mardi 5 novembre 2013

Saint ZACHARIE, prophète, et sainte ÉLISABETH

Saints Zacharie et Elisabeth

parents de saint Jean-Baptiste (1er s.)

Quand Élisabeth reçut chez elle Marie, sa cousine, elle fut remplie de l’Esprit Saint et salua la mère du Seigneur, bénie entre toutes les femmes. Le prêtre Zacharie, rempli de l’Esprit des prophètes à la naissance de son fils, proclama la louange du Dieu rédempteur et annonça la venue prochaine du Christ, Soleil levant.
Fêtés par les Eglises d'Orient le 5 novembre.

Le 23 septembre, au martyrologe romain, commémoraison des saints Zacharie et Élisabeth, les parents de saint Jean Baptiste, précurseur du Seigneur. Quand Élisabeth reçut chez elle Marie, sa cousine, elle fut remplie de l’Esprit Saint et salua la mère du Seigneur bénie entre toutes les femmes. Le prêtre Zacharie, rempli de l’Esprit des prophètes à la naissance de son fils, proclama la louange du Dieu rédempteur et annonça la venue prochaine du Christ, Soleil levant.

Martyrologe romain





SAINT ZACHARIE ET SAINTE ÉLISABETH

fêtés le 5 novembre

Zacharie et son épouse Élisabeth, parents de Jean le Baptiste, sont des personnages bibliques de transition : ils appartiennent à la fois à l'Ancien et au Nouveau Testament. C'est par l'évangéliste Luc que nous les connaissons. Luc nous a rapporté la vision que le prêtre Zacharie eut dans la partie intérieure du temple appelée « le saint », où il offrait l'encens. Élisabeth était stérile, et un envoyé de Dieu, l'ange Gabriel, apparaît dans ce lieu au prêtre qui officiait, et il lui annonce la naissance d'un fils. Ce sera le futur Précurseur de Jésus-Christ. "J'ai été envoyé pour te faire connaître cette bonne nouvelle", dit-il. 

A la suite de cette vision, Zacharie était devenu muet, et sourd, semble-t-il. Il le restera jusqu'au moment où l'on circoncira l'enfant. Punition pour n'avoir pas eu assez foi en la parole de l'ange, comme celui-ci le laisse entendre. Mais n'y a-t-il pas aussi, comme il en sera plus tard pour Paul qui devint aveugle sur le chemin de Damas, une sorte de retrait des sens s'effaçant pour que Zacharie puisse plus facilement intérioriser le message reçu d'en Haut? Lorsqu'il retrouvera l'usage de la parole, ce qui jaillira de son coeur plein, sera le cantique appelé Bénédictus, car il bénit Dieu pour son intervention dans la vie de son peuple, où commence à se réaliser le plan du salut pour tous les hommes. 

Quant à Élisabeth, son chant d'action de grâce et sa joie, elle les avait exprimés lorsqu'elle était encore enceinte, lors de la visite de Marie, sa cousine (voir La Visitation ci-après). En attendant son enfant, comme la Vierge Marie, comme Zacharie, elle avait médité dans son coeur les merveilles accomplies par le Très-Haut. On nous dit, en en effet, qu'elle avait gardé le silence et la solitude durant cinq mois. N'est-ce pas ainsi que l'on peut interpréter ce retrait?

Que sont devenus ensuite Zacharie et Élisabeth ? Ils disparaissent totalement des textes sacrés. La légende a pris le relais, mais au-delà de ce qu'elle peut nous raconter, c'est encore le récit évangélique qui nous parle le mieux d'eux; Luc nous dit qu'ils étaient justes devant Dieu, et qu'ils suivaient irréprochablement tous les commandements du Seigneur. C'est le 5 septembre qu'ils sont fêtés dans l'Église orthodoxe.

LA VISITATION (fêtée le 31 mai)

Lors de l'Annonciation, Marie avait appris que celleci était enceinte. Voici, lui avait dit l'envoyé de Dieu, que ta parente Élisabeth vient, elle aussi, de concevoir un fils dans sa vieillesse, et elle en est à son sixième mois, elle que l'on appelait la stérile. Aussitôt Marie se rend en hâte dans la ville où se trouvait la maison de Zacharie et de sa femme, parents du futur Jean-Baptiste. 

Dans la tradition chrétienne on parle du "mystère" de la Visitation. En quoi ce récit très simple de la visite de Marie à sa cousine Élisabeth constitue-t-il un mystère de foi ? Pour comprendre, il faut élargir le sens habituel de ce mot. Tout, dans cette scène apparemment banale, baigne en fait dans une atmosphère surnaturelle, mystérieuse. C'est la présence de l'Esprit Saint que Luc mentionne avec insistance, qui "débanalise" tous les thèmes sur lesquels on peut méditer à partir de ce texte. 

La visite de Marie n'est pas une simple visite de courtoisie. Elle relève d'une charité particulière, inséparable de la foi, animée d'un élan incomparable. Un Père de l'Église, saint Ambroise, a écrit : "L'aspérité des montagnes n'arrête pas le zèle de la Vierge, ni la longueur du chemin, tellement elle est désireuse de rendre service." La démarche de Marie dit aussi tout le mystère rédempteur et son incroyable humilité. "Il faut remarquer, ajoute le même auteur, que c'est le supérieur qui vient à l'inférieur pour que l'inférieur soit secouru: Marie vient à Élisabeth et le Christ à Jean"

Les textes choisis pour cette fête nous rappellent aussi que le christianisme est la religion de la joie, du bonheur parfait, même si actuellement nous ne sommes que des "apprentis joyeux et heureux". Marie et Élisabeth, ces deux femmes inspirées par l'Esprit, montrent que cette joie est essentiellement suscitée par l'accomplissement des promesses divines. Elles nous donnent également une image parfaite de la joie chrétienne. Élisabeth est heureuse de la joie de Marie. Marie est heureuse de la joie d'Élisabeth. La joie véritable est inséparable de la charité. Si on la cherche aux dépens du bonheur des autres, elle relève de la caricature. Elle est encore bien imparfaite si l'on ne cherche pas à la partager.

(D'aprés Marcel Driot, le Saint du jour - MEDIASPAUL)

SOURCE : http://apotres.amour.free.fr/page4/zacharie.htm


Le 5 septembre, le Saint et glorieux Prophète ZACHARIE, père de Saint Jean Baptiste et Précurseur

Zacharie était lévite, descendant d'Abiathar le Grand-Prêtre, et vivait à Jérusalem avec sa femme Elisabeth, de la classe d'Aaron. Tous deux étaient justes. Ils observaient tous les commandements du Seigneur avec amour, mais ils étaient restés sans enfant jusqu'à leur grand âge.

Or, comme Zacharie occupait la charge de Grand-Prêtre, le jour de la grande fête de l'Expiation (début du mois de septembre cf. Lev. 16), alors qu'il était entré seul dans le Sanctuaire pour y fair brûler l'encens, il vit lui apparaître, à droite de l'Autel de l'encens, l'Archange Gabriel. Rayonnant de lumière Divine, celui-ci annonça au vieillard que Dieu avait entendu ses prières et celles de son épouse Elisabeth, et qu'il accordait à leur vieillesse un fils, qui leur faudrait appeler Jean. L'envoyé de Dieu ajouta: «Il sera rempli du Saint-Esprit dès le sein de sa mère et marchera au devant du Seigneur pour lui préparer un peuple bien disposé» (Luc 1:16). Zacharie, frappé de stupeur à cette vue, marqua quelques hésitations pour croire à l'annonce de l'Ange, aussi celui-ci le frappa-t-il de mutisme jusqu'à la naissance du Précurseur, afin de lui apprendre à ne pas douter des promesses divines qui défient l'ordre de la nature.

Le jour de la naissance de l'enfant, Zacharie retrouva la parole en écrivant le nom de Jean sur une tablette et, rempli de l'Esprit-Saint, il entonna alors le cantique prophétique: «Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël, parce qu'Il a visité Son peuple et opéré Sa délivrance. Il a suscité pour nous une puissance de salut dans la maison de David Son serviteur, - ainsi qu'Il L'avait dit par la bouche de Ses Saints Prophètes de jadis - (...) Et toi petit enfant, tu seras tenu pour un Prophète du Très-Haut, car tu précéderas le Seigneur pour Lui préparer la voie, pour faire connaître à Son peuple le salut par la rémission de ses péchés, grâce à la bonté miséricordieuse de notre Dieu, avec laquelle Il va nous visiter, Astre d'en-haut à Son lever, pour éclairer ceux qui se tiennent dans les ténèbres et l'ombre de la mort, et guider nos pas sur le chemin de la paix» (Luc 1:68 sv.).

Après la naissance du Christ, Zacharie ne craignit pas de déclarer ouvertement la virginité de Marie et de montrer qu'elle est vraiment Mère de Dieu, lorsqu'il lui demanda de se placer dans l'endroit du temple où se tiennent les vierges. C'est pour cette raison qu'il s'attira la haine des Juifs. De plus, lorsque le roi Hérode - ayant appris la naissance du «roi d'Israël» et craignant de voir en celui-ci un concurrent de son pouvoir terrestre - envoya ses soldats assassiner les enfants de Bethléem, Zacharie cacha Jean, alors âgé de six mois, avec sa mère Elisabeth dans une grotte de l'autre côté du Jourdain. Les Juifs saisirent l'occasion pour le dénoncer à Hérode, lequel donna l'ordre de le poursuivre jusque dans l'intérieur du Temple. Il fut assassiné à l'endroit même qu'il avait désigné à la Mère de Dieu pour qu'elle se tienne en témoignage de sa virginité, et son sang coula jusqu'à l'intérieur du Sanctuaire, manifestant ainsi leur forfait devant Dieu. Des Prêtres vinrent prendre son corps et l'enterrèrent avec ses pères. A partir de ce moment eurent lieu dans le temple de Jérusalem des prodiges et des signes, qui révélaient l'abolition prochaine du culte et de la Loi. Les Prêtres n'eurent plus de vision d'Anges envoyés par Dieu. La grâce de la prophétie se retira d'eux: ils ne purent plus prononcer d'oracles, ni donner comme auparavant au peuple des éclaircissements sur les points difficiles de la Sainte Ecriture1.

1. Ce récit de la mort de Zacharie rapporté par les synaxaires se fondent sur la tradition apocryphe et le témoignage de quelques Pères de l'Eglise. Il permet d'assimiler le père du Précurseur au Zacharie fils de Barach, assassiné entre le Sanctuaire et l'Autel, que le Christ donne comme exemple avec Abel des justes victimes de l'ingratitude du peuple (Mat. 23:35). Mais il est beaucoup plus probable que le Christ fait là allusion à Zacharie, fils du Prêtre Yehoyada. qui, pour avoir condamné les transgressions du peuple, fut lapidé par ordre du roi de Juda Josias (638-608 av. J.C.) dans le parvis du temple (cf. 2 Chroniques 24:20-22).


SOURCE : http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsseptembre/sept05.html

UN COUPLE PIEUX : ZACHARIE ET ELISABETH


  

Lire le premier chapitre de Luc.

            L'évangile de Luc nous fait admirer particulièrement le Seigneur dans son humanité parfaite. Luc fait connaître avec un soin tout particulier la manière dont Jésus a revêtu notre humanité et a fait son entrée dans ce monde.

Un beau témoignage rendu par Luc au sujet d'un couple fidèle

            Ce récit, situé au premier chapitre de Luc, se déroule dans les jours d'Hérode, surnommé le Grand, appelé roi de Judée, mais gouvernant en fait de toute la Palestine. Il nous présente «un certain sacrificateur, Zacharie (« l'Eternel se souvient ») de la classe d'Abia » (v. 5). C'était la huitième des 24 classes de sacrificateurs instaurées par David (1 Chr. 24 : 10, 19) Sa femme, Elisabeth (« serment de Dieu »), faisait partie de la maison d'Aaron ;  elle portait le même prénom que la femme d'Aaron (Ex. 6 : 23). Zacharie et Elisabeth étaient donc l'un et l'autre de la race sacerdotale.

            L'Ecriture leur rend un beau témoignage : « Ils étaient tous les deux justes devant Dieu, marchant dans tous les commandements et dans toutes les ordonnances du Seigneur, sans reproche » (v. 6). Or « ils n'avaient pas d'enfant, parce qu'Elisabeth était stérile ; et ils étaient tous deux fort avancés en âge » (v. 7). Etre privé d'enfant était considéré par les Juifs comme un malheur et un opprobre (voir v. 25 ; Gen. 30 : 23). Toutefois, si même tout espoir d'en avoir s'évanouit, Dieu peut intervenir pour honorer la fidélité et la confiance des siens.



L'annonce faite par l'ange du Seigneur à Zacharie

            Offrir le parfum était un moment souvent longtemps attendu, très hautement prisé : cet honneur ne survenait guère plus d'une fois dans la vie d'un sacrificateur, vu leur nombre élevé ! Or ici le sort échoit à Zacharie (Prov. 16 : 33) d'entrer dans le temple du Seigneur dans ce but (Ex. 30 : 7-8). Pendant ce temps, toute la multitude priait dehors : la fumée de l'encens était le symbole de ces prières (Luc 1 : 9-11 ; Apoc. 8 : 3 - 4).

            Tandis que Zacharie officie dans ce lieu solennel, il s'aperçoit soudain qu'il n'est plus seul ! Un ange se tient du côté droit de l'autel : depuis Malachie, c'est-à-dire depuis 400 ans, il n'y avait pas eu de message venant du ciel (Ps. 74 : 9) ! Or Dieu parle de nouveau, reliant le présent au passé en se servant d'un sacrificateur. L'apparition de cet ange ouvre la série de faits surnaturels que l'on trouve au début de cet évangile (voir 2 : 9).

            Le sacrificateur est troublé, saisi de crainte. Mais aussitôt l'ange cherche à le rassurer : « Ne crains pas, Zacharie, parce que tes supplications ont été exaucées, et ta femme Elisabeth enfantera un fils et tu appelleras son nom Jean » (il prescrira aussi à l'avance le nom de Jésus : v.31).

La révélation du ministère de Jean-Baptiste qui sera « grand devant le Seigneur »

            Mis à part pour Dieu dès sa naissance, Jean sera un grand prophète chargé de préparer Israël à la venue de son Messie. « Ce sera pour toi un sujet de joie et d'allégresse et plusieurs se réjouiront de sa naissance » (v. 14). L'Ecriture établit avec précision ce rôle de précurseur que Jean le baptiseur est appelé à jouer à l'égard du Messie. Sa naissance avait déjà été annoncée par Esaïe, 700 ans auparavant (Es. 40 : 3-5) et puis confirmée par Malachie (3 : 1). Ces deux passages sont cités au début de l'évangile de Marc (1 : 2-3). 

            On a dit que l'évangile de Luc est celui de la grâce et de la pauvreté. Il est aussi celui de la joie (1 : 14, 44, 47, 58 ; 2 : 10…). Les cantiques, les actions de grâces s'y succèdent (Eph. 5 : 18-19). Avant Zacharie, il y aura les cantiques d'Elisabeth et de Marie, Après lui, ce sera Siméon, puis l'armée céleste, les bergers… d'autres encore et à la fin du livre, les disciples d'Emmaüs ! Le ministère de Jean sera marqué par la joie, une joie accomplie (Jean 3 : 29), même s'il rencontre durant sa vie la souffrance et finalement une mort cruelle.

            L'ange poursuit : Jean « sera grand devant le Seigneur, et il ne boira ni vin ni cervoise ; et il sera rempli de l'Esprit Saint dès le ventre de sa mère » : cette dernière chose est mystérieuse, mais consolante. 
            La grandeur de Jean dépendait de la Personne qu'il annonçait. Concernant Jésus, il est simplement dit : « Il sera grand ». C'est un qualificatif absolu : sa domination est universelle (Dan. 7 : 14).

            Jean vivra en nazaréen (Nom. 6 : 1-21), consacré à l'Eternel pour mener une vie de séparation et de renoncement. La puissance du Saint Esprit peut ainsi se déployer chez cet homme volontairement sevré des joies de la terre.

            Sa mission est précisée : « Il fera retourner plusieurs des fils d'Israël au Seigneur leur Dieu. Et il ira dans l'esprit et la puissance d'Elie, pour faire retourner le coeur des pères vers les enfants, et les désobéissants à la pensée des justes, pour préparer au Seigneur un peuple bien disposé » (v. 16-17). L'essentiel de son message est contenu dans ce simple appel : « Repentez-vous, car le royaume des cieux s'est approché » (Matt. 3 : 2).

La réalisation de la promesse, malgré l'incrédulité de Zacharie

            En entendant ces bonnes nouvelles (v. 19), Zacharie se montre incrédule. Ne sont-elles pas pourtant un exaucement à ses supplications (v.13) ? Sa foi n'est pas à la hauteur de ses prières, qui ont eu lieu certainement pendant des années. Il nous arrive aussi de ne plus attendre du Seigneur ce que nous lui avions instamment demandé !

            En réponse à son : « Comment connaîtrai-je cela ? », le messager céleste révèle à Zacharie, son nom : Gabriel, qui signifie : « Dieu est puissant ». Cet archange se tient habituellement devant Dieu, prêt à accomplir Sa volonté. N'a-t-il pas déjà éclairé l'intelligence « d'un homme bien-aimé », en lui précisant pendant combien de temps le Messie serait rejeté ? (Dan. 8 : 16 ; 9 : 21 ; Héb. 1 : 14).

            Puis Gabriel annonce à Zacharie : « Tu seras muet… jusqu'au jour où ces choses arriveront, parce que tu n'as pas cru mes paroles qui s'accompliront en leur temps » (v.20). Le peuple qui attend le retour de Zacharie s'étonne de ce qu'il s'attarde dans le temple (v. 21). Leur étonnement grandit en constatant, quand il sort, qu'il est maintenant muet ; « ils reconnurent qu'il avait eu une vision dans le temple » (v. 22).

            Chaque classe sacerdotale demeurait en fonction durant une semaine, du samedi au samedi. Et « quand les jours de son ministère furent accomplis, le sacrificateur s'en alla dans sa maison » (v. 23).

            Un fils va donc être donné à Zacharie et Elisabeth. Celle-ci conçut (v. 24). Consciente d'être un objet de la grâce divine, elle se cache modestement, durant cinq mois : elle ne veut pas attirer l'attention. Elle désire rester dans la retraite et le recueillement, tout en remerciant Dieu qui l'a « regardée, pour ôter son opprobre parmi les hommes » (v.25).

L'annonce de l'ange Gabriel à Marie

            Entre temps, au bout de six mois, l'ange Gabriel est chargé d'une mission plus extraordinaire encore : il va annoncer à une vierge d'Israël (Es. 7 : 14), à Marie, fiancée à Joseph de la maison de David, qu'elle va devenir la mère du Messie. C'était le désir secret de toutes les femmes pieuses en Israël. Mais cette naissance aura lieu de façon miraculeuse, toute divine.

            Quel trouble, quelle émotion envahissent la jeune fille ! Alors l'ange l'apaise, en lui disant, à elle aussi : « Ne crains pas, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu » (Luc 1 : 30). Cette expression (« trouver grâce ») est fréquente dans l'Ecriture : Gen. 6 : 8 ; 18 : 3 ; Ex. 33 : 12-13…

            Elle va concevoir et enfanter un fils qu'elle doit appeler Jésus (l'Eternel sauve). « Il sera grand et sera appelé Fils du Très-haut… Il n'y aura pas de fin à son royaume » (v. 31-33). Marie interroge : « Comment ceci arrivera-t-il, puisque je ne connais pas d'homme ? » (v. 34). Il s'agit en effet ici de la consommation d'un mariage. Alors Gabriel lui répond : «L'Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-haut te couvrira de son ombre ; c'est pourquoi aussi la sainte chose (le saint Etre) qui naîtra sera appelée Fils de Dieu » (Luc 1 : 35).

            Marie croit et, avec humilité et obéissance, se soumet entièrement à la volonté divine : « Voici l'esclave du Seigneur ; qu'il me soit fait selon ta parole » (v. 38). Elle savait qu'elle pouvait être accusée d'adultère mais elle présente son corps en sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu (Rom. 12 : 1).

            L'ange lui révèle alors qu'Elisabeth, sa parente, longtemps tenue pour stérile, va, elle aussi, donner naissance à un fils « conçu dans sa vieillesse » (v.36). C'est un encouragement pour Marie. Oui, vraiment, il se vérifie ici encore que « rien ne sera impossible à Dieu » (Gen. 18 : 14 ; Ps. 135 : 6) !



La visite de Marie à Elisabeth

            Marie est consciente de la grandeur des révélations reçues. Mais elle éprouve sans doute le besoin d'un soutien moral, face à l'opprobre qui l'attend (Matt. 1 : 19). Elle se rend donc en hâte « au pays des montagnes » dans une région où se trouve en particulier Hébron, pour y rejoindre Elisabeth, qui vient de faire des expériences analogues. Elle sait qu'elle pourra partager son expérience spirituelle et qu'elles pourront s'encourager chacune par la foi qui est dans l'autre (Mal. 3 : 16). Nos conversations sont-elles ainsi bien orientées, quand nous rencontrons d'autres enfants de Dieu ?

            « Et il arriva comme Elisabeth entendait la salutation de Marie, que le petit enfant tressaillit dans son ventre » (v. 41). C'était une réponse mystérieuse, involontaire du précurseur, encore à naître, à l'approche du Messie, lui aussi si près de venir comme un homme parfait sur cette terre. « Le petit enfant a tressailli de joie », affirme Elisabeth. Elle est remplie de l'Esprit Saint : il gouverne les paroles et les actesde cette femme, la seule dont le Nouveau Testament relève qu'elle soit ainsi remplie de l'Esprit.

            Aussi sa salutation à Marie est-elle inspirée lorsqu'elle s'écrie, avec humilité : « Tu es bénie entre les femmes, et bénie est le fruit de ton ventre ! Et d'où me vient ceci que la mère de mon Seigneur vienne vers moi » ? (v. 42-43). Elle réalise que Marie a reçu une bénédiction toute particulière, celle de donner le jour au Sauveur du monde.

            Il n'y a pas trace de jalousie chez Elisabeth, il n'y a place dans son coeur que pour la joie et la louange ! Elle se réjouit que cet autre enfant à naître sera, comme elle l'appelle, son Seigneur. Elle déclare Marie bienheureuse d'avoir cru : « car il y aura un accomplissement des choses qui lui ont été dites de la part du Seigneur » (v. 45). Elisabeth a conscience de la situation d'une façon tout à fait extraordinaire, étant donné le mystère qui entourait tous ces événements (voir aussi 2 : 19). Elle n'accueille pas Marie avec scepticisme, elle comprend la réaction de son propre enfant dans son sein. Elle semble parfaitement saisir toute l'importance de cet enfant que Marie allait avoir. Nul doute que cette compréhension profonde doit être attribuée à l'oeuvre du Saint Esprit dont elle est remplie.

            Marie lui répond : « Mon âme magnifie le Seigneur et mon esprit s'est réjoui en Dieu mon Sauveur, car il a regardé l'humble état de son esclave » (v. 46-48). Malgré l'honneur exceptionnel que Dieu lui fait, Marie reste à sa place. Que penser du culte dont elle est malheureusement devenue l'objet dans la chrétienté ?

            « Le Puissant m'a fait de grandes choses et son nom est saint » (v. 49). Dans son cantique elle affirme que Dieu « a rempli de biens ceux qui avaient faim et il a renvoyé les riches à vide » (v. 53). Il renvoie à vide seulement ceux qui sont remplis d'eux-mêmes.

            Ces deux femmes pieuses qu'unissaient une même foi, une même espérance, un même amour restent alors trois mois ensemble.



La naissance de Jean et le cantique prophétique de Zacharie

            Elisabeth met au monde celui qui deviendra le prophète du Très-haut (v. 76). Les voisins et les parents se réjouissent avec elle à la fête qui a lieu lors de la circoncision, le huitième jour (Gen. 17 : 12). Ils tiennent pour acquis qu'il portera le nom de son père, car les Juifs tiennent beaucoup à conserver de père en fils le nom de la famille et celui de la tribu. Or Elisabeth, sa mère déclare fermement : « Non, mais il sera appelé Jean » : elle connaît la recommandation divine faite par l'ange à Zacharie (v. 13, 60).

            Dépités, les membres de la famille demandent au père de se prononcer. Il prend des tablettes et il écrit : « Jean est son nom » (v. 63), ce qui signifie «  faveur de l'Éternel ».

            En agissant de la sorte, Zacharie montre sa foi. Aussitôt, l'usage de la parole lui est rendu : ses premiers mots sont pour louer et bénir le Seigneur. Il est lui aussi « rempli de l'Esprit saint et prophétise » (v. 67). Il célèbre la grande délivrance que l'Eternel a accordée à son peuple, considérant même qu'elle est déjà accomplie ! Il « nous a suscité une corne (image de la force) de délivrance dans la maison de David, son serviteur selon ce qu'il avait dit par la bouche de ses saints prophètes » (v. 69-70 : Act. 3 : 20-21).

            Combien notre cantique, en tant que rachetés du Seigneur, devrait être plus élevé encore ! Dieu nous a délivré par la venue de Christ sur cette terre et son oeuvre à la croix.. Il ne s'agissait pas d'ennemis terrestres, mais de nous arracher au pouvoir de Satan, dont nous étions « justement captifs » (Es.49 : 24). Ainsi libérés, sauvés, notre privilège est de servir « le Seigneur sans crainte, en sainteté et en justice devant lui, tous nos jours » (v. 74).

            Zacharie annonce ensuite que le petit enfant qui vient de naître « sera appelé prophète du Très-haut » (v. 76). Il avait déjà été instruit sur la nature du ministère de Jean (v. 13-17) et rappelle maintenant avec foi devant tous qu'il « ira devant la face du Seigneur pour préparer ses voies, pour donner la connaissance du salut à son peuple, dans la rémission des péchés » (v. 76-77 ; Matt. 11 : 9-10).
            Evoquant « les entrailles de miséricorde de notre Dieu », Zacharie affirme que si «  l'Orient d'en haut nous a visités », c'est « afin de luire à ceux qui sont assis dans les ténèbres et dans l'ombre de la mort, pour conduire nos pieds dans le chemin de la paix » (v. 78-79).

            Au temps d'Ezéchiel, la gloire avait quitté Jérusalem à regret, en direction de l'Orient (Ezé. 10 : 4, 18-19 ; 11 :23). Adorable mystère, cette gloire divine revient visiter le peuple captif et misérable. Ce n'est plus cette fois sous l'aspect d'une nuée éblouissante mais sous les traits d'un petit enfant qui va naître (2 : 7).

            Jean, retiré depuis sa jeunesse dans les déserts, se hâtera, le moment venu, de remplir son office. Il s'écriera en particulier : « Voilà l'Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde » (Jean 1 : 29). Il se présente humblement comme « la voix qui crie dans le désert » (Es.40 : 3) et se déclare indigne de délier la courroie de la sandale de Jésus (Jean 1 : 23-30). 

            La Parole ne parle plus ensuite de ce couple mais on mesure un peu la grâce que le Seigneur leur a accordée, en réponse à leur piété : à propos des trois membres de la famille, il est précisé qu'ils étaient remplis du Saint Esprit ! Comme David, ils ont servi au conseil de Dieu en leur génération (Act. 13 : 36).

            Avons-nous aussi le même saint désir, formé par l'amour pour Christ ?

  Ph L    le 01. 11. 07

Sts. Zechariah & Elizabeth

Zachary was a priest in Jerusalem. He was told by an angel in a vision that he and his wife Elizabeth would have a son and should name him John. When he doubted this, he was struck dumb. After John’s birth, Zachary’s speech was restored. An unverifiable tradition has Zachary murdered in the Temple when he refused to tell Herod where his son John was to be found.
The name Elizabeth, which has been borne by several saints, means in Hebrew “worshiper of God.” All that we know of Elizabeth, wife of Zachary and mother of John the Baptist, is to be found in the book of Luke. A descendant of the priestly line of Aaron, she was a kinswoman—how close we are not told—of the Virgin Mary.
According to the Gospel, Elizabeth had lived a blameless life with her husband in one of the hill-towns of Judea. Having reached an advanced age with her prayers for a son unanswered, she thought that her barrenness was a reproach. One day, while Zachary was serving in the temple, the Angel Gabriel appeared at the right of the altar, and announced that a son would be born to Elizabeth.
It was in the sixth month of her pregnancy that the Virgin Mary came to visit her—a touching and beautiful scene pictured by many great artists. The Angel Gabriel, having lately announced to Mary the destiny that awaited her, also told her that her kinswoman Elizabeth was with child.
The Virgin Mary, eager to share in Elizabeth’s happiness and to confide that she too would bear a child, traveled down the dusty road from Nazareth. On Mary’s arrival, she was amazed when Elizabeth, having foreseen knowledge, greeted her as “mother of my Lord.”
Elizabeth’s salutation was in these words: “Blessed art thou among women and blessed is the fruit of thy womb. And how have I deserved that the mother of my Lord should come to me? For behold, the moment that the sound of thy greeting came to my ears, the babe in my womb leapt for joy. And blessed is she who has believed, because the things promised her by the Lord shall be accomplished.”
The Gospel story tells us further that at Elizabeth’s delivery her friends and neighbors rejoiced with her, and when the child was brought to be circumcised, they were going to call him after his father Zachary, but his mother said, “His name shall be John.”

SOURCE : http://www.ucatholic.com/saints/sts-zechariah-elizabeth/

Elizabeth, Widow, and Zachary, Prophet (RM)

1st century. Elizabeth and Zachary were the parents of John the Baptist, forerunner of Jesus. All we know about them is found in the first chapter of Luke's Gospel. "Both were righteous in the eyes of God, observing all the commandments and ordinances of the Lord blamelessly" (Luke 1:6, NAB). Zachary was a priest of the Old Covenant and Elizabeth was of the family of Aaron. Having reached middle age without the blessing of children, Zachary, while officiating in the temple, had a vision of an angel who told him that his prayers for a son would be answered. Zachary was incredulous. Perhaps to prevent Zachary from sinning against hope, he was struck dumb until the birth of his son who was to be called John, "who shall be filled with the Holy Spirit even in his mother's womb and who should bring back many of the sons of Israel to the Lord their God."



Elizabeth was visited by Mary, the Mother of God, at which time Mary spoke the hymn of praise now known as the Magnificat, although a few manuscripts indicated it was Elizabeth who sang it.

Generally a child is named after a dead relative. This is what Elizabeth and Zachary's friends and neighbors expected. Yet his mother insisted that he was to be named John, and his father wrote that he agreed.

The Canticle of Zachariah or Benedictus is prayed daily by Christians in Morning Prayer. It is a song of high praise:

Blessed be the Lord, the God of Israel.
He has come to His people to set them free.
He has raised up for us a mighty Savior,
born of the house of His servant David.
Through His holy prophets He promised of old
that He would save us from our enemies,
from the hands of all who hate us.
He promised to show mercy to our fathers
and to remember His holy covenant.
This was the oath He swore to our father Abraham:
to set us free from the hands of our enemies,
free to worship Him without fear,
holy and righteous in His sight
all the days of our life.
You, my child, shall be called the prophet of the Most High;
for you will go before the Lord to prepare His way,
to give His people knowledge of salvation
by the forgiveness of their sins.
In the tender compassion of our God
the dawn from on high shall break upon us,
to shine on those who dwell in darkness and the shadow of death,
and to guide our feet into the way of peace

 (Luke 1::68- 79).

Tradition, supported by Saint Basil and Cyril of Alexandria, asserts that Zachary died a martyr, killed in the Temple "between the porch and the altar" by command of Herod, because he refused to disclose the whereabouts of his son. The Roman Martyrology does not report this incident (Attwater, Benedictines, Bentley, Delaney, Encyclopedia, Farmer, White).
SOURCE : http://www.saintpatrickdc.org/ss/1105.shtml

In art, Elizabeth is shown clad as an elderly lady, holding the infant John the Baptist (anonymous Russian icon); or pregnant and greeting the Virgin Mary (Piero di Cosimo; Marx Reichlich). Zacharias (anonymous Russian icon) is generally pictured as an old priest with a censer and Saint Elizabeth nearby. Sometimes he is shown in scenes of the birth and childhood of Saint John the Baptist (Roeder), or holding a lighted taper (White).




Elizabeth

("God is an oath" — Exodus 6:23).

Zachary's wife and John the Baptist's mother; was "of the daughters of Aaron" (Luke 1:5), and, at the same time, Mary's kinswoman (Luke 1:36), although what their actual relationship was, is unknown. St. Hippolytus (in Niceph. Call., Hist. Eccles., II, iii) explains that Sobe and Anna, their mothers, were sisters, and that Sobe had married a "son of Levi". Whether this indication, probably gathered from some apocryphal writings, and later on adopted by the compilers of the Greek Menologium, is correct, cannot be ascertained. Elizabeth, like Zachary, was "just before God, walking in all the commandments and justifications of the Lord without blame" (Luke 1:6). She had been deprived, however, of the blessings of motherhood until, at an advanced age, a son was promised her by the Angel Gabriel (Luke 1:8-20). When, five months later, Elizabeth was visited in her home by the Virgin Mary, not only was her son sanctified in her womb, but she herself was enlightened from on high to salute her cousin as "the mother of my Lord" (Luke 1:43). According to some modern critics, we should even attribute to her the canticle "Magnificat". After the birth and circumcision of John the Baptist, the Gospels do not mention Elizabeth any more. Her feast is celebrated on 8 September by the Greeks, and 5 November in the Latin Church.

Souvay, Charles. "Elizabeth." The Catholic Encyclopedia. Vol. 5. New York: Robert Appleton Company, 1909. 5 Nov. 2015<http://www.newadvent.org/cathen/05387b.htm>.

SOURCE : http://www.newadvent.org/cathen/05387b.htm

St. Elizabeth, Mother of St. John the Baptist

Commemorated on September 5

The Righteous Elizabeth was the mother of the holy Prophet, Forerunner and Baptist of the Lord, John. She was descended from the lineage of Aaron, and was the sister of St. Anna, the mother of the Most Holy Theotokos. The righteous spouses, “walking in all the commandments of the Lord” (Luke 1:6), suffered barrenness, which in those days was considered a punishment from God. When Elizabeth gave birth to a son, through the inspiration of the Holy Spirit, she announced that his name was John, although no one in their family had this name. When Elizabeth’s husband, Zachariah (who had been rendered mute), was asked what the child’s name was, he wrote “John” on a tablet. Immediately, the gift of speech returned to him, and inspired by the Holy Spirit, he began to prophesy about his son as the Forerunner of the Lord.

When King Herod heard from the Magi about the birth of the Messiah, he decided to kill all the infants up to two years of age, hoping that the new-born Messiah would be among them. Herod knew about John’s unusual birth and he wanted to kill him, fearing that he was the foretold King of the Jews. But Elizabeth hid herself and the infant in the hills. The murderers searched everywhere for John. When she saw their pursuers, Elizabeth began to implore God for their safety, and the hill opened up and concealed her and the infant from harm. Shortly thereafter, Zachariah was serving in the Temple when soldiers entered and tried in vain to learn from him the whereabouts of his son. Refusing to betray this information, Zachariah was murdered. Elizabeth died forty days after her husband, and St. John dwelt in the wilderness until he appeared to the nation of Israel.

Troparion (Tone 2) –

The memory of Your prophets Zachariah and Elizabeth
We celebrate today, O Lord
By their prayers, we beseech You.
O Christ God, save our souls!

Kontakion (Tone 4) –

As the full moon brightly reflects the light of the sun,
you reflected the glory of the Messiah, the Light of wisdom!
With Zachariah you walked in all of the Lord¹s commandments, Elizabeth, beloved by God.
So as we bless you with fitting songs,
we praise the Lord, the bountiful Light, Who enlightens all.

By permission of Orthodox Church in America (www.oca.org)