mardi 29 décembre 2015

Saint DAVID, roi et prophète


Le Caravage (1606-1607). David tenant la tête de Goliath

Saint David

Fils de Jessé, roi de Juda et d'Israël, ancien testament (10ème s. av JC.)

Les Églises d'Orient célèbrent le saint roi-poète qui est la figure messianique du Christ, et dont les psaumes sont la base même de la prière liturgique depuis des millénaires. Après avoir gravement offensé la loi divine, il manifesta un repentir exemplaire.

Commémoraison de saint David, roi et prophète. Fils de Jessé le Bethléémite, il trouva grâce devant Dieu et reçut l’onction sacrée du prophète Samuel pour régner sur le peuple d’Israël; il fit venir dans la cité de Jérusalem l’arche de l’alliance du Seigneur et le Seigneur lui-même lui jura bientôt que sa descendance demeurerait à jamais, du fait que le Christ Jésus naîtrait de sa lignée selon la chair. Il se coucha avec ses pères à un âge avancé vers 972 avant le Christ.



Le Guerchin (Giovanni Francesco Barbieri). Le roi David, 1768


La prière du peuple de Dieu va s’épanouir à l’ombre de la Demeure de Dieu, l’arche d’Alliance et plus tard le Temple. Ce sont d’abord les guides du peuple  – les pasteurs et les prophètes –  qui lui apprendront à prier. Samuel enfant a dû apprendre de sa mère Anne comment "se tenir devant le Seigneur" (cf. 1 S 1, 9-18) et, du prêtre Eli, comment écouter Sa Parole : "Parle, Seigneur, car ton serviteur écoute" (1 S 3, 9-10). Plus tard, lui aussi connaîtra le prix et le poids de l’intercession : 

"Pour ma part, que je me garde de pécher contre le Seigneur en cessant de prier pour vous et de vous enseigner le bon et droit chemin" (1 S 12, 23).


     David est par excellence le roi "selon le cœur de Dieu", le pasteur qui prie pour son peuple et en son nom, celui dont la soumission à la volonté de Dieu, la louange et le repentir seront le modèle de la prière du peuple.

     Oint de Dieu, sa prière est adhésion fidèle à la Promesse divine (cf. 2 S 7, 18-29), confiance aimante et joyeuse en Celui qui est le seul Roi et Seigneur.

     Dans les Psaumes David, inspiré par l’Esprit Saint, est le premier prophète de la prière juive et chrétienne. La prière du Christ, véritable Messie et fils de David, révèlera et accomplira le sens de cette prière.

     Le Temple de Jérusalem, la maison de prière que David voulait construire, sera l’œuvre de son fils, Salomon. La prière de la Dédicace du Temple (cf. 1 R8, 10-61) s’appuie sur la Promesse de Dieu et son Alliance, la présence agissante de son Nom parmi son Peuple et le rappel des hauts faits de l’Exode.

     Le roi élève alors les mains vers le ciel et supplie le Seigneur pour lui, pour tout le peuple, pour les générations à venir, pour le pardon de leurs péchés et leurs besoins de chaque jour, afin que toutes les nations sachent qu’il est le seul Dieu et que le cœur de son peuple soit tout entier à Lui.

SOURCE : http://cursillos.ca/catechisme/cat1113.htm
L’histoire d’un roi très croyant
qui avait négligé ses prières

Dans le livre du Prophète Shemouél, on peut lire  le commencement, pas ordinaire, de cette histoire: le choix inattendu d’un jeune berger appelé à succéder à Shaoul, lequel fut  premier roi régnant en Israël. Il s’agit de David, le  personnage biblique de  l’Ancienne Alliance sur qui  le Livre sacré nous fournit le plus de détails -  sur  son histoire édifiante et quelques fois fort  tumultueuse. À preuve...

 Le prophète Shemouél était parti en quête d’un successeur pour le roi Shaoul tombé en disgrâce devant le Très-Haut.  Évidemment, le roi n’en  savait rien, sinon la démarche  du  vieux prophète n’aurait pas fait long feu. On ne change pas de roi comme on change de chemise... si ce n’est par un  coup d’état, ce dont Shemouél  n’avait nullement envie. Shemouél agissait toujours avec la patience et la discrétion de l’Esprit. Or l’Esprit, ce jour-là, le conduisit au patelin de Béit-Lèhèm où habitait un propriétaire terrien du nom de Ishaï. Shemouél confia son dessein au seigneur du lieu qui appela ses fils. Il en avait huit, dont sept en âge de prendre des responsabilités;  le septième n’était qu’un gamin qu’il laissa au champ pour garder le troupeau.  Le Prophète se mit en prière et exerça son discernement sur les sept grands gars d’Ishaï;  mais il n’en trouva aucun marqué de  l’Esprit. On appela donc le petit dernier et Shemouél le sacra roi dans le plus grand secret. 

  David était un bel adolescent roux d’une quinzaine d’années. On le mit au courant de sa mission: aller vivre, plutôt incognito,  à la cour du roi. Comme il était artiste, chantait bien, touchait la lyre et composait des mélodies, il serait facile de trouver un poste auprès de Shaoul. Cependant, déjà sacré  par le Prophète,  il ne devait  rien  laisser transpirer  du projet de son Elohîm. Le secret ainsi gardé, le Seigneur lui révélerait à quel moment  se faire connaître comme nouveau roi en Juda.

  Selon le Livre sacré, l’esprit de Dieu s’était retiré de Shaoul, et un esprit mauvais le tenaillait, lui causait des terreurs inexplicables. Un serviteur convia David en présence du roi pour  jouer de la lyre et calmer  son esprit tourmenté. En entendant la musique de David, Shaoul éprouvait  un grand soulagement. Aussi, dit le Livre, “Shaoul se prit d’une grande affection pour lui et David devint son   écuyer”. Durant des années, David fut appliqué au service du roi. Il se lia d’une grande amitié avec Iehonatân, fils de Shaoul, qui s’attacha de même à lui et l’aima de tout son être. Plus tard, quand  Iehonatân mourra au combat, au côté de Shaoul,  David pleurera son chagrin en  composant une élégie à la mémoire de Shaoul et de Iehonatân; de ce dernier il chantera: “Je suis en détresse pour toi, mon frère Iehonatân, si exquis pour moi! Ton amour m’était merveilleux plus qu’un amour de femme”. De plus, David épousa Milka, la fille du roi; elle fut la première d’une longue série d’épouses que David accueillera dans son palais.

  Un jour, comme écuyer du roi, David se lança, seul,  à l’attaque du géant Goliat, le vaillant des Pelishtîm, qui terrorisait Israël. Au nom de Yahvé Sabaot,  il le tua d’une pierre de sa fronde et lui trancha la tête. Cet événement enchanta le peuple qui acclama le jeune David. Dès lors, le roi  Shaoul commença de jalouser son écuyer. Et, très rapidement,  la vie se compliqua pour David qui devait fuir continuellement la présence du roi.  Celui-ci  forma même le projet de le faire périr. Iehonatân et  Milka aidèrent David  à  échapper au piège.

  David devint un homme de guerre, toujours doublé du poète qui chantait par des psaumes la gloire du Très-Haut. Il avait  gardé son coeur d’enfant, de petit berger qui tendrement protégeait et conduisait  son troupeau. Il se tenait en présence du  Dieu qui l’assistait en toutes ses entreprises.

  Quand il succéda à Shaoul, décédé aux mains des Pelishtîm, il régna sept ans sur Iehouda, siégeant à Hèbrôn,  tandis qu’un fils de Shaoul, Ishbaal,  fut sacré  roi en Israël. Puis, une guerre se déclara entre les deux royaumes, où David vainquit Abner,  chef d’armée du roi d’Israël. Après cette victoire, qui fut suivie des meurtres d’Abner et d’Ishbaal, les chefs des tribus d’Israël joignirent David à Hèbrôn et le reconnurent comme leur roi. La Bible nous dit: “David avait trente ans à son avènement et il régna quarante ans. À Hèbrôn, il régna sept ans et six mois sur Iehouda; à Ieroushalaîm, il régna trente-trois ans sur tout Israël et Iehouda”.  De fait, après sa victoire sur Israël, David partit en guerre contre les Iebussîm, s’empara de Ieroushalaîm dont il fit la capitale du royaume uni. Le prophète Natân le bénit au nom de Yahvé et lui assura une descendance à jamais: “Ta maison et ta royauté subsisteront à jamais devant moi, ton trône sera affermi à jamais”. David n’avait que trente ans et louait Dieu de tout ce qu’il lui avait permis de vivre en si peu d’années. Parfois, il se demandait s’il rêvait ou si c’était bien vrai! Il faisait à Dieu cette prière, conservée au Livre sacré: “Qui suis-je, Seigneur Adonaï, et quelle est ma maison pour que tu m’aies mené jusque-là? Mais cela est encore trop peu à tes yeux, Seigneur Adonaï, et tu étends aussi tes promesses à la maison de ton serviteur pour un lointain avenir...”

  L’unification du Royaume constitua un événement majeur dans l’histoire du  peuple élu; mais aussi un tournant, un peu tragique, dans la vie de David. Il commença à prospérer, à sentir qu’il était  “maître après Dieu”. Et il lui arrivait d’oublier le “après Dieu”!  Il organisa le royaume, avec l’aide des sages de ce temps qui étaient  plus “hommes politiques” que “hommes de l’Esprit”. Ils se prit à leur jeu, et se référa de moins à moins à l’Esprit de son Elohîm pour prendre des décisions: constructions, armées, guerres, annexions, relations diplomatiques, mariages d’état en série, etc. Ce qui, peu à peu, l’emporta dans son esprit et guida sa politique royale, ce fut l’efficacité, la possession,  le pouvoir. Le royaume marcha si bien que David pensa de moins en moins à recourir à son Seigneur:  il en vint  à négliger ses prières!  Mais Dieu l’attendait au détour... 

  Moins enclin à prier son Seigneur, David laissait  facilement errer son esprit où il ne devait pas. Il commit une imprudence glissante en examinant, de sa terrasse et avec convoitise, la très belle Bat-Shèba, épouse de son voisin Ouryah. Il succomba même au désir d’avoir une relation avec elle, et elle devint enceinte. Alors, comme allant de soi, David s’arrangea pour liquider l’époux gênant, l’envoyant au front d’un combat perdu d’avance. Puis, tout bonnement,  il fit entrer Bat-Shèba dans son harem... Il pensait que l’histoire finirait là, qu’on n’en parlerait plus et que tout rentrerait dans l’ordre. Mais Dieu veillait sur son David d’autrefois, si croyant, fidèle et  pieux. Il lui fit la grâce d’un prophète pour le tirer de son errement qui risquait de l’encroûter à jamais. Natân, qu’il aimait bien, vint lui conter l’histoire d’un homme riche, aux troupeaux fabuleux, qui prit  à un indigent la seule petite brebis qu’il possédait et faisait reposer sur con coeur. Le Livre raconte que David entra en grande colère contre cet homme et dit à Natân: “Aussi vrai que Yahvé est vivant, l’homme qui a fait cela mérite la mort!...” Quand David eut fini de se vider le coeur et d’exprimer sa profonde indignation devant telle injustice, le Prophète lui dit: “Cet homme, c’est toi!”

Ce fut un réveil brutal pour David. Il pleura amèrement et pria la très  belle prière que l’on prie  au Livre des Psaumes; il la composa, dit le Livre, “quand Natân, l’inspiré, vint à lui parce qu’il était allé vers Bat-Shèba”. La prière de l’Église récite souvent ce qu’on a appelé le  Miserere, et que des poètes musiciens ont mis en musique. Laissez chanter cette belle prière dans votre coeur.

Pitié pour moi, ô Dieu, dans ta bonté,
en ta grande tendresse efface mon péché,
lave-moi de toute malice
de ma faute purifie-moi.
Car mon péché, moi, je le connais,
ma faute est devant moi sans relâche;
contre toi, toi seul, j’ai péché,
ce qui est mal à tes yeux, je l’ai fait.
Ainsi tu es juste quand tu prononces,
sans reproche quand tu juges.
Vois: mauvais je suis né,
pécheur ma mère m’a conçu.
Mais tu aimes la vérité au fond de l’être,
instruis-moi des profondeurs de la sagesse.
Purifie-moi avec l’hysope: je serai net;
lave-moi: je serai plus blanc que neige.
Rends-moi le son de la joie et de la fête,
et qu’ils dansent les os que tu broyas!
Détourne ta face de mes fautes,
efface de moi toute malice.
O Dieu crée pour moi un coeur pur,
restaure en ma poitrine un esprit ferme;
ne me repousse pas loin de ta face,
ne retire pas de moi ton esprit saint.
Rends-moi la joie de ton salut,
assure en moi un esprit magnanime;
aux pécheurs j’enseignerai tes voies.
à toi se rendront les égarés.
Affranchis-moi du sang, Dieu de mon salut,
et ma langue acclamera ta justice;
Seigneur, ouvre mes lèvres,
et ma bouche publiera ta louange.
Tu ne prendrais aucun plaisir au sacrifice;
si j’offre un holocauste, tu n’en veux pas.
Mon sacrifice, c’est un coeur brisé;
d’un coeur brisé, broyé, tu n’as point de mépris...

               Amis, ce que je vous ai raconté là, n'est pas un conte, mais une histoire vraie. Le roi David recouvrit son coeur d’enfant de Dieu. Il fut, par la suite de son long règne,  un roi modèle que l’on présenta toujours comme tel à la postérité: tous les rois qui suivirent furent jugés à  l’aune du roi David. Pareillement, on attendit toujours le Messie à venir comme “fils de David” qui devait à naître à Béit-Lèhèm  de Iehouda,  la ville du saint Roi David.

Lectures 
     Bible - I Samuel chapitres 16 à 31; II Samuel chapitres 1 à 24; I Rois chapitres 1 et 2; I Chroniques     chapitres 3, 11 à 29.
Autre - Carlo María Martini, David, pecador y creyente. Éd. Sal Terrae, 1989.


SOURCE : http://www.jesuites.org/content/l%E2%80%99histoire-d%E2%80%99un-roi-tr%C3%A8s-croyant-qui-avait-n%C3%A9glig%C3%A9-ses-pri%C3%A8res


Onction de David par Samuel, fresque sur bois, Synagogue de Doura Europos, Syrie, IIe siècle

LA VIE DE DAVID (1)


           1 - L'appel de David : (1 Sam. 16 : 1-13)
           2 - David en public
                       2.1 : Goliath (1 Sam. 17)
                       2.2 : A la cour (1 Sam. 18 ; 19 : 1- 18)
           3 – David au désert : (1 Sam. 22)
           4 - Les expériences des années d'exil : (1 Sam. 23 – 31)
                       4.1 : L'hostilité des hommes
                       4.2 : Les délivrances de Dieu
                       4.3 : Amis et compagnons 
                       4.4 : La communion avec Dieu
                       4.5 : Fautes et restauration

            L'histoire de David occupe dans la Bible plus de place qu'aucune autre (environ 60 chapitres), sauf celle du Seigneur Jésus lui-même (89 chapitres des évangiles). C'est dire l'importance que la vie de cet homme de foi tient dans la révélation divine. Type remarquable de Christ, soit dans plusieurs parties de son histoire, soit à travers les Psaumes, il nous est pourtant présenté aussi comme « un homme ayant les mêmes passions que nous ». C'est même une preuve interne bien évidente de l'inspiration divine des Ecritures que les fautes d'un serviteur aussi en vue, et même des fautes graves, ne soient ni cachées, ni voilées.
            Nous retiendrons essentiellement les enseignements pratiques qui découlent de la vie de David :
            - la foi qui, dès sa jeunesse, a été le ressort de sa marche
            - la discipline à laquelle il a été soumis, afin que soit formé l'instrument qui, « en sa propre génération, a servi au  conseil de Dieu » (Act. 13 : 36)
            - la responsabilité qui, sous le gouvernement de Dieu, restait attachée à ses actes, et leurs conséquences
            - sa vie de famille qui n'a pas été à la hauteur de sa jeunesse et de sa vie intérieure
            - les dernières paroles de l'homme « selon le coeur de Dieu » (Act. 13 : 22).

LES ANNÉES DE FORMATION

1 - L'appel de David : (1 Sam. 16 : 1-13)

            Rejeté par Dieu, Saül régnait encore jusqu'au moment où, dans son gouvernement, l'Eternel le mettrait de côté. N'avait-Il pas déjà choisi et désigné celui qui le remplacerait, un roi pour Lui ? (1 Sam. 16 : 3). Les hommes forment, puis appellent à un poste, selon les qualifications et les connaissances du candidat. Mais Dieu qui seul connaît les coeurs, appelle d'abord. Si l'on est décidé par la foi à répondre et à se mettre à sa disposition (le jeune Esaïe disait : « me voici, envoie-moi » - Es. 6 : 8), alors Il forme et prépare par la discipline pour l'activité qu'Il veut confier ensuite.
            Samuel, regardant à l'apparence des fils d'Isaï, voulait choisir Eliab, mais le Seigneur lui dit cette parole toujours valable : « l'Eternel ne regarde pas à ce à quoi l'homme regarde, car l'homme regarde à l'apparence extérieure, et l'Eternel regarde au coeur » (1 Sam. 16 : 7). Le prophète oint alors le jeune homme qui n'avait même pas été invité à la fête !
            Beaucoup d'autres furent appelés bien avant le début de leur activité publique. Il a fallu que Moïse passe quarante ans au désert avant d'être apte à conduire Israël. Elie, à Kerith et à Sarepta, devait apprendre les leçons divines avant de se rendre au Carmel. Paul, « inconnu de visage aux assemblées » (Gal. 1 : 11-24), a dû franchir plusieurs étapes  avant que le Saint Esprit le mette à part « pour l'oeuvre à laquelle Il l'avait appelé » (Act. 13 : 2).
            Après avoir été oint par Samuel, David a continué à « paître le menu bétail » de son père : c'est la première chose qui nous est dite de lui (1 Sam. 16 : 11), elle marquera toute sa carrière. Avant de devenir le berger d'Israël, il a dû apprendre à soigner le troupeau de Bethléem, à délivrer la brebis que le lion emportait, en s'exposant lui-même à ses coups. Dans le secret, il prouva ainsi la valeur qu'avait pour lui un seul agneau (Luc 15 : 3-7) ; par la foi il apprit à triompher de la puissance de l'adversaire (1 Sam. 17 : 37). C'est à partir de telles expériences que furent composés des psaumes qui, comme le 23, depuis tant de siècles, sont l'encouragement et le réconfort de générations successives de croyants. La première étape dans notre propre histoire contient et révèle les qualités principales qui distingueront les étapes successives de notre vie : en conséquence, rien n'est plus important pour le chrétien que l'influence qu'il subit lorsqu'il parcourt cette première étape.
            Souvenons-nous de ce que dit l'apôtre Paul au sujet  des serviteurs : qu'ils « soient premièrement mis à l'épreuve ; ensuite, qu'ils servent, étant trouvés irréprochables » (1 Tim. 3 : 10).
            David a été musicien de Saül ; cependant,  rien n'a changé pour le jeune berger qui « allait et revenait d'auprès de Saül pour paître le menu bétail de son père à Bethléem » (1 Sam. 17 : 15).



2 - David en public :

                        2.1 : Goliath (1 Sam. 17)

            La foi du jeune homme, exercée dans le secret, va être mise à l'épreuve devant tous. Le géant « a outragé les troupes rangées du Dieu vivant » (1 Sam. 17 : 26). Alors que tous s'enfuient devant l'ennemi, David est indigné par les insultes de Goliath et l'opprobre qu'il met sur Israël ; aussitôt, avec l'assurance de la foi, il s'offre pour combattre. Saül de lui répondre : « tu n'es pas capable ». Mais David a la certitude que l'Eternel, qui l'a délivré de la patte du lion et de la patte de l'ours, le délivrera aussi de la main du Philistin. Au moment même de l'attaque, sa foi, affirmée devant Saül, ne fléchira pas.
            Et pour qu'il soit apparent aux yeux de tous que la victoire vient de Dieu, que la bataille est à l'Eternel et que seule la foi compte, David ôte de dessus lui le casque et l'armure dont Saül l'avait revêtu. Alors, d'une seule pierre de fronde, il terrasse le Philistin ; puis, avec la propre épée du géant, il le met à mort, comme le Seigneur a « par la mort, rendu impuissant celui qui avait le pouvoir de la mort, c'est-à-dire le diable » (Héb. 2 : 14).

                        2.2 : A la cour (1 Sam. 18 ; 19 : 1- 18)

            Tout va changer maintenant pour David. Une double épreuve va l'atteindre : la jalousie de Saül, et la popularité.
            Dès que le roi se rend compte que le vainqueur de Goliath pourrait être le rival annoncé par Samuel (1 Sam. 15 : 28 ; 18 : 8-9), il en est jaloux et cherche à le faire périr. Non seulement il ne tient pas ses promesses, ne donnant à David ni sa fille, ni de grandes richesses, mais il abuse de son courage pour tenter de le faire mourir par la main des Philistins. Lorsque David a rempli les nouvelles conditions pour avoir Mérab, elle est donnée à un autre : il doit de nouveau s'exposer, face aux Philistins, pour obtenir Mical.
            Le jeune homme ne regimbe pas : il accepte simplement, « il combat les combats de l'Eternel » (1 Sam. 25 : 28). Lorsqu'à nouveau Saül le prie de jouer de la harpe devant lui, malgré la dangereuse expérience précédente, il accepte au péril de sa vie (1 Sam. 19 : 10). Bel exemple pour nous qui acceptons si difficilement d'être en butte à la jalousie et à l'ingratitude d'autrui.

            Pourtant, à la cour de Saül, David « prospérait ». Il était devenu « gendre du roi », « et son nom fut en grande estime » (1 Sam. 18 : 30). Mais rien ne montre qu'il se soit élevé dans son coeur, au contraire, il reste humble et simple.

            Au lieu de tuer David, comme le roi l'espérait, pourquoi les Philistins n'auraient-ils pas frappé d'emblée Saül lui-même, comme ils le feront plus tard ? Dieu aurait pu le permettre, mais son moment n'était pas encore venu. Avant que David puisse régner, il lui fallait passer par une longue discipline dans les tristesses de la réjection. Il devait être formé pour acquérir les qualités du roi selon Dieu.
            Ce n'est pas sans regrets qu'il s'enfuit de la cour de Saül. Il faut tout quitter : femme, maison, commandement, ressources. Après un premier départ, nous le voyons au chapitre 20 essayant de revenir et cherchant une issue avec Jonathan ; mais Dieu n'en donne pas. Finalement, il doit en pleurant prendre le chemin du désert, quitter son ami et tout ce à quoi il avait pu s'attacher.
           
            La séparation, la fuite, les pleurs, la réjection faisaient partie du plan de Dieu pour son serviteur, afin qu'il apprenne à compter sur Lui seul (Ps. 62), et à se connaître. Au cours d'épreuves successives, s'exprimeront les sentiments que l'Esprit de Dieu produisait dans son âme ; à commencer par le Psaume 59, il nous laissera ces cantiques qui racontent ses propres expériences de foi et de confiance. Quel encouragement et quelle force ont pu y puiser les enfants de Dieu à travers les âges ! Ces psaumes vont même jusqu'à révéler le coeur du Seigneur Jésus lui-même, le vrai Fils de David.

3 – David au désert : (1 Sam. 22)

            David s'enfuit d'abord auprès de Samuel à Rama. « Et ils s'en allèrent lui et Samuel, et ils habitèrent à Naïoth » (1 Sam.19 : 18). Avant les solitudes du désert, Dieu avait voulu ménager une oasis à son jeune serviteur. A Naïoth, il a pu jouir de l'intimité de Samuel. Le jeune homme et le vieillard, le serviteur et le prophète étaient de la même famille ; l'un entrait à l'école de Dieu au moment où l'autre en sortait. Autour d'eux, plusieurs jeunes prophètes s'étaient rassemblés : que d'encouragements David a pu recevoir, mais aussi donner lui-même durant ces jours à l'écart !
            Après les incidents du chapitre 20, David doit fuir à nouveau. Akhimélec, le sacrificateur, ne lui est guère en secours. Il tremble ; David ment en s'adressant au représentant de Dieu ; pourtant la grâce lui fournit nourriture et épée.

            Bien qu'ayant été nourri et armé dans le sanctuaire, David oublie sa confiance en Dieu ; il cherche refuge auprès d'Akish, roi de Gath (1 Sam. 21 : 10). Quelle erreur humiliante ! Il a « très peur » et, pour se tirer de ce mauvais pas, imagine de « faire l'insensé entre leurs mains » (v. 12-13). Ce n'était pas au pays des Philistins que Dieu voulait former son jeune serviteur ; chassé par le roi de Gath, il doit aussitôt quitter ce lieu !
            Humilié, mais restauré, il compose alors deux psaumes  (34 et 56), où malgré sa chute, il peut raconter ce que Dieu a fait pour son âme : « J'ai cherché l'Eternel, et il m'a répondu, et m'a délivré de toutes mes frayeurs. Ils ont regardé vers lui et ils ont été illuminés » (Ps. 34 : 4-5) ; « Tu as délivré mon âme de la mort : ne garderais-tu pas mes pieds de broncher, pour que je marche devant Dieu dans la terre des vivants ? » (Ps. 56 : 13).

            Peu après, il n'a d'autre refuge que la caverne d'Adullam où, accablé et dans la détresse, il reste sans doute quelque temps (1 Sam. 22 : 1). Son unique ressource est de prier : « De ma voix, je crie à l'Eternel ; de ma voix, je supplie l'Eternel. Je répands devant lui ma plainte ; je déclare ma détresse devant lui » (Ps. 142 : 1-2). Personne  ne le reconnaît, ni ne s'enquiert de lui. Tout refuge semble perdu, mais il fait l'expérience merveilleuse que Dieu est tout près : « Quand mon esprit était accablé en moi, toi, tu as connu mon sentier... Tu es mon refuge, ma part dans la terre des vivants » (v. 3, 5).
            Ne valait-il pas la peine de descendre si bas pour faire, comme Job, l'expérience que « Dieu donne des chants de joie dans la nuit » (Job 35 : 10) ? Non seulement des chants de joie, mais aussi des compagnons. David devient un guide pour les pauvres du troupeau, pour ceux qui étaient « dans la détresse, dans les dettes, qui avaient de l'amertume dans l'âme » (1 Sam. 22 : 2). Beau type du Seigneur Jésus, rejeté et méprisé, qui accueille ceux qui reconnaissent leurs misères et leur détresse, et trouvent en lui leur centre et leur force.

4 - Les expériences des années d'exil : (1 Sam. 23 – 31)

                        4.1 : L'hostilité des hommes

            Dans ces années difficiles, l'Eternel a formé son jeune serviteur non seulement dans la communion avec Lui, mais en lui faisant faire l'expérience de ce que sont les hommes.

            La jalousie et la haine de Saül l'ont suivi sans trêve. A peine le roi s'était-il arrêté de le pourchasser, qu'un prétexte surgissait pour recommencer. Il massacre les sacrificateurs dont le chef avait aidé le fugitif ; avec quelle douleur profonde David l'apprend et accueille le jeune Abiathar, seul survivant de sa famille (1 Sam. 22 : 20-23).
            La générosité de David, et sa patience aussi (jusqu'au moment où Dieu le délivrera de son ennemi et le fera roi), ont épargné Saül dans la caverne ; mais, incité par les Ziphiens, celui-ci ne manquera pas, peu après, de poursuivre à nouveau le jeune homme. Alors David montrera à la colline de Hakila ce qui est vraiment dans son coeur : une fois de plus, il épargnera Saül, se confiant en Dieu pour recevoir le trône à son heure. Continuellement, David a rendu le bien pour le mal (1 Sam. 24 : 18).

            A Kehila, David fait l'expérience douloureuse de l'ingratitude des hommes (1 Sam. 23). Au péril de sa vie et de celle de ses compagnons, il délivre la ville. Mais lorsque Saül vient l'y chercher, l'Eternel lui révèle que les habitants de Kehila le livreront en sa main. Que faire, sinon fuir encore ? Il s'en va où il peut, sans se plaindre, sans se venger, sans chercher à faire du tort à ceux qui le repoussent ; il reflète le caractère du Maître bien-aimé qui, lorsque les Samaritains refuseront de Le recevoir dans leur village, s'en ira plus loin (Luc 9 : 52-56).

            A deux reprises (1 Sam. 23 : 19 ; 26 : 1), les Ziphiens montrent leur servilité en révélant à Saül les lieux où David se cache. Ne cherche-t-on pas souvent, même parmi le peuple de Dieu, à gagner l'estime de ceux qui sont considérés, en  rapportant  des choses qui font du tort à nos frères ?

            Auprès de Nabal (1 Sam. 25), David rencontrera le mépris et l'égoïsme hautain qui ne veut rien donner ; cet homme « dur et méchant » refuse son pain, son eau, sa viande à celui qui pourtant a veillé sur ses troupeaux et a protégé ses bergers (1 Sam. 25 : 3, 11). David a supporté la jalousie, la haine, l'ingratitude, la servilité sans se plaindre ; mais ici, méprisé par  Nabal, il désire se venger. Seul Celui qui fut « méprisé et délaissé des hommes » a été en toutes choses parfait : « lorsqu'on l'outrageait, il ne rendait pas d'outrage ; quand il souffrait, il ne menaçait pas, mais se remettait à celui qui juge justement » (1 Pier. 2 : 23).

            Exercices divers par lesquels le Seigneur fait passer les siens ; seule sa grâce peut donner de les accepter comme venant de sa main, et de garder ainsi la paix du coeur.

                        4.2 : Les délivrances de Dieu

            L'Eternel n'a pas abandonné son jeune serviteur. Si David faisait souvent l'amère constatation de l'hostilité des hommes, il devenait aussi le spectateur et l'objet des délivrances divines.
            A Naïoth, c'est l'Esprit de Dieu qui venant par les messagers de Saül et sur Saül lui-même, les amène à prophétiser, au lieu de se saisir de David (1 Sam. 19 : 20). A Kehila, David doit accepter de fuir, après en avoir reçu la direction positive du Seigneur (1 Sam. 23 : 12-13). A Ziph, la providence divine intervient : alors que David et ses hommes sont cernés dans la montagne, un messager survient et annonce l'attaque des Philistins (1 Sam. 23 : 27).

            Dans la caverne d'En-Guédi (1 Sam. 24 : 1-2) et à la colline de Hakila (26 : 1-3), c'est la foi et la crainte de Dieu si marquées chez David, qui seront le moyen de sa délivrance : Dieu inclinera le coeur de Saül, touché de la générosité de sa victime, pour l'amener, temporairement tout au moins, à renoncer à sa poursuite.

            A Aphek enfin, la providence de Dieu se servira des chefs des Philistins pour empêcher le futur roi d'Israël de combattre son propre peuple (1 Sam. 29 : 3-5).

                        4.3 : Amis et compagnons

            L'Eternel n'a pas voulu que David soit seul pour traverser ces années d'exercice. Quelle chose précieuse sur le chemin de la foi que l'amitié en Christ avec ceux qui marchent à sa suite !  « Deux valent mieux qu'un ... car s'ils tombent, l'un relèvera son compagnon » (Ecc. 4 : 9-10).
            Nous avons déjà vu comment l'intimité avec Samuel à Naïoth fut d'un grand secours à David.
            Les sacrificateurs, Akhimélec et Abiathar, puis Gad, le prophète, sont autant d'instruments dans la main de Dieu pour l'encourager et le diriger.
            Aucun ami ne fut plus attaché à David que Jonathan ; au jour de sa victoire sur Goliath, son âme se lie à celle de David ; il se dépouille de tout pour lui (1 Sam. 18 : 1-4) ; son affection persistera sans les jours difficiles, à la cour, puis au désert.

            Que dire des hommes forts qui se réfugièrent à la caverne d'Adullam et ceux qui, petit à petit, se joignirent à David ? Au soir de sa vie, combien il sera heureux d'en rappeler les noms et les exploits (2 Sam. 23).
             Abigaïl enfin (1 Sam. 25), ne fut-elle pas remarquablement employée de Dieu pour retenir son serviteur de faire le mal, puis pour le réjouir dans sa maison ?

                        4.4 : La communion avec Dieu

            Rien cependant ne marque davantage ces années d'épreuve que la communion dont David jouissait avec le Seigneur. Le Psaume 63 en est un exemple frappant : loin du sanctuaire (v. 2), « dans une terre aride et altérée, sans eau », David recherche son Dieu et fait l'expérience que « sa bonté est meilleure que la vie ». Son âme est rassasiée comme de moelle et de graisse ; à l'ombre de ses ailes, il chante de joie. Le Seigneur permet souvent des circonstances difficiles, des détresses mêmes, pour amener l'âme à avoir soif et à rechercher cette communion précieuse. En Marc 6, les disciples n'avaient pas été « rendus intelligents par les pains ». Il a fallu la tempête pour amener cette connaissance personnelle du Seigneur, ses bienfaits n'ayant rien produit.

            Au désert aussi, David fait l'expérience des directions divines ; quel contraste avec Saül qui, dans son égarement, n'a d'autres ressources que la femme d'En-Dor, évoquait les esprits ! (1 Sam. 28 : 7). Gad, le prophète, communiquera à David la pensée de Dieu (22 : 5). A Kehila, à Tsiklag, il sera dirigé directement par le Seigneur. Dans une nouvelle occasion, c'est Abigaïl que Dieu emploie pour lui montrer son chemin.

            Combien il importe de rechercher cette pensée du Seigneur avant de faire un choix, de prendre une décision, de résoudre un problème dans le chemin. Nous pouvons la trouver dans la communion avec lui et en nous conformant aux enseignements de sa Parole. Ne peut-Il pas également se servir de ceux qui ont marché avant nous dans le chemin et en ont acquis l'expérience ?

                        4.5 : Fautes et restauration

            Le sentier de David au désert ne s'est pas toujours déroulé dans la lumière ; la Parole ne nous cache pas ses fautes et leurs conséquences. A Nob, il déforme la vérité et attire le malheur sur la famille d'Akhimélec. En présence d'Akish, il fera l'insensé pour se tirer d'une fausse position. Les Psaumes 52 et 34 nous montrent comment, dans ces deux cas, son âme a été restaurée.

            Il voudra se venger de Nabal et seule l'intervention d'Abigaïl, envoyée de l'Eternel, l'empêchera de verser le sang et d'avoir, lorsqu'il sera roi, le regret de s'être fait justice à lui-même (1 Sam. 25 : 31).

            La faute la plus grave de ces années fut cependant sa seconde fuite chez Akish. « Et David dit en son coeur : Maintenant je périrai un jour par la main de Saül ; il n'y a rien de bon pour moi que de me sauver en hâte dans le pays des Philistins » (1 Sam. 27 : 1). N'avait-il rien appris de sa première expérience ? Il ne consulte pas l'Eternel, mais raisonne avec lui-même, « en son coeur ». Il venait d'affirmer sa confiance en Dieu, son assurance qu'Il le délivrerait de toute détresse ! Mais sa foi paraît s'évanouir et il va son propre chemin. Les conséquences en seront amères !

            Au début, tout paraît bien aller : à force d'expédients, de réponses ambiguës, il gagne la confiance d'Akish. Ainsi le chrétien qui s'associe au monde peut, en un premier temps, paraître prospérer. Mais vient le jour où cette fausse position est intenable. Les Philistins vont attaquer Israël et David doit marcher avec eux. Que faire ? Il ne sait comment s'en tirer et finalement « passe à l'arrière-garde » avec Akish et ses hommes. Il faut que la providence divine se serve des princes des Philistins pour le sortir de ce dilemme. Si la miséricorde de Dieu intervient, son gouvernement permet quand même le châtiment. De retour à Tsiklag, David et ses hommes trouvent la ville brûlée, leurs femmes, leurs enfants emmenés captifs. Ils sont dans la douleur et pleurent « jusqu'à ce qu'il n'y eut plus en eux de force pour pleurer » (1 Sam. 30 : 4). Une fois de plus, c'est par la grande détresse que David est ramené à son Seigneur et « se fortifie en l'Eternel, son Dieu » (v. 6). Depuis son départ du pays d'Israël, pendant les seize mois chez Akish, pas un mot de Dieu, pas une prière, pas un psaume ! Il faut les grandes eaux et la profondeur de l'épreuve pour l'amener de nouveau à crier. Dieu répond : David et ses hommes recouvrent tout.

              C'est alors que Saül périra sur les montagnes de Guilboa. Le moment est venu où David, le roi selon le coeur de l'Eternel, va régner. Cet homme dans lequel « la méchanceté n'a pas été trouvée » (1 Sam. 25 : 28) a appris à connaître Dieu et à se tourner vers Lui en toutes circonstances.

                                                                                                 D'après G. André



LA VIE DE DAVID (2)

 DAVID ROI        
           1 - A Hébron : (2 Sam. 1 - 4 ; 5 : 1-9)
           2- A Jérusalem : (2 Sam. 5 : 10-25 ; 6-8)
           3- Bath Shéba : (2 Sam. 11 et 12)
           4- Absalom : (2 Sam. 13-19)
                       4 -1 : La souillure de la famille de David
                       4-2 : La révolte d'Absalom (1 Sam. 15 à 19)
           5- Le dénombrement : (2 Sam. 24)
           6 - Adonija et Salomon : (1 Rois 1)
           7- La mort de David : (1 Rois 2 : 1-12)

DAVID ROI

            Par son attitude chez les Philistins, David semble avoir perdu tout droit au trône. Si Dieu n'était intervenu (1 Sam.29 : 6-11), il paraissait prêt à combattre son propre peuple ! Il se serait alors complètement disqualifié pour la charge qui l'attendait. C'est donc la grâce seule qui va lui donner la royauté. Il en est toujours ainsi ; quel que soit le service que le Seigneur peut nous confier, c'est toujours sa grâce qui nous l'acquiert, ce ne sont pas nos mérites ou nos qualifications.

            David avait alors trente ans, c'est-à-dire l'âge qu'aura son divin Maître lorsqu'il entrera dans son ministère (2 Sam. 5 : 4 ; Luc 3 : 23). N'est-il pas frappant qu'il ait composé la plupart de ses psaumes avant d'avoir atteint cet âge-là ? Ce sont ceux qui parlent le plus de foi, de confiance, de communion avec Dieu. Ce ne sont pas les années qui comptent, c'est la communion et l'attachement au Seigneur (1 Tim. 4 :11-12) ; un croyant marchant avec Lui peut faire, en peu de temps, plus de progrès qu'il n'en fera durant sa vie entière, si malheureusement son coeur reste partagé.

            Comment David va-t-il maintenant se comporter ? Sa formation étant en un sens terminée, sa responsabilité est alors à la hauteur de la position reçue. Comme roi, il y répondra et son exemple sera constamment cité aux générations futures. Mais, dans sa vie privée, les années de l'âge mûr ne seront pas à la hauteur spirituelle de celles de sa jeunesse !

1 - A Hébron : (2 Sam. 1 - 4 ; 5 : 1-9)

            David interroge l'Eternel pour savoir ce qu'il doit faire (2 Sam. 2 : 1) ; il trouve à Hébron une maison, une famille, de jeunes enfants, sept ans de paix et de joie. Près de lui, dans les villes du voisinage, viennent aussi habiter ses hommes, « chacun avec sa maison » (v. 3). Quel contraste avec les années au désert !

            David se tient à distance des luttes de Joab et d'Abner ; ce n'est ni l'Amalékite (2 Sam. 1 : 13-16), ni Abner (3 : 21), ni Récab et Baana (4 : 5-12) qui doivent lui donner la royauté suprême, c'est l'Eternel seul.

            Quand le moment de Dieu est venu, toutes les tribus se rendent à Hébron ; pour la troisième fois, David est oint roi, maintenant sur tout Israël (2 Sam. 5 : 1-3). Moïse avait dit au peuple ce qu'il devrait faire une fois entré dans le pays : « vous chercherez le lieu que l'Eternel votre Dieu choisira dans toutes vos tribus pour y mettre son nom, le lieu où Il habitera, et vous y viendrez » (Deut. 12 : 5). Des siècles ont passé sans que Jérusalem soit conquise. La ville restait aux mains des Jébusiens. Il appartenait au fils d'Isaï de la prendre et d'en faire la capitale de son royaume et le centre du culte (2 Sam. 5 : 6-9).

2- A Jérusalem : (2 Sam. 5 : 10-25 ; 6-8)

            Une fois installé à Jérusalem, David va « grandissant de plus en plus » (2 Sam. 5 : 10). Hiram, roi de Tyr, lui bâtit une maison. Il a la victoire sur les Philistins, puis les subjugue.

            Il montre son affection pour l'Eternel ; il fait monter l'arche à Jérusalem (2 Sam. 6 : 2) et désire y construire le temple (7 : 1-3). Si le Seigneur ne le lui permet pas - ce privilège était réservé à son fils Salomon-, il ne l'en bénit pas moins, lui et sa maison, « pour toujours » (7 : 13) ; au-delà de Salomon, le prophète voit Christ.

            David accepte de ne pas édifier la maison de Dieu et de combattre à nouveau. Il remporte la victoire sur tous ses ennemis ; il se fait un nom ; l'Eternel le sauve partout où il va. Le royaume est établi ; il fait droit et justice à tout son peuple (2 Sam. 8 : 15). La carrière du roi selon le coeur de Dieu ne va-t-elle pas se terminer paisible, heureuse et sans chute ?

            Satan va, hélas, faire succomber David à la convoitise des yeux et de la chair (1 Jean 2 : 16).

3- Bath Shéba : (2 Sam. 11 et 12)

            Nous aimerions pouvoir ôter ces chapitres de notre Bible ! Pourtant ils y trouvent leur place pour notre instruction.

            Au lieu d'aller au combat, David reste à Jérusalem. Il se repose même pendant la journée ; alors Satan profite de son inactivité pour l'attirer dans ses filets. C'était « le temps du soir » (2 Sam. 11 : 2). David n'avait-il pas « veillé au matin », alors que jeune homme il avait rencontré tant d'épreuves et de difficultés ? Il avait « veillé à midi » quand, devenu enfin roi, il affermissait son trône ; le soir de la vie approche et David ne veille pas ! Par le regard, sa convoitise l'attire, l'amorce ; « puis la convoitise ayant conçu, enfante le péché ; et le péché étant consommé, produit la mort ! » (Jac. 1 : 14-15).

            Une fois tombé, il semble aveuglé. Pas un mot de l'Eternel dans tout le chapitre11. David ne se rend t-il donc pas compte de ce qu'il fait ? Peut-on concevoir que l'homme qui a écrit tant de psaumes, qui a su exprimer la foi et la confiance en son Dieu comme peu d'autres l'on fait, qui a proclamé la grandeur et la bonté de l'Eternel, puisse rédiger le message suivant : « Placez Urie sur la première ligne au fort de la bataille, et retirez-vous d'auprès de lui afin qu'il soit frappé et qu'il meure » (2 Sam. 11 : 15) ! Voilà qui nous fait toucher du doigt ce que nous sommes et jusqu'où nous pouvons tomber, si nous manquons de vigilance et que la grâce de Dieu ne nous garde pas.

            Urie est tué. David recueille sa femme auprès de lui ; un enfant est né. Tout paraît en ordre, « mais la chose que David avait faite fut mauvaise aux yeux de l'Eternel » (11 : 27).

            Dieu aimait trop David pour le laisser dans cet état. Il va intervenir. Pendant près d'un an, Il attend la repentance de son serviteur. Va-t-il saisir la gravité de sa faute ? Même lorsque Nathan lui présente la parabole qui doit servir à lui ouvrir les yeux, la colère de David s'embrase contre l'homme qu'il croit coupable, sans réaliser qu'il s'agit de lui-même (12 : 5)! Quel changement quand le prophète déclare sans ambages : « tu es cet homme... Pourquoi as-tu méprisé la parole de l'Eternel ?... Tu as frappé... Tu l'a prise... tu l'as fait en secret » (12 : 7-12). Le voile se déchire, la lumière brille dans la conscience de David qui constate avec horreur son péché, et ne fait plus rien pour le cacher. Après lui avoir annoncé la mort prochaine de l'enfant, le prophète s'en va dans sa maison.

            Pendant une semaine, David reste seul à supplier Dieu, à pleurer, à jeûner. C'est alors qu'il compose le Psaume 51 où il donne une expression écrite et durable aux profonds exercices de son âme. Son crime est continuellement devant lui. Il a conscience qu'il a péché contre Dieu, qu'il est coupable du sang versé. Mais en même temps, il fait appel à la grâce, à ce Dieu dont la justice même peut le purifier, le laver et le rendre plus blanc que la neige, parce qu'il a déjà en vue le sacrifice du calvaire (Rom. 3 : 25). Le coeur de David est mis à nu ; le mal est jugé jusqu'au fond. Après avoir dit : « Rends-moi la joie de ton salut », il ajoute : « Seigneur, ouvre mes lèvres, et ma bouche annoncera ta louange » (Ps. 51 : 12, 15). Dieu pardonne et Dieu restaure ; David retrouve la communion avec le Seigneur, mais sous le gouvernement de Dieu, le châtiment reste.

            Malgré les supplications de ce père, « il arriva le septième jour que l'enfant mourut » (2 Sam. 12 : 18). Quand le roi comprend que sa prière en faveur de son fils n'a pas été exaucée, il se lève. Il se lave. Il change de vêtements, entre dans la maison de l'Eternel et se prosterne. Quelle grandeur dans ce silence avec lequel il s'incline devant la volonté suprême qui le frappe et dont il accepte le châtiment ! Les serviteurs s'étonnent, mais David leur montre sa foi : sa foi en la résurrection (2 Sam.12 : 23). Il peut consoler Bath-Shéba, et l'Eternel met son sceau sur la restauration de son serviteur en lui donnant un autre fils, qui sera son héritier : Salomon, le roi de gloire, appelé Jedidia, le bien-aimé de l'Eternel.

            Nos coeurs sont souvent très lents à reconnaître la restauration complète d'un frère tombé. La Parole nous montre que les conséquences terrestres de la faute peuvent subsister et que le discernement spirituel risque d'en être affaibli ; toutefois, l'âme peut retrouver la lumière et la joie de son Seigneur, s'il y a eu un profond jugement de soi. Le service de David comme roi est maintenu et il pourra même dire : « J'enseignerai tes voies aux transgresseurs, et des pécheurs se retourneront vers toi » (Ps. 51 : 13). Il écrira encore des psaumes ; il pourra préparer tout ce qu'il faut pour le temple et ne s'endormira qu'après avoir vu Salomon installé sur le trône d'Israël. C'est l'oeuvre de la grâce, cette grâce que nous avons tant de peine à réaliser pour nous-mêmes et encore moins pour les autres !

            Mais si la grâce restaure, le gouvernement de Dieu reste inexorable. Dorénavant « l'épée ne s'éloignera pas de la maison de David à jamais » (2 Sam. 12 : 10), et la corruption se fera jour dans sa propre famille. David donnera la preuve de la restauration de son âme en acceptant ces châtiments successifs, humblement et en silence.

4- Absalom : (2 Sam. 13-19)

            4 -1 : La souillure de la famille de David

            Fils de Maaca, Absalom avait une soeur : Tamar (2 Sam. 13 : 1). La jeune fille était attrayante, disposée à rendre service ; pourtant, si elle avait eu affaire avec Dieu, se serait-elle laissée inconsciemment entraîner dans le piège qui va la laisser désolée ? Dina, fille de Jacob, en Genèse 34, ne se rendait pas compte non plus des effets qu'aurait sa visite de politesse à Sichem. Dieu, lui, le savait. Combien il importe de veiller, et d'avoir aussi affaire avec le Seigneur, avant d'accepter une invitation ou une proposition quelconque. On peut agir dans l'innocence de son coeur, sans en entrevoir les conséquences ; mais le Seigneur les connaît d'avance, et il gardera celui ou celle qui se confie vraiment en lui : « Il y a telle voie qui semble droite à un homme, mais des voies de mort en sont la fin » (Prov. 14 : 12).

            Amnon avait un ami, nommé Jonadab, un neveu de David ; c'était donc son cousin. Au lieu de lui être en aide, cet « ami » emploie toute son habileté pour le conduire au mal. Lorsque, deux ans plus tard, Absalom voudra faire périr son frère Amnon, Jonadab, au courant du complot, n'en dira rien à son cher ami Amnon ! Il y a des amis qui sont fidèles et qui peuvent nous être d'un grand secours, mais il y en a d'autres qui sont perfides ! Là encore, veillons !

            Que de fruits amers aura la conduite d'Amnon à l'égard de Tamar. La jeune fille aussi
demeurera désolée .

          Tout cela n'aurait-il pas pu être évité si David avait été plus ferme avec ses enfants ? Mais quand Amnon avait fait semblant d'être malade, il était venu le voir, ne se méfiant de rien. Après le scandale, il est irrité sans prendre aucune sanction. Plus tard, il laissera Absalom échapper au châtiment que méritait son meurtre ; il ira même jusqu'à le baiser. Un certain manque de discernement se manifeste ainsi désormais chez lui. C'est probablement la conséquence de sa faute. Il ne se rend pas compte des machinations d'Absalom lorsqu'il invite son frère Amnon (2 Sam. 13 : 27), ou prétend aller à Hébron, acquitter un voeu qu'il dit avoir voué à l'Eternel (15 : 7). Aujourd'hui les parents et les enfants ont peut-être plus de liberté réciproque, de confiance et de contacts qu'autrefois. Cela ne doit pas diminuer l'autorité ferme et douce que les parents doivent maintenir dans leur famille. Le manque de fermeté au moment voulu peut avoir de tristes conséquences. Souvenons-nous d'Eli et de ses fils ! (1 Sam. 2).

            4-2 : La révolte d'Absalom (1 Sam. 15 à 19)

            Onze ans s'étaient écoulés depuis que le malheur a atteint Tamar. Deux ans après, Absalom a fait tuer son frère Amnon et, pendant trois ans, il s'est réfugié à Gueshur chez son grand-père. De retour à Jérusalem, il reste deux ans sans voir la face du roi son père ; finalement, David cède aux instances de Joab. Il écoute aussi son propre coeur, accepte de revoir son fils et le baise. Combien ce baiser est loin de ressembler à celui que le père donne au fils prodigue de retour à la maison ! Ce dernier confesse : « Père, j'ai péché contre le ciel et devant toi » (Luc 15 : 18). Rien de tel chez Absalom ; il revient fier et ambitieux, il ne s'est pas repenti de son crime. Jamais David, s'il avait été ferme et dépendant de la pensée divine, ne l'aurait ainsi reçu.
            Pendant quatre ans, Absalom intrigue et « dérobe les coeurs des hommes d'Israël » (2 Sam. 15 : 6). Puis quand il pense le moment propice, il trompe son père, il rassemble à Hébron des personnages influents, dont plusieurs ignoraient tout de l'affaire, et se fait proclamer roi !
 David a environ soixante-cinq ans. Urie est mort depuis douze ou treize ans ; cependant, le jugement va continuer de s'exercer envers la maison de David : l'épée ne s'en éloigne pas et la corruption va s'y montrer au grand jour.

            Pour épargner Jérusalem, la sainte ville, David décide de fuir devant les hommes d'Absalom, acceptant de la part de Dieu, cette nouvelle épreuve : « si je trouve grâce aux yeux de l'Eternel, alors il me ramènera... Et s'il dit ainsi : je ne prends point de plaisir en toi ; - me voici, qu'il fasse de moi ce qui sera bon à ses yeux » (2 Sam. 15 : 25-26).

            Il courbe la tête sous la discipline divine, et quand un peu plus tard, Shimhi le maudira, lançant des pierres et le calomniant, David l'acceptera comme de la main de Dieu en disant : « Laissez-le, et qu'il maudisse ! car l'Eternel le lui a dit. Peut-être l'Eternel regardera mon affliction et l'Eternel me rendra le bien pour la malédiction qui tombe aujourd'hui sur moi » (2 Sam. 16 : 11-12).

            David est déjà presque un vieillard ; il est fatigué du chemin ; mais une épreuve plus dure l'attend encore. Dans la bataille de la forêt d'Ephraïm les hommes d'Israël sont battus devant les serviteurs de David ; Absalom est pris par la tête entre les branches d'un arbre, et Joab lui ôte la vie. La douleur de son père est émouvante. IL s'en va en disant ainsi : « Mon fils Absalom ! mon fils ! mon fils Absalom ! Fussé-je mort à ta place ! Absalom, mon fils, mon fils ! » (2 Sam. 18 : 33). Cette fois, son coeur est brisé, car il aimait profondément ce fils révolté et il lui en coûte terriblement d'accepter sa mort de la main de Dieu.

5- Le dénombrement : (2 Sam. 24)

            Nous avons vu comment David, père de famille, n'a pas répondu à la pensée divine. En outre, l'Esprit de Dieu a jugé bon de nous conserver ce récit du dénombrement où se montre l'orgueil du roi qui a voulu faire le compte de tous ses soldats. David avait derrière lui bien des années d'expérience ; pourtant, pendant plus de neuf mois, il ne se rend pas compte de son erreur. C'est seulement lorsque, ayant terminé sa mission, Joab lui donne le chiffre des hommes de guerre, que « le coeur de David le reprit et il dit à l'Eternel : j'ai grandement péché dans ce que j'ai fait » (2 Sam. 24 : 10). La faute du roi peut nous paraître sans grande gravité, comparable dans un sens à celle d'Ezéchias exhibant ses trésors aux envoyés de Babylone, mais en aucun cas Dieu ne peut supporter l'orgueil : celui qui s'élève doit être abaissé.
            La peste s'abat sur le peuple. David intercède, et dans l'aire d'Arauna l'Eternel lui révèle le sacrifice qu'Il peut accepter. Ainsi les livres de Samuel s'achèvent avec l'autel de Morija, le lieu où Abraham avait offert Isaac, et où le temple sera construit (2 Chr. 3 : 1). Tout près de l'endroit où sera crucifié le Sauveur.
            Que reste-t-il d'une longue carrière avec ses joies et ses tristesses, ses triomphes et ses fautes, sinon le sentiment de la grâce infinie, le souvenir de la miséricorde divine ?

            David consacrera la fin de sa vie aux préparatifs et à l'organisation du service du temple (1 Chr. 22-29). Après avoir « de toute sa force préparé pour la maison de son Dieu », tout ce qu'il fallait, il s'écriera : « Qui suis-je et qui est mon peuple que nous ayons ainsi le pouvoir d'offrir volontairement ? Car tout vient de toi, et ce qui vient de ta main, nous te le donnons » (29 : 14).

            « Tout vient de toi », y aurait-il plus belle conclusion à la vie d'un serviteur de Dieu ?

                                               Lorsqu'à ta venue
                                               J'entendrai l'appel
                                               De ta voix connue
                                               Pour entrer au ciel.
                                               Qu'est-ce que j'apporte ?
                                               Qui voudra de moi ?
                                               Tu m'ouvres la porte,
                                               Tout me vient de Toi !

6 - Adonija et Salomon : (1 Rois 1)

            Amnon et Absalom sont morts ; il n'est pas parlé de Kileab, probablement est-il mort jeune. Le royaume est reconstitué, réorganisé (2 Sam. 20 : 23) ; Joab reste préposé sur l'armée ; les autres charges trouvent leurs titulaires, mais ceux qui autrefois étaient les principaux officiers, « les fils de David » (8 : 18) ne sont plus là. Un détail peut-être, mais combien tragique !

            Pourtant il restait un quatrième fils : Adonija. Mais celui-là encore va être une cause de chagrin pour son père. David avait été également faible envers lui, puisqu'il n'avait jamais voulu le contrarier d'aucune manière (1 Rois 1 : 6). Imbu de lui-même, mais sans posséder l'énergie d'Absalom, Adonija se fait proclamer roi, entraînant avec lui Joab, Abiathar et d'autres. Que faire ? Va-t-il en résulter un nouveau combat ? De nouveaux deuils ?

            Nathan, le prophète, montre à David le chemin à suivre. Celui que l'Eternel a choisi n'est pas Absalom, ni Adonija ; c'est Salomon, le plus jeune, celui qui, dès sa naissance, avait été appelé par Dieu : Jedidia, le bien-aimé de l'Eternel. Il faut mettre à la place qui est la sienne l'élu de Dieu, et tout rentrera dans l'ordre (1 Rois 1 : 40-49). Ne ferions-nous pas souvent la même expérience si dans les difficultés qui peuvent survenir au milieu de nous, nous savions donner au Seigneur la place qui lui revient ? Il faut « qu'en toutes choses, Il tienne, lui, la première place » (Col. 1 : 18).

            Peu après, David rassemble à Jérusalem tous les chefs d'Israël et confirme à nouveau Salomon comme son successeur, « le seul que Dieu ait choisi ». Tous les fils du roi se soumettent, tous les chefs, tous les hommes forts (1 Chr. 29 : 24). Salomon va inaugurer le règne de gloire dont le Psaume 72, l'un des tout derniers de David, nous donne le tableau. Mais au-delà de son fils, c'est un plus grand que Salomon que David contemple. « Son nom sera pour toujours ; son nom se perpétuera devant le soleil et on se bénira en lui : toutes les nations le diront bienheureux » (Ps. 72 : 17). C'est de Christ et de son règne glorieux qu'il veut parler.

7- La mort de David : (1 Rois 2 : 1-12)

            La voix qui, à travers les années, a su exprimer les exercices profonds de son âme, sa foi et sa confiance, son repentir et sa douleur, la voix qui a crié, supplié, qui s'est élevée à Dieu dans la détresse et la joie, la voix du doux psalmiste d'Israël va se taire : « Les prières de David, fils d'Isaï, sont finies » (Ps. 72 : 20).

            « Et David s'endormit avec ses pères » (1 Rois 2 : 10), pour attendre dans le repos, là où il n'y a plus besoin de prier, le jour de la résurrection où ses yeux avec les nôtres se fixeront sur la gloire du vrai Salomon.

                                                                                  D'après G. André



LA VIE DE DAVID (3)
 
  DAVID TYPE DE CHRIST          
               1 – Les souffrances et les gloires 
               2- Centre de rassemblement 
               3- Objet de dévouement
                         3-1 : Jonathan
                         3-2 : Abiathar
                        
3-3 Mephibosheth (2 Sam. 9)
                         3-4 : Ithaï (2 Sam. 15 : 19-22)
                         3-5 : Hushaï (2 Sam. 15 : 32-37 ; 17 : 6-16)
                         3-6 : Akhimaats
                        
3-7 : Barzillaï (2 Sam. 17 : 27-29 ; 19 : 31-40 ; 1 Rois 2 : 7)
                         3-8 : Les hommes forts (2 Sam. 23 : 8-39)

DAVID TYPE DE CHRIST

1 – Les souffrances et les gloires :

            L'Esprit de Christ qui était dans les prophètes de l'Ancien Testament leur faisait discerner ce que rencontrerait le Messie promis, rendant ainsi par avance « témoignage des souffrances qui devaient être la part de Christ et des gloires qui suivraient » (1 Pier. 1 : 11). Des chapitres comme Esaïe 53, ou le Psaume 22, en sont un témoignage direct ; la vie de divers serviteurs, tels que Joseph, Moïse ou David, est comme un reflet du chemin douloureux et glorieux de Celui qui devait venir.

            Joseph a été exilé de la maison paternelle ; Moïse a été éloigné du peuple qu'il aimait, et David du trône. Les frères de Joseph l'ont vendu ; ceux de Moïse ne l'ont pas compris (Act. 7) ; David a été blâmé par les siens (1 Sam. 17).

            Joseph délivre son peuple de la famine, Moïse de l'esclavage, David de la puissance de l'ennemi. Joseph reçoit le titre de sauveur (Gen. 41 : 45) ; Moïse celui de conducteur, et David devient berger et roi de son peuple.

            Que de traits du Seigneur Jésus nous retrouvons dans chacune de ces vies !

            Mais David en est peut-être un type plus complet encore. Sa généalogie en Ruth 4 : 18-22 pointe déjà vers celle de Matthieu 1. Bethléem, lieu de sa naissance, verra s'accomplir l'inscrutable mystère de la Parole faite chair. Samuel l'oint, et l'Esprit le saisit ; ainsi, plus tard, après le baptême de Jean, sous la forme d'une colombe, l'Esprit descendra sur Jésus.

            David paît les brebis de son père, les défend de l'ennemi, figure du bon Berger qui pour elles laissera sa vie (Jean 10 : 11). Durant quarante jours, Goliath insulte Israël avant de subir la défaite sous les coups de David ; pendant quarante jours, notre Seigneur fut tenté au désert, mais Il eut la victoire sur Satan qui « se retira d'avec lui pour un temps » (Luc 4 : 13).

            Rejeté et haï, David devient roi à Jérusalem au moment voulu de Dieu. Combien merveilleux sera le jour où le Seigneur Jésus apparaîtra dans sa gloire, Lui qui a tant souffert, Lui le méprisé et le délaissé des hommes !

2- Centre de rassemblement :

            David est, tout particulièrement, un  type de Christ rassemblant les siens autour de lui. A la caverne d'Adullam déjà, il attirait à lui « tout homme qui était dans la détresse, et tout homme qui était dans les dettes, et tout homme qui avait de l'amertume dans l'âme » (1 Sam. 22 : 2). N'en est-il pas ainsi du Seigneur Jésus qui, ouvrant ses bras, dit : « Venez à moi, vous tous qui vous fatiguez et qui êtes chargés, et moi, je vous donnerai du repos » (Matt. 11 : 28).

            1 Chroniques 12 nous montre comment successivement des groupes divers se sont joints à David. « Dans le lieu fort », des Gadites, exercés pour la guerre, armés, prompts, viennent avec lui « combattre les combats de l'Eternel ». Ils n'ont pas peur des obstacles : ils traversent le Jourdain lorsqu'il regorge par-dessus tous ses bords. Ils mettent en fuite les ennemis. Pour être forts, il faut revêtir l'armure complète de Dieu (Eph. 6 : 10-18) et se grouper autour du chef.

            D'autres venaient de la tribu de Benjamin. Décision difficile assurément de quitter Saül (celui auquel les attachaient les liens de la chair), pour venir auprès de David, encore pourchassé dans le désert. Seule la foi les y engageait, une foi vivante que David mettra à l'épreuve, mais qui fera jaillir de la bouche de leur chef, Amasçaï, ce cantique : « Nous sommes à toi et avec toi. Paix, paix à toi et paix à ceux qui t'aident » (1 Chr. 12 : 18). Belle figure de ceux qui, tirés du monde, doivent rompre des liens souvent bien chers, pour s'attacher au vrai David.

            D'autres rejoignirent David à Tsiklag. Ils savaient tirer de l'arc, se servant de la main droite et de la main gauche et leurs flèches ne manquaient pas le but. « Les armes de notre guerre ne sont pas charnelles » (2 Cor. 10 : 4) : la Parole de Dieu est véritablement l'épée de l'Esprit (Eph. 6 : 17). Un verset cité à propos est comme une flèche qui atteindra la conscience ou encouragera le coeur ; mais comment nous servirons-nous de ces « flèches » si nous ne sommes pas d'abord exercés à les manier ? Il faut que « la Parole habite en nous richement » (Col. 3 : 16) ; il faut en avoir éprouvé pour soi-même les divers effets, afin de pouvoir l'utiliser envers autrui.

            D'autres vinrent vers David à Hébron. Parmi eux se trouvaient les fils d'Issacar « qui savaient discerner les temps pour savoir ce que devait faire Israël » (1 Chr. 12 : 32). Nous sommes tous appelés à ce discernement ; mais on doit reconnaître aussi que le Seigneur a donné à certains parmi nous un discernement et une sagesse particuliers. A l'exemple de ces hommes d'Issacar, ne convient-il pas alors que nous soyons soumis aux conducteurs que le Seigneur a doués pour paître son peuple ? (Héb. 13 : 7, 17).

            Ceux de Zabulon « gardaient leur rang, n'ayant point un coeur double ». A la place où ils avaient été mis, remplissant leur tâche, y étant « tout entiers », ils n'étaient pas jaloux du service d'un autre, et ne voulaient pas s'immiscer dans ce qui ne leur avait pas été confié.
            Puis « d'un seul coeur », tout le reste d'Israël se rassembla autour de David : jour de joie où il y avait nourriture et rafraîchissement en abondance (1 Chr. 12 : 39-40).

            Joie plus grande encore quand tous se groupèrent autour de l'arche à Jérusalem : des sacrifices furent offerts, et David bénit le peuple et distribua à chacun, tant aux femmes qu'aux hommes « un pain et une ration de vin et un gâteau de raisin », nourriture, joie et réconfort. C'est alors qu'éclata la louange dans le sanctuaire : « en ce jour » David remit entre les mains d'Asaph et de ses frères « le premier » psaume pour célébrer l'Eternel (1 Ch. 16 : 1-7).

3- Objet de dévouement

            Comme centre de rassemblement, David avait attiré autour de lui beaucoup de personnes, mais la Parole conserve aussi les noms de compagnons et d'amis dont il avait suscité le dévouement.

                        3-1 : Jonathan

            David, vainqueur de Goliath, se présente devant Saül, la tête du Philistin à la main. Jusqu'alors, c'était Jonathan qui avait remporté les victoires de la foi (1 Sam. 14). Tandis qu'un autre est maintenant l'instrument de la délivrance. Quelle va être la réaction du fils du roi ? Il pourrait, comme son père, être jaloux et chercher à minimiser la victoire du héros du jour. Au contraire, « l'âme de Jonathan se lia à l'âme de David, et Jonathan l'aima comme son âme » (1 Sam. 18 : 1). Cet amour profond ne se traduit pas seulement en paroles : Jonathan se dépouille de sa robe, de ses vêtements, de son épée, de son arc, de sa ceinture, pour mettre tout à la disposition de David. Belle figure de celui qui, attiré par l'amour du Seigneur, met à son service tout ce qu'il possède.

            Cette affection de Jonathan pour David n'a pas été limitée à un moment d'enthousiasme, comme trop facilement, dans une ambiance propice, quelque jeune peut se déclarer prêt à suivre le Seigneur où qu'Il l'envoie. Jonathan est resté fidèle à son ami quand Saül a commencé à le maltraiter ; il a intercédé pour lui, ne cachant pas son affection, risquant même sa vie sous les insultes de son père (1 Sam. 30 : 30-33).

            Au désert de Ziph, dans un bois, Jonathan viendra encore encourager son ami dans sa solitude et fortifier sa main en Dieu.

            Jonathan aurait-il dû quitter son père et sa cour pour suivre David au désert ? Rien dans le texte ne l'implique, sauf qu'il est tombé avec Saül à Guilboa ; mais si l'on pense à Celui dont David est la figure, à la lumière du Nouveau Testament, il est certain que ceux qui veulent suivre le Seigneur peuvent être appelés à quitter même leur famille ; si celle-ci s'oppose fondamentalement à l'Evangile, le Seigneur peut conduire un croyant à faire ce pas lourd de conséquences. Notons qu'il n'en est en tout cas pas ainsi de l'épouse dont le mari est incrédule, à moins que ce soit lui qui l'abandonne (1 Cor. 7 : 2-16).

                        3-2 : Abiathar

            Après le passage de David à Nob, Saül a fait massacrer tous les sacrificateurs, « homme et femme, enfant et celui qui tette, boeuf et âne et mouton par le tranchant de l'épée » (1 Sam. 22 : 19). Un des fils d'Akhimélec, Abiathar, réussit à s'enfuir. Où a-t-il trouvé refuge dans sa détresse, sinon auprès de David ? Ce dernier  l'accueille en disant : « Demeure avec moi, ne crains point... près de moi, tu seras bien gardé » (v. 23).

            Il faut parfois le deuil et la détresse pour que des âmes soient conduites au Seigneur, mais quel refuge et quelle consolation elles trouvent auprès de Lui ! Plus tard, Marie n'ira pas, comme le pensaient les Juifs, au sépulcre de Lazare pour y pleurer, mais aux pieds de Jésus qui pleurera avec elle.

                        3-3 Mephibosheth (2 Sam. 9)

            A la mort de Saül et de Jonathan, la nourrice du petit Mephibosheth, âgé de cinq ans, s'était enfuie, craignant les représailles de David. Dans sa fuite, elle avait laissé tomber l'enfant ; en raison de cette chute, Mephibosheth devint boiteux pour le reste de ses jours.

            Vingt ans peut-être avaient passé ; le jeune homme qui s'était réfugié à Lodebar (un endroit « sans pâturage »), chez Makir, fils d'Ammiel, vivait sans doute dans le dénuement, perclus des deux pieds. C'est là qu'un jour il apprend que David, celui que son grand-père avait tant pourchassé et haï, le convoque à Jérusalem. Le messager ajoute que David veut « user envers lui d'une bonté de Dieu » (2 Sam. 9 : 3) ; alors,  c'est certainement avec des sentiments très mélangés de crainte et de confiance que Mephibosheth entreprend ce long voyage pour venir trouver personnellement celui qui l'appelle.
            
Beau tableau de l'Évangile qui s'adresse à une âme dans la crainte et la misère spirituelle, loin de Dieu, et la sollicite à venir au Sauveur. Le « voyage » sera plus ou moins long jusqu'à ce moment décisif de la rencontre personnelle avec Jésus. Rencontre pourtant indispensable, car ce n'est ni le messager, ni le serviteur qui peuvent donner la paix à l'âme. C'est le Seigneur seul.

            David accueille le jeune homme prosterné devant lui, en l'appelant simplement par son nom : « Mephibosheth ! ». Mais il ajoute bien vite : « Ne crains point, car certainement j'userai de bonté envers toi » (2 Sam. 9 : 6-7). Non seulement David pardonne, mais il lui donne l'héritage ; il reçoit même le fils de Jonathan à sa table, où continuellement il pourra manger le pain. « Si quelqu'un entend ma voix et qu'il ouvre la porte, j'entrerai chez lui et je souperai avec lui et lui avec moi » (Apoc. 3 : 20). Communion bénie que goûte chaque jour le racheté avec son Seigneur ; communion plus précieuse encore autour du mémorial auquel il lui est donné de participer avec les siens réunis autour de Lui.

            David fait davantage encore : il va traiter Mephibosheth « comme un des fils du roi ». « A tous ceux qui l'ont reçu, il leur a donné le droit d'être enfants de Dieu » (Jean 1 : 12).

            Le chapitre se termine en nous rappelant que, quoique mangeant toujours à la table du roi, Mephibosheth restait « boiteux des deux pieds ». La vieille nature n'est pas changée ; elle est toujours là, tant que nous sommes sur la terre. Si nous ne veillons pas, elle produira ses fruits (Rom. 7 : 25). Combien il importe de se tenir près du Seigneur afin de « marcher en nouveauté de vie », de « marcher par l'Esprit » (Rom. 6 : 4 ; Gal. 5 : 25), et pouvoir ainsi jouir sans entrave de la communion qu'Il veut nous donner chaque jour.

                        3-4 : Ithaï (2 Sam. 15 : 19-22)

            Il était facile de se soumettre à David roi ; il y allait de son propre intérêt. Mais lorsque David doit s'enfuir devant Absalom, les coeurs se manifestent. Certains, comme Akhitophel, l'abandonnent ; d'autres lui restent fidèles. « Un Christ rejeté attire le dévouement, et c'est dans ces circonstances qu'on peut voir si les siens lui sont attachés ». Plusieurs restèrent à Jérusalem, mais Ithaï, quoique venu depuis peu auprès de David, ne veut pas le laisser. Il est mis à l'épreuve. Est-il venu de Gath pour s'attacher au roi d'Israël dans sa gloire et dans sa puissance, ou à la personne de David, même s'il faut partager avec lui la fuite au désert ? La foi d'Ithaï brille dans sa réponse : «L'Eternel est vivant, que dans le lieu où sera le roi mon seigneur, soit pour la mort, soit pour la vie, là aussi sera ton serviteur ! » (2 Sam. 15 : 21). Echo de la décision du coeur prise par une Ruth ou une Rebecca ; exemple, pour celui qui répondra au désir de Jésus : « Si quelqu'un me sert, qu'il me suive ; et où je suis, moi, là aussi sera mon serviteur » (Jean 12 : 26).

            Ithaï va donc accompagner David, mais il ne sera  pas seul ; il passe « avec tous ses hommes et tous les enfants qui étaient avec lui ». Bel encouragement pour les parents à suivre sans hésitation le Seigneur avec toute leur famille, tout en se souvenant que seul Dieu pourra opérer son oeuvre dans le coeur de leurs enfants, pour leur salut.

                        3-5 : Hushaï (2 Sam. 15 : 32-37 ; 17 : 6-16)

            Tous ne sont pas appelés au même service. Ithaï devait suivre David ; Hushaï, son ami, est appelé à le quitter pour retourner à Jérusalem, au péril de sa vie, y accomplir la mission délicate qui lui est confiée : annuler le bon conseil d'Akhitophel. Hushaï n'hésite pas ; il montre son dévouement à celui qu'il aime. Par son moyen, Dieu répond à la prière du roi (2 Sam. 15 : 31 ; 17 : 14) et permet la victoire qui suivra.

                        3-6 : Akhimaats

            Il est celui qui court, le messager : il ira transmettre les recommandations d'Hushaï à David (2 Sam. 17 : 17-21) ; ensuite, il veut être le premier à apporter au roi la nouvelle de la victoire (18 : 19-28). Malgré les obstacles, malgré l'opposition de Joab, « quoi qu'il arrive, il veut courir ».

            « Ne savez-vous pas que ceux qui courent dans la lice courent tous, mais un seul reçoit le prix ? Courez de telle manière que vous le remportiez » (1 Cor. 9 : 24).

                        3-7 : Barzillaï (2 Sam. 17 : 27-29 ; 19 : 31-40 ; 1 Rois 2 : 7)
           
            A l'encontre des précédents, Barzillaï est un vieillard. A quatre-vingts ans, il aurait pu estimer avoir fini sa tâche. Pourtant,  lorsque David, passant le Jourdain, vient à Mahanaïm, son village, Barzillaï, avec tous ses biens, entretient le roi et sa suite, affamés et fatigués dans le désert. Il semble n'y avoir pas de fin à la liste de tout ce qu'il met à la disposition de David et de ses hommes (2 Sam. 17 : 28). « Que celui qui est enseigné dans la parole, fasse participer à tous les biens temporels celui qui enseigne », recommande l'apôtre Paul (Gal. 6 : 6). La parabole de l'économe de Luc 16 souligne notre responsabilité d'administrer pour le Seigneur les biens matériels qui Lui appartiennent ; Il a pu nous confier pour un temps ces « richesses injustes » dans l'administration desquelles il importe d'être fidèle. Bien qu'elles ne soient que peu de choses (« ce qui est très petit »), la fidélité réalisée à leur sujet permettra de se voir confier les « vraies richesses », les biens spirituels qui sont nôtres, ceux que personne ne pourra jamais nous ôter.

            David voudrait donner une récompense à Barzillaï, mais le vieillard ne peut le suivre à Jérusalem ; il reçoit le baiser du roi et sa bénédiction (2 Sam. 19 : 39) ; par contre, Kimham, son fils, et même plus tard tous ses fils (1 Rois 2 : 7), mangeront à la table du roi.
           
                        3-8 : Les hommes forts (2 Sam. 23 : 8-39)

            David est arrivé à la fin de sa vie. Il a prononcé ses dernières paroles ; ses regards considèrent la route parcourue avec ceux qui, sur le chemin, lui sont été fidèles. Il va dresser la liste de ses « hommes forts ». Au jour du tribunal de Christ, tout sera mis en lumière (2 Cor. 5 : 9-10). Le Seigneur se souviendra de tout ce qui aura été fait pour lui ; et avec sa sagesse et selon la mesure du sanctuaire, il donnera les récompenses et les couronnes.

            Parmi les hommes forts de David, plusieurs se sont dévoués pour le peuple de Dieu. Par leur moyen, l'Eternel a opéré de grandes délivrances. « Avec David », ils avaient combattu contre les Philistins et tel Eléazar, avaient aussi préservé ce qui devait servir de nourriture au peuple de Dieu. A travers les âges, combien de croyants ont lutté pour l'évangile et pour la Parole, la nourriture de nos âmes ! Quelle perte immense nous éprouverions si tant de chrétiens appelés par le Seigneur à ce travail, n'avaient pas lutté pour conserver le texte des Ecritures et le mettre à notre portée, dans notre langue, en toute facilité.

            Trois des trente chefs prouvent à David leur affection toute simple, lorsqu'un jour d'été, une remarque semble s'échapper de la bouche de David. Il exprime son désir d'avoir de l'eau fraîche que donne le puits de Bethléem. Exploit inutile à première vue, de voir ces trois hommes forcer le passage à travers le camp des Philistins pour rapporter un peu d'eau à leur chef. Mais ils avaient voulu lui plaire, lui offrir ce qu'il désirait ce jour-là. Plus tard, Marie brisera son vase de parfum pour oindre la tête du Serviteur, les pieds du Fils de Dieu ; sacrifice déplacé aux yeux des disciples, et pour Judas surtout, mais offrande précieuse au coeur du Maître qui voudra qu'en quelque lieu que l'Evangile soit prêché, on parle de ce que cette femme a fait « en mémoire d'elle » (Matt. 26 : 13). « Ces trois hommes forts firent cela » (2 Sam. 23 : 17).

            David n'a pas voulu clôturer la liste de ses hommes vaillants sans mentionner « Urie le Héthien » ! Il aurait bien pu biffer cette mention qui rappelait « tout un passé de honte et de châtiment ; mais, se condamnant lui-même et exaltant la grâce qui l'avait restaurée, il n'aurait jamais songé à effacer ce nom du livre où il était enregistré » (H.R.).

            Tous ces hommes, fidèles à David au temps du son rejet, ont partagé sa gloire : « si quelqu'un me sert, le Père l'honorera » (Jean 12 : 26).

                                                                                     D'après G. André



LA VIE DE DAVID (4)

             1 - Foi, communion et crainte de Dieu  
             2 - Les psaumes de David 
  LES DERNIERES PAROLES DE DAVID (2 Sam. 23)        

LA VIE INTÉRIEURE DE DAVID

1 - Foi, communion et crainte de Dieu :

            Toute la vie intérieure de David est marquée par ces trois choses : la foi, la communion, la crainte de Dieu.

            Le nom de David est mentionné dans le tableau des hommes de foi d'Hébreux 11, au verset 32. Cette foi, comme celle de nos conducteurs que nous avons à « imiter » (Héb. 13 : 7), se marque par sa confiance en Dieu. Sans doute y a-t-il eu parfois «un nuage» ; mais fondamentalement, et tout le long de sa vie, combien était réelle et solide la confiance de David en l'Éternel, telle qu'il l'exprimera dans tant de psaumes. Elle se traduisait aussi par la dépendance ; souvent David interroge l'Éternel pour avoir sa pensée, soit durant les années errantes, soit durant son règne. Cette foi ne lui a-t-elle pas donné la hardiesse avec laquelle il s'attaquait au lion, se présentait devant Goliath, ou coupait le pan de la robe de Saül ?

            La communion de David avec son Dieu ressort de beaucoup de psaumes. Elle se traduit en prières, en supplications, mais aussi en louange et en reconnaissance. Plus encore, cette communion l'a conduit à avoir, par l'Esprit de Dieu, une vision de Celui qui, vrai Fils de David, répondrait lui seul en tous points à la pensée de Dieu.

            Enfin la crainte de Dieu a caractérisé sa marche. Elle l'a conduit, lorsqu'il avait péché, à la repentance et à la confession, et à l'acceptation du châtiment. Elle l'a gardé de maints écarts. « Je me suis toujours proposé l'Éternel devant moi » (Ps. 16 : 8) ; paroles sincères dans la bouche de David, elles ont été  accomplies uniquement par Christ.

            Cette vie intérieure de David, au travers des circonstances variées de sa carrière, s'est reflétée dans maints psaumes.

2 - Les psaumes de David :

            Soixante-treize psaumes sont attribués à David, sans que nous puissions nécessairement penser que leurs suscriptions soient inspirées. Ils expriment ses propres expériences, ses détresses, ses supplications, les délivrances dont il a été l'objet, et la louange et la reconnaissance qui jaillissaient de son coeur.

            Mais ces pages sont aussi pleines d'enseignements pour nous, qui traversons des épreuves diverses : nous pouvons trouver dans ces versets tant d'encouragement et de réconfort.

            Ils ont aussi leur portée prophétique, dirigeant les regards vers le résidu futur d'Israël, et par-dessus tout vers le Messie, le Christ. En effet, David relatant ses expériences, a été conduit bien au-delà par l'Esprit de Dieu, afin de révéler les sentiments mêmes de Christ à travers les faits qui seront relatés dans les évangiles.

            « Qu'y a-t-il dans ce livre de cent cinquante poèmes, pour que depuis bientôt deux millénaires, dans les couvents et dans les ghettos, dans les églises et les communautés chrétiennes les plus diverses, on les relise et on les chante sans jamais se lasser ?... Quelle saveur ont-ils eue dans l'âme de ceux qui ne renoncèrent jamais aux paroles reprises des lèvres mêmes de David, pour qu'ils aient traversé toutes les nuits, toutes les guerres... Ils avaient emporté ce livre dans leurs exils ; ils ont vécu dans leur chair, dans leur sang, chacun de ces versets. C'était écrit : ils le vivaient comme ils le lisaient, et c'était aussi nécessaire de le vivre que de le lire ». Comment expliquer, en effet, que ce recueil composé au cours de plusieurs siècles, mis en ordre sous la direction de l'Esprit de Dieu quand il l'a voulu, ait pu être en bénédiction, en consolation, en encouragement, à tant de générations successives ? Ce n'est pas la valeur littéraire qui en a fait la saveur. On relit Homère, Virgile, mais qu'y a-t-il dans ces écrits pour l'âme ? David lui-même a donné d'avance la réponse à l'étonnement des hommes : « L'Esprit de l'Éternel a parlé en moi, et sa parole a été sur ma langue » (2 Sam. 23 : 2). Seule l'inspiration de l'Esprit de Dieu rend la Parole éternelle, immuable, vivante et opérante.

            Parmi ces nombreux psaumes, nous en retiendrons quelques-uns ; ils se rapportent à des circonstances particulières de la vie de David, selon l'indication donnée par leur suscription.

                        2. 1 : Psaume 23

            N'est-il pas le plus connu, le plus aimé, qui pendant trois mille ans a soutenu la foi des croyants de tout pays, de toute race, de toute époque ? Nous ne savons pas si David l'a composé tout jeune, quand il était berger lui-même, ou plus tard en se remémorant sa vie. Ce psaume n'a pas de date. Il ne vieillit pas. Ses six versets s'appliquent à tous les âges, dans tous les temps (aux jours de joie, aux nuits d'épreuve), aux malades et aux bien-portants… Il réjouit la foi aussi bien au début de la vie qu'aux approches de la mort ; il fait converger tous les regards vers l'avenir éternel qui, pour nous, est la maison du Père.

            « L'Éternel est mon berger » : sa fidélité, sa présence, sa communion, vont remplir la vie. Tout d'abord l'âme parle de Lui (v. 1-3) ; puis, ayant fait des progrès dans sa connaissance, elle s'adresse directement à Lui : « Tu es avec moi... Tu dresses... Tu as oint ». Enfin, considérant la course qui est encore devant elle, elle peut dire avec assurance : « Oui, la bonté et la gratuité me suivront tous les jours de ma vie ». Dirigeant enfin ses regards vers l'avenir, elle ajoute : « Mon habitation sera dans la maison de l'Éternel pour de longs jours » (v. 6).

                             2.2 : Psaumes 59, 56, 54
            Ces trois psaumes montrent la confiance de David lorsqu'il est en danger.
Dans le premier, il est surveillé dans sa maison par les émissaires de Saül, qui ont ordre de le mettre à mort ; dans le second, il est apparemment détenu dans Gath, où il s'est enfui de devant le roi d'Israël ; dans le troisième, les Ziphiens ont averti son persécuteur qu'il se tient caché auprès d'eux, afin qu'il puisse le prendre.

            Dans chacune de ces circonstances, la prière, la supplication montent à Dieu pour être délivré des ennemis. Mais, en même temps, David exprime des certitudes : « Dieu est ma haute retraite », « Dieu est pour moi », « Dieu est mon secours ». Alors, dans la confiance que Dieu répondra, jaillit la louange : « A toi je chanterai », « Je te rendrai les louanges », « Je célébrerai ton nom ».

                         2.3 : Psaume 34

            Psaume de l'exaucement, il suit moralement le 56 : « J'ai cherché l'Éternel et il m'a répondu, et m'a délivré ». « Ils ont regardé vers lui, et ils ont été illuminés... Cet affligé a crié ; et l'Éternel l'a entendu, et l'a sauvé de toutes ses détresses » (Ps. 34 : 4-5).

            Ayant fait l'expérience de cette réponse magnifique à ses supplications, David peut se tourner vers les autres et les engager à se confier en Dieu : « Les justes crient, et l'Éternel entend, et il les délivre de toutes leurs détresses. L'Éternel est près de ceux qui ont le coeur brisé, et il sauve ceux qui ont l'esprit abattu » (v. 17-18).

            Dans le sentiment de la faute qu'il avait commise, en s'enfuyant vers un ennemi de son peuple, il peut ajouter : « Aucun de ceux qui se confient en Lui ne sera tenu pour coupable » (v. 22).

                        2.4 : Psaume 51

            Psaume de la repentance après la chute, avec tout l'exercice d'âme amenant à la restauration.
            Conscient de son crime, David n'a plus d'autre recours que la grâce de Dieu : « Use de grâce envers moi, ô Dieu ! selon ta bonté » (Ps. 51 : 1). Il ne cache rien : « Je connais mes transgressions, et mon péché est continuellement devant moi » (v. 3). Il est amené à confesser qu'il a péché contre Dieu, non pas seulement contre Urie : « Contre toi, contre toi seul, j'ai péché, et j'ai fait ce qui est mauvais à tes yeux » (v. 4) !

            Alors, à deux reprises, il peut supplier : efface, lave, purifie.

            Il reconnaît non seulement ses fautes (v. 9), mais aussi sa nature pécheresse : « Dans le péché ma mère m'a conçu «  (v. 5). L'épître aux Romains le démontrera avec tant d'évidence ; il n'y a pas seulement les péchés, fruits de l'arbre, mais le péché lui-même, cette mauvaise nature qui est en nous, la chair. Il faut donc être amené au jugement de soi-même, pour produire « la vérité dans l'homme intérieur » (v. 6).

            Alors la grâce opère la restauration : « Renouvelle au-dedans de moi un esprit droit... Rends-moi la joie de ton salut... J'enseignerai tes voies aux transgresseurs... » (v. 10, 12-13) Le salut n'est pas perdu, mais bien la joie, et seul le retour à Dieu permettra de la retrouver. La restauration est complète ; non seulement la faute est effacée, mais l'âme qui est de nouveau en communion avec Dieu, peut enseigner ses voies aux pécheurs, et dire au Seigneur : « Ouvre mes lèvres, et ma bouche annoncera ta louange » (v. 15).

            David reste conscient que les sacrifices, les offrandes qu'il pourrait apporter à Dieu n'expient pas le péché. Dieu demande au pécheur plus que des regrets : un esprit brisé, la repentance et la confession. Alors il pardonne, et il restaure, parce qu'il a en vue l'oeuvre de Christ à la croix (Rom. 3:25-26).

                        2.5 : Psaume 32

            Ce psaume suit tout naturellement le psaume 51 : l'âme, qui jouit à nouveau de la communion avec son Dieu, rappelle ses expériences.

            Les deux premiers versets présentent une double «béatitude», soulignant la reconnaissance de celui dont la transgression est pardonnée, à qui l'Éternel ne compte pas l'iniquité. David rappelle que lorsqu'il cachait sa faute, la main de Dieu s'appesantissait sur lui, il était dans la détresse (expérience que bien des âmes ont faite après lui, sous le poids de leurs péchés). Mais il ajoute : « Je t'ai fait connaître mon péché et je n'ai pas couvert mon iniquité ; j'ai dit : je confesserai mes transgressions à l'Éternel ; et toi tu as pardonné l'iniquité de mon péché » (v. 5).

            L'accès du sanctuaire est de nouveau ouvert : « Tout homme pieux te priera au temps où l'on te trouve » (v. 6). Dieu protégera, il gardera de la détresse, il délivrera.

            Il faut reprendre la route avec une nouvelle décision ; la voix du Seigneur se fait entendre : « Je t'instruirai et je t'enseignerai le chemin où tu dois marcher ; je te conseillerai, ayant mon oeil sur toi » (v. 8).

            Dépendance bénie du croyant qui écoute la voix de son Maître et persévère dans sa communion. Refuserait-on de « s'approcher de lui » ? Dieu doit alors employer « la bride et le mors », c'est-à-dire exercer la discipline, pour que, bon gré mal gré, on marche dans son chemin.

            Le psaume se termine sur une note de bonheur : « Réjouissez-vous en l'Éternel et égayez-vous, justes ! et jetez des cris de joie, vous tous qui êtes droit de coeur » (v.11). Qui d'autre que notre Dieu pourrait ainsi donner la joie et la louange après la détresse où le péché avait plongé ?

            Mais avant que l'expérience de notre psaume puisse se réaliser, il a fallu le psaume 22 !

                        2.6 : Psaume 3

            David a composé beaucoup moins de psaumes depuis qu'il est devenu roi que durant les années de détresse avant son accès au trône. Sa fuite de devant Absalom le replace dans des circonstances similaires à celles de sa jeunesse. De nouveau sa prière s'adresse à Dieu devant le nombre de ses ennemis, de ceux qui disent : Il n'y a point de salut pour lui en Dieu.

            Comme autrefois, il dit avec assurance : « Toi Éternel ! Tu es un bouclier pour moi ; tu es ma gloire, et celui qui élève ma tête » (Ps. 3 : 3). Il crie de sa voix à l'Éternel, et peut ensuite se coucher et s'endormir, car le Seigneur le soutient : « En toutes choses exposez vos requêtes à Dieu... et la paix de Dieu… gardera vos coeurs » (Phil. 4 : 6-7). Il peut conclure en disant : « L'Éternel est le salut » (v. 8), comme Jonas terminera sa prière en affirmant : « La délivrance est de l'Éternel » (Jon. 2 : 10).

                        2.7 : Psaume 18 (2 Sam. 22)

            David sort de ses épreuves et de son affliction avec un chant de triomphe et de louange. Il avait appris dans ses souffrances à connaître Dieu ; « le jour où l'Éternel l'eut délivré de la main de tous ses ennemis et de la main de Saül » (2 Sam. 22 : 1), il veut chanter sa reconnaissance. Il semble n'avoir pas assez d'expressions pour qualifier les ressources qu'il a trouvées en Dieu : mon rocher, mon lieu fort, Celui qui me délivre, mon bouclier, la corne de mon salut, ma haute retraite, mon refuge. Quelles que soient les épreuves traversées, il affirme que «la voie de Dieu est parfaite» (Ps. 18 : 31). Peut-être avait-il trouvé cette voie dure, incompréhensible, quand il devait fuir de lieu en lieu, qu'il était méprisé par Nabal et rencontrait l'ingratitude des hommes de Kehila. Mais une fois l'épreuve terminée, regardant en arrière, il reconnaît que Dieu l'a bien conduit, qu'il a « aplani parfaitement sa voie » (2 Sam. 22 : 33). « C'est toi qui fais luire ma lampe » (Ps. 18 : 28). Tout n'a pas été facile et aisé certes, mais lorsqu'il a rencontré des difficultés qui à première vue semblaient insurmontables, il a fait l'expérience que Dieu rendait ses pieds « pareils à ceux des biches, et le faisait se tenir debout sur ses lieux élevés » (Hab. 3 : 19).

                        2.8 : Psaume 133

            David avait eu à coeur de faire remonter l'arche de Kiriath-Jearim jusqu'en Sion (Ps. 132). Dans ce jour de joie, où le roi a pu bénir le peuple qui l'entourait, distribuer à chacun nourriture et rafraîchissement, et inviter les chantres à louer l'Éternel, il considère ce grand rassemblement autour de l'arche, et s'écrie : « Voici, qu'il est bon et qu'il est agréable que des frères habitent unis ensemble ! » (Ps. 133 : 1)

            Finie, la guerre civile qui opposait la tribu de Juda à toutes les autres ; Israël a trouvé son centre : l'arche de l'Éternel à Jérusalem ; l'unité fraternelle est « comme la rosée de l'Hermon qui descend sur les montagnes de Sion ; car c'est là que l'Éternel a commandé la bénédiction, la vie pour l'éternité » (v. 3).

                        2.9 : Psaume 72

            Sans qu'il soit attribué expressément à David, ce psaume place devant nous le roi, qui, au soir de la vie, considère son fils Salomon. Mais le regard de sa foi s'étend bien au-delà, vers Celui qui est «plus grand que Salomon», le Roi de gloire, dont la bénédiction « descendra comme la pluie sur un pré fauché » (Ps. 72 : 6). En ses jours il y aura abondance de paix ; sa domination s'étendra sur toute la terre ; son nom sera pour toujours ; toutes les nations le diront bienheureux !
            Les lèvres du psalmiste vont se clore ; devant ses yeux resplendit la beauté de Celui qui, un jour, viendra établir son règne de paix sur la terre. La carrière s'achève, « les prières de David, fils d'Isaï, sont finies » (v. 20), et c'est sur la vision de la gloire de Christ qu'il va s'endormir.

LES DERNIÈRES PAROLES DE DAVID (2 Sam. 23)

            Quel contraste entre ses dernières paroles et le chant de triomphe qui terminait les épreuves du désert. David est au soir de la vie. Il a derrière lui toutes les années de prospérité, les années de règne, avec leur gloire, leurs victoires, mais aussi leurs chutes.

            Il nous est présenté sous quatre caractères (2 Sam. 23 : 1) :

                        - il est le fils d'Isaï : l'homme humble qui, derrière le désert, gardait les troupeaux de son père et n'était même pas invité à la fête de famille.

                        - il est aussi « l'homme haut placé », celui que Dieu a pris d'entre les parcs des brebis pour en faire le premier homme au milieu de son peuple,

                        - il est « l'oint du Dieu de Jacob », le roi que Dieu avait choisi.

                       - il reste toujours « le doux psalmiste d'Israël », le prophète et le chantre qui, au-delà de ses expériences personnelles, a exprimé celles des autres, jusqu'à s'élever aux pensées, aux sentiments, aux douleurs de Christ lui-même.

            Rien d'étonnant, car « l'Esprit de l'Eternel a parlé en lui, et sa parole a été sur sa langue » (v. 2). C'est l'inspiration divine de l'Ecriture. En outre, les communications qu'il a reçues, comme instrument pour les transmettre à d'autres, ont été aussi pour lui : « le Rocher d'Israël m'a parlé » (v. 3). Que reste-t-il devant la vision de ce vieillard dont la vie va s'éteindre ? Il décrit non ce qu'a été mais ce que sera « celui qui domine parmi les hommes ». Tourné vers l'avenir, il considère ce Roi de gloire qui un jour viendra et dominera en la crainte de Dieu, « comme la lumière du matin, quand le soleil se lève, un matin sans nuage » (v. 4). Il voit Christ, sa justice, sa splendeur. Il semble dire : voilà ce que j'aurais dû être ; je ne l'ai pas été, mais un Autre le sera. En effet, il ajoute : « ma maison n'est pas ainsi avec Dieu » (v. 5). Quelle humiliation et en même temps quelle simplicité dans ces quelques mots. Il ne veut pas parler de lui-même, ni de sa famille. De quoi pourrait-il se glorifier ? Si regardant en arrière, il doit confesser : « ma maison n'est pas ainsi avec Dieu », il peut cependant ajouter : « Il a établi avec moi une alliance éternelle, à tous égards bien ordonnée et assurée, car c'est là tout mon salut et tout mon plaisir ». Assurance du salut devant la mort, parce que ce salut ne dépend pas des oeuvres, de la marche, mais de la grâce infinie de Celui qui a établi pour les siens une alliance éternelle bien ordonnée et sûre. Pour ceux qui la refusent, les fils de Bélial, le jugement est inévitable : « ils seront entièrement brûlés par le feu sur le lieu même » (v. 6).

            David (celui dont la voix avait tant de fois chanté la bonté de Dieu, sa gloire et ses merveilles, dont le coeur avait su se confier en lui au travers des plus grandes détresses, dont les lèvres n'avaient pas craint, lorsque la lumière divine avait fouillé sa conscience, de confesser ses fautes et ses péchés) s'endort avec ses pères et attend maintenant le grand jour de la résurrection.

            « Après avoir, en sa propre génération, servi au conseil de Dieu, il s'est endormi » (Act. 13 : 36). David occupait une grande place dans ces conseils divins ; il fut le premier roi, selon le coeur de l'Eternel ; c'est lui qui donna à Israël ce centre de Jérusalem que Dieu avait choisi pour y mettre son nom ; c'est lui qui fit la grandeur du peuple terrestre, et qui, plus encore, fut de tant de manières, un type du Seigneur Jésus.

            Pourtant, ne peut-on pas dire que de chacun de ses enfants, Dieu attend qu'il serve, en sa propre génération, à son conseil ? A l'époque où ils vivent, dans le milieu où ils sont placés, Dieu a en vue quelque chose pour chacun d'eux. Il veut s'en servir pour accomplir son oeuvre sur la terre. Y a-t-il plus beau témoignage à la fin d'une carrière, ou plutôt au jour où tout sera manifesté, que d'entendre la voix du Seigneur dire que son racheté, malgré beaucoup de fautes, de faiblesses, de manquements, a « servi à son conseil » et accompli en quelque mesure ce pour quoi Il l'avait laissé ici-bas ?

            Mais il est une joie plus grande encore : considérer Celui qui lui-même est la lumière, ce soleil de justice qui au jour du matin sans nuages, éclairera tous les coeurs, particulièrement ceux qui, auprès de Lui dans la Maison du Père, partageront sa gloire :


                                   O lumière ineffable,
                                   Splendeur inaltérable
                   Quand de leur Dieu les saints jouiront à jamais !
                                   Bonheur incomparable
                                   Quand sa face adorable
                   Resplendira sur eux dans l'éternelle paix.


                                   Toujours, dans la lumière
                                   De la maison du Père
                   Toute ombre a disparu devant l'éclat du jour.
                                   Et bien loin de la terre,
                                   Notre âme toute entière
                   Goûtera près de Lui le repos de l'amour.

                                                                                              D'après G. André




David priant après son adultère avec Bethsabée,
livre d'heures de Marie de Bourgogne, 1477, Wien, Österreichische Nationalbibliothek, cod. 1857,


David, King and Prophet (RM)

10th century BC; celebrated in the Eastern Church on December 19. King of Judah and Israel, founder of the Judean dynasty at Jerusalem, King David is a world in himself; national hero as a youth, soldier, reformer, father, writer, sinner, and penitent. There is nothing better than reading the Bible (1 and 2 Kings; 1 and 2 Samuel; 1 and 2 Chronicles) to see what he was like, to appreciate his humanity, and to delight in his poetry. He was known as "the beloved of God" and "the man after God's own heart." He is one of the types of Christ in the Old Testament and, indeed, one of the most lovable characters in history (Benedictines, Encyclopedia).


SOURCE : http://www.saintpatrickdc.org/ss/1229.shtml



King David

In the Bible the name David is borne only by the second king of Israel, the great-grandson of Boaz and Ruth (Ruth 4:18 sqq.). He was the youngest of the eight sons of Isai, or Jesse (1 Samuel 16:8; cf. 1 Chronicles 2:13), a small proprietor, of the tribe of Juda, dwelling at Bethlehem, where David was born. Our knowledge of David's life and character is derived exclusively from the pages of Sacred Scripture, viz., 1 Samuel 16; 1 Kings 2; 1 Chronicles 2, 3, 10-29; Ruth 4:18-22, and the titles of many Psalms. According to the usual chronology, David was born in 1085 and reigned from 1055 to 1015 B.C. Recent writers have been induced by the Assyrian inscriptions to date his reign from 30 to 50 years later. Within the limits imposed it is impossible to give more than a bare outline of the events of his life and a brief estimate of his character and his significance in the history of the chosen people, as king, psalmist, prophet, and type of the Messias.

The history of David falls naturally into three periods: (1) before his elevation to the throne; (2) his reign, at Hebron over Juda, and at Jerusalem over all Israel, until his sin; (3) his sin and last years. He first appears in sacred history as a shepherd lad, tending his father's flocks in the fields near Bethlehem, "ruddy and beautiful to behold and of a comely face". Samuel, the Prophet and last of the judges, had been sent to anoint him in place of Saul, whom God had rejected for disobedience. The relations of David do not seem to have recognized the significance of this unction, which marked him as the successor to the throne after the death of Saul.

During a period of illness, when the evil spirit troubled Saul, David was brought to court to soothe the king by playing on the harp. He earned the gratitude of Saul and was made an armour-bearer, but his stay at court was brief. Not long afterwards, whilst his three elder brothers were in the field, fighting under Saul against the Philistines, David was sent to the camp with some provisions and presents; there he heard the words in which the giant, Goliath of Geth, defied all Israel to single combat, and he volunteered with God's help to slay the Philistine. His victory over Goliath brought about the rout of the enemy. Saul's questions to Abner at this time seem to imply that he had never seen David before, though, as we have seen, David had already been at court. Various conjectures have been made to explain this difficulty. As the passage which suggests a contradiction in the Hebrew text is omitted by Septuagint codices, some authors have accepted the Greek text in preference to the Hebrew. Others suppose that the order of the narratives has become confused in our present Hebrew text. A simpler and more likely solution maintains that on the second occasion Saul asked Abner only about the family of David and about his earlier life. Previously he had given the matter no attention.

David's victory over Goliath won for him the tender friendship of Jonathan, the son of Saul. He obtained a permanent position at court, but his great popularity and the imprudent songs of the women excited the jealousy of the king, who on two occasions attempted to kill him. As captain of a thousand men, he encountered new dangers to win the hand of Merob, Saul's eldest daughter, but, in spite of the king's promise, she was given to Hadriel. Michol, Saul's other daughter, loved David, and, in the hope that the latter might be killed by the Philistines, her father promised to give her in marriage, provided David should slay one hundred Philistines. David succeeded and married Michol. This success, however, made Saul fear the more and finally induced him to order that David should be killed. Through the intervention of Jonathan he was spared for a time, but Saul's hatred finally obliged him to flee from the court.

First he went to Ramatha and thence, with Samuel, to Naioth. Saul's further attempts to murder him were frustrated by God's direct interposition. An interview with Jonathan convinced him that reconciliation with Saul was impossible, and for the rest of the reign he was an exile and an outlaw. At Nobe, whither he proceeded, David and his companions were harboured by the priest Achimelech, who was afterwards accused of conspiracy and put to death with his fellow-priests. From Nobe David went to the court of Achis, king of Geth, where he escaped death by feigning madness. On his return he became the head of a band of about four hundred men, some of them his relations, others distressed debtors and malcontents, who gathered at the cave, or stronghold, of Odollam (Adullam). Not long after their number was reckoned at six hundred. David delivered the city of Ceila from the Philistines, but was again obliged to flee from Saul. His next abode was the wilderness of Ziph, made memorable by the visit of Jonathan and by the treachery of the Ziphites, who sent word to the king. David was saved from capture by the recall of Saul to repel an attack of the Philistines. In the deserts of Engaddi he was again in great danger, but when Saul was at his mercy, he generously spared his life. The adventure with Nabal, David's marriage with Abigail, and a second refusal to slay Saul were followed by David's decision to offer his serves to Achis of Geth and thus put an end to Saul's persecution. As a vassal of the Philistine king, he was set over the city of Siceleg, whence he made raids on the neighbouring tribes, wasting their lands and sparing neither man nor woman. By pretending that these expeditions were against his own people of Israel, he secured the favour of Achis. When, however, the Philistines prepared at Aphec to wage war against Saul, the other princes were unwilling to trust David, and he returned to Siceleg. During his absence it had been attacked by the Amalecites. David pursued them, destroyed their forces, and recovered all their booty. Meanwhile the fatal battle on Mount Gelboe (Gilboa) had taken place, in which Saul and Jonathan were slain. The touching elegy, preserved for us in 2 Samuel 1 is David's outburst of grief at their death.

By God's command, David, who was now thirty years old, went up to Hebron to claim the kingly power. The men of Juda accepted him as king, and he was again anointed, solemnly and publicly. Through the influence of Abner, the rest of Israel remained faithful to Isboseth, the son of Saul. Abner attacked the forces of David, but was defeated at Gabaon. Civil war continued for some time, but David's power was ever on the increase. At Hebron six sons were born to him: Amnon, Cheleab, Absalom, Adonias, Saphathia, and Jethraam. As the result of a quarrel with Isboseth, Abner made overtures to bring all Israel under the rule of David; he was, however, treacherously murdered by Joab without the king's consent. Isboseth was murdered by two Benjamites, and David was accepted by all Israel and anointed king. His reign at Hebron over Juda alone had lasted seven years and a half.
By his successful wars David succeeded in making Israel an independent state and causing his own name to be respected by all the surrounding nations. A notable exploit at the beginning of his reign was the conquest of the Jebusite city of Jerusalem, which he made the capital of his kingdom, "the city of David", the political centre of the nation. He built a palace, took more wives and concubines, and begat other sons and daughters. Having cast off the yoke of the Philistines, he resolved to make Jerusalem the religious centre of his people by transporting the Ark of the Covenant from Cariathiarim. It was brought to Jerusalem and placed in the new tent constructed by the king. Later on, when he proposed to build a temple for it, he was told by the prophet Nathan, that God had reserved this task for his successor. In reward for his piety, the promise was made that God would build him up a house and establish his kingdom forever.

No detailed account has been preserved of the various wars undertaken by David; only some isolated facts are given. The war with the Ammonites is recorded more fully because, whilst his army was in the field during this campaign, David fell into the sins of adultery and murder, bringing thereby great calamities on himself and his people. He was then at the height of his power, a ruler respected by all the nations from the Euphrates to the Nile. After his sin with Bethsabee and the indirect assassination of Urias, her husband, David made her his wife. A year elapsed before his repentance for the sin, but his contrition was so sincere that God pardoned him, though at the same time announcing the severe penalties that were to follow. The spirit in which David accepted these penalties has made him for all time the model of penitents. The incest of Amnon and the fratricide of Absalom brought shame and sorrow to David. For three years Absalom remained in exile. When he was recalled, David kept him in disfavour for two years more and then restored him to his former dignity, without any sign of repentance. Vexed by his father's treatment, Absalom devoted himself for the next four years to seducing the people and finally had himself proclaimed king at Hebron. David was taken by surprise and was forced to flee from Jerusalem. The circumstances of his flight are narrated in Scripture with great simplicity and pathos. Absalom's disregard of the counsel of Achitophel and his consequent delay in the pursuit of the king made it possible for the latter to gather his forces and win a victory at Manahaim, where Absalom was killed. David returned in triumph to Jerusalem. A further rebellion under Seba at the Jordan was quickly suppressed.

At this point in the narrative of 2 Samuel we read that "there was a famine in the days of David for three years successively", in punishment for Saul's sin against the Gabaonites. At their request seven of Saul's race were delivered up to be crucified. It is not possible to fix the exact date of the famine. On other occasions David showed great compassion for the descendants of Saul, especially for Miphiboseth, the son of his friend Jonathan. After a brief mention of four expeditions against the Philistines, the sacred writer records a sin of pride on David's part in his resolution to take a census of the people. As a penance for this sin, he was allowed to choose either a famine, an unsuccessful war, or pestilence. David chose the third and in three days 70,000 died. When the angel was about to strike Jerusalem, God was moved to pity and stayed the pestilence. David was commanded to offer sacrifice at the threshing-floor of Areuna, the site of the future temple.

The last days of David were disturbed by the ambition of Adonias, whose plans for the succession were frustrated by Nathan, the prophet, and Bethsabee, the mother of Solomon. The son who was born after David's repentance was chosen in preference to his older brothers. To make sure that Solomon would succeed to the throne, David had him publicly anointed. The last recorded words of the aged king are an exhortation to Solomon to be faithful to God, to reward loyal servants, and to punish the wicked. David died at the age of seventy, having reigned in Jerusalem thirty-three years. He was buried on Mount Sion. St. Peter spoke of his tomb as still in existence on the day of Pentecost, when the Holy Ghost descended on the Apostles (Acts 2:29). David is honoured by the Church as a saint. He is mentioned in the Roman Martyrology on 29 December.

The historical character of the narratives of David's life has been attacked chiefly by writers who have disregarded the purpose of the narrator in I Par. He passes over those events that are not connected with the history of the Ark. In the Books of Kings all the chief events, good and bad, are narrated. The Bible records David's sins and weaknesses without excuse or palliation, but it also records his repentance, his acts of virtue, his generosity towards Saul, his great faith, and his piety. Critics who have harshly criticized his character have not considered the difficult circumstances in which he lived or the manners of his age. It is uncritical and unscientific to exaggerate his faults or to imagine that the whole history is a series of myths. The life of David was an important epoch in the history of Israel. He was the real founder of the monarchy, the head of the dynasty. Chosen by God "as a man according to His own heart", David was tried in the school of suffering during the days of exile and developed into a military leader of renown. To him was due the complete organization of the army. He gave Israel a capital, a court, a great centre of religious worship. The little band at Odollam became the nucleus of an efficient force. When he became King of all Israel there were 339,600 men under his command. At the census 1,300,000 were enumerated capable of bearing arms. A standing army, consisting of twelve corps, each 24,000 men, took turns in serving for a month at a time as the garrison of Jerusalem. The administration of his palace and his kingdom demanded a large retinue of servants and officials. Their various offices are set down in 1 Chronicles 27. The king himself exercised the office of judge, though Levites were later appointed for this purpose, as well as other minor officials.

When the Ark had been brought to Jerusalem, David undertook the organization of religious worship. The sacred functions were entrusted to 24,000 Levites; 6,000 of these were scribes and judges, 4000 were porters, and 4000 singers. He arranged the various parts of the ritual, allotting to each section its tasks. The priests were divided into twenty-four families; the musicians into twenty-four choirs. To Solomon had been reserved the privilege of building God's house, but David made ample preparations for the work by amassing treasures and materials, as well as by transmitting to his son a plan for the building and all its details. We are told in I Par. how he exhorted his son Solomon to carry out this great work and made known to the assembled princes the extent of his preparations.
The prominent part played by song and music in the worship of the temple, as arranged by David, is readily explained by his poetic and musical abilities. His skill in music is recorded in 1 Samuel 16:18 and Amos 6:5. Poems of his composition are found in 2 Samuel 1, 3, 22, 23. His connection with the Book of Psalms, many of which are expressly attributed to various incidents of his career, was so taken for granted in later days that many ascribed the whole Psalter to him. The authorship of these hymns and the question how far they can be considered as supplying illustrative material for David's life will be treated in the article PSALMS.

David was not merely king and ruler, he was also a prophet. "The spirit of the Lord hath spoken by me and his word by my tongue" (2 Samuel 23:2) is a direct statement of prophetic inspiration in the poem there recorded. St. Peter tells us that he was a prophet (Acts 2:30). His prophecies are embodied in the Psalms he composed that are literally Messianic and in "David's last words" (2 Samuel 23). The literal character of these Messianic Psalms is indicated in the New Testament. They refer to the suffering, the persecution, and the triumphant deliverance of Christ, or to the prerogatives conferred on Him by the Father. In addition to these his direct prophecies, David himself has always been regarded as a type of the Messias. In this the Church has but followed the teaching of the Old Testament Prophets. The Messias was to be the great theocratic king; David, the ancestor of the Messias, was a king according to God's own heart. His qualities and his very name are attributed to the Messias. Incidents in the life of David are regarded by the Fathers as foreshadowing the life of Christ; Bethlehem is the birthplace of both; the shepherd life of David points out Christ, the Good Shepherd; the five stones chosen to slay Goliath are typical of the five wounds. The betrayal by his trusted counsellor, Achitophel, and the passage over the Cedron remind us of Christ's Sacred Passion. Many of the Davidic Psalms, as we learn from the New Testament, are clearly typical of the future Messias.

Corbett, John. "King David." The Catholic Encyclopedia. Vol. 4. New York: Robert Appleton Company, 1908. 28 Dec. 2016 <http://www.newadvent.org/cathen/04642b.htm>.

Transcription. This article was transcribed for New Advent by Judy Levandoski. In Memory of Andrew Levandoski.

Ecclesiastical approbation. Nihil Obstat. Remy Lafort, Censor. Imprimatur. +John M. Farley, Archbishop of New York.





San Davide Re e profeta


Davide è il personaggio che dominò la storia di Israele dalla prima metà dal X sec. a.C. Abbattè il gigante Golia, ridiede fiducia alle tribù d’Israele e le raccolse in un unico popolo forte e rispettato. Davide è l’uomo che peccò gravemente davanti al Signore, ma che seppe riconoscere le sue colpe e chiederne perdono. A lui il Signore assicurò una posterità eterna (2 Sam 23,5), perché dalla sua discendenza sarebbe nato il Salvatore , il vero Re che avrebbe portato la salvezza fino ai confini della terra, raccogliendo tutte le genti in un unico Israele. Gesù viene definito “figlio di David” (cfr. Mt 22,41-45), “nato dalla sua stirpe” (Lc 1,27; Rm 1,3). In Davide la promessa del Salvatore si storicizza progressivamente e l’Incarnazione del Verbo acquista tratti sempre più concreti.

Etimologia: Davide = diletto, dall'ebraico

Martirologio Romano: Commemorazione di san Davide, re e profeta, che, figlio di Iesse il Betlemita, trovò grazia presso Dio e fu unto con olio santo dal profeta Samuele, perché regnasse sul popolo d’Israele; trasportò nella città di Gerusalemme l’Arca dell’Alleanza del Signore e il Signore stesso gli giurò che la sua discendenza sarebbe rimasta in eterno, perché da essa sarebbe nato Gesù Cristo secondo la carne.

Davide era il più giovane dei sette figli di Isai, della tribù di Giuda. Era ancora giovanissimo quando Samuele fu mandato da Dio alla casa di suo padre per eonsacrarlo re in luogo di Saulle.

Chiamato dalla montagna dove pascolava il gregge paterno, venne alla presenza di Samuele che, con olio benedetto, lo consacrò re in mezzo ai suoi fratelli.

Da quel giorno lo spirito del Signore si posò in particolar maniera sopra Davide. Al contrario, Saulle fu assalito da uno spirito di tristezza e di malinconia che ben spesso lo faceva dare in furore.

Davide suonava l'arpa con grande maestria e cantava bene: fu quindi chiamato alla corte, fatto scudiere e con l'armonia del suono e con la melodia del canto dissipava la tristezza di Saulle.

Mentre Davide si trovava alla corte, ci fu guerra fra Israeliti e Filistei. Per evitare spargimento di sangue, un uomo filisteo, alto più di tre metri, chiamato il gigante Golia, avanzava verso gli Israeliti e diceva: “Se c'è qualcuno tra voi che voglia venir a battersi con me avanzi”.

Poi diceva: “Io oggi ho disprezzato le schiere del Dio d'Israele”. E così per 40 giorni.

Davide, uditolo, esclamò: “Chi è questo incirconciso che ardisce insultare il popolo del Signore? Io andrò a combattere contro di lui”. Prese la fionda e il bastone, andò incontro al gigante, e con la fionda scagliò una pietra che colpì Golia in fronte e lo fece stramazzare a terra. Davide gli fu sopra: gli sfoderò la spada e gli troncò il capo.

Saulle non si rallegrò per la vittoria, anzi, preso da invidia, cercava la morte di Davide, che per sfuggirla andò per i deserti esclamando: “Chi confida nell'Altissimo vive in sicurezza e nulla teme”.

Morto Saul, Davide, con grande zelo, condusse il popolo alla virtù e al timor di Dio. Diede splendore al culto divino; e, innalzato un magnifico padiglione sul monte Sion, vi fece trasportare l'Arca dell'Alleanza.

Peccò anche, ma pianse i suoi peccati, fece penitenza, rimproverato dal profeta Natan, detestò i suoi errori e accettò la punizione di Dio.

Vicino a morte chiamò il figlio Salomone e gli disse: “Mio caro, cammina nelle vie del Signore, osserva i suoi comandamenti ed egli ti concederà un felice successo nelle tue imprese”. Poco dopo finì in pace i suoi giorni.

Altissimo poeta, cantò, nei Salmi immortali il dolore, il pentimento, la speranza, la fede. Profeta, vide nell'alta mente illuminata da Dio il Giusto condannato, ucciso, trionfante, e mille anni prima narrò al mondo la passione e la risurrezione di Cristo.

Autore:
Antonio Galuzzi