samedi 28 janvier 2012

Sainte ANGÈLE MÉRICI (de BRESCIA), vierge religieuse franciscaine, pèlerine et fondatrice



SAINTE ANGÈLE MÉRICI

Vierge, fondatrice de la Congrégation des Ursulines(1474-1540)

Sainte Angèle Mérici naquit à Desonzano, sur le lac de Garde. Ses parents, profondément chrétiens, désiraient que leurs enfants trouvent leur bonheur dans la gloire de Dieu. Pour réaliser cet idéal, ils avaient fait un vrai sanctuaire de la maison paternelle où chacun travaillait sous le regard de Dieu et récitait la prière en commun. Une lecture dans un livre de piété ou dans la Vie des Saints terminait la journée.

A ces pieuses pratiques, Angèle ajoutait les rigueurs de la pénitence. Elle voua sa virginité au Seigneur à l'âge de neuf ans et renonça le jour même à toute parure. Elle perdit son père vers l'âge de treize ans; sa mère mourut deux ans plus tard. Un oncle nommé Barthélémy la prit alors chez lui et s'attacha à favoriser ses pratiques de dévotion. Six ans s'écoulèrent avant que Dieu vienne lui ravir son unique soeur de sang et de sentiments; le décès de l'oncle Barthélémy suivit de près cette perte vivement ressentie.

Doublement orpheline, Angèle rentra à la maison paternelle, acheva de se dépouiller de tout ce qu'elle possédait et se livra aux plus grandes austérités. Elle était alors âgée de vingt-deux ans. Afin de se sanctifier plus sûrement, elle s'affilia au Tiers-Ordre de Saint-François d'Assise.

En 1506, un jour qu'elle travaillait aux champs, une lumière éclatante l'environna soudain. Angèle vit une échelle s'élever du sol jusqu'au ciel et une troupe innombrable de vierges qui en parcouraient les échelons, soutenues par des anges. Une des vierges se tourna vers elle et lui dit: «Angèle, sache que Dieu t'a ménagé cette vision pour te révéler qu'avant de mourir tu fonderas, à Brescia, une société de vierges semblable à celles-ci.» Dieu fournit à Sa servante les moyens de réaliser cet oracle, seulement vingt ans après la mémorable vision.

La réputation de sainteté d'Angèle Mérici s'était répandue jusque dans la ville de Brescia. Les Patengoli, riche famille et grands bienfaiteurs des oeuvres pies, habitaient cette cité. En 1516, ayant perdu coup sur coup leurs deux fils, ils invitèrent Angèle à venir habiter avec eux pour les consoler dans leur peine. A partir de ce moment, sainte Angèle se fixa à Brescia, édifiant la ville par ses vertus. Chaque jour, on la voyait en compagnie de jeunes filles de son âge, rassembler les fillettes et leur enseigner la doctrine chrétienne, visiter les pauvres et les malades, instruire les grandes personnes qui venaient, en foule, écouter leurs conférences. Ces pieuses filles s'ingéniaient à rechercher les pécheurs jusque dans leur lieu de travail.

Suivant une pratique très usitée à cette époque, sainte Angèle Mérici entreprit plusieurs pèlerinages. Comme elle se rendait un jour à Jérusalem avec un groupe de pèlerins, une mystérieuse cécité se déclara dans la ville de Candie, l'affligeant tout le reste du parcours, pour ne cesser qu'à son retour exactement au même endroit où elle avait perdu l'usage de la vue. Dans cette pénible circonstance, la Sainte vit comme un symbole du renoncement qui devait être à la base de tous ses projets. Le pape Clément VII, instruit des vertus et des miracles de sainte Angèle, lui réserva un accueil des plus bienveillants.

Le souvenir de la merveilleuse vision demeurait toujours au fond de son coeur. Un jour, Angèle réunit douze jeunes filles qui désiraient tendre à la vie parfaite. Elle leur proposa de mener une vie retirée dans leurs demeures et les rassemblaient fréquemment pour les former à la pratique des vertus chrétiennes. En 1533, ce noviciat achevé, sainte Angèle Mérici leur révéla son plan, leur démontrant que l'ignorance religieuse était la cause des ravages exercés par le protestantisme et que la fondation d'une société de religieuses d'une forme nouvelle pour l'époque, unissant la vie contemplative à l'instruction des enfants, constituerait un remède efficace à l'état déplorable qui régnait dans l'Église.

Afin de mieux atteindre toutes les âmes dans le besoin, la fondatrice implanta les bases d'un Ordre sans clôture. Ses soeurs parcouraient les prisons et les hôpitaux, recherchaient les pauvres pour les instruire et rompaient généreusement leur pain avec eux. Remontant le cours du mal jusqu'à sa source, sainte Angèle Mérici pensait qu'on ne pouvait réformer les moeurs que par la famille, laquelle dépendait surtout de la mère. Elle réalisait que la mauvaise éducation des jeunes filles provenait de la carence de mères chrétiennes. Dans les desseins de Dieu, la congrégation des Ursulines devait rayonner à travers le monde par l'éducation des jeunes filles.

Le 25 novembre 1535, à Brescia, les premières religieuses du nouvel institut prononcèrent les trois voeux traditionnels de pauvreté, chasteté et obéissance, ajoutant celui de se consacrer exclusivement à l'enseignement. Sainte Angèle Mérici plaça sa congrégation sous le patronage de sainte Ursule.

Dieu l'avait gratifiée des dons éminents de science infuse et de prophétie. Elle parlait latin sans l'avoir étudié, expliquait les passages les plus difficiles des Livres Saints et traitait les questions théologiques avec une si admirable fermeté et précision, que les plus doctes personnages recouraient volontiers à ses lumières. Ses dernières années furent marquées par de fréquentes extases.

Sainte Angèle Mérici mourut le 28 janvier 1540. Pendant trois nuits, toute la ville de Brescia contempla une lumière extraordinaire au-dessus de la chapelle où reposait le corps de la Sainte qui s'est conservé intact de toute corruption. Le pape Pie VII l'a canonisée en 1807.

Tiré de J.-M. Planchet, édition 1946, p. 217-218 -- Marteau de Langle de Cary, 1959, tome II, p. 295-296

SOURCE : http://www.magnificat.ca/cal/fran/06-01.htm


Sainte Angèle Merici

Fondatrice de la Compagnie de Sainte Ursule de Brescia ( 1540)

Sainte Angèle Mérici naît en Italie du Nord, à Desenzano, entre 1474 et 1478. La première partie de sa vie, heureuse, est de courte durée. En quelques mois, l’adolescente perd ses parents et l’une de ses sœurs. Après ces deuils, vers l’âge de 16 ans, son oncle et sa tante, les Biancosi, la prennent chez eux.
Angèle a déjà entendu l’appel de Dieu, et elle préfère passer son temps avec le Christ, dans la prière et une vie simple, plutôt que de s’adonner aux plaisirs mondains. 

A 18 ans, afin de pouvoir se consacrer au Seigneur librement et d’être admise régulièrement à la table eucharistique (fait rare à cette époque), elle demande à entrer dans le Tiers-Ordre de Saint-François d’Assise, et devient Sœur Angèle. Elle travaille, prie, participe à la Messe et communie le plus souvent possible. Elle jeûne et mène désormais la vie simple et au service des autres qu’elle désirait.
Elle se sent alors pressée intérieurement d’accomplir sa mission: fonder une « Compagnie » de femmes qui veulent se consacrer au Seigneur. Elles vivront leur consécration sans se retirer de leur lieu de vie. Là où elles seront, elles vivront leur vie de prière et seront attentives aux besoins des autres. 

Angèle qui aime beaucoup Sainte Ursule, une martyre du IVe siècle particulièrement populaire à cette époque, la donne comme patronne à sa fondation.

La transformation de la Compagnie en Ordre religieux, après le Concile de Trente (1545-1563), a obligé les filles d’Angèle à entrer dans des cloîtres. Apostoliques, elles ont continué d’être apôtres en devenant éducatrices. Héritières de la «pédagogie» d’Angèle, qui excellait dans l’art d’accueillir et de conduire chacun, les Ursulines ont su alors devenir des formatrices à travers les siècles, et spécialement au service de la jeunesse, selon la mission que l’Eglise leur a confiée.

Angèle meurt le 27 janvier 1540. Elle est canonisée le 27 mai 1807, par Pie VII. 

Illustrations: 'Mon Angèle à moi' par sœur Angèle Blais  et sculpture de Martin Damay (statue en pierre pour la cathédrale d'Uzès).

Voir aussi  sur le site des Ursulines de l'Union Romaine, 'connaître sainte Angèle Mérici', 'sa vie'

Mémoire de sainte Angèle Merici, vierge. Elle prit d’abord l’habit du Tiers-Ordre de Saint François et elle réunit des jeunes filles pour les former aux œuvres de charité; puis, sous le nom de sainte Ursule, elle fonda un Ordre féminin, avec pour objectif de pratiquer le vie de perfection dans le monde et d’instruire les adolescentes dans les voies du Seigneur. Elle mourut, cinq ans après sa fondation, en 1540, à Brescia en Lombardie.
Martyrologe romain

En tout, soyez aimables ! Gardez-vous de vouloir obtenir par la force. En effet, Dieu donne à chaque être humain le libre arbitre. Le Seigneur ne veut faire violence à personne. Il propose seulement, il invite et conseille.



SOURCE : http://nominis.cef.fr/contenus/saint/513/Sainte-Angele-Merici.html

Sainte Angèle Mérici, dans son testament



Sainte Angèle Mérici, vierge

Elle naît à Desenzano (Italie du Nord), entre 1474 et 1478. En quelques mois, l’adolescente perd ses parents et l’une de ses sœurs. Après ces deuils, vers l’âge de 16 ans, son oncle et sa tante, les Biancosi, la prennent chez eux. Angèle a déjà entendu l’appel de Dieu et préfère passer son temps avec le Christ, dans la prière. A 18 ans, afin de pouvoir se consacrer au Seigneur librement et d’être admise régulièrement à la table eucharistique (fait rare à cette époque), elle demande à entrer dans le Tiers-Ordre de Saint-François d’Assise, et devient Sœur Angèle. Elle travaille, prie, assiste à la messe et communie le plus souvent possible. Elle jeûne et mène désormais la vie simple et au service des autres qu’elle désirait. Elle se sent alors pressée intérieurement d’accomplir sa mission: fonder une « Compagnie » de femmes (qu’elle place sous le patronage de sainte Ursule) qui veulent se consacrer au Seigneur. Elles vivront leur consécration sans se retirer de leur lieu de vie. Là où elles seront, elles vivront leur vie de prière et seront attentives aux besoins des autres. La transformation de la Compagnie en Ordre religieux, après le Concile de Trente (1545-1563), a obligé les filles d’Angèle à entrer dans des cloîtres. Apostoliques, elles ont continué d’être apôtres en devenant éducatrices. Héritières de la «pédagogie» d’Angèle, qui excellait dans l’art d’accueillir et de conduire chacun, les Ursulines ont su alors devenir des formatrices à travers les siècles, et spécialement au service de la jeunesse, selon la mission que l’Eglise leur a confiée. Angèle meurt le 27 janvier 1540.  

SOURCE : http://www.paroisse-saint-aygulf.fr/index.php/prieres-et-liturgie/saints-par-mois/icalrepeat.detail/2015/01/27/1895/-/sainte-angele-merici-vierge


Sainte Angèle Mérici

Vers 1474 - 1540

Profondément insérée dans un monde de contrastes et de misères morales, à l’aube des Temps Modernes, Angèle Merici lui apporte, avec le don de sa féminité, le rayonnement de sa foi inébranlable, la transparence de son âme virginale et la puissance féconde de sa charité épanouie dans un service de grande envergure humaine et spirituelle.

Contemplative

Ame captivée par le Seigneur, qu’elle recherche et rencontre partout, car elle le poursuit d’une foi pénétrante et d’un amour toujours en éveil... en ses longues heures de prière, mais aussi en tout lieu où la guide l’intuition d’une tâche à accomplir, en toute personne qu’elle croise sur son chemin... en tout service qu’elle rend selon les besoins et les situations...

Désintéressée et limpide dans la don de son amitié... elle entraîne ceux qui la fréquentent à s’engager à leur tour, avec une attitude « d’humanité », une ouverture fraternelle... qu’elle désigne d’un mot : la « piacevolezza ».

Animatrice éclairée d’un laïcat fervent et agissant qui gravite autour d’elle... Angèle Merici, dans sa fidélité à l’Eglise, lit les « signes des temps », les interprète, passe à l’action, sous la mouvance de l’Esprit, dans une œuvre qui n’a pas de précédent et qui se dessine au fur et à mesure qu’elle-même se laisse faire par Dieu.

Cf. « Visage d’une fondatrice »

Menez une vie nouvelle


Statue de Sainte Angèle Merici à Desenzano


Les dates importantes

Vers 1474 : naissance à Desenzano, en Italie du Nord.

Vers 1490 : orpheline, elle part chez son oncle Biancosi, à Salò.

Angèle devient tertiaire franciscaine.

Vers 1496 : retour à Desenzano.

1516 : appelée à Brescia, elle va réconforter Caterina Patengola durement touchée par la guerre.

1517 : elle quitte Caterina pour habiter chez Antonio Romano.

1524 : Pèlerinage en Terre Sainte.

1525 : Pèlerinage à Rome : audience avec Clément VII.

1529 : Départ pour Crémone avec Agostino Gallo pour échapper à la guerre.

1530 : Retour à Brescia où elle vit chez Gallo, en face de l’église Saint-Clément.

1530 et 1532 : Pèlerinages à Varallo.

1532 : Angèle part vivre près de St-Afre.

25 novembre 1535 : Angèle fonde la Compagnie de Sainte-Ursule avec 29 compagnes.

27 janvier 1540 : mort d’Angèle.

24 mai 1807 : canonisation par Pie VII.

SOURCE : http://ursulines.union.romaine.catholique.fr/Sainte-Angele-Merici-sa-vie


Comprendre les Écrits

Les textes que nous appelons « Écrits » de Sainte Angèle Merici n’ont jamais été écrits par elle.

Comme Françoise d’Assise qui a dicté sa règle, Sainte Angèle Merici l’a dictée à son secrétaire, Gabriel Cozzano. Il s’agit de la Règle, composée entre 1533 et 1535, qui contient des indications précieuses sur la manière de vivre dans un esprit évangélique, à la lumière des exemples et de l’enseignement de Jésus-Christ.

Les Avis, composés peu avant la mort de Sainte Angèle en 1540, sont adressés à celles qu’elle appelle des « Colonelles », c’est-à-dire, des supérieures locales à qui elle indique comment exercer leurs responsabilités à l’égard de leurs sœurs. C’est surtout par les Avis et leur portée pédagogique que l’esprit d’Angèle s’est perpétué à travers toute l’histoire des Ursulines.

Le Testament, composé, lui aussi, peu avant la mort d’Angèle s’adresse aux gouvernantes ou « matrones » de la Compagnie, responsables de son administration. Elle s’adresse à des femmes d’expérience, capables d’assumer des responsabilités. Sainte Angèle Merici leur trace toutes les exigences d’une vraie maternité spirituelle, dans un esprit de foi et d’amour.

Les Ecrits d’Angèle Merici datent du 16e siècle. Ils portent donc la marque de son époque. Ils contiennent des allusions à la vie rurale, sociale, politique et militaire ; ils reflètent aussi la spiritualité de son temps. Etant fille de la campagne, Angèle manifeste un amour de la terre et de la nature, des sables de la mer, des gouttes d’eau des pluies, de la multitude des étoiles (R 5, 26). Ses allusions nous plongent aussi dans les loisirs du 16e siècle, des bals, des tournois, des noces tapageuses (R, 3,3) et de l’exubérance effrénée du Carnaval (R4, 10). Elle mentionne la mode féminine de l’époque, faite de couleurs chaleureuses et de broderies d’or et d’argent (R 2 4,6). La plupart des jeunes qui entourent Angèle sont issues de milieux modestes et sont souvent victimes d’injustices sociales et économiques. Elle inscrit dans sa Règle la procédure à suivre si on retient leur salaire ou si on ne leur attribue pas leur héritage (R 11,15-19.) La vie militaire est proche de ses contemporains. Angèle appelle sa fondation une Compagnie, fait allusion à la défense militaire de Brescia, à la forteresse et la tour inexpugnable (Dern. Av 15). Elle appelle ses supérieures locales des colonelles, allusion à une ancienne répartition des quartiers de la ville sous un chef militaire, le colonello.

Certains accents mettent en évidence la spiritualité courante à l’époque d’Angèle Merici. Les jours fréquents de jeûne répondent non seulement à son attrait personnel, mais aussi au climat spirituel de l’époque, car une vie pieuse était inconcevable sans une pratique importante du jeûne. Les mentions faites par Angèle, de reines (R Pr 17 ; Av 5,33), de couronnes (Av 5, 25 ; R 11,36 ; 3e Legs 12), de gloire et d’honneur (une quinzaine de fois !) ; de seigneurs (R 8, 13 ; Av 5,3) sont tirées des milieux princiers de son temps. Ce qui est remarquable, c’est qu’Angèle utilise ces mots pour désigner ses filles, qui, la plupart, sont de très humble origine.

Dans la ville de Brescia, la plus luthérienne de toutes les villes d’Italie, selon le Pape Clément VII, l’influence des réformateurs était importante. Angèle consacre une grande partie du chapitre 7 des Avis à en prévenir ses filles des nouveautés étrangères à l’usage commun de l’Eglise (v.24) En raison du climat délétère de la Renaissance païenne, Angèle met en garde contre les gens mondains ou les faux religieux (Av 7, 1).

Cependant, l’esprit de la contre-Réforme, qui allait mener en 1542 à la convocation du Concile de Trente, travaille déjà les plus fervents.

Angèle Merici en fait partie. Elle se montre très claire par rapport au contenu de la foi. Dans ses écrits nous trouvons d’une manière ou d’une autre presque tous les articles du Credo.

Enfin, grâce au développement de l’imprimerie. Angèle, qui n’a jamais été à l’école, est avide de lectures. Tout son temps libre y passe, nous dit Gallo, et ses Ecrits révèlent une ample connaissance de l’Ecriture, parfois même des Pères de l’Eglise.

En même temps, les Ecrits de Sainte Angèle Merici sont porteurs d’un message pour nous aujourd’hui. Elle insiste sur le sens de la personne, sur le dialogue et la responsabilité partagée, sur une créativité dynamique et confiante. Angèle demande un immense respect pour la personne humaine. Chacune doit être appréciée… aimée (Av Prol 10), comprise (Av 4,12) selon sa condition, son tempérament et sa situation (2e Legs 3) ; réconfortée et encouragée (Av 5,2) selon les lieux et le temps… et suivant ses besoins (Av 2,7) spirituels et temporels (Av 4, 1). Chacune est invitée à développer sa propre personnalité et à grandir, car même celles qui paraissent les plus insignifiantes et les plus dépourvues, peuvent devenir les plus généreuses (Av8, 3-4). Angèle propose la communication et le dialogue dans les relations avec les familles, les sœurs et les supérieures : Elle précise même les différentes étapes à suivre ensemble : information mutuelle, évaluation en commun, décisions à prendre ensemble selon les besoins (7e Legs). Elle innove, à partir des besoins et des appels qu’elle perçoit autour d’elle. Les Ordres religieux sont souvent décadents : elle va proposer une vie de consécration dans le monde, mais avec des règles et des structures semblables à celles de la vie religieuse. La femme est souvent minorisée, sous l’autorité d’un père ou d’un mari. Elle va donner à son Institut un gouvernement féminin, en écrivant une Règle pour des femmes. Sainte Angèle Merici va collaborer avec des laïcs : des veuves de la haute société, chargées de l’administration de la Compagnie, et un groupe d’hommes chargés de la protection légale et juridique de ses membres.

Sa Compagnie, dit-elle, devait durer jusqu’à la fin des temps, car elle avait confié une fois à Cozzano : Plût au Ciel que le monde entier vienne sous cette Règle (Cozzano, Ep. Confort. 963v). Avait-elle prévu l’internationalité de son œuvre ? Peut-être. En tout cas, elle la souhaitait. Elle sut donner à ses filles des conseils d’adaptation, fondée sur la prière, la consultation, la réflexion. Elle ne craignait pas les changements, les évolutions de son œuvre. Tout cela n’était-il pas dans le plan de Dieu, fruit de l’Esprit-Saint ? Ainsi, son œuvre a su s’adapter avec le temps et ses conseils de vie évangélique inspirer religieuses et laïcs aujourd’hui.

Sœur Marie Seynaeve

Ursuline de l’Union Romaine

SOURCE : http://ursulines.union.romaine.catholique.fr/Comprendre-les-Ecrits



Sainte Angèle Merici

Vierge, fondatrice de la « Congrégation des Ursulines »




Angèle (Angela) Merici naît le 21 mars 1474 à Desenzano, sur le lac de Garde. Ses parents, profondément chrétiens, désiraient que leurs enfants trouvent leur bonheur dans la gloire de Dieu. Pour réaliser cet idéal, ils avaient fait un vrai sanctuaire de la maison paternelle où chacun travaillait sous le regard de Dieu et récitait la prière en commun. Une lecture dans un livre de piété ou dans la Vie des saints terminait la journée.

À ces pieuses pratiques, Angèle ajoutait les rigueurs de la pénitence. Elle voua sa virginité au Seigneur à l'âge de neuf ans et renonça le jour même à toute parure. Elle perdit son père vers l'âge de treize ans ; sa mère mourut deux ans plus tard. Un oncle nommé Barthélémy la prit alors chez lui et s'attacha à favoriser ses pratiques de dévotion. Six ans s'écoulèrent avant que Dieu vienne lui ravir son unique sœur de sang et de sentiments ; le décès de l'oncle Barthélémy suivit de près cette perte vivement ressentie.

Doublement orpheline, Angèle rentra à la maison paternelle, acheva de se dépouiller de tout ce qu'elle possédait et se livra aux plus grandes austérités. Elle était alors âgée de vingt-deux ans. Afin de se sanctifier plus sûrement, elle s'affilia au Tiers-Ordre de Saint-François d'Assise.

En 1506, un jour qu'elle travaillait aux champs, une lumière éclatante l'environna soudain. Angèle vit une échelle s'élever du sol jusqu'au ciel et une troupe innombrable de vierges qui en parcouraient les échelons, soutenues par des anges. Une des vierges se tourna vers elle et lui dit : « Angèle, sache que Dieu t'a ménagé cette vision pour te révéler qu'avant de mourir tu fonderas, à Brescia, une société de vierges semblable à celles-ci. »
Dieu fournit à sa servante les moyens de réaliser cet oracle, seulement vingt ans après la mémorable vision.

La réputation de sainteté d'Angèle Merici s'était répandue jusque dans la ville de Brescia. Les Patengoli, riche famille et grands bienfaiteurs des œuvres pies, habitaient cette cité. En 1516, ayant perdu coup sur coup leurs deux fils, ils invitèrent Angèle à venir habiter avec eux pour les consoler dans leur peine. À partir de ce moment, Angèle se fixa à Brescia, édifiant la ville par ses vertus. Chaque jour, on la voyait en compagnie de jeunes filles de son âge, rassembler les fillettes et leur enseigner la doctrine chrétienne, visiter les pauvres et les malades, instruire les grandes personnes qui venaient, en foule, écouter leurs conférences. Ces pieuses filles s'ingéniaient à rechercher les pécheurs jusque dans leur lieu de travail.

Suivant une pratique très usitée à cette époque, Angèle entreprit plusieurs pèlerinages. Comme elle se rendait un jour à Jérusalem avec un groupe de pèlerins, une mystérieuse cécité se déclara dans la ville de Candie, l'affligeant tout le reste du parcours, pour ne cesser qu'à son retour exactement au même endroit où elle avait perdu l'usage de la vue. Dans cette pénible circonstance, Angèle vit comme un symbole du renoncement qui devait être à la base de tous ses projets. En 1525, le pape Clément VII (Giulio de' Medici, 1523-1534), instruit des vertus et des miracles d’Angèle, lui réserva un accueil des plus bienveillants.

Le souvenir de la merveilleuse vision demeurait toujours au fond de son cœur. Un jour, Angèle réunit douze jeunes filles qui désiraient tendre à la vie parfaite. Elle leur proposa de mener une vie retirée dans leurs demeures et les rassemblaient fréquemment pour les former à la pratique des vertus chrétiennes. En 1533, ce noviciat achevé, Angèle Merici leur révéla son plan, leur démontrant que l'ignorance religieuse était la cause des ravages exercés par le protestantisme et que la fondation d'une société de religieuses d'une forme nouvelle pour l'époque, unissant la vie contemplative à l'instruction des enfants, constituerait un remède efficace à l'état déplorable qui régnait dans l'Église.

Afin de mieux atteindre toutes les âmes dans le besoin, la fondatrice implanta les bases d'un Ordre sans clôture. Ses sœurs parcouraient les prisons et les hôpitaux, recherchaient les pauvres pour les instruire et rompaient généreusement leur pain avec eux. Remontant le cours du mal jusqu'à sa source, Angèle Merici pensait qu'on ne pouvait réformer les mœurs que par la famille, laquelle dépendait surtout de la mère. Elle réalisait que la mauvaise éducation des jeunes filles provenait de la carence de mères chrétiennes. Dans les desseins de Dieu, la Congrégation des Ursulines devait rayonner à travers le monde par l'éducation des jeunes filles.

Le 25 novembre 1535, à Brescia, les premières religieuses du nouvel institut prononcèrent les trois vœux traditionnels de pauvreté, chasteté et obéissance, ajoutant celui de se consacrer exclusivement à l'enseignement. Mère Angèle Merici plaça sa congrégation sous le patronage de sainte Ursule.

Dieu l'avait gratifiée des dons éminents de science infuse et de prophétie. Elle parlait latin sans l'avoir étudié, expliquait les passages les plus difficiles des Livres Saints et traitait les questions théologiques avec une si admirable fermeté et précision, que les plus doctes personnages recouraient volontiers à ses lumières. Ses dernières années furent marquées par de fréquentes extases.

Elle meurt le 27 janvier 1540. Pendant trois nuits, toute la ville de Brescia contempla une lumière extraordinaire au-dessus de la chapelle où reposait son corps qui s'est conservé intact de toute corruption.

Angela Merici a été béatifiée, le 30 avril 1768, par Clément XIII (Carlo Rezzonico, 1758-1769), et canonisée, le 24 mai 1807, par Pie VII (Barnaba Chiaramonti, 1800-1823) dans la Basilique de saint Pierre.

Pour un approfondissement :


Source principale : paroissesainteangele.org (« Rév. x gpm »).

©Evangelizo.org 2001-2017

SOURCE : http://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20160127&id=1514&fd=0



sainte
ANGÈLE MÉRICI
vierge, fondatrice de la Compagnie de Sainte Ursule
(1474-1540)
Fêtée le 27 janvier
Sainte Angèle Mérici naît en Italie du Nord, à Desenzano, entre 1474 et 1478. Angèle, avec ses frères et sœurs, grandit, heureuse au sein d’une famille chrétienne, dans une vie simple et harmonieuse où travail et jeux s’équilibrent. Le soir, le père, Jean Mérici, lit à ses enfants un épisode de la vie des Saints. Ce qui marque très fort la petite Angèle. Les parents habitent une ferme, « Les Grezze », et vivent modestement mais décemment du fruit de leurs récoltes.
Angèle est une enfant gaie. Elle aime prier et s’attache à Jésus, son « unique trésor ».  Hélas, la première partie de sa vie, heureuse, est de courte durée. En quelques mois, l’adolescente perd ses parents et l’une de ses sœurs. Après ces deuils, vers l’âge de 16 ans, son oncle et sa tante, les Biancosi, la prennent chez eux à Salò, ainsi que l’un de ses frères. Elle y partage la vie quotidienne de son cousin Barthélémy.  Pour Angèle, c’est un changement de vie. Elle connaît désormais une vie citadine plus aisée : les gens de la bourgeoisie passent beaucoup de temps à se parer et à faire la fête. Angèle, pleine de vie, et aussi décrite comme jolie et possédant un belle chevelure blonde qui ne manque pas d’attirer les réflexions de ses amis  : « Avec ces cheveux là, elle n’aura pas de mal à se trouver un mari ! » Ce que son oncle et sa tante lui souhaitaient.
Mais Angèle a déjà entendu l’appel de Dieu, et elle préfère passer son temps avec le Christ, dans la prière et une vie simple, plutôt que de s’adonner aux plaisirs mondains. Elle retourne, pour un temps, à la ferme familiale des Grezze. C’est pendant qu’elle travaille, au lieu-dit « Brudazzo », qu’elle reçoit sa vocation. Angèle voit une échelle élevée vers le ciel et des jeunes filles qui montent et descendent. Dieu lui révèle qu’elle fondera un jour une nouvelle famille religieuse qui rassemblera des femmes pour accomplir une mission dans l’Église. 
A 18 ans, afin de pouvoir se consacrer au Seigneur librement et d’être admise régulièrement à la table eucharistique (fait rare à cette époque), elle demande à entrer dans le Tiers-Ordre de Saint-François d’Assise, et devient Sœur Angèle. Elle travaille, prie, participe à la Messe et communie le plus souvent possible. Elle jeûne et mène désormais la vie simple et au service des autres qu’elle désirait. 
En 1516, ses supérieurs franciscains l’envoient à Brescia pour une mission de consolation : Catarina Patengola a perdu son mari et ses fils à la guerre, et perd goût à la vie.
Angèle reste deux ans chez Catarina, puis, celle-ci rétablie, quitte la maison mais décide de rester à Brescia. Elle accepte l’hospitalité d’un certain Antonio Romano chez qui elle habitera pendant 14 ans. La petite pièce où elle demeure lui permet de recevoir librement tous ceux qui viennent lui demander conseil. « Sa chambre ne désemplissait pas », dira-t-on. La réputation d’Angèle grandit : elle accompagne, console, apaise les colères, réconcilie, conseille même des théologiens qui viennent l’interroger… Tous, trouvent auprès d’elle un accueil chaleureux, humain et plein de charité. 
Angèle entreprend plusieurs pèlerinages. En 1524, elle part à Jérusalem avec un groupe de pèlerins. Pendant la traversée, elle est atteinte d’une infection aux yeux. En Terre Sainte, on doit la guider. Pourtant, le pèlerinage est pour elle la source d’une grande grâce : c’est au pied du calvaire, qu’elle commence dans son cœur, à devenir la mère de cette nouvelle famille religieuse que Dieu lui montrée un jour… Pour Angèle, et pour ses filles après elle, la Passion et la Résurrection du Seigneur, seront au cœur de leur spiritualité. Pendant le retour, en Crète, Angèle guérit soudainement.
Elle fait ensuite d’autres pèlerinages : Ne pouvant plus aller à Jérusalem, elle va deux fois à Varallo, un lieu où l’on construit des petites chapelles dans la montagne. Des scènes de la vie du Christ y sont représentées, pour les Chrétiens dans l’impossibilité de se rendre en Palestine.
En 1525, elle part à Rome à l’occasion de l’Année Sainte. Elle rencontre un Prélat dont elle a fait la connaissance en Terre Sainte. Celui-ci lui propose une audience avec le Pape, Clément VII.  Fille de l’Eglise, Angèle accepte. Le Saint-Père lui demande de rester à Rome. Mais elle s’excuse : c’est à Brescia que Dieu l’attend. Clément VII comprend et la laisse partir. 
De retour à Brescia, Angèle continue sa vie de prière, d’accompagnement humain et spirituel. Elle est disponible à chacun. Le duc de Milan aussi, François Sforza, lui demandera d’être sa mère spirituelle.
En 1529, la guerre oblige beaucoup de monde à fuir. Angèle part à Crémone. Là, elle ne cesse de recevoir pauvres et riches, nobles et servantes. A son retour à Brescia, elle loge un temps chez Agostino Gallo. Puis, dans une chambre près de l’église Ste Afre.
Mais le temps passe et elle n’a toujours pas réalisé ce que le Seigneur lui a demandé dans sa jeunesse. Elle se sent alors pressée intérieurement d’accomplir sa mission : fonder une « Compagnie » de femmes qui veulent se consacrer au Seigneur. Elles vivront leur consécration sans se retirer de leur lieu de vie. Là où elles seront, elles vivront leur vie de prière et seront attentives aux besoins des autres. Angèle ne donne aucune consigne d’apostolat particulier à ses filles dans ses Écrits.
Régulièrement, elles se retrouveront pour vivre l’Eucharistie, se rencontrer comme des Sœurs et s’aider à vivre leur consécration.
Angèle qui aime beaucoup Ste Ursule, une martyre du 4ème siècle particulièrement populaire à cette époque, la donne comme patronne à sa fondation.
C’est le 25 novembre 1535 que les 28 premières jeunes filles qui le désirent, participent à la Messe, puis dans un oratoire, se donnent au Seigneur, sans prononcer de vœu public, mais en inscrivant simplement leur nom dans un registre : C’est le jour de la fondation de la Compagnie de Sainte-Ursule. 
La transformation de la Compagnie en Ordre religieux, après le Concile de Trente (1545-1563), a obligé les filles d’Angèle à entrer dans des cloîtres. Apostoliques, elles ont continué d’être apôtres en devenant éducatrices. Héritières de la « pédagogie » d’Angèle, qui excellait dans l’art d’accueillir et de conduire chacun, les Ursulines ont su alors devenir des formatrices à travers les siècles, et spécialement au service de la jeunesse, selon la mission que l’Eglise leur a confiée. 
Angèle meurt le 27 janvier 1540. Elle est canonisée le 27 mai 1807, par Pie VII. 
Aujourd’hui, Angèle a de nombreuses filles à travers le monde qui vivent de différentes façons :
Ordre religieux, monastères autonomes, Unions, Fédérations, Institut séculier…
Des laïcs, depuis quelques décennies, ont fait le choix, de vivre du charisme d’Angèle Mérici. Ils s’appellent « Associés », et demandent aux Ursulines de leur transmettre la spiritualité méricienne, afin de vivre l’Évangile à la manière d’Angèle.
* * *
La page du site des Ursulines de l’Union Romaine qui présente les filles d’Angèle Mérici, au XXI e  siècle :

Ste Angèle Merici, vierge

Morte a Brescia le 27 janvier 1540. Canonisée par Pie VII en 1807. Inscrite au calendrier par Pie IX à la date du 31 mai sous le rite double en 1861.

La fête fut transférée au 1er juin lors de l’institution de la fête de la Bse Marie Reine en 1955.

Leçons des Matines avant 1960

Quatrième leçon. Angèle de Mérici naquit à Desenzano, petite ville des états de Venise, dans le diocèse de Vérone, sur les bords du lac de Garde. Issue de parents pieux, Angèle prit, dès son jeune âge, le plus grand soin du lis de sa virginité, qu’elle avait résolu de conserver toujours intact. Ayant en horreur toutes les parures féminines, elle ne négligea rien pour faire disparaître les charmes de son visage et la beauté de sa chevelure, afin de ne plaire qu’au céleste Époux des âmes. Devenue orpheline étant encore dans la fleur de l’adolescence, elle tenta de s’enfuir dans un désert pour y mener une vie plus austère, mais un de ses oncles l’empêcha de mettre ce dessein à exécution. Toutefois elle sut observer à la maison ce qu’il ne lui était pas permis de pratiquer dans la solitude. Outre un fréquent usage du cilice et de là discipline, elle ne mangeait un peu de viande que dans la maladie, ne prenait de vin qu’aux fêtes de la Nativité et de la Résurrection du Seigneur, et passait même plusieurs jours sans prendre aucune nourriture. Appliquée à la prière, elle prenait sur la terre nue un court et léger sommeil. Le démon, sous la forme d’un ange de lumière, ayant cherché à lui faire illusion, elle le reconnut aussitôt et le mit en fuite. Enfin, après avoir renoncé à son patrimoine, et adopté l’habit et la règle du tiers ordre de saint François, elle joignit la pauvreté évangélique au mérite de la virginité.

Cinquième leçon. Elle ne négligea aucun devoir de charité envers le prochain ; elle donnait aux pauvres, tout ce qui lui restait de la nourriture qu’elle avait mendiée ; on la voyait empressée à soigner les malades. Angèle parcourut, non sans réputation de sainteté, un grand nombre de localités, consolant les affligés, réconciliant les ennemis, retirant de grands pécheurs de la fange du vice. Très fréquemment réconfortée par le pain des Anges, unique objet de son avidité, elle était transportée en Dieu par un si grand amour, que bien souvent on l’a trouvée ravie hors de ses sens. Elle visita avec une piété profonde les lieux saints de Palestine. Pendant ce voyage, ayant perdu la vue en touchant aux rivages de l’île de Candie, elle l’y recouvra au retour et échappa, miraculeusement aussi, aux mains des barbares et à l’imminence d’un naufrage. Elle se rendit enfin à Rome, sous le pontificat de Clément VII, dans le but de vénérer la pierre ferme de l’Église, et avec le vif désir de gagner les abondantes indulgences du jubilé. Le souverain Pontife, dans un entretien avec Angèle, remarqua sa sainteté, et il en parla avec de très grands éloges ; ce fut seulement après avoir reconnu que le Ciel l’appelait ailleurs, qu’il lui permit de quitter Rome.

Sixième leçon. Étant revenue à Brescia, où elle se logea près l’église de Sainte-Afre, Angèle institua dans cette ville, sur l’ordre d’une voix céleste qui s’était fait entendre dans une vision, une nouvelle société de vierges, avec une discipline particulière et des règles empreintes de sainteté, mettant cet institut sous le patronage de sainte Ursule, chef invincible d’une armée de vierges. Peu avant de mourir, elle prédit que cet institut se perpétuerait. Enfin, presque septuagénaire, comblée de mérites, elle s’envola au ciel, le six des calendes de février de l’an mil cinq cent quarante. Son corps, que l’on garda trente jours avant de l’inhumer, demeura flexible et conserva les apparences de la vie. Il fut déposé dans l’église de Sainte-Afre, parmi les autres reliques des Saints qui s’y trouvent en grand nombre. Plusieurs miracles se produisirent aussitôt sur son tombeau. Le bruit s’en étant répandu, non seulement à Brescia et à Desenzano, mais ailleurs encore, on commença à donner à Angèle le nom de Bienheureuse et à placer son image sur les autels. Saint Charles Borromée lui-même, peu d’années après la mort de la servante de Dieu, affirma publiquement à Brescia qu’elle méritait d’être mise par le Saint-Siège au nombre des saintes Vierges. Clément XIII ratifia et confirma par un décret ce culte populaire, approuvé déjà par plusieurs Évêques, et encouragé par de nombreux induits des souverains Pontifes. Enfin, après de nouveaux miracles régulièrement constatés, Pie VII, dans la solennelle canonisation qu’il fit en la basilique Vaticane, le vingt-quatre mai mil huit cent sept, inscrivit Angèle sur la liste des saintes Vierges.


Pietro Calzavacca (1855-1890), Saint Angela Merici (1474-1540) enseignante,
 pastel sur papier, Merician Museum, Brescia


Dom Guéranger, l’Année Liturgique

Le jour rayonne d’une double gloire [1] : marqué par le triomphe virginal d’Aurélia Pétronilla au premier âge de l’Église, il est embaumé par le parfum des lis qui ceignent le front d’Angèle de Mérici. Le XVIe siècle, qui naguère offrait au Christ ressuscite la séraphique Madeleine de Pazzi, lui présente aujourd’hui ce nouveau tribut de la sainteté de l’Église. Angèle remplit toute la signification du beau nom qu’elle a reçu. Elle possède dans un corps mortel la pureté des esprits bienheureux, et elle imite leur vol agile, leur céleste énergie, par la vigueur de toutes les vertus. On voit cette héroïne de la grâce céleste abattre à ses pieds tout ce qui pourrait arrêter sa course. Élevée de bonne heure à la plus haute contemplation, une ardeur chevaleresque la pousse jusque sur les plages de l’Orient pour y suivre les traces de l’Époux divin auquel elle s’est donnée. On la voit ensuite visiter la nouvelle Jérusalem, et répandre ses vœux devant la Confession de saint Pierre ; après quoi, rentrée dans son repos, elle fonde un Ordre religieux qui est encore et qui sera toujours l’un des ornements et l’un des secours de la sainte Église.

Le spectacle d’Ursule entourée de sa légion de vierges a séduit le cœur d’Angèle ; il lui faut aussi une armée de filles vaillantes. La noble princesse bretonne affronta les barbares ; Angèle, nouvelle Ursule, livrera bataille au monde et à ses séductions si redoutables pour des âmes encore neuves, et, comme trophée de ses victoires, elle peut montrer les innombrables générations d’adolescentes que son saint institut a sauvées depuis trois siècles, en les initiant à la pratique et à l’amour des vertus chrétiennes.

Vous avez combattu les combats du Seigneur, ô Angèle, et votre vie si remplie d’œuvres saintes vous a mérité un repos glorieux dans l’éternel séjour. Un zèle insatiable pour le service de celui que vous aviez choisi pour Époux, une ardente charité pour tous ceux qu’il a rachetés de son sang divin, forment le caractère de votre existence tout entière. Cet amour du prochain vous a rendue mère d’une famille innombrable ; car nul ne pourrait compter les jeunes enfants qui ont sucé à l’école de vos filles le lait de la saine doctrine et de la piété. Vous avez puissamment contribué, ô Angèle, au maintien de la famille chrétienne en préparant tant de mères et tant d’épouses pour leurs sublimes devoirs ; et combien d’institutions appelées au même but sont sorties de la vôtre pour la consolation de l’Église et l’avantage de la société ! Le Pontife suprême a ordonné que votre nom fût désormais fêté dans toute la catholicité. En promulguant ce décret, il a déclaré qu’il voulait placer sous votre maternelle protection toute la jeunesse de votre sexe exposée aujourd’hui à tant de périls de la part des ennemis de Jésus-Christ et de son Église. Ils ont formé le dessein d’arracher la foi du cœur des épouses et des mères, afin d’anéantir plus sûrement le christianisme, qu’une forte et douce influence a conservé jusqu’ici dans la famille. Déjouez ces noirs complots, ô Angèle ! Protégez votre sexe ; nourrissez en lui le sentiment de la dignité de la femme chrétienne, et la société peut encore être sauvée.

Nous nous adressons aussi à vous, ô épouse du Christ, pour obtenir votre aide dans le parcours de cette année liturgique, où nous retrouvons chaque jour vos traces. Votre ardeur à suivre les divins mystères qui se déroulent successivement à nos yeux vous entraîna au delà des mers. Vous vouliez voir Nazareth et Bethléhem, parcourir la Galilée et la Judée, rendre grâces dans le Cénacle, pleurer sur le Calvaire, adorer le Sépulcre glorieux. Daignez bénir notre marche timide dans ces sentiers que vos pas ont parcourus. Nous voulons vous suivre sur le mont des Oliviers, d’où notre Emmanuel est remonté dans les cieux ; il nous faut pénétrer une seconde fois dans le Cénacle, que le divin Esprit illumine de ses feux. Conduisez-nous sur vos pas, ô Angèle, vers ces lieux bénis dont l’attrait vous arracha à votre patrie, et vous lança à travers les hasards dans une lointaine et périlleuse pérégrination ; élevez nos âmes à la hauteur des augustes mystères qui couronnent le Temps pascal.

[1] Dom Guéranger écrit avant que l’institution de la fête de la Bse Marie Reine soit introduite au calendrier par Pie XII et déplace la célébration de sainte Angèle au 1er juin.



Bhx Cardinal Schuster, Liber Sacramentorum

Sainte Angèle est la fondatrice des Ursulines, auxquelles elle donna la règle du Tiers-Ordre de saint François. Sa fête fut introduite dans le calendrier de l’Église universelle par Pie IX en 1861. Les pieux pèlerinages d’Angèle en Palestine et à Rome rappellent d’une certaine manière ceux que, environ deux siècles plus tôt, sainte Brigitte de Suède avait accomplis ; ces deux saintes brillèrent par une même foi et trouvèrent le même crédit chez les Papes, si bien que Clément VII ne voulait plus permettre à Angèle de s’éloigner de la Ville éternelle. Après avoir groupé autour d’elle un essaim de vierges sacrées qui s’adonnaient à l’éducation chrétienne des petites filles, Angèle, chargée de mérites, s’envola au ciel le 27 janvier 1540.

La messe est la messe du commun Dilexísti, sauf les collectes.

Prière. — « Seigneur qui avez fait fleurir dans votre Église, par la bienheureuse Angèle, une nouvelle famille de vierges sacrées ; faites-nous la grâce, par son intercession, de mener nous aussi une vie angélique, afin que, ayant renoncé à toutes les joies de la terre, nous méritions de goûter celles de l’éternité. » : Saint Augustin observe que, dans le saint Évangile, toute âme chrétienne est désignée sous le nom de vierge, en tant qu’elle s’abstient des plaisirs illicites et conserve purs de toute tache de péché son corps et son cœur.

Sur les oblations. — « Que l’Hostie que nous vous offrons en mémoire de la bienheureuse Angèle implore pour nous, Seigneur, le pardon de nos péchés et nous obtienne l’aide de votre grâce. » : Il faut remarquer l’ordre suivi : D’abord, les exercices de la voie purgative, pour nous débarrasser du péché ; puis les œuvres de la voie illuminative, pour construire sur ces premiers décombres notre édifice spirituel.



Dom Pius Parsch, le Guide dans l’année liturgique

Vivre comme les anges.

Sainte Angèle. — Jour de mort : 27 janvier 1540. Tombeau : à Brescia, dans l’église de Sainte-Afra. Image : On la représente en Ursuline, avec une échelle (sur laquelle, clans une vision, elle monte au ciel avec les Ursulines). Vie : La sainte (née en 1474) est originaire du diocèse de Vérone. Dès sa tendre enfance, elle consacra sa virginité au Christ. A la mort de ses parents, elle aurait voulu se retirer dans la solitude, mais son oncle l’obligea à tenir son ménage. Elle put, enfin, à condition de renoncer à l’héritage paternel, entrer dans le Tiers-Ordre de Saint-François. Au cours d’un pèlerinage aux Lieux-Saints en 1525, elle perdit la vue qu’elle recouvra plus tard. Elle visita à Rome le pape Clément VII. Celui-ci ne voulut pas la laisser repartir avant d’avoir reconnu qu’elle était appelée ailleurs. Elle fonda plus tard à Brescia une association de vierges sous la protection de sainte Ursule. Ce fut le début de l’Ordre prospère des Ursulines. La sainte mourut âgée de près de 70 ans. Son cadavre conserva sa fraîcheur pendant 30 jours après sa mort. Au moment de sa sépulture dans l’église de Sainte-Afra, à Brescia, il se fit des miracles.

Pratique. La sainte porte un nom angélique. Son nom fut le programme de sa vie. Aussi l’Église demande aujourd’hui que, par l’intercession et à l’exemple de la sainte, nous « vivions comme des anges ». L’Église nous montre le moyen d’arriver à cet idéal : le renoncement à ce qui est terrestre. L’Église nous demande de renoncer au monde autant que le comporte notre état. Que pouvons-nous faire dans ce sens ? — Prions pour l’Ordre des Ursulines. — La messe est du commun des vierges (Dilexisti).

SOURCE : http://www.introibo.fr/01-06-Ste-Angele-Merici-vierge


St. Angela Merici

Foundress of the Ursulines, born 21 March, 1474, at Desenzano, a small town on the southwestern shore of Lake Garda in Lombardy; died 27 January, 1540, at Brescia.


She was left an orphan at the age of ten and together with her elder sister came to the home of her uncle at the neighbouring town of Salo where they led an angelic life. When her sister met with a sudden death, without being able to receive the last sacraments, young Angela was much distressed. She became a tertiaryof St. Francis and greatly increased her prayers and mortifications for the repose of her sister's soul. In her anguish and pious simplicity she prayed God to reveal to her the condition of her deceased sister. It is said that by a vision she was satisfied her sister was in the company of the saints in heaven.

When she was twenty years old, her uncle died, and she returned to her paternal home at Desenzano. Convinced that the great need of her times was a better instruction of young girls in the rudiments of theChristian religion, she converted her home into a school where at stated intervals she daily gathered all the little girls of Desenzano and taught them the elements of Christianity. It is related that one day, while in anecstasy, she had a vision in which it was revealed to her that she was to found an association of virgins who were to devote their lives to the religious training of young girls. The school she had established at Desenzano soon bore abundant fruit, and she was invited to the neighbouring city, Brescia, to establish a similar school at that place. Angela gladly accepted the invitation.

In 1524, while making a pilgrimage to the Holy Land, she became suddenly blind when she was on the island of Crete, but continued her journey to the Holy Places and was cured on her return while praying before acrucifix at the same place where she was struck with blindness a few weeks before. When, in the jubilee year1525, she had come to Rome to gain the indulgences, Pope Clement VII, who had heard of her great holinessand her extraordinary success as a religious teacher of young girls, invited her to remain in Rome; but Angela, who shunned publicity, returned to Brescia. Finally, on the 25th of November, 1535, Angela chose twelvevirgins and laid the foundation of the order of the Ursulines in a small house near the Church of St. Afra inBrescia. Having been five years superior of the newly-founded order, she died.


Her body lies buried in the Church of St. Afra at Brescia. She was beatified in 1768, by Clement XIII, andcanonized in 1807, by Pius VII. Her feast is celebrated 31 May. Note: After this article was written, her feast was moved to 27 January.

Sources

HEIMBUCHER, Orden und Kongregationen (Paderborn, 1896), 1511 sqq., SEEB'CK, Herrlichkeit der katholischen Kirche (Innsbruck, 1900); GUÉRIN, Les petite Bollandsstes (Paris), III, 326 sqq., Bullarii Romani Continuatio, VII, pt. I; her biography has been written in French by BAUTHORS (Abbeville, 1894) at Notre Dame d'Alet (1885), PASTEL, (Paris, 1878); in German by an Ursuline (Innsbruck, 1893), by an Ursuline (Paderborn, 1892), in Italian by GIRELLI (Brescia, 1871);by SALVATORI (Rome, 1807).

Ott, Michael. "St. Angela Merici." The Catholic Encyclopedia. Vol. 1. New York: Robert Appleton Company, 1907. 18 May 2015 <http://www.newadvent.org/cathen/01481a.htm>.

Transcription. This article was transcribed for New Advent by the Cloistered Dominican Nuns of the Monastery of the Infant Jesus, Lufkin, Texas. Dedicated to the Ursuline Sisters.


Ecclesiastical approbation. Nihil Obstat. March 1, 1907. Remy Lafort, S.T.D., Censor. Imprimatur. +John Cardinal Farley, Archbishop of New York.

SOURCE : http://www.newadvent.org/cathen/01481a.htm


Reliques de Sainte Angèle Merici, Brescia, Italy.


SAINT ANGELA MERICI

1470-1540

FEAST DAY: JANUARY 27TH

Angela Mericia was born on March 21, 1470 at Disenzano, Lombardy, Italy. At the age of ten she became an orphan, which caused led her to go with her sister to the city of Salo. At Salo she was taken in by her uncle's family. Her sister died very soon after leaving her alone without any immediate family. Angela entered a Franciscan Third order and returned to her original home at Disenzano and converted her home into a school for teaching girls the Catholic catechism. She then opened a second school in Brescia, Italy. Eventually, she founded an order to be known as the Ursulines in 1535, the name being derived from their devotion to St. Ursula. In 1525, she went to Rome and saw Pope Clement VII. The Holy Father wanted her to stay in Rome, but she felt led to return to her school in Brescia. Angela served as the superior of the Ursulines for five years and died on January 27, 1540. In 1544, the Ursulines received papal approval.

INTERCESSORY PRAYER: Today, ask Saint Angela to pray for your needs.

SOURCE : http://jesus-passion.com/saint_angela_merici2.htm


St. Angela Merici (1474 – 1540) has the double distinction of founding the first teaching congregation of women in the Church and what is now called a “secular institute” of religious women.

As a young woman she became a member of the Third Order of St. Francis (now known as the Secular Franciscan Order), and lived a life of great austerity, wishing, like St. Francis, to own nothing, not even a bed. Early in life she was appalled at the ignorance among poorer children, whose parents could not or would not teach them the elements of religion. Angela’s charming manner and good looks complemented her natural qualities of leadership. Others joined her in giving regular instruction to the little girls of their neighborhood.

She was invited to live with a family in Brescia (where, she had been told in a vision, she would one day found a religious community). Her work continued and became well known. She became the center of a group of people with similar ideals.

She eagerly took the opportunity for a trip to the Holy Land. When they had gotten as far as Crete, she was struck with blindness. Her friends wanted to return home, but she insisted on going through with the pilgrimage, and visited the sacred shrines with as much devotion and enthusiasm as if she had her sight. On the way back, while praying before a crucifix, her sight was restored at the same place where it had been lost.

At 57, she organized a group of 12 girls to help her in catechetical work. Four years later the group had increased to 28. She formed them into the Company of St. Ursula (patroness of medieval universities and venerated as a leader of women) or commonly the Ursulines, for the purpose of re-Christianizing family life through solid Christian education of future wives and mothers. The members continued to live at home, had no special habit and took no formal vows, though the early Rule prescribed the practice of virginity, poverty and obedience. The idea of a teaching congregation of women was new and took time to develop. The community thus existed as a “secular institute” until some years after Angela’s death.

SOURCE : http://www.ucatholic.com/saints/stain-angela-merici/

Angela de'Merici, OSU V (RM)
(also known as Angela of Brescia) 


Born in Desenzano (near Lake Garda and Brescia), Lombardy, Italy, March 21, 1470 or 1474; died in Brescia, Italy, January 27, 1540; canonized 1807; feast day formerly on May 31.



"If any person, because of his state in life, cannot do without wealth and position, let him at least keep his heart empty of the love of them." --Saint Angela Merici.

As is often the case, it was the number of burdens which Angela Merici had to endure that brought her ever closer to God and moved her to order her existemce. Recalling her life, we should thank God for every hardship He permits us and the strength He gives us to endure them. Each trial is an opportunity to trust in God, to realize His power and His movement within and around us.

Orphaned at age 10, Angela and her sister and brother were raised by their wealthy uncle, Biancozi, at Salo. In Angela's first ecstatic experience, the Blessed Mother appeared with Angela's elder sister. Thus put her mind at rest regarding the salvation of her sister, who had died suddenly without receiving the sacraments. Angela became a Franciscan tertiary at 13 and lived austerely, sometimes eating only bread, water, and vegetables once a week. From this time onward, she wished to possess nothing, not even a bed (because the Son of Man had nowhere to lay His head).

On the death of her uncle, the 20-year-old Angela returned to her hometown and began giving catechism lessons to the poor children in Desenzano. She discussed her horror at the ignorance so many children had of their religion with her friends, who were mostly tertiaries. They were eager to help if Angela could show them how. Although Angela was small of stature, she had a great spirit, charm, and beauty capable of attracting and leading others. She and her friends began to regularly and systematically teach their young, female neighbors. Angela's own success in teaching the catechism in Desenzano led to the invitation from a wealthy couple, whom she had once helped, to begin a school in Brescia.

Angela had the special gift of being able to remember everything she read. She spoke Latin well and knew the meaning of some of the hardest passages of Scripture, which led to her being sought out for counsel. In Brescia she was brought in touch with the leading families and became the center of a circle of devout men and women whom she inspired with her great ideals.

On a trip to the Holy Land, she suddenly lost her sight in Crete. She continued her trip with devotion, and on the return trip, regained her sight at the very spot where she'd lost it.

During a visit to Rome for the Holy Year 1525, Pope Clement VII asked her to take charge of a group of nursing sisters in Rome, but she declined. She told him of a vision she had experienced years before of maidens ascending to heaven on a ladder of light, which was what led her to gather young women into an informal novitiate. In the vision the holy virgins were accompanied up and down the ladder by glorious angels who played sweet music on golden harps. All wore beautiful crowns decorated with precious jewels. After a time the music stopped and the Savior Himself called her by name to create a society of women. The Holy Father gave her permission to form a community.

Shortly, thereafter, Saint Ursula appeared to her, which is why she became the community's patron. Assisting at Mass one day, Angela fell into ecstasy and was said to have levitated.

Soon after her return to Brescia, she was forced to withdraw to Cremona because war had broken out, and when Charles V was on the point of making himself master of Brescia it was essential that non-combatants leave the city. When peace again prevailed, Angela's return to Brescia was greeted with joy by the citizens who already venerated her as a prophetess and saint.

In Saint Afra's Church at Brescia on November 25, 1535, Angela and 28 younger companions bound themselves before God to devote the rest of their lives to his service, especially by the education of girls. Angela placed herself and the novices under the protection of Saint Ursula, the patroness of medieval universities and venerated as a leader of women. This was the beginning of the Company of Saint Ursula (Ursuline nuns), the first teaching order of women--a novel idea that needed time before it was accepted.

The order had no habit (members usually wore a simple black dress), took no vows, and pursued neither an enclosed nor a communal life; they worked to oversee the religious education of girls, especially among the poorer classes, and to care for the sick. The Ursulines were formally recognized by Pope Paul III four years after Angela's death (1544) and were organized into a Congregation in 1565. At the start much of the teaching was done in the children's homes: but in her conception of an uncloistered, flexible society of women Saint Angela was before her time. She survived to direct the society for only four years.

During that time Angela was noted for her patience to her sisters and kindness in her many acts of mercy to the poor, sick, and ignorant. Soon there were 150 sisters to whom Angela addressed her wise sayings in her Counsels. As her sisters surrounded her in prayer at the hour of her death, a beautiful ray of light shone upon the saint--a sign that God was welcoming her to her eternal home. Angela died with the name of Jesus on her lips.

In 1568, Saint Charles Borromeo called the Ursulines to Milan and persuaded them to assume a cloistered communal life. In a provincial synod he explained to his suffragan bishops that he knew of no better means for the reform of their dioceses than to introduce the Ursulines into populous communities. Later in France strict enclosure was adopted and the teaching of young girls was made the chief concern of the order. The Ursulines flourish today (Attwater, Attwater2, Benedictines, Bentley, Caraman, Delaney, Farmer, Schamoni, Walsh, White).

In art Saint Angela is represented by the image of virgins ascending a ladder; or with Saint Ursula and companions appearing to her (White).

SOURCE : http://www.saintpatrickdc.org/ss/0127.shtml

Saint Angela Merici

Also known as
  • Angela of Merici
  • Angela de Marici
Memorial
Profile

Franciscan tertiary at age 15. She received a vision telling her she would inspire devout women in their vocation.

In Crete, during a pilgrimage to Holy Land, she was struck blind. Her friends wanted to return home, but she insisted on going on, visiting the shrines with as much devotion and enthusiasm as if she had her sight. On the way home, while praying before a crucifix, her sight was restored at the same place where it had been lost.

In 1535 she gathered a group of girl students and began what would become the Institute of Saint Ursula (Ursuline Sisters), founded to teach children, beginning with religion and later expanding into secular topics; her first schools were in the Italian cities of Desenazno and Brescia.

Born
Died
Beatified
Canonized
Patronage
Representation
Storefront




Sant' Angela Merici Vergine, fondatrice


- Memoria Facoltativa


Desenzano sul Garda (Brescia), 21 marzo 1474 – Brescia, 27 gennaio 1540

Angela Merici fondò nel 1535 la Compagnia di Sant'Orsola, congregazione le cui suore sono ovunque note come Orsoline. Le sua idea di aprire scuole per le ragazze era rivoluzionaria per un'epoca in cui l'educazione era privilegio quasi solo maschile. Nata nel 1474 a Desenzano del Garda (Brescia) in una povera famiglia contadina, entrò giovanissima tra le Terziarie francescane. Rimasta orfana di entrambi i genitori a 15 anni, partì per la Terra Santa. Qui avvenne un fatto insolito. Giunta per vedere i luoghi di Gesù, rimase colpita da cecità temporanea. Dentro di sé, però, vide una luce e una scala che saliva in cielo, dove la attendevano schiere di fanciulle. Capì allora la sua missione. Tornata in patria, diede vita alla nuova congregazione, le cui prime aderenti vestivano come le altre ragazze di campagna. La regola venne stampata dopo la morte, avvenuta a Brescia il 27 gennaio del 1540. E' santa dal 1807. (Avvenire)

Etimologia: Angela = messaggero, nunzio, dal greco

Emblema: Giglio

Martirologio Romano: Sant’Angela Merici, vergine, che dapprima prese l’abito del Terz’Ordine di San Francesco e radunò delle giovani da formare alle opere di carità; quindi, istituì sotto il nome di sant’Orsola un Ordine femminile, cui affidò il compito di cercare la perfezione di vita nel mondo e di educare le adolescenti nelle vie del Signore; infine, a Brescia rese l’anima a Dio.

Il suo tempo

Sant’Angela Merici visse in quel sofferto e nel contempo magnifico periodo storico, conosciuto come “Rinascimento”; periodo che va dalla fine del XIV a tutto il XVI secolo, e che fu l’inizio della civiltà moderna.

E se da un lato vi erano agitazioni e guerre, come quelle dell’imperatore Carlo V (1500-1568), che squassavano l’Europa e che portarono al tristemente famoso ‘Sacco di Roma’ del 6-17 maggio 1527, ad opera dei Lanzichenecchi, soldataglia agli ordini di Carlo V; dall’altro vi era tutto un fiorire di arte, con i più grandi artisti delle varie specialità, come Michelangelo, Raffaello Sanzio, Masaccio, Donatello, Brunelleschi, ecc. 

Ma in quel felice periodo, in cui si manifestava l’umanesimo con la necessità della scoperta del mondo e dell’uomo, in seno alla cristianità ci fu un desiderio di riforma interiore e di rinascita, con il sorgere di numerose congregazioni religiose. 

Come i Gesuiti nel 1534 ad opera di s. Ignazio di Loyola; i Fatebenefratelli fondati nel 1540 da s. Giovanni di Dio; i Somaschi nel 1528 fondati da s. Girolamo Emiliani; i Filippini o Preti dell’Oratorio di s. Filippo Neri (1515-1595), ecc. e sfociando, dopo lo sconquasso creato dalla Riforma Protestante di Martin Lutero († 1545), nel grande e basilare Concilio Ecumenico di Trento (1545-1563). 

In questo quadro di grande movimento educativo e spirituale, per lo più rivolto però alla formazione della parte maschile della società del tempo, s’inserì l’opera di Angela Merici, che si prefiggeva un impegno particolare per la formazione sistematica delle ragazze; nel campo morale, integrando l’educazione ricevuta nelle famiglie, nel campo spirituale, alimentando quella già ricevuta nei monasteri, ma specialmente in campo intellettuale.

Origini, adolescenza

Angela Merici nacque il 21 marzo 1474 a Desenzano sul Garda (Brescia), allora territorio della Repubblica di Venezia, suo padre Giovanni Merici e la madre, appartenente alla distinta famiglia dei Biancosi di Salò, ricavavano il necessario per il sostentamento della famiglia, che comprendeva oltre Angela, una sorella più grande e sembra uno o più fratelli, dall’allevamento del bestiame e dalla coltivazione di qualche terreno. 

Il padre Giovanni, “cittadino bresciano”, alquanto istruito, amava leggere alla moglie ed ai figli i primi libri di devozione stampati a Venezia; probabilmente la “Legenda aurea”, celebre raccolta di vite di santi e martiri, scritta dal domenicano Jacopo da Varazze (1220-1298). 

E fu in quelle serate, trascorse ad ascoltare la detta lettura, che Angela conobbe e cominciò ad amare due sante martiri, che divennero i suoi punti di riferimento, santa Caterina d’Alessandria e sant’Orsola con le compagne. 

Verso i 15 anni, dopo aver perso prematuramente la sorella, le morirono entrambi i genitori, pertanto Angela si trasferì nella vicina Salò, accolta nella casa di uno zio materno, uomo di un certo prestigio.
Gli anni trascorsi a Salò furono preziosi per Angela, perse quell’aria di contadinella ritrosa incantata dalla visione del lago di Garda, ma frequentando le giovani della città, acquistò la naturalezza nell’agire, che le consentirà in futuro di stare alla pari con le dame della borghesia e della nobiltà. 

Disapprovava la rilassatezza dei costumi esistente anche a Salò e fu forse in questo periodo che divenne Terziaria Francescana, per avere una vita più austera e penitenziale, secondo i suoi desideri.
A 20 anni, dopo una permanenza di circa cinque anni a Salò, le morì lo zio e quindi ritornò a Desenzano sul Garda, alla cascina delle “Grezze”, impegnata nelle faccende domestiche, dedicandosi alle opere di misericordia spirituali e corporali secondo le necessità e circostanze e vivendo la sua spiritualità evangelica.

La giovinezza – Le visioni della “scala celeste” 

Nella cascina partecipò anche ai lavori dei campi, e fu in questa occupazione solitaria, che Angela ebbe la consolazione di una visione celestiale. 

Il primo a raccontarla, fu padre Francesco Landini in una sua lettera del 1566; era il primo pomeriggio di un caldo giorno d’estate, ed Angela, che come al solito durante l’intervallo che si faceva in attesa di una calura più sopportabile, si ritirava in disparte a pregare; si sentì improvvisamente rapita in Dio e vide il cielo aprirsi con una processione di angeli e vergini a coppie alternate, gli angeli suonavano, le vergini cantavano; nella sfilata vide la sorella defunta, che le preannunciava che sarebbe stata la fondatrice di una Compagnia di vergini. 

L’iconografia della santa, ha rappresentato la visione come una scala fra terra e cielo, simile a quella di Giacobbe, con la processione delle vergini e degli angeli che la percorreva. 

Nel 1516 i superiori francescani da cui Angela dipendeva come Terziaria, le proposero di trasferirsi a Brescia, per assistere la vedova Caterina Patendola, rimasta anche senza figli. Angela Merici obbedì docilmente, certa che il Signore in qualche modo le avrebbe indicato la sua futura strada. 

Intanto la tradizione popolare indica, che una seconda visione avvenne in località Brudazzo, sulle colline fra Desenzano e Padenghe, e anche qui vi fu una lunga teoria di angeli e vergini, fra le quali Angela riconobbe una sua amica da poco morta in giovane età. La voce misteriosa questa volta precisava che la Compagnia sarebbe dovuta sorgere a Brescia, ordinandole di farlo “prima di morire”; infatti Angela Merici indugerà fino ai sessant’anni prima di fondare la Compagnia, impresa di cui avvertiva tutte le difficoltà. 

Nella casa ospitale di Caterina Patendola, in cui portò la sua parola calda, vibrante, confortevole, riuscì a placare l’immenso dolore della vedova che aveva perso anche i due figli; qui conobbe anche Girolamo, nipote dei Patendola, che sarà il futuro fondatore dell’Ospedale degli Incurabili di Brescia, inoltre Giacomo Chizzola e Agostino Gallo, anch’essi impegnati nell’organizzazione dello stesso ospedale. 

Angela instaurò con loro un’amicizia che durerà tutta la vita; diventando l’animatrice spirituale di un laicato impegnato in opere e iniziative di carità, a cui lei apporterà il contributo della sensibilità femminile.

I primi gruppi femminili - I suoi viaggi e pellegrinaggi 

Suor Angela, come si faceva chiamare indossando l’abito del Terz’Ordine francescano, dopo qualche mese lasciò la casa dei Patendola e man mano fu ospitata in altre case private di Brescia, fra cui quella di Antonio Romano in via S. Agata. 

Si guadagnava da vivere con il proprio lavoro di cucito e di filatura e con i servizi domestici; lavori umili tali da non essere stati annotati da testimoni diretti, perché usuali per le donne di modesta condizione del tempo. 

A Brescia poteva frequentare più assiduamente le chiese, accostarsi di più ai Sacramenti, coltivare il numero sempre crescente di amicizie femminili; intorno a lei ormai si radunavano gentildonne e popolane, attratte dalla sua saggezza e disposte a collaborare alle opere di bene, specie a favore della gioventù femminile. 

È di questo periodo, la parentesi dei suoi viaggi e dei pellegrinaggi fatti a piedi o con i mezzi precari del tempo, l’iconografia più diffusa la ritrae infatti con l’abito e il bastone da pellegrina. 

Il primo fu quello compiuto a Mantova nel 1522, per venerare la tomba della beata Osanna Andreasi da lei molto ammirata; poi salì una prima volta al Sacro Monte di Varallo; nel 1524 in compagnia del signor Romano che l’ospitava e di un cugino, raggiunse Venezia e qui s’imbarcò per la Terra Santa, meta indispensabile per quanti, desiderosi d’intraprendere una strada di perfezione e carità, volevano attingere forza ed emozioni, alle sorgenti del Cristianesimo. 

Ma in quell’occasione si verificò un fatto straordinario, Angela Merici mentre la nave si approssimava alla meta, fu colpita da una malattia agli occhi che le fece perdere improvvisamente la vista. 

Poté vedere il Paese di Gesù solo con gli occhi dell’anima, infatti riacquisterà la vista soltanto nel viaggio di ritorno, davanti ad un crocifisso a Creta; Angela prese questa malattia che l’aveva impedita di vedere i Luoghi Santi, per i quali aveva intrapreso il lungo e disagevole viaggio, come un segno della Provvidenza che conduce le anime per vie imperscrutabili.

Sbarcata a Venezia preceduta dalla sua fama, si voleva trattenerla per il bene degli ospedali e orfanotrofi della Serenissima, ma lei intenzionata più che mai a realizzare a Brescia il comando celeste ricevuto nelle visioni, quasi se ne scappò per ritornare nella città d’origine. 

Anche nel 1525, quando si recò a Roma per il Giubileo e fu ricevuta da papa Clemente VII che voleva trattenerla a Roma, suor Angela dovette ritornarsene in tutta fretta per evitare l’ordine del pontefice. 

Nel 1529 si trasferì momentaneamente a Cremona, ospite della famiglia Gallo, che l’aveva invitata per sfuggire all’eventuale assedio delle truppe di Carlo V, che due anni prima avevano devastato Roma; nel 1533, ritornata a Brescia, trovò ospitalità in una casetta di proprietà dei Canonici Lateranensi, presso la Chiesa di Sant’Afra; nello stesso 1533 compì un secondo pellegrinaggio al Sacro Monte di Varallo, concludendo la serie dei suoi viaggi.

La fondazione della ‘Compagnia’

Dopo tante riflessioni, ormai era giunto per lei il tempo di operare, già nel 1532 Angela di Salò, come si firmava, chiedeva alla Santa Sede di essere esonerata dalla sepoltura in una chiesa francescana come tutte le Terziarie, optando per quella di Sant’Afra martire. 

Non era un rinnegare l’appartenenza al Terz’Ordine francescano, tanto che ne porterà l’abito fino alla morte e con esso verrà sepolta, ma volle prendere per sé e soprattutto per le sue figlie spirituali che l’affiancavano, una certa distanza, in prospettiva di una futura vita consacrata organizzata autonomamente, che sentiva ormai di costituire per il gruppo. 

Angela aveva colto nei suoi tanti incontri, un’esigenza particolare delle giovani, che aspiravano ad una totale consacrazione, ma fuori dello schema del tradizionale chiostro, e il Terz’Ordine Francescano, non contemplava l’impegno della verginità a vita, né poteva tutelarle dalle pressioni dei parenti che volevano maritarle, né dei padroni presso i quali molte di loro lavoravano. 

Occorreva allora una “Compagnia”, nome in uso a quel tempo, indicante qualsiasi associazione religiosa di laici o laiche e anche di sacerdoti, che senza entrare in un Ordine religioso, si univano tra loro, impegnandosi a vivere integralmente il Vangelo e a servire il prossimo in particolari opere di carità. 

Così nello stesso anno 1533, Angela Merici a quasi 60 anni, costituì la “Compagnia delle dimesse di Sant’Orsola”; si dicevano “dimesse” perché non vestivano l’antico e nobile abito delle monache; e “di Sant’Orsola”, perché, non avendo esse la protezione delle mura di un convento, dovevano vivere nel mondo e restare fedeli a Cristo, proprio come la giovane principessa della Britannia, uccisa dai pagani insieme alle numerose compagne e il cui culto era molto vivo anche a Brescia. 

Così Angela e le prime dodici collaboratrici, Simona, Laura, Peregrina, Barbara, Chiara, ecc. presero a riunirsi nell’oratorio fatto restaurare e messo a disposizione da Elisabetta Prato, nella sua casa vicino al Duomo di Brescia. 

Angela dal canto suo continuò a condurre una vita di penitenza, dormiva per terra su una stuoia, che di giorno conservava arrotolata in un angolo, usando un pezzo di legno per guanciale; si nutriva di legumi e frutta, mangiava il pane due volte la settimana, mai la carne, beveva un po’ di vino solo a Natale e Pasqua. 

La sua fama di santità cresceva enormemente e a lei per consigli e spiegazioni sul Vecchio e Nuovo Testamento, si rivolgevano sacerdoti, religiosi, predicatori e teologi. 

Il 25 novembre 1535, festa di un’altra santa da lei amata fin dall’infanzia, s. Caterina d’Alessandria, le prime 28 giovani, furono ammesse nella “Compagnia delle dimesse di Sant’Orsola”, la cui Regola scritta da Angela Merici, fu approvata dal vicario generale del vescovo di Verona l’8 agosto 1536. 

Successivamente nel 1544 papa Paolo III ne approvava la Regola, elevando la Compagnia a Istituto di diritto pontificio, permettendola così di uscire dai confini diocesani. 

Nel 1537, la Compagnia aveva eletto, prima superiora a vita, maestra e tesoriera, la fondatrice Angela Merici, la quale oltre la Regola, aveva dettato al fedele Gabriele Cozzano, cancelliere della Compagnia, altre due brevi opere, i “Ricordi” per le ‘colonnelle’ cioè per le superiore di quartiere e il “Testamento” per le nobili matrone, dette anche ‘governatrici’, che avevano la funzione di amministrare e proteggere l’Istituto.

La sua morte – L’eredità spirituale 

Nel 1539 Angela fu colpita da una malattia, che fra alti e bassi la condusse alla morte il 27 gennaio 1540; per trenta giorni, i canonici di Sant’Afra e quelli del Duomo, si contesero l’onore di seppellire nella propria chiesa, l’ex contadinella di Desenzano; la spuntarono quelli di sant’Afra e oggi la chiesa, dove riposano le sue spoglie, si chiama Santuario di Sant’Angela, meta di continui pellegrinaggi provenienti specialmente dal mondo orsolinico; la chiesa, distrutta in gran parte dai bombardamenti del 1945, è stata ricostruita nel 1953. 

Nel testamento spirituale, Angela tratteggiò le linee essenziali del suo metodo educativo, basato tutto nel rapporto di sincero amore tra educatore ed educando e sul pieno rispetto delle libertà altrui. 

Così lasciò scritto alle sue Orsoline: “Vi supplico di voler ricordare e tenere scolpite nella mente e nel cuore, tutte le vostre figliole ad una ad una; e non solo i loro nomi, ma ancora la condizione e indole e stato e ogni cosa loro. Il che non vi sarà difficile, se le abbracciate con viva carità… Impegnatevi a tirarle su con amore e con mano soave e dolce, è non imperiosamente e con asprezza, ma in tutto vogliate essere piacevoli. 

Soprattutto guardatevi dal voler ottenere alcuna cosa per forza; perché Dio ha dato a ognuno il libero arbitrio e non vuole costringere nessuno, ma solamente propone, invita e consiglia…”.

Sugli altari

Nel 1568 furono raccolte le deposizioni di quattro testimoni che avevano conosciuto Angela, ma dovettero trascorrere altri due secoli, prima che un’orsolina claustrale di Roma, si facesse postulatrice della causa di beatificazione, ottenendo il decreto di conferma del culto come Beata, il 30 aprile 1768, da parte di papa Clemente XIII. 

Il 24 maggio 1807, Angela Merici fu proclamata Santa da papa Pio VII e papa Pio IX nel 1861, ne estese il culto a tutta la Chiesa universale. 

Una statua scolpita nel 1866 dallo scultore Pietro Galli, la ricorda nella Basilica di S. Pietro in Vaticano. Nella liturgia ebbe varie date di celebrazione, prima il 31 maggio, poi dal 1955 il 10 giugno e infine il 27 gennaio, giorno della sua morte.

La Congregazione delle Orsoline

La “Compagnia delle dimesse di sant’Orsola”, prima congregazione secolare femminile sorta nella Chiesa, con la sua Regola fu l’origine di varie congregazioni religiose. 

Già in vita, Angela vedendo aumentare attorno a sé una famiglia così numerosa e avendo un desiderio grande di servire Cristo in ogni bisognoso, fondò ben 24 rami di Orsoline, dette poi anche ‘Angeline’, che dopo la sua morte furono raggruppate in tre soli settori: le “Orsoline secolari” che vivono nelle famiglie proprie e si dedicano ad ogni opera di misericordia nelle parrocchie in cui vivono; le “Orsoline collegiali” che conducono vita comune e si dedicano all’istruzione della gioventù, gestendo appunto dei collegi; le “Orsoline claustrali” che sono di vita contemplativa. 

Tra le Congregazioni sorte sull’esempio della Compagnia di Sant’Orsola, ma con abiti e costumi diversi, ne ricordiamo alcune: Orsoline di San Carlo, sorte a Milano nel 1566; Orsoline di Sant’Orsola, più rami fondati in Francia tra il 1612 e 1632; Orsoline di Maria Immacolata, fondate a Piacenza nel 1649; Orsoline di Gesù o Figlie dell’Incarnazione, fondate in Vandea nel 1802; Orsoline Gerosolimitane di Maria Immacolata, sorte a Bergamo nel 1818; Orsoline Figlie di Maria Immacolata, sorte presso Acqui nel 1854; Orsoline del Sacro Cuore di Gesù Agonizzante fondate nel 1920; Orsoline del Sacro Cuore fondate a Parma nel 1575; Orsoline dell’Unione Romana sorte nel 1878; e tante altre anche di più recente fondazione.

Autore:
Antonio Borrelli



Voir aussi : http://tedeum-laudamus.blogspot.com/2011/06/saint-angela-merici.html



http://paulbern1.wordpress.com/2011/01/27/st-angela-merici/

http://paulbern1.files.wordpress.com/2011/01/st-angela.jpg