mercredi 27 février 2013

Saint LÉANDRE de SÉVILLE, archevêque


Saint Léandre, évêque

Fils du duc d’Andalousie et frère de saint Isidore de Séville, de saint Fulgence et de sainte Florentine, Léandre voit le jour à Carthagène, en Andalousie. Après plusieurs années passées comme moine à Saint-Claude de Léon puis à Séville, il devient archevêque de Séville en 579.

Impliqué aux côtés du roi Reccarède dans le conflit qui oppose ce dernier au roi Wisigoth Leuvigilde et à son fils Herménégilde, Léandre est exilé à Constantinople; il y rencontrera le futur pape saint Grégoire le Grand. Une amitié profonde et durable les unit désormais, comme en témoigne le courrier qu'ils échangèrent et qui est conservé. De retour en Espagne, il devient légat de ce pape et uniformise la liturgie espagnole, jetant les fondements de ce qui deviendra la liturgie mozarabe. Par sa patience et son souci apostolique, il ramena les Wisigoths à l'unité de l'Eglise. Il fonda l'école épiscopale de Séville, qui eut un grand rayonnement durant plusieurs siècles. Il mourut en 599. L'Église d'Espagne le vénère à l'égal d'un Docteur de l'Église.

SOURCE : http://www.paroisse-saint-aygulf.fr/index.php/prieres-et-liturgie/saints-par-mois/icalrepeat.detail/2015/03/13/13641/-/saint-leandre-eveque

Saint Léandre

Archevêque de Séville

(† 596)

Saint Léandre appartenait à la race royale des Ostrogoths et fut d’une famille de Saints. Ses deux frères, saint Fulgence et saint Isidore, sa sœur sainte Florentine, ont reçu comme lui les honneurs sacrés, et son autre sœur Théodosie, mariée au roi Léovigilde, fut la mère de l’illustre martyr saint Herménégilde.

Simple religieux à Séville, saint Léandre fut promu à l’Archevêché de cette grande cité par les suffrages unanimes du clergé et du peuple.

Son beau-frère Léovigilde était arien et persécutait les Catholiques, à ce point qu’il fit mettre à mort son propre fils, saint Herménégilde, converti par saint Léandre.

Saint Léandre fut exilé, et du fond de son exil il combattit les spoliations de l’Église par d’admirables écrits. Léovigilde, au lit de mort, se repentit et recommanda à saint Léandre son fils Récarède, qui rentra publiquement dans le sein de l’Église.

Saint Léandre présida en qualité de légat du Saint-Siège le troisième concile de Tolède et mérita le titre d’ « apôtre de la nation gothique ». C’est lui qui réforma la liturgie d’Espagne.

Il était lié d’une tendre amitié avec saint Grégoire le Grand, qui lui envoya le pallium et qui, dit-on, lui fit présent de l’image de la Très Sainte Vierge attribuée à saint Luc et si profondément vénérée des pèlerins à Guadalupe.

Saint Léandre, plein de force et de bonnes œuvres, mourut à Séville l’an 596.

***

Saint Léandre, d’une famille princière, naquit en Espagne. Il embrassa de bonne heure la vie monastique et y puisa l’esprit de dévouement et de discipline qui devait lui valoir l’honneur d’exercer une influence prépondérante sur l’avenir de son pays.

Séville fut le théâtre de son zèle et de ses vertus. Moine d’abord, puis Archevêque de cette cité, il créa à l’ombre de sa Métropole une école destinée à propager, en même temps que la Foi catholique, l’étude de toutes les sciences et de tous les arts. Il présidait lui-même aux exercices des maîtres savants et des nombreux élèves qu’il avait su attirer. Parmi ses disciples, le plus célèbre fut son jeune frère, saint Isidore, qui devint son successeur et surpassa sa gloire.

Mais une autre illustration de l’école de saint Léandre fut saint Herménégilde, un des fils du roi arien Léovigilde, c’est lui qui avait gravé au cœur de l’illustre jeune homme cette Foi invincible qui fit de lui la victime de son propre père.

Une des gloires de saint Léandre est d’avoir été un ami intime du grand Pape saint Grégoire le Grand. On aime à trouver ces tendres et fortes amitiés, dont la vie des Saints fournit tant d’exemples, elles seules sont vraies et solides, parce qu’elles reposent sur la seule base ferme et inébranlable, l’amour de Dieu. Rien de plus attendrissant que la correspondance intime de ces deux grands personnages : « Absent par le corps, écrivait le Pape à son fidèle ami, vous êtes toujours présent à mes regards, car je porte gravés au fond de mon cœur les traits de votre visage. Vous saurez lire en votre propre cœur quelle soif ardente j’ai de vous voir… Ma lettre est bien courte, mais elle vous montrera combien je suis écrasé par le poids de ma charge, puisque j’écris si peu à celui que j’aime le plus au monde ».

Quel éloge de notre Saint sous la plume d’un si grand Pape ! Saint Léandre, éprouvé par la persécution, eut enfin le bonheur de voir le triomphe de son Église. Le roi Léovigilde se convertit avant de mourir et mit son fils Récarède sous la conduite du saint Archevêque, qu’il avait exilé. Récarède, éclairé des lumières de la vraie Foi, eut la gloire de ramener tout son peuple au giron de l’Église romaine ; cette gloire, il faut le dire, rejaillit en grande partie sur saint Herménégilde dont le martyre obtint auprès de Dieu la conversion de son père, et sur saint Léandre qui s’empressa d’annoncer la triomphante nouvelle à son ami, le Pape saint Grégoire.

Ses écrits nous ont conservé de nombreuses et touchantes traces de son amour filial et fraternel et des doux souvenirs d’une éducation chrétienne. On ne connaîtrait qu’à demi ce docteur et cet apôtre de l’Espagne, si l’on ignorait que sa vie fut toujours mortifiée et recueillie comme celle d’un moine, sans faste comme celle d’un pauvre de Jésus-Christ, laborieuse comme celle d’un soldat de la Foi. Dieu l’admit à se reposer de ses labeurs le 27 février 596, saint Grégoire le Grand étant pape, Maurice empereur de Byzance, Récarède Ier roi des Visigoths d’Espagne, Théodebert roi d’Austrasie et Clotaire II roi des Francs.



En Espagne, on fête saint Léandre, évêque de Séville. Il est le frère de deux autres saints d'Andalousie: Fulgence et Isidore. Ce fut sous l'épiscopat de saint Léandre que se détermina, au 6e siècle, la destinée chrétienne de la Péninsule Ibérique. On a pu comparer la mission de Léandre en Espagne, auprès des chefs Wisigoths, à celle de saint Remi de Reims près de Clovis, roi des Francs.

De l'évêque Léandre, on conserve des traités qu'il écrivit contre l'Arianisme pour défendre la foi en la Sainte Trinité et un ouvrage sur la virginité dans la vie monastique. Il travailla aussi à la mise en place d'une Liturgie, belle et vivante, pour le peuple chrétien. Il termina sa vie à Séville vers l'an 600. Il était invoqué par les malades souffrant de la "goutte" (fluxion articulaire du gros orteil). Le Pape d'alors, Grégoire le grand, était affligé aussi du même mal. Léandre et lui étaient des amis, aussi s'encourageaient-ils à supporter cette infirmité fort douloureuse. On peut les placer tous deux parmi les saints "guérisseurs".

Léandre est un nom d'origine grec "andros" l'homme et "léon" le lion.

Rédacteur : Frère Bernard Pineau, OP


Saint Léandre

Evêque de Séville (✝ 599)

Envoyé en mission à Constantinople par le roi wisigoth Herménégilde, il y rencontrera le futur pape saint Grégoire le Grand. Une amitié profonde et durable les unit désormais, comme en témoigne le courrier qu'ils échangèrent et qui est conservé. Devenu archevêque de Séville, il uniformisa la liturgie espagnole, jetant les fondements de ce qui deviendra la liturgie mozarabe. Par sa patience et son souci apostolique, il ramena les Wisigoths à l'unité de l'Église. Il fonda l'école épiscopale de Séville, qui eut un grand rayonnement durant plusieurs siècles. L'Église d'Espagne le vénère à l'égal d'un Docteur de l'Église.

À Séville en Espagne, vers 600, saint Léandre, évêque, frère des saints Isidore, Fulgence et Florentine. Par sa prédication et son activité pastorale, il fit passer de l’hérésie arienne à la foi catholique le peuple des Wisigoths, avec l’aide de leur roi Reccarède.

Martyrologe romain


Murillo. Saint Bonaventure et saint Léandre.

Léandre est né dans une famille romaine aristocratique qui vivait en Espagne: son père Sévérien était duc de Carthagène.

Jeune homme, saint Léandre embrassa la vie monastique à Séville, capitale des Wisigoths, qui avait embrassé l'arianisme et provoqué la domination de l'hérésie arienne dans toute l'Espagne.

Léandre devint une figure de proue dans la lutte pour restaurer ses terres à l'orthodoxie, il fonda une école à Séville pour promouvoir la foi orthodoxe. En 583, il voyagea à Constantinople pour demander de l'aide de l'Empereur pour les orthodoxes espagnols, tandis que là, il rencontra saint Grégoire le Grand (le futur pape de Rome), avec qui il scella une amitié à vie. À son retour en Espagne, Léandre fut ordonné évêque de Séville.

Un des convertis du saint évêque était Hermengilde, l'un des fils du roi arien Léovigilde. Lorsque Herménégilde se souleva contre son père au nom de l'Orthodoxie, Léovigilde lança une persécution violente de l'Eglise orthodoxe dans tout son royaume. (Léovigilde fit emprisonner, puis exécuter son fils le jour de Pâques de 586.) Par la grâce de Dieu, au plus fort de la persécution Léovigilde tomba mortellement malade, se repentit, et embrassa la vraie foi; à son exhortation, son fils et successeur Recaréde se convertit à l'orthodoxie et il convoqua le troisième Concile de Tolède en 589, date à laquelle il proclama que les peuples gothiques et Suéviques revenaient à l'unité de l'Eglise Une.

Saint Léandre présida le Concile, et consacra le reste de sa vie à éduquer dans la foi le (presque) nouveau peuple orthodoxe de l'Espagne.

C'est lui qui créa la première forme de la Liturgie mozarabe.

Il reposa en paix le 13 Mars, 600. (Il est vénéré en ce jour parce que son nom a été mal placé le 27 Février dans le Martyrologe romain.)

Version française Claude Lopez-Ginisty d'après http://www.abbamoses.com/months/february.html cité par OODE



St. Leander of Seville

Bishop of that city, b. at Carthage about 534, of a Roman family established in that city; d. at Seville, 13 March, 600 or 601. Some historians claim that his father Severian was duke or governor of Carthage, but St. Isidoresimply states that he was a citizen of that city. The family emigrated from Carthage about 554 and went toSeville. The eminent worth of the children of Severian would seem to indicate that they were reared in distinguished surroundings. Severian had three sons, Leander Isidore, and Fulgentius and one daughter,Florentina. St. Leander and St. Isidore both became bishops of Seville; St. Fulgentius, Bishop of Carthagena, andSt. Florentina, a nun, who directed forty convents and one thousand nuns. It has been also believed, but wrongly, that Theodosia, another daughter of Severian, became the wife of the Visigothic king, Leovigild. Leander became at first a Benedictine monk, and then in 579 Bishop of Seville. In the meantime be founded a celebratedschool, which soon became a centre of learning and orthodoxy. He assisted the Princess Ingunthis to convert her husband Hermenegild, the eldest son of Leovigild, and defended the convert against his father's cruel reprisals. In endeavoring to save his country fromn Arianism, Leander showed himself an orthodox Christian and a far-sighted patriot. Exiled by Leovigild, he withdrew to Byzantium from 579 to 582. It is possible, but not proved, that he sought to rouse the Emperor Tiberius to take up arms against the Arian king: in any case the attempt was without result. He profited, however, by his stay at Byzantium to compose important works againstArianism, and there became acquainted with the future Gregory the Great, then legate of Pelagius II at theByzantine court. A close friensdship thenceforth united the two men, and the correspondence of St. Gregory with St. Leander remains one of the latter's greatest titles to honour. It is not known exactly when Leander returned from exile. Leovigild put to death his son Hermenegild in 585, and himself died in 589.


In this decisive hour for the future of Spain, Leander did most to ensure the religious unity, the fervent faith, and the broad culture on which was based its later greatness. He had a share in the conversion of Reccared, and never ceased to exercise over him a deep and beneficial influence. At the Third Council of Toledo, where Visigothic Spain abjured Arianism, Leander delivered the closing sermon. On his return from this council, Leander convened an important synod in his metropolitan city of Seville (Conc. Hisp., I), and never afterwards ceased his efforts to consolidate the work, in which his brother and successor St. Isidore was to follow him. Leander received the pallium in August, 599. There remain unfortunately of this writer, superior to his brother Isidore, only two works: De institutione virginum et contemptu mundi, a monastic rule composed for his sister, andHomilia de triumpho ecclesiæ ob conversionem Gothorum (P.L., LXXII). St. Isidore wrote of his brother: "Thisman of suave eloquence and eminent talent shone as brightly by his virtues as by his doctrine. By his faith andzeal the Gothic people have been converted from Arianism to the Catholic faith" (De script. eccles., xxviii).

Sources

Acta, S.S., 13 March: MABILLON, Acta S.S. O. S. B., s c. I; AGUIRRE, Collectio max. conc. hisp., FLORES, Espa a Sagrada, IX; BOURRET, L.École chrétienne de Séville sous la monarchie des Visigoths (Paris, 1855); MONTALEMBERT, Les Moines de d Occident, II; GAMS, Die Kirchengesch. von Spanien, II (2 ed., 1874); G RRES, Leander, Bischof von Sevilla u. Metropolit der Kirchenprov. B tica in Zeitsch. fur wissenschaftl. Theol., III (1885).

SOURCE : http://www.newadvent.org/cathen/09102a.htm

Voir aussi : http://orthodoxievco.net/ecrits/vies/synaxair/fevrier/leandre.pdf

http://www.orthodoxengland.org.uk/oespain.htm