lundi 23 novembre 2015

Saint ALEXANDRE NEVSKI, prince


Saint Alexandre Nevski

Prince russe ( 1262)

A dix ans, il était prince de Novgorod une cité où les "petites gens" jouissaient d'un degré de liberté et de liberté d'expression (car toutes les couches sociales étaient lettrées) plutôt exceptionnel pour l'époque.. Il sut se faire aimer d'eux et de tous. 

Quelques années plus tard, en 1237, les Tatares déferlèrent sur la Russie contrôlant pour deux cents ans l'ensemble des principautés russes par de lourdes impositions financières. Mais à la même époque, Novgorod eut à affronter le royaume de Suède, le royaume de Lituanie et les chevaliers teutoniques qui voulaient convertir au catholicisme romain les peuples orthodoxes.

Partisan intransigeant de l'orthodoxie byzantine, saint Alexandre s'opposa à eux victorieusement sur les rives du lac Peipus. Il eut aussi à faire face aux pressions du khan et dut même aller lui rendre visite aux extrêmes confins de la Mongolie. Ayant obtenu le pouvoir sur toute la Russie, il intercéda pour son peuple allégeant les taxes des Mongols d'un côté et repoussant à l'Ouest la coalition germano-scandinave dirigée par les chevaliers teutoniques. 

Epuisé par les voyages et par la maladie, il retourna dans la paix de Dieu dans la petite ville de Gorodets, au retour de sa dernière expédition à Sarai, la ville dont dépendait Novgorod depuis la fragmentation de la Horde d'Or (le grand empire de Batou khan, partagé à sa mort entre tous ses fils).

voir aussi le livre "Soleil de la Russie" de Catherine Durand-Cheynet, édité à la Librairie Académique Perrin


Saint Alexandre Nevski

Prince russe ( 1262)

A dix ans, il était prince de Novgorod une cité où les "petites gens" jouissaient d'un degré de liberté et de liberté d'expression (car toutes les couches sociales étaient lettrées) plutôt exceptionnel pour l'époque.. Il sut se faire aimer d'eux et de tous. 

Quelques années plus tard, en 1237, les Tatares déferlèrent sur la Russie contrôlant pour deux cents ans l'ensemble des principautés russes par de lourdes impositions financières. Mais à la même époque, Novgorod eut à affronter le royaume de Suède, le royaume de Lituanie et les chevaliers teutoniques qui voulaient convertir au catholicisme romain les peuples orthodoxes.

Partisan intransigeant de l'orthodoxie byzantine, saint Alexandre s'opposa à eux victorieusement sur les rives du lac Peipus. Il eut aussi à faire face aux pressions du khan et dut même aller lui rendre visite aux extrêmes confins de la Mongolie. Ayant obtenu le pouvoir sur toute la Russie, il intercéda pour son peuple allégeant les taxes des Mongols d'un côté et repoussant à l'Ouest la coalition germano-scandinave dirigée par les chevaliers teutoniques. 

Epuisé par les voyages et par la maladie, il retourna dans la paix de Dieu dans la petite ville de Gorodets, au retour de sa dernière expédition à Sarai, la ville dont dépendait Novgorod depuis la fragmentation de la Horde d'Or (le grand empire de Batou khan, partagé à sa mort entre tous ses fils).

voir aussi le livre "Soleil de la Russie" de Catherine Durand-Cheynet, édité à la Librairie Académique Perrin

Le saint prince Alexandre Nevsky est né le 30 mai 1220 dans la ville de Pereslavl-Zalesk, en Russie. Son père s’appelait Yaroslav 2, et sa mère était la princesse Théodosie Igorevna. Il grandit comme tous les princes de cette époque terrible pour la Russie, avec d’un côté les Hordes Mongoles qui avaient envahi une grande partie du pays l’écrasaient sous l’esclavage, et de l’autre, Suédois, Chevaliers Teutoniques, Polonais et Lituaniens, dûment mandés par le pape de Rome, profitaient de la situation pour tenter de s’emparer des parties encore libres de la Russie, y semant désolation, massacres et terreur. Il dût fort jeune apprendre à être soldat, mais aussi la vie spirituelle, tous les princes de son pays étant Chrétiens Orthodoxes, très dévoués à Dieu et à l’Église.
Tout jeune il fut donc témoin des horreurs des guerres qui ravageaient son pays, la terreur qui frappait les habitants, les églises et monastères dévastés. Il avait reçu la bénédiction de l’évêque pour devenir un défenseur de sa patrie et de l’Église. Il dût vite apprendre. Son père s’installa en 1236 comme prince de Kiev, la ville où est née la Russie, longtemps sa capitale, et installa son fils Alexandre comme prince de Novgorod, une autre célèbre ville de Russie. Il épousa Alexandra, fille du prince Briacheslav, et reçurent comme bénédiction une sainte icône de la Mère de Dieu, devant laquelle Alexandre priera toute sa vie durant.Face à des temps si terribles, il fallait un homme providentiel, et Dieu fit se lever Alexandre. La mission était si désespérée, si impossible, que sans la volonté de Dieu, elle n’aurait jamais réussi. Et les miracles seront nombreux dans sa vie, qui démontreront que Dieu était bien avec lui.
En 1240, le roi de Suède rassemblera une grande armée et l’enverra sur une flotte de navires pour descendre le cours du fleuve sur lequel se trouvait Novgorod, la Neva. Ils massacraient et pillaient les populations sur leur passage. Le roi envoya des messagers à saint Alexandre, le défiant, se vantant de ses méfaits.
Saint Alexandre n’avait pas encore 20 ans. Il se retira pour prier longuement dans l’église de Sainte-Sophie, la Sagesse de Dieu, récitants les Psaumes de David. L’archevêque Spiridon le bénit. Et Alexandre encouragea sa petite armée en disant que, comme pour le roi David, la puissance de Dieu n’était pas dans le nombre mais dans la vérité. Et ils firent route vers le terrible ennemi. En chemin, ce 15 juillet 1240, un guerrier eut la vision d’un bateau portant les 2 saints martyrs les plus vénérés de Russie, Boris et Gleb, qui étaient déjà souvent intervenus du haut du Ciel pour sauver leur pays. Ils les prièrent de les aider.
La lourde armée ennemie s’élança contre la petite armée Russe, mais ils s’enfoncèrent dans les eaux, et les Russes remportèrent une victoire tout à fait incroyable. Depuis lors, saint Alexandre reçut le surnom de “Nevski”, en souvenir du nom de la bataille de la Neva.
Par la suite, Alexandre devra encore souvent lutter contre les Chevaliers Teutoniques, qui reviendront semer la mort régulièrement, jusqu’au 5 avril 1242, à la bataille du Lac Chud. Comme Moïse face à Amalek, saint Alexandre éleva ses bras et ses prières vers Dieu : les chevaliers germaniques virent les glaces se briser sous les sabots de leurs chevaux, et ceux qui n’avaient pas été tués au combat périrent noyés. Contrairement aux coutumes de l’époque, saint Alexandre renvoya cependant les rares survivants capturés, leur permettant de rentrer libres chez eux. Dès lors, au moins durant la vie de saint Alexandre, les frontières ouest de la Russie furent en paix.
Mais à l’Est, les Tatars (Mongols) étaient les maîtres. Alors commença pour Alexandre la longue série de séjours à la Horde, au fin fond de la Steppe d’Asie, où à chaque fois, il s’offrira en otage pour alléger les taxes qui écrasaient son peuple, ou le protéger de la vengeance du Khan quand ce peuple s’était révolté à cause des injustices et cruautés de ses envahisseurs. Le métropolite Cyril le bénira pour ce nouveau service à la patrie : il fallait agir de sorte que les Tatars ne restent plus des ennemis, des envahisseurs, mais que petit à petit ils deviennent des honorables alliés, et se convertissent au Christ, et pour y parvenir, il fallait la douceur d’un Ange et la prudence d’une couleuvre.
C’est une longue histoire, où Alexandre se verra souvent offrir des trésors à condition de devenir un fidèle du Grand Khan, et un de ses officiers– un “voïvode”, et aussi abandonner la Foi en Christ. Jamais ni les douleurs, ni les promesses, ni les menaces, ni la fatigue ne le feront changer.
D’autres que lui auront essayé auparavant à obtenir des alliances avec les ennemis d’hier, en Europe, mais ils n’y parviendront pas. Chacun pensera pouvoir résister seul aux Hordes Mongoles, par les armes, et tous se feront battre! Mais Alexandre, fidèle à la Foi au Christ, celle des Pères de l’Église, savait que là aussi, la force serait dans le Seigneur, pas dans les arrangements humains.
Par sa vie, sa manière d’organiser le pays, de restaurer la paix, de favoriser la culture, l’éducation de toutes les couches de la population, sa fidélité au Christ sans faille, il deviendra le premier “Grand-Prince de toute la Russie.” Et partout où il passera, il favorisa les oeuvres missionnaires de l’Église, afin que les populations vivant encore dans la nuit et les horreurs du paganisme puissent connaître les douceurs de la Foi en Christ. Au point qu’il réussit, en 1261, à faire établir un diocèse de l’Église de Russie dans la capitale même des Mongols, Saraï.

Et en 1262, il obtiendra, sans tuer quiconque, que les Tatars prennent une décision capitale : les Russes ne seront plus traités en esclaves, ne seront plus soumis aux impôts Tatars, ni au service militaire à la Horde.
Ce quatrième voyage de saint Alexandre à la Horde sera le dernier : il aura assuré la paix dans son pays, et accomplit la mission pour laquelle Dieu l’avait fait prince. Le saint Prince Alexander Nevsky mourut au retour de ce voyage à Gorodtsa sur la Volga, le 14 novembre 1263. Juste avant de mourir, il se fit recevoir comme moine sous le nom d’Alexis. Il fut enterré le 23 novembre 1263 dans l’église cathédrale du monastère de la Nativité dans la ville de Vladimir, où se trouve un mémorial du saint prince. Une série de miracles eurent lieu dès sa mise au tombeau, et un siècle plus tard, on découvrit ses reliques intactes. D’autres miracles eurent lieu au cours des siècles et encore de nos jours, par son intercession.
À sa mort, un culte local lui est voué et sa vie est rédigée. Il est canonisé le 26 février 1547. Le 30 août 1724, l’empereur Pierre le Grand fait transférer ses reliques de Vladimir à Saint-Pétersbourg dans la laure récemment construite pour la nouvelle capitale.
SOURCE : http://www.cathedrale-orthodoxe.com/saint-alexandre-nevsky/

Alexander Nevsky

Born at Pereaslavl, 1219; died at Vladimir, 1263; canonized by the Russian Orthodox Church in 1547.



Grandprince Alexander of Novgorod, Vladimir and Kiev, saved Russia by his policy of conciliation towards the invading Tartars and firm resistance to enemies on the west. His name of Nevsky came from his victory in 1240 over the Swedes on the River Neva; he defeated the Teutonic Knights at Lake Peipus in 1242, and drove out the Lithuanians soon after. But he was no mere ambitious conqueror: "God is not on the side of force," he said, "but of truth and justice." He had several times to make long journeys to the Tartar overlords to intercede for his people, and earned much obloquy thereby from those who disapproved of his policy. He bore the unjust accusations patiently, and the religious integrity of his life, together with his great services to his people, caused him to be venerated as a saint: "Go glorified his righteous servant," it is said, "because he labored greatly for the land of Russia and for the true Christian religion." In 1938, Alexander Nevsky was made the subject of a film by Eisentein, with music by Prokofiev (Attwater). 

SOURCE : http://www.saintpatrickdc.org/ss/1123.shtml

Sant' Alessandro Nevskij Granprincipe di Novgorod


Perejaslavl’-Zalesskij, Russia, 30 maggio 1220 – Gorodec, Russia, 14 novembre 1263

Etimologia: Alessandro = protettore di uomini, dal greco

Alessandro Nevskij nacque in Russia nel 1220, figlio del Granduca di Vladimir Jaroslav II Vsevolodovic e della principessa Feodosia di Halic. Suo fratello maggiore Feodor Jaroslavic, erede del titolo e dei privilegi, morì precocemente all’età di soli quandici anni ed Alexander si trovò così principe di Novgorod nel 1245. Sposò la principessa Bassa di Potolsk, da cui ebbe quattro figli, di cui l’ultimogenito fu San Danilo di Mosca.

Nessuno meglio di Alessandro può rappresentare la figura classica del “santo guerriero”, tipologia forse lontana dalla sensibilità contemporanea. Nel 1240 si trovò a dovere respingere un massiccio attacco degli svedesi che avevano invaso il suo principato. In questo frangente, chiamato a raccolta il suo piccolo esercito, si rivolse ai soldati con queste parole: “Dio non è nella forza ma nella verità. Alcuni confidano nei principi, altri nei cavalli, ma noi invocheremo il Signore Dio nostro!”. La notte che precedette lo scontro, sulla riva della Neva, un soldato di nome Filippo ebbe una visione: i santi principi martiri Boris e Gleb, si avvicinavano a bordo di una barca all’accampamento russo. Secondo la tradizione San Boris pronunciò queste parole: “Fratello Gleb, andiamo ad aiutare il nostro pari Alessandro!”. Il giorno successivo Alessandro ed il suo esercito riportarono una storica vittoria sul nemico. Da quel momento Alessandro fu soprannominato “Nevskij”, cioè “della Neva”, luogo della mirabile battaglia. 

La tradizione narra una lunga serie di successi e di vittorie che trasformarono il saggio principe Alessandro Nevskij nell’eroe russo più amato e popolare, paladino della Chiesa indigena. Le guerre, le incessanti attività e i lunghi viaggi minarono però la salute di Alessandro. Tornando da un lungo viaggio in oriente e sentendo la morte avvicinarsi, decise allora di vestire l’abito monastico presso il monastero di Gorodec, assumendo il nome di Alessio. Il novello schema-monaco morì il 14 novembre 1263. 

Nel 1547 Alessandro Nevskij fu canonizzato dalla Chiesa Ortodossa Russa, che lo commemora il 23 novembre, giorno della sua sepoltura, ed il 30 agosto, giorno della traslazione delle sue reliquie presso la larva a lui dedicata in San Pietroburgo.

SOURCE : http://www.santiebeati.it/dettaglio/67400


Autore:
Fabio Arduino