samedi 17 août 2013

Saint MAMAS, martyr


Saint Mamas était originaire de Gangres en Paphlagonie (Asie-Mineure). Ses parents, Théodote et Rufine étaient de fidèles Chrétiens et des confesseurs de la foi. Ils furent capturés par les païens et emprisonnés, car ils refusaient de renier le Christ. C'est dans le cachot même que Mamas vit le jour en 260. Or ses deux parents trouvèrent la mort en prison, et le petit orphelin fut adopté par une pieuse femme du nom d'Ammiane1. Comme en balbutiant il appelait souvent sa mère adoptive, on le surnomma Mamas.

Parvenu à l'âge de quinze ans, Mamas fut à son tour capturé par les troupes impériales pour avoir refusé de sacrifier aux idoles, conformément aux saintes prescriptions que lui avait laissées Ammiane avant de mourir, et pour avoir entraîné ses compagnons à suivre son vaillant exemple. Il fut d'abord livré à Démocrite, le gouverneur de Césarée de Cappadoce, puis il comparut devant l'empereur Aurélien lui-même. Le tyran essaya d'abord de convaincre le jeune et fragile garçon par des paroles doucereuses et flatteuses; mais il trouva l'âme de Mamas plus solide que le diamant et plus brûlante de zèle divin que la fournaise la plus ardente. Aurélien se prit alors de colère de voir ainsi un enfant lui tenir tête, à lui le souverain de la plus grande partie du monde. Il le livra à de cruelles tortures: fouets, coups, bastonnades. Pensant que la souffrance avait vaincu Marnas, il lui dit: «Dis seulement que tu as sacrifié aux idoles et cela suffit pour que je te libère».

Mamas répondit: «Ni du coeur, ni même des lèvres, je ne renierai le Christ mon Sauveur, ô Empereur: je te remercie au contraire de me permettre par ces supplices d'aimer davantage et de m'unir au Christ mon Roi, qui a souffert pour mon salut». On lui brûla ensuite tout le corps avec des torches allumées, on lui frappa les membres à coups de pierres, puis on le jeta à la mer après lui avoir attaché une lourde boule de plomb au cou. Mais il fut miraculeusement délivré par un Ange de Dieu, qui le transporta sur une haute montagne surplombant la ville de Césarée. Il vécut là, en glorifiant Dieu par la prière ininterrompue, en compagnie de bêtes sauvages qui lui offraient leur lait en nourriture. Quelque temps plus tard, fortifié par un signe divin, il descendit de lui-même se livrer à Alexandre, le nouveau gouverneur de Cappadoce. Il fut soumis à de nouvelles tortures, qui n'eurent pour seul effet que de montrer avec plus d'éclat la présence de la grâce de Dieu dans son âme et dans son corps. On le jeta dans une fournaise ardente, où il resta, tel les trois enfants hébreux dans la fournaise de Babylone, à chanter la gloire de Dieu, protégé de la morsure des flammes par une rosée divine. Finalement, les soldats lui percèrent les entrailles avec une fourche, et Marnas trouva la force de sortir de la ville avant de rendre son âme à Dieu. On entendit une vois venue d'en haut qui appelait le Saint à venir se reposer de ses labeurs dans les demeures éternelles.
1. Selon d'autres, Matrone.




Saint-Mamas est né au troisième siècle en Paphalagonia en Asie. On dit qu’il a été ermite à Chypre. Il a refusé de payer des impôts aux autorités byzantines et fut appelé à Constantinople pour s'expliquer. Sur son chemin un lion et un agneau (avec lesquels on fait la plupart du temps son portrait) entrent dans l'histoire, mais comment précisément, ce n’est pas très clair. L'image de Saint-Mamas sur le dos du lion sert à nous rappeler à la manière symbolique de la théologie de l'Eglise orthodoxe comment celle-ci conçoit la création et la place de l'homme qu’il y occupe en tant que partie de celle-ci. L'icône de Saint-Mamas le montre. Nous représentant tous, il monte le lion affirmant ainsi la domination sur l’animal comme sur toute la création cependant que l'agneau dans ses bras, témoigne que nous sommes simplement gérants des choses vivantes. Est ici représentée l'unicité de l'humanité avec toute la création dont l'humanité est le gardien. La cosmologie de l'Église orthodoxe telle qu’illustrée sur l'icône de Saint-Mamas est mise à rude épreuve en ces temps où le pillage et l'exploitation effrénée des ressources de la terre pour le bénéfice de quelques uns et à l'exclusion du plus grand nombre et des générations futures est la norme. La généreuse tradition au sein de la chrétienté orientale a toujours enseigné la sacralité du monde et de l'interdépendance de l'humanité avec toute vie.
Bien que ses reliques aient pris le chemin de la France au 8ème siècle et que l'Eglise le considère officiellement comme le saint patron des bergers, des orphelins et des victimes de la torture, à Chypre, où il est mieux connu et où il y a 14 églises qui lui sont consacrées, il est affectueusement considéré à ce jour comme celui qui garde le peuple chypriote et en prend soin. Il est aussi le saint patron des fraudeurs du fisc ! En effet on raconte que St Mamas ayant été sommé de payer l'impôt par le gouverneur de l'époque refusa de s'acquitter des taxes en déclarant qu'il habitait une grotte  non imposable. Le gouverneur envoya donc deux soldats pour l'emmener en prison et ce serait sur le chemin qu'ils auraient fait la rencontre terrible du fameux lion des griffes duquel St Mamas aurait soustrait l'agneau. Les soldats furent terrifiés mais St Mamas aurait chevauché le fauve et prenant l'agneau dans ses bras il aurait poursuivi sa route avec à sa suite les soldats sidérés.Un tel prodige valut à St Mamas à son arrivée en ville d'être totalement exempté de tout impôt.
Le monastère, retiré tout en haut de la montagne sur Kasos, qui lui est dédié, bénéficie d'une situation spectaculaire dans les rochers du côté sauvage du sud de l'île. 

Au cours de la fête annuelle de Saint-Mamas le monastère habituellement déserté éclate de vie. Des plats traditionnels sont préparés dans les cuisines et musique et danse se prolongent jusqu’au petit matin.



St. Mamas

St. Mamas (second century) is ranked by the Greeks among the great martyrs. Born in prison to parents who had been jailed because they were Christian, Mamas became an orphan when his parents were executed. After his parents’ death, Mamas was raised by a rich widow named Ammia, who died when he was 15 years old.

Mamas was tortured for his faith by the governor of Caesarea and was then sent before the Roman Emperor Aurelian, who tortured him again. The Mamas legend states that an angel then liberated him and ordered him to hide himself on a mountain near Caesarea.

Mamas was later thrown to the lions, but managed to make the beasts docile. He preached to animals in the fields, and a lion remained with him as companion. Accompanied by the lion, he visited Duke Alexander, who condemned him to death. He was struck in the stomach with a trident. Bleeding, Mamas dragged himself to a spot near a theater before his soul was carried into heaven by angels.
The center of his cult was situated at Caesarea before shifting to Langres when his relics were brought there in the 8th century. The Cathédrale Saint-Mammès, in Langres, is dedicated to him. Mamas is the chief patron of the diocese.

Saint Mamas is also a popular saint in Lebanon with many churches and convents named in his honor. He is the patron saint of Deir Mimas in Lebanon and of Kfarhata, which is adjacent to Zgharta. The Church of Saint Mamas Church in Ehden was built in 749 A.D. and is one of the oldest Maronite Catholic churches in Lebanon. Lebanon is also home to the Saint Mamas Church of Baabdat, which was built in the 16th century.


Saint Mamas

Also known as
Mammas

Mamans
Memorial
Profile
Shepherd. Preached to the animals in the fields; they gathered around to hear the good news, and a lion stayed with him as a protector. The lion accompanied him when he was examined in the persecutions of Aurelian. Martyr.
Died

relics translated to Langres, France in the 8th century
Patronage