ses intentions précises sur le jour et le but que le ciel voulait voir assigner à la nouvelle fête, ce fut elle qui resta véritablement chargée de la promulguer pour le monde et d’amener sa célébration dans l’Église universelle.

Pour obtenir ce résultat qui dépassait les forces personnelles de l’humble Visitandine, le Seigneur avait rapproché mystérieusement de Marguerite-Marie l’un des plus saints Religieux que possédât alors la Compagnie de Jésus, le R. P. Claude de la Colombière [54]. Il reconnut la sainteté des voies par où l’Esprit divin conduisait la Bienheureuse, et se fit l’apôtre dévoué du Sacré-Cœur, à Paray d’abord, et jusqu’en Angleterre, où il mérita le titre glorieux de confesseur de la foi dans les rigueurs des prisons protestantes. Ce fervent disciple du Cœur de l’Homme-Dieu mourait en 1682, épuisé de travaux et de souffrances. Mais la Compagnie de Jésus tout entière hérita de son zèle à propager la dévotion au Sacré-Cœur. Bientôt s’organisèrent des confréries nombreuses, de tous côtés on éleva des chapelles en l’honneur de ce Cœur sacré. Mais l’enfer s’indigna de cette grande prédication d’amour ; les Jansénistes frémirent à cette apparition soudaine de la bonté et de l’humanité du Dieu Sauveur [55], qui prétendait ramener la confiance dans les âmes où ils avaient semé la crainte. On cria à la nouveauté, au scandale, à l’idolâtrie ou tout au moins à la dissection inconvenante des membres sacrés de l’humanité du Christ ; et pendant que s’entassaient à grands frais d’érudition dissertations théologiques et physiologiques, les gravures les moins séantes étaient répandues, des plaisanteries de mauvais goût mises en vogue, tous les moyens employés pour tourner en ridicule ceux qu’on appelait les Cordicoles.

Cependant l’année 1720 voyait fondre sur Marseille un fléau redoutable : apportée de Syrie sur un navire, la peste faisait bientôt plus de mille victimes par jour dans la cité de saint Lazare. Le Parlement janséniste de Provence était en fuite, et l’on ne savait où s’arrêterait le progrès toujours croissant de l’affreuse contagion, quand l’évêque, Mgr de Belzunce, réunissant les débris de son clergé fidèle et convoquant son troupeau sur le Cours qui depuis a pris le nom de l’héroïque pasteur, consacra solennellement son diocèse au Sacré-Cœur de Jésus. Dès ce moment, le fléau diminua ; et il avait cessé entièrement, lorsque, deux ans plus tard, il reparut, menaçant de recommencer ses ravages. Il fut arrêté sans retour à la suite du vœu célèbre par lequel les échevins s’engagèrent, pour eux et leurs successeurs à perpétuité, aux actes solennels de religion qui ont fait jusqu’à nos jours la sauvegarde de Marseille et sa gloire la plus pure.

Ces événements, dont le retentissement fut immense, amenèrent la fête du Sacré-Cœur à sortir des monastères de la Visitation où elle avait commencé de se célébrer au jour fixé par Marguerite-Marie, avec la Messe et l’Office du P. Eudes. On la vit, à partir de là, se répandre dans les diocèses. Lyon toutefois avait précédé Marseille. Autun vint en troisième lieu. On ne croyait pas alors en France qu’il fût nécessaire de recourir à l’autorité du Souverain Pontife pour l’établissement de nouvelles fêtes. Déférant aux vœux de la pieuse reine Marie Leczinska, les prélats qui formaient l’Assemblée de 1765 prirent une résolution pour établir la fête dans leurs diocèses, et engager leurs collègues à imiter cet exemple.

Mais la sanction formelle du Siège apostolique ne devait pas manquer plus longtemps à ces efforts de la piété catholique envers le divin Cœur. Rome avait déjà accordé de nombreuses indulgences aux pratiques privées, érigé par brefs d’innombrables confréries, lorsqu’en cette même année 1765, Clément XIII, cédant aux instances des évêques de Pologne et de l’archiconfrérie romaine du Sacré-Cœur, rendit le premier décret pontifical en faveur de la fête du Cœur de Jésus, et approuva pour cette fête une Messe et un Office. Des concessions locales étendirent peu à peu cette première faveur à d’autres Églises particulières, jusqu’à ce qu’enfin, le 23 août 1856, le Souverain Pontife Pie IX, de glorieuse mémoire, sollicité par tout l’Épiscopat français, rendit le décret qui insérait au Calendrier la fête du Sacré-Cœur et en ordonnait la célébration dans l’Église universelle. Trente-trois ans plus tard, Léon XIII élevait au rite de première classe la solennité que son prédécesseur avait établie.

La glorification du Cœur de Jésus appelait celle de son humble servante. Le 18 septembre 1864 avait vu la béatification de Marguerite-Marie proclamée solennellement par le même Pontife qui venait de donner à la mission qu’elle avait reçue la sanction définitive du Siège apostolique.

Depuis lors, la connaissance et l’amour du Sacré-Cœur ont progressé plus qu’ils n’avaient fait dans les deux siècles précédents. On a vu par tout le monde communautés, ordres religieux, diocèses, se consacrant à l’envi à cette source de toute grâce, seul refuge de l’Église en ces temps calamiteux. Les peuples se sont ébranlés en de dévots pèlerinages ; des multitudes ont passé les mers, pour apporter leurs supplications et leurs hommages au divin Cœur en cette terre de France, où il lui a plu de manifester ses miséricordes. Elle-même si éprouvée, notre patrie tourne les yeux, comme espoir suprême, vers le splendide monument qui s’élève sur le mont arrosé par le sang des martyrs ses premiers apôtres, et, dominant sa capitale, attestera pour les siècles futurs la foi profonde et la noble confiance qu’a su garder, dans ses malheurs, celle qui naquit et demeure à jamais la Fille aînée de la sainte Église.

O Cœur sacré, qui fûtes le lien de cette union puissante et si féconde, daignez rapprocher toujours plus votre Église et la France ; et qu’unies aujourd’hui dans l’épreuve, elles le soient bientôt dans le salut pour le bonheur du monde !

A LA MESSE.

Nota bene : Il s’agit ici du commentaire de la Messe promulguée par Pie IX en 1856, et non de la Messe actuelle de 1929.

Il est peu fait mention du Cœur de chair du Sauveur dans les formules liturgiques de ce jour. Lorsqu’au dernier siècle il fut question d’approuver une Messe et un Office en l’honneur du Sacré-Cœur, les Jansénistes, qui avaient jusque dans Rome leurs dévoués partisans, suscitèrent de telles oppositions, que le Siège apostolique ne crut pas le moment venu encore de se prononcer ouvertement sur les points débattus. Il ne fit pas toutefois difficulté d’accorder au Portugal et à la République de Venise un Office où le Cœur de Jésus victime d’amour et percé par la lance était proposé aux adorations des fidèles. Mais, dans la Messe et l’Office qui de Rome devaient plus tard s’étendre au monde entier, il s’en tint par prudence à la glorification de l’amour du Sauveur, dont on ne pouvait nier raisonnablement que son Cœur de chair ne fût au moins le vrai et direct symbole.

C’est ainsi que l’Introït, tiré de Jérémie, exalte les miséricordes ineffables de Celui dont le Cœur n’a point rejeté les enfants des hommes.

L’Église, émue des grands biens qui lui sont venus par le Cœur sacré, demande pour ses enfants, dans la Collecte, la grâce de comprendre les bienfaits divins et de recueillir dans une sainte joie les fruits qu’ils sont destinés à produire.

ÉPÎTRE.

« Mon peuple a commis deux maux », s’écriait Jéhovah sous l’ancienne alliance : « ils m’ont abandonné, moi la source d’eau vive, et ils se sont creusé des citernes, des citernes crevassées qui ne gardent point l’eau » [56]. Plainte sublime d’un amour infini qui voit rejeter ses bienfaits ! Mais, prodige plus merveilleux encore : le Dieu méconnu des fils ingrats qui cherchent en dehors de lui leur bonheur, oublie son offense pour songer à leurs maux. Il est ému de la misère affreuse qui pousse ces êtres dévoyés à demander aux créatures l’étanchement de la soif ardente que lui seul pourrait apaiser. Le bien des corps, le beau palpable ont séduit leurs sens ; l’âme, créée pour le bien absolu, a cru trouver son repos dans ces pâles et fugitifs reflets de la beauté souveraine, qui devaient la rappeler au contraire à leur source infinie. Comment ramener désormais à la source vive l’être affolé que trompe le mirage du désert, et qui s’enfonce toujours plus dans ses sables brûlants ? O Israël, chante au Seigneur ; Sion, bénis ton Dieu pour ses miséricordes infinies !

L’eau est sortie de la pierre du désert où te retenait le délire de ta fièvre insensée. Dans cette voie dont la pente rapide t’entraînait vers la chair, devant toi s’est dressé soudain ton Sauveur, compagnon inattendu des sentiers de ta vie terrestre, Dieu fait chair pour t’attirer au profit de ton âme dans ces filets d’amour humain que réclamait ton cœur. Prisonnier dans les liens mêmes d’Adam de l’amour infini [57], tu as retrouvé à ta portée la fontaine d’eau vive, oublié la boue fétide de tes citernes aux sources du Sauveur ; et tes lèvres, altérées toujours, mais rassasiées sans cesse, puisent à longs traits, au réservoir sacré découvert par la lance mystérieuse, l’onde divine qui, de cette terre, jaillit à flots jusqu’à la vie éternelle [58].

L’immense amour qui remplit le Cœur de l’Homme-Dieu et l’a porté à embrasser des douleurs sans pareilles pour nous sauver, la douceur et l’humilité de ce Cœur divin dans lesquelles se résument le caractère et toute la vie du Sauveur, sont proposés à notre reconnaissance et à notre imitation dans le Graduel et le Verset alléluiatique.

ÉVANGILE.

Nous avons expliqué plus haut cet endroit de l’Évangile de saint Jean, en le rapprochant des passages de la première Épître du même Apôtre qui jettent une si vive lumière sur le fait de l’ouverture du côté du Sauveur. Écoutons ce texte mystérieux avec le recueillement ému de notre Mère la sainte Église. Voyons la voie par où elle est sortie. C’est bien du Cœur de l’Homme-Dieu qu’elle est née. Elle ne pouvait avoir d’autre origine ; car elle est l’œuvre par excellence de son amour, et c’est pour cette Épouse qu’il a fait toutes les autres œuvres. Ève fut tirée du côté d’Adam d’une manière figurative ; mais la trace ne devait pas en demeurer, de peur que la femme ne parût tirée de l’homme autrement que pour un grand mystère, et qu’on n’y vît pour elle infériorité de nature. Mais, dans le Seigneur, il convenait que la glorieuse trace de cette sortie demeurât, parce qu’il apporte la réalité. Il faut que son Épouse, se fondant sur cette origine, puisse sans cesse avoir recours à son amour, et que le chemin soit toujours ouvert devant elle, afin qu’elle atteigne sûrement et promptement son Cœur en toutes choses.

L’Offertoire est tiré du Psaume CII, magnifique chant d’amour et de reconnaissance, exaltant les bontés sans nombre, les miséricordes infinies du Seigneur.

Implorons avec l’Église, dans la Secrète, les flammes de la divine charité, pour que nos cœurs devenus brûlants soient à l’unisson de celui du Pontife éternel qui vient offrir son Sacrifice et le nôtre.

La Préface qui suit est celle de la Croix. Le Seigneur tenait encore à ce bois sacré, quand son Cœur fut ouvert ; et l’Église devait aujourd’hui cet hommage au lit nuptial qui la vit sortir du côté de l’Époux endormi.

Afin d’exciter ses enfants aux pensées de réparation et d’amende honorable qui sont dans l’esprit de cette fête, l’Église rappelle, au moment de la Communion, le délaissement de l’Homme-Dieu dans les maux immenses qu’il a pris sur lui pour notre amour.

L’Église, qui vient de s’unir à l’Époux dans les Mystères, a compris mieux encore aujourd’hui les leçons du Cœur sacré dans ce rapprochement ineffable. Elle demande pour ses fils l’humilité profonde qui doit montrer en eux toujours plus, à la face d’un siècle superbe, les vrais disciples de Celui qui fut doux et humble de cœur.

A VÊPRES.

Les Antiennes sont tirées de divers livres de l’Ancien et du Nouveau Testament. Les Psaumes sont les mêmes que ceux de la fête du Très Saint Sacrement. Le Capitule est d’Isaïe, comme tous ceux de ce jour, et se retrouve avec eux dans L’Épître de la Messe.

L’année Liturgique donne ici les trois hymnes de l’Office qu’on trouvera en leur place avec les autres textes liturgiques.

[5] Act. II, 2.

[6] Johan. XIV, 26.

[7] Psalm. CX, 4.

[8] I Johan. III, 2.

[9] Ibid. 1, 3.

[10] Ibid. 1-2.

[11] Johan, I, 9.

[12] Luc. XV, 13.

[13] Legatus divinae pietatis. Lib. II, c. 23 ; Lib. III, c. 25.

[14] Johan. XIX, 34.

[15] Ibid. 35-36.

[16] Zach. XII, 10.

[17] Ibid. ; Johan. XIX, 37.

[18] Johan. III, 16.

[19] Luc. III, 21-22.

[20] Isai. XLII, I.

[21] I Johan. V, 7, 8, 11.

[22] I Johan. V, 6.

[23] Johan. V, 26, etc.

[24] Ibid. VII, 37-39.

[25] Isai. XII, 3.

[26] Johan. III, 5.

[27] Gen. II, 23 ; Eph. V, 30.

[28] Psalm. CVII, 1-4, ce psaume fut ajouté à l’Office des Matines du Sacré-Cœur en 1929.

[29] Gen. II, 24 ; Eph. V, 31.

[30] Cant. IV, 9.

[31] Eph. V, 32.

[32] I Cor. XI, 3.

[33] In Johan. Hom. 84, cf. Matines avant 1929, leçon 8.

[34] In Johan. Tract, CXX, cf. Matines avant 1929, leçon 7.

[35] Isai. II, 10.

[36] In Domin. Palm. Serm. IV.

[37] Cant. II, 14.

[38] Jerem. XLVIII, 28.

[39] Exod. XXXIII, 22.

[40] In Cant. Serm. LXI.

[41] I Reg. XVIII, 10-11.

[42] I Cor. X, 4.

[43] Lignum vitæ.

[44] LE HÉRAUT DE L’AMOUR DIVIN, Livre IV, c. 4.

[45] Préface des Révélations de sainte Gertrude traduites sur la nouvelle édition latine des Bénédictins de Solesmes.

[46] Apoc. XII, 4.

[47] Ose. XI, 4.

[48] I Cor. I, 27.

[49] Canonisée en 1920.

[50] Vie de la Bienheureuse écrite par elle-même.

[51] Luc. II, 34.

[52] Béatifié en 1909, canonisé en 1925.

[53] Le Cœur admirable de la T. Sacrée Mère de Dieu, Epître dédicatoire. Le séminaire des Eudistes à Caen, pour lequel fut bâtie cette église ou chapelle, est aujourd’hui l’Hôtel-de-Ville.

[54] Béatifié en 1929 et canonisé en 1992.

[55] Tit. III, 4.

[56] Jerem. II, 13.

[57] Ose. XI, 4.

[58] Johan. IV, 14.


Bhx Cardinal Schuster, Liber Sacramentorum

Les origines de cette fête [59] sont toutes semblables à celles de la fête du Très Saint Sacrement. Le symbolisme du côté de Jésus, ouvert par la lance de Longin et d’où jaillirent le sang et l’eau, est déjà connu par les anciens Pères de l’Église ; saint Augustin et saint Jean Chrysostome ont des pages splendides sur les divins Sacrements, nés du Cœur aimant du Rédempteur, et sur l’Église qui, rayonnante de jeunesse, sort du côté du nouvel Adam endormi sur la Croix.

La tradition patristique fut conservée et développée par les soins de l’école ascétique bénédictine ; aussi, quand, au XIIe siècle, le saint abbé de Clairvaux orienta enfin la piété mystique de ses moines vers un culte tout à fait spécial rendu à l’humanité du Sauveur, on peut dire que la dévotion au Sacré-Cœur, au sens que maintenant lui attribue la sainte liturgie, était déjà née. De la simple méditation sur les plaies de Jésus, l’école bénédictine était passée à la dévotion particulière pour celle du côté, et à travers le flanc transpercé par la lance de Longin, elle avait pénétré dans l’intime du Cœur, blessé lui aussi par la lance de l’amour.

Le Cœur de Jésus représente, pour saint Bernard, ce creux du rocher où l’Époux divin invite sa colombe à chercher un refuge. Le fer du soldat est arrivé jusqu’au Cœur du Crucifié pour nous en dévoiler tous les secrets d’amour. Il nous a, en effet, révélé le grand mystère de sa miséricorde, ces entrailles de compassion qui l’ont induit à descendre du ciel pour nous visiter [60].

Les disciples de saint Bernard développaient merveilleusement la doctrine mystique du Maître, quand intervinrent les grandes révélations du Sacré-Cœur de Jésus à sainte Lutgarde (+ 1246), à sainte Gertrude et à sainte Mechtilde.

Un jour, le Seigneur échangea son Cœur avec celui de sainte Lutgarde ; et une nuit que la sainte, malgré la maladie, s’était levée pour l’office vigilial, Jésus, pour la récompenser, l’invita à approcher ses lèvres de la blessure de son Cœur, où Lutgarde puisa une telle suavité spirituelle que, par la suite, elle éprouva toujours force et douceur au service de Dieu.

Vers 1230 survint la célèbre révélation du Sacré-Cœur à cette illustre Mechtilde de Magdebourg qui, plus tard, fit partie de la communauté d’Helfta où vivaient sainte Gertrude et sainte Mechtilde.

« Dans mes grandes souffrances, écrit-elle, Jésus me montra la plaie de son Cœur et me dit : Vois quel mal ils m’ont fait ! »

Cette apparition l’impressionna vivement, d’autant plus que dès lors la pieuse religieuse ne cessa de contempler ce Cœur affligé et outragé, mais qui, en même temps, lui apparaissait semblable à une masse d’or embrasé, placé à l’intérieur d’une immense fournaise. Jésus approcha le cœur de Mechtilde du sien, pour qu’elle vécût d’une même vie que Lui.

Quand la Providence conduisit à Helfta la pieuse extatique de Magdebourg, ce fat pour la rapprocher de deux autres filles de saint Benoît, Gertrude et Mechtilde, qui avaient été favorisées de dons semblables. Le caractère particulier de la dévotion de sainte Gertrude pour le Verbe Incarné brille spécialement dans sa tendre dévotion au Sacré-Cœur, qui, pour elle, est le symbole de l’amour du Crucifié, et une sorte de sacrement mystique par lequel la Sainte participe aux sentiments de Jésus en même temps qu’à ses mérites.

Un jour que Gertrude est invitée par saint Jean à reposer avec lui sur le Cœur sacré du Seigneur, elle demande à l’Évangéliste pourquoi il n’a pas révélé à l’Église les délices et les mystères d’amour goûtés par lui à la dernière Cène, quand il appuya sa tête sur la poitrine du Divin Maître. Jean répond que sa mission avait été de révéler aux hommes la nature divine du Verbe, tandis que le langage d’amour exprimé par les battements du Sacré-Cœur entendus par lui devait représenter la révélation des derniers temps, alors que le monde, vieilli et refroidi, aurait besoin de se réchauffer au moyen de ce mystère d’ardente charité.

Gertrude comprit que l’apostolat du Sacré-Cœur de Jésus lui était confié à elle-même, et c’est pourquoi, par ses paroles et dans ses livres, elle écrivit toute la théologie, pour ainsi dire, de cette blessure divine et sacrée, en propageant avec ardeur la dévotion. Dans cette mission évangélisatrice, elle eut pour compagne la pieuse cantrix Mechtildis, qui avait été semblablement invitée par le Seigneur à établir sa demeure dans la plaie de son Cœur. Comme sa compagne, sainte Mechtilde mit elle aussi par écrit ses révélations, où elle compare le Sacré-Cœur tantôt à une coupe d’or où se désaltèrent les saints, tantôt à une lampe lumineuse, tantôt à une lyre qui répand dans le ciel ses douces harmonies. Un jour Jésus et Mechtilde échangèrent leurs cœurs, et dès lors il sembla à la Sainte que c’était les battements du Cœur de son divin Époux qu’elle sentait en elle.

Les révélations des deux extatiques de Helfta furent très favorablement accueillies, surtout en Allemagne, c’est-à-dire dans un milieu déjà résolument orienté vers le Cœur de Jésus, grâce à la précédente influence de l’école bénédictine. Les écrivains de la famille dominicaine et franciscaine suivirent eux aussi avec ardeur ce mouvement, et retendirent, surtout grâce à saint Bonaventure, au bienheureux Henri Suso, à sainte Catherine et à saint Bernardin de Sienne. On arrive ainsi jusqu’au temps de sainte Françoise Romaine, qui, dans ses révélations sur le Sacré-Cœur, où elle se plonge elle aussi comme dans un océan embrasé d’amour, ne fait qu’accentuer l’orientation ascétique de l’ancienne école mystique des fils de saint Benoît. L’action de la fondatrice du monastère Turris Speculorum à Rome demeura, il est vrai, circonscrite au milieu romain ; mais elle représente un des plus précieux anneaux de toute une chaîne de saints et d’écrivains ascétiques qui, en Allemagne, en Belgique et en Italie, préparèrent les âmes aux grandes révélations de Paray-le-Monial. Quand enfin celles-ci furent communiquées aux fidèles, grâce surtout au bienheureux Claude de La Colombière et au P. Croiset, le triomphe du Cœur de Jésus et du règne de son amour fut désormais assuré à la dévotion catholique. Les fils de saint Ignace se consacrèrent avec un zèle particulier à cette forme nouvelle d’apostolat du Sacré-Cœur. En 1765, le pape Clément XIII approuva un office en l’honneur du Sacré-Cœur de Jésus, mais il fut concédé seulement à quelques diocèses. En 1856, Pie IX sur l’esprit duquel avait grandement influé l’illustre restaurateur de l’Ordre bénédictin en France, Dom Guéranger, rendit cette fête obligatoire pour l’Église universelle. En 1889, Léon XIII l’éleva au rite double de première classe.

Quand, en 1765, Clément XIII autorisa le culte liturgique du Sacré-Cœur de Jésus, s’accomplit une prédiction faite trente ans auparavant par la pieuse abbesse de Saint-Pierre de Montefiascone, Maria Cecilia Bai. Le Seigneur, montrant son Cœur à cette servante de Dieu, lui avait dit : « Un jour viendra, où le culte de mon Cœur s’étendra triomphalement dans l’Église militante, et cela grâce à la fête solennelle qu’on en célébrera, avec l’office du Sacré-Cœur » [61]. « Toutefois, ajoutait la pieuse Bénédictine, je ne sais si cela arrivera de nos temps ».

Elle fut d’ailleurs assez heureuse pour voir enfin ce jour désiré, et elle se souvint certainement alors de ces autres paroles qu’elle avait entendues de son divin Époux plusieurs années auparavant : « Un temps viendra où tu seras très agréable à mon Cœur en le faisant adorer et connaître d’un grand nombre de personnes au moyen du culte et des actes de dévotion qui lui sont dus ».

En 1899, Léon XIII publia une Encyclique où il prescrivait à tout l’univers catholique de se consacrer au Cœur sacré de Jésus. Le Pontife s’était décidé à cet acte après un ordre formel qu’une pieuse supérieure du Bon-Pasteur d’Oporto, sœur Marie Droste zu Vischering, disait avoir reçu du divin Rédempteur lui-même pour qu’il fût communiqué au Pape. La révélation privée présentait d’ailleurs tous les caractères de l’authenticité, et l’esprit de la religieuse avait déjà été éprouvé par le sage abbé de Seckau, Dom Ildephonse Schober. C’est ainsi que Dom Hildebrand de Hemptinne, abbé de Saint-Anselme sur l’Aventin, prit l’affaire en mains et présenta la supplique de la religieuse à Léon XIII. Le 9 juin 1899, alors que les cloches de toutes les églises du monde chrétien annonçaient la fête du Sacré-Cœur et le nouvel acte de consécration prescrit par le Pape, la voyante d’Oporto rendait son âme très pure à Dieu, en témoignage de l’accomplissement de sa mission terrestre.

Dernièrement, la fête du Sacré-Cœur recevait de Pie XI un surcroît d’importance et d’honneur puisqu’on lui accordait le privilège de l’octave, réservé aux plus grandes solennités du Seigneur. Fut-ce simple coïncidence ou mystérieuse disposition de Dieu ? La nouvelle liturgie romaine pour l’octave de la fête du Sacré-Cœur fut approuvée par le Pape en même temps que le fameux Concordat qui met fin à la si funeste Question romaine. A la même époque, le « parfait ami du divin Cœur », le P. de la Colombière, est inscrit solennellement au catalogue des bienheureux, et Pie XI, quelques semaines plus tard, sort enfin du Vatican, portant en triomphe Jésus-Eucharistie, au milieu d’un glorieux cortège de ministres sacrés au nombre de sept mille.

L’hérésie qui caractérise l’esprit de la société actuelle pourrait être à bon droit appelée laïcisme, en tant qu’elle veut abaisser le divin et le surnaturel au niveau des institutions humaines, et qu’elle tente de faire entrer l’Église dans l’orbite des forces de l’État. En face du judaïsme et de la maçonnerie qui s’obstinent toujours dans leur haine furieuse contre Jésus : Toile, toile, crucifige, les catholiques contaminés par ce laïcisme et ce libéralisme cherchent, comme Pilate, un juste milieu et ils sont prêts à renvoyer le Christ absous, pourvu qu’auparavant Il se soit laissé arracher le diadème royal qui ceint son front, et qu’il se contente de vivre en sujet de la divinité de César.

Contre cette double insulte sacrilège, le Pontife suprême proteste à la face du ciel et de la terre qu’il n’y a pas d’autre Dieu que le Seigneur, et il institue la double fête du Christ-Roi et de l’Octave du Sacré-Cœur. L’une est la solennité de la puissance, l’autre celle de l’amour.

Le Bréviaire romain devant s’enrichir d’un office pour l’Octave du Sacré-Cœur, le Souverain Pontife voulut que la liturgie de cette solennité fût entièrement refondue. On sait que l’office du Sacré-Cœur avait autrefois un certain caractère fragmentaire et sporadique, qui reflétait bien l’incertitude des théologiens chargés de sa rédaction. C’était un peu un office de l’Eucharistie, un peu celui de la Passion, sans parler des lectures du troisième nocturne, glanées de-ci de-là dans la Patrologie. Or, Pie XI — qui, sur sa table de travail a toujours devant les yeux une belle statue du Sacré-Cœur, auprès duquel il a coutume de chercher son inspiration quand il traite les affaires de l’Église — a voulu un office parfaitement organique, c’est-à-dire où resplendît l’unité, et qui mît aussi en pleine lumière le caractère spécial de la solennité de la fête du Sacré-Cœur, laquelle ne veut être une répétition ni de celle du Saint-Sacrement ni des offices quadragésimaux de la Passion.

Il nomma donc une commission de théologiens chargés de rédiger le nouvel office ; mais à leurs travaux il présida lui-même ; en sorte qu’après un semestre d’études, à l’aurore de son jubilé sacerdotal, Pie XI a pu offrir au monde catholique la nouvelle messe et l’office pour l’Octave du Sacré-Cœur.

La pensée qui domine toute la composition est celle qu’exprima Jésus Lui-même quand, par l’intermédiaire de sainte Marguerite-Marie, Il demanda à la famille catholique l’institution de cette fête : « Voici le Cœur qui a tant aimé les hommes, et qui en est si peu aimé ! »

Il s’agit donc d’une fête de réparation envers l’Amour qui n’est pas aimé ; réparation qui fait d’ailleurs amende honorable en glorifiant les pacifiques triomphes de cet Éternel Amour.

L’introït emprunte son antienne aux versets 11 et 19 du psaume 32. « Les desseins de son Cœur passent d’âge en âge pour arracher les âmes à la mort et soutenir leur vie durant la famine ».

Suit le premier verset du même psaume : « O justes, chantez au Seigneur, car c’est à ceux qui sont bons que convient sa louange ».

La magnifique préparation du plan de la rédemption à travers les longs siècles qui l’ont précédée, puis les dix-neuf qui maintenant la réalisent, l’étendant à tous les âges et à tous les peuples, chantent comme un hymne de gloire au Cœur de Dieu qui fut le grand artisan de cette généreuse et gratuite réparation du genre humain.

Parmi les multiples aspects de cette rédemption, le Psalmiste en met ici deux surtout en évidence, dans lesquels resplendit d’une façon spéciale l’excès du divin amour. Ce sont : la délivrance de l’homme de la mort éternelle grâce à la mort de Jésus, et l’institution de la divine Eucharistie.

La collecte apparaît, au point de vue littéraire, un peu surchargée, mais elle contient de belles pensées : « Seigneur qui avez miséricordieusement daigné nous accorder d’infinis trésors d’amour dans le Cœur de votre Fils, transpercé par nos péchés ; faites, tandis que nous lui offrons l’hommage dévot de notre piété, qu’en même temps nous présentions une digne réparation pour nos fautes ».

Le but de la solennité de ce jour est donc double : tandis que nous offrons notre tribut d’amour à ce Cœur qui, en raison de son excellence et de l’union hypostatique, est le centre et le roi de tout autre cœur humain, nous expions en même temps le crime d’avoir transpercé par nos péchés ce Cœur adorable, et de l’avoir couronné des épines de l’ingratitude et du mépris.

Cependant, il faut que les prévaricateurs reviennent à ce Cœur du Verbe incarné ; car c’est dans ce temple et ce trophée de la divine miséricorde, que Dieu a déposé pour les hommes des trésors infinis de sagesse, de science et surtout d’amour.

La première lecture est tirée de la lettre aux Éphésiens (III, 8-15). L’Apôtre a reçu la mission spéciale de révéler à l’Église les prérogatives du Christ, considéré surtout comme Chef de la famille humaine et Pontife de la béatitude future. C’est pourquoi saint Paul plie le genou et il supplie le Seigneur pour ses chers fidèles d’Éphèse, afin qu’eux aussi soient initiés avec lui à la science intérieure du Christ, et que, par la grâce du Saint-Esprit, eux aussi la comprennent et en vivent à l’égal de tous les autres saints. Cette science et cette vie se résument en un seul mot : l’amour — cet amour qui remplit l’âme de la plénitude de Dieu.

Le répons-graduel est emprunté au psaume 24, 8-9. « Le Seigneur est bon et droit, c’est pourquoi il indique la voie à ceux qui sont errants. Il guide les doux dans la justice, et il enseigne ses voies à ceux qui sont dociles ». — Tel est le motif de l’œuvre de la rédemption des hommes : le Seigneur est amour, et en descendant jusqu’à nous il a moins considéré notre indignité que son amour qui mérite bien tout le nôtre.

Pour que nous puissions convenablement aimer Dieu, il fallait que d’abord Il nous rachetât, afin que l’Amour célébrât ses pacifiques triomphes sur nous et érigeât parmi les hommes le siège de son magistère. Un magistère donc d’humilité, de douceur et de condescendance, pour montrer par ces qualités la vérité de sa nature humaine, semblable à la nôtre, tandis que, par sa charité toute-puissante, Il exalte sa nature divine, consubstantielle au Père.

Le verset alléluiatique est emprunté à saint Matthieu, XI, 29, et il est, en quelque sorte, appelé par le second verset du graduel, où le Psalmiste décrit les caractères des futurs disciples du divin Maître. Maintenant c’est Jésus lui-même qui nous dit dans l’Évangile : « Prenez sur vous mon joug et apprenez de moi que je suis doux et humble de Cœur et vous trouverez la paix pour vos âmes ».

Paix, félicité et sainteté sont donc synonymes, car seuls les saints tarissent en eux-mêmes la source des inquiétudes de la vie, pour se désaltérer abondamment aux eaux de la joie, aux sources du Sauveur. Ce qui rend la vie pénible ne vient pas tant de la vie elle-même que de la fièvre de l’amour-propre qui nous fait trouver amer tout ce qui n’est pas conforme à notre goût.

Or, le remède qui guérit cette fièvre, c’est l’humble et entière sujétion au bon plaisir divin, selon le sublime modèle que nous offre le Cœur sacré de Jésus.

Aux messes votives après la Septuagésime, au lieu du graduel et du verset alléluiatique, on dit le trait (Ps. 102, 8-10) : « Le Seigneur est compatissant et indulgent ; patient et plein de bonté. Il n’est pas sans cesse à disputer, et il ne garde pas de continuelle rancune. Il ne nous a pas traités selon nos péchés, et il ne nous a pas payés comme le méritaient nos iniquités ».

La raison intime de cet excès de miséricorde envers nous, alors que c’est sur Lui seul que la justice s’est exercée par la satisfaction rigoureuse qu’il a donnée à la divine Majesté au moyen de sa terrible passion, c’est l’amour infini de Jésus.

Durant le temps pascal, au verset alléluiatique ci-dessus on ajoute : « Alléluia ». (Matth., XI, 28) : « Venez à moi, vous tous qui souffrez et êtes las, et je vous réconforterai ».

Jésus invite donc l’humanité tout entière à chercher un asile de doux repos dans son Cœur. Mais pourquoi sommes-nous tous tourmentés et las ? Saint Augustin nous le dit : à cause de notre vie mortelle elle-même, vie fugitive et sujette à de nombreuses tentations, où nous portons le trésor de la foi dans le vase fragile de notre humanité. Une telle condition nous afflige, mais la douce invitation de Jésus nous console. Il est même vain, en ce monde, d’espérer un autre réconfort, car, comme le dit fort bien un antique logion évangélique, rapporté par Origène et par Didyme l’aveugle : « Celui qui s’approche de moi s’approche du feu, tandis que celui qui s’éloigne de moi s’éloigne du royaume ». Cette parole d’or, prononcée par le divin Sauveur, et qui nous a été transmise par la tradition des Pères, garantit par sa beauté même son authenticité, et paraît bien digne d’être jointe à l’autre logion qui nous a été conservé par saint Paul : « Jésus a dit : Il est meilleur de donner que de recevoir ».

La lecture évangélique est empruntée à saint Jean (XIX, 31-37) et décrit, avec le brisement des jambes des deux larrons, l’ouverture du côté de Jésus mort. De cette blessure jaillirent le sang et l’eau, pour symboliser les sacrements dans lesquels l’Église naît et est nourrie. C’est le Nouveau Testament dans le sang. Jean, qui exerce à la fois les fonctions d’écrivain et de témoin, veut montrer aux fidèles la continuité du plan divin dans l’ancienne et dans la nouvelle alliance, et cite dans ce but les prophéties qui reçurent leur accomplissement sur le Golgotha après la mort de Jésus.

On ne devait briser aucun des os de l’Agneau pascal, parce que l’immolation de la Victime divine ne fut pas suivie de la décomposition de son corps dans le tombeau, mais au contraire de la gloire de la résurrection. De plus, bien que Jésus dans la sainte Communion soit pris en nourriture par les fidèles, il n’est pas consommé pour cela. Nec sumptus consumitur [62], et l’Agneau, même après que les fidèles s’en sont nourris, demeure vivant, glorieux et entier.

Il existe aussi une autre prophétie (Zach., XII, 10) à laquelle se réfère plusieurs fois saint Jean : Les peuples contempleront Celui qu’ils ont transpercé.

Le caractère de cette vision du Cœur transpercé de Jésus varie suivant les dispositions de celui qui le regarde. Pour les impies, au jugement dernier, la vision de ce Cœur aimant et qu’ils n’ont pas aimé, bienfaisant, et pour cela méprisé, sera le sujet d’une affreuse terreur ; tandis qu’au contraire les bons, en voyant ce Cœur rayonnant des flammes de la charité, gage et monument perpétuel d’une miséricorde infinie, sacrement et signe sensible de l’amour divin éternel et invisible, se sentent brûler d’amour, mettent en lui toute leur espérance, et établissent en lui leur mystique demeure.

Le passage de l’Évangile lu en ce jour a été commenté avec élégance par Paulin d’Aquilée [63] (+ 802) :

Quando se pro nobis sanctum

Fecit sacrificium,

Tunc de lateris fixura

Fons vivus elicuit ;

De quo mystice fluxerunt

Duo simul flumina :

Sanguis nam redemptionis

Et unda baptismatis. [64]

L’antienne pour l’offertoire est la même qu’au dimanche des Rameaux (Ps. 68, 21). « L’opprobre et la douleur me brisent le Cœur. J’attendais la compassion, et il n’y en eut point ; quelque consolateur, et je ne l’ai pas trouvé ».

Beaucoup plus atroces que les souffrances physiques furent les peines morales endurées par le Sauveur durant sa passion alors que, s’étant chargé du poids des fautes des hommes, et ayant été condamné à mort par le Sanhédrin, il demeura comme écrasé sous l’angoisse de la malédiction lancée par Dieu le Père contre le péché.

Quel déchirement dans ce Cœur ! Même alors, il est vrai, son âme jouissait de la claire vision de Dieu qu’il contemplait, mais en même temps, il voyait ce Dieu si bon et si aimable offensé de mille manières par les hommes, ses frères cadets. Il sentait que le péché avait dressé comme une muraille entre le Créateur et la créature, c’est pourquoi, en vertu d’un juste jugement de Dieu, son humanité, abandonnée aux outrages, aux tourments et à la mort ignominieuse de la Croix, entonna le mystérieux cantique : Heli, Heli, lamma sabacthani [65].

En souffrant pour nous, Jésus a voulu que nous nous assimilions à notre tour sa Passion bénie, la revivant par la foi et par les œuvres de la mortification chrétienne. C’est là le soulagement et la consolation qu’il demande dans le psaume 68. Il lui faut des âmes. Aujourd’hui encore, il veut des âmes victimes, qui, avec Lui, portent le poids de l’expiation des péchés du monde. Mais hélas ! Qu’elles sont rares ces âmes entièrement vouées à l’immolation et à l’expiation !

Aux messes votives durant le temps pascal, cette antienne si mélancolique de l’offertoire est remplacée par la suivante qui exalte au contraire l’excellence du sacrifice du Christ sur toutes les oblations de l’Ancienne Loi : (Ps. 39, 7-9) : « Tu ne demandes ni holocauste ni oblation ; alors je dis : Voici que je viens. Dans un livre il m’est prescrit de faire ce qui te plaît, ô mon Dieu, mon bien-aimé, et ta loi est gravée dans mon Cœur. Alléluia ».

Les sacrifices de l’Ancienne Loi cessèrent de plaire à Dieu quand arriva enfin la plénitude des temps, où devait être accompli ce que ces anciens rites ne faisaient qu’annoncer. Alors vint le Verbe incarné, pour offrir un holocauste qui seul était digne de Dieu. Et comme toute offrande doit toujours s’accomplir selon un cérémonial et un rite agréable à la Divinité, Jésus vécut et s’immola durant trente-trois années conformément à ce que le Père éternel avait prescrit pour Lui dans les Livres saints de l’Ancienne Alliance.

La prière précédant l’anaphore est la suivante : « Ayez égard, Seigneur, à l’ineffable charité du Cœur de votre fils bien-aimé, afin que notre oblation Vous soit agréable et expie convenablement nos fautes. Par notre Seigneur ».

Il est de nouveau fait allusion ici à la double signification de la solennité de ce jour. Avant tout, c’est une fête d’expiation envers l’Amour non aimé et méprisé ; et c’est pourquoi nous unissons notre amende honorable à ce même Amour qui, dans le Sacrifice eucharistique, expie pour nous.

En outre, c’est une célébration d’action de grâces et de triomphe du Cœur très saint de Jésus. Pour ce motif, nous offrons ce même Cœur eucharistique, afin que, perpétuant sur nos autels l’hymne d’action de grâces entonné jadis avec les Apôtres dans le Cénacle, — Tibi gratias agens [66], — l’Amour incarné et immolé soit Lui-même le remerciement de l’humanité à l’Éternel Amour.

Il faut noter avec une véritable satisfaction la tendance récente du Saint-Siège, à pourvoir les messes les plus insignes d’une préface propre. Après celle des défunts, de saint Joseph, du Christ-Roi, voici aujourd’hui celle du Sacré-Cœur de Jésus. On revient de la sorte à l’antique tradition latine, représentée surtout par les Sacramentaires romains, où chaque solennité avait sa préface. Actuellement la liturgie milanaise est seule demeurée fidèle à son antique tradition ; mais il faut espérer que, tôt ou tard, comme il advint sous Pie X pour le chant grégorien, Rome admettra de nouveau dans son missel ces anciennes et si belles préfaces des Sacramentaires dits de Léon le Grand, de Gélase Ier et de Grégoire le Grand, lesquelles, sans que l’autorité soit intervenue, se sont comme perdues dans les manuscrits durant les longs siècles du bas moyen âge. « ... Vous qui avez voulu que votre Fils unique, encore suspendu à la Croix, fût transpercé par la lance du soldat, afin que son Cœur, sanctuaire des richesses divines, étant ouvert, il répandît sur nous des torrents de miséricorde et de grâce. Il avait vraiment toujours brûlé d’amour pour nous, mais c’est surtout alors qu’il prépara un tranquille refuge pour les bons, et que les pénitents virent s’ouvrir devant eux l’asile du salut. C’est pourquoi.. ».

L’antienne pour la Communion, conformément à la règle, est tirée de la lecture de l’Évangile (Ioan., XIX, 34) : « Un des soldats lui ouvrit le côté avec sa lance, et aussitôt il en jaillit du sang et de l’eau ».

La signification spéciale de ce sang et de cette eau nous est expliquée dans l’antienne suivante pour la Communion durant le cycle pascal (Ioan., VII, 37) : « Que celui qui a soif vienne à moi et qu’il boive. Alléluia ».

Comme le breuvage que nous prenons s’incorpore à nous et se change en notre sang, ainsi les trésors de la rédemption qui nous sont conférés dans les sacrements deviennent notre bien, notre patrimoine spirituel, en tant qu’ils nous unissent et nous incorporent mystiquement au Christ, qui est le Chef du Corps de l’Église.

Toutefois ces eaux d’éternelle rédemption sont promises seulement à celui qui en est avide, parce que la grâce de Dieu est offerte avec amour comme un don, mais n’est pas imposée violemment comme un enrôlement obligatoire. C’est pourquoi le saint cardinal André Ferrari disait fort justement aux petits enfants de Milan : Se sauve qui veut.

Après la Communion : « Que vos mystères sacrés, Seigneur, nous confèrent cette divine ferveur si nécessaire pour goûter la suavité de votre Cœur très doux ; afin que nous apprenions à mépriser les choses de la terre et à aimer celles du ciel ».

Quand on a une fois goûté Dieu, tous les biens créés deviennent insipides et fastidieux. Mais, pour goûter Dieu, nous avons besoin de ce don spécial de piété, qui, lui-même, est une grâce du Saint-Esprit. Il ne mérite pas, en effet, de goûter Dieu, celui qui cherche ses délices en dehors de Lui ; aussi la sainte liturgie demande aujourd’hui, fort à propos, ce don, après que la participation aux mystères de la mort du Seigneur a imprimé dans notre cœur les stigmates de la Passion de Jésus, nous consacrant ainsi à une vie de mortification et d’immolation.

Aux louanges du Sacré-Cœur, exprimées par les Pères de l’Église latine, nous ajouterons aujourd’hui celles de l’Église byzantine :

Ton côté qui apporte la vie,

Pareil à la source qui jaillissait de l’Éden,

Arrose Ton Église, ô Christ,

Comme un jardin spirituel.

Ensuite elle se divise

Comme d’un tronc unique, en quatre Évangiles.

Elle arrose le monde.

Réjouit la création ;

Elle enseigne aux peuples

A adorer ton règne avec foi.

[59] Dans le Liber Sacramentorum, la fête du Sacré Cœur se trouve encore au cycle sanctoral, le traducteur en donne la raison : « Conformément aux dernières rubriques, cette fête devrait se trouver au Propre du Temps, entre le IIe et le IIIe dimanche après la Pentecôte. Le tome III du Liber Sacramentorum avait déjà paru quand cette décision de la S. C. des Rites a été promulguée. Nous conservons donc à la fête du Sacré-Cœur la place qu’elle occupait dans les anciennes éditions du Missel, tout en substituant au précédent le nouveau texte de la messe (N. du T.) ».

[60] In Cantic. Serm. 61, n. 3-4. P. L., CLXXXIII, col. 1071-72.

[61] Cf. U. Berlière, La dévotion au Sacré-Cœur dans l’Ordre de Saint-Benoît. Paris, 1923.

[62] St Thomas d’Aquin, séquence de la Messe de la Fête-Dieu, « on s’en nourrit sans le consumer ».

[63] Cf. A. Willart, L’Hymne de Paulin sur Lazare dans un manuscrit d’Autun, Rev, Bénéd., XXXIV, 1922, p. 42.

[64] « Quand il se fit pour nous Sacrifice, alors de la blessure de son côté une source vive sortit ; d’elle coulèrent en même temps et mystiquement deux fleuves : le sang de la rédemption et l’eau du baptême ».

[65] « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’avez-vous abandonné », Ps. 21.

[66] « Et Vous rendant grâce », cf. Luc. 17, 16 & I Cor. 11, 24.



Dom Pius Parsch, le Guide dans l’année liturgique

Un soldat ouvrit son côté et il sortit du sang et de l’eau.

La fête du Sacré-Cœur de Jésus a été élevée d’un degré ; elle a été pourvue d’une Octave ; elle est passée au rang des fêtes primaires. En outre, on lui a donné un nouveau formulaire de messe et un nouvel office. La proximité de la fête du Saint-Sacrement nous indique qu’on la considère comme une continuation de cette fête. L’objet de la fête du Sacré-Cœur, c’est l’amour sans borne que l’Homme-Dieu porte dans son cœur pour nous et qu’il manifeste, d’une manière particulière, dans sa Passion ainsi que dans la merveille de l’Eucharistie.

L’amour, la Passion et le corps de Jésus, telles sont au reste les principales pensées de la fête, à la messe et au bréviaire. Le mystère de la fête a été approfondi par les nouveaux textes. On pourrait l’exprimer liturgiquement à peu près en ces termes : « C’est le mystère de la plénitude que nous avons dans le Christ ». Cette plénitude s’écoula dans sa mort rédemptrice. C’est pourquoi le transpercement du divin cœur sur la Croix est considéré comme le symbole de l’ouverture des « sources du Sauveur ». C’est l’image dominante de la fête. Nous la trouvons non seulement à l’Évangile, mais encore à la Communion, ainsi que dans les antiennes du jour, le matin et le soir.

1. La messe (Cogitationes). — A l’Introït, l’Église nous met devant les yeux l’Image du Rédempteur. Elle ne le nomme pas, elle en parle comme de quelqu’un qui est bien connu. « Les pensées de son cœur... » Toutes ses pensées ont pour objet la Rédemption de l’humanité. Il veut ressusciter ceux qui sont morts de la mort spirituelle ; il veut rassasier les affamés. A ces paroles de l’Église la communauté répond par un chant d’allégresse et de louange (Ps. 32). Si nous tenons compte de tout le psaume, le Seigneur se présente devant nous comme le Bon Pasteur dans la nature et la surnature [67]. C’est lui qui conduit le troupeau des étoiles dans les prairies du ciel ; c’est lui aussi qui anéantit les plans des ennemis de Dieu. Ainsi donc l’Introït nous présente une image du Sacré-Cœur qui est conforme à la conception chrétienne antique.

L’oraison comprend deux demandes de l’Église ; pour les bons, le dévouement et la fidélité au Christ dont le cœur renferme « des trésors infinis d’amour » ; pour les pécheurs, « une digne satisfaction » (Or.).

L’Épître, d’une si grande profondeur, nous permet, sous la conduite de l’Apôtre des nations, de jeter un regard sur ces trésors infinis de l’amour. Saint Paul, ou plutôt l’Église, est appelée à ouvrir aux hommes ces trésors du cœur divin. Elle le fait de deux manières, par l’enseignement (avant-messe), et par la grâce (au Saint-Sacrifice). La fête du cœur de Jésus, mais aussi toute la liturgie, est consacrée à cette tâche. Toutes les fêtes de l’année liturgique « annoncent la richesse insondable du Christ ». Plus encore dans l’Eucharistie jaillit le sang divin qui coule du cœur transpercé. C’est donc une prière efficace que notre Mère l’Église adresse, à genoux, au « Père de Notre Seigneur Jésus-Christ ». Cette prière contient trois demandes : a) que nous affermissions notre vie intérieure ; b) que le Christ habite par la foi dans notre Cœur ; c) que nous nous enracinions et soyons fondés dans l’amour.

Après nous avoir montré, dans l’Introït, l’image du Rédempteur, l’Église veut, dans l’Épître, nous montrer l’effet de la Rédemption. Le Graduel exprime les sentiments de la communauté en face de ces vérités ; à l’Alléluia, elle a encore devant les yeux l’image du Rédempteur si humain et si proche. Il nous semble voir s’avancer le Seigneur chargé de sa Croix. Il se tourne vers nous et nous dit : « Prenez mon joug sur vous ».

L’Évangile nous transporte sur le Calvaire et nous sommes témoins du transpercement du cœur divin. Nous connaissons déjà le symbolisme de ce transpercement. Nous pouvons encore le méditer plus profondément. L’ouverture du côté du Christ signifie, d’après saint Augustin, la fondation de l’Église. L’Église, comme une seconde Ève, a été prise du côté du second Adam. En tant qu’ « aide » et Épouse, elle connaît les secrets de son Cœur. Elle a été arrosée de l’eau (baptême) et du sang (Eucharistie) qui coulent du côté de son Époux.

A l’Offertoire, l’Église veut entrer dans le sacrifice du Christ ; c’est pourquoi elle fait siennes ses lamentations. Le cœur de l’Église se fond intimement avec le cœur du Seigneur. La participation à la Passion du Christ est la glorification de son corps mystique.

Le sacrifice d’amour jette ses flammes dans la Préface qui est entièrement nouvelle : « Tu as voulu que ton Fils unique suspendu à la Croix fût transpercé par la lance du soldat, afin que le sanctuaire de la divine munificence nous versât les flots de miséricorde et de grâce, afin que ce cœur, qui ne cesse jamais de brûler d’amour pour nous, soit pour les personnes pieuses un lieu de repos et ouvre aux pénitents un refuge salutaire ».

Maintenant encore, dans le Saint-Sacrifice, l’Époux ensanglanté communique à son Épouse les trésors de son cœur, afin qu’elle soit une « plénitude ».

A la Communion, nous voyons encore l’image de la Croix. L’Église veut nous dire par-là que l’Eucharistie a son origine dans le côté ouvert du Seigneur... Pour conclure, nous adressons nos prières au Christ lui-même ; nous lui demandons que la sainte communion achève en nous la Rédemption : « Que nous apprenions à mépriser les choses terrestres et à aimer les choses célestes ».

2. L’office des Heures. — Le grand mystique, saint Bonaventure, nous parle du Sacré-Cœur : « Puisque nous sommes venus au très doux cœur de Jésus et qu’il est bon pour nous d’y demeurer, ne nous écartons pas de lui, parce qu’il est écrit : « Ceux qui s’écartent de toi seront inscrits dans la poussière » [68]. Mais qu’adviendra-t-il de ceux qui se donnent à lui ? Toi-même, Seigneur, tu nous instruis à ce sujet, car tu as dit à ceux qui s’approchaient de toi : « Réjouissez-vous, car vos noms sont inscrits dans le ciel » [69]. Nous voulons donc nous approcher de toi et tressaillir d’allégresse et, au souvenir de ton cœur, nous réjouir en toi. Oh ! Qu’il est bon et agréable d’habiter dans ce Cœur ! C’est un bon trésor, une précieuse perle que ton cœur, ô bon Jésus. Qui rejetterait cette perle ? Bien plutôt j’abandonnerai toutes les perles, j’échangerai mes pensées et mes affections et je me la procurerai ; je jetterai toute mon intelligence dans le cœur de Jésus et n’aurai aucune déception ; il me nourrira ».

[67] Le Ps. 32 a été introduit au nouvel Office au 1er Nocturne des Matines

[68] Jér., XVII, 13.

[69] Luc, X, 20.



Solemnity of The Sacred Heart of Jesus

Devotion to the Sacred Heart of Jesus goes back at least to the 11th century, but through the 16th century, it remained a private devotion, often tied to devotion to the Five Wounds of Christ. The first feast of the Sacred Heart was celebrated on August 31, 1670, in Rennes, France, through the efforts of Fr. Jean Eudes (1602-1680). From Rennes, the devotion spread, but it took the visions of St. Margaret Mary Alacoque (1647-1690) for the devotion to become universal.

In all of these visions, in which Jesus appeared to St. Margaret Mary, the Sacred Heart of Jesus played a central role. The “great apparition,” which took place on June 16, 1675, during the octave of the Feast of Corpus Christi, is the source of the modern Feast of the Sacred Heart. In that vision, Christ asked St. Margaret Mary to request that the Feast of the Sacred Heart be celebrated on the Friday after the octave (or eighth day) of the Feast of Corpus Christi, in reparation for the ingratitude of men for the sacrifice that Christ had made for them. The Sacred Heart of Jesus represents not simply His physical heart but His love for all mankind.

The devotion became quite popular after St. Margaret Mary’s death in 1690, but, because the Church initially had doubts about the validity of St. Margaret Mary’s visions, it wasn’t until 1765 that the feast was celebrated officially in France. Almost 100 years later, in 1856, Pope Pius IX, at the request of the French bishops, extended the feast to the universal Church. It is celebrated on the day requested by our Lord—the Friday after the octave of Corpus Christi, or 19 days after Pentecost Sunday.

SOURCE : http://www.ucatholic.com/saints/sacred-heart-2/


Litany of the Sacred Heart of Jesus

Prayer to the Sacred Heart

May Thy Heart dwell always in our hearts!
May Thy Blood ever flow in the veins of our souls!
O sun of our hearts, Thou givest life to all things by the rays of Thy goodness!
I will not go until Thy Heart has strengthened me, O Lord Jesus!
May the Heart of Jesus be the King of my heart!

Blessed be God. Amen.

.Christ, have mercy.

Lord, have mercy.

Christ, graciously hear us.

God, the Father of Heaven, have mercy on us.

God, the Son, Redeemer of the World, have mercy on us.

God, the Holy Ghost, have mercy on us.

Holy Trinity, one God, have mercy on us.

Heart of Jesus, Son of the Eternal Father, have mercy on us.

Heart of Jesus, formed in the womb of the Virgin Mary by the Holy Ghost, have mercy on us.

Heart of Jesus, united substantially with the word of God, have mercy on us.

Heart of Jesus, of infinite majesty, have mercy on us.

Heart of Jesus, holy temple of God, have mercy on us.

Heart of Jesus, tabernacle of the Most High, have mercy on us.

Heart of Jesus, house of God and gate of heaven, have mercy on us.

Heart of Jesus, glowing furnace of charity, have mercy on us.

Heart of Jesus, vessel of justice and love, have mercy on us.

Heart of Jesus, full of goodness and love, have mercy on us.

Heart of Jesus, abyss of all virtues, have mercy on us.

Heart of Jesus, most worthy of all praise, have mercy on us.

Heart of Jesus, king and center of all hearts, have mercy on us.

Heart of Jesus, in whom are all the treasures of wisdom and knowledge, have mercy on us.

Heart of Jesus, in whom dwelleth all the fullness of the Divinity, have mercy on us.

Heart of Jesus, in whom the Father is well pleased, have mercy on us.

Heart of Jesus, of whose fullness we have all received, have mercy on us.

Heart of Jesus, desire of the everlasting hills, have mercy on us.

Heart of Jesus, patient and rich in mercy, have mercy on us.

Heart of Jesus, rich to all who invoke Thee, have mercy on us.

Heart of Jesus, fount of life and holiness, have mercy on us.

Heart of Jesus, propitiation for our sins, have mercy on us.

Heart of Jesus, saturated with revilings, have mercy on us.

Heart of Jesus, crushed for our iniquities, have mercy on us.

Heart of Jesus, made obedient unto death, have mercy on us.

Heart of Jesus, pierced with a lance, have mercy on us.

Heart of Jesus, source of all consolation, have mercy on us.

Heart of Jesus, our life and resurrection, have mercy on us.

Heart of Jesus, our peace and reconciliation, have mercy on us.

Heart of Jesus, victim for our sins, have mercy on us.

Heart of Jesus, salvation of those who hope in Thee, have mercy on us.

Heart of Jesus, hope of those who die in Thee, have mercy on us.

Heart of Jesus, delight of all saints, have mercy on us.

Lamb of God, who takest away the sins of the world, spare us, O Lord.

Lamb of God, who takest away the sins of the world, graciously hear us, O Lord,

Lamb of God who takest away the sins of the world, have mercy on us.

V. Jesus, meek and humble of Heart.

R. Make our hearts like unto Thine.

Let us pray

Almighty and everlasting God, look upon the Heart of Thy well-beloved Son and upon the acts of praise and satisfaction which He renders unto Thee in the name of sinners; and do Thou, in Thy great goodness, grant pardon to them who seek Thy mercy, in the name of the same Thy Son, Jesus Christ, who liveth and reigneth with Thee, world without end.

Amen.

SOURCE : http://www.ucatholic.com/catholicprayers/litany-of-the-sacred-heart-of-jesus/



Devotion to the Sacred Heart of Jesus

The treatment of this subject is divided into two parts:

• Doctrinal explanations

• Historical ideas

Doctrinal explanations

Devotion to the Sacred Heart is but a special form of devotion to Jesus. We shall know just what it is and what distinguishes it when we ascertain its object, its foundations, and its proper act.

Special object of the devotion to the Sacred Heart

The nature of this question is complex and frequently becomes more complicated because of the difficulties arising from terminology. Omitting terms that are over-technical, we shall study the ideas in themselves, and, that we may the sooner find our bearings, it will be well to remember the meaning and use of the word heart in current language.

(a) The word heart awakens, first of all, the idea of a material heart, of the vital organ that throbs within our bosom, and which we vaguely realize as intimately connected not only with our own physical, but with our emotional and moral life. Now this heart of flesh is currently accepted as the emblem of the emotion and moral life with which we associate it, and hence the place assigned to the word heart in symbolic language, as also the use of the same word to designate those things symbolized by the heart. Note, for instance, the expressions "to open one's heart", "to give one's heart", etc. It may happen that the symbol becomes divested of its material meaning that the sign is overlooked in beholding only the thing signified. Thus, in current language, the word soul no longer suggests the thought of breath, and the word heart brings to mind only the idea of courage and love. But this is perhaps a figure of speech or a metaphor, rather than a symbol. A symbol is a real sign, whereas a metaphor is only a verbal sign; a symbol is a thing that signifies another thing, but a metaphor is a word used to indicate something different from its proper meaning. Finally, in current language, we are constantly passing from the part to the whole, and, by a perfectly natural figure of speech, we use the word heart to designate a person. These ideas will aid us in determining the object of the devotion to the Sacred Heart.

(b) The question lies between the material, the metaphorical, and the symbolic sense of the word heart; whether the object of the devotion is the Heart of flesh, as such, or the love of Jesus Christ metaphorically signified by the word heart; or the Heart of flesh, but as symbol of the emotional and moral life of Jesus, and especially His love for us. We reply that worship is rightly paid to the Heart of flesh, inasmuch as the latter symbolizes and recalls the love of Jesus, and His emotional and moral life. Thus, although directed to the material Heart, it does not stop there: it also includes love, that love which is its principal object, but which it reaches only in and through the Heart of flesh, the sign and symbol of this love. Devotion to the Heart of Jesus alone, as to a noble part of His Divine Body, would not be devotion to the Sacred Heart as understood and approved by the Church, and the same must also be said of devotion to the love of Jesus as detached from His Heart of flesh, or else connected therewith by no other tie than that of a word taken in the metaphorical sense. Hence, in the devotion, there are two elements: a sensible element, the Heart of flesh, and a spiritual element, that which this Heart of flesh recalls spiritual element, that which this Heart of flesh recalls and represents. But these two elements do not form two distinct objects, merely co-ordinated they constitute but one, just as do the body and soul, and the sign and the thing signified. Hence it is also understood that these two elements are as essential to the devotion as body and soul are essential to man. Of the two elements constituting the whole, the principal one is love, which is as much the cause of the devotion and its reason for existence as the soul is the principal element in man. Consequently, devotion to the Sacred Heart may be defined as devotion to the adorable Heart of Jesus Christ in so far as this Heart represents and recalls His love; or, what amounts to the same thing, devotion to the love of Jesus Christ in so far as this love is recalled and symbolically represented to us by His Heart of flesh.

(c) Hence the devotion is based entirely upon the symbolism of the heart. It is this symbolism that imparts to its meaning and its unity, and this symbolism is admirably completed by the representation of the Heart as wounded. Since the Heart of Jesus appears to us as the sensible sign of His love, the visible wound in the Heart will naturally recall the invisible wound of this love. This symbolism also explains that the devotion, although giving the Heart an essential place, is but little concerned with the anatomy of the heart or with physiology. Since, in images of the Sacred Heart, the symbolic expression must dominate all else, anatomical accuracy is not looked for; it would injure the devotion by rendering the symbolism less evident. It is eminently proper that the heart as an emblem be distinguished from the anatomical heart: the suitableness of the image is favourable to the expression of the idea. A visible heart is necessary for an image of the Sacred Heart, but this visible heart must be a symbolic heart. Similar observations are in order for physiology, in which the devotion cannot be totally disinterested, because the Heart of Flesh toward which the worship is directed in order to read therein the love of Jesus, is the Heart of Jesus, the real, living Heart that, in all truth, may be said to have loved and suffered; the Heart that, as we feel ourselves, had such a share in His emotional and moral life; the Heart that, as we know from a knowledge, however rudimentary, of the operations of our human life, had such a part in the operations of the Master's life. But the relation of the Heart to the love of Christ is not that of a purely conventional sign, as in the relation of the word to the thing, or of the flag to the idea of one's country; this Heart has been and is still inseparably connected with that life of benefactions and love. However, it is sufficient for our devotion that we know and feel this intimate connection. We have nothing to do with the physiology of the Sacred Heart nor with determining the exact functions of the heart in daily life. We know that the symbolism of the heart is a symbolism founded upon reality and that it constitutes the special object of the devotion to the Sacred Heart, which devotion is in no danger of falling into error.

(d) The heart is, above all, the emblem of love, and by this characteristic, the devotion to the Sacred Heart is naturally defined. However, being directed to the loving Heart of Jesus, it naturally encounters whatever in Jesus is connected with this love. Now, was not this love the motive of all that Christ did and suffered? Was not all His inner, even more than His outward, life dominated by this love? On the other hand, the devotion to the Sacred Heart, being directed to the living Heart of Jesus, thus becomes familiar with the whole inner life of the Master, with all His virtues and sentiments, finally, with Jesus infinitely loving and lovable. Hence, a first extension of the devotion is from the loving Heart to the intimate knowledge of Jesus, to His sentiments and virtues, to His whole emotional and moral life; from the loving Heart to all the manifestations of Its love. There is still another extension which, although having the same meaning, is made in another way, that is by passing from the Heart to the Person, a transition which, as we have seen, is very naturally made. When speaking of a large heart our allusion is to the person, just as when we mention the Sacred Heart we mean Jesus. This is not, however, because the two are synonymous but when the word heart is used to designate the person, it is because such a person is considered in whatsoever related to his emotional and moral life. Thus, when we designate Jesus as the Sacred Heart, we mean Jesus manifesting His Heart, we mean Jesus manifesting His Heart, Jesus all loving and amiable. Jesus entire is thus recapitulated in the Sacred Heart as all is recapitulated in Jesus.

(e) In thus devoting oneself to Jesus all loving and lovable, one cannot fail to observe that His love is rejected. God is constantly lamenting that in Holy Writ, and the saints have always heard within their hearts the plaint of unrequited love. Indeed one of the essential phases of the devotion is that it considers the love of Jesus for us as a despised, ignored love. He Himself revealed this when He complained so bitterly to St. Margaret Mary.

(f) This love is everywhere manifest in Jesus and in His life, and it alone can explain Him together with His words and His acts. Nevertheless, it shines forth more resplendently in certain mysteries from which great good accrues to us, and in which Jesus is more lavish of His loving benefactions and more complete in His gift of self, namely, in the Incarnation, in the Passion, and in the Eucharist. Moreover, these mysteries have a place apart in the devotion which, everywhere seeking Jesus and the signs of His love and favours, finds them here to an even greater extent than in particular acts.

(g) We have already seen that devotion to the Sacred Heart, being directed to the Heart of Jesus as the emblem of love, has mainly in view His love for men. This is obviously not that it excludes His love for God, for this included in His love for men, but it is above all the devotion to "the Heart that has so loved men", according to the words quoted by St. Margaret Mary.

(h) Finally, the question arises as to whether the love which we honour in this devotion is that with which Jesus loves us as Man or that with which He loves us as God; whether it is created or uncreated, His human or His Divine Love. Undoubtedly it is the love of God made Man, the love of the Incarnate Word. However, it does not seem that devout persons think of separating these two loves any more than they separate the two natures in Jesus. Besides, even though we might wish to settle this part of the question at any cost, we would find that the opinions of authors are at variance. Some, considering that the Heart of Flesh is connected with human love only, conclude that it does not symbolize Divine love which, moreover, is not proper to the Person of Jesus, and that, therefore, Divine love is not the direct object of the devotion. Others, while admitting that Divine love apart from the Incarnate Word is not the object of the devotion, believe it to be such when considered as the love of the Incarnate Word, and they do not see why this love also could not be symbolized by the Heart of flesh nor why, in this event, the devotion should be limited to created love only.

Foundations of the devotion

The question may be considered under three aspects: the historical, the theological, and the scientific.

(a) Historical foundations

In approving the devotion to the Sacred Heart, the Church did not trust to the visions of St. Margaret Mary; she made abstraction of these and examined the worship in itself. Margaret Mary's visions could be false, but the devotion would not, on that account, be any less worthy or solid. However, the fact is that the devotion was propagated chiefly under the influence of the movement started at Paray-le-Monial; and prior to her beatification, Margaret Mary's visions were most critically examined by the Church, whose judgment in such cases does not involve her infallibility but implies only a human certainty sufficient to warrant consequent speech and action.

(b) Theological foundations

The Heart of Jesus, like all else that belongs to His Person, is worthy of adoration, but this would not be so if It were considered as isolated from this Person and as having no connection with It. But it not thus that the Heart is considered, and, in his Bull "Auctorem fidei", 1794, Pius VI authoritatively vindicated the devotion in this respect against the calumnies of the Jansenists. The worship, although paid to the Heart of Jesus, extends further than the Heart of flesh, being directed to the love of which this Heart is the living and expressive symbol. On this point the devotion requires no justification, as it is to the Person of Jesus that it is directed; but to the Person as inseparable from His Divinity. Jesus, the living apparition of the goodness of God and of His paternal love, Jesus infinitely loving and amiable, studied in the principal manifestations of His love, is the object of the devotion to the Sacred Heart, as indeed He is the object of the Christian religion. The difficulty lies in the union of the heart and love, in the relation which the devotion supposes between the one and the other. Is not this an error long since discarded? If so, it remains to examine whether the devotion, considered in this respect, is well founded.

(c) Philosophical and scientific foundations

In this respect there has been some uncertainty amongst theologians, not as regards the basis of things, but in the matter of explanations. Sometimes they have spoken as if the heart were the organ of love, but this point has no bearing on the devotion, for which it suffices that the heart be the symbol of love, and that, for the basis of the symbolism, a real connection exist between the heart and the emotions. Now, the symbolism of the heart is a fact and every one feels that in the heart there is a sort of an echo of our sentiments. The physiological study of this resonance may be very interesting, but it is in no wise necessary to the devotion, as its foundation is a fact attested by daily experience, a fact which physiological study confirms and of which it determines the conditions, but which neither supposes this study nor any special acquaintance with its subject.

The proper act of the devotion

This act is required by the very object of the devotion, since devotion to the love of Jesus for us should be pre-eminently a devotion of love for Jesus. It is characterized by a reciprocation of love; its aim is to love Jesus who has so loved us, to return love for love. Since, moreover, the love of Jesus manifests itself to the devout soul as a love despised and outraged, especially in the Eucharist, the love expressed in the devotion naturally assumes a character of reparation, and hence the importance of acts of atonement, the Communion of reparation, and compassion for Jesus suffering. But no special act, no practice whatever, can exhaust the riches of the devotion to the Sacred Heart. The love which is its soul embraces all and, the better one understands it, the more firmly is he convinced that nothing can vie with it for making Jesus live in us and for bringing him who lives by it to love God, in union with Jesus, with all his heart, all his soul, all his strength.

Historical ideas on the development of the devotion

(1) From the time of St. John and St. Paul there has always been in the Church something like devotion to the love of God, Who so loved the world as to give it His only-begotten Son, and to the love of Jesus, Who has so loved us as to deliver Himself up for us. But, accurately speaking, this is not the devotion to the Sacred Heart, as it pays no homage to the Heart of Jesus as the symbol of His love for us. From the earliest centuries, in accordance with the example of the Evangelist, Christ's open side and the mystery of blood and water were meditated upon, and the Church was beheld issuing from the side of Jesus, as Eve came forth from the side of Adam. But there is nothing to indicate that, during the first ten centuries, any worship was rendered the wounded Heart.

(2) It is in the eleventh and twelfth centuries that we find the first unmistakable indications of devotion to the Sacred Heart. Through the wound in the side of the wound Heart was gradually reached, and the wound in the Heart symbolized the wound of love. It was in the fervent atmosphere of the Benedictine or Cistercian monasteries, in the world of Anselmian or Bernardine thought, that the devotion arose, although it is impossible to say positively what were its first texts or were its first votaries. To St. Gertrude, St. Mechtilde, and the author of the "Vitis mystica" it was already well known. We cannot state with certainty to whom we are indebted for the "Vitis mystica". Until recent times its authorship had generally been ascribed to St. Bernard and yet, by the late publishers of the beautiful and scholarly Quaracchi edition, it has been attributed, and not without plausible reasons, to St. Bonaventure ("S. Bonaventura opera omnia", 1898, VIII, LIII sq.). But, be this as it may, it contains one of the most beautiful passages that ever inspired the devotion to the Sacred Heart, one appropriated by the Church for the lessons of the second nocturn of the feast. To St. Mechtilde (d. 1298) and St. Gertrude (d. 1302) it was a familiar devotion which was translated into many beautiful prayers and exercises. What deserves special mention is the vision of St. Gertrude on the feast of St. John the Evangelist, as it forms an epoch in the history of the devotion. Allowed to rest her head near the wound in the Saviour's she heard the beating of the Divine Heart and asked John if, on the night of the Last Supper, he too had felt these delightful pulsations, why he had never spoken of the fact. John replied that this revelation had been reserved for subsequent ages when the world, having grown cold, would have need of it to rekindle its love ("Legatus divinae pietatis", IV, 305; "Revelationes Gertrudianae", ed. Poitiers and Paris, 1877).

(3) From the thirteenth to the sixteenth century, the devotion was propagated but it did not seem to have developed in itself. It was everywhere practised by privileged souls, and the lives of the saints and annals of different religious congregations, of the Franciscans, Dominicans, Carthusians, etc., furnish many examples of it. It was nevertheless a private, individual devotion of the mystical order. Nothing of a general movement had been inaugurated, unless one would so regard the propagation of the devotion to the Five Wounds, in which the Wound in the Heart figured most prominently, and for the furtherance of which the Franciscans seem to have laboured.

(4) It appears that in the sixteenth century, the devotion took an onward step and passed from the domain of mysticism into that of Christian asceticism. It was constituted an objective devotion with prayers already formulated and special exercises of which the value was extolled and the practice commended. This we learn from the writings of those two masters of the spiritual life, the pious Lanspergius (d. 1539) of the Carthusians of Cologne, and the devout Louis of Blois (Blosius; 1566), a Benedictine and Abbot of Liessies in Hainaut. To these may be added Blessed John of Avila (d. 1569) and St. Francis de Sales, the latter belonging to the seventeenth century.

(5) From that time everything betokened an early bringing to light of the devotion. Ascetic writers spoke of it, especially those of the Society of Jesus, Alvarez de Paz, Luis de la Puente, Saint-Jure, and Nouet, and there still exist special treatises upon it such as Father Druzbicki's (d. 1662) small work, "Meta Cordium, Cor Jesu". Amongst the mystics and pious souls who practised the devotion were St. Francis Borgia, Blessed Peter Canisius, St. Aloysius Gonzaga, and St. Alphonsus Rodriguez, of the Society of Jesus; also Venerable Marina de Escobar (d. 1633), in Spain; the Venerable Madeleine St. Joseph and the Venerable Marguerite of the Blessed Sacrament, Carmelites, in France; Jeanne de S. Mathieu Deleloe (d. 1660), a Benedictine, in Belgium; the worthy Armelle of Vannes (d. 1671); and even in Jansenistic or worldly centres, Marie de Valernod (d. 1654) and Angélique Arnauld; M. Boudon, the great archdeacon of Evreux, Father Huby, the apostle of retreats in Brittany, and, above all, the Venerable Marie de l'Incarnation, who died at Quebec in 1672. The Visitation seemed to be awaiting St. Margaret Mary; its spirituality, certain intuitions of St. Francis de Sales, the meditations of Mère l'Huillier (d. 1655), the visions of Mother Anne-Marguerite Clément (d. 1661), and of Sister Jeanne-Bénigne Gojos (d. 1692), all paved the way. The image of the Heart of Jesus was everywhere in evidence, which fact was largely due to the Franciscan devotion to the Five Wounds and to the habit formed by the Jesuits of placing the image on their title-page of their books and the walls of their churches.

(6) Nevertheless, the devotion remained an individual or at least a private devotion. It was reserved to Blessed Jean Eudes (1602-1680) to make it public, to honour it with an Office, and to establish a feast for it. Père Eudes was above all the apostle of the Heart of Mary; but in his devotion to the Immaculate Heart there was a share for the Heart of Jesus. Little by little the devotion to the Sacred Heart became a separate one, and on 31 August, 1670, the first feast of the Sacred Heart was celebrated with great solemnity in the Grand Seminary of Rennes. Coutances followed suit on 20 October, a day with which the Eudist feast was thenceforth to be connected. The feast soon spread to other dioceses, and the devotion was likewise adopted in various religious communities. Here and there it came into contact with the devotion begun at Paray, and a fusion of the two naturally resulted.

(7) It was to Margaret Mary Alacoque (1647-1690), a humble Visitandine of the monastery at Paray-le-Monial, that Christ chose to reveal the desires of His Heart and to confide the task of imparting new life to the devotion. There is nothing to indicated that this pious religious had known the devotion prior to the revelations, or at least that she had paid any attention to it. These revelations were numerous, and the following apparitions are especially remarkable: that which occurred on the feast of St. John, when Jesus permitted Margaret Mary, as He had formerly allowed St. Gertrude, to rest her head upon His Heart, and then disclosed to her the wonders of His love, telling her that He desired to make them known to all mankind and to diffuse the treasures of His goodness, and that He had chosen her for this work (27 Dec., probably 1673); that, probably distinct from the preceding, in which He requested to be honoured under the figure of His Heart of flesh; that, when He appeared radiant with love and asked for a devotion of expiatory love — frequent Communion, Communion on the First Friday of the month, and the observance of the Holy Hour (probably June or July, 1674); that known as the "great apparition" which took place during the octave of Corpus Christi, 1675, probably on 16 June, when He said, "Behold the Heart that has so loved men . . . instead of gratitude I receive from the greater part (of mankind) only ingratitude . . .", and asked her for a feast of reparation of the Friday after the octave of Corpus Christi, bidding her consult Father de la Colombière, then superior of the small Jesuit house at Paray; and finally, those in which solemn homage was asked on the part of the king, and the mission of propagating the new devotion was especially confided to the religious of the Visitation and the priests of the Society of Jesus. A few days after the "great apparition", of June, 1675, Margaret Mary made all known to Father de la Colombière, and the latter, recognizing the action of the spirit of God, consecrated himself to the Sacred Heart, directed the holy Visitandine to write an account of the apparition, and made use of every available opportunity discreetly to circulate this account through France and England. At his death, 15 February 1682, there was found in his journal of spiritual retreats a copy in his own handwriting of the account that he had requested of Margaret Mary, together with a few reflections on the usefulness of the devotion. This journal, including the account and a beautiful "offering" to the Sacred Heart, in which the devotion was well explained, was published at Lyons in 1684. The little book was widely read, even at Paray, although not without being the cause of "dreadful confusion" to Margaret Mary, who, nevertheless, resolved to make the best of it and profited by the book for the spreading of her cherished devotion. Moulins, with Mother de Soudeilles, Dijon, with Mother de Saumaise and Sister Joly, Semur, with Mother Greyfié, and even Paray, which had at first resisted, joined the movement. Outside of the Visitandines, priests, religious, and laymen espoused the cause, particularly a Capuchin, Margaret Mary's two brothers, and some Jesuits, among the latter being Fathers Croiset and Gallifet, who were destined to do so much for the devotion.

(8) The death of Margaret Mary, 17 October 1690, did not dampen the ardour of those interested; on the contrary, a short account of her life published by Father Croiset in 1691, as an appendix to his book "De la Dévotion au Sacré Cœur", served only to increase it. In spite of all sorts of obstacles, and of the slowness of the Holy See, which in 1693 imparted indulgences to the Confraternities of the Sacred Heart and, in 1697, granted the feast to the Visitandines with the Mass of the Five Wounds, but refused a feast common to all, with special Mass and Office, the devotion spread, particularly in religious communities. The Marseilles plague, 1720, furnished perhaps the first occasion for a solemn consecration and public worship outside of religious communities. Other cities of the South followed the example of Marseilles, and thus the devotion became a popular one. In 1726 it was deemed advisable once more to importune Rome for a feast with a Mass and Office of its own, but, in 1729, Rome again refused. However, in 1765, it finally yielded and that same year, at the request of the queen, the feast was received quasi officially by the episcopate of France. On all sides it was asked for and obtained, and finally, in 1856, at the urgent entreaties of the French bishops, Pope Pius IX extended the feast to the universal Church under the rite of double major. In 1889 it was raised by the Church to the double rite of first class. The acts of consecration and of reparation were everywhere introduced together with the devotion. Oftentimes, especially since about 1850, groups, congregations, and States have consecrated themselves to the Sacred Heart, and, in 1875, this consecration was made throughout the Catholic world. Still the pope did not wish to take the initiative or to intervene. Finally, on 11 June, 1899, by order of Leo XIII, and with the formula prescribed by him, all mankind was solemnly consecrated to the Sacred Heart. The idea of this act, which Leo XIII called "the great act" of his pontificate, had been proposed to him by a religious of the Good Shepherd from Oporto (Portugal) who said that she had received it from Christ Himself. She was a member of the Drost-zu-Vischering family, and known in religion as Sister Mary of the Divine Heart. She died on the feast of the Sacred Heart, two days before the consecration, which had been deferred to the following Sunday. Whilst alluding to these great public manifestations we must not omit referring to the intimate life of the devotion in souls, to the practices connected with it, and to the works and associations of which it was the very life. Moreover, we must not overlook the social character which it has assumed particularly of late years. The Catholics of France, especially, cling firmly to it as one of their strongest hopes of ennoblement and salvation.



MISERENTISSIMUS REDEMPTOR

ENCYCLICAL OF POPE PIUS XI

ON REPARATION TO THE SACRED HEART

TO OUR VENERABLE BRETHREN THE PATRIARCHS, PRIMATES,

ARCHBISHOPS, AND OTHER LOCAL ORDINARIES

IN PEACE AND COMMUNION WITH THE APOSTOLIC SEE.


Venerable Brethren, Health and the Apostolic Blessing.

Our Most Merciful Redeemer, after He had wrought salvation for mankind on the tree of the Cross and before He ascended from out this world to the Father, said to his Apostles and Disciples, to console them in their anxiety, "Behold I am with you all days, even to the consummation of the world." (Matt. xxviii, 20). These words, which are indeed most pleasing, are a cause of all hope and security, and they bring us, Venerable Brethren, ready succor, whenever we look round from this watch-tower raised on high and see all human society laboring amid so many evils and miseries, and the Church herself beset without ceasing by attacks and machinations. For as in the beginning this Divine promise lifted up the despondent spirit of the Apostles and enkindled and inflamed them so that they might cast the seeds of the Gospel teaching throughout the whole world; so ever since it has strengthened the Church unto her victory over the gates of hell. In sooth, Our Lord Jesus Christ has been with his Church in every age, but He has been with her with more present aid and protection whenever she has been assailed by graver perils and difficulties. For the remedies adapted to the condition of time and circumstances, are always supplied by Divine Wisdom, who reacheth from end to end mightily, and ordereth all things sweetly (Wisdom viii, 1). But in this latter age also, "the hand of the Lord is not shortened" (Isaias lix, 1), more especially since error has crept in and has spread far and wide, so that it might well be feared that the fountains of Christian life might be in a manner dried up, where men are cut off from the love and knowledge of God. Now, since it may be that some of the people do not know, and others do not heed, those complaints which the most loving Jesus made when He manifested Himself to Margaret Mary Alacoque, and those things likewise which at the same time He asked and expected of men, for their own ultimate profit, it is our pleasure, Venerable Brethren, to speak to you for a little while concerning the duty of honorable satisfaction which we all owe to the Most Sacred Heart of Jesus, with the intent that you may, each of you, carefully teach your own flocks those things which we set before you, and stir them up to put the same in practice.

2. Among the many proofs of the boundless benignity of our Redeemer, there is one that stands out conspicuously, to wit the fact that when the charity of Christian people was growing cold, the Divine Charity itself was set forth to be honored by a special worship, and the riches of its bounty was made widely manifest by that form of devotion wherein worship is given to the Most Sacred Heart of Jesus, "In whom are hid all the treasures of wisdom and knowledge" (Coloss. ii, 3). For as in olden time when mankind came forth from Noe's ark, God set His "bow in the clouds" (Genesis ix, 13), shining as the sign of a friendly covenant; so in the most turbulent times of a more recent age, when the Jansenist heresy, the most crafty of them all, hostile to love and piety towards God, was creeping in and preaching that God was not to be loved as a father but rather to be feared as an implacable judge; then the most benign Jesus showed his own most Sacred Heart to the nations lifted up as a standard of peace and charity portending no doubtful victory in the combat. And indeed Our Predecessor of happy memory, Leo XIII, admiring the timely opportuneness of the devotion to the Most Sacred Heart of Jesus, said very aptly in his Encyclical Letter, "Annum Sacrum," "When in the days near her origin, the Church was oppressed under the yoke of the Caesars the Cross shown on high to the youthful Emperor was at once an omen and a cause of the victory that speedily followed. And here today another most auspicious and most divine sign is offered to our sight, to wit the most Sacred Heart of Jesus, with a Cross set above it shining with most resplendent brightness in the midst of flames. Herein must all hopes be set, from hence must the salvation of men be sought and expected."

3. And rightly indeed is that said, Venerable Brethren. For is not the sum of all religion and therefore the pattern of more perfect life, contained in that most auspicious sign and in the form of piety that follows from it inasmuch as it more readily leads the minds of men to an intimate knowledge of Christ Our Lord, and more efficaciously moves their hearts to love Him more vehemently and to imitate Him more closely? It is no wonder, therefore, that Our Predecessors have constantly defended this most approved form of devotion from the censures of calumniators, and have extolled it with high praise and promoted it very zealously, as the needs of time and circumstance demanded. Moreover, by the inspiration of God's grace, it has come to pass that the pious devotion of the faithful towards the Most Sacred Heart of Jesus has made great increase in the course of time; hence pious confraternities to promote the worship of the Divine Heart are everywhere erected, hence too the custom of receiving Holy Communion on the first Friday of every month at the desire of Christ Jesus, a custom which now prevails everywhere.

4. But assuredly among those things which properly pertain to the worship of the Most Sacred Heart, a special place must be given to that Consecration, whereby we devote ourselves and all things that are ours to the Divine Heart of Jesus, acknowledging that we have received all things from the everlasting love of God. When Our Savior had taught Margaret Mary, the most innocent disciple of His Heart, how much He desired that this duty of devotion should be rendered to him by men, moved in this not so much by His own right as by His immense charity for us; she herself, with her spiritual father, Claude de la Colombiere, rendered it the first of all. Thereafter followed, in the course of time, individual men, then private families and associations, and lastly civil magistrates, cities and kingdoms. But since in the last century, and in this present century, things have come to such a pass, that by the machinations of wicked men the sovereignty of Christ Our Lord has been denied and war is publicly waged against the Church, by passing laws and promoting plebiscites repugnant to Divine and natural law, nay more by holding assemblies of them that cry out, "We will not have this man to reign over us" (Luke xix, 14): from the aforesaid Consecration there burst forth over against them in keenest opposition the voice of all the clients of the Most Sacred Heart, as it were one voice, to vindicate His glory and to assert His rights: "Christ must reign" (1 Corinthians xv, 25); "Thy kingdom come" (Matth. vi, 10). From this at length it happily came to pass that at the beginning of this century the whole human race which Christ, in whom all things are re-established (Ephes. i, 10), possesses by native right as His own, was dedicated to the same Most Sacred Heart, with the applause of the whole Christian world, by Our Predecessor of happy memory, Leo XIII.

5. Now these things so auspiciously and happily begun as we taught in Our Encyclical Letter "Quas primas," we Ourselves, consenting to very many long-continued desires and prayers of Bishops and people, brought to completion and perfected, by God's grace, when at the close of the Jubilee Year, We instituted the Feast of Christ the King of All, to be solemnly celebrated throughout the whole Christian world. Now when we did this, not only did we set in a clear light that supreme sovereignty which Christ holds over the whole universe, over civil and domestic society, and over individual men, but at the same time we anticipated the joys of that most auspicious day, whereon the whole world will gladly and willingly render obedience to the most sweet lordship of Christ the King. For this reason, We decreed at the same time that this same Consecration should be renewed every year on the occasion of that appointed festal day, so that the fruit of this same Consecration might be obtained more certainly and more abundantly, and all peoples might be joined together in Christian charity and in the reconciliation of peace, in the Heart of the King of kings and Lord of lords.

6. But to all these duties, more especially to that fruitful Consecration which was in a manner confirmed by the sacred solemnity of Christ the King, something else must needs be added, and it is concerning this that it is our pleasure to speak with you more at length, Venerable Brethren, on the present occasion: we mean that duty of honorable satisfaction or reparation which must be rendered to the Most Sacred Heart of Jesus. For if the first and foremost thing in Consecration is this, that the creature's love should be given in return for the love of the Creator, another thing follows from this at once, namely that to the same uncreated Love, if so be it has been neglected by forgetfulness or violated by offense, some sort of compensation must be rendered for the injury, and this debt is commonly called by the name of reparation.

7. Now though in both these matters we are impelled by quite the same motives, none the less we are holden to the duty of reparation and expiation by a certain more valid title of justice and of love, of justice indeed, in order that the offense offered to God by our sins may be expiated and that the violated order may be repaired by penance: and of love too so that we may suffer together with Christ suffering and "filled with reproaches" (Lam. iii, 30), and for all our poverty may offer Him some little solace. For since we are all sinners and laden with many faults, our God must be honored by us not only by that worship wherewith we adore His infinite Majesty with due homage, or acknowledge His supreme dominion by praying, or praise His boundless bounty by thanksgiving; but besides this we must need make satisfaction to God the just avenger, "for our numberless sins and offenses and negligences." To Consecration, therefore, whereby we are devoted to God and are called holy to God, by that holiness and stability which, as the Angelic Doctor teaches, is proper to consecration (2da. 2dae. qu. 81, a. 8. c.), there must be added expiation, whereby sins are wholly blotted out, lest the holiness of the supreme justice may punish our shameless unworthiness, and reject our offering as hateful rather than accept it as pleasing.

8. Moreover this duty of expiation is laid upon the whole race of men since, as we are taught by the Christian faith, after Adam's miserable fall, infected by hereditary stain, subject to concupiscences and most wretchedly depraved, it would have been thrust down into eternal destruction. This indeed is denied by the wise men of this age of ours, who following the ancient error of Pelagius, ascribe to human nature a certain native virtue by which of its own force it can go onward to higher things; but the Apostle rejects these false opinions of human pride, admonishing us that we "were by nature children of wrath" (Ephesians ii, 3). And indeed, even from the beginning, men in a manner acknowledged this common debt of expiation and, led by a certain natural instinct, they endeavored to appease God by public sacrifices.

9. But no created power was sufficient to expiate the sins of men, if the Son of God had not assumed man's nature in order to redeem it. This, indeed, the Savior of men Himself declared by the mouth of the sacred Psalmist: "Sacrifice and oblation thou wouldest not: but a body thou hast fitted to me: Holocausts for sin did not please thee: then said I: Behold I come" (Hebrews x, 5-7). And in very deed, "Surely He hath borne our infirmities, and carried our sorrows. . . He was wounded for our iniquities (Isaias liii, 4-5), and He His own self bore our sins in His body upon the tree . . . (1 Peter ii, 24), "Blotting out the handwriting of the decree that was against us, which was contrary to us. And He has taken the same out of the way, fastening it to the cross . . ." (Colossians ii, 14) "that we being dead to sins, should live to justice" (1 Peter ii, 24). Yet, though the copious redemption of Christ has abundantly forgiven us all offenses (Cf. Colossians ii, 13), nevertheless, because of that wondrous divine dispensation whereby those things that are wanting of the sufferings of Christ are to be filled up in our flesh for His body which is the Church (Cf. Colossians i, 24), to the praises and satisfactions, "which Christ in the name of sinners rendered unto God" we can also add our praises and satisfactions, and indeed it behoves us so to do. But we must ever remember that the whole virtue of the expiation depends on the one bloody sacrifice of Christ, which without intermission of time is renewed on our altars in an unbloody manner, "For the victim is one and the same, the same now offering by the ministry of priests, who then offered Himself on the cross, the manner alone of offering being different" (Council of Trent, Session XXIII, Chapter 2). Wherefore with this most august Eucharistic Sacrifice there ought to be joined an oblation both of the ministers and of all the faithful, so that they also may "present themselves living sacrifices, holy, pleasing unto God" (Romans xii, 1). Nay more, St. Cyprian does not hesitate to affirm that "the Lord's sacrifice is not celebrated with legitimate sanctification, unless our oblation and sacrifice correspond to His passion" (Ephesians 63). For this reason, the Apostle admonishes us that "bearing about in our body the mortification of Jesus" (2 Corinthians iv, 10), and buried together with Christ, and planted together in the likeness of His death (Cf. Romans vi, 4-5), we must not only crucify our flesh with the vices and concupiscences (Cf. Galatians v, 24), "flying the corruption of that concupiscence which is in the world" (2 Peter i, 4), but "that the life also of Jesus may be made manifest in our bodies" (2 Corinthians iv, 10) and being made partakers of His eternal priesthood we are to offer up "gifts and sacrifices for sins" (Hebrews v, 1). Nor do those only enjoy a participation in this mystic priesthood and in the office of satisfying and sacrificing, whom our Pontiff Christ Jesus uses as His ministers to offer up the clean oblation to God's Name in every place from the rising of the sun to the going down (Malachias i, 11), but the whole Christian people rightly called by the Prince of the Apostles "a chosen generation, a kingly priesthood" (1 Peter ii, 9), ought to offer for sins both for itself and for all mankind (Cf. Hebrews v, 3), in much the same manner as every priest and pontiff "taken from among men, is ordained for men in the things that appertain to God" (Hebrews v, 1).

10. But the more perfectly that our oblation and sacrifice corresponds to the sacrifice of Our Lord, that is to say, the more perfectly we have immolated our love and our desires and have crucified our flesh by that mystic crucifixion of which the Apostle speaks, the more abundant fruits of that propitiation and expiation shall we receive for ourselves and for others. For there is a wondrous and close union of all the faithful with Christ, such as that which prevails between the head and the other members; moreover by that mystic Communion of Saints which we profess in the Catholic creed, both individual men and peoples are joined together not only with one another but also with him, "who is the head, Christ; from whom the whole body, being compacted and fitly joined together, by what every joint supplieth, according to the operation in the measure of every part, maketh increase of the body unto the edifying of itself in charity" (Ephesians iv, 15-16). It was this indeed that the Mediator of God and men, Christ Jesus, when He was near to death, asked of His Father: "I in them, and thou in me: that they may be made perfect in one" (John xvii, 23).

11. Wherefore, even as consecration proclaims and confirms this union with Christ, so does expiation begin that same union by washing away faults, and perfect it by participating in the sufferings of Christ, and consummate it by offering victims for the brethren. And this indeed was the purpose of the merciful Jesus, when He showed His Heart to us bearing about it the symbols of the passion and displaying the flames of love, that from the one we might know the infinite malice of sin, and in the other we might admire the infinite charity of Our Redeemer, and so might have a more vehement hatred of sin, and make a more ardent return of love for His love.

12. And truly the spirit of expiation or reparation has always had the first and foremost place in the worship given to the Most Sacred Heart of Jesus, and nothing is more in keeping with the origin, the character, the power, and the distinctive practices of this form of devotion, as appears from the record of history and custom, as well as from the sacred liturgy and the acts of the Sovereign Pontiffs. For when Christ manifested Himself to Margaret Mary, and declared to her the infinitude of His love, at the same time, in the manner of a mourner, He complained that so many and such great injuries were done to Him by ungrateful men - and we would that these words in which He made this complaint were fixed in the minds of the faithful, and were never blotted out by oblivion: "Behold this Heart" - He said - "which has loved men so much and has loaded them with all benefits, and for this boundless love has had no return but neglect, and contumely, and this often from those who were bound by a debt and duty of a more special love." In order that these faults might be washed away, He then recommended several things to be done, and in particular the following as most pleasing to Himself, namely that men should approach the Altar with this purpose of expiating sin, making what is called a Communion of Reparation, - and that they should likewise make expiatory supplications and prayers, prolonged for a whole hour, - which is rightly called the "Holy Hour." These pious exercises have been approved by the Church and have also been enriched with copious indulgences.

13. But how can these rites of expiation bring solace now, when Christ is already reigning in the beatitude of Heaven? To this we may answer in some words of St. Augustine which are very apposite here, - "Give me one who loves, and he will understand what I say" (In Johannis evangelium, tract. XXVI, 4).

For any one who has great love of God, if he will look back through the tract of past time may dwell in meditation on Christ, and see Him laboring for man, sorrowing, suffering the greatest hardships, "for us men and for our salvation," well-nigh worn out with sadness, with anguish, nay "bruised for our sins" (Isaias liii, 5), and healing us by His bruises. And the minds of the pious meditate on all these things the more truly, because the sins of men and their crimes committed in every age were the cause why Christ was delivered up to death, and now also they would of themselves bring death to Christ, joined with the same griefs and sorrows, since each several sin in its own way is held to renew the passion of Our Lord: "Crucifying again to themselves the Son of God, and making him a mockery" (Hebrews vi, 6). Now if, because of our sins also which were as yet in the future, but were foreseen, the soul of Christ became sorrowful unto death, it cannot be doubted that then, too, already He derived somewhat of solace from our reparation, which was likewise foreseen, when "there appeared to Him an angel from heaven" (Luke xxii, 43), in order that His Heart, oppressed with weariness and anguish, might find consolation. And so even now, in a wondrous yet true manner, we can and ought to console that Most Sacred Heart which is continually wounded by the sins of thankless men, since - as we also read in the sacred liturgy - Christ Himself, by the mouth of the Psalmist complains that He is forsaken by His friends: "My Heart hath expected reproach and misery, and I looked for one that would grieve together with me, but there was none: and for one that would comfort me, and I found none" (Psalm lxviii, 21).

14. To this it may be added that the expiatory passion of Christ is renewed and in a manner continued and fulfilled in His mystical body, which is the Church. For, to use once more the words of St. Augustine, "Christ suffered whatever it behoved Him to suffer; now nothing is wanting of the measure of the sufferings. Therefore the sufferings were fulfilled, but in the head; there were yet remaining the sufferings of Christ in His body" (In Psalm lxxxvi). This, indeed, Our Lord Jesus Himself vouchsafed to explain when, speaking to Saul, "as yet breathing out threatenings and slaughter" (Acts ix, 1), He said, "I am Jesus whom thou persecutest" (Acts ix, 5), clearly signifying that when persecutions are stirred up against the Church, the Divine Head of the Church is Himself attacked and troubled. Rightly, therefore, does Christ, still suffering in His mystical body, desire to have us partakers of His expiation, and this is also demanded by our intimate union with Him, for since we are "the body of Christ and members of member" (1 Corinthians xii, 27), whatever the head suffers, all the members must suffer with it (Cf. 1 Corinthians xii, 26).

15. Now, how great is the necessity of this expiation or reparation, more especially in this our age, will be manifest to every one who, as we said at the outset, will examine the world, "seated in wickedness" (1 John v, 19), with his eyes and with his mind. For from all sides the cry of the peoples who are mourning comes up to us, and their princes or rulers have indeed stood up and met together in one against the Lord and against His Church (Cf. Psalm ii, 2). Throughout those regions indeed, we see that all rights both human and Divine are confounded. Churches are thrown down and overturned, religious men and sacred virgins are torn from their homes and are afflicted with abuse, with barbarities, with hunger and imprisonment; bands of boys and girls are snatched from the bosom of their mother the Church, and are induced to renounce Christ, to blaspheme and to attempt the worst crimes of lust; the whole Christian people, sadly disheartened and disrupted, are continually in danger of falling away from the faith, or of suffering the most cruel death. These things in truth are so sad that you might say that such events foreshadow and portend the "beginning of sorrows," that is to say of those that shall be brought by the man of sin, "who is lifted up above all that is called God or is worshipped" (2 Thessalonians ii, 4).

16. But it is yet more to be lamented, Venerable Brethren, that among the faithful themselves, washed in Baptism with the blood of the immaculate Lamb, and enriched with grace, there are found so many men of every class, who laboring under an incredible ignorance of Divine things and infected with false doctrines, far from their Father's home, lead a life involved in vices, a life which is not brightened by the light of true faith, nor gladdened by the hope of future beatitude, nor refreshed and cherished by the fire of charity; so that they truly seem to sit in darkness and in the shadow of death. Moreover, among the faithful there is a greatly increasing carelessness of ecclesiastical discipline, and of those ancient institutions on which all Christian life rests, by which domestic society is governed, and the sanctity of marriage is safeguarded; the education of children is altogether neglected, or else it is depraved by too indulgent blandishments, and the Church is even robbed of the power of giving the young a Christian education; there is a sad forgetfulness of Christian modesty especially in the life and the dress of women; there is an unbridled cupidity of transitory things, a want of moderation in civic affairs, an unbounded ambition of popular favor, a depreciation of legitimate authority, and lastly a contempt for the word of God, whereby faith itself is injured, or is brought into proximate peril.

17. But all these evils as it were culminate in the cowardice and the sloth of those who, after the manner of the sleeping and fleeing disciples, wavering in their faith, miserably forsake Christ when He is oppressed by anguish or surrounded by the satellites of Satan, and in the perfidy of those others who following the example of the traitor Judas, either partake of the holy table rashly and sacrilegiously, or go over to the camp of the enemy. And thus, even against our will, the thought rises in the mind that now those days draw near of which Our Lord prophesied: "And because iniquity hath abounded, the charity of many shall grow cold" (Matth. xxiv, 12).

18. Now, whosoever of the faithful have piously pondered on all these things must need be inflamed with the charity of Christ in His agony and make a more vehement endeavor to expiate their own faults and those of others, to repair the honor of Christ, and to promote the eternal salvation of souls. And indeed that saying of the Apostle: "Where sin abounded, grace did more abound" (Romans v, 20) may be used in a manner to describe this present age; for while the wickedness of men has been greatly increased, at the same time, by the inspiration of the Holy Ghost, a marvelous increase has been made in the number of the faithful of both sexes who with eager mind endeavor to make satisfaction for the many injuries offered to the Divine Heart, nay more they do not hesitate to offer themselves to Christ as victims. For indeed if any one will lovingly dwell on those things of which we have been speaking, and will have them deeply fixed in his mind, it cannot be but he will shrink with horror from all sin as from the greatest evil, and more than this he will yield himself wholly to the will of God, and will strive to repair the injured honor of the Divine Majesty, as well by constantly praying, as by voluntary mortifications, by patiently bearing the afflictions that befall him, and lastly by spending his whole life in this exercise of expiation.

19. And for this reason also there have been established many religious families of men and women whose purpose it is by earnest service, both by day and by night, in some manner to fulfill the office of the Angel consoling Jesus in the garden; hence come certain associations of pious men, approved by the Apostolic See and enriched with indulgences, who take upon themselves this same duty of making expiation, a duty which is to be fulfilled by fitting exercises of devotion and of the virtues; hence lastly, to omit other things, come the devotions and solemn demonstrations for the purpose of making reparation to the offended Divine honor, which are inaugurated everywhere, not only by pious members of the faithful, but by parishes, dioceses and cities.

20. These things being so, Venerable Brethren, just as the rite of consecration, starting from humble beginnings, and afterwards more widely propagated, was at length crowned with success by Our confirmation; so in like manner, we earnestly desire that this custom of expiation or pious reparation, long since devoutly introduced and devoutly propagated, may also be more firmly sanctioned by Our Apostolic authority and more solemnly celebrated by the whole Catholic name. Wherefore, we decree and command that every year on the Feast of the Most Sacred Heart of Jesus, - which feast indeed on this occasion we have ordered to be raised to the degree of a double of the first class with an octave - in all churches throughout the whole world, the same expiatory prayer or protestation as it is called, to Our most loving Savior, set forth in the same words according to the copy subjoined to this letter shall be solemnly recited, so that all our faults may be washed away with tears, and reparation may be made for the violated rights of Christ the supreme King and Our most loving Lord.

21. There is surely no reason for doubting, Venerable Brethren, that from this devotion piously established and commanded to the whole Church, many excellent benefits will flow forth not only to individual men but also to society, sacred, civil, and domestic, seeing that our Redeemer Himself promised to Margaret Mary that "all those who rendered this honor to His Heart would be endowed with an abundance of heavenly graces." Sinners indeed, looking on Him whom they pierced (John xix, 37), moved by the sighs and tears of the whole Church, by grieving for the injuries offered to the supreme King, will return to the heart (Isaias xlvi, 8), lest perchance being hardened in their faults, when they see Him whom they pierced "coming in the clouds of heaven" (Matth. xxvi, 64), too late and in vain they shall bewail themselves because of Him (Cf. Apoc. i, 7). But the just shall be justified and shall be sanctified still (Cf. Apoc. xxii. 11) and they will devote themselves wholly and with new ardor to the service of their King, when they see Him contemned and attacked and assailed with so many and such great insults, but more than all will they burn with zeal for the eternal salvation of souls when they have pondered on the complaint of the Divine Victim: "What profit is there in my blood?" (Psalm xxix, 10), and likewise on the joy that will be felt by the same Most Sacred Heart of Jesus "upon one sinner doing penance" (Luke xv, 10). And this indeed we more especially and vehemently desire and confidently expect, that the just and merciful God who would have spared Sodom for the sake of ten just men, will much more be ready to spare the whole race of men, when He is moved by the humble petitions and happily appeased by the prayers of the community of the faithful praying together in union with Christ their Mediator and Head, in the name of all. And now lastly may the most benign Virgin Mother of God smile on this purpose and on these desires of ours; for since she brought forth for us Jesus our Redeemer, and nourished Him, and offered Him as a victim by the Cross, by her mystic union with Christ and His very special grace she likewise became and is piously called a reparatress. Trusting in her intercession with Christ, who whereas He is the "one mediator of God and men" (1 Timothy ii, 5), chose to make His Mother the advocate of sinners, and the minister and mediatress of grace, as an earnest of heavenly gifts and as a token of Our paternal affection we most lovingly impart the Apostolic Blessing to you, Venerable Brethren, and to all the flock committed to your care.

Given at Rome, at St. Peter's, on the eighth day of May, 1928, in the seventh year of Our Pontificate.

________________________________________

Prayer of Reparation

O sweetest Jesus, whose overflowing charity towards men is most ungratefully repaid by such great forgetfulness, neglect and contempt, see, prostrate before Thy altars, we strive by special honor to make amends for the wicked coldness of men and the contumely with which Thy most loving Heart is everywhere treated.

At the same time, mindful of the fact that we too have sometimes not been free from unworthiness, and moved therefore with most vehement sorrow, in the first place we implore Thy mercy on us, being prepared by voluntary expiation to make amends for the sins we have ourselves committed, and also for the sins of those who wander far from the way of salvation, whether because, being obstinate in their unbelief, they refuse to follow Thee as their shepherd and leader, or because, spurning the promises of their Baptism, they have cast off the most sweet yoke of Thy law. We now endeavor to expiate all these lamentable crimes together, and it is also our purpose to make amends for each one of them severally: for the want of modesty in life and dress, for impurities, for so many snares set for the minds of the innocent, for the violation of feast days, for the horrid blasphemies against Thee and Thy saints, for the insults offered to Thy Vicar and to the priestly order, for the neglect of the Sacrament of Divine love or its profanation by horrible sacrileges, and lastly for the public sins of nations which resist the rights and the teaching authority of the Church which Thou hast instituted. Would that we could wash away these crimes with our own blood! And now, to make amends for the outrage offered to the Divine honor, we offer to Thee the same satisfaction which Thou didst once offer to Thy Father on the Cross and which Thou dost continually renew on our altars, we offer this conjoined with the expiations of the Virgin Mother and of all the Saints, and of all pious Christians, promising from our heart that so far as in us lies, with the help of Thy grace, we will make amends for our own past sins, and for the sins of others, and for the neglect of Thy boundless love, by firm faith, by a pure way of life, and by a perfect observance of the Gospel law, especially that of charity; we will also strive with all our strength to prevent injuries being offered to Thee, and gather as many as we can to become Thy followers. Receive, we beseech Thee, O most benign Jesus, by the intercession of the Blessed Virgin Mary, the Reparatress, the voluntary homage of this expiation, and vouchsafe, by that great gift of final perseverance, to keep us most faithful until death in our duty and in Thy service, so that at length we may all come to that fatherland, where Thou with the Father and the Holy Ghost livest and reignest God for ever and ever. Amen.

PIUS XI

© Copyright - Libreria Editrice Vaticana



ENCYCLICAL OF POPE PIUS XII

HAURIETIS AQUAS

ON DEVOTION TO THE SACRED HEART

May 15, 1956


Venerable Brethren: Health and Apostolic Benediction.

1. "You shall draw waters with joy out of the Savior's fountain."(1) These words by which the prophet Isaias, using highly significant imagery, foretold the manifold and abundant gifts of God which the Christian era was to bring forth, come naturally to Our mind when We reflect on the centenary of that year when Our predecessor of immortal memory, Pius IX, gladly yielding to the prayers from the whole Catholic world, ordered the celebration of the feast of the Most Sacred Heart of Jesus in the Universal Church.

2. It is altogether impossible to enumerate the heavenly gifts which devotion to the Sacred Heart of Jesus has poured out on the souls of the faithful, purifying them, offering them heavenly strength, rousing them to the attainment of all virtues. Therefore, recalling those wise words of the Apostle St. James, "Every best gift and every perfect gift is from above, coming down from the Father of Lights,"(2) We are perfectly justified in seeing in this same devotion, which flourishes with increasing fervor throughout the world, a gift without price which our divine Savior the Incarnate Word, as the one Mediator of grace and truth between the heavenly Father and the human race imparted to the Church, His mystical Spouse, in recent centuries when she had to endure such trials and surmount so many difficulties.

3. The Church, rejoicing in this inestimable gift, can show forth a more ardent love of her divine Founder, and can, in a more generous and effective manner, respond to that invitation which St. John the Evangelist relates as having come from Christ Himself: "And on the last and great day of the festivity, Jesus stood and cried out, saying, 'If any man thirst, let him come to Me, and let him drink that believeth in Me. As the Scripture saith: Out of his heart there shall flow rivers of living waters.' Now this He said of the Spirit which they should receive who believed in Him."(3)

4. For those who were listening to Jesus speaking, it certainly was not difficult to relate these words by which He promised the fountain of "living water" destined to spring from His own side, to the words of sacred prophecy of Isaias, Ezechiel and Zacharias, foretelling the Messianic Kingdom, and likewise to the symbolic rock from which, when struck by Moses, water flowed forth in a miraculous manner.(4)

5. Divine Love first takes its origin from the Holy Spirit, Who is the Love in Person of the Father and the Son in the bosom of the most Holy Trinity. Most aptly then does the Apostle of the Gentiles echo, as it were, the words of Jesus Christ, when he ascribes the pouring forth of love in the hearts of believers to this Spirit of Love: "The charity of God is poured forth in our hearts by the Holy Spirit Who is given to us."(5)

6. Holy Writ declares that between divine charity, which must burn in the souls of Christians, and the Holy Spirit, Who is certainly Love Itself, there exists the closest bond, which clearly shows all of us, venerable brethren, the intimate nature of that worship which must be paid to the Most Sacred Heart of Jesus Christ. If we consider its special nature it is beyond question that this devotion is an act of religion of high order; it demands of us a complete and unreserved determination to devote and consecrate ourselves to the love of the divine Redeemer, Whose wounded Heart is its living token and symbol. It is equally clear, but at a higher level, that this same devotion provides us with a most powerful means of repaying the divine Lord by our own.

7. Indeed it follows that it is only under the impulse of love that the minds of men obey fully and perfectly the rule of the Supreme Being, since the influence of our love draws us close to the divine Will that it becomes as it were completely one with it, according to the saying, "He who is joined to the Lord, is one spirit."(6)

8. The Church has always valued, and still does, the devotion to the Most Sacred Heart of Jesus so highly that she provides for the spread of it among Christian peoples everywhere and by every means. At the same time she uses every effort to protect it against the charges of so-called "naturalism" and "sentimentalism." In spite of this it is much to be regretted that, both in the past and in our own times, this most noble devotion does not find a place of honor and esteem among certain Christians and even occasionally not among those who profess themselves moved by zeal for the Catholic religion and the attainment of holiness.

9. "If you but knew the gift of God."(7) With these words, venerable brethren, We who in the secret designs of God have been elected as the guardians and stewards of the sacred treasures of faith and piety which the divine Redeemer has entrusted to His Church, prompted by Our sense of duty, admonish them all.

10. For even though the devotion to the Sacred Heart of Jesus has triumphed so to speak, over the errors and the neglect of men, and has penetrated entirely His Mystical Body; still there are some of Our children who, led astray by prejudices, sometimes go so far as to consider this devotion ill-adapted, not to say detrimental, to the more pressing spiritual needs of the Church and humanity in this present age. There are some who, confusing and confounding the primary nature of this devotion with various individual forms of piety which the Church approves and encourages but does not command, regard this as a kind of additional practice which each one may take up or not according to his own inclination.

11. There are others who reckon this same devotion burdensome and of little or no use to men who are fighting in the army of the divine King and who are inspired mainly by the thought of laboring with their own strength, their own resources and expenditures of their own time, to defend Catholic truth, to teach and spread it, to instill Christian social teachings, to promote those acts of religion and those undertakings which they consider much more necessary today.

12. Again, there are those who so far from considering this devotion a strong support for the right ordering and renewal of Christian morals both in the individual's private life and in the home circle, see it rather a type of piety nourished not by the soul and mind but by the senses and consequently more suited to the use of women, since it seems to them something not quite suitable for educated men.

13. Moreover there are those who consider a devotion of this kind as primarily demanding penance, expiation and the other virtues which they call "passive," meaning thereby that they produce no external results. Hence they do not think it suitable to re-enkindle the spirit of piety in modern times. Rather, this should aim at open and vigorous action, at the triumph of the Catholic faith, at a strong defense of Christian morals. Christian morality today, as everyone knows, is easily contaminated by the sophistries of those who are indifferent to any form of religion, and who, discarding all distinctions between truth and falsehood, whether in thought or in practice, accept even the most ignoble corruptions of materialistic atheism, or as they call it, secularism.

14. Who does not see, venerable brethren, that opinions of this kind are in entire disagreement with the teachings which Our predecessors officially proclaimed from this seat of truth when approving the devotion to the Sacred Heart of Jesus.? Who would be so bold as to call that devotion useless and inappropriate to our age which Our predecessor of immortal memory, Leo XIII, declared to be "the most acceptable form of piety?" He had no doubt that in it there was a powerful remedy for the healing of those very evils which today also, and beyond question in a wider and more serious way, bring distress and disquiet to individuals and to the whole human race. "This devotion," he said, "which We recommend to all, will be profitable to all." And he added this counsel and encouragement with reference to the devotion to the Sacred Heart of Jesus: ". . .hence those forces of evil which have now for so long a time been taking root and which so fiercely compel us to seek help from Him by Whose strength alone they can be driven away. Who can He be but Jesus Christ, the only begotten Son of God? 'For there is no other name under heaven given to men whereby we must be saved.'(8) We must have recourse to Him Who is the Way, the Truth, and the Life."(9)

15. No less to be approved, no less suitable for the fostering of Christian piety was this devotion declared to be by Our predecessor of happy memory, Pius XI. In an encyclical letter he wrote: "Is not a summary of all our religion and, moreover, a guide to a more perfect life contained in this one devotion? Indeed, it more easily leads our minds to know Christ the Lord intimately and more effectively turns our hearts to love Him more ardently and to imitate Him more perfectly."(10)

16. To Us, no less than to Our predecessors, these capital truths are clear and certain. When We took up Our office of Supreme Pontiff and saw, in full accord with Our prayers and desires, that the devotion to the Sacred Heart of Jesus had increased and was actually, so to speak, making triumphal progress among Christian peoples, We rejoiced that from it were flowing through the whole Church innumerable and salutary results. This We were pleased to point out in Our first encyclical letter.(11)

17. Through the years of Our pontificate--years filled not only with bitter hardships but also with ineffable consolations these effects have not diminished in number or power or beauty, but on the contrary have increased. Indeed, happily there has begun a variety of projects which are conducive to a rekindling of this devotion. We refer to the formation of cultural associations for the advancement of religion and of charitable works; publications setting forth the true historical, ascetical and mystical doctrine concerning this entire subject; pious works of atonement; and in particular those manifestations of most ardent piety which the Apostleship of Prayer has brought about, under whose auspices and direction local gatherings - families, colleges, institutions - and sometimes nations have been consecrated to the Sacred Heart of Jesus. To all these We have offered paternal congratulations on many occasions, whether in letters written on the subject, in personal addresses, or even in messages delivered over the radio.(12)

18. Therefore when We perceive so fruitful an abundance of healing waters, that is, heavenly gifts of divine love, issuing from the Sacred Heart of our Redeemer, spreading among countless children of the Catholic Church by the inspiration and action of the divine Spirit; We can only exhort you, venerable brethren, with fatherly affection to join Us in giving tribute of praise and heartfelt thanks to God, the Giver of all good gifts. We make Our own these words of the Apostle of the Gentiles: "Now to Him Who is able to do all things more abundantly than we desire or understand, according to the power that worketh in us, to Him be glory in the Church and in Christ Jesus unto all generations world without end. Amen."(13)

19. But after We have paid Our debt of thanks to the Eternal God, We wish to urge on you and on all Our beloved children of the Church a more earnest consideration of those principles which take their origin from Scripture and the teaching of the Fathers and theologians and on which, as on solid foundations, the worship of the Sacred Heart of Jesus rests. We are absolutely convinced that not until we have made a profound study of the primary and loftier nature of this devotion with the aid of the light of the divinely revealed truth, can we rightly and fully appreciate its incomparable excellence and the inexhaustible abundance of its heavenly favors. Likewise by devout meditation and contemplation of the innumerable benefits produced from it, we will be able to celebrate worthily the completion of the first hundred years since the observance of the feast of the Sacred Heart of Jesus was extended to the Universal Church.

20. Moved therefore by this consideration, to the end that the minds of the faithful may have from Our hands salutary food and consequently after such nourishment be able more easily to arrive at a deeper understanding of the true nature of this devotion and possess its rich fruits, We will undertake to explain those pages of the Old and New Testament in which the infinite love of God for the human race (which we shall never be able adequately to contemplate) is revealed and set before us. Then, as occasion offers, We shall touch upon the main lines of the commentaries which the Fathers and Doctors of the Church have handed down to us. And finally, We shall strive to set in its true light the very close connection which exists between the form of devotion paid to the Heart of the divine Redeemer and the worship we owe to His love and to the love of the Most Holy Trinity for all men. For We think if only the main elements on which the most excellent form of devotion rests are clarified in the light of Sacred Scripture and the teachings of tradition, Christians can more easily "draw waters with joy out of the Savior's fountains."(14) By this We mean they can appreciate more fully the full weight of the special importance which devotion to the Sacred Heart of Jesus enjoys in the liturgy of the Church and in its internal and external life and action, and can also gather those fruits of salvation by which each one can bring about a healthy reform in his own conduct, as the bishops of the Christian flock desire.

21. That all may understand more exactly the teachings which the selected texts of the Old and New Testament furnish concerning this devotion, they must clearly understand the reasons why the Church gives the highest form of worship to the Heart of the divine Redeemer. As you well know, venerable brethren, the reasons are two in number. The first, which applies also to the other sacred members of the Body of Jesus Christ, rests on that principle whereby we recognize that His Heart, the noblest part of human nature, is hypostatically united to the Person of the divine Word. Consequently, there must be paid to it that worship of adoration with which the Church honors the Person of the Incarnate Son of God Himself. We are dealing here with an article of faith, for it has been solemnly defined in the general Council of Ephesus and the second Council of Constantinople.(15)

22. The other reason which refers in a particular manner to the Heart of the divine Redeemer, and likewise demands in a special way that the highest form of worship be paid to it, arises from the fact that His Heart, more than all the other members of His body, is the natural sign and symbol of His boundless love for the human race. "There is in the Sacred Heart," as Our predecessor of immortal memory, Leo XIII, pointed out, "the symbol and express image of the infinite love of Jesus Christ which moves us to love in return."(16)

23. It is of course beyond doubt that the Sacred Books never make express mention of a special worship of veneration and love made to the physical Heart of the Incarnate Word as the symbol of His burning love. But if this must certainly be admitted, it cannot cause us surprise nor in any way lead us to doubt the divine love for us which is the principal object of this devotion; since that love is proclaimed and insisted upon in the Old and in the New Testament by the kind of images which strongly arouse our emotions. Since these images were presented in the Sacred Writings foretelling the coming of the Son of God made man, they can be considered as a token of the noblest symbol and witness of that divine love, that is, of the most Sacred and Adorable Heart of the divine Redeemer.

24. We do not think it essential to Our subject to cite at length passages from the Old Testament books which contain truths divinely revealed in ancient times. We consider it sufficient to call to mind that the covenant made between God and the people and sanctified by peace offerings - the first Law of which was written on two tablets and made known by Moses(17) and explained by the prophets -was an agreement established not only on the strong foundation of God's supreme dominion and of man's duty of obedience but was also based and nourished on more noble considerations of love. The ultimate reason for obeying God, for the people of Israel, was not the fear of divine vengeance which the rumble of thunder and the lightning flashing from the top of Mount Sinai struck into their souls, but was rather the love they owed to God. "Hear, O Israel ! The Lord our God is one Lord. Thou shalt love the Lord, thy God, with thy whole heart, and thy whole soul, and thy whole strength. And these words which I command thee this day shall be in thy heart."(18)

25. We do not wonder then, that Moses and the prophets, whom the Angelic Doctor rightly names the "elders" of the chosen people,(19) perceived clearly that the foundation of the whole Law lay on this commandment of love, and described all the circumstances and relationships which should exist between God and His people by metaphors drawn from the natural love of a father and his children, or a man and his wife, rather than from the harsh imagery derived from the supreme dominion of God or the obligation of subjecting ourselves in fear. And so, to take an example, when Moses himself was singing his famous hymn in honor of the people restored to freedom from the slavery of Egypt, and wished to indicate it had come about by the power of God; he used these symbolic and touching expressions: "As the eagle enticing her young to fly, and hovering over them, (God) spread his wings, and hath taken him (Israel) and carried him on his shoulders."(20)

26. But perhaps none of the holy prophets has expressed and revealed as clearly and vividly as Osee the love with which God always watches over His people. In writings of this prophet, who is outstanding among the minor prophets for the sublimity of his concise language, God declares that His love for the chosen people, combining justice and a holy anxiety, is like the love of a merciful and loving father or of a husband whose honor is offended. This love is not diminished or withdrawn in the face of the perfidy or the horrible crimes of those who betray it. If it inflicts just chastisements on the guilty, it is not for the purpose of rejecting them or of abandoning them to themselves; but rather to bring about the repentance and the purification of the unfaithful spouse and ungrateful children, and to bind them once more to itself with renewed and yet stronger bonds of love. "Because Israel was a child, and I loved him; and I called my son out of Egypt. . .And I was like a foster father to Ephraim, and I carried them in my arms, and they knew not that I healed them. I will draw them with the cords of Adam, with the bonds of love. . .I will heal their wounds, I will love them; for My wrath is turned away from them. I will be as a dew, Israel shall spring up as a lily, and his root shall shoot forth as that of Libanus."(21)

27. Similar sentiments are uttered by the prophet Isaias when he introduces a conversation in the form of question and answer, as it were, between God and the chosen people: "And Sion said, 'the Lord hath forsaken me; the Lord hath forgotten me.' Can a woman forget her infant so as not to have pity on the son of her womb? And if she should forget, yet will not I forget thee."(22)

28. No less moving are the words which the author of the Canticle of Canticles, employing comparisons from conjugal affection, describes symbolically the bonds of mutual love by which God and his chosen people are united to each other: "As the lily among thorns, so is My love among the daughters. . .I to My beloved and My beloved to Me, who feedeth among the lilies. . .Put Me as a seal upon thy heart, as a seal upon thy arm; for love is strong as death, jealousy is hard as hell, the lamps thereof are lamps of fire and flames."(23)

29. This most tender, forgiving and patient love of God, though it deems unworthy the people of Israel as they add sin to sin, nevertheless at no time casts them off entirely. And though it seems strong and exalted indeed, yet it was only an advance symbol of that burning charity which mankind' s promised Redeemer, from His most loving Heart, was destined to open to all and which was to be the type of His love for us and the foundation of the new covenant.

30. Assuredly, when He who is the only begotten of the Father and the Word made flesh "full of grace and truth"(24) had come to men weighed down with many sins and miseries it was He alone, from that human nature united hypostatically to the divine Person, Who could open to the human race the "fountain of living water" which would irrigate the parched land and transform it into a fruitful and flourishing garden.

31. That this most wondrous effect would come to pass as a result of the merciful and everlasting love of God the prophet Jeremias seems to foretell in a manner in these words: "I have loved thee with an everlasting love, therefore I have drawn thee taking pity on thee. . .Behold the days shall come, saith the Lord, and I shall make a new covenant with the house of Israel and with the house of Juda. . .this will be the covenant that I will make with the house of Israel, after those days, saith the Lord; I will give My law in their bowels, and will write it in their heart, and I will be their God and they shall be My people. . .for I will forgive their iniquity and I will remember their sin no more."(25)

32. But it is only in the Gospels that we find definitely and clearly set out the new covenant between God and man; for that covenant which Moses had made between the people of Israel and God was a mere symbol and a sign of the covenant foretold by the prophet Jeremias. We say that this new covenant is that very thing which was established and effected by the work of the Incarnate Word Who is the source of divine grace. This covenant is therefore to be considered incomparably more excellent and more solid because it was ratified, not as in the past by the blood of goats and calves, but by the most precious Blood of Him Whom these same innocent animals, devoid of reason, had already prefigured: "The Lamb of God, who taketh away the sins of the world."(26)

33. The Christian covenant, much more than that of the old, clearly appears as an agreement based not on slavery or on fear, but as one ratified by that friendship which ought to exist between a father and his children, as one nourished and strengthened by a more generous outpouring of divine grace and truth according to the saying of St. John the Evangelist: "And of his fulness we have all received, and grace for grace. For the Law was given by Moses; grace and truth came by Jesus Christ."(27)

34. Since we have been introduced, venerable brethren, to the innermost mystery of the infinite charity of the Word Incarnate by these words of the disciple "whom Jesus loved and who also leaned on His breast at the supper,"(28) it seems meet and just, right and availing unto salvation, to pause for a short time in sweet contemplation of this mystery so that, enlightened by that light which shines from the Gospel and makes clearer the mystery itself, we also may be able to obtain the realization of the desire of which the Apostle of the Gentiles speaks in writing to the Ephesians. "That Christ may dwell by faith in your hearts, that being rooted and founded in charity you may be able to comprehend with all the saints what is the breadth, and length, and height, and depth; to know also the charity of Christ which surpasseth all knowledge, that you may be filled unto all the fulness of God."(29)

35. The mystery of the divine redemption is primarily and by its very nature a mystery of love, that is, of the perfect love of Christ for His heavenly Father to Whom the sacrifice of the Cross, offered in a spirit of love and obedience, presents the most abundant and infinite satisfaction due for the sins of the human race; "By suffering out of love and obedience, Christ gave more to God than was required to compensate for the offense of the whole human race."(30)

36. It is also a mystery of the love of the Most Holy Trinity and of the divine Redeemer towards all men. Because they were entirely unable to make adequate satisfaction for their sins,(31) Christ, through the infinite treasure of His merits acquired for us by the shedding of His precious Blood, was able to restore completely that pact of friendship between God and man which had been broken, first by the grievous fall of Adam in the earthly paradise and then by the countless sins of the chosen people.

37. Since our divine Redeemer as our lawful and perfect Mediator, out of His ardent love for us, restored complete harmony between the duties and obligations of the human race and the rights of God, He is therefore responsible for the existence of that wonderful reconciliation of divine justice and divine mercy which constitutes the sublime mystery of our salvation. On this point the Angelic Doctor wisely comments: "That man should be delivered by Christ's Passion was in keeping with both His mercy and His justice. With His justice, because by His Passion Christ made satisfaction for the sins of the human race, and so man was set free by Christ's justice; and with His mercy, for since man of himself could not satisfy for the sin of all human nature, God gave him His Son to satisfy for him. And this came of a more copious mercy than if he had forgiven sins without satisfaction: Hence St. Paul says: 'God, who is rich in mercy, by reason of His very great love wherewith He has loved us even when we were dead by reason of our sins, brought us to life together with Christ.'"(32)

38. But in order that we really may be able, so far as it is permitted to mortal men, "to comprehend with all the saints what is the breadth, and length, and height, and depth"(33) of the hidden love of the Incarnate Word for His heavenly Father and for men infected by the taint of sins, we must note well that His love was not entirely the spiritual love proper to God inasmuch as "God is a spirit."(34) Undoubtedly the love with which God loved our forefathers and the Hebrew people was of this nature. For this reason the expressions of human, intimate, and paternal love which we find in the Psalms, the writings of the prophets, and in the Canticle of Canticles are tokens and symbols of the true but entirely spiritual love with which God continued to sustain the human race. On the other hand, the love which breathes from the Gospel, from the letters of the Apostles and the pages of the Apocalypse, all of which portray the love of the Heart of Jesus Christ, expresses not only divine love but also human sentiments of love. All who profess themselves Catholics accept this without question.

39. For the Word of God did not assume a feigned and unsubstantial body, as already in the first century of Christianity some heretics declared and who were condemned in these solemn words of St. John the Apostle: "For many seducers are gone out into the world, who do confess not that Jesus Christ is come in the flesh. Here is a seducer and the antichrist,"(35) but He united to His divine Person a truly human nature, individual, whole and perfect, which was conceived in the most pure womb of the Virgin Mary by the power of the Holy Ghost.(36)

40. Nothing, then, was wanting to the human nature which the Word of God united to Himself. Consequently He assumed it in no diminished way, in no different sense in what concerns the spiritual and the corporeal: that is, it was endowed with intellect and will and the other internal and external faculties of perception, and likewise with the desires and all the natural impulses of the senses. All this the Catholic Church teaches as solemnly defined and ratified by the Roman Pontiffs and the general councils. "Whole and entire in what is His own, whole and entire in what is ours."(37) "Perfect in His Godhead and likewise perfect in His humanity."(38) "Complete God is man, complete man is God."(39)

41. Hence, since there can be no doubt that Jesus Christ received a true body and had all the affections proper to the same, among which love surpassed all the rest, it is likewise beyond doubt that He was endowed with a physical heart like ours; for without this noblest part of the body the ordinary emotions of human life are impossible. Therefore the Heart of Jesus Christ, hypostatically united to the divine Person of the Word, certainly beat with love and with the other emotions- but these, joined to a human will full of divine charity and to the infinite love itself which the Son shares with the Father and the Holy Spirit, were in such complete unity and agreement that never among these three loves was there any contradiction of or disharmony.(40)

42. However, even though the Word of God took to Himself a true and perfect human nature, and made and fashioned for Himself a heart of flesh, which, no less than ours could suffer and be pierced, unless this fact is considered in the light of the hypostatic and substantial union and in the light of its complement, the fact of man' s redemption, it can be a stumbling block and foolishness to some, just as Jesus Christ, nailed to the Cross, actually was to the Jewish race and to the Gentiles.(41)

43. The official teachings of the Catholic faith, in complete agreement with Scripture, assure us that the only begotten Son of God took a human nature capable of suffering and death especially because He desired, as He hung from the Cross, to offer a bloody sacrifice in order to complete the work of man's salvation. This the Apostle of the Gentiles teaches in another way: "For both He that sanctifieth, and they who are sanctified are all of one. For which cause He is not ashamed to call them brethren, saying, 'I will declare thy name to My brethren'. . .And again, 'Behold I and My children, whom God hath given Me.' Therefore, because the children are partakers of flesh and blood, He also in like manner hath been partaker of the same. . .Wherefore it behooved Him in all things to be made like unto His brethren that He might become a merciful and faithful high priest before God, that He might be a propitiation for the sins of the people. For in that wherein He Himself hath suffered and been tempted He is able to succor them who are tempted."(42)

44. The holy Fathers, true witnesses of the divinely revealed doctrine, wonderfully understood what St. Paul the Apostle had quite clearly declared; namely, that the mystery of love was, as it were, both the foundation and the culmination of the Incarnation and the Redemption. For frequently and clearly we can read in their writings that Jesus Christ took a perfect human nature and our weak and perishable human body with the object of providing for our eternal salvation, and of revealing to us in the clearest possible manner that His infinite love for us could express itself in human terms.

45. St. Justin, almost echoing the voice of the Apostle of the Gentiles, writes: "We adore and love the Word born of the unbegotten and ineffable God since He became man for our sake, so that having become a partaker of our sufferings He might provide a remedy for them."(43)

46. St. Basil, the first of the three Cappadocian Fathers declares that the feelings of the senses in Christ were at once true and holy: "It is clear that the Lord did indeed put on natural affections as a proof of His real and not imaginary Incarnation, and that He rejected as unworthy of the Godhead those corrupt affections which defile the purity of our life."(44)

47. Similarly that light of the Church of Antioch, St. John Chrysostom, admits that the emotion of the senses to which the divine Redeemer was subject made obvious the fact that He assumed a human nature complete in all respects: "For if He had not shared our nature He would not have repeatedly been seized with grief."(45)

48. Among the Latin Fathers one may cite those whom the Church today honors as the greatest doctors. Thus St. Ambrose bears witness that the movements and dispositions of the senses, from which the Incarnate Word of (God was not exempt, flow from the hypostatic union as from their natural source: "And therefore He put on a soul and the passions of the soul; for God, precisely because He is God, could not have been disturbed nor could He have died."(46)

49. It was from these very emotions that St. Jerome derived his chief proof that Christ had really put on human nature: "Our Lord, to prove the truth of the manhood He had assumed, experiences real sadness."(47)

50. But St. Augustine, in a special manner, notices the connections that exist between the sentiments of the Incarnate Word and their purpose, man's redemption. "These affections of human infirmity, even as the human body itself and death, the Lord Jesus put on not out of necessity, but freely out of compassion so that He might transform in Himself His Body, which is the Church of which He deigned to be the Head, that is, His members who are among the faithful and the saints, so that if any of them in the trials of this life should be saddened and afflicted they should not therefore think that they are deprived of His grace. Nor should they consider this sorrow a sin, but a sign of human weakness. Like a choir singing in harmony with the note that has been sounded, so should His Body learn from its Head."(48)

51. More briefly, but no less effectively, do the following passages from St. John Damascene set out the teaching of the Church: "Complete God assumed me completely and complete man is united to complete God so that He might bring salvation to complete man. For what was not assumed could not be healed."(49) "He therefore assumed all that He might sanctify all."(50)

52. However, it must be noted that although these selected passages from Scripture and the Fathers and many similar ones that We have not cited give clear testimony that Jesus Christ was endowed with affections and sense perceptions, and hence that He assumed human nature in order to work for our eternal salvation, yet they never refer those affections to His physical heart in such a way as to point to it clearly as the symbol of His infinite love.

53. Granted that the Evangelists and other sacred writers do not explicitly describe the Heart of our Redeemer, living and throbbing like our own with the power of feeling, and ever throbbing with the emotions and affections of His soul and the glowing charity of His twofold will, yet they often set in their proper light His divine love and the sense emotions which accompany it; that is, desire, joy, weakness, fear and anger, as shown by His face, words or gesture. The face of our adorable Savior was especially the guide, and a kind of faithful reflection, of those emotions which moved His soul in various ways and like repeating waves touched His Sacred Heart and excited its beating. For what is true of human psychology and its effects is valid here also. The Angelic Doctor, relying on ordinary experience, notes: "An emotion caused by anger is conveyed to the external members, and particularly to those members in which the heart's imprint is more obviously reflected, such as the eyes, the face, and the tongue."(51)

54. For these reasons, the Heart of the Incarnate Word is deservedly and rightly considered the chief sign and symbol of that threefold love with which the divine Redeemer unceasingly loves His eternal Father and all mankind.

55. It is a symbol of that divine love which He shares with the Father and the Holy Spirit but which He, the Word made flesh, alone manifests through a weak and perishable body, since "in Him dwells the fullness of the Godhead bodily."(52)

56. It is, besides, the symbol of that burning love which, infused into His soul, enriches the human will of Christ and enlightens and governs its acts by the most perfect knowledge derived both from the beatific vision and that which is directly infused.(53)

57. And finally - and this in a more natural and direct way - it is the symbol also of sensible love, since the body of Jesus Christ, formed by the Holy Spirit, in the womb of the Virgin Mary, possesses full powers of feelings and perception, in fact, more so than any other human body.(54)

58. Since, therefore, Sacred Scripture and the official teaching of the Catholic faith instruct us that all things find their complete harmony and order in the most holy soul of Jesus Christ, and that He has manifestly directed His threefold love for the securing of our redemption, it unquestionably follows that we can contemplate and honor the Heart of the divine Redeemer as a symbolic image of His love and a witness of our redemption and, at the same time, as a sort of mystical ladder by which we mount to the embrace of "God our Savior."(55)

59. Hence His words, actions, commands, miracles, and especially those works which manifest more clearly His love for us - such as the divine institution of the Eucharist, His most bitter sufferings and death, the loving gift of His holy Mother to us, the founding of the Church for us, and finally, the sending of the Holy Spirit upon the Apostles and upon us - all these, We say, ought to be looked upon as proofs of His threefold love.

60. Likewise we ought to meditate most lovingly on the beating of His Sacred Heart by which He seemed, as it were, to measure the time of His sojourn on earth until that final moment when, as the Evangelists testify, "crying out with a loud voice 'It is finished.', and bowing His Head, He yielded up the ghost."(56) Then it was that His heart ceased to beat and His sensible love was interrupted until the time when, triumphing over death, He rose from the tomb.

61. But after His glorified body had been re-united to the soul of the divine Redeemer, conqueror of death, His most Sacred Heart never ceased, and never will cease, to beat with calm and imperturbable pulsations. Likewise, it will never cease to symbolize the threefold love with which He is bound to His heavenly Father and the entire human race, of which He has every claim to be the mystical Head.

62. And now, venerable brethren, in order that we may be able to gather from these holy considerations abundant and salutary fruits, We desire to reflect on and briefly contemplate the manifold affections, human and divine, of our Savior Jesus Christ which His Heart made known to us during the course of His mortal life and which It still does and will continue to do for all eternity. From the pages of the Gospel particularly there shines forth for us the light, by the brightness and strength of which we can enter into the secret places of this divine Heart and, with the Apostle of the Gentiles, gaze at "the abundant riches of (God's) grace, in his bounty towards us in Christ Jesus."(57)

63. The adorable Heart of Jesus Christ began to beat with a love at once human and divine after the Virgin Mary generously pronounced Her "Fiat"; and the Word of God, as the Apostle remarks: "coming into the world, saith, 'Sacrifice and oblation thou wouldst not; but a body thou hast fitted to Me; holocausts for sin did not please thee. Then said I, "Behold I come"; in the head of the book it is written of Me, "that I should do thy will, O God!"'. . .In which will we are sanctified by the oblation of the body of Jesus Christ once."(58)

64. Likewise was He moved by love, completely in harmony with the affections of His human will and the divine Love, when in the house of Nazareth He conversed with His most sweet Mother and His foster father, St. Joseph, in obedience to whom He performed laborious tasks in the trade of a carpenter.

65. Again, He was influenced by that threefold love, of which We spoke, during His public life: in long apostolic journeys; in the working of innumerable miracles, by which He summoned back the dead from the grave or granted health to all manner of sick persons; in enduring labors; in bearing fatigue, hunger and thirst; in the nightly watchings during which He prayed most lovingly to His Father; and finally, in His preaching and in setting forth and explaining His parables, in those particularly which deal with mercy--the lost drachma, the lost sheep, the prodigal son. By these indeed both by act and by word, as St. Gregory the Great notes, the Heart of God Itself is revealed: "Learn the Heart of God in the words of God, that you may long more ardently for things eternal."(59)

66. But the Heart of Jesus Christ was moved by a more urgent charity when from His lips were drawn words breathing the most ardent love. Thus, to give examples: when He was gazing at the crowds weary and hungry, He exclaimed: "I have compassion upon the crowd";(60) and when He looked down on His beloved city of Jerusalem, blinded by its sins, and so destined for final ruin, He uttered this sentence: "Jerusalem, Jerusalem, thou that slayest the prophets, and stonest them that are sent unto thee, how often would I have gathered together thy children, as the hen doth gather her chickens under her wings, and thou wouldst not!"(61) And His Heart beat with love for His Father and with a holy anger when seeing the sacrilegious buying and selling taking place in the Temple, He rebuked the violators with these words: "It is written: My house shall be called a house of prayer; but you have made it a den of thieves."(62)

67. But His Heart was moved by a particularly intense love mingled with fear as He perceived the hour of His bitter torments drawing near and, expressing a natural repugnance for the approaching pains and death, He cried out: "Father, if it be possible, let this chalice pass from Me."(63) And when He was greeted by the traitor with a kiss, in love triumphant united to deepest grief, He addressed to him those words which seem to be the final invitation of His most merciful Heart to the friend who, obdurate in his wicked treachery, was about to hand Him over to His executioners: "Friend, whereto art thou come? Dost thou betray the Son of Man with a kiss?"(64) It was out of pity and the depths of His love that He spoke to the devout women as they wept for Him on His way to the unmerited penalty of the Cross: "Daughters of Jerusalem, weep not over Me, but weep for yourselves and for your children. . .For if in the green wood they do these things, what shall be done in the dry?"(65)

68. And when the divine Redeemer was hanging on the Cross, He showed that His Heart was strongly moved by different emotions - burning love, desolation, pity, longing desire, unruffled peace. The words spoken plainly indicate these emotions: "Father, forgive them; they know not what they do!"(66) "My God, My God, why hast Thou forsaken Me?"(67) "Amen, I say to thee, this day thou shalt be with Me in paradise."(68) "I thirst."(69) "Father, into Thy hands I commend My spirit."(70)

69. But who can worthily depict those beatings of the divine Heart, the signs of His infinite love, of those moments when He granted men His greatest gifts: Himself in the Sacrament of the Eucharist, His most holy Mother, and the office of the priesthood shared with us?

70. Even before He ate the Last Supper with His disciples Christ Our Lord, since He knew He was about to institute the sacrament of His body and blood by the shedding of which the new covenant was to be consecrated, felt His heart roused by strong emotions, which He revealed to the Apostles in these words: "With desire have I desired to eat this Pasch with you before I suffer."(71) And these emotions were doubtless even stronger when "taking bread, He gave thanks, and broke, and gave to them, saying, 'This is My body which is given for you, this do in commemoration of Me.' Likewise the chalice also, after He had supped, saying, 'This chalice is the new testament in My blood, which shall be shed for you.'"(72)

71. It can therefore be declared that the divine Eucharist, both the sacrament which He gives to men and the sacrifice in which He unceasingly offers Himself from the rising of the sun till the going down thereof,"(73) and likewise the priesthood, are indeed gifts of the Sacred Heart of Jesus.

72. Another most precious gift of His Sacred Heart is, as We have said, Mary the beloved Mother of God and the most loving Mother of us all. She who gave birth to our Savior according to the flesh and was associated with Him in recalling the children of Eve to the life of divine grace has deservedly been hailed as the spiritual Mother of the whole human race. And so St. Augustine writes of her: "Clearly She is Mother of the members of the Savior (which is what we are), because She labored with Him in love that the faithful who are members of the Head might be born in the Church."(74)

73. To the unbloody gift of Himself under the appearance of bread and wine our Savior Jesus Christ wished to join, as the chief proof of His deep and infinite love, the bloody sacrifice of the Cross. By this manner of acting He gave an example of His supreme charity, which He had proposed to His disciples as the highest point of love in these words: "Greater love than this no man hath, that a man lay down his life for his friends."(75)

74. Thus the love of Jesus Christ the Son of God, by the sacrifice of Golgotha, cast a flood of light on the meaning of the love of God Himself: "In this we know the charity of God, because He hath laid down His life for us, and we ought to lay down our lives for the brethren."(76) And in truth it was more by love than by the violence of the executioners that our divine Redeemer was fixed to the Cross; and His voluntary total offering is the supreme gift which He gave to each man, according to that terse saying of the Apostles, "He loved me, and delivered Himself for me."(77)

75. The Sacred Heart of Jesus shares in a most intimate way in the life of the Incarnate Word, and has been thus assumed as a kind of instrument of the Divinity. It is therefore beyond all doubt that, in the carrying out of works of grace and divine omnipotence, His Heart, no less than the other members of His human nature is also a legitimate symbol of that unbounded love.(78)

76. Under the influence of this love, our Savior, by the outpouring of His blood, became wedded to His Church: "By love, He allowed Himself to be espoused to His Church."(79) Hence, from the wounded Heart of the Redeemer was born the Church, the dispenser of the Blood of the Redemption--whence flows that plentiful stream of Sacramental grace from which the children of the Church drink of eternal life, as we read in the sacred liturgy: "From the pierced Heart, the Church, the Bride of Christ, is born....And He pours forth grace from His Heart."(80)

77. Concerning the meaning of this symbol, which was known even to the earliest Fathers and ecclesiastical writers, St. Thomas Aquinas, echoing something of their words, writes as follows: "From the side of Christ, there flowed water for cleansing, blood for redeeming. Hence blood is associated with the sacrament of the Eucharist, water with the sacrament of Baptism, which has its cleansing power by virtue of the blood of Christ."(81)

78. What is here written of the side of Christ, opened by the wound from the soldier, should also be said of the Heart which was certainly reached by the stab of the lance, since the soldier pierced it precisely to make certain that Jesus Christ crucified was really dead. Hence the wound of the most Sacred Heart of Jesus, now that He has completed His mortal life, remains through the course of the ages a striking image of that spontaneous charity by which God gave His only begotten Son for the redemption of men and by which Christ expressed such passionate love for us that He offered Himself as a bleeding victim on Calvary for our sake: "Christ loved us and delivered Himself for us, an oblation and a sacrifice to God for an odor of sweetness."(82)

79. After our Lord had ascended into heaven with His body adorned with the splendors of eternal glory and took His place by the right hand of the Father, He did not cease to remain with His Spouse, the Church, by means of the burning love with which His Heart beats. For He bears in His hands, feet and side the glorious marks of the wounds which manifest the threefold victory won over the devil, sin, and death.

80. He likewise keeps in His Heart, locked as it were in a most precious shrine, the unlimited treasures of His merits, the fruits of that same threefold triumph, which He generously bestows on the redeemed human race. This is a truth full of consolation, which the Apostle of the Gentiles expresses in these words: "Ascending on high, He led captivity captive; He gave gifts to men. . .He that descended, is the same also that ascended above all the heavens that He might fill all things."(83)

81. The gift of the Holy Spirit, sent upon His disciples, is the first notable sign of His abounding charity after His triumphant ascent to the right hand of His Father. For after ten days the Holy Spirit, given by the heavenly Father, came down upon them gathered in the Upper Room in accordance with the promise made at the Last Supper: "I will ask the Father and He will give you another Paraclete so that He may abide with you forever."(84) And this Paraclete, who is the mutual personal love between the Father and the Son, is sent by both and, under the adopted appearance of tongues of fire, poured into their souls an abundance of divine charity and the other heavenly gifts.

82. The infusion of this divine charity also has its origin in the Heart of the Savior, "in which are hid all the treasures of wisdom and knowledge."(85) For this charity is the gift of Jesus Christ and of His Spirit; for He is indeed the spirit of the Father and the Son from whom the origin of the Church and its marvelous extension is revealed to all the pagan races which had been defiled by idolatry, family hatred, corrupt morals, and violence.

83. This divine charity is the most precious gift of the Heart of Christ and of His Spirit: It is this which imparted to the Apostles and martyrs that fortitude, by the strength of which they fought their battles like heroes till death in order to preach the truth of the Gospel and bear witness to it by the shedding of their blood; it is this which implanted in the Doctors of the Church their intense zeal for explaining and defending the Catholic faith; this nourished the virtues of the confessors, and roused them to those marvelous works useful for their own salvation and beneficial to the salvation of others both in this life and in the next; this, finally, moved the virgins to a free and joyful withdrawal from the pleasures of the senses and to the complete dedication of themselves to the love of their heavenly Spouse.

84. It was to pay honor to this divine charity which, overflowing from the Heart of the Incarnate Word, is poured out by the aid of the Holy Spirit into the souls of all believers that the Apostle of the Gentiles uttered this hymn of triumph which proclaims the victory of Christ the Head, and of the members of His Mystical Body, over all which might in any way impede the establishment of the kingdom of love among men: "Who shall separate us from the love of Christ? Shall tribulation or distress? or famine? or nakedness? or danger? or persecution? or the sword?. . .But in all these things we overcome because of Him that hath loved us. For I am sure that neither death nor life, nor angels nor principalities, nor powers, nor things present, nor things to come, nor might, nor height nor depth, nor any other creature shall be able to separate us from the love of God, which is in Christ Jesus our Lord."(86)

85. Nothing therefore prevents our adoring the Sacred Heart of Jesus Christ as having a part in and being the natural and expressive symbol of the abiding love with which the divine Redeemer is still on fire for mankind. Though it is no longer subject to the varying emotions of this mortal life, yet it lives and beats and is united inseparably with the Person of the divine Word and, in Him and through Him, with the divine Will. Since then the Heart of Christ is overflowing with love both human and divine and rich with the treasure of all graces which our Redeemer acquired by His life, sufferings and death, it is therefore the enduring source of that charity which His Spirit pours forth on all the members of His Mystical Body.

86. And so the Heart of our Savior reflects in some way the image of the divine Person of the Word and, at the same time, of His twofold nature, the human and the divine; in it we can consider not only the symbol but, in a sense, the summary of the whole mystery of our redemption. When we adore the Sacred Heart of Jesus Christ, we adore in it and through it both the uncreated love of the divine Word and also its human love and its other emotions and virtues, since both loves moved our Redeemer to sacrifice Himself for us and for His Spouse, the Universal Church, as the Apostle declares: "Christ loved the Church, and delivered Himself up for it, that He might sanctify it, cleansing it by the laver of water in the word of life, that He might present it to Himself a glorious Church, not having spot or wrinkle, or any such thing, but that it should be holy and without blemish."(87)

87. Just as Christ loved the Church, so He still loves it most intensely with that threefold love of which We spoke, which moved Him as our Advocate(88) "always living to make intercession for us"(89) to win grace and mercy for us from His Father. The prayers which are drawn from that unfailing love, and are directed to the Father, never cease. As "in the days of His flesh,"(90) so now victorious in heaven, He makes His petition to His heavenly Father with equal efficacy, to Him "Who so loved the world that He gave His only begotten Son, that whosoever believeth in Him may not perish, but may have life everlasting,"(91) He shows His living Heart, wounded as it were, and throbbing with a love yet more intense than when it was wounded in death by the Roman soldier's lance: "(Thy Heart) has been wounded so that through the visible wound we may behold the invisible wound of love."(92)

88. It is beyond doubt, then, that His heavenly Father "Who spared not even His own Son, but delivered Him up for us all,"(93) when appealed to with such loving urgency by so powerful an Advocate, will, through Him, send down on all men an abundance of divine graces.

89. It was Our wish, venerable brethren, by this general outline, to set before you and the faithful the inner nature of the devotion to the Sacred Heart of Jesus Christ and the endless riches which spring from it as they are made clear by the primary source of doctrine, divine revelation. We think that Our comments, which are guided by the light of the Gospel, have proved that this devotion, summarily expressed, is nothing else than devotion to the divine and human love of the Incarnate Word and to the love by which the heavenly Father and the Holy Spirit exercise their care over sinful men. For, as the Angelic Doctor teaches, the love of the most Holy Trinity is the origin of man's redemption; it overflowed into the human will of Jesus Christ and into His adorable Heart with full efficacy and led Him, under the impulse of that love, to pour forth His blood to redeem us from the captivity of sin(94): "I have a baptism wherewith I am to be baptized, and how am I straitened until it be accomplished?"(95)

90. We are convinced, then, that the devotion which We are fostering to the love of God and Jesus Christ for the human race by means of the revered symbol of the pierced Heart of the crucified Redeemer has never been altogether unknown to the piety of the faithful, although it has become more clearly known and has spread in a remarkable manner throughout the Church in quite recent times. Particularly was this so after our Lord Himself had privately revealed this divine secret to some of His children to whom He had granted an abundance of heavenly gifts, and whom He had chosen as His special messengers and heralds of this devotion.

91. But, in fact, there have always been men specially dedicated to God who, following the example of the beloved Mother of God, of the Apostles and the great Fathers of the Church, have practiced the devotion of thanksgiving, adoration and love towards the most sacred human nature of Christ, and especially towards the wounds by which His body was torn when He was enduring suffering for our salvation.

92. Moreover, is there not contained in those words "My Lord and My God"(96) which St. Thomas the Apostle uttered, and which showed he had been changed from an unbeliever into a faithful follower, a profession of faith, adoration and love, mounting up from the wounded human nature of his Lord to the majesty of the divine Person?

93. But if men have always been deeply moved by the pierced Heart of the Savior to a worship of that infinite love with which He embraces mankind -- since the words of the prophet Zacharias, "They shall look on Him Whom they have pierced,"(97) referred by St. John the Evangelist to Jesus nailed to the Cross, have been spoken to Christians in all ages -- it must yet be admitted that it was only by a very gradual advance that the honors of a special devotion were offered to that Heart as depicting the love, human and divine, which exists in the Incarnate Word.

94. But for those who wish to touch on the more significant stages of this devotion through the centuries, if we consider outward practice, there immediately occur the names of certain individuals who have won particular renown in this matter as being the advance guard of a form of piety which, privately and very gradually, has gained more and more strength in religious congregations. To cite some examples in establishing this devotion to the Sacred Heart of Jesus and continuously promoting it, great service was rendered by St. Bonaventure, St. Albert the Great, St. Gertrude, St. Catherine of Siena, Blessed Henry Suso, St. Peter Canisius, St. Francis de Sales. St. John Eudes was responsible for the first liturgical office celebrated in honor of the Sacred Heart of Jesus whose solemn feast, with the approval of many Bishops in France, was observed for the first time on October 20th, 1672.

95. But surely the most distinguished place among those who have fostered this most excellent type of devotion is held by St. Margaret Mary Alacoque who, under the spiritual direction of Blessed Claude de la Colombiere who assisted her work, was on fire with an unusual zeal to see to it that the real meaning of the devotion which had had such extensive developments to the great edification of the faithful should be established and be distinguished from other forms of Christian piety by the special qualities of love and reparation.(98)

96. It is enough to recall the record of that age in which the devotion to the Sacred Heart of Jesus began to develop to understand clearly that its marvelous progress has stemmed from the fact that it entirely agreed with the nature of Christian piety since it was a devotion of love. It must not be said that this devotion has taken its origin from some private revelation of God and has suddenly appeared in the Church; rather, it has blossomed forth of its own accord as a result of that lively faith and burning devotion of men who were endowed with heavenly gifts, and who were drawn towards the adorable Redeemer and His glorious wounds which they saw as irresistible proofs of that unbounded love.

97. Consequently, it is clear that the revelations made to St. Margaret Mary brought nothing new into Catholic doctrine. Their importance lay in this that Christ Our Lord, exposing His Sacred Heart, wished in a quite extraordinary way to invite the minds of men to a contemplation of, and a devotion to, the mystery of God's merciful love for the human race. In this special manifestation Christ pointed to His Heart, with definite and repeated words, as the symbol by which men should be attracted to a knowledge and recognition of His love; and at the same time He established it as a sign or pledge of mercy and grace for the needs of the Church of our times.

98. In addition, that this devotion flows from the very foundations of Christian teaching is clearly shown by the fact that the Apostolic See approved the liturgical feast before it approved the writings of St. Margaret Mary; for without exactly taking account of any private revelation from God, but rather graciously acceeding to the petitions of the faithful, the Sacred Congregation of Rites - by a decree of the 25th of January 1765, which was approved by Our predecessor, Clement XIII, on the 6th of February of the same year - granted the liturgical celebration of the feast to the Polish Bishops and to what was called the Archconfraternity of the Sacred Heart of Jesus at Rome. The Apostolic See acted in this way so that the devotion then existing and flourishing might be extended, since its purpose was "by this symbol to renew the memory of that divine love"(99) by which Our Savior was moved to offer Himself as a victim atoning for the sins of men.

99. This first approval, granted as a privilege and restricted within limits, was followed about a century later by another of far greater importance and couched in more solemn terms. We mean the decree, which We referred to above, of the Sacred Congregation of Rites of the 23rd of August 1856 by which Our predecessor of immortal memory, Pius IX, in answer to the prayer of the French Bishops and of almost the whole Catholic world, extended the feast of the Sacred Heart of Jesus to the Universal Church and ordered it to be fittingly observed.(100) This act richly deserved to be commended to the lasting memory of the faithful, for as we read in the liturgy of the same feast: "From that time the devotion to the Sacred Heart, like a stream in flood sweeping aside all obstacles, spread out over the whole world."

100. From what We have so far explained, venerable brethren, it is clear that the faithful must seek from Scripture, tradition and the sacred liturgy as from a deep untainted source, the devotion to the Sacred Heart of Jesus if they desire to penetrate its inner nature and by piously meditating on it, receive the nourishment for the fostering and development of their religious fervor. If this devotion is constantly practiced with this knowledge and understanding, the souls of the faithful cannot but attain to the sweet knowledge of the love of Christ which is the perfection of Christian life as the Apostle, who knew this from personal experience, teaches: "For this cause I bow my knees to the Father of our Lord Jesus Christ. . . that He may grant you, according to the riches of His glory, to be strengthened by His Spirit with might unto the inward man; that Christ may dwell by faith in your hearts; that, being rooted and founded in charity. . .you may be able to know also the charity of Christ which surpasseth all knowledge, that you may be filled unto all the fullness of God."(101) The clearest image of this all-embracing fullness of God is the Heart of Christ Jesus Itself. We mean the fullness of mercy which is proper to the New Testament, in which "the goodness and kindness of God our Savior appeared,"(102) for "God sent not His Son into the world to judge the world, but that the world might be saved by Him."(103)

101. The Church, the teacher of men, has therefore always been convinced from the time she first published official documents concerning the devotion to the Sacred Heart of Jesus that its essential elements, namely, acts of love and reparation by which God's infinite love for the human race is honored, are in no sense tinged with so-called "materialism" or tainted with the poison of superstition. Rather, this devotion is a form of piety that fully corresponds to the true spiritual worship which the Savior Himself foretold when speaking to the woman of Samaria: "The hour cometh, and now is, when the true adorers shall adore the Father in spirit and in truth. For the Father also seeketh such to adore Him. God is a spirit; and they that adore Him must adore Him in spirit and in truth."(104)

102. It is wrong, therefore, to assert that the contemplation of the physical Heart of Jesus prevents an approach to a close love of God and holds back the soul on the way to the attainment of the highest virtues. This false mystical doctrine the Church emphatically rejects as, speaking through Our predecessor of happy memory, Innocent XI, she rejected the errors of those who foolishly declared: "(Souls of this interior way) ought not to make acts of love for the Blessed Virgin, the Saints or the humanity of Christ; for love directed towards those is of the senses, since its objects are also of that kind. No creature, neither the Blessed Virgin nor the Saints, ought to have a place in our heart, because God alone wishes to occupy it and possess it."(105) It is obvious that those who think in this way imagine that the image of the Heart of Jesus represents His human love alone and that there is nothing in it on which, as on a new foundation, the worship of adoration which is exclusively reserved to the divine nature can be based. But everyone realizes that this interpretation of sacred images is entirely false, since it obviously restricts their meaning much too narrowly.

103. Quite the contrary is the thought and teaching of Catholic theologians, among whom St. Thomas writes as follows: "Religious worship is not paid to images, considered in themselves, as things; but according as they are representations leading to God Incarnate. The approach which is made to the image as such does not stop there, but continues towards that which is represented. Hence, because a religious honor is paid to the images of Christ, it does not therefore mean that there are different degrees of supreme worship or of the virtue of religion."(106) It is, then, to the Person of the divine Word as to its final object that that devotion is directed which, in a relative sense, is observed towards the images whether those images are relics of the bitter sufferings which our Savior endured for our sake or that particular image which surpasses all the rest in efficacy and meaning, namely, the pierced Heart of the crucified Christ.

104. Thus, from something corporeal such as the Heart of Jesus Christ with its natural meaning, it is both lawful and fitting for us, supported by Christian faith, to mount not only to its love as perceived by the senses but also higher, to a consideration and adoration of the infused heavenly love; and finally, by a movement of the soul at once sweet and sublime, to reflection on, and adoration of, the divine love of the Word Incarnate. We do so since, in accordance with the faith by which we believe that both natures - the human and the divine - are united in the Person of Christ, we can grasp in our minds those most intimate ties which unite the love of feeling of the physical Heart of Jesus with that twofold spiritual love, namely, the human and the divine love. For these loves must be spoken of not only as existing side by side in the adorable Person of the divine Redeemer but also as being linked together by a natural bond insofar as the human love, including that of the feelings, is subject to the divine and, in due proportion, provides us with an image of the latter. We do not pretend, however, that we must contemplate and adore in the Heart of Jesus what is called the formal image, that is to say, the perfect and absolute symbol of His divine love, for no created image is capable of adequately expressing the essence of this love. But a Christian in paying honor along with the Church to the Heart of Jesus is adoring the symbol and, as it were, the visible sign of the divine charity which went so far as to love intensely, through the Heart of the Word made Flesh, the human race stained with so many sins.

105. It is therefore essential, at this point, in a doctrine of such importance and requiring such prudence that each one constantly hold that the truth of the natural symbol by which the physical Heart of Jesus is related to the Person of the Word, entirely depends upon the fundamental truth of the hypostatic union. Should anyone declare this to be untrue he would be reviving false opinions, more than once condemned by the Church, for they are opposed to the oneness of the Person of Christ even though the two natures are each complete and distinct.

106. Once this essential truth has been established we understand that the Heart of Jesus is the heart of a divine Person, the Word Incarnate, and by it is represented and, as it were, placed before our gaze all the love with which He has embraced and even now embraces us. Consequently, the honor to be paid to the Sacred Heart is such as to raise it to the rank - so far as external practice is concerned - of the highest expression of Christian piety. For this is the religion of Jesus which is centered on the Mediator who is man and God, and in such a way that we cannot reach the Heart of God save through the Heart of Christ, as He Himself says: "I am the Way, the Truth and the Life. No one cometh to the Father save by Me."(107)

107. And so we can easily understand that the devotion to the Sacred Heart of Jesus, of its very nature, is a worship of the love with which God, through Jesus, loved us, and at the same time, an exercise of our own love by which we are related to God and to other men. Or to express it in another way, devotion of this kind is directed towards the love of God for us in order to adore it, give thanks for it, and live so as to imitate it; it has this in view, as the end to be attained, that we bring that love by which we are bound to God to the rest of men to perfect fulfillment by carrying out daily more eagerly the new commandment which the divine Master gave to His Apostles as a sacred legacy when He said: "A new commandment I give to you, that you love one another as I have loved you. . .This is My commandment that you love one another as I have loved you."(108) And this commandment is really new and Christ's own, for as Aquinas says, "It is, in brief, the difference between the New and the Old Testament, for as Jeremias says, 'I will make a new covenant with the house of Israel.'(109) But that commandment which in the Old Testament was based on fear and reverential love was referring to the New Testament; hence, this commandment was in the old Law not really belonging to it, but as a preparation for the new Law."(110)

108. Before We conclude Our treatment of the concept of this type of devotion and its excellence in Christian life, which We have offered for your consideration - a subject at once attractive and full of consolation - by virtue of the Apostolic office which was first entrusted to Blessed Peter after he had made his threefold profession of love, We think it opportune to exhort you once again venerable brethren, and through you all those dear children of Ours in Christ, to continue to exercise an ever more vigorous zeal in promoting this most attractive form of piety; for from it in our times also We trust that very many benefits will arise.

109. In truth, if the arguments brought forward which form the foundation for the devotion to the pierced Heart of Jesus are duly pondered, it is surely clear that there is no question here of some ordinary form of piety which anyone at his own whim may treat as of little consequence or set aside as inferior to others, but of a religious practice which helps very much towards the attaining of Christian perfection. For if "devotion" - according to the accepted theological notion which the Angelic Doctor gives us - "appears to be nothing else save a willingness to give oneself readily to what concerns the service of God,"(111) is it possible that there is any service of God more obligatory and necessary, and at the same time more excellent and attractive, than the one which is dedicated to love? For what is more pleasing and acceptable to God than service which pays homage to the divine love and is offered for the sake of that love--since any service freely offered is a gift in some sense and love "has the position of the first gift, through which all other free gifts are made?"(112)

110. That form of piety, then, should be held in highest esteem by means of which man honors and loves God more and dedicates himself with greater ease and promptness to the divine charity; a form which our Redeemer Himself deigned to propose and commend to Christians and which the Supreme Pontiffs in their turn defended and highly praised in memorable published documents. Consequently, to consider of little worth this signal benefit conferred on the Church by Jesus Christ would be to do something both rash and harmful and also deserving of God's displeasure.

111. This being so, there is no doubt that Christians in paying homage to the Sacred Heart of the Redeemer are fulfilling a serious part of their obligations in their service of God and, at the same time, they are surrendering themselves to their Creator and Redeemer with regard to both the affections of the heart and the external activities of their life; in this way, they are obeying that divine commandment: "Thou shalt love the Lord thy God with thy whole heart, and with thy whole soul, and with thy whole mind, and with thy whole Strength."(113)

112. Besides, they have the firm conviction that they are moved to honor God not primarily for their own advantage in what concerns soul and body in this life and in the next, but for the sake of God's goodness they strive to render Him their homage, to give Him back love for love, to adore Him and offer Him due thanks. Were it not so, the devotion to the Sacred Heart of Jesus Christ would be out of harmony with the whole spirit of the Christian religion, since man would not direct his homage, in the first instance, to the divine love. And, not unreasonably as sometimes happens, accusations of excessive self-love and self-interest are made against those who either misunderstand this excellent form of piety or practice it in the wrong way. Hence, let all be completely convinced that in showing devotion to the most Sacred Heart of Jesus the external acts of piety have not the first or most important place; nor is its essence to be found primarily in the benefits to be obtained. For if Christ has solemnly promised them in private revelations it was for the purpose of encouraging men to perform with greater fervor the chief duties of the Catholic religion, namely, love and expiation, and thus take all possible measures for their own spiritual advantage.

113. We therefore urge all Our children in Christ, both those who are already accustomed to drink the saving waters flowing from the Heart of the Redeemer and, more especially those who look on from a distance like hesitant spectators, to eagerly embrace this devotion. Let them carefully consider, as We have said, that it is a question of a devotion which has long been powerful in the Church and is solidly founded on the Gospel narrative. It received clear support from tradition and the sacred liturgy and has been frequently and generously praised by the Roman Pontiffs themselves. These were not satisfied with establishing a feast in honor of the most Sacred Heart of the Redeemer and extending it to the Universal Church; they were also responsible for the solemn acts of dedication which consecrated the whole human race to the same Sacred Heart.(114)

114. Moreover, there are to be reckoned the abundant and joyous fruits which have flowed therefrom to the Church: countless souls returned to the Christian religion, the faith of many roused to greater activity, a closer tie between the faithful and our most loving Redeemer. All these benefits particularly in the most recent decades, have passed before Our eyes in greater numbers and more dazzling significance.

115. While We gaze round at such a marvelous sight, namely, a devotion to the Sacred Heart of Jesus both warm and widespread among all ranks of the faithful, We are filled with a sense of gratitude and joy and consolation. And after We have offered thanks, as We ought, to our Redeemer Who is the infinite treasury of goodness, We cannot help offering Our paternal congratulations to all those, whether of the clergy or of the laity, who have made active contribution to the extending of this devotion.

116. But although, venerable brethren, devotion to the Sacred Heart of Jesus has everywhere brought forth fruits of salvation for the Christian life, all are aware that the Church militant on earth -and especially civil society - has not yet attained in a real sense to its essential perfection which would correspond to the prayers and desires of Jesus Christ, the Mystical Spouse of the Church and Redeemer of the human race. Not a few children of the Church mar, by their too many sins and imperfections, the beauty of this Mother's features which they reflect in themselves. Not all Christians are distinguished by that holiness of behavior to which God calls them; not all sinners have returned to the Father ' s house, which they unfortunately abandoned, that they may be clothed once again with the "first robe"(115) and worthily receive on their finger the ring, the pledge of loyalty to the spouse of their soul; not all the heathen peoples have yet been gathered into the membership of the Mystical Body of Christ.

117. And there is more. For if We experience bitter sorrow at the feeble loyalty of the good in whose souls, tricked by a deceptive desire for earthly possessions, the fire of divine charity grows cool and gradually dies out, much more is Our heart deeply grieved by the machinations of evil men who, as if instigated by Satan himself, are now more than ever zealous in their open and implacable hatred against God, against the Church and above all against him who on earth represents the Person of the divine Redeemer and exhibits His love towards men, in accordance with that well-known saying of the Doctor of Milan: "For (Peter) is being questioned about that which is uncertain, though the Lord is not uncertain; He is questioning not that He may learn, but that He may teach the one whom, at His ascent into Heaven, He was leaving to us as 'the representative of His love.'"(116)

118. But, in truth, hatred of God and of those who lawfully act in His place is the greatest kind of sin that can be committed by man created in the image and likeness of God and destined to enjoy His perfect and enduring friendship for ever in heaven. Man, by hatred of God more than by anything else, is cut off from the Highest Good and is driven to cast aside from himself and from those near to him whatever has its origin in God, whatever is united with God, whatever leads to the enjoyment of God, that is, truth, virtue, peace and justice.(117)

119. Since then, alas, one can see that the number of those whose boast is that they are God's enemies is in some places increasing, that the false slogans of materialism are being spread by act and argument, and unbridled license for unlawful desires is everywhere being praised, is it remarkable that love, which is the supreme law of the Christian religion, the surest foundation of true and perfect justice and the chief source of peace and innocent pleasures, loses its warmth in the souls of many? For as our Savior warned us: "Because iniquity hath abounded, the charity of many shall grow cold."(118)

120. When so many evils meet Our gaze - such as cause sharp conflict among individuals, families, nations and the whole world, particularly today more than at any other time - where are We to seek a remedy, venerable brethren? Can a form of devotion surpassing that to the most Sacred Heart of Jesus be found, which corresponds better to the essential character of the Catholic faith, which is more capable of assisting the present-day needs of the Church and the human race? What religious practice is more excellent, more attractive, more salutary than this, since the devotion in question is entirely directed towards the love of God itself?(119)

Finally, what more effectively than the love of Christ - which devotion to the Sacred Heart of Jesus daily increases and fosters more and more - can move the faithful to bring into the activities of life the Law of the Gospel, the setting aside of which, as the words of the Holy Spirit plainly warn, "the work of justice shall be peace,"(120) makes peace worthy of the name completely impossible among men?

121. And so, following in the footsteps of Our immediate predecessor, We are pleased to address once again to all Our dear sons in Christ those words of exhortation which Leo XIII, of immortal memory, towards the close of last century addressed to all the faithful and to all who were genuinely anxious about their own salvation and that of civil society: "Behold, today, another true sign of God's favor is presented to our gaze, namely, the Sacred Heart of Jesus. . .shining forth with a wondrous splendor from amidst flames. In it must all our hopes be placed; from it salvation is to be sought and hoped for."(121)

122. It is likewise Our most fervent desire that all who profess themselves Christians and are seriously engaged in the effort to establish the kingdom of Christ on earth will consider the practice of devotion to the Heart of Jesus as the source and symbol of unity, salvation and peace. Let no one think, however, that by such a practice anything is taken from the other forms of piety with which Christian people, under the guidance of the Church, have honored the divine Redeemer. Quite the opposite. Fervent devotional practice towards the Heart of Jesus will beyond all doubt foster and advance devotion to the Holy Cross in particular, and love for the Most Holy Sacrament of the Altar. We can even assert - as the revelations made by Jesus Christ to St. Gertrude and to St. Margaret Mary clearly show - that no one really ever has a proper understanding of Christ crucified to whom the inner mysteries of His Heart have not been made known. Nor will it be easy to understand the strength of the love which moved Christ to give Himself to us as our spiritual food save by fostering in a special way the devotion to the Eucharistic Heart of Jesus, the purpose of which is - to use the words of Our predecessor of happy memory, Leo XIII - "to call to mind the act of supreme love whereby our Redeemer, pouring forth all the treasures of His Heart in order to remain with us till the end of time, instituted the adorable Sacrament of the Eucharist."(122) For "not the least part of the revelation of that Heart is the Eucharist, which He gave to us out of the great charity of His own Heart."(123)

123. Finally, moved by an earnest desire to set strong bulwarks against the wicked designs of those who hate God and the Church and, at the same time, to lead men back again, in their private and public life, to a love of God and their neighbor, We do not hesitate to declare that devotion to the Sacred Heart of Jesus is the most effective school of the love of God; the love of God, We say, which must be the foundation on which to build the kingdom of God in the hearts of individuals, families, and nations, as that same predecessor of pious memory wisely reminds us: "The reign of Jesus Christ takes its strength and form from divine love: to love with holiness and order is its foundation and its perfection. From it these must flow: to perform duties without blame; to take away nothing of another's right; to guide the lower human affairs by heavenly principles; to give the love of God precedence over all other creatures."(124)

124. In order that favors in greater abundance may flow on all Christians, nay, on the whole human race, from the devotion to the most Sacred Heart of Jesus, let the faithful see to it that to this devotion the Immaculate Heart of the Mother of God is closely joined. For, by God's Will, in carrying out the work of human Redemption the Blessed Virgin Mary was inseparably linked with Christ in such a manner that our salvation sprang from the love and the sufferings of Jesus Christ to which the love and sorrows of His Mother were intimately united. It is, then, entirely fitting that the Christian people - who received the divine life from Christ through Mary - after they have paid their debt of honor to the Sacred Heart of Jesus should also offer to the most loving Heart of their heavenly Mother the corresponding acts of piety affection, gratitude and expiation. Entirely in keeping with this most sweet and wise disposition of divine Providence is the memorable act of consecration by which We Ourselves solemnly dedicated Holy Church and the whole world to the spotless Heart of the Blessed Virgin Mary.(125)

125. Since in the course of this year there is completed, as We mentioned above, the first hundred years since the Universal Church, by order of Our predecessor of happy memory, Pius IX, celebrated the feast of the Sacred Heart of Jesus, We earnestly desire, venerable brethren, that the memory of this centenary be everywhere observed by the faithful in the making of public acts of adoration, thanksgiving and expiation to the divine Heart of Jesus. And though all Christian peoples will be linked by the bonds of charity and prayer in common, ceremonies of Christian joy and piety will assuredly be carried out with a special religious fervor in that nation in which, according to the dispensation of the divine Will, a holy virgin pointed the way and was the untiring herald of that devotion.

126. Meanwhile, refreshed by sweet hope and foreseeing already those spiritual fruits which We are confident will spring up in abundance in the Church from the devotion to the Sacred Heart of Jesus -provided it is correctly understood according to Our explanation and actively put into practice - We make Our prayer to God that He may graciously deign to assist these ardent desires of Ours by the strong help of His grace. May it come about, by the divine inspiration as a token of His favor, that out of the celebration established for this year the love of the faithful may grow daily more and more towards the Sacred Heart of Jesus and its sweet and sovereign kingdom be extended more widely to all in every part of the world: the kingdom "of truth and life; the kingdom of grace and holiness; the kingdom of justice, love and peace."(126)

127. As a pledge of these favors with a full heart We impart to each one of you, venerable brethren, together with the clergy and faithful committed to your charge, to those in particular who by their devoted labors foster and promote the devotion to the Sacred Heart of Jesus, Our apostolic benediction.

Given at Rome, at St. Peter's, the 15th of May, 1956, the eighteenth year of Our Pontificate.

PIUS XII, POPE

FOOTNOTES

1. Is. 12:3.

2. Jas. 1:17.

3. Jn. 7:37-39. (Translator's note: In this passage, Pope Pius XII uses the punctuation favored by St. Irenaeus and St. Cyprian and some other ancient authorities. The translation therefore follows this and not the Douay version.)

4. Cfr. Is. 12:3; Ex. 47:1-12; Zach. 13:1; Ex. 17:1-7; Num. 20:7-13; I Cor. 10:4; Apoc. 7:17, 22:1.

5. Rom. 5:15.

6. I Cor. 6:17.

7. Jn. 4:10.

8. Acts 4:12.

9. Encl. "Annum Sacrum," 25th May, 1899; Acta Leonis, vol. XIX, 1900, pp. 71, 77-79.

10. Pius XI, Encl. "Miserentissimus Redemptor," 8th May, 1928 A.A.S. XX, 1928, p. 167.

11. Cfr. Encl. "Sumni Pontificatus," 20th October, 1939: A.A.S. XXXI, 1939, p. 415.

12. Cfr. A.A.S. XXXII, 1940, p. 170; XXXVII, 1945, pp. 263-264; XL, 1948, p. 501; XLI, 1949, p. 331.

13. Eph. 3:20-21.

14. Is. 12:3.

15. Council Of Ephesus, can. 8; Cfr. Mansi, "Sacrorum Conciliorum Ampliss. Collectio IV," 1083 C.; II Council of Constantinople, can. 9; Cfr. Ibid. IX, 382 E.

16. Cfr. Encl. "Annum Sacrum": Acta Leonis, vol. XIX, 1900, p. 76.

17. Cfr. Ex. 34:27-28.

18. Deut. 6:4-6.

19. St. Thomas, Sum. Theol. II-II, q. 2, a. 7: ed. Leon., vol. VIII, 1895, p. 34.

20. Deut. 32:11.

21. Os. 11:1, 3-4. 14:5-6.

22. Is. 49:14-15.

23. Cant. 2:2, 6:2, 8:6.

24. Jn. 1:14.

25. Jer. 31:3, 31, 33-34.

26. Cfr. Jn. 1:29; 9:18-28, 10:1-17.

27. Jn. 1:16-17.

28. Jn. 21:20.

29. Eph. 3:17-19.

30. Sum. Theol. III, q. 48, a. 2: ed. Leon., vol. XI, 1903, p. 464.

31. Cfr. Encl. "Miserentissimus Redemptor": A.A.S. XX, 1928, p. 170.

32. Eph. 2:4; Sum. Theol. III, q. 46, a. 1 ad 3: ed. Leon., vol. XI, p. 436.

33. Eph. 3:18.

34. Jn. 4:24.

35. 2 Jn. 7.

36. Cfr. Lk. 1:35.

37. St. Leo the Great, Epist. dogm. 'Lectis dilectionis tuae' ad Flavianum Const. Patr., 13 June, a. 449; Cfr. P.L. XIV, 763.

38. Council of Chalcedon, a. 451.

39. Cfr. Mansi, Op. cit., Vlll, 115B.

40. Cfr. Sum. Theol. III, q. 15, a. 4; q. 18, a. 6: ed. Leon., vol. X(1) ,1903, pp.189, 237.

41. Cfr. I Cor. 1:23.

42. Heb. 2:11-14, 17-18.

43. Apol. II, 13; P.G. VI, 465.

44. Epist. 261, 3: P.G. XXXII, 972.

45. "In loann.", Homil. 63, 2: P.G. LIX, 350.

46. "De fide ad Gratianum," II, 7, 56: P.L. XVI, 594.

47. Cfr. Super Mt. 26:27: P.L. XXVI, 205.

48. Enarr. in Ps. LXXXVII, 3: P. L. XXXVII, 1111.

49. "De Fide Orth.," III, 6 P.G. XCIV, 1006.

50. Ibid. III, 20: P.G. XCIV, 1081.

51. Sum. Theol. I-II, q. 48, a. 4: ed. Leon., vol. VI, 1891, p. 306.

52. Col. 2:9.

53. Cfr. Sum Theol. III, q. 9 aa. 1-3: ed. Leon., vol. XI, 1903, p. 142.

54. Cfr. Ibid. Ill, q. 33, a. 2, ad 3m; q. 46, a: ed. Leon., vol. XI, 1903, pp. 342, 433.

55. Tit. 3:4.

56. Mt. 27:50; Jn. 19:30.

57. Eph. 2:7.

58. Heb. 10:5-7, 10.

59. Registr. epist., lib. IV, ep. 31, ad Theodorum medicum: P.L. LXXVII, 706.

60. Mk. 8:2.

61. Mt. 23:37.

62. Mt. 21:13.

63. Mt. 26:39.

64. Mt. 26:50; Lk. 22-48.

65. Lk. 23:28, 31.

66. Lk. 23:34.

67. Mt. 27:46.

68. Lk. 23:43.

69. Jn. 19:28.

70. Lk. 23:46.

71. Lk. 22:15.

72. Lk. 22:19-20.

73. Mal. 1:11.

74. "De sancta virginitate," VI:P.L. XL, 399.

75. Jn. 15:13.

76. I Jn. 3:16.

77. Gal. 2:20.

78. Cfr. Sum. Theol. III, q. 19, a. 1: ed. Leon., vol. XI, 1903, p. 329.

79. Sum. Theol., Suppl., q. 42, a. 1. ad 3m: ed. Leon., vol. XII, 1906, p. 31.

80. Hymn at Vespers, Feast of the Most Sacred Heart of Jesus.

81. Sum. Theol. III, q. 66, a. 3m: ed. Leon., vol XII, 1906, p. 65.

82. Eph. 5:2.

83. Eph. 4:8, 10.

84. Jn. 14:16.

85. Col. 2:3.

86. Rom. 8:35, 37-39.

87. Eph. 5:25-27.

88. Cfr. 1 Jn. 2:1.

89. Heb. 7:25.

90. Heb. 5:7.

91. Jn. 3:16.

92. St. Bonaventure, Opusc. X: "Vitis mystica," c. III, n. 5; "Opera Omnia," Ad Claras Aquas (Quaracchi) 1898, vol. VIII, p. 164.; Cfr. Sum Theol. III, q. 54, a. 4:ed. Leon., vol. XI, 1903, p. 513.

93. Rom. 8:32.

94. Cfr. Sum. Theol. III, q. 48, a. 5: ed. Leon., vol. XI, 1903, p. 467.

95. Lk. 12:50.

96. Jn. 20:28.

97. Jn. 19:37; Cfr. Zach. 12:10.

98. Cfr. Encl. "Miserentissimus Redemptor": A.A.S. XX, 1928, pp. 167-168.

99. Cfr. A. Gardellini, "Decreta authentica," 1857, n.4579. vol. III, p. 174.

100. Cfr. Decr. S.C. Rit., apud. N. Nilles, "De rationibus festorum Sacratissimi Cordis Jesu et purissimi Cordis Mariae," 5a ed., Innsbruck, 1885, vol. I, p. 167.

101. Eph. 3:14, 16-19.

102. Tit. 3:4.

103. Jn. 3:17.

104. Jn. 4:23-24.

105. Innocent XI, Apostolic Constitution "Coelestis Pater," 19th Nov., 1687; Bullarium Romanum, Rome, 1734, vol. VIII, p. 443.

106. Sum. Theol. II-II, q. 81, a. 3 ad 3m: ed. Leon., vol. IX, 1897, p. 180.

107. Jn. 14:6.

108. Jn. 13:34, 15:12.

109. Jer. 31:31.

110. "Comment, in Evang. S. Ioan.," c. XIII, lect. VII, 3: ed. Parmae, 1860, vol. X, p. 541.

111. Sum. Theol. II-II, q. 82, a. 1: ed. Leon., vol. IX, 1897, p. 187.

112. Ibid. I, q. 38, a. 2: ed. Leon., vol. IV, 1888, p. 393.

113. Mk. 12:30; Mt. 22:37.

114. Cfr. Leo XIII, Encl. "Annum Sacrum: Acta Leonis," vol. XIX, 1900, p. 71 sq; Decree of the Sacred Congregation of Rites, 28th June, 1899, in Decr. Auth. III, n. 3712; Encl. Miserentissimus Redemptor: A.A.S. 1928, p. 177 sq.; Decr. S.C. Rit., 29 Jan. 1929: A.A.S. XXI, 1929, p. 77.

115. Lk. 15:22.

116. Exposit. in Evang. sec. Lucam, 1, X, n. 175: P.L. XV, 1942.

117. Cfr. Sum Theol. II-II, q. 34, a. 2: ed. Leon., vol. VIII, 1895, p. 274.

118. Mt. 24:12.

119. Cfr. Encl. "Miserentissimus Redemptor": A.A.S. XX, 1928, p. 166.

120. Is. 32:17.

121. Encl. "Annum Sacrum: Acta Leonis," vol. XIX, 1900, p. 79; Encl. "Miserentissimus Redemptor": A.A.S. XX, 1928, p. 167.

122. "Litt. Apost. quibus Archisodalitas a Corde Eucharistico Jesu ad S. Ioachim de Urbe erigitur," 17th Feb., 1903; Acta Leonis, vol. XXII, 1903, p. 116.

123. St. Albert the Great, "De Eucharistia," dist. Vl, tr. 1., c. 1: Opera Omnia, ed. Borgnet, vol. XXXVIII, Paris, 1890, p. 358.

124. Encl. "Tametsi: Acta Leonis," vol. XX, 1900, p. 303.

125. Cfr. A.A.S. XXXIV, 1942, p. 345 sq.

126. From the Roman Missal, Preface of Christ the King.