mardi 22 mars 2016

Saint PAUL SERGE de NARBONNE, évêque et martyr et ses compagnons, martyrs

Saint Paul Serge

Évêque de Narbonne (3ème s.)

Chrétien romain, premier évêque de Narbonne au IIIe siècle (en même temps que saint Trophime d'Arles, saint Aphrodise de Béziers et saint Saturnin de Toulouse).


"C’est vers l’an 200 que l'Église Romaine envoya un évêque dans la Capitale de la Gaule Narbonnaise pour y organiser l'Église locale parce qu’il y avait déjà un bon noyau de chrétiens dans la région.

Cet évêque s’appelait 'Paul' et mourut en l’an 240. C’est lui qui consacra le 1er évêque de Béziers, saint Aphrodise.

Un sarcophage chrétien datant de cette époque a été retrouvé sous les fondations de la basilique 'St Paul' de Narbonne. Richement décoré, (preuve que la personne était importante), il pourrait être celui du saint évêque, puisqu’un lieu de culte a été édifié autour de lui au IVe  siècle, preuve encore que ce personnage a été vénéré très tôt.

Pourquoi 'Paul Serge'?

Pendant longtemps, Narbonne a été le siège d’un grand archevêché: une immense province ecclésiastique qui s’étendait du Rhône jusqu’à Tarragone, en Espagne. Mais, les circonstances firent qu’un jour Tarragone voulut obtenir son indépendance vis-à-vis de l’archevêque de Narbonne. Alors, pour mieux faire valoir leur suprématie, les narbonnais allèrent jusqu’à dire que 'Saint Paul de Narbonne' n’était autre que le proconsul romain de Chypre qui invita les Apôtres Paul et Barnabé chez lui et se convertit à la foi chrétienne, comme le relate le livre des Actes (13, 7-12). Or, ce proconsul s’appelait 'Sergius Paulus (Serge Paul)'. C’est lui, dirent les Narbonnais, qui vint ensuite évangéliser Narbonne et fut son 1er évêque. Ainsi, 'Paul' de Narbonne devint 'Paul Serge'.

Cela n’y fit rien, Tarragone fut séparée de l’autorité de l’archevêché narbonnais, mais le prestige et le nom de 'Paul Serge' restait acquis. Ce qui explique que nous fêtons aujourd’hui (11 Décembre) 'Saint Paul Serge'.

(Source: St Paul Serge, titulaire de l’église et patron des villages de Mailhac & de Névian. D’après l’abbé Bernard Dumec. 11.12.2010 - diocèse de Carcassonne)

Aux premiers siècles de notre ère, Narbonne comptait parmi les principales cités de l'empire romain. Un jour dans cette cité, "de toutes les villes de la Gaule la plus marchande, la plus plébéienne, la plus bruyante et la plus turbulente", l’Évangile aborda à son tour. Dès le IIIe siècle, Narbonne eut son premier évêque, il s'appelait Paul et était envoyé par l'évêque de Rome. Il avait déjà fondé l’Église de Béziers à la tête de laquelle il avait placé son disciple Aphrodise. (statue - église de Leucate)


À Narbonne sur la voie Domitienne, en dehors de la ville, la mise au tombeau de saint Paul, premier évêque de la cité au IIIe siècle.


Martyrologe romain


Le 22 mars, mémoire de notre saint Père PAUL, premier Évêque de NARBONNE

Notre Saint Père Paul faisait partie de la mission des sept Evêques envoyés de Rome au IIIe siècle pour compléter l'évangélisation de la Gaule*. Prêchant la Bonne Nouvelle par villes et campagnes dans la Narbonnaise, - vaste région qui couvrait la Provence et le Languedoc actuels, du Lac Léman au littoral atlantique -, il fonda l'Eglise de Béziers-, puis, après y avoir ordonné son diciple Aphrodise comme Evêque, il se rendit à Narbonne, ancienne colonie romaine et capitale de cette province. Sa prédication y connut un rapide succès, de sorte qu'il put faire construire une église pour y réunir la communauté chrétienne. On raconte que, sous l'instigation du Malin, deux de ses Diacres, pris de jalousie à son égard, l'accusèrent d'un crime honteux. Le Saint Pasteur n'eut aucune peine à se disculper, en réunissant les autres Evêques de la région, qui lui portèrent bon témoignage, et répondant par la douceur et la mansuétude à ses accusateurs, il les délivra par sa prière du démon qui s'était emparé d'eux.

Après avoir brillé par sa prédication et ses miracles pendant de longues années, Saint Paul s'endormit en paix, laissant comme source de bénédictions à la ville de Narbonne son précieux corps, qui fut malheureusement presque entièrement brûlé pendant la Révolution française.

* D'après S. Grégoire de Tours. cf. au 9 oct. la notice de S. Denis de Paris. Une Vie de S. Paul, datant du VIe s., fait de lui un disciple des Apôtres. et une tradition locale l'a identifié avec le proconsul de Chypre Sergius Paulus, qui fut converti par S. Paul (Actes 17: 3). Il aurait suivi l'Apôtre jusqu'à Rome, où il aurait souffert pour la foi puis serait allé évangéliser la Gaule méridionale. C'est en route vers l'Espagne pour y rejoindre S. Paul, qu'il aurait fondé l'Eglise de Béziers et celle de Narbonne.


Paul of Narbonne and Companions MM (RM)

Died after 250 (c. 290?). Saint Gregory of Tours informs us (Hist. Franc. I, 30), that Saint Paul was consecrated priest at Rome from where he was sent with other preachers to plant the faith in Gaul. There Saints Saturninus of Toulouse and Dionysius of Paris were crowned with martyrdom. Saints Paul of Narbonne, Trophimus of Arles, Martial of Limoges, and Gatian of Tours survived, established churches in their respective sees amidst many dangers, and died in peace. Prudentius says, that Paul's association with the city of Narbonne had made it famous. A much later legend identifies Paul with the Roman proconsul Sergius Paulus, who was converted by Saint Paul the Apostle (Acts 13) (Attwater2, Benedictines, Husenbeth).

SOURCE : http://www.saintpatrickdc.org/ss/0322.shtml

March 22

St. Paul, Bishop of Narbonne, Confessor

ST. GREGORY of Tours informs us, 1 that he was sent with other preachers from Rome to plant the faith in Gaul. St. Saturninus of Thoulouse, and St. Dionysius of Paris, were crowned with martyrdom: but St. Paul of Narbonne, St. Trophimus of Arles, St. Martial of Limoges, and St. Gatian of Tours, after having founded those churches amidst many dangers, departed in peace. Prudentius says, 2 that the name of Paul had rendered the city of Narbonne illustrious.

Note 1. Hist. Franc. l. 1. c. 30. [back]

Note 2. Hymn. 4. [back]

Rev. Alban Butler (1711–73).  Volume III: March. The Lives of the Saints.  1866.


SOURCE : http://www.bartleby.com/210/3/222.html