jeudi 15 juin 2017

Saint AMOS, prophète

Le Prophète  Amos, Iconostase du Monastère de Kizhi, XVIIIe siècle

Saint Amos

Prophète de l'Ancien Testament (8ème s. av. J.C.)

Il n'était qu'un simple bouvier et cultivateur de sycomores quand Dieu vint le chercher dans son village de Téquoa à quelques kilomètres de Bethléem. Il rappela aux riches leur devoir de respecter les pauvres et il annonça la chute du royaume. Le livre d'Amos nous rappelle le message que Dieu lui avait demandé de transmettre.

Face aux injustices sociales de son temps et à l'infidélité religieuse du Peuple d'Israël, Amos annonça les rigueurs de Dieu qui se veut être l'Unique (il parle alors de la jalousie divine). 


Commémoraison de saint Amos, prophète au VIIIe siècle avant le Christ. Il était bouvier et cultivait les sycomores, quand le Seigneur l’envoya aux fils d’Israël pour revendiquer sa justice et sa sainteté en face de leurs prévarications et de leurs injustices sociales.


Martyrologe romain

SOURCE : http://nominis.cef.fr/contenus/saint/7270/Saint-Amos.html


Aleijadinho, Statue du prophète Amos devant l'église du sanctuaire du Bon Jésus de Matosinhos 

Amos, un prophète peu commode

Amos, un simple berger, rude, tout comme sa prédication l'est pour Israël, mais pas rustre ni inculte pour autant. La prédication d'Amos se situe sous le règne prospère de Jéroboam II, en 750.
Amos est le contemporain d'Osée. Tous deux sont les premiers prophètes dont l'enseignement figure dans les Livres saints. Il vient de Juda, le royaume du sud. Mais il se sait envoyé chez ses voisins du nord, au royaume d'Israël. Il n'est ni prêtre, ni prophète reconnu. Plutôt prophète improvisé. Une sorte d'observateur de son temps, "le premier journaliste", dira Ernest Renan. Mais un journaliste engagé, qui fustige les puissants.
Un prophète virulent
Il part ainsi s'adresser à ses voisins d'Israël. Un peu comme si un protestant allait menacer des pires châtiments, au nom de Dieu, ses frères catholiques ou orthodoxes ! Il choisit mal son moment : le pays vit en paix, il est riche et prospère sous Jéroboam. Aussi, quand Amos dénonce "le luxe des constructions en pierre de taille" de Samarie (5, 11), ou "les divans somptueux qui servent aux réceptions" (3, 12-15), le succès n'est pas garanti.
Une dénonciation des riches
Mais pourquoi cette ire contre Israël ? Parce que l'écart grandissant entre pauvres et riches n'y émeut plus personne. Et la colère d'Amos gronde. "Écoutez, vaches du Bashan, s'écrie-t-il à l'adresse des femmes de Samarie, vous qui paissez sur la montagne de Samarie, opprimant les indigents, broyant les pauvres... Vous sortirez par des brèches et vous serez rejetées, oracle du Seigneur" (4, 1-3).
Et ce n'est pas fini. Les coups les plus terribles seront pour les religieux. Contre le sanctuaire de Béthel. "Je déteste, je méprise vos pèlerinages... Éloigne de moi le brouhaha de tes cantiques..." (5, 21, 24). Voilà le vrai motif de ses imprécations : qu'est-ce que l'Alliance unissant Dieu à son peuple, et qu'est-ce qu'un culte, si les exigences du droit et de la justice ne sont plus respectées ? 
Décembre 2001




LE PROPHÈTE AMOS


       Premier des Prophètes de l'Ancien Testament, Amos est berger au sud de Bethléem à Téqoah.

Son nom signifie «Porteur». Il apparaît en 750 sous le règne de Jéroboam II en Israël. C'est une époque de prospérité qui profite aux aristocrates et aux grands propriétaires. l'Assyrie et Juda se sont associées. Le culte de Dieu est florissant dans de nombreux sanctuaires, spécialement à Bethel et à Sichem. Mais Dieu y est adoré sous la forme d'un taureau d'or! A Jérusalem où l'on garde le vrai culte, on refuse toute image. Amos, envoyé par Dieu, s'en vient prêcher dans le Royaume du Nord. Il se rendra à Samarie, la capitale du Nord, et il rédigera son livre vers 800 avant J.C.

       Le message d'Amos touche à la Justice sociale et l'ordre moral. Le prophète prévient Israël du danger qui le menace (9,8) (la ruine du Royaume d'Israël). «Je frapperai vos maisons d'hiver et vos maisons d'été, et les maisons d'ivoire seront dévastées» (Am3,35). «La fin est venue pour Israël … Jéroboam périra par l'épée et Israël sera banni de son propre pays» (Am7,11). Cependant, de ce châtiment surgira un reste qui sera purifié et restauré.

       Amos dénonce la vie luxueuse des riches. Il s'attaque aux injustices des grands. En particulier, il vitupère contre les femmes de Samarie : «Écoutez cet oracle, génisses de Basan qui vivez sur les montagnes de Samarie… »(Am 4,1-3). Il dénonce aussi les fraudes, l'idolâtrie à Bethel. A l'adresse du prêtre Amasias qui veut lui interdire de parler, il annonce : «tes fils et tes filles tomberont par l'épée … et ta femme se prostituera dans la ville. Toi-même, tu mourras dans une terre impure» (7,17). Le prophète est alors chassé du sanctuaire de Béthel par ordre du roi (7,10). 


       Amos critique d'autre part l'hypocrisie du culte : «Je hais vos fêtes, je les ai en dégoût, je n'ai aucun attrait pour vos cultes. Quand vous m'offrez des holocaustes et des offrandes, je n'y trouve aucun agrément… loin de moi le bruit de vos cantiques … mais plutôt que jaillissent l'équité comme une source, et la justice comme un courant intarissable» (Am5,21). 



       Il dénonce enfin le manque de pitié envers les frères israélites plongés dans la pauvreté, puis l'immoralité et le manque de respect envers les prophètes et les hommes de Dieu. Dès lors, la punition divine ne saurait tarder. Cependant, un groupe de rescapés sera épargné et aura une paix durable. 



       Le message d'Amos ne fut pas écouté! Il comporte de nombreuses références à l'histoire de Moïse. Amos était un solitaire, sans disciple. Son livre n'est pas chronologique. C'est un poète de talent, endurci par sa vie rustique à l'écart de la ville, l'un des plus grands poètes de l'hébreu biblique!



Le Livre du prophète Amos

Dans la présentation de la Bible chrétienne reprise de la Vulgate (et de l’hébreu), le « Livre d’Amos » est le 1er, car le plus ancien historiquement, des textes du recueil des « Douze petits prophètes ». Le terme de « petits » dénote une brièveté des textes et non leur moindre valeur que pour les « grands » prophètes. Amos était berger à Teqoa, à la lisière du désert de Juda, quand Dieu le prit « de derrière son troupeau » pour aller prophétiser en Israël. Il prêcha sous le règne de Jéroboam au sanctuaire de Béthel à l’époque où le Royaume du Nord était prospère, mais où le luxe des grands insultait la misère des opprimés et où la splendeur du culte masquait l’absence d’une religion vraie. Avec la rudesse d’un homme du désert, Amos condamne au nom de Dieu la vie corrompue des cités, les injustices sociales et la fausse assurance que l’on met en des rites où l’âme ne s’engage pas. Dieu châtiera durement Israël que son élection oblige à plus de justice morale. Amos est le contemporain d’Osée qui, lui, est originaire du Royaume du Nord.

Anne Viry



Juan de Borgoña  (1470–1536), Le Prophète  Amos, 1535, 
Museo Catedralico, Cuenca

Saint Prophète Amos

Fête le 15 juin

Le 15 juin l'Église célèbre la mémoire du saint prophète Amos, qui vécut sous les règnes d'Osias (781-740), roi de Juda, et de Jéroboam II (784-744), roi d'Israël. Simple bouvier et cultivateur de sycomores il habitait le village de Téqoa, proche de Bethléem, dans le royaume de Juda.

Alors qu'il menait son troupeau, le Seigneur l'appela et lui dit :


"Va, prophétise à mon peuple Israël." Il se rendit donc dans le royaume du Nord, qui se trouvait alors à son apogée. Mais les riches y opprimaient honteusement les humbles, se comportaient de manière dissolue et avaient abandonné le culte du vrai Dieu pour adorer le Veau d'or.


Dieu ordonna à son prophète de leur annoncer que leur châtiment était imminent. Amos prédit d'abord la ruine des nations païennes voisines : Damas, la Philistie, la Phénicie, Édom, Ammon et Moab ; et il ajouta que la colère du Seigneur allait aussi s'abattre sur le royaume de Juda et, avant lui, sur le royaume de Samarie qui avait profané son saint Nom par le culte idolâtre.

Le prophète eut d'abord la vision de multitudes de sauterelles qui dévoraient toutes les cultures d'Israël, mais il intercéda pour le peuple et le fléau fut écarté. Ensuite, Dieu lui fit voir qu'Il se préparait à châtier par le feu, et une fois de plus la prière du prophète réussit à apaiser la colère divine. Les habitants du royaume du Nord ne se repentaient pas pour autant et persistaient dans leurs péchés, aussi le Seigneur manifesta à son prophète, en trois visions, qu'Il ne pardonnerait plus, et qu'Il allait frapper les rebelles et abattre leurs cités orgueilleuses.

Contre ceux qui, se vantant d'être le peuple élu, se fiaient en la faveur de Dieu, il dit que le Jour du Seigneur, qu'ils attendaient, serait ténèbres et non lumière. Leur culte hypocrite, mêlé à l'iniquité, a attiré l'irritation du Seigneur, qui les repousse en disant :


"Je hais, je méprise vos fêtes et je ne puis supporter vos solennités. Écartez de moi le bruit des cantiques, que je n'entende pas la musique de tes harpes." (Livre d'Amos ch. 5, v. 21-23).


"Le châtiment de leur orgueil sera terrible, les cadavres seront jetés pêle-mêle en tous lieux, et tous ceux qui ne périront pas se lamenteront et seront dans le deuil. Ces catastrophes marqueront la fin définitive du royaume schismatique d'Israël Elle est tombée, elle ne se relèvera plus la vierge d'Israël." (Livre d'Amos ch. 5, v. 2).


Ces châtiments annonceront aussi de loin les bouleversements cosmiques de la fin des temps.

Malgré ces prédictions de malheurs, tout espoir de salut ne sera pas perdu pour ceux qui se convertiront :


"Cherchez le Seigneur et vous vivre... Haïssez le mal, aimez le bien, et faites régner le droit, peut-être le Seigneur prendra-t-Il en pitié le reste de Joseph." (Livre d'Amos ch. 5, v. 14-15).


Car alors, dit le Seigneur :


"J'enverrai la faim dans le pays, non pas une faim de pain, non pas une soif d'eau, mais d'entendre la parole du Seigneur" (Livre d'Amos ch. 8, v. 11).


Comme le prophète prononçait ces oracles à Béthel, le prêtre Amasias l'accusa auprès du roi de fomenter une conspiration, en annonçant que le souverain allait périr par l'épée et que le peuple serait déporté loin de sa terre.


Et il dit à Amos :


"Voyant, va-t-en ; fuis au pays de Juda, mange ton pain là-bas et là-bas prophétise. Mais à Béthel cesse de prophétiser, car c'est un sanctuaire royal, un temple du royaume." (Livre d'Amos ch. 7, v. 12-13).


Amos persista cependant dans sa mission, et prédit au prêtre qu'il périrait en exil. Il continua de glorifier Dieu qui allait révéler Sa gloire par le jugement et l'extermination des pécheurs ; mais précisa, en terminant sa prophétie, que ces désastres verraient cependant le relèvement de la lignée de David et l'établissement du royaume messianique, vers lequel toutes les nations païennes accourront :

"Après cela je reviendrai et je relèverai la tente de David qui était tombée ; je relèverai ses ruines et je la redresserai, afin que le reste des hommes cherchent le Seigneur, ainsi que toutes les nations qui ont été consacrées à mon Nom, dit le Seigneur qui fait connaître ces choses depuis les siècles."


En ces jours-là, ajoute le prophète, les montagnes suinteront la suavité et toute la terre sera transformée en un jardin aux fruits éternels.

Une tradition postérieure rapporte que le fils d'Amasias, Ozias, aurait frappé Amos d'un coup de massue, le laissant à demi mort. Le prophète aurait alors été transporté dans sa patrie, Téqoa, où il aurait expiré quelques jours plus tard.

Sources : synaxaire du Hiéromoine Macaire de Simonos-Petra au mont Athos et le site Orthodoxos Synaxiristis


AMOS.



RÉVÉLATIONS qu’a eues Amos, l’un des bergers de Thécué, touchant Israël, sous le règne d’Ozias, roi de Juda, et sous le règne de Jéroboam, fils de Joas, roi d’Israël, deux ans avant le tremblement de terre.

2 Alors donc il a dit : Le Seigneur rugira du haut de Sion, il fera retentir sa voix du milieu de Jérusalem : les pâturages les plus beaux seront désolés, et le haut du Carmel deviendra tout sec.

3 Voici ce que dit le Seigneur : Après les crimes que Damas a commis trois et quatre fois, je ne changerai point l’arrêt que j’ai prononcé contre lui ; parce qu’il a fait passer des chariots armés de fer sur les habitants de Galaad.

4 Je mettrai le feu dans la maison d’Azaël, et les palais de Bénadad seront consumés.

5 Je briserai la force de Damas : j’exterminerai du champ de l’idole ceux qui l’habitent ; je chasserai celui qui a le sceptre à la main, de sa maison de plaisir, et le peuple de Syrie sera transporté à Cyrène, dit le Seigneur.

6 Voici ce que dit le Seigneur : Après les crimes que Gaza a commis trois et quatre fois, je ne changerai point l’arrêt que j’ai prononcé contre ses habitants ; parce qu’ils se sont saisis de ceux qui s’étaient réfugiés vers eux, sans en excepter aucun, et les ont emmenés captifs dans l’idumée.

7 Je mettrai le feu aux murs de Gaza, et il réduira ses maisons en cendre.

8 J’exterminerai d’Azot ceux qui l’habitent, et d’Ascalon, celui qui porte le sceptre : j’appesantirai encore ma main sur Accaron ; et je ferai périr le reste des Philistins, dit le Seigneur Dieu.

9 Voici ce que dit le Seigneur : Après les crimes que Tyr a commis trois et quatre fois, je ne changerai point l’arrêt que j’ai prononcé contre ses habitants ; parce qu’ils ont livré tous les captifs d’Israël aux Iduméens, sans se souvenir de l’alliance qu’ils avaient avec leurs frères.

10 C’est pourquoi je mettrai le feu aux murs de Tyr, et il réduira ses maisons en cendre.

11 Voici ce que dit le Seigneur : Après les crimes qu’Édom a commis trois et quatre fois, je ne changerai point l’arrêt que j’ai prononcé contre lui ; parce qu’il a persécuté son frère avec l’épée, qu’il a violé la compassion qu’il lui devait, qu’il n’a point mis de bornes à sa fureur, et qu’il a conservé jusqu’à la fin le ressentiment de sa colère.

12 Je mettrai le feu dans Théman, et il réduira en cendre les maisons de Bosra.

13 Voici ce que dit le Seigneur : Après les crimes qu’ont commis trois et quatre fois les enfants d’Ammon, je ne changerai point l’arrêt que j’ai prononcé contre eux ; parce qu’ils ont fendu le ventre des femmes grosses de Galaad, pour étendre les limites de leur pays.

14 Je mettrai le feu aux murs de Rabba, et il en consumera les maisons au milieu des cris au jour du combat, et au milieu des tourbillons au jour de la tempête.

15 Leur dieu Melchom sera emmené lui-même captif avec tous leurs princes, dit le Seigneur.



VOICI ce que dit le Seigneur : Après les crimes que Moab a commis trois et quatre fois, je ne changerai point l’arrêt que j’ai prononcé contre lui ; parce qu’il a brûlé les os du roi d’Idumée jusqu’à les réduire en cendre.

2 J’allumerai dans Moab un feu qui consumera les maisons de Carioth ; et les Moabites périront parmi le bruit des armes, et le son des trompettes.

3 Je perdrai celui qui tient le premier rang dans ce royaume, et je ferai mourir avec lui tous ses princes, dit le Seigneur.

4 Voici ce que dit le Seigneur : Après les crimes que Juda a commis trois et quatre fois, je ne changerai point l’arrêt que j’ai prononcé contre lui ; parce qu’il a rejeté la loi du Seigneur, et qu’il n’a point gardé ses commandements : car leurs idoles les ont trompés, ces idoles après lesquelles leurs pères avaient couru.

5 Je mettrai le feu dans Juda, et il réduira en cendre les maisons de Jérusalem.

6 Voici ce que dit le Seigneur : Après les crimes qu’Israël a commis trois et quatre fois, je ne changerai point l’arrêt que j’ai prononcé contre lui ; parce qu’il a vendu le juste pour de l’argent, et le pauvre pour les choses les plus viles.

7 Ils brisent contre terre la tête des pauvres, ils écartent et détournent dans le jugement la voie des faibles : le fils et le père se sont approchés d’une même fille, pour violer mon saint nom.

8 Ils ont fait festin près de toute sorte d’autels, assis sur les vêtements que les pauvres leur avaient donnés en gage, et ils ont bu dans la maison de leur dieu le vin de ceux qu’ils avaient condamnés injustement.

9 Cependant c’est moi qui à leur arrivée dans la Palestine ai exterminé les Amorrhéens, ce peuple dont la hauteur égalait celle des cèdres, et qui était fort comme des chênes : j’ai écrasé tous les fruits qui étaient sur ses branches, et j’ai brisé dans la terre toutes ses racines.

10 C’est moi qui vous ai fait sortir de l’Égypte, et qui vous ai conduits dans le désert pendant quarante ans, pour vous faire posséder la terre des Amorrhéens.

11 De vos enfants je me suis fait des prophètes ; et de vos jeunes hommes, des nazaréens. Enfants d’Israël, ce que je dis n’est-il pas vrai ? dit le Seigneur.

12 Et après cela vous avez présenté du vin aux nazaréens ; et vous avez dit hardiment aux prophètes : Ne prophétisez point.

13 Ma colère va éclater avec grand bruit, étant pressée du poids de vos crimes, comme les roues d’un chariot crient sous la pesanteur d’une grande charge de foin.

14 Celui qui court le mieux ne pourra se sauver par la fuite : le plus vaillant ne sera plus maître de son cœur ; le plus fort ne pourra sauver sa vie.

15 Celui qui combattait avec l’arc, tremblera de peur ; le plus vite à la course n’échappera point ; le cavalier ne se sauvera point avec son cheval ;

16 et le plus hardi d’entre les braves s’enfuira tout nu en ce jour-là, dit le Seigneur.



ENFANTS d’Israël, écoutez ce que j’ai dit sur votre sujet, sur vous tous qui êtes ce peuple né d’un même sang, que j’ai fait sortir de l’Égypte.

2 Je n’ai connu que vous de toutes les nations de la terre, dit le Seigneur : c’est pourquoi je vous punirai de toutes vos iniquités.

3 Deux hommes peuvent-ils marcher ensemble, à moins qu’ils ne soient dans quelque union ?

4 Le lion rugit-il dans une forêt, sans qu’il ait trouvé de quoi repaître sa faim ? Le lionceau fait-il retentir sa voix dans sa tanière, sans qu’il soit prêt à se jeter sur sa proie ?

5 Un oiseau tombe-t-il sur la terre dans le filet, sans qu’il lui ait été tendu par un oiseleur ? Ôte-t-on un piège de dessus la terre avant que quelque chose y ait été pris ?

6 La trompette sonnera-t-elle dans la ville sans que le peuple soit dans l’épouvante ? Y arrivera-t-il quelque mal qui ne vienne pas du Seigneur ?

7 Car le Seigneur Dieu ne fait rien sans avoir révélé auparavant son secret aux prophètes ses serviteurs.

8 Le lion rugit ; qui ne craindra point ? Le Seigneur Dieu a parlé ; qui ne prophétisera point ?

9 Faites entendre ceci dans les maisons d’Azot, et dans les palais d’Égypte ; et dites à ces peuples : Assemblez-vous sur les montagnes de Samarie, et voyez les extravagances sans nombre qui s’y commettent, et de quelle manière on opprime au milieu d’elle les innocents par des calomnies.

10 Ils n’ont su ce que c’était que de suivre les règles de la justice, dit le Seigneur, et ils ont amassé dans leurs maisons un trésor de rapines et d’iniquité.

11 C’est pourquoi, voici ce que dit le Seigneur Dieu ; La terre sera foulée aux pieds comme le blé l’est dans l’aire ; elle sera environnée de gens de guerre ; on vous ôtera toute votre force, et toutes vos maisons seront pillées.

12 Voici ce que dit le Seigneur : De tous les enfants d’Israël qui vivent à Samarie dans les délices et dans la mollesse de Damas, s’il en échappe quelques-uns, ce sera comme lorsqu’un berger arrache de la gueule du lion les deux cuisses ou le bout de l’oreille d’une brebis.

13 Écoutez ceci, et déclarez-le publiquement à la maison de Jacob, dit le Seigneur, le Dieu des armées : 

14 dites-lui, qu’au jour où je commencerai à punir Israël pour les violements de ma loi, j’étendrai aussi ma vengeance sur les autels de Béthel ; les cornes de ces autels seront arrachées et jetées par terre.

15 Je renverserai le palais d’hiver et le palais d’été : les chambres d’ivoire périront, et une multitude de maisons sera détruite, dit le Seigneur.



ÉCOUTEZ ceci, vaches grasses de la montagne de Samarie, qui opprimez les faibles par la violence, qui réduisez les pauvres en poudre, et qui dites à vos seigneurs : Apportez, et nous boirons.

2 Le Seigneur Dieu a juré par son saint nom, qu’il va venir un jour malheureux pour vous, où l’on vous enlèvera avec des crocs, et où l’on mettra ce qui restera de votre corps dans des chaudières bouillantes.

3 On vous fera passer par les brèches des murailles, l’une d’un côté et l’autre de l’autre, et l’on vous jettera dans le pays d’Armon, dit le Seigneur.

4 Allez donc à Béthel, et continuez vos impiétés : allez à Galgala, et ajoutez crimes sur crimes : amenez-y vos victimes dès le matin, et portez-y vos dîmes dans les trois jours solennels.

5 Offrez avec du levain des sacrifices d’actions de grâces : appelez-les des oblations volontaires, et publiez-les devant tout le monde : car ce sont là en effet des œuvres de votre volonté, enfants d’Israël, et non de la mienne, dit le Seigneur Dieu.

6 C’est pourquoi j’ai fait que dans toutes vos villes vos dents sont devenues faibles et branlantes : j’ai frappé toutes vos terres d’une stérilité de blé ; et cependant vous n’êtes point revenus à moi, dit le Seigneur.

7 J’ai empêché la pluie d’arroser vos champs, lorsqu’il restait encore trois mois jusqu’à la moisson : j’ai fait, ou qu’il a plu sur une ville et qu’il n’a point plu sur l’autre ; ou qu’il a plu sur un endroit d’une ville, et que l’autre est demeuré sec, parce que j’ai empêché qu’il n’y plût.

8 Deux ou trois villes sont allées à une autre pour y trouver de l’eau à boire, et ils n’ont pu apaiser leur soif ; et vous n’êtes point revenus à moi, dit le Seigneur.

9 Je vous ai frappés par un vent brûlant et par la nielle : la chenille a gâté tous vos grands jardins, toutes vos vignes, et tous vos plants d’oliviers et de figuiers ; et vous n’êtes point revenus à moi, dit le Seigneur.

10 Je vous ai frappés de plaies mortelles, comme je fis autrefois à l’égard des Égyptiens : j’ai frappé par l’épée vos jeunes hommes, et vos chevaux ont été la proie de vos ennemis : j’ai fait monter à vos narines la puanteur des corps morts de votre armée ; et vous n’êtes point revenus à moi, dit le Seigneur.

11 Je vous ai détruits en partie comme Dieu a détruit Sodome et Gomorrhe ; et ceux d’entre vous qui ont été sauvés, l’ont été comme un tison que l’on tire à peine d’un embrasement ; et vous n’êtes point revenus à moi, dit le Seigneur.

12 Je vous frapperai donc, ô Israël ! de toutes les plaies dont je vous ai menacés ; et après que je vous aurai traités de la sorte, préparez-vous, ô Israël ! à aller au-devant de votre Dieu.

13 Car voici celui qui forme les montagnes, qui crée le vent, et qui annonce sa parole à l’homme ; qui produit les nuages du matin, et qui marche sur ce qu’il y a de plus élevé dans la terre : son nom est le Seigneur, le Dieu des armées.



ÉCOUTEZ ces paroles avec lesquelles je déplore votre malheur : La maison d’Israël est tombée, elle ne se relèvera point.

2 La vierge d’Israël a été jetée par terre, et il n’y a personne qui la relève.

3 Car voici ce que dit le Seigneur Dieu touchant la maison d’Israël : S’il se trouve mille hommes dans une de ses villes, il n’en restera plus que cent ; et s’il s’y en trouvait cent, il n’y en restera plus que dix.

4 Voici donc ce que dit le Seigneur à la maison d’Israël : Cherchez-moi, et vous vivrez.

5 Ne cherchez point Béthel, n’allez point à Galgala, et ne passez point à Bersabée ; parce que Galgala sera emmenée captive, et Béthel sera réduite à rien.

6 Cherchez le Seigneur, et vous vivrez ; de peur qu’il ne fonde sur la maison de Joseph comme un feu qui la réduise en cendre, et qui embrase Béthel sans que personne puisse l’éteindre :

7 ô vous qui changez en absinthe les jugements, et qui abandonnez la justice sur la terre !

8 Cherchez celui qui a créé l’étoile de l’Ourse et l’étoile de l’Orion ; qui fait succéder aux ténèbres de la nuit la clarté du matin, et la nuit au jour ; qui appelle les eaux de la mer, et les répand sur la face de la terre : son nom est le Seigneur.

9 C’est lui qui renverse les plus forts comme en souriant, et sans effort, et qui expose au pillage les plus puissants.

10 Ils ont haï celui qui les reprenait dans les assemblées publiques ; et ils ont eu en abomination celui qui parlait d’une manière irréprochable.

11 Comme donc vous avez pillé le pauvre, et que vous lui avez emporté tout ce qu’il avait de plus précieux, vous n’habiterez point dans ces maisons de pierre de taille que vous avez bâties : vous ne boirez point du vin de ces excellentes vignes que vous avez plantées.

12 Car je connais vos crimes qui sont en grand nombre ; je sais que vous êtes puissants à faire le mal ; Je sais que vous êtes les ennemis du juste ; que vous recevez des dons, et que vous opprimez le pauvre dans les jugements.

13 C’est pourquoi l’homme prudent se tiendra alors en silence, parce que le temps est mauvais.

14 Cherchez le bien, et non pas le mal, afin que vous viviez : et alors le Seigneur, le Dieu des armées, sera vraiment avec vous, comme vous prétendez qu’il y est.

15 Haïssez le mal, et aimez le bien : faites que la justice règne dans les jugements ; et le Seigneur, le Dieu des armées, aura peut-être compassion des restes de Joseph.

16 Mais puisque vous ne m’écoutez pas, voici ce que dit le Seigneur, le Dieu des armées, le souverain Maître : Les cris éclateront dans toutes les places ; et dans tous les dehors de la ville on n’entendra dire que, Malheur ! malheur ! Ils appelleront à ce deuil les laboureurs mêmes, et ils feront venir pour pleurer ceux qui savent faire les plaintes funèbres.

17 Toutes les vignes retentiront de voix lamentables, parce que je passerai comme une tempête au milieu de vous, dit le Seigneur.

18 Malheur à ceux qui désirent le jour du Seigneur ! de quoi vous servira-t-il ? Ce jour du Seigneur sera pour vous un jour de ténèbres, et non de lumière.

19 Ce sera comme si un homme fuyait de devant un lion, et qu’il rencontrât un ours ; ou qu’étant entré dans la maison, et s’appuyant de la main sur la muraille, il trouvât un serpent qui le mordît.

20 Quel sera pour vous le jour du Seigneur, sinon un jour de ténèbres, et non de clarté ; un jour d’obscurité, et non de lumière ?

21 Je hais vos fêtes, et je les abhorre ; je ne puis souffrir vos assemblées.

22 En vain vous m’offrirez des holocaustes et des oblations, je ne les recevrai point : et quand vous me sacrifierez les hosties les plus grasses pour vous acquitter de vos vœux, je ne daignerai pas les regarder.

23 Ôtez-moi le bruit tumultueux de vos cantiques ; je n’écouterai point les airs que vous chanterez sur la lyre.

24 Mes jugements se répandront sur vous comme une eau qui se déborde, et ma justice comme un torrent impétueux.

25 Maison d’Israël, m’avez-vous offert des hosties et des sacrifices dans le désert pendant quarante ans ?

26 Vous y avez porté le tabernacle de votre Moloch, l’image de vos idoles, et l’étoile de votre dieu, qui n’étaient que les ouvrages de vos mains.

27 C’est pour cela que je vous ferai transporter au delà de Damas, dit le Seigneur, qui a pour nom le Dieu des armées.



MALHEUR à vous qui vivez en Sion dans l’abondance de toutes choses, et qui mettez votre confiance en la montagne de Samarie ! grands qui êtes les chefs des peuples, qui entrez avec une pompe fastueuse dans les assemblées d’Israël.

2 Passez à Chalane, et la considérez ; allez de là dans la grande ville d’Émath ; descendez à Geth, au pays des Philistins, et dans les plus beaux royaumes qui dépendent de ces villes ; et voyez si les terres qu’ils possèdent sont plus étendues que celles que vous possédez.

3 Vous que Dieu réserve pour le jour de l’affliction, et qui êtes près d’être asservis à un roi barbare ;

4 qui dormez sur des lits d’ivoire, et qui employez le temps du sommeil pour satisfaire votre mollesse ; qui mangez les agneaux les plus excellents, et des veaux choisis de tout le troupeau ;

5 qui accordez vos voix avec le son de la harpe ; et qui croyez imiter David en vous servant comme lui des instruments de musique ;

6 qui buvez le vin à pleines coupes, qui vous parfumez des huiles de senteur les plus précieuses, et qui êtes insensibles a l’affliction de Joseph.

7 C'est pour cela que ces hommes voluptueux vont être emmenés les premiers loin de leur pays : et que cette troupe nourrie dans les délices sera dissipée.

8 Le Seigneur Dieu a juré par lui-même, le Seigneur, le Dieu des armées a dit : Je déteste l’orgueil de Jacob, et je hais ses maisons superbes ; je livrerai leur ville avec ses habitants entre les mains de leurs ennemis.

9 S’il reste seulement dix hommes dans une maison, ils mourront comme les autres.

10 Leur plus proche les prendra l’un après l’autre, et les brûlera dans la maison pour en emporter les os : il dira à celui qui sera resté seul au fond du logis : Y a-t-il encore quelqu’un avec vous ?

11 Et après qu’il lui aura répondu, Il n’y en a plus ; il ajoutera : Ne dites mot, et ne parlez point du nom du Seigneur.

12 Car le Seigneur va donner ses ordres ; il ruinera la grande maison, et il fera des brèches à la petite.

13 Les chevaux peuvent-ils courir au travers des rochers ? ou peut-on y labourer avec des bœufs ? Comment donc pourriez-vous espérer le secours de Dieu, vous qui avez changé en amertume les jugements que vous deviez rendre, et en absinthe le fruit de la justice ?

14 vous qui mettez votre joie dans le néant, et qui dites : N’est-ce pas par notre propre force que nous nous sommes rendus si redoutables ?

15 Maison d’Israël, dit le Seigneur, le Dieu des armées, je vais susciter contre vous une nation qui vous réduira en poudre, depuis l’entrée du pays d’Émath, jusqu’au torrent du désert.



VOICI ce que le Seigneur Dieu me fit voir dans une vision : Il parut une multitude de sauterelles qui se forma lorsque les pluies de l’arrière-saison commençaient à faire repousser l’herbe, et ces pluies la faisaient repousser après qu’elle avait été coupée pour le roi.

2 Lorsque la sauterelle achevait de manger l’herbe de la terre, je dis : Seigneur Dieu ! faites-leur, je vous prie, miséricorde : qui pourra rétablir Jacob, après qu’il est devenu si faible ?

3 Alors le Seigneur fut touché de compassion, et me dit : Ce que vous craignez, n’arrivera point.

4 Le Seigneur Dieu me fit voir encore cette vision : Je voyais le Seigneur Dieu qui appelait un feu pour exercer son jugement. Ce feu dévorait un grand abîme, et consumait en même temps le partage d’Israël.

5 Alors je dis : Seigneur Dieu ! apaisez-vous, je vous prie : qui pourra rétablir Jacob, après qu’il est devenu si faible ?

6 Alors le Seigneur fut touché de compassion, et me dit : Cette plaie non plus n’arrivera pas, comme vous craignez.

7 Le Seigneur me fit voir encore cette vision : Je vis le Seigneur au-dessus d’une muraille crépie, qui avait à la main une truelle de maçon.

8 Et il me dit : Que voyez-vous, Amos ? Je lui répondis : Je vois la truelle d’un maçon. Il ajouta : Je ne me servirai plus à l’avenir de la truelle parmi mon peuple d’Israël, et je n’en crépirai plus les murailles.

9 Les hauts lieux consacrés à l’idole seront détruits : ces lieux qu’Israël prétend être saints, seront renversés ; et j’exterminerai par l’épée la maison de Jéroboam.

10 Alors Amasias, prêtre de Béthel, envoya dire à Jéroboam, roi d’Israël : Amos s’est révolté contre vous au milieu de votre État : les discours qu’il sème partout ne peuvent plus se souffrir.

11 Car voici ce que dit Amos : Jéroboam mourra par l’épée, et Israël sera emmené captif hors de son pays.

12 Amasias dit ensuite à Amos : Sortez d’ici, homme de vision ; fuyez au pays de Juda, où vous trouverez de quoi vivre : et vous prophétiserez là tant que vous voudrez.

13 Mais qu’il ne vous arrive plus de prophétiser dans Béthel ; parce que c’est là qu’est la religion du roi, et l’une de ses maisons royales.

14 Amos répondit à Amasias : Je ne suis ni prophète, ni fils de prophète ; mais je mène paître les bœufs, et je me nourris du fruit des sycomores.

15 Le Seigneur m’a pris lorsque je menais mes bêtes ; et il m’a dit : Allez, et parlez comme mon prophète à mon peuple d’Israël.

16 Écoutez donc maintenant la parole du Seigneur : Vous me dites : Ne vous mêlez point de prophétiser sur Israël, ni de prédire des malheurs à la maison de l’idole.

17 Mais voici ce que le Seigneur vous dit : Votre femme sera exposée à la prostitution dans la ville ; vos fils et vos filles périront par l’épée ; l’ennemi partagera vos terres au cordeau ; vous mourrez parmi une nation impure, et Israël sera emmené captif hors de son pays.



LE Seigneur Dieu me fit voir cette vision : Je voyais un crochet à faire tomber le fruit des arbres.

2 Et le Seigneur me dit : Que voyez-vous, Amos ? Je vois, lui dis-je, un crochet à faire tomber les fruits. Et le Seigneur me dit : Le temps de la ruine de mon peuple d’Israël est venu : je ne dissimulerai plus ses fautes à l’avenir.

3 En ce temps-là, dit le Seigneur Dieu, on entendra un horrible bruit à la chute des principaux soutiens du temple ; il se fera un grand carnage d’hommes, et un silence affreux régnera de toutes parts.

4 Écoutez ceci, vous qui réduisez en poudre les pauvres, et qui faites périr ceux qui sont dans l’indigence :

5 vous qui dites : Quand seront passés ces mois où tout est à bon marché, afin que nous vendions nos marchandises ? Quand finiront ces semaines ennuyeuses, afin que nous ouvrions nos greniers, que nous vendions le blé bien cher et à fausse mesure, et que nous pesions dans de fausses balances l’argent qu’on nous donnera :

6 pour nous rendre par nos richesses les maîtres des pauvres, pour nous les assujettir sans qu’il nous en coûte presque rien, et pour leur vendre les criblures de notre blé ?

7 Le Seigneur a prononcé ce serment contre l’orgueil de Jacob : Je jure que je n’oublierai pas toujours toutes leurs œuvres.

8 Après cela toute leur terre ne sera-t-elle pas renversée ? Elle le sera certainement. Tous ses habitants seront dans les larmes ; elle sera accablée de maux, comme une campagne inondée par un fleuve : ses richesses seront enlevées, et se dissiperont, comme les eaux du Nil s’écoulent après avoir couvert toute l’Égypte.

9 En ce jour-là, dit le Seigneur Dieu, le soleil se couchera en plein midi, et je couvrirai la terre de ténèbres, lorsqu’elle devrait être pleine de lumière.

10 Je changerai vos jours de fêtes en des jours de larmes, et vos chants de joie en plaintes lamentables : je vous réduirai tous à vous revêtir d’un sac, et à vous raser la tête : je plongerai Samarie dans les larmes, comme une mère qui pleure son fils unique, et sa fin ne sera qu’amertume et que douleur.

11 Il viendra un temps, dit le Seigneur, où j’enverrai la famine sur la terre ; non la famine du pain, ni la soif de l’eau, mais la famine et la soif de la parole du Seigneur.

12 Et ils seront dans le trouble depuis une mer jusqu’à l’autre, et depuis l’aquilon jusqu’à l’orient : ils iront chercher de tous côtés la parole du Seigneur, et ils ne la trouveront point.

13 En ce temps-là les vierges d’une beauté extraordinaire mourront de soif, et avec elles les jeunes hommes,

14 qui jurent par le péché de Samarie, en disant : Ô Dan ! vive votre dieu ! vive la religion de Bersabée ! Et ils tomberont sans que jamais ils se relèvent.



J’AI vu le Seigneur qui était debout sur l’autel, et qui a dit : Frappez le gond, et ébranlez le haut de la porte ; parce qu’ils ont tous l’avarice dans la tête et dans le cœur. Je ferai mourir par l’épée jusqu’au dernier d’entre eux : nul n’en échappera ; et celui qui voudra fuir, ne se sauvera point par la fuite.

2 Quand ils descendraient jusqu’aux enfers, ma main les en retirerait ; et quand ils monteraient jusqu’au ciel, je les en ferais tomber.
3 S’ils se cachent sur le haut du mont Carmel, j’irai les y chercher et les en faire sortir ; et s’ils vont au plus profond de la mer pour se dérober à mes yeux, je commanderai à un serpent qu’il les morde au fond des eaux.

4 S’il en reste quelques-uns que leurs ennemis emmènent captifs en une terre étrangère, je commanderai là à l’épée, et elle les tuera ; et j’arrêterai mes yeux sur eux, non pour leur faire du bien, mais pour les accabler de maux.

5 Le Seigneur, le Dieu des armées, est celui qui frappe la terre, et la terre sèche de frayeur, et tous ceux qui l’habitent sont dans les larmes : elle sera comme inondée d’un fleuve de maux, et toutes ses richesses se dissiperont comme les eaux du Nil s’écoulent après avoir couvert toute l’Egypte.

6 C’est lui qui a établi son trône dans le ciel, et qui soutient sur la terre la société qu’il s’est unie ; qui appelle les eaux de la mer, et les répand sur la face de la terre. Son nom est Le Seigneur.

7 Enfants d’Israël, vous êtes à moi, dit le Seigneur : mais les enfants des Ethiopiens ne m’appartiennent-ils pas aussi ? J’ai tire Israël de l’Egypte : mais n’ai-je pas tiré aussi les Philistins de la Cappadoce, et les Syriens de Cyrène ?

8 Les yeux du Seigneur Dieu sont ouverts sur tous les royaumes qui s’abandonnent au péché : je les exterminerai de dessus la terre, dit le Seigneur ; néanmoins je ne ruinerai pas entièrement la maison de Jacob.

9 Car je vais donner mes ordres, et je ferai que la maison d’Israël sera agitée parmi toutes les nations, comme le blé est remué dans le crible, sans néanmoins qu’il en tombe à terre un seul grain.

10 Je ferai mourir par l’épée tous ceux de mon peuple qui s’abandonnent au péché ; tous ceux qui disent : Ces maux qu’on nous prédit ne viendront pas jusqu’à nous, et ils n’arriveront jamais.

11 En ce jour-là je relèverai le tabernacle de David, qui sera tombé ; je refermerai les ouvertures de ses murailles ; je rebâtirai ce qui était tombé, et je le rétablirai comme il était autrefois,

12 afin que mon peuple possède les restes de l’Idumée, et toutes les nations du monde ; parce qu’il a été appelé de mon nom, dit le Seigneur qui fera ces choses.

13 Il viendra un temps, dit le Seigneur, où les ouvrages du laboureur et du moissonneur, de celui qui foule les raisins, et de celui qui sème la terre, s’entresuivront : la douceur du miel dégouttera des montagnes, et toutes les collines seront cultivées.

14 Je ferai revenir les captifs de mon peuple d’Israël : ils rebâtiront les villes désertes, et ils les habiteront ; ils planteront des vignes, et ils en boiront le vin ; ils feront des jardins, et ils en mangeront le fruit.

15 Je les établirai dans leur pays, et je ne les arracherai plus à l’avenir de la terre que je leur ai donnée, dit le Seigneur, votre Dieu.



Amos

Name

The third among the Minor Prophets of the Old Testament is called, in the Hebrew Text, "'Ams." The spelling of his name is different from that of the name of Isaias's father, Amoç; whence Christian tradition has, for the most part, rightly distinguished between the two. The prophet's name, Amos, has been variously explained, and its exact meaning is still a matter of conjecture.

Life and times

According to the heading of his book (i, 1) Amos was a herdsman of Thecua, a village in the Southern Kingdom, twelve miles south of Jerusalem. Besides this humble avocation, he is also spoken of in vii, 14, as a simple dresser of sycamore-trees. Hence, as far as we know, there is no sufficient ground for the view of most Jewish interpreters that Amos was a wealthy man. Thecua was apparently a shepherd's town, and it was while following his flock in the wilderness of Juda, that, in the reigns of Ozias and Jeroboam, God called him for a special mission: "Go, prophesy to My people Israel" (vii, 15). In the eyes of the humble shepherd this must have appeared a most difficult mission. At the time when the call came to him, he was "not a prophet, nor the son of a prophet" (vii, 14), which implies that he had not yet entered upon the prophetical office, and even that he had not attended the schools wherein young men in training for a prophet's career bore the name of "the sons of a prophet".

Other reasons might well cause Amos to fear to accept the divine mission. He, a Southerner, was bidden to go to the Northern Kingdom, Israel, and carry to its people and its leaders a message of judgment to which, from their historical circumstances, they were particularly ill-prepared to listen. Its ruler, Jeroboam II (c. 781-741 B.C.), had rapidly conquered Syria, Moab, and Ammon, and thereby extended his dominions from the source of the Orontes on the north to the Dead Sea on the south. The whole northern empire of Solomon thus practically restored had enjoyed a long period of peace and security marked by a wonderful revival of artistic and commercial development. Samaria, its capital, had been adorned with splendid and substantial buildings; riches had been accumulated in abundance; comfort and luxury had reached their highest standard; so that the Northern Kingdom had attained a material prosperity unprecedented since the disruption of the empire of Solomon. Outwardly, religion was also in a most flourishing condition. The sacrificial worship of the God of Israel was carried on with great pomp and general faithfulness, and the long enjoyment of national prosperity was popularly regarded as an undoubted token of the Lord's favour towards His people. It is true that public morals had gradually been infected by the vices which continued success and plenty too often bring in their train. Social corruption and the oppression of the poor and helpless were very prevalent. But these and similar marks of public degeneracy could be readily excused on the plea that they were the necessary accompaniments of a high degree of Oriental civilization. Again, religion was debased in various ways. Many among the Israelites were satisfied with the mere offering of the sacrificial victims, regardless of the inward dispositions required for their worthy presentation to a thrice-holy God. Others availed themselves of the throngs which attended the sacred festivals to indulge in immoderate enjoyment and tumultuous revelry. Others again, carried away by the freer association with heathen peoples which resulted from conquest or from commercial intercourse, even went so far as to fuse with the Lord's worship that of pagan deities. Owing to men's natural tendency to be satisfied with the mechanical performance of religious duties, and owing more particularly to the great proneness of the Hebrews of old to adopt the sensual rites of foreign cults, so long as they did not give up the worship of their own God, these irregularities in matters of religion did not appear objectionable to the Israelites, all the more so because the Lord did not punish them for their conduct. Yet it was to that most prosperous people, thoroughly convinced that God was well-pleased with them, that Amos was sent to deliver a stern rebuke for all their misdeeds, and to announce in God's name their forthcoming ruin and captivity (vii, 17).

Amos's mission to Israel was but a temporary one. It extended apparently from two years before to a few years after an earthquake, the exact date of which is unknown (i, 1). It met with strong opposition, especially on the part of Amasias, the chief priest of the royal sanctuary in Bethel (vii, 10-13). How it came to an end is not known; for only late and untrustworthy legends tell of Amos's martyrdom under the ill-treatment of Amasias and his son. It is more probable that, in compliance with Amasias's threatening order (vii, 12), the prophet withdrew to Juda, where at leisure he arranged his oracles in their well-planned disposition.

Analysis of prophetical writing

The book of Amos falls naturally into three parts. The first opens with a general title to the work, giving the author's name and the general date of his ministry (i, 1), and a text or motto in four poetical lines (i, 2), describing under a fine image the Lord's power over Palestine. This part comprises the first two chapters, and is made up of a series of oracles against Damascus, Gaza, Tyre, Edom, Ammon, Moab, Juda, and, finally, Israel. Each oracle begins with the same numerical formula: "For three crimes of Damascus [or Gaza, or Tyre, etc., as the case may be], and for four, I will not revoke the doom"; it next sets forth the chief indictment; and finally pronounces the penalty. The heathen nations are doomed not because of their ignorance of the true God, but because of their breaches of the elementary and unwritten laws of natural humanity and good faith. As regards Juda and Israel, they will share the same doom because, although they were especially cared for by the Lord who drew them out of Egypt, conquered for them the land of Chanaan, and gave them prophets and Nazarites, yet they have committed the same crimes as their pagan neighbours. Israel is rebuked more at length than Juda, and its utter destruction is vividly described.

The second part (chaps. iii-vi) consists of a series of addresses which expand the indictment and the sentence against Israel set forth in ii, 6-16. Amos's indictment bears (1) on the social disorders prevalent among the upper classes; (2) on the heartless luxury and self-indulgence of the wealthy ladies of Samaria; (3) on the too great confidence of the Israelites at large in their mere external discharge of religious duties which can in no way secure them against the approaching doom. The sentence itself assumes the form of a dirge over the captivity which awaits the unrepenting transgressors, and the complete surrender of the country to the foreign enemy.

The third section of the book (chaps. vii-ix, 8b.), apart from the historical account of Amasias's opposition to Amos (vii, 10-17), and from a discourse (viii, 4-14) similar in tone and import to the addresses contained in the second part of the prophecy, is wholly made up of visions of judgment against Israel. In the first two visions--the one of devouring locusts, and the other of consuming fire--the foretold destruction is stayed by divine interposition; but in the third vision, that of a plumb-line, the destruction is permitted to become complete. The fourth vision, like the foregoing, is symbolical; a basket of summer fruit points to the speedy decay of Israel; while in the fifth and last the prophet beholds the Lord standing beside the altar and threatening the Northern Kingdom with a chastisement from which there is no escape. The book concludes with God's solemn promise of the glorious restoration of the House of David, and of the wonderful prosperity of the purified nation (ix, 8c-15).

Literary features of the book

It is universally admitted at the present day that these contents are set forth in a style of "high literary merit". This literary excellence might, indeed, at first sight appear in strange contrast with Amos's obscure birth and humble shepherd life. A closer study, however, of the prophet's writing and of the actual circumstances of its composition does away with that apparent contrast. Before Amos's time the Hebrew language had gradually passed through several stages of development, and had been cultivated by several able writers. Again, it is not to be supposed that the prophecies of Amos were delivered exactly as they are recorded. Throughout the book the topics are treated poetically, and many of its literary features are best accounted for by admitting that the prophet spared no time and labour to invest his oral utterances with their present elaborate form. Finally, to associate inferior culture with the simplicity and relative poverty of pastoral life would be to mistake totally the conditions of Eastern society, ancient and modern. For among the Hebrews of old, as among the Arabs of the present day, the sum of book-learning was necessarily small, and proficiency in knowledge and oratory was chiefly dependent not on a professional education, but on a shrewd observation of men and things, a memory retentive of traditional lore, and the faculty of original thought.

Authorship and date

Apart from a few recent critics, all scholars maintain the correctness of the traditional view which refers the book of Amos to the Judean prophet of that name. They rightly think that the judgments, sermons, and visions which make up that sacred writing centre in a great message of doom to Israel. The contents read like a solemn denunciation of the incurable wickedness of the Northern Kingdom, like a direct prediction of its impending ruin. The same scholars regard likewise the general style of the book, with its poetical form and striking simplicity, abruptness, etc., as proof that the work is a literary unit, the various parts of which should be traced back to one and the same mind, to the one and holy prophet, whose name and period of activity are given in the title to the prophecy, and whose authorship is repeatedly affirmed in the body of the book (cf. vii, 1, 2, 4, 5, 8; viii, 1, 2; ix, 1, etc.).

To confirm the traditional view of Jews and Christians in regard to authorship and date, the two following facts have also been brought forth:
  • first, as was to be expected from a shepherd like Amos, the author of the prophecy uses throughout imagery drawn mainly from rural life (the wagon loaded with sheaves, the young lion in its den growling over its prey, the net springing up and entrapping the bird, the remnants of the sheep recovered by the shepherd out of the lion's mouth, cattle-driving, etc.);
  • in the second place, there is a close agreement between the state of the Northern Kingdom under Jeroboam II, as described by Amos, and that of the same Kingdom as it is made known to us in the fourth book of Kings and the prophecy of Osee which is commonly ascribed to the same (the eighth) century B.C.
It is true that Amos's authorship of numerous passages, and notably of ix, 8c-15, has been and is still seriously questioned by some leading critics. But in regard to most, if not indeed to all such passages, it may be confidently affirmed that the arguments against the authorship are not strictly conclusive. Besides, even though the later origin of all these passages should be conceded, the traditional view of the authorship and date of the book as a whole would not be materially impaired.

Religious teachings of Amos

Two facts contribute to give to the religious doctrine of Amos a special importance. On the one hand, his prophecies are wellnigh universally regarded as authentic, and on the other, his work is probably the earliest prophetical writing which has come down to us. So that the book of Amos furnishes us with most valuable information concerning the beliefs of the eighth century B.C., and in fact, concerning those of some time before, since, in delivering the Divine message to his contemporaries, the prophet always takes for granted that they are already familiar with the truths to which he appeals. Amos teaches a most pure monotheism. Throughout his book there is not so much as a reference to other deities than the God of Israel. He often speaks of "the Lord of Hosts", meaning thereby that God has untold forces and powers at His command; in other words, that He is omnipotent. His descriptions of the Divine attributes show that according to his mind God is the Creator and Ruler of all things in heaven and on earth; He governs the nations at large, as well as the heavenly bodies and the elements of nature; He is a personal and righteous God who punishes the crimes of all men, whether they belong to the heathen nations or to the chosen people. The prophet repeatedly inveighs against the false notions which his contemporaries had of God's relation to Israel. He does not deny that the Lord is their God in a special manner. But he argues that His benefits to them in the past, instead of being a reason for them to indulge with security in sins hateful to God's holiness, really increase their guilt and must make them fear a severer penalty. He does not deny that sacrifices should be offered to the Divine Majesty; but he most emphatically declares that the mere outward offering of them is not pleasing to God and cannot placate His anger. On the day of the Lord, that is on the day of retribution, Israelites who shall be found guilty of the same crimes as the heathen nations will be held to account for them severely. It is true that Amos argues in a concrete manner with his contemporaries, and that consequently he does not formulate abstract principles. Nevertheless, his book is replete with truths which can never become superfluous or obsolete.

Finally, whatever view may be taken of the authorship of the concluding portion of the book of Amos (vii, 8c.-15), the Messianic bearing of the passage will be readily admitted by all who believe in the existence of the supernatural. It may also be added that this Messianic prophecy is worded in a manner that offers no insuperable objection to the traditional view which regards Amos as its author.

Sources

For reference to Introductions to the Old Testament, see Bibliography to AGGEUS; recent Commentaries on Amos by TROCHON (1886); KNABENBAUER (1886); ORELLI (Eng. tr., 1893); FILLION (1896); DRIVER (1898); SMITH (1896); MITCHELL (2nd ed., 1900); NOWACK (2nd ed., 1903); MARTI (1903); HORTON (1904).

Gigot, Francis. "Amos." The Catholic Encyclopedia. Vol. 1. New York: Robert Appleton Company, 1907. 15 Jun. 2017 <http://www.newadvent.org/cathen/01435a.htm>.

Transcription. This article was transcribed for New Advent by Thomas J. Bress.

Ecclesiastical approbation. Nihil Obstat. March 1, 1907. Remy Lafort, S.T.D., Censor. Imprimatur. +John Cardinal Farley, Archbishop of New York.


THE BOOK OF AMOS

Amos was a sheepbreeder of Tekoa in Judah, who delivered his oracles in the Northern Kingdom during the prosperous reign of Jeroboam II (786–746 B.C.). He prophesied in Israel at the great cult center of Bethel, from which he was finally expelled by the priest in charge of this royal sanctuary (7:1017). The poetry of Amos, who denounces the hollow prosperity of the Northern Kingdom, is filled with imagery and language taken from his own pastoral background. The book is an anthology of his oracles and was compiled either by the prophet or by some of his disciples.

The prophecy begins with a sweeping indictment of Damascus, Philistia, Tyre, and Edom; but the forthright herdsman saves his climactic denunciation for Israel, whose injustice and idolatry are sins against the light granted to her. Israel could indeed expect the day of the Lord, but it would be a day of darkness and not light (5:18). When Amos prophesied the overthrow of the sanctuary, the fall of the royal house, and the captivity of the people, it was more than Israelite officialdom could bear. The priest of Bethel drove Amos from the shrine—but not before hearing a terrible sentence pronounced upon himself.

Amos is a prophet of divine judgment, and the sovereignty of the Lord in nature and history dominates his thought. But he was no innovator; his conservatism was in keeping with the whole prophetic tradition calling the people back to the high moral and religious demands of the Lord’s revelation.

Amos’s message stands as one of the most powerful voices ever to challenge hypocrisy and injustice. He boldly indicts kings, priests, and leaders (6:1; 7:9, 1617). He stresses the importance and the divine origin of the prophetic word (3:38); one must either heed that word in its entirety or suffer its disappearance (8:1112). Religion without justice is an affront to the God of Israel and, far from appeasing God, can only provoke divine wrath (5:2127; 8:410). The Lord is not some petty national god but the sovereign creator of the cosmos (4:13; 5:8; 9:56). Amos alludes to historical forces at work through which God would exercise judgment on Israel (6:14). Several times he mentions deportation as the fate that awaits the people and their corrupt leaders (4:3; 5:5, 27; 7:17), a standard tactic of Assyrian foreign policy during this period. Through the prophetic word and various natural disasters (4:612) the Lord has tried to bring Israel to repentance, but to no avail. Israel’s rebelliousness has exhausted the divine patience and the destruction of Israel as a nation and as God’s people is inevitable (2:4, 1316; 7:89). As it is presented in this book, Amos’s message is one of almost unrelieved gloom (but see 5:1415). A later appendix (9:1115), however, ends the book on a hopeful note, looking beyond the judgment that had already taken place in fulfillment of Amos’s word.

The Book of Amos may be divided as follows:

I.            Editorial Introduction (1:12)

II.            Oracles Against the Nations (1:32:16)

III.            Threefold Summons to Hear the Word of the Lord (3:15:9)

IV.            Three Woes (5:76:14)

V.            Symbolic Visions (7:19:10)

VI.            Epilogue: Restoration Under a Davidic King (9:1115)

SOURCE : http://www.usccb.org/bible/amos/0

Author: Amos of Tekoa, shepherd and cultivator of sycamore trees

Date Written: 750 BC

Amos is sent by God from the southern kingdom of Judah to the northern kingdom of Israel.  The kingdoms had been divided during the reign of Rehoboam, Solomon's son (see 1 Kgs 12).  Amos brings a harsh message to the rulers and people of Israel: God's judgment is coming because of their infidelity to him.

The book begins with a short prologue giving historical context and a thematic introduction.  Then the Oracles, or prophetic sayings, Against the Nations begin (1:3-2:16).  Next Amos launches into judgment oracles against the nation of Israel (3:1-6:14).  Then we read of Amos' visions (7:1-9:10).  Finally Amos presents an idyllic picture of a reunited kingdom of peace in which the people possess the land in all its fruitfulness (9:11-15).
  
There are few key pieces of information to keep in mind while reading Amos.  First, Amos is sent to the northern kingdom of Israel.  At this point in biblical history, the twelve tribes had split into two kingdoms: Judah and Israel.  Judah's capital was Jerusalem and could claim the authentic line of David for its royalty.  Israel had been established by Jeroboam I with its capital in Samaria.  Second, Jeroboam I had set up golden calf idols and appointed people to be priests who were not Levites or sons of Aaron (1 Kgs 12).  It is especially important to remember this fact when considering harsh texts like 5:21-27 ("I despise your feasts...").  God is rejecting a pagan cult which worshiped other gods (5:26, 8:14).  The Israelites mixed their worship of the true God with the worship of many false gods.  Third, Amos is prophesying in the time leading up to the Exile.  Assyria conquered the northern kingdom in 722 BC, so Amos warns about the probability of exile because of Israel's disobedience about 30 years before it happened (5:5; 5:27; 6:7; 7:11).  Amos' career is during the reign of Jeroboam II. 
  
In the Oracles Against the Nations, Amos lists the sins of surrounding nations and declares God's punishment on them.  Amos calls for a destruction of Israelite worship and the reuniting of the kingdom.  He denounces unjust social practices and calls for a return to true worship of the Lord.  He announces the end of the Jeroboamite dynasty (7:9).  He prophesies of a day when the "booth of David" will be repaired and rebuilt, when all the people will dwell in peace and harmony under a true king who is a descendant of David.  Amos' harsh message eventually gets him banished from the northern kingdom (7:12-14). 
  
A few theological themes for meditation in this book are God's love for the poor and his desire for a just society.  Also, the holiness of God's law is so great that it demands a great punishment on those who break it.  In our times, as in Amos' there is a famine "of hearing the word of the Lord" (8:11).  God does not desire to punish his people, but in many cases suffering is a necessary precursor to restoration.

By Mark Giszczak


Prophet Amos



The Holy Prophet Amos, third of the Twelve Minor Prophets, lived during the eighth century before Christ. At this time the Hebrew nation was divided into two kingdoms: Judea and Israel. The Judean king Hosiah ruled in Jerusalem, but the ten separated Israelite tribes were ruled by Jeroboam II, an idol-worshipper. At Bethel he set up an idol in the form of a golden calf, which they worshipped, after they rejected the God of Israel.


The Prophet Amos was a Judean, from the city of Thecua in the land of Zebulon. Simple and untaught, but fervent in faith and zealous for the glory of the true God, this former shepherd and dresser of sycamore trees (Amos 7:14-15) was chosen by the Lord for prophetic service. He was sent to the kingdom of Israel to denounce the impiety of King Jeroboam, and also the Israelites for falling away from God. The prophet predicted a great misfortune which would befall Israel and the neighboring pagan nations, because of their impiety. As a result of his denunciations, the Prophet Amos repeatedly suffered beatings and torture. He returned to Bethel, and threatening inevitable misfortunes, he continued to call the Israelites to repentance.

The idolatrous priest Amaziah of the pagan temple particularly hated the prophet. The prophet predicted speedy destruction for him and all his household, and for this he was subjected to beatings. Hosiah, the son of Amaziah, struck the saint on the head with a club and seriously wounded him. Still alive, the Prophet Amos reached his native village and died there around 787 B.C. He is not to be confused with Amos, the father of the Prophet Isaiah.


Troparion — Tone 2

Celebrating the memory / Of Your Prophet Amos, O Lord, / For his sake, we entreat You, save our souls.

Kontakion — Tone 4

Purifying your fervent heart by the Spirit, / O glorious Prophet Amos, / And receiving the gift of prophecy from on high, / You cry with a loud voice to the nations: / This is our God, and there is none beside Him.


Sant' Amos Profeta


Regno di Giuda e Regno di Israele, VIII secolo a.C.

Profeta e scrittore fustigò energicamente la vita del regno d’Israele che, godendo di un momento di prosperità, aveva abbandonato la legge divina. Amos profetizzò il castigo divino e la salvezza di pochi giusti che avrebbero perpetuato il popolo di Dio, di cui avvertì fortemente la presenza e il dominio sul mondo. Ebbe il merito che lo rende ancora attuale di denunciare un culto ridotto a pura esteriorità e la falsa sicurezza degli uomini di fronte a Dio.

Etimologia: Amos = forte, robusto, dall'ebraico

Martirologio Romano: Commemorazione di sant’Amos, profeta, che allevatore di bestiame in Tecoa e coltivatore di sicomori, fu mandato dal Signore ai figli di Israele per riaffermare la sua giustizia e santità contro i loro abomini.

Lo Stato unitario nato con il re Saul è ora diviso nei due regni di Israele al nord e di Giuda al sud. E qui, nel paese di Tekoa vicino a Betlemme, abita il contadino Amos, al quale il Signore comanda di andare a predicare nel regno del nord. Amos accetta immediatamente, pur essendo estraneo al mondo dei predicatori o “portavoce” o “interpreti” di Dio (questo significa il termine ebraico tradotto con “profeta”).


Lasciato il suo bestiame, entra nel regno d’Israele al tempo di re Geroboamo II (783-743 a.C.). Un tempo di straordinaria prosperità. E anche di religiosità intensa, si direbbe. C’è sempre folla nei santuari nazionali di Bet-El e di Dan, con offerte abbondanti e riti solenni. Amos, fedele alla chiamata, arriva appunto a Bet-El per rovinare la festa dei ricchi, per far vergognare i compiaciuti. Questo è l’incarico. Eccolo tra la folla, mentre profetizza sventure ai nemici di Israele per i loro misfatti. E questo ai suoi ascoltatori va molto bene. Ma presto Amos passa a parlare di loro: "Hanno venduto il giusto per denaro e il povero per un paio di sandali; calpestano la testa dei poveri come la polvere della terra...".

Ecco su che cosa si basa questa prosperità: sull’ingiustizia, di cui il contadino di Tekoa enumera le manifestazioni: truffe in commercio, nel peso, nella moneta, sfruttamento dei poveri, usura spietata, schiavitù per il debitore... Sì, il Signore di tutti i popoli castigherà i nemici di Israele; ma anche questo regno dovrà scontare le sue iniquità. Non basta che possieda la vera fede: deve anche viverla con verità. Non serve adornare i templi: "Cercate il Signore, e vivrete!".

C’è da pensare che questa infuocata campagna non duri a lungo. Entra infatti in campo Amasia, capo dei sacerdoti di Bet-El, parlando probabilmente a nome del re. E intima ad Amos di tornare al suo paese, nel regno di Giuda. Allora il profeta spiega che è stato il Signore a mandarlo, e aggiunge per Amasia questo tremendo annuncio: "Ebbene, dice il Signore: tua moglie si prostituirà nella città, i tuoi figli e le tue figlie cadranno di spada, la tua terra sarà spartita con la corda, tu morrai in terra immonda e Israele sarà deportato lontano dalla sua terra...". I notabili sferzati da Amos conosceranno sventura e deportazione quando il regno del nord verrà abbattuto nel 722 a.C. dagli Assiri.

E Amos? Possiamo pensare che sia tornato in patria: il messaggio è stato comunicato, la missione compiuta. Ma lui in un certo senso ha voluto “farne rapporto” a tutti, per tutti i tempi. Dei profeti precedenti, infatti, noi conosciamo l’attività, ma di lui ci sono arrivate anche le parole. Per mano sua, o di qualche discepolo, Amos ce le ha volute tramandare nella loro irruenza originaria. Come se lo ascoltassimo noi pure a Bet-El, tra gli stupori.



Autore: Domenico Agasso