jeudi 30 octobre 2014

Sainte BIENVENUE (BENVENUTA) BOJANI,vierge tertiaire dominicaine


Sainte Bienvenue Bojani

Tertiaire dominicaine au 13e siècle. Son père, après avoir eu six filles, apprit qu'il en avait eu une septième. Il s'écria alors qu'elle serait tout de même la bienvenue et lui donna ce nom.

Elle se mortifiait beaucoup. Les nuits de fête, pour ne pas dormir, elle se mettait un peu de vinaigre dans le coin de l'oeil. Les nuits de réveillon, elle se donnait la discipline par trois fois avec des chaînes en fer. Un jour, le démon se glissa contre elle de tout son long sous la forme d'un serpent. Elle n'hésita pas à le prendre à pleine main et à le massacrer contre le mur. Puis elle tomba malade pendant cinq ans. L'ange Gabriel lui apportait des nourritures mystérieuses. Comme elle souffrait de ne pas pouvoir aller à l'église, une des soeurs la portait sur son dos au moins une fois par semaine.
Elle finit par guérir en se rendant au tombeau de saint Dominique à Bologne.

Une des soeurs qui s'appelait Marguerite ne pouvait supporter le fromage. Bienvenue en prit un morceau, fit un signe de croix dessus et le tendit à Marguerite qui, dès lors, en mangea volontiers.
Bienvenue mourut le 30 octobre 1292. Deux siècles plus tard, on ne retrouva plus son corps.

SOURCE : http://carmina-carmina.com/carmina/calendeux/oct30.html

Bienheureuse Bienvenue Bojani

Tertiaire dominicaine ( 1292)

Née dans le Frioul en Italie, elle entra dans le Tiers Ordre de Saint Dominique et se sanctifia ainsi sans entrer dans un couvent. Ses contemporains l'ont dotée de toutes les vertus, mais «on se demande quand elle eut le temps de les mettre en œuvre tellement son biographe nous la montre occupée à faire sans cesse des miracles.» (Englebert) Elle voulait imiter les souffrances du Christ. Un cilice ne lui suffisant pas, elle serra autour de sa taille une corde qui, peu à peu, lui entra dans la chair. Elle en tomba malade, couverte d'ulcères douloureux. Le pape Clément XII la béatifia en 1763, ratifiant ainsi le culte que le peuple lui rendait.


À Cividale dans le Frioul, en 1292, la bienheureuse Bienvenue Boiani, vierge, sœur de la Pénitence de Saint-Dominique, qui se donna tout entière à la prière et aux austérités.


Martyrologe romain

SOURCE : http://nominis.cef.fr/contenus/saint/2101/Bienheureuse-Bienvenue-Bojani.html

SAINTE BIENVENUE 30 OCTOBRE
Sainte Bienvenue est une tertiaire dominicaine morte en 1292

Bienvenus Bojani était née dans le Frioul italien en 1254, elle voulut revivre les souffrances du Christ et multiplia les mortifications et les supplices… au point que les autorités religieuses l’obligèrent à devenir tertiaire de saint Dominique, c'est-à-dire à mener une vie laïque mais en relation avec la spiritualité de l’ordre.

SOURCE : http://unjourunsaint.hautetfort.com/archive/2006/10/30/sainte-bienvenue-30-septembre.html

Blessed Benvenuta Bojani, OP Tert. V (AC)

Born in Cividale, Friuli, Italy, 1254; died 1292; cultus approved in 1763. Benvenuta was the last of seven daughters. Her parents, too, must have been amazing people in comparison with so many in our time. When the silence of the midwife proclaimed that her father had been disappointed once again in his desire for a son, he exclaimed, "She too shall be welcome!" Remembering this she was christened by her parents Benvenuta ("welcome"), although they had asked for a son. A vain older sister unsuccessfully tried to teach the pious little Benvenuta to dress in rich clothing and use the deceits of society. Benvenuta hid from such temptations in the church where she developed a tender devotion to the Blessed Virgin. By the age of 12, Benvenuta was wearing hairshirts and a rope girdle. As she grew the rope became embedded in her flesh. When she realized the rope must be removed, she couldn't get it off, so she prayed and it fell to her feet. For this reason she is often pictured in art holding a length of rope in her hands.

Having become a Dominican tertiary at an early age, she added the penances practiced by the sisters to those she had appropriated for herself. All her disciplines, fasting, and lack of sleep soon caused her health to fail and she was confined to bed for five years. Thereafter, she was too weak to walk, so a kind older sibling carried her to church once a week for Compline (Night Prayer) in the Dominican church, her favorite liturgy after the Mass.

After evening prayer on the Vigil of the Feast of Saint Dominic, Dominic and Saint Peter Martyr appeared to Benvenuta. Dominic had a surprise for her. The prior was absent at the Salve procession, but at the beginning of Compline she saw Dominic in the prior's place. He passed from brother to brother giving the kiss of peace, then went to his own altar and disappeared. At the Salve procession, the Blessed Virgin herself came down the aisle, blessing the fathers while holding the Infant Jesus in her arms.

Benvenuta spent her whole life at home in Cividale busy with her domestic duties, praying, and working miracles. She was often attacked by the devil, who sometimes left her close to discouragement and exhaustion. When someone protested against the death of a promising young child, Benvenuta commented, "It is much better to be young in paradise than to be old in hell." The devil often appeared to her in horrifying forms but was banished when Benvenuta called upon the Virgin.
Benvenuta's companions called her "the sweetest and most spiritual of contemplatives, so lovable in her holiness that her touch and presence inspired gladness and drove away temptations." This is amazing in light of the severe penances that she imposed upon herself--and another sign of blessedness that she didn't judge others by her standards for herself (Benedictines, Dorcy). 

SOURCE : http://www.saintpatrickdc.org/ss/1030.shtml

Blessed Benvenuta Bojani, V.O.P.

Memorial Day: October 30th
 
 Profile

    Benvenuta was the last of seven daughters. Her parents, too, must have been amazing people in comparison with so many in our time. When the silence of the midwife proclaimed that her father had been disappointed once again in his desire for a son, he exclaimed, "She too shall be welcome!" Remembering this she was christened by her parents Benvenuta ("welcome"), although they had asked for a son. A vain older sister unsuccessfully tried to teach the pious little Benvenuta to dress in rich clothing and use the deceits of society. Benvenuta hid from such temptations in the church where she developed a tender devotion to the Blessed Virgin. By the age of 12, Benvenuta was wearing hairshirts and a rope girdle. As she grew the rope became embedded in her flesh. When she realized the rope must be removed, she couldn't get it off, so she prayed and it fell to her feet. For this reason she is often pictured in art holding a length of rope in her hands.

    Having become a Dominican tertiary at an early age, she added the penances practiced by the sisters to those she had appropriated for herself. All her disciplines, fasting, and lack of sleep soon caused her health to fail and she was confined to bed for five years. Thereafter, she was too weak to walk, so a kind older sibling carried her to church once a week for Compline (Night Prayer) in the Dominican church, her favorite liturgy after the Mass.

    After evening prayer on the Vigil of the Feast of Saint Dominic, Dominic and Saint Peter Martyr appeared to Benvenuta. Dominic had a surprise for her. The prior was absent at the Salve procession, but at the beginning of Compline she saw Dominic in the prior's place. He passed from brother to brother giving the kiss of peace, then went to his own altar and disappeared. At the Salve procession, the Blessed Virgin herself came down the aisle, blessing the fathers while holding the Infant Jesus in her arms.

    Benvenuta spent her whole life at home in Cividale busy with her domestic duties, praying, and working miracles. She was often attacked by the devil, who sometimes left her close to discouragement and exhaustion. When someone protested against the death of a promising young child, Benvenuta commented, "It is much better to be young in paradise than to be old in hell." The devil often appeared to her in horrifying forms but was banished when Benvenuta called upon the Virgin.

    Benvenuta's companions called her "the sweetest and most spiritual of contemplatives, so lovable in her holiness that her touch and presence inspired gladness and drove away temptations." This is amazing in light of the severe penances that she imposed upon herself--and another sign of blessedness that she didn't judge others by her standards for herself (Benedictines, Dorcy).

Born: May 4, 1254 at Cividale, Friuli, Italy

Died: October 30, 1292 at Cividale, Friuli, Italy of natural causes

Beatified: February 6, 1763 by Pope Clement XIV (cultus confirmed)

Name Meaning: welcome (from her father's statement at her birth: "She too shall be welcome!")

Representation: holding a length of rope
 
Prayers/Commemorations

First Vespers:

Ant. This is a wise Virgin whom the Lord found watching, who took her lamp and oil, and when the Lord came she entered with Him into the marriage feast

V. Pray for us Blessed Benvenuta

R. That we may be made worthy of the promises of Christ

Lauds:

Ant. Come, O my chosen one, and I will place my throne in thee, for the King hath exceedingly desired thy beauty

V. Virgins shall be led to the King after her

R. Her companions shall be presented to Thee
 
Second Vespers:

Ant. She has girded her loins with courage and hath strengthened her arm; therefore shall her lamp not be put out forever

V. Pray for us Blessed Benvenuta

R. That we may be made worthy of the promises of Christ
 
Prayer:

Let us Pray: Pour out upon us, O Lord, the grace of penance, prayer and humility, that in imitation of Blessed Benvenuta, Virgin, we may be enabled by mortifying the flesh to live in the spirit, and by continually meditating heavenly things and despising ourselves, find rest and glory in Thee, the only God. Through Christ our Lord. Amen.
 
Prayer II
 
Lord, you gave Blessed Benvenuta the gifts of penance, prayer and humility. Through self-denial and contemplation on heavenly things may we too live in the Spirit and find rest and glory in you, the one God. We ask this through our Lord Jesus Christ, your Son, who lives and reigns with you and the Holy Ghost, one God, for ever and ever. - General Calendar of the Order of Preachers

SOURCE : http://www.willingshepherds.org/Dominican%20Saints%20November.html#Benvenuta

Blessed Benvenuta Bojani

Also known as
  • Benvenuta Boiani
Profile

Youngest of seven daughters. She refused to play any childhood games that smacked of worldliness or vanity; by age twelve she was voluntarily wearing hair shirts and a rope belt. As she grew, the rope began to cut into her; it had to be removed, but was too embedded to be untied. She prayed over it, and it fell to her feet.

Dominican tertiary as a very young woman. Lived her entire life at home, practicing extreme austerities. Confined to her bed for five years with a serious illness, she had to be carried to daily Mass. During a Mass on the eve of the feast of Saint Dominic de Guzman, the saint appeared to her, and later in the liturgy, she was miraculously healed.

Visionary who had visits from both angels and demons; she could banish the demons by mentioning the name of Our Lady. However, hard life or no, sickness or no, visions and demonic oppression or no, she was known to be always cheerful and confident in God.

Born
  • holding a length of rope

Lord, you gave Blessed Benvenuta the gifts of penance, prayer and humility. Through self-denial and contemplation on heavenly things may we too live in the Spirit and find rest and glory in you, the one God. We ask this through our Lord Jesus Christ, your Son, who lives and reigns with you and the Holy Spirit, one God, for ever and ever. – General Calendar of the Order of Preachers

SOURCE : http://catholicsaints.info/blessed-benvenuta-bojani/

Beata Benvenuta Boiani Vergine


Cividale, Friuli, maggio 1255 - Cividale, 1292

Benvenuta Boiani visse a Cividale, dove era nata nel 1255, ed entrò ancor giovane nel terz’ordine secolare domenicano. Nel suo itinerario di esperienza ascetica, di contemplazione e di solitudine superò tentazioni e prove di ogni genere. Guarita da una grave malattia, visitò la tomba di S. Domenico a Bologna. Restò in famiglia, vivendo appartata e umile fino alla morte, avvenuta il 30 ottobre 1292. Fu sepolta nella chiesa di S. Domenico a Cividale. Il culto, di origine popolare, fu riconosciuto nel 1765 da Clemente XIII che la proclamò beata e permise all’ordine domenicano di celebrarne la festa, che in seguito si diffuse in diocesi.

Martirologio Romano: A Cividale del Friuli, beata Benvenuta Boiani, vergine, suora della Penitenza di San Domenico, che si consacrò totalmente alla preghiera e a una vita di mortificazione.

Il babbo di Benvenuta, che dopo sei figlie aspettava con impazienza un maschio, seppe far buon viso alla settima arrivata, e da quell’ottimo cristiano che era esclamò: “Sia anch’essa la benvenuta!” decidendo che si chiamasse, per questo suo atto di fede, Benvenuta. In seguito questo buon padre dovette rallegrarsi sempre più della sua cara figlia, che davvero fu una benedizione, tanto da apparire subito di appartenere più al cielo che alla terra. Nessuna cosa passeggera l’attraeva, e le sorelle non riuscirono mai a piegarla alle vanità mondane. Guidata solo dal suo fervore, e dalla inesperienza della sua giovinezza, si dette a penitenze inaudite. Le apparve allora il Santo Padre Domenico, rimproverandola severamente di si indiscreti rigori e ingiungendole ripetutamente di mettersi per la via regale della santa ubbidienza. Le indicò lui stesso il santo Domenicano a cui doveva rivolgersi, il quale la diresse per tutta la vita. Ricevuto l’Abito del Terz’Ordine imitò nelle veglie e nei digiuni i religiosi dell’Ordine. Ammalatasi gravemente, forse in seguito a tante penitenze, dopo cinque anni di spasimi fu miracolosamente guarita dal glorioso Patriarca Domenico. I pochi anni che le restarono furono tutti spesi nella contemplazione e nel sacrificio completo di sé. Fu tormentata in tutti i modi dal diavolo, ma godette anche di celesti favori. Molte furono le apparizioni della Madonna, belle e sempre ricche di simboli. Ai confratelli e alle sorelle del Terz’Ordine, e soprattutto al popolo, la sua breve vita fu luce ed esempio mirabili. Morì a trentotto anni, nel 1292, nel suo paese natale di Cividale. Sepolta nella chiesa locale dei Domenicani, il suo corpo non è stato poi più trovato. Papa Clemente XIII il 6 febbraio 1765 ha confermato il culto e il titolo di Beata.

Autore: Franco Mariani



vendredi 10 octobre 2014

NOTRE-DAME DU ROSAIRE (7 octobre)


La fête de Notre Dame du Rosaire est célébrée dans toute l'Eglise catholique, chaque année, le 7 octobre. A Lourdes, elle est célébrée solennellement, notamment dans le cadre du pèlerinage du Rosaire organisé par la famille religieuse des Dominicains. Une basilique du sanctuaire porte le nom de "Notre Dame du Rosaire". Sur son tympan, la Vierge du Rosaire présente un chapelet à saint Dominique.Voici quelques précisions historiques sur cette fête.
La fête de Notre-Dame du Rosaire se célébrait déjà, en 1547, à Tortosa (Espagne), le troisième dimanche d'avril, quand fut instituée par Pie V la fête de Notre-Dame de la Victoire (1572) au premier dimanche d'octobre, en action de grâces pour la victoire de Lépante où, à l'entrée du golfe de Corinthe, la flotte chrétienne fournie par le Saint-Siège, l'Espagne, Venise, la Savoie, Mantoue, Ferrare, Gênes et Lucques, sous le commandement de don Juan d'Autriche, avait écrasé la flotte turque d'Ali Pacha (7 octobre 1571). C'est à cette occasion qu'on ajouta aux litanies de la Sainte Vierge l'invocation "Secours des Chrétiens, priez pour nous !"
Grégoire XIII qui attribuait la victoire de Lépante aux processions faites à Rome par les confréries du Saint-Rosaire, changea la fête de Notre-Dame de la Victoire en celle du Saint Rosaire et la fixa au premier dimanche d'octobre (1573) ; elle ne fut alors obligatoire que pour les églises romaines qui possédaient une chapelle ou une confrérie du Saint-Rosaire.
Clément X concéda cette fête à l'Espagne (1671) avant que Clément XI l'étendît à l'Eglise universelle et l'élevât au rite double-majeur (1716), célébrée le jour de l'octave de l'Assomption, à la suite de la victoire de Peterwaradin que le prince Eugène de Savoie avait remportée sur les Turcs (5 août 1716). Léon XIII en fit une fête de seconde classe et adopta l'office et le propre de la messe en usage chez les Dominicains (1887). Pie X la fixa au 7 octobre (1913).



Notre-Dame du Rosaire

Cette fête, propre à l'Église d'Occident, fut instituée par saint Pie V pour commémorer la victoire de Lépante qui repousse l'invasion turque (7 octobre 1571). Elle est alors "Notre-Dame de la Victoire". Vingt-et-un ans plus tard, le pape Grégoire XIII lui donne son nom actuel. Le pape Clément XI l'étend à l'Église catholique toute entière en raison de la victoire remportée sur les turcs le 5 août 1716.

Voir aussi:

- Qu'est-ce que la prière du rosaire (site de l'Église catholique en France)

- de nombreuses paroisses portant ce nom à trouver sur le moteur de recherche de l'Eglise catholique en France.

Fêtes mariales

Pèlerinage du Rosaire

Mémoire de Notre-Dame du Rosaire. Par la prière du Rosaire le peuple chrétien invoque le secours de la sainte Mère de Dieu, en méditant, sous sa conduite, les mystères du Christ, elle qui fut associée, de manière unique, à l'incarnation, à la passion et à la résurrection du Fils de Dieu.

Martyrologe romain

"Le Rosaire de la Vierge Marie, qui s'est développé progressivement au cours du deuxième millénaire sous l'inspiration de l'Esprit de Dieu, est une prière aimée de nombreux saints et encouragée par le Magistère. Dans sa simplicité et dans sa profondeur, il reste, même dans le troisième millénaire commençant, une prière d'une grande signification, destinée à porter des fruits de sainteté."

Jean-Paul II, lettre apostolique Rosarium Virginis Mariae (site du Vatican)

Qu'est-ce que la prière du rosaire (site de l'Eglise catholique en France)

SOURCE : https://nominis.cef.fr/contenus/saint/1975/Notre-Dame-du-Rosaire.html


Anthony van Dyck. Madonna del Rosario, 1623-1624, Oratorio del Rosario di San Domenico, Palermo, Italy


Saint Jean-Paul II

Lettre Apostolique ROSARIUM VIRGINIS MARIAE


A l'Épiscopat, au clergé et aux fidèles sur le Rosaire

16 Octobre 2002


Introduction


1. Le Rosaire de la Vierge Marie, qui s'est développé progressivement au cours du deuxième millénaire sous l'inspiration de l'Esprit de Dieu, est une prière aimée de nombreux saints et encouragée par le Magistère. Dans sa simplicité et dans sa profondeur, il reste, même dans le troisième millénaire commençant, une prière d'une grande signification, destinée à porter des fruits de sainteté. Elle se situe bien dans la ligne spirituelle d'un christianisme qui, après deux mille ans, n'a rien perdu de la fraîcheur des origines et qui se sent poussé par l'Esprit de Dieu à "avancer au large" (Duc in altum !) pour redire, et même pour "crier" au monde, que le Christ est Seigneur et Sauveur, qu'il est "le chemin, la vérité et la vie" (Jn 14, 6), qu'il est "la fin de l'histoire humaine, le point vers lequel convergent les désirs de l'histoire et de la civilisation" (1).

En effet, tout en ayant une caractéristique mariale, le Rosaire est une prière dont le centre est christologique. Dans la sobriété de ses éléments, il concentre en lui la profondeur de tout le message évangélique, dont il est presque un résumé (2). En lui résonne à nouveau la prière de Marie, son Magnificat permanent pour l'œuvre de l'Incarnation rédemptrice qui a commencé dans son sein virginal. Avec lui, le peuple chrétien se met à l'école de Marie, pour se laisser introduire dans la contemplation de la beauté du visage du Christ et dans l'expérience de la profondeur de son amour. Par le Rosaire, le croyant puise d'abondantes grâces, les recevant presque des mains mêmes de la Mère du Rédempteur.

Les Pontifes romains et le Rosaire

2. Beaucoup de mes prédécesseurs ont accordé une grande importance à cette prière. A ce sujet, des mérites particuliers reviennent à Léon XIII qui, le 1er septembre 1883, promulgua l'encyclique Supremi apostolatus officio (3), paroles fortes par lesquelles il inaugurait une série de nombreuses autres interventions concernant cette prière, qu'il présente comme un instrument spirituel efficace face aux maux de la société. Parmi les Papes les plus récents qui, dans la période conciliaire, se sont illustrés dans la promotion du Rosaire, je désire rappeler le bienheureux Jean XXIII (4) et surtout Paul VI qui, dans l'exhortation apostolique Marialis cultus, souligna, en harmonie avec l'inspiration du Concile Vatican II, le caractère évangélique du Rosaire et son orientation christologique.

Puis, moi-même, je n'ai négligé aucune occasion pour exhorter à la récitation fréquente du Rosaire. Depuis mes plus jeunes années, cette prière a eu une place importante dans ma vie spirituelle. Mon récent voyage en Pologne me l'a rappelé avec force, et surtout la visite au sanctuaire de Kalwaria. Le Rosaire m'a accompagné dans les temps de joie et dans les temps d'épreuve. Je lui ai confié de nombreuses préoccupations. En lui, j'ai toujours trouvé le réconfort. Il y a vingt-quatre ans, le 29 octobre 1978, deux semaines à peine après mon élection au Siège de Pierre, laissant entrevoir quelque chose de mon âme, je m'exprimais ainsi : « Le Rosaire est ma prière préférée. C'est une prière merveilleuse. Merveilleuse de simplicité et de profondeur. [...] On peut dire que le Rosaire est, d'une certaine manière, une prière-commentaire du dernier chapitre de la Constitution Lumen gentium du deuxième Concile du Vatican, chapitre qui traite de l'admirable présence de la Mère de Dieu dans le mystère du Christ et de l'Eglise. En effet, sur l'arrière-fond des Ave Maria défilent les principaux épisodes de la vie de Jésus Christ. Réunis en mystères joyeux, douloureux et glorieux, ils nous mettent en communion vivante avec Jésus à travers le cœur de sa Mère, pourrions-nous dire. En même temps, nous pouvons rassembler dans ces dizaines du Rosaire tous les événements de notre vie individuelle ou familiale, de la vie de notre pays, de l'Eglise, de l'humanité, c'est-à-dire nos événements personnels ou ceux de notre prochain, et en particulier de ceux qui nous sont les plus proches, qui nous tiennent le plus à cœur. C'est ainsi que la simple prière du Rosaire s'écoule au rythme de la vie humaine ». (5)

Par ces paroles, chers frères et sœurs, je mettais dans le rythme quotidien du Rosaire ma première année de Pontificat. Aujourd'hui, au début de ma vingt-cinquième année de service comme Successeur de Pierre, je désire faire de même. Que de grâces n'ai-je pas reçues de la Vierge Sainte à travers le rosaire au cours de ces années : Magnificat anima mea Dominum ! Je désire faire monter mon action de grâce vers le Seigneur avec les paroles de sa très sainte Mère, sous la protection de laquelle j'ai placé mon ministère pétrinien : Totus tuus !

Octobre 2002 - Octobre 2003 : Année du Rosaire

3. C'est pourquoi, faisant suite à la réflexion proposée dans la Lettre apostolique Novo millennio ineunte, dans laquelle, après l'expérience jubilaire, j'ai invité le Peuple de Dieu à "repartir du Christ" (6), j'ai senti la nécessité de développer une réflexion sur le Rosaire, presque comme un couronnement marial de cette lettre apostolique, pour exhorter à la contemplation du visage du Christ en compagnie de sa très sainte Mère et à son école. En effet, réciter le Rosaire n'est rien d'autre que contempler avec Marie le visage du Christ. Pour donner un plus grand relief à cette invitation, profitant de l'occasion du tout proche cent vingtième anniversaire de l'encyclique de Léon XIII déjà mentionnée, je désire que, tout au long de l'année, cette prière soit proposée et mise en valeur de manière particulière dans les différentes communautés chrétiennes. Je proclame donc l'année qui va d'octobre de cette année à octobre 2003 Année du Rosaire.

Je confie cette directive pastorale à l'initiative des différentes communautés ecclésiales. Ce faisant, je n'entends pas alourdir, mais plutôt unir et consolider les projets pastoraux des Eglises particulières. Je suis certain que cette directive sera accueillie avec générosité et empressement. S'il est redécouvert dans sa pleine signification, le Rosaire conduit au cœur même de la vie chrétienne, et offre une occasion spirituelle et pédagogique ordinaire particulièrement féconde pour la contemplation personnelle, la formation du Peuple de Dieu et la nouvelle évangélisation. Il me plaît de le redire aussi à l'occasion du souvenir joyeux d'un autre événement: le quarantième anniversaire de l'ouverture du Concile œcuménique Vatican II (11 octobre 1962), cette "grande grâce" offerte par l'Esprit de Dieu à l'Eglise de notre temps (7).

Objections au Rosaire

4. L'opportunité d'une telle initiative découle de diverses considérations. La première concerne l'urgence de faire face à une certaine crise de cette prière qui, dans le contexte historique et théologique actuel, risque d'être à tort amoindrie dans sa valeur et ainsi rarement proposée aux nouvelles générations. D'aucuns pensent que le caractère central de la liturgie, à juste titre souligné par le Concile œcuménique Vatican II, a eu comme conséquence nécessaire une diminution de l'importance du Rosaire. En réalité, comme le précisait Paul VI, cette prière non seulement ne s'oppose pas à la liturgie, mais en constitue un support, puisqu'elle l'introduit bien et s'en fait l'écho, invitant à la vivre avec une plénitude de participation intérieure, afin d'en recueillir des fruits pour la vie quotidienne.

D'autres craignent peut-être qu'elle puisse apparaître peu œcuménique en raison de son caractère nettement marial. En réalité, elle se situe dans la plus pure perspective d'un culte à la Mère de Dieu, comme le Concile Vatican II l'a défini: un culte orienté vers le centre christologique de la foi chrétienne, de sorte que, "à travers l'honneur rendu à sa Mère, le Fils [...] soit connu, aimé, glorifié" (8). S'il est redécouvert de manière appropriée, le Rosaire constitue une aide, mais certainement pas un obstacle à l'œcuménisme.

La voie de la contemplation

5. Cependant, la raison la plus importante de redécouvrir avec force la pratique du Rosaire est le fait que ce dernier constitue un moyen très valable pour favoriser chez les fidèles l'engagement de contemplation du mystère chrétien que j'ai proposé dans la lettre apostolique Novo millennio ineunte comme une authentique "pédagogie de la sainteté": "Il faut un christianisme qui se distingue avant tout dans l'art de la prière" (9). Alors que dans la culture contemporaine, même au milieu de nombreuses contradictions, affleure une nouvelle exigence de spiritualité, suscitée aussi par les influences d'autres religions, il est plus que jamais urgent que nos communautés chrétiennes deviennent "d'authentiques écoles de prière" (10).

Le Rosaire se situe dans la meilleure et dans la plus pure tradition de la contemplation chrétienne. Développé en Occident, il est une prière typiquement méditative et il correspond, en un sens, à la "prière du cœur" ou à la "prière de Jésus", qui a germé sur l'humus de l'Orient chrétien.

Prière pour la paix et pour la famille

6. Certaines circonstances historiques ont contribué à une meilleure actualisation du renouveau du Rosaire. La première d'entre elles est l'urgence d'implorer de Dieu le don de la paix. Le Rosaire a été à plusieurs reprises proposé par mes Prédécesseurs et par moi-même comme prière pour la paix. Au début d'un millénaire, qui a commencé avec les scènes horribles de l'attentat du 11 septembre 2001 et qui enregistre chaque jour dans de nombreuses parties du monde de nouvelles situations de sang et de violence, redécouvrir le Rosaire signifie s'immerger dans la contemplation du mystère de Celui "qui est notre paix", ayant fait "de deux peuples un seul, détruisant la barrière qui les séparait, c'est-à-dire la haine" (Ep 2, 14). On ne peut donc réciter le Rosaire sans se sentir entraîné dans un engagement précis de service de la paix, avec une attention particulière envers la terre de Jésus, encore si éprouvée, et particulièrement chère au cœur des chrétiens.

De manière analogue, il est urgent de s'engager et de prier pour une autre situation critique de notre époque, celle de la famille, cellule de la société, toujours plus attaquée par des forces destructrices, au niveau idéologique et pratique, qui font craindre pour l'avenir de cette institution fondamentale et irremplaçable, et, avec elle, pour le devenir de la société entière. Dans le cadre plus large de la pastorale familiale, le renouveau du Rosaire dans les familles chrétiennes se propose comme une aide efficace pour endiguer les effets dévastateurs de la crise actuelle.

"Voici ta mère !" (Jn 19, 27)

7. De nombreux signes montrent ce que la Vierge Sainte veut encore réaliser aujourd'hui, précisément à travers cette prière; cette mère attentive à laquelle, dans la personne du disciple bien-aimé, le Rédempteur confia au moment de sa mort tous les fils de l'Eglise : "Femme, voici ton Fils" (Jn 19, 26). Au cours du dix-neuvième et du vingtième siècles, les diverses circonstances au cours desquelles la Mère du Christ a fait en quelque sorte sentir sa présence et entendre sa voix pour exhorter le Peuple de Dieu à cette forme d'oraison contemplative sont connues. En raison de la nette influence qu'elles conservent dans la vie des chrétiens et à cause de leur reconnaissance importante de la part de l'Eglise, je désire rappeler en particulier les apparitions de Lourdes et de Fatima (11), dont les sanctuaires respectifs constituent le but de nombreux pèlerins à la recherche de réconfort et d'espérance.

Sur les pas des témoins

8. Il serait impossible de citer la nuée innombrable de saints qui ont trouvé dans le Rosaire une authentique voie de sanctification. Il suffira de rappeler saint Louis Marie Grignion de Montfort, auteur d'une œuvre précieuse sur le Rosaire (12), et plus près de nous, Padre Pio de Pietrelcina, qui j'ai eu récemment la joie de canoniser. Le bienheureux Bartolo Longo eut un charisme spécial, celui de véritable apôtre du Rosaire. Son chemin de sainteté s'appuie sur une inspiration entendue au plus profond de son cœur : "Qui propage le Rosaire est sauvé !" (13). A partir de là, il s'est senti appelé à construire à Pompéi un sanctuaire dédié à la Vierge du Saint Rosaire près des ruines de l'antique cité tout juste pénétrée par l'annonce évangélique avant d'être ensevelie en 79 par l'éruption du Vésuve et de renaître de ses cendres des siècles plus tard, comme témoignage des lumières et des ombres de la civilisation classique.

Par son œuvre entière, en particulier par les "Quinze Samedis", Bartolo Longo développa l'âme christologique et contemplative du Rosaire; il trouva pour cela un encouragement particulier et un soutien chez Léon XIII, le "Pape du Rosaire".



Giorgio Ventura  (1570–1610). Madone du Rosaire, 1598, 197 X 126, Višnjan, ž. c. sv. Kvirike in Julite



Chapitre I : Contempler le Christ avec Marie


Un visage resplendissant comme le soleil


9. "Et il fut transfiguré devant eux : son visage devint brillant comme le soleil" (Mt 17, 2). L'épisode évangélique de la transfiguration du Christ, dans lequel les trois Apôtres Pierre, Jacques et Jean apparaissent comme ravis par la beauté du Rédempteur, peut être considéré comme icône de la contemplation chrétienne. Fixer les yeux sur le visage du Christ, en reconnaître le mystère dans le chemin ordinaire et douloureux de son humanité, jusqu'à en percevoir la splendeur divine définitivement manifestée dans le Ressuscité glorifié à la droite du Père, tel est le devoir de tout disciple du Christ; c'est donc aussi notre devoir. En contemplant ce visage, nous nous préparons à accueillir le mystère de la vie trinitaire, pour faire l'expérience toujours nouvelle de l'amour du Père et pour jouir de la joie de l'Esprit Saint. Se réalise ainsi pour nous la parole de saint Paul : "Nous reflétons tous la gloire du Seigneur, et nous sommes transfigurés en son image, avec une gloire de plus en plus grande, par l'action du Seigneur qui est Esprit" (2 Co 3, 18).

Marie modèle de contemplation

10. La contemplation du Christ trouve en Marie son modèle indépassable. Le visage du Fils lui appartient à un titre spécial. C'est dans son sein qu'il s'est formé, prenant aussi d'elle une ressemblance humaine qui évoque une intimité spirituelle assurément encore plus grande. Personne ne s'est adonné à la contemplation du visage du Christ avec autant d'assiduité que Marie. Déjà à l'Annonciation, lorsqu'elle conçoit du Saint-Esprit, les yeux de son cœur se concentrent en quelque sorte sur Lui; au cours des mois qui suivent, elle commence à ressentir sa présence et à en pressentir la physionomie. Lorsque enfin elle lui donne naissance à Bethléem, ses yeux de chair se portent aussi tendrement sur le visage de son Fils tandis qu'elle l'enveloppe de langes et le couche dans une crèche (cf. Lc 2, 7).

A partir de ce moment-là, son regard, toujours riche d'un étonnement d'adoration, ne se détachera plus de Lui. Ce sera parfois un regard interrogatif, comme dans l'épisode de sa perte au temple : "Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ?" (Lc 2, 48) ; ce sera dans tous les cas un regard pénétrant, capable de lire dans l'intimité de Jésus, jusqu'à en percevoir les sentiments cachés et à en deviner les choix, comme à Cana (cf. Jn 2, 5) ; en d'autres occasions, ce sera un regard douloureux, surtout au pied de la croix, où il s'agira encore, d'une certaine manière, du regard d'une "femme qui accouche", puisque Marie ne se limitera pas à partager la passion et la mort du Fils unique, mais qu'elle accueillera dans le disciple bien-aimé un nouveau fils qui lui sera confié (cf. Jn 19, 26-27) ; au matin de Pâques, ce sera un regard radieux en raison de la joie de la résurrection et, enfin, un regard ardent lié à l'effusion de l'Esprit au jour de la Pentecôte (cf. Ac 1, 14).

Les souvenirs de Marie

11. Marie vit en gardant les yeux fixés sur le Christ, et chacune de ses paroles devient pour elle un trésor: "Elle retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur" (Lc 2, 19; cf. 2, 51). Les souvenirs de Jésus, imprimés dans son esprit, l'ont accompagnée en toute circonstance, l'amenant à parcourir à nouveau, en pensée, les différents moments de sa vie aux côtés de son Fils. Ce sont ces souvenirs qui, en un sens, ont constitué le "rosaire" qu'elle a constamment récité au long des jours de sa vie terrestre.

Et maintenant encore, parmi les chants de joie de la Jérusalem céleste, les motifs de son action de grâce et de sa louange demeurent inchangés. Ce sont eux qui inspirent son attention maternelle envers l'Eglise en pèlerinage, dans laquelle elle continue à développer la trame de son "récit" d'évangélisatrice. Marie propose sans cesse aux croyants les "mystères" de son Fils, avec le désir qu'ils soient contemplés, afin qu'ils puissent libérer toute leur force salvifique. Lorsqu'elle récite le Rosaire, la communauté chrétienne se met en syntonie avec le souvenir et avec le regard de Marie.

Le Rosaire, prière contemplative

12. C'est précisément à partir de l'expérience de Marie que le Rosaire est une prière nettement contemplative. Privé de cette dimension, il en serait dénaturé, comme le soulignait Paul VI : "Sans la contemplation, le Rosaire est un corps sans âme, et sa récitation court le danger de devenir une répétition mécanique de formules et d'agir à l'encontre de l'avertissement de Jésus : "Quand vous priez, ne rabâchez pas comme les païens; ils s'imaginent qu'en parlant beaucoup, ils se feront mieux écouter" (Mt 6, 7). Par nature, la récitation du Rosaire exige que le rythme soit calme et que l'on prenne son temps, afin que la personne qui s'y livre puisse mieux méditer les mystères de la vie du Seigneur, vus à travers le cœur de Celle qui fut la plus proche du Seigneur, et qu'ainsi s'en dégagent les insondables richesses" (14).

Il convient de nous arrêter sur la pensée profonde de Paul VI, pour faire apparaître certaines dimensions du Rosaire qui en définissent mieux le caractère propre de contemplation christologique.

Se souvenir du Christ avec Marie

13. La contemplation de Marie est avant tout le fait de se souvenir. Il faut cependant entendre ces paroles dans le sens biblique de la mémoire (zakar), qui rend présentes les œuvres accomplies par Dieu dans l'histoire du salut. La Bible est le récit d'événements salvifiques, qui trouvent leur sommet dans le Christ lui-même. Ces événements ne sont pas seulement un "hier" ; ils sont aussi l'aujourd'hui du salut. Cette actualisation se réalise en particulier dans la liturgie: ce que Dieu a accompli il y a des siècles ne concerne pas seulement les témoins directs des événements, mais rejoint par son don de grâce l'homme de tous les temps. Cela vaut aussi d'une certaine manière pour toute autre approche de dévotion concernant ces événements : "en faire mémoire" dans une attitude de foi et d'amour signifie s'ouvrir à la grâce que le Christ nous a obtenue par ses mystères de vie, de mort et de résurrection.

C'est pourquoi, tandis qu'il faut rappeler avec le Concile Vatican II que la liturgie, qui constitue la réalisation de la charge sacerdotale du Christ et le culte public, est "le sommet vers lequel tend l'action de l'Eglise et en même temps la source d'où découle toute sa force" (15), il convient aussi de rappeler que la vie spirituelle "n'est pas enfermée dans les limites de la participation à la seule sainte Liturgie. Le chrétien, appelé à prier en commun, doit néanmoins aussi entrer dans sa chambre pour prier son Père dans le secret (cf. Mt 6, 6) et doit même, selon l'enseignement de l'Apôtre, prier sans relâche (cf. 1 Th 5, 17)" (16). Avec sa spécificité, le Rosaire se situe dans ce panorama multicolore de la prière "incessante" et, si la liturgie, action du Christ et de l'Eglise, est l'action salvifique par excellence, le Rosaire, en tant que méditation sur le Christ avec Marie, est une contemplation salutaire. Nous plonger en effet, de mystère en mystère, dans la vie du Rédempteur, fait en sorte que ce que le Christ a réalisé et ce que la liturgie actualise soient profondément assimilés et modèlent notre existence.

Par Marie, apprendre le Christ

14. Le Christ est le Maître par excellence, le révélateur et la révélation. Il ne s'agit pas seulement d'apprendre ce qu'il nous a enseigné, mais "d'apprendre à le connaître Lui". Et quel maître, en ce domaine, serait plus expert que Marie ? S'il est vrai que, du point de vue divin, l'Esprit est le Maître intérieur qui nous conduit à la vérité tout entière sur le Christ (cf Jn 14, 26; 15, 26; 16, 13), parmi les êtres humains, personne mieux qu'elle ne connaît le Christ; nul autre que sa Mère ne peut nous faire entrer dans une profonde connaissance de son mystère.

Le premier des "signes" accomplis par Jésus – la transformation de l'eau en vin aux noces de Cana – nous montre justement Marie en sa qualité de maître, alors qu'elle invite les servants à suivre les instructions du Christ (cf. Jn 2, 5). Et nous pouvons penser qu'elle a rempli cette fonction auprès des disciples après l'Ascension de Jésus, quand elle demeura avec eux dans l'attente de l'Esprit Saint et qu'elle leur apporta le réconfort dans leur première mission. Cheminer avec Marie à travers les scènes du Rosaire, c'est comme se mettre à "l'école" de Marie pour lire le Christ, pour en pénétrer les secrets, pour en comprendre le message.

L'école de Marie est une école tout particulièrement efficace si l'on considère que Marie l'accomplit en nous obtenant l'abondance des dons de l'Esprit Saint, en nous offrant aussi l'exemple du "pèlerinage dans la foi" (17) dont elle est un maître incomparable. Face à chaque mystère de son Fils, elle nous invite, comme elle le fit à l'Annonciation, à poser humblement les questions qui ouvrent sur la lumière, pour finir toujours par l'obéissance de la foi : "Je suis la servante du Seigneur; que tout se passe pour moi selon ta parole !" (Lc 1, 38).

Se conformer au Christ avec Marie

15. La spiritualité chrétienne a pour caractéristique fondamentale l'engagement du disciple à "se conformer" toujours plus pleinement à son Maître (cf. Rm 8, 29; Ph 3, 10.21). Par l'effusion de l'Esprit reçu au Baptême, le croyant est greffé, comme un sarment, sur la vigne qu'est le Christ (cf. Jn 15, 5), il est constitué membre de son Corps mystique (cf. 1 Co 12, 12; Rm 12, 5). Mais à cette unité initiale doit correspondre un cheminement de ressemblance croissante avec lui qui oriente toujours plus le comportement du disciple dans le sens de la "logique" du Christ : "Ayez entre vous les dispositions que l'on doit avoir dans le Christ Jésus" (Ph 2, 5). Selon les paroles de l'Apôtre, il faut "se revêtir du Seigneur Jésus Christ" (cf. Rm 13, 14; Ga 3, 27).

Dans le parcours spirituel du Rosaire, fondé sur la contemplation incessante – en compagnie de Marie – du visage du Christ, on est appelé à poursuivre un tel idéal exigeant de se conformer à Lui grâce à une fréquentation que nous pourrions dire "amicale". Elle nous fait entrer de manière naturelle dans la vie du Christ et pour ainsi dire "respirer" ses sentiments. Le bienheureux Bartolo Longo dit à ce propos : "De même que deux amis qui se retrouvent souvent ensemble finissent par se ressembler même dans la manière de vivre, de même, nous aussi, en parlant familièrement avec Jésus et avec la Vierge, par la méditation des Mystères du Rosaire, et en formant ensemble une même vie par la Communion, nous pouvons devenir, autant que notre bassesse le permet, semblables à eux et apprendre par leurs exemples sublimes à vivre de manière humble, pauvre, cachée, patiente et parfaite" (18).

Grâce à ce processus de configuration au Christ, par le Rosaire, nous nous confions tout particulièrement à l'action maternelle de la Vierge Sainte. Tout en faisant partie de l'Eglise comme membre qui "tient la place la plus élevée et en même temps la plus proche de nous" (19), elle, qui est la mère du Christ, est en même temps la "Mère de l'Eglise". Et comme telle, elle "engendre" continuellement des fils pour le Corps mystique de son Fils. Elle le fait par son intercession, en implorant pour eux l'effusion inépuisable de l'Esprit. Elle est l'icône parfaite de la maternité de l'Eglise.

Mystiquement, le Rosaire nous transporte auprès de Marie, dans la maison de Nazareth, où elle est occupée à accompagner la croissance humaine du Christ. Par ce biais, elle peut nous éduquer et nous modeler avec la même sollicitude, jusqu'à ce que le Christ soit "formé" pleinement en nous (cf. Ga 4, 19). Cette action de Marie, totalement enracinée dans celle du Christ et dans une radicale subordination à elle, "n'empêche en aucune manière l'union immédiate des croyants avec le Christ, au contraire elle la favorise" (20). Tel est le lumineux principe exprimé parle Concile Vatican II, dont j'ai si fortement fait l'expérience dans ma vie, au point d'en faire le noyau de ma devise épiscopale "Totus tuus" (21). Comme on le sait, il s'agit d'une devise inspirée par la doctrine de saint Louis Marie Grignion de Montfort, qui expliquait ainsi le rôle de Marie pour chacun de nous dans le processus de configuration au Christ : "Toute notre perfection consistant à être conformes, unis et consacrés à Jésus Christ, la plus parfaite de toutes les dévotions est sans difficulté celle qui nous conforme, unit et consacre le plus parfaitement à Jésus Christ. Or, Marie étant de toutes les créatures la plus conforme à Jésus Christ, il s'ensuit que, de toutes les dévotions, celle qui consacre et conforme le plus une âme à Notre-Seigneur est la dévotion à la Très Sainte Vierge, sa sainte Mère, et que plus une âme sera consacrée à Marie, plus elle le sera à Jésus Christ" (22). Jamais comme dans le Rosaire, le chemin du Christ et celui de Marie n'apparaissent aussi étroitement unis. Marie ne vit que dans le Christ et en fonction du Christ !

Supplier le Christ avec Marie

16. Le Christ nous a invités à nous tourner vers Dieu avec confiance et persévérance pour être exaucés: "Demandez et l'on vous donnera; cherchez et vous trouverez; frappez et l'on vous ouvrira" (Mt 7, 7). Le fondement de cette efficacité de la prière, c'est la bonté du Père, mais aussi la médiation du Christ lui-même auprès de Lui (cf. 1 Jn 2, 1) et l'action de l'Esprit Saint, qui "intercède pour nous" selon le dessein de Dieu (cf. Rm 8, 26-27). Car nous-mêmes, "nous ne savons pas prier comme il faut" (Rm 8, 26) et parfois nous ne sommes pas exaucés parce que "nous prions mal" (cf. Jc 4, 2-3).

Par son intercession maternelle, Marie intervient pour soutenir la prière que le Christ et l'Esprit font jaillir de notre cœur. "La prière de l'Eglise est comme portée par la prière de Marie" (23). En effet, si Jésus, l'unique Médiateur, est la Voie de notre prière, Marie, qui est pure transparence du Christ, nous montre la voie, et "c'est à partir de cette coopération singulière de Marie à l'action de l'Esprit Saint que les Eglises ont développé la prière à la sainte Mère de Dieu, en la centrant sur la Personne du Christ manifestée dans ses mystères" (24). Aux noces de Cana, l'Evangile montre précisément l'efficacité de l'intercession de Marie qui se fait auprès de Jésus le porte-parole des besoins de l'humanité : "Ils n'ont plus de vin" (Jn 2, 3).

Le Rosaire est à la fois méditation et supplication. L'imploration insistante de la Mère de Dieu s'appuie sur la certitude confiante que son intercession maternelle est toute puissante sur le cœur de son Fils. Elle est "toute puissante par grâce", comme disait, dans une formule dont il faut bien comprendre l'audace, le bienheureux Bartolo Longo dans la Supplique à la Vierge (25). C'est une certitude qui, partant de l'Evangile, n'a cessé de se renforcer à travers l'expérience du peuple chrétien. Le grand poète Dante s'en fait magnifiquement l'interprète quand il chante, en suivant saint Bernard : "Dame, tu es si grande et de valeur si haute / que qui veut une grâce et à toi ne vient pas / il veut que son désir vole sans ailes" (26). Dans le Rosaire, tandis que nous la supplions, Marie, Sanctuaire de l'Esprit Saint (cf. Lc 1, 35), se tient pour nous devant le Père, qui l'a comblée de grâce, et devant le Fils, qu'elle a mis au monde, priant avec nous et pour nous.

Annoncer le Christ avec Marie

17. Le Rosaire est aussi un parcours d'annonce et d'approfondissement, au long duquel le mystère du Christ est constamment représenté aux divers niveaux de l'expérience chrétienne. Il s'agit d'une présentation orante et contemplative, qui vise à façonner le disciple selon le cœur du Christ. Si, dans la récitation du Rosaire, tous les éléments permettant une bonne méditation sont en effet mis en valeur de manière appropriée, il y a la possibilité, spécialement dans la célébration communautaire en paroisse ou dans les sanctuaires, d'une catéchèse significative que les Pasteurs doivent savoir exploiter. De cette manière aussi, la Vierge du Rosaire continue son œuvre d'annonce du Christ. L'histoire du Rosaire montre comment cette prière a été utilisée, spécialement par les Dominicains, dans un moment difficile pour l'Eglise à cause de la diffusion de l'hérésie. Aujourd'hui, nous nous trouvons face à de nouveaux défis. Pourquoi ne pas reprendre en main le chapelet avec la même foi que nos prédécesseurs? Le Rosaire conserve toute sa force et reste un moyen indispensable dans le bagage pastoral de tout bon évangélisateur.





Chapitre II : Mystères du Christ – Mystères de sa Mère


Le Rosaire, "résumé de l'Evangile"

18. Pour être introduit dans la contemplation du visage du Christ, il faut écouter, dans l'Esprit, la voix du Père, car "nul ne connaît le Fils si ce n'est le Père" (Mt 11, 27). Près de Césarée de Philippe, à l'occasion de la profession de foi de Pierre, Jésus précisera l'origine de cette intuition si lumineuse concernant son identité : "Ce n'est pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux" (Mt 16, 17). La révélation d'en haut est donc nécessaire. Mais pour l'accueillir, il est indispensable de se mettre à l'écoute : "Seule l'expérience du silence et de la prière offre le cadre approprié dans lequel la connaissance la plus vraie, la plus fidèle et la plus cohérente de ce mystère peut mûrir et se développer" (27).

Le Rosaire est l'un des parcours traditionnels de la prière chrétienne qui s'attache à la contemplation du visage du Christ. Le Pape Paul VI le décrivait ainsi : "Prière évangélique centrée sur le mystère de l'Incarnation rédemptrice, le Rosaire a donc une orientation nettement christologique. En effet, son élément le plus caractéristique – la répétition litanique de l'Ave Maria – devient lui aussi une louange incessante du Christ, objet ultime de l'annonce de l'Ange et de la salutation de la mère du Baptiste : "Le fruit de tes entrailles est béni" (Lc 1, 42). Nous dirons même plus : la répétition de l'Ave Maria constitue la trame sur laquelle se développe la contemplation des mystères : le Jésus de chaque Ave Maria est celui même que la succession des mystères nous propose tour à tour Fils de Dieu et de la Vierge" (28).

Une intégration appropriée

19. Parmi tous les mystères de la vie du Christ, le Rosaire, tel qu'il s'est forgé dans la pratique la plus courante approuvée par l'autorité ecclésiale, n'en retient que quelques-uns. Ce choix s'est imposé à cause de la trame originaire de cette prière, qui s'organisa à partir du nombre 150, correspondant à celui des Psaumes.

Afin de donner une consistance nettement plus christologique au Rosaire, il me semble toutefois qu'un ajout serait opportun ; tout en le laissant à la libre appréciation des personnes et des communautés, cela pourrait permettre de prendre en compte également les mystères de la vie publique du Christ entre le Baptême et la Passion. Car c'est dans l'espace de ces mystères que nous contemplons des aspects importants de la personne du Christ en tant que révélateur définitif de Dieu. Proclamé Fils bien-aimé du Père lors du Baptême dans le Jourdain, il est Celui qui annonce la venue du Royaume, en témoigne par ses œuvres, en proclame les exigences. C'est tout au long des années de sa vie publique que le mystère du Christ se révèle à un titre spécial comme mystère de lumière : "Tant que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde" (Jn 9, 5).

Pour que l'on puisse dire de manière complète que le Rosaire est un "résumé de l'Evangile", il convient donc que, après avoir rappelé l'incarnation et la vie cachée du Christ (mystères joyeux), et avant de s'arrêter sur les souffrances de la passion (mystères douloureux), puis sur le triomphe de la résurrection (mystères glorieux), la méditation se tourne aussi vers quelques moments particulièrement significatifs de la vie publique (mystères lumineux). Cet ajout de nouveaux mystères, sans léser aucun aspect essentiel de l'assise traditionnelle de cette prière, a pour but de la placer dans la spiritualité chrétienne, avec une attention renouvelée, comme une authentique introduction aux profondeurs du Cœur du Christ, abîme de joie et de lumière, de douleur et de gloire.

Mystères joyeux

20. Le premier cycle, celui des "mystères joyeux", est effectivement caractérisé par la joie qui rayonne de l'événement de l'Incarnation. Cela est évident dès l'Annonciation où le salut de l'Ange Gabriel à la Vierge de Nazareth rappelle l'invitation à la joie messianique : "Réjouis-toi, Marie". Toute l'histoire du salut, bien plus en un sens, l'histoire même du monde, aboutit à cette annonce. En effet, si le dessein du Père est de récapituler toutes choses dans le Christ (cf. Ep 1, 10), c'est l'univers entier qui, d'une certaine manière, est touché par la faveur divine avec laquelle le Père se penche sur Marie pour qu'elle devienne la Mère de son Fils. A son tour, toute l'humanité se trouve comme contenue dans le fiat par lequel elle correspond avec promptitude à la volonté de Dieu.

C'est une note d'exultation qui marque la scène de la rencontre avec Elisabeth, où la voix de Marie et la présence du Christ en son sein font que Jean "tressaille d'allégresse" (cf. Lc 1, 44). Une atmosphère de liesse baigne la scène de Bethléem, où la naissance de l'Enfant divin, le Sauveur du monde, est chantée par les anges et annoncée aux bergers justement comme "une grande joie" (Lc 2, 10).

Mais, les deux derniers mystères, qui conservent toutefois cette note de joie, anticipent les signes du drame. En effet, la présentation au temple, tout en exprimant la joie de la consécration et en plongeant le vieillard Syméon dans l'extase, souligne aussi la prophétie du "signe en butte à la contradiction" que sera l'Enfant pour Israël et de l'épée qui transpercera l'âme de sa Mère (cf. Lc 2, 34-35). L'épisode de Jésus au temple, lorsqu'il eut douze ans, est lui aussi tout à la fois joyeux et dramatique. Il se dévoile là dans sa divine sagesse tandis qu'il écoute et interroge; et il se présente essentiellement comme celui qui "enseigne". La révélation de son mystère de Fils tout entier consacré aux choses du Père est une annonce de la radicalité évangélique qui remet en cause les liens même les plus chers à l'homme face aux exigences absolues du Royaume. Joseph et Marie eux-mêmes, émus et angoissés, "ne comprirent pas" ses paroles (Lc 2, 50).

Méditer les mystères "joyeux" veut donc dire entrer dans les motivations ultimes et dans la signification profonde de la joie chrétienne. Cela revient à fixer les yeux sur la dimension concrète du mystère de l'Incarnation et sur une annonce encore obscure et voilée du mystère de la souffrance salvifique. Marie nous conduit à la connaissance du secret de la joie chrétienne, en nous rappelant que le christianisme est avant tout evangelion, "bonne nouvelle", dont le centre, plus encore le contenu lui-même, réside dans la personne du Christ, le Verbe fait chair, l'unique Sauveur du monde.

Mystères lumineux

21. Passant de l'enfance de Jésus et de la vie à Nazareth à sa vie publique, nous sommes amenés à contempler ces mystères que l'on peut appeler, à un titre spécial, "mystères de lumière". En réalité, c'est tout le mystère du Christ qui est lumière. Il est la "lumière du monde" (Jn 8, 12). Mais cette dimension est particulièrement visible durant les années de sa vie publique, lorsqu'il annonce l'Evangile du Royaume. Si l'on veut indiquer à la communauté chrétienne cinq moments significatifs – mystères "lumineux" – de cette période de la vie du Christ, il me semble que l'on peut les mettre ainsi en évidence: 1. au moment de son Baptême au Jourdain, 2. dans son auto-révélation aux noces de Cana, 3. dans l'annonce du Royaume de Dieu avec l'invitation à la conversion, 4. dans sa Transfiguration et enfin 5. dans l'institution de l'Eucharistie, expression sacramentelle du mystère pascal.

Chacun de ces mystères est une révélation du Royaume désormais présent dans la personne de Jésus.
Le Baptême au Jourdain est avant tout un mystère de lumière. En ce lieu, alors que le Christ descend dans les eaux du fleuve comme l'innocent qui se fait "péché" pour nous (cf. 2 Co 5, 21), les cieux s'ouvrent, la voix du Père le proclame son Fils bien-aimé (cf. Mt 3, 17 par), tandis que l'Esprit descend sur Lui pour l'investir de la mission qui l'attend. Le début des signes à Cana est un mystère de lumière (cf. Jn 2, 1-12), au moment où le Christ, changeant l'eau en vin, ouvre le cœur des disciples à la foi grâce à l'intervention de Marie, la première des croyantes. C'est aussi un mystère de lumière que la prédication par laquelle Jésus annonce l'avènement du Royaume de Dieu et invite à la conversion (cf. Mc 1,15), remettant les péchés de ceux qui s'approchent de Lui avec une foi humble (cf. Mc 2, 3- 13; Lc 7, 47-48); ce ministère de miséricorde qu'il a commencé, il le poursuivra jusqu'à la fin des temps, principalement à travers le sacrement de la Réconciliation, confié à son Eglise (cf. Jn 20, 22-23). La Transfiguration est le mystère de lumière par excellence. Selon la tradition, elle survint sur le Mont Thabor. La gloire de la divinité resplendit sur le visage du Christ, tandis que, aux Apôtres en extase, le Père le donne à reconnaître pour qu'ils "l'écoutent" (cf. Lc 9, 35 par) et qu'ils se préparent à vivre avec Lui le moment douloureux de la Passion, afin de parvenir avec Lui à la joie de la Résurrection et à une vie transfigurée par l'Esprit Saint. Enfin, c'est un mystère de lumière que l'institution de l'Eucharistie dans laquelle le Christ se fait nourriture par son Corps et par son Sang sous les signes du pain et du vin, donnant "jusqu'au bout" le témoignage de son amour pour l'humanité (Jn 13, 1), pour le salut de laquelle il s'offrira en sacrifice.

Dans ces mystères, à l'exception de Cana, Marie n'est présente qu'en arrière-fond. Les Evangiles ne font que quelques brèves allusions à sa présence occasionnelle à un moment ou à un autre de la prédication de Jésus (cf. Mc 3, 31-35; Jn 2, 12), et ils ne disent rien à propos de son éventuelle présence au Cénacle au moment de l'institution de l'Eucharistie. Mais la fonction qu'elle remplit à Cana accompagne, d'une certaine manière, tout le parcours du Christ. La révélation qui, au moment du Baptême au Jourdain, est donnée directement par le Père et dont le Baptiste se fait l'écho, est sur ses lèvres à Cana et devient la grande recommandation que la Mère adresse à l'Eglise de tous les temps: "Faites tout ce qu'il vous dira" (Jn 2, 5). C'est une recommandation qui nous fait entrer dans les paroles et dans les signes du Christ durant sa vie publique, constituant le fond marial de tous les "mystères de lumière".

Mystères douloureux

22. Les Evangiles donnent une grande importance aux mystères douloureux du Christ. Depuis toujours la piété chrétienne, spécialement pendant le Carême à travers la pratique du chemin de Croix, s'est arrêtée sur chaque moment de la Passion, comprenant que là se trouve le point culminant de la révélation de l'amour et que là aussi se trouve la source de notre salut. Le Rosaire choisit certains moments de la Passion, incitant la personne qui prie à les fixer avec le regard du cœur et à les revivre. Le parcours de la méditation s'ouvre sur Gethsémani, où le Christ vit un moment particulièrement angoissant, confronté à la volonté du Père face à laquelle la faiblesse de la chair serait tentée de se rebeller. A ce moment-là, le Christ se tient dans le lieu de toutes les tentations de l'humanité et face à tous les péchés de l'humanité pour dire au Père : "Que ce ne soit pas ma volonté qui se fasse, mais la tienne !" (Lc 22, 42 par). Son "oui" efface le "non" de nos premiers parents au jardin d'Eden. Et ce qu'il doit lui en coûter d'adhérer à la volonté du Père apparaît dans les mystères suivants, la flagellation, le couronnement d'épines, la montée au Calvaire, la mort en croix, par lesquels il est plongé dans la plus grande abjection : Ecce homo !

Dans cette abjection se révèle non seulement l'amour de Dieu mais le sens même de l'homme. Ecce homo : qui veut connaître l'homme doit savoir en reconnaître le sens, l'origine et l'accomplissement dans le Christ, Dieu qui s'abaisse par amour "jusqu'à la mort, et à la mort sur une croix" (Ph 2, 8). Les mystères douloureux conduisent le croyant à revivre la mort de Jésus en se mettant au pied de la croix, près de Marie, pour pénétrer avec elle dans les profondeurs de l'amour de Dieu pour l'homme et pour en sentir toute la force régénératrice.

Mystères glorieux

23. "La contemplation du visage du Christ ne peut s'arrêter à son image de crucifié. Il est le Ressuscité !" (29). Depuis toujours le Rosaire exprime cette conscience de la foi, invitant le croyant à aller au-delà de l'obscurité de la Passion, pour fixer son regard sur la gloire du Christ dans la Résurrection et dans l'Ascension. En contemplant le Ressuscité, le chrétien redécouvre les raisons de sa propre foi (cf. 1 Co 15, 14), et il revit la joie non seulement de ceux à qui le Christ s'est manifesté – les Apôtres, Marie-Madeleine, les disciples d'Emmaüs –, mais aussi la joie de Marie, qui a dû faire une expérience non moins intense de la vie nouvelle de son Fils glorifié. A cette gloire qui, par l'Ascension, place le Christ à la droite du Père, elle sera elle-même associée par l'Assomption, anticipant, par un privilège très spécial, la destinée réservée à tous les justes par la résurrection de la chair. Enfin, couronnée de gloire – comme on le voit dans le dernier mystère glorieux –, elle brille comme Reine des Anges et des Saints, anticipation et sommet de la condition eschatologique de l'Eglise.

Dans le troisième mystère glorieux, le Rosaire place au centre de ce parcours glorieux du Fils et de sa Mère la Pentecôte, qui montre le visage de l'Eglise comme famille unie à Marie, ravivée par l'effusion puissante de l'Esprit et prête pour la mission évangélisatrice. La contemplation de ce mystère, comme des autres mystères glorieux, doit inciter les croyants à prendre une conscience toujours plus vive de leur existence nouvelle dans le Christ, dans la réalité de l'Eglise, existence dont la scène de la Pentecôte constitue la grande "icône". Les mystères glorieux nourrissent ainsi chez les croyants l'espérance de la fin eschatologique vers laquelle ils sont en marche comme membres du peuple de Dieu qui chemine à travers l'histoire. Ceci ne peut pas ne pas les pousser à témoigner avec courage de cette "joyeuse annonce" qui donne sens à toute leur existence.

Des mystères au Mystère : le chemin de Marie

24. Ces cycles de méditation proposés par le Saint Rosaire ne sont certes pas exhaustifs, mais ils rappellent l'essentiel, donnant à l'esprit le goût d'une connaissance du Christ qui puise continuellement à la source pure du texte évangélique. Chaque trait singulier de la vie du Christ, tel qu'il est raconté par les Evangélistes, brille de ce Mystère qui surpasse toute connaissance (cf. Ep 3, 19). C'est le mystère du Verbe fait chair, en qui, "dans son propre corps, habite la plénitude de la divinité" (cf. Col 2, 9). C'est pourquoi le Catéchisme de l'Eglise catholique insiste tant sur les mystères du Christ, rappelant que "toute la vie de Jésus est signe de son mystère" (30). Le "duc in altum" de l'Eglise dans le troisième millénaire se mesure à la capacité des chrétiens de "pénétrer le mystère de Dieu, dans lequel se trouvent, cachés, tous les trésors de la sagesse et de la connaissance" (Col 2, 2-3). C'est à chaque baptisé que s'adresse le souhait ardent de la lettre aux Ephésiens : "Que le Christ habite en vos cœurs par la foi; restez enracinés dans l'amour, établis dans l'amour. Ainsi [...] vous connaîtrez l'amour du Christ qui surpasse toute connaissance. Alors vous serez comblés jusqu'à entrer dans la plénitude de Dieu" (3, 17-19).

Le Rosaire se met au service de cet idéal, livrant le "secret" qui permet de s'ouvrir plus facilement à une connaissance du Christ qui est profonde et qui engage. Nous pourrions l'appeler le chemin de Marie. C'est le chemin de l'exemple de la Vierge de Nazareth, femme de foi, de silence et d'écoute. C'est en même temps le chemin d'une dévotion mariale, animée de la conscience du rapport indissoluble qui lie le Christ à sa très sainte Mère : les mystères du Christ sont aussi, dans un sens, les mystères de sa Mère, même quand elle n'y est pas directement impliquée, par le fait même qu'elle vit de Lui et par Lui. Faisant nôtres dans l'Ave Maria les paroles de l'Ange Gabriel et de sainte Elisabeth, nous nous sentons toujours poussés à chercher d'une manière nouvelle en Marie, entre ses bras et dans son cœur, le "fruit béni de ses entrailles" (cf. Lc 1, 42).

Mystère du Christ, "mystère" de l'homme

25. Dans mon témoignage de 1978, évoqué ci-dessus, sur le Rosaire, ma prière préférée, j'exprimais une idée sur laquelle je voudrais revenir. Je disais alors que "la prière toute simple du Rosaire s'écoule au rythme de la vie humaine" (31).

A la lumière des réflexions faites jusqu'ici sur les mystères du Christ, il n'est pas difficile d'approfondir l'implication anthropologique du Rosaire, une implication plus radicale qu'il n'y paraît à première vue. Celui qui se met à contempler le Christ en faisant mémoire des étapes de sa vie ne peut pas ne pas découvrir aussi en Lui la vérité sur l'homme. C'est la grande affirmation du Concile Vatican II, dont j'ai si souvent fait l'objet de mon magistère, depuis l'encyclique "En réalité, le mystère de l'homme ne s'éclaire vraiment que dans le mystère du Verbe incarné" (32). Le Rosaire aide à s'ouvrir à cette lumière. En suivant le chemin du Christ, en qui le chemin de l'homme est "récapitulé" (33), dévoilé et racheté, le croyant se place face à l'image de l'homme véritable. En contemplant sa naissance, il découvre le caractère sacré de la vie; en regardant la maison de Nazareth, il apprend la vérité fondatrice de la famille selon le dessein de Dieu; en écoutant le Maître dans les mystères de sa vie publique, il atteint la lumière qui permet d'entrer dans le Royaume de Dieu et, en le suivant sur le chemin du Calvaire, il apprend le sens de la souffrance salvifique. Enfin, en contemplant le Christ et sa Mère dans la gloire, il voit le but auquel chacun de nous est appelé, à condition de se laisser guérir et transfigurer par l'Esprit Saint.

On peut dire ainsi que chaque mystère du Rosaire, bien médité, éclaire le mystère de l'homme.

En même temps, il devient naturel d'apporter à cette rencontre avec la sainte humanité du Rédempteur les nombreux problèmes, préoccupations, labeurs et projets qui marquent notre vie. "Décharge ton fardeau sur le Seigneur : il prendra soin de toi" (Ps 55 [54], 23). Méditer le Rosaire consiste à confier nos fardeaux aux cœurs miséricordieux du Christ et de sa Mère. A vingt-cinq ans de distance, repensant aux épreuves qui ne m'ont pas manqué même dans l'exercice de mon ministère pétrinien, j'éprouve le besoin de redire, à la manière d'une chaleureuse invitation adressée à tous pour qu'ils en fassent l'expérience personnelle : oui, vraiment le Rosaire "donne le rythme de la vie humaine", pour l'harmoniser avec le rythme de la vie divine, dans la joyeuse communion de la Sainte Trinité, destinée et aspiration ultime de notre existence.

Lorenzo Lotto  (1480–). Madonne du Rosaire, 1539, 384 X 264, Pinacoteca comunale "D. Stefanucci"


Chapitre III : "Pour moi, vivre c'est le Christ"

Le Rosaire, chemin d'assimilation du mystère

26. La méditation des mystères du Christ est proposée dans le Rosaire avec une méthode caractéristique, capable par nature de favoriser leur assimilation. C'est une méthode fondée sur la répétition. Cela vaut avant tout pour l'Ave Maria, répété dix fois à chaque mystère. Si l'on s'en tient à cette répétition d'une manière superficielle, on pourrait être tenté de ne voir dans le Rosaire qu'une pratique aride et ennuyeuse. Au contraire, on peut considérer le chapelet tout autrement, si on le regarde comme l'expression de cet amour qui ne se lasse pas de se tourner vers la personne aimée par des effusions qui, même si elles sont toujours semblables dans leur manifestation, sont toujours neuves par le sentiment qui les anime.

Dans le Christ, Dieu a vraiment assumé un "cœur de chair". Il n'a pas seulement un cœur divin, riche en miséricorde et en pardon, mais il a aussi un cœur humain, capable de toutes les vibrations de l'affection. Si nous avions besoin d'un témoignage évangélique à ce propos, il ne serait pas difficile de le trouver dans le dialogue émouvant du Christ avec Pierre, après la Résurrection : "Simon, fils de Jean, m'aimes-tu ?" Par trois fois la question est posée, par trois fois la réponse est donnée : "Seigneur, tu sais bien que je t'aime" (cf. Jn 21, 15-17). Au-delà de la signification spécifique de ce passage si important pour la mission de Pierre, la beauté de cette triple répétition n'échappe à personne: par elle, la demande insistante et la réponse correspondante s'expriment en des termes bien connus de l'expérience universelle de l'amour humain. Pour comprendre le Rosaire, il faut entrer dans la dynamique psychologique propre à l'amour.

Une chose est claire: si la répétition de l'Ave Maria s'adresse directement à Marie, en définitive, avec elle et par elle, c'est à Jésus que s'adresse l'acte d'amour. La répétition se nourrit du désir d'être toujours plus pleinement conformé au Christ, c'est là le vrai "programme" de la vie chrétienne. Saint Paul a énoncé ce programme avec des paroles pleines de feu : "Pour moi, vivre c'est le Christ, et mourir est un avantage" (Ph 1, 21). Et encoren: "Ce n'est plus moi qui vis, mais le Christ qui vit en moi" (Ga 2, 20). Le Rosaire nous aide à grandir dans cette conformation jusqu'à parvenir à la sainteté.

Une méthode valable...

27. Que la relation au Christ puisse profiter également du soutien d'une méthode ne doit pas étonner. Dieu se communique à l'homme en respectant la façon d'être de notre nature et ses rythmes vitaux. C'est pourquoi la spiritualité chrétienne, tout en connaissant les formes les plus sublimes du silence mystique dans lequel toutes les images, toutes les paroles et tous les gestes sont comme dépassés par l'intensité d'une union ineffable de l'homme avec Dieu, est normalement marquée par l'engagement total de la personne, dans sa complexe réalité psychologique, physique et relationnelle.

Ceci apparaît de façon évidente dans la liturgie. Les sacrements et les sacramentaux sont structurés par une série de rites qui font appel aux diverses dimensions de la personne. La prière non liturgique exprime également la même exigence. Cela est corroboré par le fait qu'en Orient la prière la plus caractéristique de la méditation christologique, celle qui est centrée sur les paroles: "Jésus, Christ, Fils de Dieu, Seigneur, aie pitié de moi pécheur" (34), est traditionnellement liée au rythme de la respiration qui, tout en favorisant la persévérance dans l'invocation, assure presque une densité physique au désir que le Christ devienne la respiration, l'âme et le "tout" de la vie.

... qui peut toutefois être améliorée

28. Dans la Lettre apostolique Novo millennio ineunte, j'ai rappelé qu'il y a également aujourd'hui en Occident une exigence renouvelée de méditation qui trouve parfois dans les autres religions des modalités plus attractives (35). Il existe des chrétiens qui, parce qu'ils connaissent peu la tradition contemplative chrétienne, se laissent séduire par ces propositions. Néanmoins, même si elles ont des éléments positifs et parfois compatibles avec l'expérience chrétienne, elles cachent souvent un soubassement idéologique inacceptable. Même dans ces expériences, on note une méthodologie très en vogue qui, pour parvenir à une haute concentration spirituelle, se prévaut de techniques répétitives et symboliques, à caractère psychologique et physique. Le Rosaire se situe dans le cadre universel de la phénoménologie religieuse, mais il se définit par des caractéristiques propres qui répondent aux exigences typiques de la spécificité chrétienne.

En effet, ce n'est pas seulement une méthode de contemplation. En tant que méthode, le chapelet doit être utilisé en relation avec sa finalité propre et il ne peut pas devenir une fin en soi. Cependant, parce qu'elle est le fruit d'une expérience séculaire, la méthode elle-même ne doit pas être sous-estimée. L'expérience d'innombrables saints milite en sa faveur, ce qui n'empêche pas cependant qu'elle puisse être améliorée. C'est précisément à cette fin que vise l'intégration, dans le cycle des mystères, de la nouvelle série de mysteria lucis, ainsi que de certaines suggestions relatives à la récitation du Rosaire que propose la présente Lettre. Par ces mystères, tout en respectant la structure largement établie de cette prière, je voudrais aider les fidèles à la comprendre dans ses aspects symboliques, en harmonie avec les exigences de la vie quotidienne. Sans cela, on court le risque que non seulement le Rosaire ne produise pas les effets spirituels escomptés, mais que même le chapelet, avec lequel on a coutume de le réciter, finisse par être perçu comme une amulette ou un objet magique, en faisant un contresens radical sur son sens et sur sa fonction.

L'énonciation du mystère

29. Enoncer le mystère, et peut-être même pouvoir regarder en même temps une image qui le représente, c'est comme camper un décor sur lequel se concentre l'attention. Les paroles guident l'imagination et l'esprit vers cet épisode déterminé ou ce moment de la vie du Christ. Dans la spiritualité qui s'est développée dans l'Eglise, que ce soit la vénération des icônes, les nombreuses dévotions riches d'éléments sensibles ou encore la méthode elle-même proposée par saint Ignace de Loyola dans les Exercices spirituels, toutes ont eu recours à l'élément visuel et à l'imagination (la compositio loci), le considérant d'une grande aide pour favoriser la concentration de l'esprit sur le mystère. Il s'agit d'ailleurs d'une méthodologie qui correspond à la logique même de l'Incarnation : en Jésus, Dieu a voulu prendre des traits humains. C'est à travers sa réalité corporelle que nous sommes conduits à entrer en contact avec son mystère divin.

A cette exigence concrète répond aussi l'énonciation des différents mystères du Rosaire. Ils ne remplacent certainement pas l'Evangile et ils n'en rappellent même pas toutes les pages. Le Rosaire ne remplace pas non plus la lectio divina, mais il la présuppose et il la promeut. Et si les mystères contemplés dans le Rosaire, y compris le complément des mysteria lucis, se limitent aux lignes maîtresses de la vie du Christ, grâce à eux l'esprit peut facilement embrasser le reste de l'Evangile, surtout quand le Rosaire est récité dans des moments particuliers de recueillement prolongé.

L'écoute de la Parole de Dieu

30. Pour donner un fondement biblique et une profondeur plus grande à la méditation, il est utile que l'énoncé du mystère soit suivi de la proclamation d'un passage biblique correspondant qui, en fonction des circonstances, peut être plus ou moins important. Les autres paroles en effet n'atteignent jamais l'efficacité particulière de la parole inspirée. Cette dernière doit être écoutée avec la certitude qu'elle est Parole de Dieu, prononcée pour aujourd'hui et "pour moi".

Ainsi écoutée, elle entre dans la méthodologie de répétition du Rosaire, sans susciter l'ennui qui serait produit par le simple rappel d'une information déjà bien connue. Non, il ne s'agit pas de faire revenir à sa mémoire une information, mais de laisser "parler" Dieu. Dans certaines occasions solennelles et communautaires, cette parole peut être illustrée de manière heureuse par un bref commentaire.

Le silence

31. L'écoute et la méditation se nourrissent du silence. Après l'énonciation du mystère et la proclamation de la Parole, il est opportun de s'arrêter pendant un temps significatif pour fixer le regard sur le mystère médité, avant de commencer la prière vocale. La redécouverte de la valeur du silence est un des secrets de la pratique de la contemplation et de la méditation. Dans une société hautement marquée par la technologie et les médias, il reste aussi que le silence devient toujours plus difficile. De même que dans la liturgie sont recommandés des moments de silence, de même, après l'écoute de la Parole de Dieu, une brève pause est opportune dans la récitation du Rosaire, tandis que l'esprit se fixe sur le contenu d'un mystère déterminé.

Le "Notre Père"

32. Après l'écoute de la Parole et la focalisation sur le mystère, il est naturel que l'esprit s'élève vers le Père. En chacun de ses mystères, Jésus nous conduit toujours au Père, auquel il s'adresse continuellement, parce qu'il repose en son "sein" (cf. Jn 1, 18). Il veut nous introduire dans l'intimité du Père, pour que nous disions comme Lui : "Abba, Père" (Rm 8, 15; Ga 4, 6). C'est en rapport avec le Père qu'il fait de nous ses frères et qu'il nous fait frères les uns des autres, en nous communiquant l'Esprit qui est tout à la fois son Esprit et l'Esprit du Père.

Le "Notre Père", placé pratiquement comme au fondement de la méditation christologique et mariale qui se développe à travers la répétition de l'Ave Maria, fait de la méditation du mystère, même accomplie dans la solitude, une expérience ecclésiale.

Les dix "Ave Maria"

33. C'est tout à la fois l'élément le plus consistant du Rosaire et celui qui en fait une prière mariale par excellence. Mais précisément à la lumière d'une bonne compréhension de l'Ave Maria, on perçoit avec clarté que le caractère marial, non seulement ne s'oppose pas au caractère christologique, mais au contraire le souligne et le met en relief. En effet, la première partie de l'Ave Maria, tirée des paroles adressées à Marie par l'Ange Gabriel et par sainte Elisabeth, est une contemplation d'adoration du mystère qui s'accomplit dans la Vierge de Nazareth. Ces paroles expriment, pour ainsi dire, l'admiration du ciel et de la terre, et font, en un sens, affleurer l'émerveillement de Dieu contemplant son chef d'œuvre – l'incarnation du Fils dans le sein virginal de Marie –, dans la ligne du regard joyeux de la Genèse (cf. Gn 1, 31), de l'originel "pathos avec lequel Dieu, à l'aube de la création, a regardé l'œuvre de ses mains" (36). Dans le Rosaire, le caractère répétitif de l'Ave Maria nous fait participer à l'enchantement de Dieu: c'est la jubilation, l'étonnement, la reconnaissance du plus grand miracle de l'histoire. Il s'agit de l'accomplissement de la prophétie de Marie : "Désormais tous les âges me diront bienheureuse" (Lc 1, 48).

Le centre de gravité de l'Ave Maria, qui est presque comme une charnière entre la première et la seconde partie, est le nom de Jésus. Parfois, lors d'une récitation faite trop à la hâte, ce centre de gravité disparaît, et avec lui le lien au mystère du Christ qu'on est en train de contempler. Mais c'est justement par l'accent qu'on donne au nom de Jésus et à son mystère que l'on distingue une récitation du Rosaire significative et fructueuse. Dans l'exhortation apostolique Marialis cultus, Paul VI rappelait déjà l'usage pratiqué dans certaines régions de donner du relief au nom du Christ, en ajoutant une clausule évocatrice du mystère que l'on est en train de méditer (37). C'est une pratique louable, spécialement dans la récitation publique. Elle exprime avec force la foi christologique appliquée à divers moments de la vie du Rédempteur. Il s'agit d'une profession de foi et, en même temps, d'une aide pour demeurer vigilant dans la méditation, qui permet de vivre la fonction d'assimilation, inhérente à la répétition de l'Ave Maria, en regard du mystère du Christ. Répéter le nom de Jésus – l'unique nom par lequel il nous est donné d'espérer le salut (cf. Ac 4, 12) –, étroitement lié à celui de sa Très Sainte Mère, et en la laissant presque elle-même nous le suggérer, constitue un chemin d'assimilation, qui vise à nous faire entrer toujours plus profondément dans la vie du Christ.

C'est de la relation très spécifique avec le Christ, qui fait de Marie la Mère de Dieu, la Theotòkos, que découle ensuite la force de la supplication avec laquelle nous nous adressons à elle dans la seconde partie de la prière, confiant notre vie et l'heure de notre mort à sa maternelle intercession.

Le "Gloria"

34. La doxologie trinitaire est le point d'arrivée de la contemplation chrétienne. Le Christ est en effet le chemin qui conduit au Père dans l'Esprit. Si nous parcourons en profondeur ce chemin, nous nous retrouvons sans cesse devant le mystère des trois Personnes divines à louer, à adorer et à remercier. Il est important que le Gloria, sommet de la contemplation, soit bien mis en relief dans le Rosaire. Lors de la récitation publique, il pourrait être chanté, pour mettre en évidence de manière opportune cette perspective qui structure et qualifie toute prière chrétienne.

Dans la mesure où la méditation du mystère a été attentive, profonde, ravivée – d'Ave en Ave – par l'amour pour le Christ et pour Marie, la glorification trinitaire après chaque dizaine, loin de se réduire à une rapide conclusion, acquiert une juste tonalité contemplative, comme pour élever l'esprit jusqu'au Paradis et nous faire revivre, d'une certaine manière, l'expérience du Thabor, anticipation de la contemplation future : "Il est heureux que nous soyons ici !" (Lc 9, 33).

L'oraison jaculatoire finale

35. Dans la pratique courante du Rosaire, la doxologie trinitaire est suivie d'une oraison jaculatoire, qui varie suivant les circonstances. Sans rien enlever à la valeur de telles invocations, il semble opportun de noter que la contemplation des mystères sera plus féconde si on prend soin de faire en sorte que chaque mystère s'achève par une prière destinée à obtenir les fruits spécifiques de la méditation de ce mystère. Le Rosaire pourra ainsi manifester avec une plus grande efficacité son lien avec la vie chrétienne. Cela est suggéré par une belle oraison liturgique, qui nous invite à demander de pouvoir parvenir, par la méditation des mystères du Rosaire, à "imiter ce qu'ils contiennent et à obtenir ce qu'ils promettent" (38).

Une telle prière finale pourra s'inspirer d'une légitime variété, comme cela se fait déjà. En outre, le Rosaire acquiert alors une expression plus adaptée aux différentes traditions spirituelles et aux diverses communautés chrétiennes. Dans cette perspective, il est souhaitable que se répandent, avec le discernement pastoral requis, les propositions les plus significatives, par exemple celles qui sont utilisées dans les centres et sanctuaires mariaux particulièrement attentifs à la pratique du Rosaire, si bien que le peuple de Dieu puisse bénéficier de toutes ses richesses spirituelles authentiques, en y puisant une nourriture pour sa contemplation.

Le chapelet

36. Le chapelet est l'instrument traditionnel pour la récitation du Rosaire. Une pratique par trop superficielle conduit à le considérer souvent comme un simple instrument servant à compter la succession des Je vous salue Marie. Mais il veut aussi exprimer un symbolisme qui peut donner un sens nouveau la contemplation.

A ce sujet, il faut avant tout noter que le chapelet converge vers le Crucifié, qui ouvre ainsi et conclut le chemin même de la prière. La vie et la prière des croyants sont centrées sur le Christ. Tout part de Lui; tout tend vers Lui; et par Lui, tout, dans l'Esprit Saint, parvient au Père.

En tant qu'instrument servant à compter, qui scande la progression de la prière, le chapelet évoque le chemin incessant de la contemplation et de la perfection chrétiennes. Le bienheureux Bartolo Longo voyait aussi le chapelet comme une "chaîne" qui nous relie à Dieu. Une chaîne, certes, mais une douce chaîne; car tel est toujours la relation avec Dieu qui est Père. Une chaîne "filiale", qui nous accorde à Marie, la "servante du Seigneur" (Lc 1, 38) et, en définitive, au Christ lui-même qui, tout en étant Dieu, s'est fait "serviteur" par amour pour nous (Ph 2, 7).

Il est beau également d'étendre la signification symbolique du chapelet à nos relations réciproques; par lui nous est rappelé le lien de communion et de fraternité qui nous unit tous dans le Christ.

Début et fin

37. Dans la pratique courante, les manières d'introduire le Rosaire sont variées, selon les différents contextes ecclésiaux. Dans certaines régions, on commence habituellement par l'invocation du Psaume 69 [70] : "Dieu, viens à mon aide ; Seigneur, à notre secours", comme pour nourrir chez la personne qui prie l'humble conscience de sa propre indigence ; dans d'autres lieux, au contraire, le Rosaire débute par la récitation du Credo, comme pour mettre la profession de foi au point de départ du chemin de contemplation que l'on entreprend. Dans la mesure où elles disposent bien l'esprit à la contemplation, ces formes et d'autres semblables sont des usages également légitimes. La récitation se conclut par la prière aux intentions du Pape, afin d'élargir le regard de celui qui prie aux vastes horizons des nécessités ecclésiales. C'est justement pour encourager cette ouverture ecclésiale du Rosaire que l'Eglise a voulu l'enrichir d'indulgences à l'intention de ceux qui le récitent avec les dispositions requises.

En effet, s'il est ainsi vécu, le Rosaire devient vraiment un parcours spirituel, dans lequel Marie se fait mère, guide, maître, et elle soutient le fidèle par sa puissante intercession. Comment s'étonner du besoin ressenti par l'âme, à la fin de cette prière dans laquelle elle a fait l'expérience intime de la maternité de Marie, d'entonner une louange à la Vierge Marie, que ce soit la splendide prière du Salve Regina ou celle des Litanies de Lorette ? C'est le couronnement d'un chemin intérieur, qui a conduit le fidèle à un contact vivant avec le mystère du Christ et de sa Mère très sainte.

La répartition dans le temps

38. Le Rosaire peut être récité intégralement chaque jour, et nombreux sont ceux qui le font de manière louable. Il parvient ainsi à remplir de prière les journées de nombreux contemplatifs, ou à tenir compagnie aux malades et aux personnes âgées, qui disposent de beaucoup de temps. Mais il est évident – et ceci vaut d'autant plus si on ajoute le nouveau cycle des mysteria lucis – que beaucoup ne pourront en réciter qu'une partie, selon un certain ordre hebdomadaire. Cette répartition hebdomadaire finit par donner aux différentes journées de la semaine une certaine "couleur" spirituelle, comme le fait de manière analogue la liturgie avec les diverses étapes de l'année liturgique.

Selon l'usage courant, le lundi et le jeudi sont consacrés aux "mystères joyeux", le mardi et le vendredi aux "mystères douloureux", le mercredi, le samedi et le dimanche aux "mystères glorieux". Où insérer les "mystères lumineux" ? Considérant que les mystères glorieux sont proposés deux jours de suite, le samedi et le dimanche, et que le samedi est traditionnellement un jour à fort caractère marial, on peut conseiller de déplacer au samedi la deuxième méditation hebdomadaire des mystères joyeux, dans lesquels la présence de Marie est davantage accentuée. Ainsi, le jeudi reste opportunément libre pour la méditation des mystères lumineux.

Cette indication n'entend pas toutefois limiter une certaine liberté dans la méditation personnelle et communautaire, en fonction des exigences spirituelles et pastorales, et surtout des fêtes liturgiques qui peuvent susciter d'heureuses adaptations. L'important est de considérer et d'expérimenter toujours davantage le Rosaire comme un itinéraire de contemplation. Par lui, en complément de ce qui se réalise dans la liturgie, la semaine du chrétien, enracinée dans le dimanche, jour de la résurrection, devient un chemin à travers les mystères de la vie du Christ, qui se manifeste dans la vie de ses disciples comme le Seigneur du temps et de l'histoire.


Antonello da Messina  (1430–1479). San Gregorio Polyptych, 1473, Regional museum of Messina



Conclusion


"Rosaire béni de Marie, douce chaîne qui nous relie à Dieu"

39. Ce qui a été dit jusqu'ici exprime amplement la richesse de cette prière traditionnelle, qui a la simplicité d'une prière populaire, mais aussi la profondeur théologique d'une prière adaptée à ceux qui perçoivent l'exigence d'une contemplation plus mûre.

L'Eglise a toujours reconnu à cette prière une efficacité particulière, lui confiant les causes les plus difficiles dans sa récitation communautaire et dans sa pratique constante. En des moments où la chrétienté elle-même était menacée, ce fut à la force de cette prière qu'on attribua l'éloignement du danger, et la Vierge du Rosaire fut saluée comme propitiatrice du salut.

Aujourd'hui, comme j'y ai fait allusion au début, je recommande volontiers à l'efficacité de cette prière la cause de la paix dans le monde et celle de la famille.

La paix

40. Les difficultés que la perspective mondiale fait apparaître en ce début de nouveau millénaire nous conduisent à penser que seule une intervention d'en haut, capable d'orienter les cœurs de ceux qui vivent des situations conflictuelles et de ceux qui régissent le sort des Nations, peut faire espérer un avenir moins sombre.

Le Rosaire est une prière orientée par nature vers la paix, du fait même qu'elle est contemplation du Christ, Prince de la paix et "notre paix" (Ep 2, 14). Celui qui assimile le mystère du Christ – et le Rosaire vise précisément à cela – apprend le secret de la paix et en fait un projet de vie. En outre, en vertu de son caractère méditatif, dans la tranquille succession des Ave Maria, le Rosaire exerce sur celui qui prie une action pacificatrice qui le dispose à recevoir cette paix véritable, qui est un don spécial du Ressuscité (cf. Jn 14, 27; 20, 21), et à en faire l'expérience au fond de son être, en vue de la répandre autour de lui.

Le Rosaire est aussi une prière de paix en raison des fruits de charité qu'il produit. S'il est bien récité comme une vraie prière méditative, le Rosaire, en favorisant la rencontre avec le Christ dans ses mystères, ne peut pas ne pas indiquer aussi le visage du Christ dans les frères, en particulier dans les plus souffrants. Comment pourrait-on fixer, dans les mystères joyeux, le mystère de l'Enfant né à Bethléem sans éprouver le désir d'accueillir, de défendre et de promouvoir la vie, en se chargeant de la souffrance des enfants de toutes les parties du monde? Comment, dans les mystères lumineux, pourrait-on suivre les pas du Christ qui révèle le Père sans s'engager à témoigner de ses "béatitudes" dans la vie de chaque jour? Et comment contempler le Christ chargé de la Croix et crucifié sans ressentir le besoin de se faire le "Cyrénéen" de tout frère brisé par la souffrance ou écrasé par le désespoir? Enfin, comment pourrait-on fixer les yeux sur la gloire du Christ ressuscité et sur Marie couronnée Reine sans éprouver le désir de rendre ce monde plus beau, plus juste et plus proche du dessein de Dieu ?

En réalité, tandis qu'il nous conduit à fixer les yeux sur le Christ, le Rosaire nous rend aussi bâtisseurs de la paix dans le monde. Par sa caractéristique de supplication communautaire et insistante, pour répondre à l'invitation du Christ "à toujours prier sans se décourager" (Lc 18, 1), il nous permet d'espérer que, même aujourd'hui, une "bataille" aussi difficile que celle de la paix pourra être gagnée. Loin d'être une fuite des problèmes du monde, le Rosaire nous pousse à les regarder avec un œil responsable et généreux, et il nous obtient la force de les affronter avec la certitude de l'aide de Dieu et avec la ferme intention de témoigner en toutes circonstances de "l'amour, lui qui fait l'unité dans la perfection" (Col 3, 14).

La famille : les parents...

41. Prière pour la paix, le Rosaire est aussi, depuis toujours, la prière de la famille et pour la famille. Il fut un temps où cette prière était particulièrement chère aux familles chrétiennes et en favorisait certainement la communion. Il ne faut pas perdre ce précieux héritage. Il faut se remettre à prier en famille et à prier pour les familles, en utilisant encore cette forme de prière.

Si, dans la Lettre apostolique Novo millennio ineunte, j'ai encouragé même les laïcs à célébrer la Liturgie des Heures dans la vie ordinaire des communautés paroissiales et des divers groupes chrétiens (39), je désire faire la même chose pour le Rosaire. Il s'agit de deux voies de la contemplation chrétienne qui ne s'opposent pas, mais se complètent. Je demande donc à ceux qui se consacrent à la pastorale des familles de suggérer avec conviction la récitation du Rosaire.

La famille qui est unie dans la prière demeure unie. Par tradition ancienne, le saint Rosaire se prête tout spécialement à être une prière dans laquelle la famille se retrouve. Les membres de celle-ci, en jetant véritablement un regard sur Jésus, acquièrent aussi une nouvelle capacité de se regarder en face, pour communiquer, pour vivre la solidarité, pour se pardonner mutuellement, pour repartir avec un pacte d'amour renouvelé par l'Esprit de Dieu.

De nombreux problèmes des familles contemporaines, particulièrement dans les sociétés économiquement évoluées, dépendent du fait qu'il devient toujours plus difficile de communiquer. On ne parvient pas à rester ensemble, et les rares moments passés en commun sont absorbés par les images de la télévision. Recommencer à réciter le Rosaire en famille signifie introduire dans la vie quotidienne des images bien différentes, celles du mystère qui sauve: l'image du Rédempteur, l'image de sa Mère très sainte. La famille qui récite le Rosaire reproduit un peu le climat de la maison de Nazareth: on place Jésus au centre, on partage avec lui les joies et les souffrances, on remet entre ses mains les besoins et les projets, on reçoit de lui espérance et force pour le chemin.

... et les enfants

42. Il est beau et fécond également de confier à cette prière le chemin de croissance des enfants. Le Rosaire n'est-il pas l'itinéraire de la vie du Christ, de sa conception à sa mort, jusqu'à sa résurrection et à sa glorification? Il devient aujourd'hui toujours plus ardu pour les parents de suivre leurs enfants dans les diverses étapes de leur vie. Dans notre société de technologie avancée, des médias et de la mondialisation, tout est devenu si rapide, et la distance culturelle entre les générations se fait toujours plus grande. Les messages les plus divers et les expériences les plus imprévisibles envahissent la vie des enfants et des adolescents, et pour les parents il devient parfois angoissant de faire face aux risques qu'ils courent. Il n'est pas rare qu'ils soient conduits à faire l'expérience de déceptions cuisantes, en constatant les échecs de leurs enfants face à la séduction de la drogue, aux attraits d'un hédonisme effréné, aux tentations de la violence, aux expressions les plus variées du non-sens et du désespoir.

Prier le Rosaire pour ses enfants, et mieux encore avec ses enfants, en les éduquant depuis leur plus jeune âge à ce moment quotidien de "pause priante" de la famille, n'est certes pas la solution de tous les problèmes, mais elle constitue une aide spirituelle à ne pas sous-estimer. On peut objecter que le Rosaire apparaît comme une prière peu adaptée au goût des adolescents et des jeunes d'aujourd'hui. Mais l'objection vient peut-être d'une façon de le réciter souvent peu appliquée. Du reste, étant sauve sa structure fondamentale, rien n'empêche, pour les enfants et les adolescents, que la récitation du Rosaire –que ce soit en famille ou en groupes – s'enrichisse de possibles aménagements symboliques et concrets, qui en favorisent la compréhension et la mise en valeur. Pourquoi ne pas l'essayer ? Une pastorale des jeunes qui n'est pas défaitiste, mais passionnée et créative – les Journées mondiales de la Jeunesse m'en ont donné la mesure! – est capable de faire, avec l'aide de Dieu, des choses vraiment significatives. Si le Rosaire est bien présenté, je suis sûr que les jeunes eux- mêmes seront capables de surprendre encore une fois les adultes, en faisant leur cette prière et en la récitant avec l'enthousiasme caractéristique de leur âge.

Le Rosaire, un trésor à redécouvrir

43. Chers frères et sœurs! Une prière aussi facile, et en même temps aussi riche, mérite vraiment d'être redécouverte par la communauté chrétienne. Faisons-le surtout cette année, en accueillant cette proposition comme un affermissement de la ligne tracée dans la Lettre apostolique Novo millennio ineunte, dont de nombreuses Eglises particulières se sont inspirées dans leurs projets pastoraux pour planifier leurs engagements dans un proche avenir.

Je m'adresse à vous en particulier, chers Frères dans l'épiscopat, prêtres et diacres, et aussi à vous, agents pastoraux engagés dans divers ministères, pour que, en faisant l'expérience personnelle de la beauté du Rosaire, vous en deveniez des promoteurs actifs.

Je m'en remets aussi à vous, théologiens, afin qu'en menant une réflexion à la fois rigoureuse et sage, enracinée dans la Parole de Dieu et attentive au vécu du peuple chrétien, vous fassiez découvrir les fondements bibliques, les richesses spirituelles et la valeur pastorale de cette prière traditionnelle.
Je compte sur vous, les consacrés, hommes et femmes, appelés à un titre particulier à contempler le visage du Christ à l'école de Marie.

Je me tourne vers vous, frères et sœurs de toute condition, vers vous, familles chrétiennes, vers vous, malades et personnes âgées, vers vous les jeunes : reprenez avec confiance le chapelet entre vos mains, le redécouvrant à la lumière de l'Ecriture, en harmonie avec la liturgie, dans le cadre de votre vie quotidienne.

Que mon appel ne reste pas lettre morte ! Au début de la vingt-cinquième année de mon Pontificat, je remets cette Lettre apostolique entre les mains sages de la Vierge Marie, m'inclinant spirituellement devant son image dans le splendide sanctuaire qui lui a été édifié par le bienheureux Bartolo Longo, apôtre du Rosaire. Je fais volontiers miennes les paroles touchantes par lesquelles il termine la célèbre Supplique à la Reine du Saint Rosaire : "Ô Rosaire béni par Marie, douce chaîne qui nous relie à Dieu, lien d'amour qui nous unit aux Anges, tour de sagesse face aux assauts de l'enfer, havre de sécurité dans le naufrage commun, nous ne te lâcherons plus. Tu seras notre réconfort à l'heure de l'agonie. A toi, le dernier baiser de la vie qui s'éteint. Et le dernier accent sur nos lèvres sera ton nom suave, ô Reine du Rosaire de Pompéi, ô notre Mère très chère, ô refuge des pécheurs, ô souveraine Consolatrice des affligés. Sois bénie en tout lieu, aujourd'hui et toujours, sur la terre et dans le ciel".

Du Vatican, le 16 octobre 2002, début de la vingt-cinquième année de mon Pontificat.

Jean Paul II

1 Conc. œcum. Vat. II, Const. past. sur l'Eglise dans le monde de ce temps Gaudium et spes, n.45.

2 Paul VI, Exhort. apost. Marialis cultus (2 février 1974), n.42 : AAS 66 (1974), p.153 : La Documentation catholique 71 (1974), p.314.

3 Cf. Acta Leonis XIII, 3 (1884), pp.280-289.

4 En particulier, il est bon de noter sa Lettre apostolique sur le Rosaire : Il religioso convegno (29 septembre 1961) : AAS 53

5 Angelus : Insegnamenti(1978), pp.75-76 : La Documentation catholique 75 (1978), p.958.

6 AAS 93 (2001), p.285 : La Documentation catholique 98 (2001), p.78.

7 Au cours des années de préparation du Concile, Jean XXIII n'avait pas manqué d'inviter la communauté chrétienne à la récitation du Rosaire pour la réussite de cet événement ecclésial : cf. Lettre au Cardinal Vicaire de Rome, 28 septembre 1960 : AAS 52 (1960), pp.814-817 : La Documentation catholique 57 (1960), col. 1249-1252.

8 Const. dogm. sur l'Eglise Lumen gentium, n.66.

9 Lettre apost. Novo millennio ineunte, n.32 : AAS 93 (2001), p.288 : La Documentation catholique 98 (2001), p.79.

10 Ibid., n.33 : l.c., p.289 : La Documentation catholique 98 (2001), p.80.

11 Comme on le sait, il faut rappeler que les révélations privées ne sont pas de la même nature que la révélation publique, qui constitue une norme pour toute l'Eglise. Il est du devoir du Magistère de discerner et de reconnaître, pour la piété des fidèles, l'authenticité et la valeur des révélations privées.

12 Le secret admirable du très saint Rosaire pour se convertir et se sauver : S. Louis Marie Grignion de Montfort, Œuvres complètes, Paris (1966), pp.263-389.

13 Histoire du Sanctuaire de Pompéi, Pompéi (1990), p.59.

14 Exhort. apost. Marialis cultus (2 février 1974), n.47 : AAS 66 (1974), p.156 : La Documentation catholique 71 (1974), p.315.

15 Constitution sur la Liturgie Sacrosanctum Concilium, n.10.

16 Ibid., n.12.

17 Conc. œcum. Vat. II, Const. dogm. sur l'Eglise Lumen gentium, n.58.

18 Les quinze samedis du Saint Rosaire, 27.

19 Conc. œcum. Vat. II, Const. dogmatique sur l'Eglise Lumen gentium, n.53.

20 Ibid., n.60.

21 Cf. Premier radio-message Urbi et Orbi (17 octobre 1978) : AAS 70 (1978), p.927 : La Documentation catholique 75 (1978), p.905.

22 Traité de la vraie dévotion à Marie, n.120, Paris (1966), pp.562-563.

23 Catéchisme de l'Eglise catholique, n.2679.

24 Ibid., n.2675.

25 La Supplique à la Reine du Rosaire, qui se récite de manière solennelle deux fois l'an, en mai et en octobre, fut composée par le bienheureux Bartolo Longo en 1883, comme une adhésion à l'invitation lancée par le Pape Léon XIII aux catholiques dans sa première encyclique sur le Rosaire, en vue d'un engagement spirituel qui puisse affronter les maux de la société.

26 La Divine Comédie, Le Paradis, C. XXXIII, 13-15, Paris (1996), p.457.

27 Jean-Paul II, Lettre apost. Novo millennio ineunte (6 janvier 2001) n.20 : AAS 93 (2001), p.279 : La Documentation catholique 98 (2001), p.75.

28 Exhort. apost. Marialis cultus (2 février 1974), n.46 : AAS 66 (1974), p.155 : La Documentation catholique 71 (1974), p.315.

29 Jean-Paul II, Lettre apostolique Novo millennio ineunte (6 janvier 2001), n.28 : AAS 93 (2001), p.284 : La Documentation catholique 98 (2001), p.77.

30 N. 515.

31 Angelus du 29 octobre 1978 : Insegnamenti I (1978), p.76 : La Documentation catholique 75 (1978), p.958.

32 Conc. œcum. Vat. II, Const. past. sur l'Eglise dans le monde de ce temps Gaudium et spes, n.22.

33 S. Irénée de Lyon, Adversus hæreses, III, 18, 1 : PG VII, 932 : Paris (1974), pp.343-345.

34 Catéchisme de l'Eglise catholique, n.2616.

35 Cf. n.33 : AAS 93 (2001), p.289 : La Documentation catholique 98 (2001), pp.77-78.

36 Jean-Paul II, Lettre aux artistes (4 avril 1999), n.1 : AAS 91 (1999), p.1155 : La Documentation catholique 96 (1999), p.451.

37 Cf. n.46 : AAS 66 (1974), p.155 : La Documentation catholique 71 (1974), p.315. Cet usage a été récemment recommandé par la Congrégation pour le Culte divin et la Discipline des Sacrements dans le Directoire sur la piété populaire et la liturgie. Principes et orientations (17 décembre 2001), n.201, Cité du Vatican (2002), p.165.

38 "Concede, quæsumus, ut hæc mysteria sacratissimo beatæ Mariæ Virginis Rosario recolentes, et imitemur quod continent, et quod promittunt assequamur" : Missale Romanum (1960), In festo B.M. Virginis a Rosario.

39 Cf. n.34 : AAS 93 (2001), p.290 : La Documentation catholique 98 (2001), p.80.



7 octobre

Notre-Dame du Rosaire

Sommaire :

 Prière

 Historique

 De la piété filiale envers Marie

 L'encyclique Christi Mater Rosarii



Prière à St Joseph (à dire après la récitation du Rosaire pendant le mois d'octobre)

Nous recourons à vous dans nos tribulations, bienheureux Joseph, et après avoir invoqué le secours de votre très sainte épouse, nous sollicitons aussi avec confiance votre saint patronage.

Par l'affection qui vous a uni à la Vierge immaculée, mère de Dieu ; par l'amour paternel dont vous avez entouré l'enfant Jésus, nous vous supplions de regarder avec bonté l'héritage que Jésus-Christ a conquis de son sang, et de nous assister de votre puissance et de votre secours dans nos besoins.

Protégez, ô très sage gardien de la divine famille, la race élue de Jésus-Christ : préservez-nous, ô père très aimant, de toute souillure d'erreur et de corruption ; soyez-nous propice et assistez-nous du haut du ciel, ô notre très puissant libérateur, dans le combat que nous livrons à la puissance des ténèbres ; et de même que vous avez arraché autrefois l'enfant Jésus au péril de la mort, défendez aujourd'hui la sainte Eglise de Dieu contre les embûches de l'ennemi et gardez-la de toute adversité.

Accordez-nous votre perpétuelle protection afin que, à votre exemple et soutenus par votre secours, nous puissions vivre saintement, mourir pieusement et obtenir la béatitude éternelle dans le Ciel. Amen.

La Virgen del Rosario, église San Miguel Achiutla, Oaxaca, Mexico


Historique

La fête de Notre-Dame du Rosaire se célébrait déjà, en 1547, à Tortosa (Espagne), le troisième dimanche d'avril, quand fut instituée par Pie V la fête de Notre-Dame de la Victoire (1572) au premier dimanche d'octobre, en action de grâces pour la victoire de Lépante où, à l'entrée du golfe de Corinthe, la flotte chrétienne fournie par le Saint-Siège, l'Espagne, Venise, la Savoie, Mantoue, Ferrare, Gênes et Lucques, sous le commandement de don Juan d'Autriche, avait écrasé la flotte turque d'Ali Pacha (7 octobre 1571). C'est à cette occasion qu'on ajouta aux litanies de la Sainte Vierge l'invocation Secours des Chrétiens, priez pour nous ! Grégoire XIII qui attribuait la victoire de Lépante aux processions faites à Rome par les confréries du Saint-Rosaire, changea la fête de Notre-Dame de la Victoire en celle du Saint Rosaire et la fixa au premier dimanche d'octobre (1573) ; elle ne fut alors obligatoire que pour les églises romaines qui possédaient une chapelle ou une confrérie du Saint-Rosaire.

Clément X concéda cette fête à l'Espagne (1671) avant que Clément XI l'étendît à l'Eglise universelle et l'élevât au rit double-majeur (1716), célébrée le jour de l'octave de l'Assomption, à la suite de la victoire de Peterwaradin que le prince Eugène de Savoie avait remportée sur les Turcs (5 août 1716). Léon XIII en fit une fête de seconde classe et adopta l'office et le propre de la messe en usage chez les Dominicains (1887). Pie X la fixa au 7 octobre (1913).



De la piété filiale envers Marie

Mes très chers Frères,

Encore qu’il n’est pas rare, ce m’est un appréciable privilège que de présider une paroisse consacrée tout particulièrement à la Vierge Marie et c’est pourquoi, dès les premiers jours de mon ministère parmi vous, voilà quinze ans, mon premier souci a été de développer votre piété filiale envers Marie et de vous montrer, que sa dévotion, pour parler comme saint Louis-Marie Grignion de Montfort, est le chemin aisé, court, parfait et assuré pour parvenir à l’union avec Jésus.

J’ai souventes fois aimé vous prêcher les grandeurs de cette Reine bénie, la Mère du Sauveur de tous les hommes, qui, par l’expresse volonté divine, a été associée à l’œuvre rédemptrice, et, ce faisant, je vous ai assidûment exhortés à vous blottir avec confiance sous son manteau d’azur, de sorte qu’elle vous prenne dans son cœur qui ne fait qu’un avec le celui de Jésus.

Aujourd’hui, comme à chacun des mois d’octobre que nous avons vécus ensemble, les circonstances me pressent à vous parler du Rosaire où, tandis que nous rappelons les mystères du salut, la Sainte Vierge les grave mystérieusement dans nos âmes. Comme mes ambitions pour vous seraient portées à leur comble si cette humble prière du chapelet prenait en chacune de vos vies une place capitale !

D’aucuns, je le sais bien, jouets de cette subtile alchimie où Satan mêle l’orgueil et la paresse aux grands sentiments, se refusent à ce pieux exercice sous prétexte qu’il n’est qu’une récitation machinale pendant que glisse entre leurs doigts un collier de perles ou de boules de bois ; ils préfèrerait sans doute une prière plus personnelle et plus pensée qui, faute de temps ou d’imagination, est tant remise à plus tard qu’on ne la fait que rarement, sinon jamais. Or, si la prière est une élévation de l’âme vers Dieu, il s’agit bien d’une âme unie substantiellement à un corps situé dans le temps présent ; aussi, ces récitations répétées que je n’imagine pas faites par des gens qui ne se voudraient pas s’élever vers Dieu, est, à tout le moins, l’hommage du corps qui s’unit, par les paroles de la bouche, les gestes des mains, l’application de la volonté et le travail de la mémoire, et, en écrivant ces lignes, j’entends saint Thomas d’Aquin enseigner que nous confessons par là que Dieu est l’auteur de notre âme et de notre corps, lui offrant nos hommages spirituels et corporels. Par ailleurs, ces répétitions si simples et si faciles des mêmes prières, lorsque l’on en a pris l’habitude aux temps ordinaires, deviennent un apaisement dans les moments de sècheresse et de souffrance. Rappelez-vous l’Aveugle de Lamartine qui disait : Je prie le bon Dieu jusqu’à ce que mes lèvres se fatiguent sur son saint Nom et mes doigts sur les grains. Qui est-ce qui s’en-nuierait en parlant tout le jour à son roi qui ne se lasse pas d’écouter ?

Parfois, pour se dispenser de la récitation du chapelet, certains se plaignent de ne pas savoir le méditer, mais je crains, en leur accordant toutes sortes de circonstances atténuantes, qu’ils se fassent une bien haute idée de la méditation. Il s’agit d’inviter les facultés de l’âme, dans la seule mesure de ses aptitudes, à considérer la scène de l’Evangile évoquée par le mystère pour y cueillir les fruits de la sanctification. Chacun peut se représenter les scènes du Rosaire, mais, à votre avis, par quoi le Seigneur communique-t-il les fruits de la sanctification ? Par l’intelligence du fidèle ou par le ministère de la Vierge Marie ? La récitation du chapelet est le bréviaire des humbles, en ce sens que, appliqué à des exercices simples, l’on s’y laisse instruire mystérieusement par Marie, et vous remarquerez que les orgueilleux s’en éloignent et s’en dégoûtent, s’en moquent ou s’en scandalisent parce qu’ils leur semblent qu’il n’y mettent pas assez d’eux-mêmes, ils veulent briller quand il ne s’agit que de laisser la Sainte Vierge instruire doucement les cœurs. Tous ceux qui ont l’habitude du chapelet affirment qu’il alimente leur foi et développe en eux les vertus chrétiennes.

Abbé Christian-Philippe Chanut



L'encyclique Christi Mater Rosarii

A nos vénérables frères, patriarches, primats, archevêques, évêques et autres ordinaires locaux en paix et communion avec le Siège apostolique. Paul VI, Pape

Vénérables Frères, salut et bénédiction apostolique.

Durant le mois d'octobre, le peuple fidèle a coutume d'offrir la récitation du rosaire comme autant de couronnes à la Mère de Dieu. A l'exemple de Nos Prédécesseurs, Nous approuvons vivement cette pratique. Cette année, Nous convions tous les enfants de l'Eglise à un hommage plus particulier de piété envers Notre-Dame. Et cela en raison des menaces de calamités graves et étendues qui pèsent sur la famille humaine : en Asie orientale se poursuit un conflit sanglant et se déchaîne une guerre acharnée. De ce fait, Nous Nous trouvons pressé d'intensifier tout l'effort possible en faveur de la paix.

Ce qui ajoute à nos préoccupations, c'est ce que Nous apprenons d'autres régions du monde : la course aux armements nucléaires, l'ambition incontrôlée d'expansion nationale, l'exaltation démesurée de la race, les tendances subversives, le séparation imposée entre citoyens d'un même pays, les manœuvres criminelles, le meurtre de personnes innocentes.Tout cela peut donner lieu aux pires catastrophes.

La Providence nous impose, semble-t-il, à Nous comme à Nos plus récents Prédécesseurs, la mission particulière de consacrer Nos efforts patients et constants à la sauvegarde et à l'affermissement de la paix. Ce devoir découle évidemment du mandat qui Nous est confié de conduire l'Eglise entière. Celle-ci, « signe dressé devant les nations » (cf. Isaïe XI 12), ne sert pas d'intérêts politiques, mais elle doit apporter au genre humain la vérité et la grâce de Jésus-Christ, son divin fondateur.

En réalité, depuis les débuts de Notre ministère apostolique, Nous n'avons rien négligé pour la cause de la paix, ni prière adressée à Dieu, ni instances, ni exhortations, et même, vous vous en souvenez, l'an dernier, Nous Nous sommes rendu par la voie des airs en Amérique du Nord afin de parler au siège de l'Organisation des Nations Unies devant l'assemblée si distinguée des représentants de presque tous les peuples, du bien si désiré de la paix, et de recommander qu'on ne laisse pas des peuples en état d'infériorité par rapport à d'autres, que les uns ne s'attaquent point aux autres mais que tous conjuguent leur zèle et leur action pour établir la paix.

Et encore dans la suite, mû par Notre sollicitude apostolique, Nous n'avons pas cessé d'encourager les hommes à qui incombe cette lourde responsabilité à écarter de l'humanité l'épouvantable fléau qui pourrait survenir.

Maintenant encore, Nous élevons Notre voix « avec un grand cri et des larmes » (Hébreux V 7 ) pour supplier instamment les dirigeants des nations de tout tenter pour empêcher la propagation de l'incendie et pour éteindre complètement celui-ci. Nous n'en doutons point : les hommes de toute race, de toute couleur, de toute religion, de toute classe sociale, s'ils aiment le droit et l'honnêteté, partagent Notre sentiment.

Que tous ceux dont cela dépend ménagent les conditions nécessaires à la cessation des hostilités avant que ne leur échappe, par le poids même des évènements, la possibilité de déposer les armes.

Que ceux-là au pouvoir desquels est remis le salut de la famille humaine sachent que leur conscience est chargée d'une très grave obligation. Qu'ils interrogent cette conscience et sondent leur propre cœur ; que chacun veuille bien regarder et sa propre nation, et le monde, et Dieu, et l'histoire ; qu'ils songent que leur nom restera en bénédiction s'ils répondent avec sagesse à cette pressante invitation.

Au nom du Seigneur, Nous crions : « Arrêtez ! » Il faut se rencontrer ; il faut en venir à conférer et à négocier en toute sincérité. C'est maintenant qu'il faut régler les conflits, serait-ce avec quelque inconvénient et quelque désavantage ; car il faudra bien qu'ils soient réglés non sans peut-être d'énormes dommages et des désastres dont, pour le moment, nul ne peut imaginer l'horreur. La paix à établir doit être cependant basée sur le justice et la liberté, elle doit donc respecter les droits des hommes et des communautés - autrement, elle serait précaire et instable.

Tout en exprimant de la sorte Notre anxiété et Notre émoi, Nous devons, comme le dicte Notre responsabilité pastorale, implorer le secours d'en haut. A celui qui est « le Prince de la Paix » (Isaïe IX 16), il faut demander la paix, « ce bien si grand que parmi les biens de la terre et du temps on n'entend mentionner rien de plus apprécié, on ne saurait souhaiter rien de plus désirable, trouver rien de meilleur.[1] »

Et puisque aux époques d'incertitude et de trouble, l'Eglise a l'habitude de recourir à l'intercession attentive de Marie, sa mère, c'est vers celle-ci que Nous Nous tournons, vers elle que Nous orientons Notre pensée et celle de tous les chrétiens. Car, selon le mot de saint Irénée « elle est devenue le salut du genre humain tout entier.[2] »

Rien ne Nous paraît répondre plus parfaitement aux circonstances que de faire monter la supplication de toute la famille chrétienne vers la Mère de Dieu invoquée comme « Reine de la Paix », afin que parmi tant et de si graves misères et menaces, elle dispense largement les dons de sa bonté maternelle.

Il faut, disons-Nous, adresser un prière intense et persévérante à celle que, au cours du second Concile œcuménique du Vatican, aux applaudissemnts des Pères conciliaires et du monde catholique Nous avons proclamée Mère de l'Eglise. Par cette reconnaissance du fait que Marie a spirituellement enfanté l'Eglise Nous confirmions un point de la doctrine traditionnelle. Marie est « vraiment mère des membres du Christ », dit saint Augustin[3] ; à quoi fait écho, sans parler des autres, saint Anselme : « Quelle dignité plus haute pourra-t-on jamais reconnaître que celle d'être la mère de ceux-là dont le Christ daigne être le père et le frère ?[4] » Notre prédécesseur Léon XIII a même appelé Notre-Dame « en toute vérité Mère de l'Eglise[5] », c'est donc en toute assurance que Nous mettons Notre espoir en elle, parmi l'émoi et la crainte qu'inspirent les troubles actuels.

Puisque quand les maux deviennent plus graves le pitié de Dieu doit grandir, Notre souhait le plus vif, vénérables frères, est que suivant votre initiative, vos invitations et votre impulsion, on invoque plus instamment durant le mois d'octobre Marie notre Mère, comme Nous l'avons déjà fait entendre par la pratique pieuse du Rosaire. C'est là une forme de prière très adaptée au sens du peuple de Dieu, très agréable à la Mère du Seigneur et si efficace pour obtenir les dons du ciel.

Cette prière, le second Concile œcuménique du Vatican l'a recommandée à tous les enfants de l'Eglise de façon bien certaine, encore que non explicite, en disant : « Qu'on fasse grand cas de ces pratiques et exercices de dévotion envers Marie que le Magistère a recommandés au cours des siècles.[6] »

Cette pratique si féconde ne sert pas seulement à endiguer le mal et à conjurer les désastres, comme le montre clairement l'histoire de l'Eglise. Elle favorise aussi grandement la vitalité chrétienne : « Avant tout, elle nourrit la foi catholique en faisant méditer fort à propos les mystères du salut, et elle élève notre pensée au niveau des vérités de la Révélation.[7] »

Ainsi donc, durant le prochain mois d'octobre, dédié à Notre-Dame du Rosaire, qu'on redouble de prières et de supplications ! Que par l'intercession de Marie brille enfin pour le monde entier l'aurore de la véritable paix, - la paix dans tous les domaines y compris celui de la pratique religieuse ; actuellement, hélas ! la liberté de professer la religion n'est point assurée partout.

Plus spécialement Nous souhaitons que, le 4 octobre, anniversaire de Notre visite à l'Organisation des Nations Unies, soit célébré, cette année, dans l'univers catholique comme « jour consacré à prier pour la paix. »

Il vous appartiendra, vénérables frères, selon la piété qui vous distingue et votre conscience de la gravité de la situation, de prescrire les actes religieux par lesquels, ce jour-là, les prêtres, les religieux, le peuple fidèle mais plus particulièrement l'enfant, signalé par son innocence, ainsi que les malades et tous ceux qui souffrent, tous enfin d'un élan unanime implorent le Mère de Dieu et de l'Eglise.

Pour Nous, dans la basilique Saint-Pierre, près du tombeau du Prince des apôtres, Nous adresserons une prières toute spéciale à la Vierge protectrice du monde chrétien et garante de la paix. Ainsi la voix unique de l'Eglise, montant de toutes les parties de la terre, ira comme frapper à la porte du ciel. En effet, selon le mot de saint Augustin « dans la diversité des langues humaines qu'entendent nos oreilles, unique est le langage de la foi qui anime nos cœurs.[8] »

O Bienheureuse Vierge, dans votre bonté maternelle, regardez tous vos enfants ! Voyez l'inquiétude des pasteurs qui redoutent les horreurs d'une tempête pour le troupeau confié à leur responsabilité ; montrez-vous attentive à l'angoisse de tant d'hommes, pères et mères de famille, que préoccupe le sort de leurs enfants comme le leur et qui portent les pires tracas. Apaisez les dispositions des belligérantset inspirez-leur « des pensées de paix » ; faites que Dieu, vengeur de la justice lésée, agisse selon sa miséricorde, restitue aux peuples la tranquillité si désirée et leur assure une ère très longue de véritable prospérité.

Dans le ferme espoir que la Sainte Mère de Dieu accueillera Notre humble demande, Nous vous accordons de tout cœur, à vous-mêmes, Vénérables Frères, ainsi qu'à tout votre clergé et aux peuples confiés à vos soins, la Bénédiction apostolique.

Rome, près Saint-Pierre, le 15 septembre 1966, quatrième année de Notre pontificat.

PAULUS P. P. VI.

[1] Saint Augustin : la Cité de Dieu, livre XIX, chapitre 11.

[2] Saint Irénée : Contre les hérésies, III 22

[3] Saint Augustin : de la Sainte Virginité.

[4] Saint Anselme : Prières, XLVII.

[5] Léon XIII : Lettre encyclique Adjutricem Populi Christiani, 5 septembre 1895

[6] Constitution dogmatique sur l'Eglise, n° 67

[7] Lettre encyclique de Pie XI Ingravescentibus Malis, 29 septembre 1937.

[8] Saint Augustin : Homélies sur les psaumes, LIV 11.

SOURCE : http://missel.free.fr/Sanctoral/10/07.php

Rosenkranzmadonna im Abendlicht in der Kirche St. Georg am Auerberg


NOTRE-DAME DU ROSAIRE

La fête du Rosaire est célébrée le premier dimanche d'octobre. Elle fut, dans le principe, une simple fête de confrérie. Mais, en 1571, le septième jour d'octobre, qui était le premier dimanche de ce mois, une grâce extraordinaire accordée au peuple chrétien tout entier, vint donner à cette fête un grand éclat. En effet, ce fut le jour où don Juan d'Autriche remporta sur les Turcs la célèbre victoire de Lépante, et sauva ainsi la chrétienté du plus imminent danger.

Le même jour et à l'heure même du combat, les confréries du Rosaire faisaient à Rome des processions solennelles pour demander la victoire sur les infidèles. Le saint pape Pie V, divinement averti de la victoire des chrétiens, la regarda comme une grâce accordée par Marie, à cause des prières ferventes qui lui étaient adressées.

Pour reconnaître ce bienfait, il prescrivit une fête spéciale en l'honneur de la sainte Vierge. On inséra donc, par son ordre, cette mention dans le martyrologe, à la date du 7 octobre : " Mémoire de sainte Marie de la Victoire, que le souverain pontife Pie V ordonna de renouveler chaque année, à cause de l'insigne victoire navale remportée ce jour-là par les chrétiens sur les Turcs, grâce au secours de la Mère de Dieu. "

A l'origine cette fête porta donc le nom de Notre-Dame de la Victoire.

Grégoire XIII renouvela en 1573 l'ordonnance de son saint prédécesseur, et ajouta que désormais la fête aurait lieu le premier dimanche d'octobre, dans toutes les églises où se trouvait un autel ou une chapelle sous l'invocation de Notre-Dame du Saint-Rosaire, et qu'elle porterait ce même nom. La fête était élevée en même temps au rite double majeur. Cette fête est désormais célébrée le 7 octobre.

Un siècle plus tard, en 1671, Clément X étendit cette fête à toute l'Espagne, sans condition, sur l'instante prière de la reine Marie-Anne. Cette faveur s'étendit peu à peu à d'autres contrées et enfin le pape Clément XI, en 1716, ordonna qu'elle fût célébrée par toute la chrétienté, en mémoire de la victoire obtenue en 1715 par Charles VI sur les Turcs, en Hongrie. Comme pour la victoire de Lépante, les confréries du Rosaire faisaient au moment du combat, des processions solennelles, pour obtenir le secours divin par l'intercession de Marie. Clément XI, en étendant la fête du Saint-Rosaire à toute l'Église, voulait, dit-il, enflammer le cœur des fidèles, et les encourager à rendre hommage à la Vierge glorieuse qui ne laisse jamais l'Église sans secours, au milieu des dangers.

Jusqu'au temps de Benoît XIII, les leçons du second nocturne étaient un sermon de S. Augustin, sans rapport direct avec la fête du Saint-Rosaire, Benoît XIII, d'après l'avis de la Congrégation des rites, le fit remplacer par une notice assez étendue sur la dévotion du Rosaire, son origine, son histoire et celle de l'institution de la fête. Il était réservé au grand et saint pontife Léon XIII de revêtir la dévotion au saint Rosaire et la fête d'un nouvel éclat.

Le 11 septembre 1887 parut un décret de la Congrégation des rites qui, après avoir rappelé que nous pouvons tout espérer de la protection de Marie, si nous sommes fidèles à lui adresser pieusement les saintes invocations du Rosaire, se continue ainsi :

« Notre très Saint-Père. tout heureux de cet empressement unanime, renouvelle ses instances auprès de tous les Pasteurs de l'Église et de tous les fidèles du monde, et les exhorte à redoubler de ferveur et de confiance filiale en persévérant dans ces saints exercices, et à supplier la très auguste Reine de la paix, d'user de son crédit auprès de Dieu, pour détourner l'horrible tempête des temps présents, par la ruine de l'empire de Satan et la défaite des ennemis de la religion, et pour rendre la calme si désiré à la barque mystique de Pierre, ballottée par les flots. C'est pourquoi tout ce qui a été décrété, accordé et ordonné les années précédentes, et dernièrement par le décret de la Sacrée Congrégation des rites, prescrivant de consacrer le mois d'octobre à la céleste Reine du Rosaire, de nouveau il le décrète, l'accorde et l'ordonne.

La fête de la solennité du Saint-Rosaire est déjà en honneur chez les peuples chrétiens, et l'objet d'un culte tout particulier, qui se rapporte à tous les mystères de la vie, de la passion, de la gloire de N.-S. Jésus-Christ, notre rédempteur, et de son Immaculée Mère. Afin donc de favoriser cette dévotion qui va toujours croissant, afin aussi d'ajouter aux honneurs publics rendus à Marie, Sa Sainteté Léon XIII, par un privilège dont jouissent déjà plusieurs églises particulières, ordonne de célébrer désormais dans toute l'Église, sous le rite de seconde classe, ladite solennité et l'office de Notre-Dame du Rosaire fixé au premier dimanche d'octobre, en sorte que cette fête ne puisse être transférée à un autre jour, si ce n'est en cas d'occurrence d'un office de rite supérieur ; sauf les rubriques et nonobstant toute disposition contraire. »

Ce n'était pas assez pour le zèle et la dévotion de Léon XIII envers Notre-Dame du Saint-Rosaire. L'année suivante, la Sacrée Congrégation des rites rendit un nouveau décret inspiré par la gravité des circonstances. Ce décret rappelle ce que le Souverain Pontife régnant a déjà fait en l'honneur de Notre-Dame du Saint-Rosaire, exhorte tous les chrétiens à se conformer pieusement aux ordonnances du Saint-Père, et donne un nouvel office et une nouvelle messe revus et approuvés par Léon XIII lui-même pour cette solennité.

http://pages.total.net/~jmarient/erger/pagetest/psaume.htm

SOURCE : http://nova.evangelisation.free.fr/notre_dame_du_rosaire.htm


7 Octobre : Mémoire obligatoire*** de Notre-Dame du Rosaire

« Par le Rosaire, on peut tout obtenir. Selon une gracieuse comparaison, c'est une longue chaîne qui relie le Ciel et la Terre : une des extrémités est entre nos mains et l'autre dans celles de la Sainte Vierge » (Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus).

Tant que le Rosaire sera récité, Dieu ne pourra abandonner le monde, car cette Prière est puissante sur son Cœur.

Elle est comme le levain qui peut régénérer la Terre. La douce Reine du Ciel ne peut oublier ses enfants qui, sans cesse, chantent ses louanges.

Il n'y a pas de Prière qui soit plus agréable à Dieu que le Rosaire. Aussi l'Église nous invite-t-elle à aller le réciter chaque soir, en ce mois d'octobre, devant Jésus réellement présent et exposé sur l'autel.

Le mois d'Octobre est là. Avec lui l'Eglise appelle ses enfants pour qu'ils récitent en commun les belles prières du Rosaire.
Le soir, au moment où la nature fatiguée va s'endormir, les cœurs semblent reprendre une nouvelle énergie pour célébrer les louanges de la Reine du Ciel Kyriale X (Alme Pater)

La Fête de Notre-Dame du Rosaire fut instituée par Sa Sainteté le Pape Saint Pie V en la Fête de "Notre-Dame de la Victoire" (1572) au Premier Dimanche d'Octobre, en action de grâces pour la Victoire de Lépante où, à l'entrée du golfe de Corinthe, la flotte chrétienne fournie par le Saint-Siège, l'Espagne, Venise, la Savoie , Mantoue, Ferrare, Gênes et Lucques, sous le commandement de Don Juan d'Autriche, avait écrasé la flotte turque d'Ali Pacha (7 Octobre 1571).

C'est à cette occasion qu'on ajouta aux litanies de la Sainte Vierge l'invocation "Secours des Chrétiens, priez pour nous !".

Grégoire XIII qui attribuait la victoire de Lépante aux processions faites à Rome par les confréries du Saint-Rosaire, changea la Fête de "Notre-Dame de la Victoire" en celle du "Saint Rosaire" et la fixa au Premier Dimanche d'Octobre (1573) ; elle ne fut alors obligatoire que pour les églises romaines qui possédaient une chapelle ou une confrérie du Saint-Rosaire.

Clément X concéda cette Fête à l'Espagne (1671) avant que Clément XI l'étendît à l'Église universelle et l'élevât au rit double-majeur (1716), célébrée le jour de l'Octave de la Solennité de l'Assomption, à la suite de la victoire de Peterwaradin que le prince Eugène de Savoie avait remportée sur les Turcs (5 Août 1716).

Léon XIII en fit une Fête de seconde classe et adopta l'office et le propre de la messe en usage chez les Dominicains (1887).

Il ajouta aux Litanies de Lorette l'invocation "Reine du Très Saint Rosaire".

Saint Pie X fixa la Fête au 7 Octobre (1913).

*** Fête dans le calendrier propre à Malte ; Mémoire obligatoire le 8 octobre en Finlande

Mémoire obligatoire le 7 Octobre dans le calendrier de l'Église universelle.

Dasing, Ortsteil Tattenhausen, Katholische Filialkirche St. Peter und Paul. 

Notre-Dame du Rosaire

Le Rosaire avait été institué par Saint Dominique au commencement du XIIIe siècle. Par le zèle des Papes, et aussi par les fruits abondants qu'il produisait dans l'Église, il devenait de plus en plus populaire.

Au XVe siècle, le Bienheureux Alain de La Roche, Dominicain, fut suscité par Marie pour raviver cette dévotion si excellente.

La Fête de Notre-Dame du Rosaire se célébrait déjà, en 1547, à Tortosa (Espagne), le troisième dimanche d'avril, quand fut instituée par Pie V la Fête de Notre-Dame de la Victoire (1572) au premier Dimanche d'Octobre, en action de grâces pour la victoire de Lépante.

Plus tard, dans les premières années du XVIIIe siècle, parut un homme extraordinaire appelé à bon droit le Dominique des temps modernes, et qui fut le grand propagateur, l'apôtre de la dévotion au saint Rosaire ; c'est Saint Louis-Marie Grignion de Montfort.

Depuis Saint Dominique, il n'y a pas eu d'homme plus zélé que ce grand missionnaire pour l'établissement de la confrérie du Rosaire : il l'érigeait dans tous les lieux où elle ne l'était pas ; c'est le moyen qu'il jugeait le plus puissant pour établir le règne de Dieu dans les âmes.

Il composa lui-même une méthode de réciter le Rosaire, facile à retenir, instructive et pieuse.

L'Apôtre de l'Ouest récitait tous les jours son Rosaire en entier, suivant sa méthode, et le faisait de même réciter publiquement tous les jours dans ses missions, et il a fait un point de règle à ses disciples de suivre son exemple.

Par son Rosaire quotidien, Montfort convertissait les plus grands pécheurs et les faisait persévérer dans la grâce et la ferveur de leur conversion ; il pouvait dire : « Personne ne m'a résisté une fois que j'ai pu lui mettre la main au collet avec mon Rosaire ! »

Il avait mille industries pour propager et faire aimer le Rosaire : là, c'étaient des bannières représentant les mystères du Rosaire ; ailleurs, d'immenses Rosaires qu'on récitait en marchant, dans les églises ou autour des églises, à la manière du chemin de la Croix.

Il exaltait le Rosaire dans ses cantiques ; un tonnerre de voix répondait à la sienne, et tous les échos répétaient, de colline en colline, les gloires de cette dévotion bénie.

SOURCE : http://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20171007&id=181&fd=1




La Fête de Notre-Dame du Rosaire se célébrait déjà, en 1547, à Tortosa (Espagne), le troisième dimanche d'avril, quand fut instituée par Pie V la Fête de Notre-Dame de la Victoire (1572) au premier dimanche d'octobre, en action de grâces pour la victoire de Lépante où, à l'entrée du golfe de Corinthe, la flotte Chrétienne fournie par le Saint-Siège, l'Espagne, Venise, la Savoie, Mantoue, Ferrare, Gênes et Lucques, sous le commandement de don Juan d'Autriche, avait écrasé la flotte turque d'Ali Pacha (7 Octobre 1571).

C'est à cette occasion qu'on ajouta aux litanies de la Sainte Vierge l'invocation Secours des Chrétiens, priez pour nous !

Grégoire XIII qui attribuait la victoire de Lépante aux processions faites à Rome par les confréries du Saint-Rosaire, changea la Fête de Notre-Dame de la Victoire en celle du Saint Rosaire et la fixa au premier Dimanche d'Octobre (1573) ; elle ne fut alors obligatoire que pour les églises Romaines qui possédaient une chapelle ou une confrérie du Saint-Rosaire.

Clément X concéda cette Fête à l'Espagne (1671) avant que Clément XI l'étendît à l'Eglise universelle et l'élevât au rite double-majeur (1716), Célébrée le jour de l'Octave de l'Assomption, à la suite de la victoire de Peterwaradin que le prince Eugène de Savoie avait remportée sur les Turcs (5 Août 1716).

Léon XIII en fit une Fête de seconde classe et adopta l'office et le propre de la Messe en usage chez les Dominicains (1887).

Pie X la fixa au 7 Octobre (1913).

SOURCE : http://missel.free.fr/Sanctoral/10/07.php#historique.

 

 Saint Dominique recevant le Très Saint Rosaire. Retable de l'église Saint-Ronan. Locronan, Bretagne.


- Fête du Très Saint Rosaire. 1571, 1716.

" Saint Dominique convertit cent mille albigeois en leur faisant connaître et aimer les mystères adorables du saint Rosaire.

Imitons l'exemple de ce grand ouvrier des gloires temporelles de la Reine des Anges et nous travaillerons avec fruits à la conversions de ces Albigeois du [XXIe siècle] qui blasphèment tout ce qu'ils ignorent et se dépravent dans les choses qu'ils n'étudient qu'au profit de leurs abjectes passions."
M. l'abbé Combalot. Instructions.

En action de grâces de la décisive victoire remportée à Lépante par la flotte Chrétienne sur la flotte turque, le premier dimanche d'octobre 1571, le Saint Pape Pie V institua une Fête annuelle sous le titre de Sainte Marie de la Victoire ; mais peu après, le Pape Grégoire XII changea le nom de cette Fête en celui de Notre-Dame-du-Rosaire.

Le Rosaire avait été institué par saint Dominique au commencement du XIIIe siècle. Par le zèle des Papes, et aussi par les fruits abondants qu'il produisait dans l'Église, il devenait de plus en plus populaire.

Au XVe siècle, le Bienheureux Alain de La Roche, Dominicain, fut suscité par Marie pour raviver cette dévotion si excellente.

Plus tard, dans les premières années du XVIIIe siècle, parut un homme extraordinaire appelé à bon droit le Dominique des temps modernes, et qui fut le grand propagateur, l'apôtre de la dévotion au saint Rosaire ; c'est Saint Louis-Marie Grignion de Montfort.

Depuis saint Dominique, il n'y a pas eu d'homme plus zélé que ce grand missionnaire pour l'établissement de la confrérie du Rosaire : il l'érigeait dans tous les lieux où elle ne l'était pas; c'est le moyen qu'il jugeait le plus puissant pour établir le règne de Dieu dans les âmes.

Il composa lui-même une méthode de réciter le Rosaire, qui est restée la meilleure entre toutes, la plus facile à retenir, la plus instructive et la plus pieuse.

L'Apôtre de l'Ouest récitait tous les jours son Rosaire en entier, suivant sa méthode, et le faisait de même réciter publiquement tous les jours dans ses missions, et il a fait un point de règle à ses disciples de suivre son exemple.

Par son Rosaire quotidien, Montfort convertissait les plus grands pécheurs et les faisait persévérer dans la grâce et la ferveur de leur conversion ; il pouvait dire :
" Personne ne m'a résisté une fois que j'ai pu lui mettre la main au collet avec mon Rosaire !"
Il avait mille industries pour propager et faire aimer le Rosaire: là, c'étaient quinze bannières représentant les quinze mystères du Rosaire; ailleurs, d'immenses Rosaires qu'on récitait en marchant, dans les églises ou autour des églises, à la manière du chemin de la Croix.

Il exaltait le Rosaire dans ses cantiques ; un tonnerre de voix répondait à la sienne, et tous les échos répétaient, de colline en colline, les gloires de cette dévotion bénie.

Son oeuvre a continué après lui ; c'est le Rosaire à la main que la Vendée, en 1793, a défendu ses foyers et ses autels ; c'est aussi le Rosaire ou le chapelet à la main que les populations chrétiennes paraissent dans toutes les cérémonies religieuses.

C’est sous le vocable de « Je suis la Reine du Rosaire » que Marie apparaît aux trois bergers de Fatima.

Ceins ton épée sur ta cuisse, vaillant dans le faste et l'éclat va, chevauche, pour la cause de la vérité, de la piété, de la justice.

Tends la corde sur l'arc, il rend terrible ta droite ! Tes flèches sont aiguës, voici les peuples sous toi, ils perdent coeur, les ennemis du roi.

Ton trône est de Dieu pour toujours et à jamais ! Sceptre de droiture, le sceptre de ton règne ! Tu aimes la justice, tu hais l'impiété.

C'est pourquoi Dieu, ton Dieu, t'a donné l'onction d'une huile d'allégresse comme à nul de tes rivaux; ton vêtement n'est plus que myrrhe et aloès.

Des palais d'ivoire, les harpes te ravissent. Parmis tes bien-aimées sont des filles de roi: à ta droite une dame, sous les ors d'Ophir.

Écoute, ma fille, regarde et tends l'oreille, oublie ton peuple et la maison de ton père, alors le roi désirera ta beauté : il est ton Seigneur, prosterne-toi devant lui ! La fille de Tyr, par des présents, déridera ton visage, et les peuples les plus riches, par maint joyau serti d'or.

Vêtue de brocarts, la fille de roi est amenée au dedans vers le roi, des vierges à sa suite. On amène les compagnes qui lui sont destinées; parmi joie et liesse, elles entrent au palais. A la place de tes pères te viendront des fils; tu en feras des princes par toute la terre.

Que je fasse durer ton nom d'âge en âge, que les peuples te louent dans les siècles des siècles.

Psaume 45 (44).

La Fête du Rosaire est célébrée le premier Dimanche d'Octobre. Elle fut, dans le principe, une simple fête de confrérie. Mais, en 1571, le septième jour d'Octobre, qui était le premier Dimanche de ce mois, une grâce extraordinaire accordée au peuple chrétien tout entier, vint donner à cette fête un grand éclat. En effet, ce fut le jour où don Juan d'Autriche remporta sur les Turcs la célèbre victoire de Lépante, et sauva ainsi la chrétienté du plus imminent danger.

Le même jour et à l'heure même du combat, les confréries du Rosaire faisaient à Rome des processions solennelles pour demander la victoire sur les infidèles. Le saint Pape Pie V, divinement averti de la victoire des chrétiens, la regarda comme une grâce accordée par Marie, à cause des prières ferventes qui lui étaient adressées.

Pour reconnaître ce bienfait, il prescrivit une fête spéciale en l'honneur de la sainte Vierge. On inséra donc, par son ordre, cette mention dans le martyrologe, à la date du 7 octobre : " Mémoire de Sainte Marie de la Victoire, que le souverain pontife Pie V ordonna de renouveler chaque année, à cause de l'insigne victoire navale remportée ce jour-là par les chrétiens sur les Turcs, grâce au secours de la Mère de Dieu. "

Dans l'origine cette fête porta donc le nom de Notre-Dame de la Victoire.

Grégoire XIII renouvela en 1573 l'ordonnance de son Saint prédécesseur, et ajouta que désormais la fête aurait lieu le premier Dimanche d'Octobre, dans toutes les églises où se trouvait un autel ou une chapelle sous l'invocation de Notre-Dame du Saint-Rosaire, et qu'elle porterait ce même nom. La Fête était élevée en même temps au rite double majeur.

Un siècle plus tard, en 1671, Clément X étendit cette Fête à toute l'Espagne, sans condition, sur l'instante prière de la reine Marie-Anne. Cette faveur s'étendit peu à peu à d'autres contrées et enfin le Pape Clément XI, en 1716, ordonna qu'elle fût célébrée par toute la chrétienté, en mémoire de la victoire obtenue en 1715 par Charles VI sur les Turcs, en Hongrie. Comme pour la victoire de Lépante, les confréries du Rosaire faisaient au moment du combat, des processions solennelles, pour obtenir le secours divin par l'intercession de Marie. Clément XI, en étendant la fête du Saint-Rosaire à toute l'Église, voulait, dit-il, enflammer le coeur des fidèles, et les encourager à rendre hommage à la Vierge glorieuse qui ne laisse jamais l'Église sans secours, au milieu des dangers.

Jusqu'au temps de Benoît XIII, les leçons du second nocturne étaient un sermon de S. Augustin, sans rapport direct avec la Fête du Saint-Rosaire, Benoît XIII, d'après l'avis de la Congrégation des rites, le fit remplacer par une notice assez étendue sur la dévotion du Rosaire, son origine, son histoire et celle de l'institution de la Fête. Il était réservé au grand et saint pontife Léon XIII de revêtir la dévotion au saint Rosaire et la Fête d'un nouvel éclat.

Le 11 septembre 1887 parut un décret de la Congrégation des rites qui, après avoir rappelé que nous pouvons tout espérer de la protection de Marie, si nous sommes fidèles à lui adresser pieusement les saintes invocations du Rosaire, se continue ainsi :
"Notre très Saint-Père. tout heureux de cet empressement unanime, renouvelle ses instances auprès de tous les Pasteurs de l'Église et de tous les fidèles du monde, et les exhorte à redoubler de ferveur et de confiance filiale en persévérant dans ces saints exercices, et à supplier la très auguste Reine de la paix, d'user de son crédit auprès de Dieu, pour détourner l'horrible tempête des temps présents, par la ruine de l'empire de Satan et la défaite des ennemis de la religion, et pour rendre la calme si désiré à la barque mystique de Pierre, ballottée par les flots. C'est pourquoi tout ce qui a été décrété, accordé et ordonné les années précédentes, et dernièrement par le décret de la Sacrée Congrégation des rites, prescrivant de consacrer le mois d'octobre à la céleste Reine du Rosaire, de nouveau il le décrète, l'accorde et l'ordonne.

La Fête de la solennité du Saint-Rosaire est déjà en honneur chez les peuples chrétiens, et l'objet d'un culte tout particulier, qui se rapporte à tous les mystères de la vie, de la passion, de la gloire de N.-S. Jésus-Christ, notre rédempteur, et de son Immaculée Mère. Afin donc de favoriser cette dévotion qui va toujours croissant, afin aussi d'ajouter aux honneurs publics rendus à Marie, Sa Sainteté Léon XIII, par un privilège dont jouissent déjà plusieurs églises particulières, ordonne de célébrer désormais dans toute l'Église, sous le rite de seconde classe, ladite solennité et l'office de Notre-Dame du Rosaire fixé au premier dimanche d'octobre, en sorte que cette fête ne puisse être transférée à un autre jour, si ce n'est en cas d'occurence d'un office de rite supérieur ; sauf les rubriques et nonobstant toute disposition contraire."

Ce n'était pas assez pour le zèle et la dévotion de Léon XIII envers Notre-Dame du Saint-Rosaire. L'année suivante, la Sacrée Congrégation des rites rendit un nouveau décret inspiré par la gravité des circonstances. Ce décret rappelle ce que le Souverain Pontife régnant a déjà fait en l'honneur de Notre-Dame du Saint-Rosaire, exorte tous les chrétiens à se conformer pieusement aux ordonnances du Saint-Père, et donne un nouvel office et une nouvelle Messe revus et approuvés par Léon XIII lui-même pour cette solennité.

SOURCE : http://hodiemecum.hautetfort.com/archive/2007/10/07/7-octobre-ier-dimanche-d-octobre-fete-du-tres-saint-rosaire1.html


Pour tous ceux qui ne connaissent pas le Rosaire et découvrir cette belle Prière et cette belle Méditation, ouvrir le lien ci-dessus…il est très bien présenté, avec schémas explicatifs.

Le Rosaire (3 + 1 chapelets)

L'Église a une très grande dévotion envers le Rosaire (le chapelet) et je voudrais vous expliquer en quoi il consiste. 
La puissance de Grâce du chapelet n'est plus à démontrer pour qui connaît l'histoire de l'Église, mais pourtant en ces temps troublés, beaucoup redécouvrent aujourd'hui ses effets merveilleux...

Le Site de marie vous propose, pour vous aider à prier le saint Rosaire et aussi pour prier en communion, de lire/écouter les Mystères - ensemble

 


La Madone du Rosaire est vénérée à la Basilique moderne de Pompéi. 

C’est là que le Pape Saint Jean-Paul II a proclamé : « Année 2003, année du Rosaire ».


-L'ORIGINE DU ROSAIRE

Psautier de Marie
Saint Dominique
La pluie du Rosaire...
Le Bienheureux Alain de la Roche
Saint Pie V

Description

Qu'est-ce que le chapelet ?

Composition des Mystères du Rosaire

Mystères Joyeux
Mystères Lumineux
Mystères Douloureux
Mystères Glorieux  
Prières intervenant dans le Rosaire
Comment prier le Rosaire (le chapelet)
Explication pratique pour prier le Rosaire

Rosaire perpétuel


L'ORIGINE DU ROSAIRE

Dès les débuts du Christianisme (1) , les disciples du Christ sui­vaient l'ex­emple et les instructions du Maître. Ils le faisaient dans les termes enseig­nés par Jésus Lui-même : le Pater Noster (2) .

Après l'Ascension, ils s'unirent par la prière à Notre Seigneur rendu au Ciel. Ils passèrent les dix jours de l'Ascension à la Pentecôte en prière dans le Céna­cle, en compagnie de Marie, qui les guidait certainement dans ces exer­cices.

Après la mort de Marie, les Apôtres et les premiers disciples, la sachant au Ciel en corps et en âme, lui adressèrent aussi leurs prières. Ils aimaient cer­tainement lui répéter la belle salutation de l'Archange qui avait ouvert le Nou­veau Testament, dont saint Luc avait consigné le texte dans son Évangile. Le Symbole des Apôtres était aussi cher aux chrétiens, et ils le récitaient souvent, seuls ou en assemblée de prière.

Les prières des premiers Chrétiens étaient empruntées beaucoup au Psautier, recueil des 150 psaumes attribués à David, même si certains d'entre eux sont d'autres sources.



Psautier de Marie

C'est ainsi, sans doute, que de bonne heure, des dévots de la Très Sainte Vierge eurent l'idée de ce que l'on appela assez longtemps le Psautier de Marie, composé de 150 Ave Maria (3) , dans lequel ils intercalaient le Pater de Jésus, et des acclamations à la Très Sainte Trinité (4) .

Mais la forme actuelle du Rosaire remonte à saint Domini­que, agissant sur les instructions de Marie elle-même.

Les 150 Ave furent partagés en trois parties en l'honneur de la très Sain­te Trinité. Puis, chaque partie en cinq dizaines d'Ave, chaque dizaine précé­dée d'un Pater et suivie du Gloria à la très Sainte Trinité.

Bernardo Cavallino. La Visione di San Domenico, 1640

Saint Dominique

Saint Dominique, né en Espagne, était un grand prédicateur des débuts du 13ème siècle. A cette époque, des hérétiques, reprenant la vieille hérésie manichéenne (5) , semaient l'erreur et la subversion sociale dans le Sud de la France. L'hérésie avait gagné l'appui de plusieurs curés, même de quelques Évêques, et aussi de puissants Seigneurs du Languedoc, surtout du Comté de Toulouse et aussi de ceux d'Albi, de Béziers, de Carcassonne, etc. 

En 1206, au Concile régional de Montpellier, Dominique, qui se trouvait là, fit remarquer aux conciliaires que les rencontres des légats et autres dig­nitaires ecclésiastiques avec des représentants de l'hérésie tournaient vite à l'avantage des hérétiques, parce que les légats et missionnaires se présen­taient à ces discussions publiques en grand équipage, avec chevaux et suite imposante. Il proposa de revenir à la méthode simple et pauvre de Notre-Seig­neur.

Sur-le-champ, lui-même renvoya ses chevaux et son es­corte, et com­mença ses missions à pied, au niveau des gens, mendiant repas et cou­chers. Ses dis­ciples firent de même. Les résultats furent diffé­rents, des conversions eurent lieu.

Mais, en somme, ce fut encore très médiocre, devant l'im­men­sité de la tâche et les forces de la perversion. Il man­quait quelque chose, et Dominique allait l'ap­prendre...

La pluie du Rosaire...

En 1214, presque découragé à la vue du maigre résultat de tant d'ef­forts, le prédicateur se retira dans un bois près de Toulou­se, se mit en pri­ère et péniten­ce, jeûna, cela en expiation des offenses faites à Dieu par les pécheurs, les héréti­ques et les impénitents !

Le troisième jour, la Très Sainte Vierge Marie lui apparût, ac­compagnée de trois princesses de sa cour céleste. ­ Elle lui dit :

“Mon fils Dominique, ne vous étonnez pas de ne pas réussir en vos prédi­ca­tions !

Car, vous labourez un sol qui n'a pas été arrosé par la pluie…

Sachez que, quand Dieu voulut renouve­ler le monde, Il envoya d'abord la pluie de la Saluta­tion Angélique, et c'est ainsi que le monde fut ra­cheté… Exhortez donc les hommes, dans vos ser­mons, à réciter mon Psau­tier (6) , et vous en recueillerez de grands fruits pour les âmes.”

C'est ce fit dès lors Dominique, et les résultats furent vite con­sidérabl­es ! Il y eut bien la vingtaine d'années de guerre de la croisade des Al­bigeois, qui fit beaucoup de massacres des deux côtés des belligé­rants, attisa beaucoup de braises, mêla beaucoup d'injus­tices à une cause juste ! MAIS, ce fut le Rosaire et non les armes qui converti­rent les âmes...

Saint Dominique mourut en 1221, mais il laissa son Ordre des Domini­cains bien établi, pour continuer son oeuvre.

Le Rosaire s'était beaucoup répandu. Mais comme il arrive souvent, la né­gligence revient quand les grandes épreuves sont passées ! Il fallut la grande peste de 1349, qui ravagea tous les royaumes d'Europe, pour ramener les foules à se retourner vers Dieu et à reprendre le Psautier de Jésus et Marie.

Le Bienheureux Alain de la Roche

Au siècle suivant, en 1460, la Sainte Vierge Marie apparut au Bien­heu­reux Alain de la Roche (7) , de l'Ordre de saint Domi­ni­que, insistant de nou­veau sur la récitation de son Psautier. 

Ce qu'il fit, et c'est alors que la voix publi­que donna à cette prière le nom de ROSAIRE, qui signifie couronne de roses. Une couronne, composée au complet, de 153 roses blanches (Ave) et 16 roses rouges (Pater) , toutes venant du Paradis.

Dans des révélations ultérieures, Marie Elle-même a confirmé (8) ce nom !

Saint Pie V

Il est bon de vous rappeler aussi ici, que le saint Pape Pie V, mort il y a quatre siècles (1572) , organisa une grande croisade mondiale du Rosai­re, pour arrêter l'avance turque mahométane, qui maîtrisait déjà les pays des Balkans et la mer depuis Constantinople aux ap­proches de l'Arctique. C'est au Rosaire que fut due la décisive victoire de LEPANTE (9) en 1571 !


Description

Celui-ci comprend trois parties, appelées aussi "chapelet" : les Mystères Joyeux, les Mystères Douloureux, les Mystères Glorieux, qui concernent des événements Joyeux, Douloureux et Glorieux de la vie du Christ et de Marie sa Mère, notre Mère et la Mère de l'Église.

Qu'est-ce que le chapelet ?

Un chapelet correspond à la méditation d'une série de cinq Mystères, soit Joyeux, Douloureux ou Glorieux équivalant à un tiers du Rosaire puisque celui-ci comprend trois chapelets : celui des Mystères Joyeux, des Mystères Douloureux et des Mystères Glorieux.

C'est aussi le moyen " mnémotechnique " facilitant la récitation du très saint Rosaire.

Lorsqu'il est béni, il sera l'objet matériel et spirituel (puisque béni) qui rendra visible notre dévotion au Rosaire (Notez que la Très Sainte Vierge Marie, lors de ses apparitions,  porte toujours un chapelet sur Elle... Lourdes, Fatima, etc.)

Rappelez-vous, dans toutes ses interventions, Marie invite de manière forte, à prier son saint Rosaire, au moins un chapelet CHAQUE JOUR (Fatima) .

Les papes eux-mêmes en ont fortement conseillé " l'exercice ", songez par exemple à notre très cher Pape Jean-Paul II qui, lorsqu'il vous reçoit vous offre comme cadeau un chapelet... N'est-ce pas là plus sûr moyen de vous en montrer l'importance ?

La Prière du Chapelet (Rosaire) comporte en fait deux parties, qui s'exécutent simultanément : d'une part, la récitation des prières (décrites ci-dessous) et d'autre part, la méditation des Mystères du Rosaire, c'est-à-dire, en même temps que l'on récite pieusement les prières, on médite sur les événements de la vie de Jésus et/ou de Marie que sont les Mystères.

 


Interior de la Iglesia de Santo Domingo, Cádiz, España.


Composition des Mystères du Rosaire

Mystères Joyeux

 1) L'Annonciation

Fruit : L'Humilité
Réf. : Lc 1, 26-38

 2) La Visitation

Fruit : Le zèle, l'ardeur pour le salut du prochain (l'amour du prochain)
Réf. : Lc 1, 39-56

3) La Naissance de Jésus (Nativité)

Fruit : L'amour de la Pauvreté, n'être riche que de Dieu
Réf. : Lc 2, 1-21

 4) La Présentation au Temple (la Purification de Marie)

Fruit : La Pureté (du coeur, du corps et de l'esprit)
Réf. : Lc 2, 22-40

 5) Le Recouvrement de Jésus au Temple

Fruit : L'obéissance, (la recherche de Dieu en toutes choses)
Réf. : Lc 2, 41-51

Le Pape Jean-Paul II dans lettre apostolique "ROSARIUM VIRGINIS MARIAE" nous donne 5 nouveaux mystères :

" Si l'on veut indiquer à la communauté chrétienne cinq moments significatifs - mystères “lumineux” - de cette période de la vie du Christ, il me semble que l'on peut les mettre ainsi en évidence: 1. au moment de son Baptême au Jourdain, 2. dans son auto-révélation aux noces de Cana, 3. dans l'annonce du Royaume de Dieu avec l'invitation à la conversion, 4. dans sa Transfiguration et enfin 5. dans l'institution de l'Eucharistie, expression sacramentelle du mystère pascal. Chacun de ces mystères est une révélation du Royaume désormais présent dans la personne de Jésus."

Mystères Lumineux

1) Le baptême au Jourdain

        Fruit : "Jésus s’est fait péché pour nous" (2 Co 5)
        Réf : Mt 3, 13-17 et concordances

2) Les noces de Cana

        Fruit : L’intercession de Marie dans le don de la grâce
        Réf. : Jn 2, 1-12

3) L’annonce du Royaume

        Fruit : Le Royaume de Dieu n'est pas un Royaume humain
        Réf. : Mt 5, 9; Mc 1, 15; Jn 20, 21-23 et concordances

4) La transfiguration

        Fruit : L’attente de la Vie nouvelle avec Dieu
        Réf. : Mt 17, 1-9 et concordances

5) L’institution de l’Eucharistie

        Fruit : La présence cachée de Jésus (la vie d'interiorité avec Marie)
        Réf. : Mt 26, 26-29 et concordances

Mystères Douloureux

  1) L'Agonie de Jésus

Fruit : Le regret, la contrition de nos péchés
Réf. : Mt 26, 36-56 et concordances

 2) La Flagellation

Fruit : La mortification de notre corps (le pardon de nos sensualités)
Réf. : Mt 27, 26 et concordances

 3) Le Couronnement d'épines

Fruit : La mortification de notre esprit (le pardon de nos mauvais désirs)
Réf. : Mt 27, 27-31 et concordances

 4) Le Portement de la Croix

Fruit : Le courage dans les épreuves; accepter nos peines
Réf. : Mt 27, 32 et concordances

 5) Le Crucifiement et la Mort de Jésus sur la Croix

Fruit : Mourir à nous-mêmes (un plus grand amour de Dieu et des âmes)
Réf. : Mt 27, 33-56 et concordances

Mystères Glorieux

  1) La Résurrection de Jésus

Fruit : La Foi (croire en l'Amour de Dieu)
Réf. : Mt 28, 5-8 et concordances

 2) L'Ascension

Fruit : L'Espérance chrétienne, le désir du Ciel
Réf. : Lc 24, 50-53 et concordances

 3) La Pentecôte

Fruit : La descente du Saint-Esprit en nos âmes
Réf. : Ac 2, 1-13

 4) L'Assomption de la Très Sainte Vierge Marie

Fruit : Un pur amour de Jésus et Marie, la grâce d'une bonne mort
Réf. : Ap 12, 14-16

 5) Le Couronnement de la Très Sainte Vierge Marie dans le Ciel

Fruit : La Persévérance (une grande dévotion à Marie)
Réf. : Ap 12, 1-3

Prières intervenant dans le Rosaire :

Symbole des Apôtres : Je crois en seul Dieu, le Père tout-puissant, Créateur du Ciel et de la terre; et en Jésus-Christ, son Fils unique, Notre-Seigneur, qui a été conçu du Saint-Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce-Pilate, a été crucifié, est mort, a été enseveli, est descendu aux enfers, est ressuscité des morts le troisième jour; est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant; d'où il viendra juger les vivants et les morts. je crois au Saint-Esprit, à la sainte Église Catholique, à la communion des saints, à la rémission des péchés, à la résurrection de la chair, à la vie éternelle. Ainsi soit-il.

 Notre Père : Notre Père qui es aux cieux, que ton Nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta Volonté soit faite sur la terre comme au Ciel. Donne-nous aujourd'hui notre pain de ce jour. Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés. Et ne nous soumets pas à la tentation, mais délivre-nous du mal. Amen.

 Je vous salue Marie : Je vous salue Marie, pleine de grâces, le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre toutes les femmes, et Jésus le fruit de vos entrailles est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amen.

 Gloire au Père : Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, comme Il était au commencement, maintenant et toujours et pour les siècles des siècles. Amen

Comment prier le Rosaire (le chapelet)

Sur le dessin ci-dessous, vous pouvez visualiser un chapelet (le Rosaire = trois chapelets)… (pour voir le schéma, ouvrir le lien du site).

Pour prier le Rosaire, vous méditez sur les Mystères du Rosaire (Annonciation, Visitation etc.) et en même temps, vous récitez les prières.

Explication pratique pour prier le Rosaire

Vous commencez par dire le Symbole des Apôtres, ensuite un Notre Père, trois Je Vous Salue Marie et enfin un Gloire au Père: ceci est l'introduction du Chapelet et du Rosaire, autrement dit, si vous dites trois chapelets dans la journée (un Rosaire) , vous ne dites qu'une seule fois l'introduction! C'est lorsque vous recommencez éventuellement un autre Rosaire qu'il faut reprendre l'introduction: bien sûr, ce n'est pas académique, et vous le faites comme vous le sentez, la Sainte Vierge n'en sera pas troublée ;-). Mais autant faire les choses comme il le faut, voilà pourquoi je vous indique la procédure à suivre.

Ensuite, vous dites les dizaines, qui correspondent en fait à : un Notre Père, dix Je Vous Salue Marie et un Gloire au Père.

Voilà, vous êtes capable de prier le chapelet (le Rosaire) , qui est "un merveilleux résumé de l'Évangile", comme le disait le Bienheureux Pape Paul VI.

Pour un approfondissement détaillé

> > > Histoire du Rosaire depuis son origine jusqu’à nos jours

Basilique de Lourdes montre Notre Dame qui donne le Rosaire à Saint Dominique.


Dominique le Chartreux, père du Rosaire

Au XVe siècle, en Prusse, le Prieur de la Chartreuse de Trèves conseille à un novice de réciter chaque jour cinquante Ave Maria en méditant la vie de Jésus.

Le jeune chartreux Dominique rédige alors 50 courtes méditations, ou clausules, non seulement en latin mais aussi en allemand.

Son prieur est séduit par cette proposition nouvelle et l’envoie à divers Monastères de son Ordre. Puis Dominique rédige une série de trois fois 50 clausules, en parallèle avec les 150 psaumes.

Peu à peu, pour faciliter la mémorisation, on passe à l’usage de regrouper les Ave en quinze dizaines, toutes introduites par un Pater.

On réduit ainsi le nombre de clausules qui passe de 150 à 15. Le Rosaire est né. Par la suite, on réserve l’usage du mot « Rosaire » aux quinze dizaines, chapelet n’en désignant que cinq.

C’est au Frère Alain de la Roche, né en Bretagne en 1428, entré dans l’Ordre des Prêcheurs (Dominicains) que l’on doit sa diffusion.

Il prêche en Flandre puis à Lille où, en contact avec des Monastères Chartreux, il découvre les clausules de Dominique de Prusse qui l’enthousiasment.

Alain de la Roche devient le grand apôtre du Rosaire. Il prône la création des Confréries du Rosaire dont le succès est immense, jusqu’en Italie et dans le reste de l’Europe occidentale.

Curieusement, Alain de la Roche attribue l’origine du Rosaire à Saint Dominique, le Fondateur de son Ordre, mort en 1221! Bien que sans aucun fondement historique, cette légende sera répétée jusqu’à une époque très récente.

À la fin du XVe siècle, apparaît la formule «Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pécheurs». L’adjectif «pauvres» accolé à «pécheurs» est ajouté plus tard.

 Pour une méditation détaillée

> > > Les 20 Mystères du Rosaire

Le Rosaire, c'est 20 Mystères sur la Vie de Jésus-Christ et la Vierge Marie avec leurs fruits à méditer pour les imiter et devenir Saint.

Les Chrétiens se doivent de prier souvent, et méditer ce que Jésus et Marie ont fait pour aider les autres à aimer Dieu et son prochain.

http://www.sitedemarie.com/indexros.html.

SOURCE : http://reflexionchretienne.e-monsite.com/pages/les-fetes-catholiques/octobre-2012/notre-dame-du-rosaire-fete-le-07-octobre.html



Domenico Maria Canuti - Our Lady of the Rosary

Our Lady of the Rosary

Apart from the signal defeat of the Albigensian heretics at the battle of Muret in 1213 which legend has attributed to the recitation of the Rosary by St. Dominic, it is believed that Heaven has on many occasions rewarded the faith of those who had recourse to this devotion in times of special danger.

More particularly, the naval victory of Lepanto gained by Don John of Austria over the Turkish fleet on the first Sunday of October in 1571 responded wonderfully to the processions made at Rome on that same day by the members of the Rosary confraternity.

St. Pius V thereupon ordered that a commemoration of the Rosary should be made upon that day, and at the request of the Dominican Order, Gregory XIII in 1573 allowed this feast to be kept in all churches which possessed an altar dedicated to the Holy Rosary. In 1671 the observance of this festival was extended by Clement X to the whole of Spain, and somewhat later Clement XI after the important victory over the Turks gained by Prince Eugene on 6 August, 1716 (the feast of our Lady of the Snows), at Peterwardein in Hungary, commanded the feast of the Rosary to be celebrated by the universal Church. 

A set of “proper” lessons in the second nocturn were conceded by Benedict XIII. Leo XIII has since raised the feast to the rank of a double of the second class and has added to the Litany of Loreto the invocation “Queen of the Most Holy Rosary”. On this feast, in every church in which the Rosary confraternity has been duly erected, a plenary indulgence toties quoties is granted upon certain conditions to all who visit therein the Rosary chapel or statue of Our Lady.



Our Lady of the Rosary

Also known as

Feast of the Most Holy Rosary

Our Lady of the Holy Rosary

Our Lady of the Most Holy Rosary

Our Lady of Victory

Memorial

7 October

About

On Sunday 7 October 1571 the combined Christian fleets under Don John of Austria achieved a significant naval victory over the Turks in the Straits of Lepanto. Thousands of Christians were liberated, the Turkish fleet was destroyed, and they suffered their first great defeat at sea. In gratitude to God and Our Lady, Pope Saint Pius V ordered an annual commemoration to be made of Our Lady of Victory. In 1573 Pope Gregory XIII transferred the feast to the first Sunday of October with the title Feast of the Most Holy Rosary since the victory was won through invocation of Our Lady of the Rosary. In 1716 Pope Clement XII extended the feast to the whole Latin Rite calendar, assigning it to the first Sunday in October. Pope Saint Pius X changed the date to 7 October in 1913. In 1969 Pope Paul VI changed the name of the feast to Our Lady of the Rosary.

Patronage

United States

West VirginaUSA

ArmidaleAustraliadiocese of

AzulArgentinadiocese of

BalangaPhilippinesdiocese of

Chittagong, Bangladesh, diocese of

OndjivaAngoladiocese of

ToledoOhiodiocese of

Vancouver, British Columbia, archdiocese of

LanuseiItalydiocese of

VictoriaTexasdiocese of

Military Ordinariate of Arzobispado Castrense de España

in Argentina

Freyre

in Brazil

Alagoa

Alfredo Vasconcelos

Alvinópolis

Bocaina de Minas

Brás Pires

Cedro do Abaeté

Dom Viçoso

Entre Folhas

Fortaleza de Minas

Funilândia

Iraí de Minas

Itabira

Japaraíba

Pimenta

Rosário da Limeira

Santa Maria de Itabira

São Gonçalo do Rio Preto

Ubá

Vitoria

DesioItaly

TrebisacceItaly

Ix-XaghraGozoMalta

MelliehaMalta

Monsampolo del TrontoMalta

NaxxarMalta

Tagbilaran, Bohol, Philippines

AlpandeireSpain

MalagaSpain

SOURCE : https://catholicsaints.info/our-lady-of-the-rosary/


The Rosary

Please see our How to Recite the Holy Rosary sheet in PDF format, and feel free to copy and distribute it freely. It's also available in Spanish.

In the Western Church

"The Rosary", says the Roman Breviary, "is a certain form of prayer wherein we say fifteen decades or tens of Hail Marys with an Our Father between each ten, while at each of these fifteen decades we recall successively in pious meditation one of the mysteries of our Redemption." The same lesson for the Feast of the Holy Rosary informs us that when the Albigensian heresy was devastating the country of ToulouseSt. Dominic earnestly besought the help of Our Lady and was instructed by her, so tradition asserts, to preach the Rosary among the people as an antidote to heresy and sin. From that time forward this manner of prayer was "most wonderfully published abroad and developed [promulgari augerique coepit] by St. Dominic whom different Supreme Pontiffs have in various past ages of their apostolic letters declared to be the institutor and author of the same devotion." That many popes have so spoken is undoubtedly true, and amongst the rest we have a series of encyclicals, beginning in 1883, issued by Pope Leo XIII, which, while commending this devotion to the faithful in the most earnest terms, assumes the institution of the Rosary by St. Dominic to be a fact historically established. Of the remarkable fruits of this devotion and of the extraordinary favours which have been granted to the world, as is piously believed, through this means, something will be said under the headings FEAST OF THE ROSARY and CONFRATERNITIES OF THE ROSARY. We will confine ourselves here to the controverted question of its history, a matter which both in the middle of the eighteenth century and again in recent years has attracted much attention.

Let us begin with certain facts which will not be contested. It is tolerably obvious that whenever any prayer has to be repeated a large number of times recourse is likely to be had to some mechanical apparatus less troublesome than counting upon the fingers. In almost all countries, then, we meet with something in the nature of prayer-counters or rosary beads. Even in ancient Nineveh a sculpture has been found thus described by Lavard in his "Monuments" (I, plate 7): "Two winged females standing before the sacred tree in the attitude of prayer; they lift the extended right hand and hold in the left a garland or rosary." However this may be, it is certain that among the Mohammedans the Tasbih or bead-string, consisting of 33, 66, or 99 beads, and used for counting devotionally the names of Allah, has been in use for many centuries. Marco Polo, visiting the King of Malabar in the thirteenth century, found to his surprise that that monarch employed a rosary of 104 (? 108) precious stones to count his prayersSt. Francis Xavier and his companions were equally astonished to see that rosaries were universally familiar to the Buddhists of Japan. Among the monks of the Greek Church we hear of the kombologion, or komboschoinion, a cord with a hundred knots used to count genuflexions and signs of the cross. Similarly, beside the mummy of a Christian asceticThaias, of the fourth century, recently disinterred at Antinöe in Egypt, was found a sort of cribbage-board with holes, which has generally been thought to be an apparatus for counting prayers, of which Palladius and other ancient authorities have left us an account. A certain Paul the Hermit, in the fourth century, had imposed upon himself the task of repeating three hundred prayers, according to a set form, every day. To do this, he gathered up three hundred pebbles and threw one away as each prayer was finished (Palladius, Hist. Laus., xx; Butler, II, 63). It is probable that other ascetics who also numbered their prayers by hundreds adopted some similar expedient. (Cf. "Vita S. Godrici", cviii.) Indeed when we find a papal privilege addressed to the monks of St. Apollinaris in Classe requiring them, in gratitude for the pope's benefactions, to say Kyrie eleison three hundred times twice a day (see the privilege of Hadrian I, A.D. 782, in Jaffe-Löwenfeld, n. 2437), one would infer that some counting apparatus must almost necessarily have been used for the purpose.

But there were other prayers to be counted more nearly connected with the Rosary than Kyrie eleisons. At an early date among the monastic orders the practice had established itself not only of offering Masses, but of saying vocal prayers as a suffrage for their deceased brethren. For this purpose the private recitation of the 150 psalms, or of 50 psalms, the third part, was constantly enjoined. Already in A.D. 800 we learn from the compact between St. Gall and Reichenau ("Mon. Germ. Hist.: Confrat.", Piper, 140) that for each deceased brother all the priests should say one Mass and also fifty psalms. A charter in Kemble (Cod. Dipl., I, 290) prescribes that each monk is to sing two fifties (twa fiftig) for the souls of certain benefactors, while each priest is to sing two Masses and each deacon to read two Passions. But as time went on, and the conversi, or lay brothers, most of them quite illiterate, became distinct from the choir monks, it was felt that they also should be required to substitute some simple form of prayer in place of the psalms to which their more educated brethren were bound by rule. Thus we read in the "Ancient Customs of Cluny", collected by Udalrio in 1096, that when the death of any brother at a distance was announced, every priest was to offer Mass, and every non-priest was either to say fifty psalms or to repeat fifty times the Paternoster ("quicunque sacerdos est cantet missam pro eo, et qui non est sacerdos quinquaginta psalmos aut toties orationem dominicam", P.L., CXLIX, 776). Similarly among the Knights Templar, whose rule dates from about 1128, the knights who could not attend choir were required to say the Lord's Prayer 57 times in all and on the death of any of the brethren they had to say the Pater Noster a hundred times a day for a week.

To count these accurately there is every reason to believe that already in the eleventh and twelfth centuries a practice had come in of using pebbles, berries, or discs of bone threaded on a string. It is in any case certain that the Countess Godiva of Coventry (c. 1075) left by will to the statue of Our Lady in a certain monastery "the circlet of precious stones which she had threaded on a cord in order that by fingering them one after another she might count her prayers exactly" (Malmesbury, "Gesta Pont.", Rolls Series 311). Another example seems to occur in the case of St. Rosalia (A.D. 1160), in whose tomb similar strings of beads were discovered. Even more important is the fact that such strings of beads were known throughout the Middle Ages — and in some Continental tongues are known to this day — as "Paternosters". The evidence for this is overwhelming and comes from every part of Europe. Already in the thirteenth century the manufacturers of these articles, who were known as "paternosterers", almost everywhere formed a recognized craft guild of considerable importance. The "Livre des métiers" of Stephen Boyleau, for example, supplies full information regarding the four guilds of patenôtriers in Paris in the year 1268, while Paternoster Row in London still preserves the memory of the street in which their English craft-fellows congregated. Now the obvious inference is that an appliance which was persistently called a "Paternoster", or in Latin fila de paternoster, numeralia de paternoster, and so on, had, at least originally, been designed for counting Our Fathers. This inference, drawn out and illustrated with much learning by Father T. Esser, O.P., in 1897, becomes a practical certainty when we remember that it was only in the middle of the twelfth century that the Hail Mary came at all generally into use as a formula of devotion. It is morally impossible that Lady Godiva's circlet of jewels could have been intended to count Ave Marias. Hence there can be no doubt that the strings of prayerbeads were called "paternosters" because for a long time they were principally employed to number repetitions of the Lord's Prayer.

When, however, the Hail Mary came into use, it appears that from the first the consciousness that it was in its own nature a salutation rather than a prayer induced a fashion of repeating it many times in succession, accompanied by genuflexions or some other external act of reverence. Just as happens nowadays in the firing of salutes, or in the applause given to a public performer, or in the rounds of cheers evoked among school-boys by an arrival or departure, so also then the honour paid by such salutations was measured by numbers and continuance. Further, since the recitation of the Psalms divided into fifties was, as innumerable documents attest, the favourite form of devotion for religious and learned persons, so those who were simple or much occupied loved, by the repetition of fifty, a hundred, or a hundred and fifty were salutations of Our Lady, to feel that they were imitating the practice of God's more exalted servants. In any case it is certain that in the course of the twelfth century and before the birth of St. Dominic, the practice of reciting 50 or 150 Ave Marias had become generally familiar. The most conclusive evidence of this is furnished by the "Mary-legends", or stories of Our Lady, which obtained wide circulation at this epoch. The story of Eulalia, in particular, according to which a client of the Blessed Virgin who had been wont to say a hundred and fifty Aves was bidden by her to say only fifty, but more slowly, has been shown by Mussafia (Marien-legenden, Pts I, ii) to be unquestionably of early date. Not less conclusive is the account given of St. Albert (d. 1140) by his contemporary biographer, who tells us: "A hundred times a day he bent his knees, and fifty times he prostrated himself raising his body again by his fingers and toes, while he repeated at every genuflexion: 'Hail Mary, full of grace, the Lord is with thee, blessed art thou amongst women and blessed is the fruit of thy womb'." This was the whole of the Hail Mary as then said, and the fact of all the words being set down rather implies that the formula had not yet become universally familiar. Not less remarkable is the account of a similar devotional exercise occurring in the Corpus Christi manuscripts of the Ancren Riwle. This text, declared by Kölbing to have been written in the middle of the twelfth century (Englische Studien, 1885, P. 116), can in any case be hardly later than 1200. The passage in question gives directions how fifty Aves are to be said divided into sets of ten, with prostrations and other marks of reverence. (See The Month, July, 1903.) When we find such an exercise recommended to a little group of anchorites in a corner of England, twenty years before any Dominican foundation was made in this country, it seems difficult to resist the conclusion that the custom of reciting fifty or a hundred and fifty Aves had grown familiar, independently of, and earlier than, the preaching of St. Dominic. On the other hand, the practice of meditating on certain definite mysteries, which has been rightly described as the very essence of the Rosary devotion, seems to have only arisen long after the date of St. Dominic's death. It is difficult to prove a negative, but Father T. Esser, O.P., has shown (in the periodical "Der Katholik", of Mainz, Oct., Nov., Dec., 1897) that the introduction of this meditation during the recitation of the Aves was rightly attributed to a certain CarthusianDominic the Prussian. It is in any case certain that at the close of the fifteenth century the utmost possible variety of methods of meditating prevailed, and that the fifteen mysteries now generally accepted were not uniformly adhered to even by the Dominicans themselves. (See Schmitz, "Rosenkranzgebet", p. 74; Esser in "Der Katholik for 1904-6.) To sum up, we have positive evidence that both the invention of the beads as a counting apparatus and also the practice of repeating a hundred and fifty Aves cannot be due to St. Dominic, because they are both notably older than his time. Further, we are assured that the meditating upon the mysteries was not introduced until two hundred years after his death. What then, we are compelled to ask, is there left of which St. Dominic may be called the author?

These positive reasons for distrusting the current tradition might in a measure be ignored as archaeological refinements, if there were any satisfactory evidence to show that St. Dominic had identified himself with the pre-existing Rosary and become its apostle. But here we are met with absolute silence. Of the eight or nine early Lives of the saint, not one makes the faintest allusion to the Rosary. The witnesses who gave evidence in the cause of his canonization are equally reticent. In the great collection of documents accumulated by Fathers Balme and Lelaidier, O.P., in their "Cartulaire de St. Dominique" the question is studiously ignored. The early constitutions of the different provinces of the order have been examined, and many of them printed, but no one has found any reference to this devotion. We possess hundreds, even thousands, of manuscripts containing devotional treatises, sermons, chronicles, Saints' lives, etc., written by the Friars Preachers between 1220 and 1450; but no single verifiable passage has yet been produced which speaks of the Rosary as instituted by St. Dominic or which even makes much of the devotion as one specially dear to his children. The charters and other deeds of the Dominican convents for men and women, as M. Jean Guiraud points out with emphasis in his edition of the Cartulaire of La Prouille (I, cccxxviii), are equally silent. Neither do we find any suggestion of a connection between St. Dominic and the Rosary in the paintings and sculptures of these two and a half centuries. Even the tomb of St. Dominic at Bologna and the numberless frescoes by Fra Angelico representing the brethren of his order ignore the Rosary completely.

Impressed by this conspiracy of silence, the Bollandists, on trying to trace to its source the origin of the current tradition, found that all the clues converged upon one point, the preaching of the Dominican Alan de Rupe about the years 1470-75. He it undoubtedly was who first suggested the idea that the devotion of "Our Lady's Psalter" (a hundred and fifty Hail Marys) was instituted or revived by St. DominicAlan was a very earnest and devout man, but, as the highest authorities admit, he was full of delusions, and based his revelations on the imaginary testimony of writers that never existed (see Quétif and Echard, "Scriptores O.P.", 1, 849). His preaching, however, was attended with much success. The Rosary Confraternities, organized by him and his colleagues at DouaiCologne, and elsewhere had great vogue, and led to the printing of many books, all more or less impregnated with the ideas of AlanIndulgences were granted for the good work that was thus being done and the documents conceding these indulgences accepted and repeated, as was natural in that uncritical age, the historical data which had been inspired by Alan's writings and which were submitted according to the usual practice by the promoters of the confraternities themselves. It was in this way that the tradition of Dominican authorship grew up. The first Bulls speak of this authorship with some reserve: "Prout in historiis legitur" says Leo X in the earliest of all. "Pastoris aeterni" 1520; but many of the later popes were less guarded.

Two considerations strongly support the view of the Rosary tradition just expounded. The first is the gradual surrender of almost every notable piece that has at one time or another been relied upon to vindicate the supposed claims of St. DominicTouron and Alban Butler appealed to the Memoirs of a certain Luminosi de Aposa who professed to have heard St. Dominic preach at Bologna, but these Memoirs have long ago been proved to be a forgery. Danzas, Von Löe and others attached much importance to a fresco at Muret; but the fresco is not now in existence, and there is good reason for believing that the rosary once seen in that fresco was painted in at a later date ("The Month" Feb. 1901, p. 179). Mamachi, Esser, Walsh, and Von Löe and others quote some alleged contemporary verses about Dominic in connection with a crown of roses; the original manuscript has disappeared, and it is certain that the writers named have printed Dominicus where Benoist, the only person who has seen the manuscript, read Dominus. The famous will of Anthony Sers, which professed to leave a bequest to the Confraternity of the Rosary at Palencia in 1221, was put forward as a conclusive piece of testimony by Mamachi; but it is now admitted by Dominican authorities to be a forgery ("The Irish Rosary, Jan., 1901, p. 92). Similarly, a supposed reference to the subject by Thomas à Kempis in the "Chronicle of Mount St. Agnes" is a pure blunder ("The Month", Feb., 1901, p. 187). With this may be noted the change in tone observable of late in authoritative works of reference. In the "Kirchliches Handlexikon" of Munich and in the last edition of Herder's "Konversationslexikon" no attempt is made to defend the tradition which connects St. Dominic personally with the origin of the Rosary. Another consideration which cannot be developed is the multitude of conflicting legends concerning the origin of this devotion of "Our Lady's Psalter" which prevailed down to the end of the fifteenth century, as well as the early diversity of practice in the manner of its recitation. These facts agree ill with the supposition that it took its rise in a definite revelation and was jealously watched over from the beginning by one of the most learned and influential of the religious orders. No doubt can exist that the immense diffusion of the Rosary and its confraternities in modern times and the vast influence it has exercised for good are mainly due to the labours and the prayers of the sons of St. Dominic, but the historical evidence serves plainly to show that their interest in the subject was only awakened in the last years of the fifteenth century.

That the Rosary is pre-eminently the prayer of the people adapted alike for the use of simple and learned is proved not only by the long series of papal utterances by which it has been commended to the faithful but by the daily experience of all who are familiar with it. The objection so often made against its "vain repetitions" is felt by none but those who have failed to realize how entirely the spirit of the exercise lies in the meditation upon the fundamental mysteries of our faith. To the initiated the words of the angelical salutation form only a sort of half-conscious accompaniment, a bourdon which we may liken to the "Holy, Holy, Holy" of the heavenly choirs and surely not in itself meaningless. Neither can it be necessary to urge that the freest criticism of the historical origin of the devotion, which involves no point of doctrine, is compatible with a full appreciation of the devotional treasures which this pious exercise brings within the reach of all.

As regards the origin of the name, the word rosarius means a garland or bouquet of roses, and it was not unfrequently used in a figurative sense — e.g. as the title of a book, to denote an anthology or collection of extracts. An early legend which after travelling all over Europe penetrated even to Abyssinia connected this name with a story of Our Lady, who was seen to take rosebuds from the lips of a young monk when he was reciting Hail Marys and to weave them into a garland which she placed upon her head. A German metrical version of this story is still extant dating from the thirteenth century. The name "Our Lady's Psalter" can also be traced back to the same period. Corona or chaplet suggests the same idea as rosarium. The old English name found in Chaucer and elsewhere was a "pair of beads", in which the word bead originally meant prayers.

In the Greek Church, Catholic and schismatic

The custom of reciting prayers upon a string with knots or beads thereon at regular intervals has come down from the early days of Christianity, and is still practised in the Eastern as well as in the Western Church. It seems to have originated among the early monks and hermits who used a piece of heavy cord with knots tied at intervals upon which they recited their shorter prayers. This form of rosary is still used among the monks in the various Greek Churches, although archimandrites and bishops use a very ornamental form of rosary with costly beads. The rosary is conferred upon the Greek monk as a part of his investiture with the mandyas or full monastic habit, as the second step in the monastic life, and is called his "spiritual sword". This Oriental form of rosary is known in the Hellenic Greek Church as kombologion (chaplet), or komboschoinion (string of knots or beads), in the Russian Church as vervitza (string), chotki (chaplet), or liestovka (ladder), and in the Rumanian Church as matanie (reverence). The first use of the rosary in any general way was among the monks of the Orient. Our everyday name of "beads" for it is simply the Old Saxon word bede (a prayer) which has been transferred to the instrument used in reciting the prayer, while the word rosary is an equally modern term. The intercourse of the Western peoples of the Latin Rite with those of the Eastern Rite at the beginning of the Crusades caused the practice of saying prayers upon knots or beads to become widely diffused among the monastic houses of the Latin Church, although the practice had been observed in some instances before that date. On the other hand, the recitation of the Rosary, as practised in the West, has not become general in the Eastern Churches; there it has still retained its original form as a monastic exercise of devotion, and is but little known or used among the laity, while even the secular clergy seldom use it in their devotionsBishops, however, retain the rosary, as indicating that they have risen from the monastic state, even though they are in the world governing their dioceses.

The rosary used in the present Greek Orthodox Church — whether in Russia or in the East — is quite different in form from that used in the Latin Church. The use of the prayer-knots or prayer-beads originated from the fact that monks, according to the rule of St. Basil, the only monastic rule known to the Greek Rite, were enjoined by their founder to pray without ceasing" (1 Thessalonians 5:17Luke 1), and as most of the early monks were laymen, engaged often in various forms of work and in many cases without sufficient education to read the prescribed lessonspsalms, and prayers of the daily office, the rosary was used by them as a means of continually reciting their prayers. At the beginning and at the end of each prayer said by the monk upon each knot or bead he makes the "great reverence" (he megale metanoia), bending down to the ground, so that the recitation of the rosary is often known as a metania. The rosary used among the Greeks of GreeceTurkey, and the East usually consists of one hundred beads without any distinction of great or little ones, while the Old Slavic, or Russian, rosary, generally consists of 103 beads, separated in irregular sections by four large beads, so that the first large bead is followed by 17 small ones, the second large bead by 33 small ones, the third by 40 small ones, and the fourth by 12 small ones, with an additional one added at the end. The two ends of a Russian rosary are often bound together for a short distance, so that the lines of beads run parallel (hence the name ladder used for the rosary), and they finish with a three-cornered ornament often adorned with a tassel or other finial, corresponding to the cross or medal used in a Latin rosary.

The use of the Greek rosary is prescribed in Rule 87 of the "Nomocanon", which reads: "The rosary should have one hundred [the Russian rule says 103] beads; and upon each bead the prescribed prayer should be recited." The usual form of this prayer prescribed for the rosary runs as follows: "O Lord Jesus ChristSon and Word of the living God, through the intercessions of thy immaculate Mother [tes panachrantou sou Metros] and of all thy Saints, have mercy and save us. If, however, the rosary be said as a penitential exercise, the prayer then is: O Lord Jesus ChristSon of God, have mercy on me a sinner. The Russian rosary is divided by the four large beads so as to represent the different parts of the canonical Office which the recitation of the rosary replaces, while the four large beads themselves represent the four Evangelists. In the monasteries of Mount Athos, where the severest rule is observed, from eighty to a hundred rosaries are said daily by each monk. In Russian monasteries the rosary is usually said five times a day, while in the recitation of it the "great reverences" are reduced to ten, the remainder being simply sixty "little reverences" (bowing of the head no further than the waist) and sixty recitations of the penitential form of the prescribed prayer.

Among the Greek Uniats rosary is but little used by the laity. The Basilian monks make use of it in the Eastern style just described and in many cases use it in the Roman fashion in some monasteries. The more active life prescribed for them in following the example of Latin monks leaves less time for the recitation of the rosary according to the Eastern form, whilst the reading and recitation of the Office during the canonical Hours fulfils the original monastic obligation and so does not require the rosary. Latterly the Melchites and the Italo-Greeks have in many places adopted among their laity a form of to the one used among the laity of the Roman Rite, but its use is far from general. The Ruthenian and Rumanian Greek Catholics do not use it among the laity, but reserve it chiefly for the monastic clergy, although lately in some parts of Galicia its lay use has been occasionally introduced and is regarded as a latinizing practice. It may be said that among the Greeks in general the use of the rosary is regarded as a religious exercise peculiar to the monastic life; and wherever among Greek Uniats its lay use has been introduced, it is an imitation of the Roman practice. On this account it has never been popularized among the laity of the peoples, who remain strongly attached to their venerable Eastern Rite.

Thurston, Herbert, and Andrew Shipman. "The Rosary." The Catholic Encyclopedia. Vol. 13. New York: Robert Appleton Company, 1912. 7 Oct. 2020 <http://www.newadvent.org/cathen/13184b.htm>.

Transcription. This article was transcribed for New Advent by Michael C. Tinkler. In gratitude for the Most Holy Rosary.

Ecclesiastical approbation. Nihil Obstat. February 1, 1912. Remy Lafort, D.D., Censor. Imprimatur. +John Cardinal Farley, Archbishop of New York.

Copyright © 2020 by Kevin Knight. Dedicated to the Immaculate Heart of Mary.

SOURCE : https://www.newadvent.org/cathen/13184b.htm


Feast of the Holy Rosary

Apart from the signal defeat of the Albigensian heretics at the battle of Muret in 1213 which legend has attributed to the recitation of the Rosary by St. Dominic, it is believed that Heaven has on many occasions rewarded the faith of those who had recourse to this devotion in times of special danger. More particularly, the naval victory of Lepanto gained by Don John of Austria over the Turkish fleet on the first Sunday of October in 1571 responded wonderfully to the processions made at Rome on that same day by the members of the Rosary confraternity. St. Pius V thereupon ordered that a commemoration of the Rosary should be made upon that day, and at the request of the Dominican Order Gregory XIII in 1573 allowed this feast to be kept in all churches which possessed an altar dedicated to the Holy Rosary. In 1671 the observance of this festival was extended by Clement X to the whole of Spain, and somewhat later Clement XI after the important victory over the Turks gained by Prince Eugene on 6 August, 1716 (the feast of our Lady of the Snows), at Peterwardein in Hungary, commanded the feast of the Rosary to be celebrated by the universal Church. A set of "proper" lessons in the second nocturn were conceded by Benedict XIIILeo XIII has since raised the feast to the rank of a double of the second class and has added to the Litany of Loreto the invocation "Queen of the Most Holy Rosary". On this feast, in every church in which the Rosary confraternity has been duly erected, a plenary indulgence toties quoties is granted upon certain conditions to all who visit therein the Rosary chapel or statue of Our Lady. This has been called the "Portiuncula" of the Rosary.

Thurston, Herbert. "Feast of the Holy Rosary." The Catholic Encyclopedia. Vol. 13. New York: Robert Appleton Company, 1912. 7 Oct. 2020 <http://www.newadvent.org/cathen/13189a.htm>.

Transcription. This article was transcribed for New Advent by Michael C. Tinkler.

Ecclesiastical approbation. Nihil Obstat. February 1, 1912. Remy Lafort, D.D., Censor. Imprimatur. +John Cardinal Farley, Archbishop of New York.

Copyright © 2020 by Kevin Knight. Dedicated to the Immaculate Heart of Mary.

SOURCE : https://www.newadvent.org/cathen/13189a.htm


Madonna del Rosario Chiesa di San Giovanni Battista FarnetellaSiena

Goffine’s Devout Instructions – Feast of the Holy Rosary

First Sunday in October

This feast was fixed for the first Sunday in October by Pope Clement XI, in perpetual commemoration of a celebrated double victory gained by the Christians at Lepanto, in 1571, under Pope Saint Pius V, and at Belgrade, under Pope Clement XI, through the intercession of the Virgin Mary, who had been invoked by saying the Holy Rosary. It is at the same time the principal feast of the Arch-confraternity of the Holy Rosary.

In 1885 Pope Leo XIII, ordered the Rosary to be recited every day duriug the month of October in every parish church and cathedral throughout the world, and those of the faithful who cannot be present at this recital he exhorted to say it with their families or in private.

The Holy Rosary is a form of prayer in which there is first said the Apostles’ Creed, and then fifteen decades, each one of which consists of ten Hail Marys. Each decade has one Our Father to be said before it, and is followed by a meditation upon some one mystery of our redemption. It is called the Rosary, or Wreath of Roses, because the joyful, the sorrowful, and the glorious mysteries, aptly symbolized by the leaves, the thorns, the flower, of which the rose consists – with the prayers and praises that are blended together – compose, as it were, a wreath or crown. It is also called the Psalter, because it contains a hundred and fifty Hail Marys, as the Psalter of David contains a hundred and fifty psalms, and because it is used in place of the singing of psalms, as practised in former times.

There are three parts in the Rosary – the joyful, the sorrowful, the glorious.

The joyful part consists of the five first decades, to which are attached five mysteries of the incarnation of Jesus Christ, through which, full of joy, we speak to Mary of Him:

Whom she conceived while a virgin.

Whom she bore to Elizabeth.

Whom she brought forth while a virgin.

Whom she offered to God in the temple.

Whom she found in the temple.

(This is said particularly in Advent.)

The sorrowful part, in like manner, contains five decades, in connection with which there are presented for our meditation five mysteries of the passion and death of Jesus:

Who for us sweat blood.

Who for us was scourged.

Who for us was crowned with thorns.

Who for us bore the heavy cross.

Who for us was crucified.

(This is said particluarly in Lent.)

The glorious part, consisting of the last five decades, reminds us of the glory of Christ and of the Blessed Virgin by five mysteries in which we commemorate Him:

Who rose from the dead.

Who ascended into heaven.

Who sent to us the Holy Ghost.

Who received thee, O Virgin, into heaven.

Who crowned thee, O Virgin, in heaven.

(This part is said particularly at Eastertide.)

How was this prayer introduced into the Church?

Saint Dominic had for many years preached against the errors of the Albigenses and other heretics, with such zeal and profound ability that they were often convinced. But nevertheless the results were unimportant; but few returned to the bosom of the Catholic Church. In this discouraging state of things Saint Dominic redoubled his prayers and works of penance, and in particular besought Mary for support and assistance. One day Mary appeared to him and taught him the Rosary. He zealously labored to introduce everywhere this manner of prayer, and from that time preached with such success that in a short period more than one hundred thousand heretics and sinners were converted. The divine origin of the Rosary is testified to by the bull of Gregory XIII of the year 1577.

Is the Rosary a profitable method of prayer?

Yes; for by bringing before the eyes of the spirit the fundamental mysteries of Christianity it supplies us with the strongest motives to love God, to hate sin, to subdue the passions, to contemn the world and its vanity, and to strive after Christian perfection, in order that we may gain those happy mansions which Jesus prepares for us. The Rosary, besides, brings before us living examples – Jesus and Mary – whom we must follow; and encourages us to good works by pointing to the all-powerful grace procured for us by Jesus, and the all-prevailing intercession of the gracious Mother of God. Let us not be ashamed to carry the beads with us, for otherwise we might be ashamed of being Catholics; let us say the Rosary often – every evening – as was the custom with Catholics in former times, and we shall find that, as in Saint Dominic’s day it was a wholesome check to error, so too In our times it will be, if said aright, a powerful weapon against heresy and unbelief, and will increase faith, piety, and virtue.

How should we say the Rosary?

1. Properly; that is, as has been above described, and slowly, with a distinct pronunciation of the prayers and mysteries.

2. Devoutly, not only with the lips, but also with the heart.

More particularly we ought to meditate upon the mysteries that come before us; thus, at the joyful mysteries we should think of the infinite love of God to men and on His humiliation for us, thanking Him, and promising our love to Him in return; at the sorrowful mysteries we should have compassion on the Saviour suffering for us, should from the heart detest the sins which were the cause of His sufferings, and make the most earnest resolutions for the future; at the glorious mysteries we should remember the glory which awaits us also if we follow Jesus and Mary.

Prayer

O God, Whose only-begotten Son, by His life, death, and resurrection, procured for us the rewards of eternal salvation, grant, we beseech Thee, that, commemorating these mysteries in the most holy Rosary of the Blessed Virgin Mary, we may imitate what they contain, and possess what they promise. Through the same Lord Jesus Christ, etc.

Epistle: Proverbs 8:22-35

The Lord possessed Me in the beginning of His ways, before He made anything from the beginning. I was set up from eternity, and of old before the earth was made. The depths were not as yet, and I was already conceived, neither had the fountains of waters as yet sprung out: the mountains with their huge bulk had not as yet been established: before the hills I was brought forth: He had not yet made the earth, nor the rivers, nor the poles of the world. When He prepared the heavens, I was present: when with a certain law and compass He enclosed the depths: when He established the sky above, and poised the fountains of waters: when He compassed the sea with its bounds, and set a law to the waters that they should not pass their limits: when He balanced the foundations of the earth, I was with Him forming all things; and was delighted every day, playing before Him at all times; playing in the world, and My delights were to be with the children of men. Now, therefore, ye children, hear Me: Blessed are they that keep My ways. Hear instruction and be wise, and refuse it not. Blessed is the man that heareth Me, and that watcheth daily at My gates, and waiteth at the posts of My doors. He that shall find Me shall find life, and shall have salvation from the Lord.

Gospel: Luke 1:26-38

At that time the angel Gabriel was sent from God into a city of Galilee, called Nazareth, to a virgin espoused to a man whose name was Joseph, of the house of David, and the virgin’s name was Mary. And the angel being come in, said unto her: Hail, full of grace: the Lord is with thee: blessed art thou among women. Who having heard, was troubled at his saying, and thought with herself what manner of salutation this should be. And the angel said to her: Fear not, Mary, for thou hast found grace with God. Behold, thou shalt conceive in thy womb, and shalt bring forth a son, and thou shalt call His name JESUS. He shall be great, and shall be called the Son of the Most High, and the Lord God shall give unto Him the throne of David His father; and He shall reign in the house of Jacob forever, and of His kingdom there shall be no end. And Mary said to the angel: How shall this be done, because I know not man? And the angel answering, said to her: The Holy Ghost shall come upon thee, and the power of the Most High shall overshadow thee. And therefore also the Holy which shall be born of thee shall be called the Son of God. And behold thy cousin Elizabeth, she also hath conceived a son in her old age; and this is the sixth month with her that is called barren; because no word shall be impossible with God. And Mary said: Behold the handmaid of the Lord, be it done to me according to thy word.

Goffine’s Devout Instructions

SOURCE : https://catholicsaints.info/goffines-devout-instructions-feast-of-the-holy-rosary/


Our Lady of the Rosary

Commemorated on October 7

Pope Pius V instituted the feast of Our Lady of the Rosary to commemorate the naval battle of Lepanto in Greece, where on October 7, 1571 a Christian coalition fleet defeated the Turkish armada. Pope Pius's leadership, financing, and alliances made the historic victory possible -- along with, in Catholic tradition, the intercession of Our Lady through the prayers of the Rosary Confraternity throughout the campaign. During the battle, Pius V led prayers before her holy icon in Santa Maria Maggiore.

History

An altarpiece of 1577 (above) recalls the tradition, started by Blessed Alan de Rupe in 1460, that the Rosary originated when the Virgin herself gave it to St. Dominic de Guzman in 1208 or 1214. The Madonna shows a rosary to St. Dominic kneeling at her right, while blessing St. Catherine of Siena's rosary on her left. Workshop of Michele Tosini, Madonna del Rosario, Santuario di Santa Liberata, Cerreto Guidi, Fiesole, Firenze, Tuscany, Italy  (from www.santaliberata.org). 

The Rosary is a Christian meditation practice that occupies the hands, voice, and imagination while the soul communes with God. It originated as early as the 600s as the "Psalter of Mary," in which repetitive prayers, sometimes counted on beads or other aids, substituted for the 150 Biblical Psalms of the monastic liturgy. By the 1200s, Europeans were saying Ave Maria on circles of 50 beads. In the 1400s, meditations on the lives of Christ and his mother were combined with those prayers. In 1483, the first of several editions of Unser Lieben Frauwen Psalter (Our Dear Lady's Psalter) was printed in Germany, containing 15 "mysteries," one for each Pater Noster bead separating groups of 10 Ave Maria beads. The meditation and prayer sequence was basically the one used today, except that the fifth Glorious Mystery was the Last Judgment instead of the Crowning of Mary. By then the Rosary was becoming a popular devotion. The Rosary Confraternity -- an association of laymen devoted to prayer and good works begun in Cologne in 1474 -- spread through much of Europe over the next century. 

The Ave Maria (Hail Mary) prayer combines the greeting of the Angel Gabriel, "Hail, Mary, full of grace, the Lord is with thee" and that of St. Elizabeth, "Blessed art thou among women, and blessed is the fruit of thy womb" (Luke 1:28 & 42) with an ending added during the 1500s, "Holy Mary, Mother of God, pray for us sinners now and at the hour of our death." In early rosary devotions, the Biblical salutations concluded with a simple Amen, or with other short prayers or reflections. 

Prayers have been added to the rosary as well. By the 1500s, a crucifix often hung from the circle on a string of an additional Pater Noster and three Ave beads. In the 1600s, it became common to say a Gloria after each decade, before the Our Father. This is now universal. In many places (such as the U.S.) it is also customary to precede the rosary with the Apostles Creed (Credo) and to conclude it with the Hail Holy Queen (Salve Regina). Often a prayer that Our Lady of the Rosary requested at Fatima (1917) is added between the Glory Be and Our Father: "O my Jesus, forgive us our sins, save us from the fire of hell, and raise all souls to heaven, especially those who most need your mercy." Pope John Paul II added a fourth sequence of "Luminous Mysteries" with meditations on Christ's active mission: his baptism; the miracle at Cana; the message of God's Kingdom; the Transfiguration; and the Last Supper.

Many Catholic churches hold Rosary devotions before or after masses, and the Rosary is often recited at private services for the dead.

(Sources include: "The Rosary prayer and the Carthusians," www.geocities.com/hashanayobel/homilies/pensieri/Rosary2.htm; "Catholic Encyclopedia: The Rosary," www.newadvent.org/cathen/13184b.htm; en.wikipedia.org/wiki/Rosary; John D. Miller, Beads and Prayers, Continuum International Publishing Group, 2002; Michael P. Carroll, Catholic Cults and Devotions, McGill-Queen's Press, 1989; textless rosary image by Guillermo Romero, commons.wikimedia.org/wiki/Image:Rosary.svg.) 

SOURCE : http://mariancalendar.org//our-lady-of-the-rosary/

Saturnino Gatti, Madonna del Rosario


Our Lady of the Rosary

A feastday connected to the Battle of Lepanto

The meaning of the celebration

+ This celebration—originally dedicated to Mary under her title Our Lady of Victories—was introduced by the Dominican Pope Saint Pius V to commemorate the victory of the Christian fleet against the Turkish navy at the Battle of Lepanto in 1572.

+ In 1573, Pope Gregory XIII changed the title of the celebration to “Our Lady of the Rosary.” It has been celebrated by the Universal Church since 1716.

+ The texts of Mass for this feast highlight Mary’s contemplative spirit as she “held within her heart” the mysteries of the life of Jesus and her own union with God.

Spiritual bonus

October 7 is also the day the Church celebrate the memory of Pope Saint Mark. Elected bishop of Rome in 336, he is credited with establishing two important lists: the Depositio episcoporum (a list of the dates and names of the popes who did not die as martyrs) and the Depositio martyrum (a list of the martyrs venerated in Rome). These documents formed the basis of the original liturgical calendar of the Church in Rome. Pope Saint Mark died on October 7, 336, serving as pope for only eight months.

Quote

“With the Rosary, the Christian people sit at the school of Mary and is led to contemplate the beauty of the face of Christ and to experience the depths of his love. Through the Rosary the faithful receive abundant grace, as though from the very hands of the Mother of the Redeemer.”—Pope Saint John Paul II

Prayer

Pour forth, we beseech you, O Lord,

your grace into our hearts,

that we, to whom the Incarnation of Christ your Son

was made known by the message of an Angel,

may, through the intercession of the Blessed Virgin Mary,

by his Passion and Cross

be brought to the glory of his Resurrection.

Who lives and reigns with you in the unity of the Holy Spirit,

one God, for ever and ever. Amen.

(from The Roman Missal)

Profiles prepared by Br. Silas Henderson, S.D.S.

SOURCE : https://aleteia.org/daily-prayer/saturday-october-7/

Simone Cantarini  (1612–1648). Madone du Rosaire, 

première moitié du XVIIe siècle, 48,5 X 38,1, Tosio Martinengo Gallery


October 7

Our Lady of the Rosary

(Commemorating the Victory of Lepanto)

(1571)

In thanksgiving for the victory of Lepanto, an ancient stronghold of Greece and a modern port of that nation, Saint Pius V in 1571 instituted an annual feast in honor of Our Lady of Victory. Two years later, Gregory XIII changed this title to Our Lady of the Rosary; in 1740, Clement XII extended the feast to the universal Church.

We have related in the life of Saint Pius V the victory of Lepanto; here we will speak of the Rosary itself, granted to Saint Dominic by Our Lady Herself in the thirteenth century, with promises of the greatest blessings for those who recite it well. The Rosary of fifteen decades affords a simple means of meditation on the principal mysteries of our holy Religion, and a means of drawing closer to the Saviour through the intercession of the One to whom He never refuses anything. One can also say the chaplet of five decades, since the fifteen are divided into three groups of five: The Joyful, the Sorrowful, and the Glorious Mysteries of the life of Christ.

On the crucifix, one recites the Credo or Apostles' Creed, which the Apostles themselves composed at the first Council of Jerusalem, before their definitive separation, thereby resolving the question of what exactly should be taught to the neophytes. By it we honor the Three Persons of the Holy Trinity and express our faith in the Church established by God; in the Communion of the faithful, whether living or deceased; in the pardon of sins, the general resurrection at the end of the world, and eternal life.

Before each decade, the Pater or Our Father, taught by our Saviour Himself when His Apostles asked how they should pray, includes three petitions for the glory of God in heaven: May His Name be sanctified, rendered holy in the sight of all nations; may His Kingdom come — the interior reign of God which renders Him the Sovereign governing every heart and mind by His love — this, while we await Christ's own final return as visible King of His Church and all creation; thirdly, may His Will be accomplished on earth, to perfection, as it is in heaven. There follow four petitions for ourselves and our salvation. We ask, under the general term of our daily bread, that God provide for all our needs, both spiritual and material; we beg His forgiveness for our sins, in the same measure we have forgiven our neighbor's offenses, real or imaginary. And we implore to be spared temptation or to be delivered from succumbing to it and all other evils that would separate us from God.

In the Ave Maria or Hail Mary, we repeat the words of the Angel Gabriel to Mary (Luke 1:18), repeated and augmented by Saint Elizabeth at the Visitation (Luke 1:42), adding the invocation of the Church for Her aid at the present moment and at the formidable hour of our death.

After each decade, we add the Gloria Patri or Doxology, to honor the Three Persons of the Holy Trinity.

The Joyful Mysteries: The Annunciation, the Visitation, the Nativity of Jesus, the Presentation of Jesus in the Temple, the Finding of Jesus in the Temple.

The Sorrowful Mysteries: The Agony in the Garden of Gethsemane, the Scourging at the Pillar, the Crowning with Thorns, the Carrying of the Cross, the Crucifixion and Death of Jesus.

The Glorious Mysteries: The Resurrection, the Ascension, the Descent of the Holy Ghost upon the Apostles, the Assumption of Mary, the Crowning of the Blessed Virgin in Heaven.

Can one imagine a more perfect prayer than the Holy Rosary of the Queen of Heaven, the Blessed Virgin and Mother Mary? It would require large volumes or even an entire library to narrate the graces and miracles that have been obtained by its humble recitation.

Les Petits Bollandistes: Vies des Saints, by Msgr. Paul Guérin (Bloud et Barral: Paris, 1882), Vol. 12; Little Pictorial Lives of the Saints, a compilation based on Butler's Lives of the Saints and other sources by John Gilmary Shea (Benziger Brothers: New York, 1894).

SOURCE : https://sanctoral.com/en/saints/our_lady_of_the_rosary.html

Paolo Veronese  (1528–1588). La Bataille de Lepanto, 1571, 169 X 137, Gallerie dell'Accademia 


The Banners of Lepanto

FR. GEORGE W. RUTLER

A British explorer ship that sank in the Arctic in the 1840s while searching for the Northwest Passage, was located this year on September 3, remarkably intact under the ice. The HMS Terror was one of the ships that attacked Fort McHenry in Baltimore in 1814. Some of the “bombs bursting in air” may have been fired from her. The Star Spangled Banner has attained a secular sacredness and is displayed with due civil reverence in the capital’s National Museum of American History. There were actually two flags, one for inclement weather, but the official one was 30 x 42 feet, big enough to be seen from a distance by the expected British fleet. The work of its sewer, Mary Pickersgill, whose mother Rebecca stitched the Grand Union flag, is far better documented than the traditions of Betsy Ross. The 37-year-old widow was helped by her 13-year-old daughter, Caroline, and an African-American indentured servant named Grace Wisher, and two nieces. The work took about seven weeks, starting at home and then, as things progressed, the materials were spread on the floor of an old brewery. The total cost was about $6,000 in today’s money. Restoration begun in 1998, repairing a rather botched job in 1914, cost $7 million plus another ten million or so for display and endowment costs.

Not to diminish the Battle of Baltimore, the Battle of Lepanto ranks as one of the greatest sea battles of all time, and in one sense it was the most important. There never would have been a Trafalgar or Jutland or Leyte Gulf without it and, as a matter of fact, it is likely that it made possible the survival of everything we know as civilization. Had the Christian fleets sunk off western Greece on October 7 in 1571, we would not be here now, these words would not be written in English, and there would be no universities, human rights, holy matrimony, advanced science, enfranchised women, fair justice, and morality as it was carved on the tablets of Moses and enfleshed in Christ.

Many banners wafted at Lepanto. The great one bearing an image of Christ Crucified was the gift of Pope Pius V to Don Juan of Austria. One of the admirals, Gianandrea Doria, a nephew of Andrea Doria often confused with his uncle, used as his ensign, if not a banner, an image of Our Lady of Guadalupe, this only forty years after her appearance in Mexico. The bishop there had commissioned five copies, touching each to the original tilma. The one given to the King of Spain, Philip II, was in turn entrusted to Doria for the battle. Then there was the sixteen-foot long silk banner of the Ottoman admiral Ali Pasha decorated with Quranic verses and the image of a zulfiqar, the double-bladed sword said to have been what Mohammed had used in his slaughterings, with the name of Allah stitched in gold 29,800 times.

Naval historians have extraordinarily detailed resources for studying the battle. Perhaps the most literate remembrance is that of Cervantes who fought heroically at Lepanto despite a severe fever and wounds; later he was able to write Don Quixote with his right hand, the left being totally useless after October 7. Pope St. Pius V never recorded the details of his astonishing vision on that day, but he saw the scene miraculously while in the church of Santa Sabina discussing administrative accounts with his advisor Bartolo Busotti, and announced the victory to him, nineteen days before a messenger of the Doge of Venice Mocenigo reached Rome with news—no longer new—of the great victory. “Let us set aside business and fall on our knees in thanksgiving to God, for he has given our fleet a great victory.” Five years later the astronomer and geographer Luigi Lilio died. He was a principle architect of the Gregorian calendar implemented in 1582. Trained minds like his, acting upon the testimony of witnesses, calculated by the meridians of Rome and the Curzola isles that the pope had received his revelation precisely as Don Juan leaped from his quarter deck to repulse the Turks boarding his vessel and when the Ottoman galley “Sultana” was attacked side and stern by Marco Antonio Colonna and the Marquis of Santa Cruz.

Despite the Muslim defeat at the gates of Vienna in 1529, the Ottoman Empire was at its peak under Suleiman the Magnificent, having conquered Belgrade, Budapest, Rhodes and Temesvar after Aden, Algiers and Baghdad. It stretched from the Caucuses, Balkans and Anatolia to the sultrier climes of the Middle East and North Africa. One stubborn obstacle was Malta. Suleiman, rather like Herod with Salome, was cajoled by his chief wife Hurrem Sultan and the concubines of his harem to take it. Too old to lead the attack, he dispatched his fleet in 1565 with 40,000 troops among whom were 6500 Janissaries, the Navy Seals of their day, many of whom had been captured in youth and obliged to convert. The Turkish sails were spotted by the Knights of Saint John on May 18. The knights had confessed and attended Mass and, against all odds after a siege of four months, only 10,000 Turks survived to limp slowly back to Constantinople.

Suleiman, sulphuric in wrath, organized an army of 300,000 to march through the plains of Hungary toward Vienna. The Sultan knew that the Church had been weakened by the new Protestant schismatics, and was surprised that the forces Count Miklov Zrinyi in the city of Szigetvar, outnumbered fifty to one, held out for a month. Zrinyi refused the bribe of a princely rule over Croatia, and led his remaining 600 troops into certain death, led by a Cross and jeweled sword. The Turks massacred every civilian man, woman and child within the city gates. Suleiman had died from dysentery four days earlier, leaving the empire to Selim II, his alcoholic and sexually deviant son. Selim soon invaded Cyprus, meeting half-hearted resistance. The capital of Nicosia surrendered on September 9, 1570, and its 20,000 civilians were massacred while “two thousand of the comelier boys and girls were gathered and shipped off as sexual provender for the slave markets in Constantinople.”

This then was the efficient cause for the frail Dominican pope to summon Christians to battle, putting the Protestant calamity on the back burner to organize a Holy League against the immediate military threat of Islam. The League was announced in the Church of Santa Maria sopra Minerva in Rome, smoothing over differences to unite the Papal States, Spain and Genoa. Venice, its commercial interest paramount, was reluctant to offer the help of its galleys. No aid came from the Protestant queen Elizabeth, and France had already been compromised by trade agreements with the Turks immigrating into Toulon. French manufacturers in Marseilles even sold oars to the Turkish navy. While Chesterton may have been too self-conscious in some conceits of his poem “Lepanto,” he accurately summed up that scene: “The cold queen of England is looking in the glass; The shadow of the Valois is yawning at the Mass…” Venice at last joined the League, urged by the preaching of saintly men like Francis Borgia.

The pope rather surprisingly chose Don Juan of Austria, natural son of the late Holy Roman emperor Charles V and half-brother of the Spanish king Philip II. He was everything the aged and arthritic pope, reared as an impoverished shepherd boy, was not and almost nothing of what the pope was save for his love of Our Lady: a beguilingly handsome flirt and elegant dancer and acrobatic swordsman, who kept a lion cub in his bedroom along with a pet marmoset. But he was well acquainted with war from experience with the Barbary corsairs. Embracing him, the pope’s rheumy eyes stared into the flashing face of the prince and said: “Charles V gave you life. I will give you honor and greatness.” Then he entrusted to him the banner of Christ Crucified for his ship. Like Cervantes, he was only twenty-four years old, roughly the same age as some modern youth on our college campuses who demand “safe spaces” to shelter them from lecturers whose contradictions of their views make them cry.

The pope knew that the enemy’s goal was Rome itself. Sultan Selim had vowed that he would turn the Tomb of Saint Peter into a mosque. In 997 the Muslim commander of the Ummayed caliph, Almansure, had desecrated the shrine of Santiago de Compostela, turning its bells upside down and filling them with oil as lamps in honor of Allah. Selim promised to do the same in Rome.

As Don Juan was approaching the harbor of Messina to take charge of the papal fleet of 206 galleys and 76 lesser vessels, Cyprus was under siege. When its governor Marcantonio Bragdino refused to yield his young page, Antonio Quirni, as a hostage to the lecherous Muslim commander Lala Mustafa, he was humiliated and tortured by inventive methods and flayed alive. His taxidermied body was hung from the main mast of Mustafa’s galley as it sailed off to Lepanto.

His fleet having crossed the Adriatic Sea and anchored between Corfu and the west coast of Greece before moving into the Gulf of Patras, Don Juan enjoined upon his soldiers a three day fast, as priests of the orders, Dominican, Theatine, Jesuit, Capuchins and Franciscan heard confessions on deck. Prisoners who had been galley rowers were released and armed, and every fighter was given a Rosary. By the day of battle, the future Feast of Our Lady of the Rosary, perhaps by providence disguised as happenstance, the Christian fleet took the form of a Cross and the Muslim fleet was arrayed as a Crescent.

At midday on the flagship Reale, Don Juan unfurled the blue banner the pope had given him and the troops cheered, trying to drown out the intimidating sound of cymbals, gongs, drums and conches from the Muslim fleet. The battle lasted five hours, during which a sudden 180-degree change in the wind favored the Christians who unfurled their sails as the Turks struck theirs. In blood-reddened water, the Reale clashed against the Sultana, and a musket ball killed the Muessunzade Ali Pasha, while Don Juan survived a leg wound. The engagement of flagships was uncommon in naval protocol, but such was the intensity of the battle. More unusual was the presence on the Reale of Maria la Bailadora (“The Dancer”), the lover of a Spanish soldier, who disguised herself as a man in armor. She promised to avenge all women violated by the Turks. A trained arquebusier, she also engaged some Turks in hand to hand combat and dispatched one with several thrusts of her two-edged sword. While the fleets were matched pretty evenly, the Christians made unprecedented use of gunpowder and heavy artillery against the Turkish arrows. Almost all of the Turkish vessels were lost or captured, more than 30,000 Turks died, and fifteen thousand Christian slaves were freed.

The image of Guadalupe from Admiral Doria’s ship is now enshrined in the Church of San Stefano in Aveto, Italy. Don Juan’s papal banner is in the Escorial. Admiral Marco Antonio Colonna’s threadbare standard is in Gaeta’s Pinacoteca Communale. One of Ali Pasha’s banners is in the Church of Santo Stefano in Pisa. Another is in the Palazzo Ducale of Venice. Pasha’s flagship banner decorated with Quranic verses from the 48th surah Al-Fath (The Victory) hung near the tomb of St. Pius V in Santa Maria Maggiore. In 1965 Pope Paul VI attempted a gesture of goodwill by returning it to the Turks. Indulging some apophasis, it is not necessary to comment that Paul VI was not a military man. The gesture was perplexing to those who harbor a memory of sacrificial valor, and it must have been an awkward reminder to descendants of the defeated. The banner now hangs in the Naval Museum of Istanbul.

Sloganeers avow that some wrong roads are paved with good intentions. The altruistic return of the banner of Lepanto has not enhanced “peace for our time.” In 2011, construction of the 300-foot corvette Heybeliada was completed: the first modern warship built in a Turkish shipyard. The prime minister, Recep Erdogen, attended the dedication ceremony and pointedly remarked that it was the 473rd anniversary of the Battle of Preveza, when an Ottoman fleet led by Hayreddin Barbarossa defeated a Holy League organized by Pope Paul III. Erdogen made no allusion to the subsequent defeat of the Turks at Lepanto. In 2014 he became Turkey’s first directly elected president. One can only speculate about what he would eventually want to do with Ali Pasha’s banner.

Tagged as Battle of LepantoCatholic Church HistoryIslamizationOttoman Empire

By Fr. George W. Rutler

Fr. George W. Rutler is a contributing editor to Crisis and pastor of St. Michael's church in New York City. A four-volume anthology of his best spiritual writings, A Year with Fr. Rutler, is available now from the Sophia Institute Press.

SOURCE : https://www.crisismagazine.com/2016/the-banners-of-lepanto


The Traditional Catholic Liturgy

Adapted from The Liturgical Year by Abbot Gueranger

Feast of the Most Holy Rosary of the Blessed Virgin Mary—October 7

It is customary with men of the world to balance their accounts at the end of the year, and ascertain their profits. The Church is now preparing to do the same. We shall soon see Her solemnly numbering Her elect, taking an inventory of Her holy relics, visiting the tombs of those who sleep in the Lord, and counting the sanctuaries, both new and old, that have been consecrated to Her Divine Spouse. But today's reckoning is a more solemn one, the profits more considerable: She opens Her balance-sheet with the gains accruing to Our Lady from the mysteries which compose the liturgical cycle. Christmas, the Cross, the triumph of Jesus, these produce the holiness of us all; but before and above all, the holiness of Mary. The diadem which the Church thus offers first to the august Sovereign of the world, is rightly composed of the triple crown of these sanctifying mysteries, the causes of Her joy, of Her sorrow, and of Her glory. Such is Mary's Rosary; a new and fruitful vine, which began to blossom at St. Gabriel's salutation, and whose fragrant garlands form a link between earth and Heaven.

The Rosary was made known to the world by St. Dominic at the time of the struggles with the Albigensians, that social war of such ill-omen for the Church. The Rosary was then of more avail than armed forces against the power of Satan; it is now the Church's last resource. It would seem that, the ancient forms of public prayer being no longer appreciated by the people, the Holy Ghost has willed by this easy and ready summary of the Liturgy to maintain, in the isolated devotion of these unhappy times, the essential of that life of prayer, faith, and Christian virtue, which the public celebration of the Divine Office formerly kept up among the nations. Before the 13th century, popular piety was already familiar with what was called the psalter of the laity, that is, the Angelical Salutation repeated 150 times (once for each of the Biblical Psalms); it was the distribution of these Hail Marys into decades, each devoted to the consideration of a particular mystery, that constituted the Rosary. Such was the divine expedient, simple as the eternal Wisdom conceived it, and far-reaching in its effects; for while it led wandering man to the Queen of Mercy, it obviated ignorance of the Faith, which is the food of heresy, and taught him to find once more "the paths consecrated by the Blood of the Man-God, and by the tears of His Mother" (Pope Leo XIII, Encycl. Magnae Dei Matris, Sept. 8, 1892).

Thus speaks the great Pontiff who, in the universal sorrow of those days, had again pointed out the means of salvation more than once experienced by our fathers. Pope Leo XIII, in his encyclicals, has consecrated the month of October to this devotion so dear to Heaven; he has honored Our Lady in Her Litanies with the title, Queen of the Most Holy Rosary; and he has given the final development to the solemnity of this day, by raising it to the rank of Double of the II Class, and by enriching it with a proper Office explaining its permanent object. Besides all this, the Feast is a memorial of glorious victories, which do honor to the Christian name.

Soliman II, most powerful of the Sultans, taking advantage of the confusion caused in the west by Luther, had filled the 16th century with terror by his exploits. He left to his son, Selim II, the prospect of being able at length to carry out the ambition of his race: to subjugate Rome and Vienna, the Pope and the emperor, to the power of the crescent. The Turkish fleet had already mastered the greater part of the Mediterranean, and was threatening Italy, when, on October 7, 1571, it came into battle against the pontifical galleys supported by the fleets of Spain and Venice. It was Sunday; throughout the world the confraternities of the Holy Rosary were engaged in their work of intercession. Supernaturally enlightened, Pope St. Pius V watched from the Vatican the battle undertaken by the leader he had chosen, Don Juan of Austria, against the three hundred vessels of Islam. At the sacrifice of many lives offered with great heroism, the outnumbered Catholic fleet utterly devastated the diabolical Turks. But Our Lady would not have Her victory end there. While the Muslim fleet was fleeing, She raised such a storm at sea, that only a small fraction returned to tell of their humiliating defeat. The illustrious Pontiff, whose life's work was now completed did not survive to celebrate the anniversary of this glorious triumph; but he perpetuated the memory of it by an annual commemoration of Our Lady of Victory. His successor, Pope Gregory XIII, altered this title to Our Lady of the Rosary, and appointed the first Sunday of October for the new Feast, authorizing its celebration in those churches which possessed an altar under that invocation.

A century and a half later, this limited concession was made general. As Pope Innocent XI, in memory of the deliverance of Vienna by General Sobieski, had extended the Feast of the Most Holy Name of Mary to the whole Church; so, in 1716, Pope Clement XI inscribed the Feast of the Most Holy Rosary on the universal calendar, in gratitude for the victory gained by Prince Eugene at Peterwardein, on August 5, under the auspices of Our Lady of the Snows. This victory was followed by the raising of the siege of Corfu, and completed a year later by the taking of Belgrade.

SOURCE : http://www.salvemariaregina.info/SalveMariaRegina/SMR-158/Feast%20of%20Most%20Holy%20Rosary.htm

Lorenzo Lippi. Madonna of the Rosary, San Martino a Strada, Bagno a Ripoli


Lepanto, by G. K. Chesterton


White founts falling in the courts of the sun,
And the Soldan of Byzantium is smiling as they run;
There is laughter like the fountains in that face of all men feared,
It stirs the forest darkness, the darkness of his beard,
It curls the blood-red crescent, the crescent of his lips,
For the inmost sea of all the earth is shaken with his ships.
They have dared the white republics up the capes of Italy,
They have dashed the Adriatic round the Lion of the Sea,
And the Pope has cast his arms abroad for agony and loss,
And called the kings of Christendom for swords about the Cross,
The cold queen of England is looking in the glass;
The shadow of the Valois is yawning at the Mass;
From evening isles fantastical rings faint the Spanish gun,
And the Lord upon the Golden Horn is laughing in the sun.

Dim drums throbbing, in the hills half heard,
Where only on a nameless throne a crownless prince has stirred,
Where, risen from a doubtful seat and half attainted stall,
The last knight of Europe takes weapons from the wall,
The last and lingering troubadour to whom the bird has sung,
That once went singing southward when all the world was young,
In that enormous silence, tiny and unafraid,
Comes up along a winding road the noise of the Crusade.
Strong gongs groaning as the guns boom far,
Don John of Austria is going to the war,
Stiff flags straining in the night-blasts cold
In the gloom black-purple, in the glint old-gold,
Torchlight crimson on the copper kettle-drums,
Then the tuckets, then the trumpets, then the cannon, and he comes.
Don John laughing in the brave beard curled,
Spurning of his stirrups like the thrones of all the world,
Holding his head up for a flag of all the free.
Love-light of Spain—hurrah!
Death-light of Africa!
Don John of Austria
Is riding to the sea.

Mahound is in his paradise above the evening star,
(Don John of Austria is going to the war.)
He moves a mighty turban on the timeless houri’s knees,
His turban that is woven of the sunset and the seas.
He shakes the peacock gardens as he rises from his ease,
And he strides among the tree-tops and is taller than the trees,
And his voice through all the garden is a thunder sent to bring
Black Azrael and Ariel and Ammon on the wing.
Giants and the Genii,
Multiplex of wing and eye,
Whose strong obedience broke the sky
When Solomon was king.

They rush in red and purple from the red clouds of the morn,
From temples where the yellow gods shut up their eyes in scorn;
They rise in green robes roaring from the green hells of the sea
Where fallen skies and evil hues and eyeless creatures be;
On them the sea-valves cluster and the grey sea-forests curl,
Splashed with a splendid sickness, the sickness of the pearl;
They swell in sapphire smoke out of the blue cracks of the ground,—
They gather and they wonder and give worship to Mahound.
And he saith, “Break up the mountains where the hermit-folk can hide,
And sift the red and silver sands lest bone of saint abide,
And chase the Giaours flying night and day, not giving rest,
For that which was our trouble comes again out of the west.
We have set the seal of Solomon on all things under sun,
Of knowledge and of sorrow and endurance of things done,
But a noise is in the mountains, in the mountains, and I know
The voice that shook our palaces—four hundred years ago:
It is he that saith not ‘Kismet’; it is he that knows not Fate ;
It is Richard, it is Raymond, it is Godfrey in the gate!
It is he whose loss is laughter when he counts the wager worth,
Put down your feet upon him, that our peace be on the earth.”
For he heard drums groaning and he heard guns jar,
(Don John of Austria is going to the war.)
Sudden and still—hurrah!
Bolt from Iberia!
Don John of Austria
Is gone by Alcalar.

Saint Michael’s on his mountain in the sea-roads of the north
(Don John of Austria is girt and going forth.)
Where the grey seas glitter and the sharp tides shift
And the sea folk labour and the red sails lift.
He shakes his lance of iron and he claps his wings of stone;
The noise is gone through Normandy; the noise is gone alone;
The North is full of tangled things and texts and aching eyes
And dead is all the innocence of anger and surprise,
And Christian killeth Christian in a narrow dusty room,
And Christian dreadeth Christ that hath a newer face of doom,
And Christian hateth Mary that God kissed in Galilee,
But Don John of Austria is riding to the sea.
Don John calling through the blast and the eclipse
Crying with the trumpet, with the trumpet of his lips,
Trumpet that sayeth ha!
Domino gloria!
Don John of Austria
Is shouting to the ships.

King Philip’s in his closet with the Fleece about his neck
(Don John of Austria is armed upon the deck.)
The walls are hung with velvet that is black and soft as sin,
And little dwarfs creep out of it and little dwarfs creep in.
He holds a crystal phial that has colours like the moon,
He touches, and it tingles, and he trembles very soon,
And his face is as a fungus of a leprous white and grey
Like plants in the high houses that are shuttered from the day,
And death is in the phial, and the end of noble work,
But Don John of Austria has fired upon the Turk.
Don John’s hunting, and his hounds have bayed—
Booms away past Italy the rumour of his raid
Gun upon gun, ha! ha!
Gun upon gun, hurrah!
Don John of Austria
Has loosed the cannonade.

The Pope was in his chapel before day or battle broke,
(Don John of Austria is hidden in the smoke.)
The hidden room in man’s house where God sits all the year,
The secret window whence the world looks small and very dear.
He sees as in a mirror on the monstrous twilight sea
The crescent of his cruel ships whose name is mystery;
They fling great shadows foe-wards, making Cross and Castle dark,
They veil the plumèd lions on the galleys of St. Mark;
And above the ships are palaces of brown, black-bearded chiefs,
And below the ships are prisons, where with multitudinous griefs,
Christian captives sick and sunless, all a labouring race repines
Like a race in sunken cities, like a nation in the mines.
They are lost like slaves that sweat, and in the skies of morning hung
The stair-ways of the tallest gods when tyranny was young.
They are countless, voiceless, hopeless as those fallen or fleeing on
Before the high Kings’ horses in the granite of Babylon.
And many a one grows witless in his quiet room in hell
Where a yellow face looks inward through the lattice of his cell,
And he finds his God forgotten, and he seeks no more a sign—
(But Don John of Austria has burst the battle-line!)
Don John pounding from the slaughter-painted poop,
Purpling all the ocean like a bloody pirate’s sloop,
Scarlet running over on the silvers and the golds,
Breaking of the hatches up and bursting of the holds,
Thronging of the thousands up that labour under sea
White for bliss and blind for sun and stunned for liberty.
Vivat Hispania!
Domino Gloria!
Don John of Austria
Has set his people free!

Cervantes on his galley sets the sword back in the sheath
(Don John of Austria rides homeward with a wreath.)
And he sees across a weary land a straggling road in Spain,
Up which a lean and foolish knight forever rides in vain,
And he smiles, but not as Sultans smile, and settles back the blade….
(But Don John of Austria rides home from the Crusade.)

– from The Collected Poems of G. K. Chesterton1927

SOURCE : https://catholicsaints.info/lepanto-by-g-k-chesterton/




October 7 – How the Rosary saved Christendom

OCTOBER 7, 2013

by Jeremias Wells

The Feast of Our Lady of the Rosary

Here is but a small fraction of the victories directly obtained from God through the Holy Rosary:

The Battle of Lepanto which saved Rome and Vienna, and thus the Pope and the Emperor, from Moslem subjugation

The deliverance of Vienna by Sobieski

The victory given to Prince Eugene of Peterwardein

The raising of the siege of Corfu

The taking of Belgrade

The withdrawal from Soviet Troops from Austria on Oct. 26, 1955

The deliverance of Brazil from Communism in 1964

In this article, we will focus only on the first on the list, that of the Battle of Lepanto.

When Saint Pius V ascended the throne of Saint Peter early in 1566, Christendom faced extreme peril. The Huguenots had been waging a particularly violent war in France since 1562; the Spanish Netherlands exploded in revolt later in the year; England, having gone from schism to heresy, was openly assisting all the anti-Catholic forces; but the greatest danger came from the constricting tentacles of Muslim aggression throughout Europe and the Mediterranean.

The defense of Malta understandably raised Christian spirits, but it was only a defensive action. The powerful Ottoman fleet, still intact, continued to raid Christian lands. The year after that strategic triumph, Ali Pasha, who commanded the naval forces in Malta, captured Chios, the last Genoese position in the Eastern Mediterranean and through treachery murdered the ruling Giustiniani family. Then for three days the Mohammedans roved over the island, massacred all the inhabitants and destroyed everything Catholic. Two boys in the Giustiniani family, aged ten and twelve, were martyred. The younger boy, almost cut to pieces, was told to hold up one finger if he wished to apostatize and live. He clenched his fists so tight that they could not be opened even after death.

Some months later, Suleiman led another of those huge armies—always at his disposal—of 200,000 men and 300 cannons up the Danube River Valley toward Vienna. But instead of focusing on his main objective, he allowed himself to be distracted by a minor irritant in southwestern Hungary. The small, walled town of Szigetvar and its Croatian overlord, Count Zriny, who was cut from the same cloth as Skanderbeg, continued to resist occupation. Like most tyrants, Suleiman would not accept what he saw as insulting behavior and so deviated from his original plan. After losing several weeks just transporting his cumbersome equipment over difficult terrain, he was tied down another five weeks by the heroic resistance of the Hungarians. Zriny died leading a final charge with a sword in his hand and praise of Jesus on his lips. However, Suleiman could not enjoy any satisfaction from his misdirected effort, for he had died the night before. Vienna would have to wait for another day. Selim II, known as the Sot because of his drinking habits, took over the throne in Constantinople, having already eliminated all rivals in his family, and plotted the next attack on Christianity.

The Pope of the Rosary

From the moment of his elevation, Saint Pius V, through his experience and extraordinary vision, not only recognized the grave peril to Christendom but also saw the solution; the Ottoman power could be broken solely by means of a crusade; and crusades are won not only on the battlefield but also in the spiritual life, that is, on the supernatural level. Spain and Venice, as we shall see, viewed the Turks as a threat to their material welfare—as indeed they were—but the holy Pope also saw them as a threat to the order that God Himself placed in the world and for that reason employed the weapons of spiritual warfare.

Saint Pius V increasingly asked for more prayers from pious Catholics, especially from the monks and nuns in their cloisters. If he asked for more sacrifices from others, he certainly intended to carry his portion of the burden by doubling his accustomed exercises of piety and mortification. A devotion to which he gave special attention was the Rosary, so much so that he was called the “Pope of the Rosary.”(1) In fact, the great saint secured the uniformity of recitation of the Hail Mary through a Papal Bull published in 1568.

 The Holy League

While Saint Pius V was trying to organize an effective alliance against the increasing danger, another Muslim provocation illustrated the precarious situation. During the Christmas season of 1568, the pent-up hatred of the “converted” Moors, known as Moriscos, burst forth in all its massive cruelty. Savage tortures were employed against their victims before they were violently dispatched, especially against humble village priests and their altar boys. If they called on Jesus or His Blessed Mother for strength, their tongues were cut out or their mouths were loaded with gunpowder and ignited. These descendants of the invaders who had nearly destroyed Christian Spain during an occupation lasting eight centuries again drenched the country in blood.

Ferdinand Braudel in his acclaimed work on the Mediterranean(2) remarked that there was no doubt about the links between the Spanish rebels and the corsairs of Algeria, the latter being staunch allies of the Turks. The Barbary pirates brought men, ammunition, and weapons to the southern Spanish coast and took Christian prisoners as payment, thus introducing another thread in the noose strangling Catholic Europe.

Initial attempts to subdue the well-organized revolution met with failure until Don Juan of Austria was placed in overall command. A soldier who possessed all the extraordinary abilities of leadership, including judgment and courage, he vigorously and relentlessly pursued a campaign that destroyed the enemy strongholds and brought the survivors to their knees. Meanwhile, all the courts of Europe were informed that extensive preparations for greater aggression were visibly under way at Constantinople.

Only a saint who lived daily in God’s presence and His benevolent power could have assessed the seemingly insurmountable difficulties of forming an anti-Turkish league and then going forward with such energy and tenacity.(3) Saint Pius V repeatedly sent out requests to the counts of Europe to join the crusade; yet, one treacherous or indifferent monarch after another excused himself. Spain, which could be motivated by Catholic considerations, and the Republic of Venice, whose territories were most vulnerable, did not refuse; nevertheless, they sent evasive replies.

Spain, alone among the Europeans, was willing to contribute its resources in men and material, although it had difficulty in seeing beyond its narrow interests. On the other hand, Venice, basically unreliable in any idealistic cause, was willing to fight only when its commercial interests were threatened. Yet Saint Pius V was finally able to bring the greatest power in Europe and the possessor of the largest fleet in the Mediterranean to the bargaining table.

Once there, the skillful and occasionally duplicitous negotiators, mutually distrustful and desirous of financial advantage, began to haggle over every possible issue. Throughout the long, agonizing months, the Pope’s overpowering personality swept aside all obstacles to force a decision. Although sick and in constant pain, the indomitable Pontiff finally concluded an agreement with the two shortsighted governments in March 1571.

According to the treaty, the choice of its supreme commander was reserved for the Pope. Behind his sumptuous chapel adorned with gold cloth and silver vessels was a bare, miserable oratory where the Dominican monk would go in the early morning hours to pray unobserved. Prostrated on the cold stones before a crucifix and with deep groans, the holy monk appealed to God for guidance. The Pope then went into the rich chapel to celebrate the Holy Sacrifice of the Mass. When he reached the Gospel of Saint John, he began to read, “Fuit homo missus a Deo, cui nomem erat Joannes!” (“There was a man from God whose name was John!”).(4) Turning his face toward the Virgin, he paused and realized that the commander of the crusade was to be Don Juan of Austria. The choice of this truly great crusader was of inestimable value, for the lack of competent leadership caused several scandalous failures during previous decades.


Carlo Ceresa. Madonna vom Siege, 17th century) in the Church St. Dionysius Neckarsulm, Germany


The Battle of Lepanto

In the middle of September, the largest Christian fleet ever assembled sailed out from Messina in Sicily to seek out and destroy the Muslim fleet commanded by the Sultan’s brother-in-law, Ali Pasha. Saint Pius V granted all members of the expedition the indulgences of crusaders. Not one of the 81,000 soldiers and sailors had failed to confess and receive Holy Communion.

The immense fleet moved eastward across the Ionian Sea in a file stretching out for nearly ten miles. Ten days later it arrived at Corfu off the northwestern coast of Greece. The Turks had ravaged the place the month before and left their usual calling cards: burned-out churches, broken crucifixes, and mangled bodies of priests, women, and children.

Here the animosity between the Italians and Spanish that festered just below the surface almost erupted when the Venetian commander, the crusty, battle-scarred old Sebastian Veniero, hung four argumentative Spaniards from his yardarm. Fortunately, cooler heads prevailed. Don Juan wondered if the Christians would annihilate one another before the enemy was even sighted.

Then word arrived: “Ali Pasha is in Lepanto!” A long thin body of water, known as the Gulf of Corinth, separates central Greece from the Peloponnesus, the southern peninsula. About a quarter of the way into the inlet from the west sits Lepanto, the fortified headquarters of the Turkish fleet.

From Corfu the fleet worked its way down the northwest coast of Greece. On October 5 came the infuriating news that Christendom had suffered another cruel indignity from the Ottomans. Cyprus, the jewel of Venice’s far-flung island possessions, had been attacked the year before. The besieged capital, Nicosia, had fallen quickly, and its twenty thousand survivors had been massacred. The fortified city of Famagusta held out for another year due to the courageous leadership of Marc Antonio Bragadino, its governor. With no hope of relief in sight and starvation and disease reducing the population, Bragadino agreed to what appeared to be honorable terms and surrendered. In an act of unbelievable treachery, the Turkish general, three days later, hacked the Venetian officers to death. For the next week, Bragadino was horribly mutilated and then flayed alive.

At sunrise on Sunday morning, October 7, the chaplains on each ship were celebrating Mass as the vanguard of the fleet cruised south along the coast, turned the corner at the headlands, and entered the Gulf of Corinth. Since dawn the Turks had been moving in their direction from the east, with the advantage of having the wind at their back. While the ships of the League maneuvered from file to line abreast, Don Juan, with crucifix in hand, passed by each galley shouting encouragement and was met, as he made his way through the line, with tremendous applause and enthusiasm. By using tact and understanding, and forcefulness when necessary, he had welded many disparate elements into a united fleet.

The young crusader divided his force into four squadrons. On the left, he placed the soft-spoken but fierce-fighting Venetian Agostino Barbarigo. Don Juan led the central squadron, ably supported by Veniero and the papal commander, Marc Antonio Colonna. The cautious Gian Andrea Doria controlled the fate of the right wing. Only the Christians displayed their forces in such a way as to create a reserve squadron, and they had the good fortune of having this under the command of the Marquis de Santa Cruz, the Holy League’s most respected admiral.

Although the Christian galleys were outnumbered, 274 to 208, they had superior firepower in cannon and harquebuses, while the Turks relied mostly on bows and arrows. By nine o’clock the two lines were fifteen miles apart and closing fast. Just before contact was made, the wind that had been favoring the Turks shifted around from the east to the opposite direction. The Christians drew first blood when their huge, though unwieldy, galleys fired many rounds of cannon shot with devastating effect. But because of their lack of maneuverability, the floating batteries quickly passed out of action.

Barbarigo’s counterpart, Mohammed Sirocco, made a quick dash between the Venetian commander’s left wing and the shore line, hoping to swing around and trap Don Juan’s squadron from behind. Barbarigo quickly slid over and intercepted the Turks, but several galleys had slipped by and attacked him from the rear. When his squadron closed in to help, Barbarigo, standing in the midst of fierce struggle, lifted the visor of his helmet to coordinate their attack. An arrow pierced his eye; mortally wounded, he was carried below. However, his quick, self-sacrificing action had prevented Sirocco’s flanking movement. The Christian left then trapped the Muslim wing of fifty-six galleys against the shore and methodically destroyed it.

The center of both lines bore down heavily on each other without any thought of subterfuge or trickery. The Muslims were yelling, screaming, and banging anything that would make noise. The Christians were in an ominous silence, weapons in one hand, rosaries in the other. Usually, the flagships stand off from the heat of battle, but not this time; both supreme commanders set a hard course for each other. Ali Pasha’s Sultana gained the initial advantage by ramming into the Reale up to the fourth rower’s bench. Don Juan grappled the two ships together and boarded. Instantly, a dozen Turkish ships closed in behind Ali Pasha, supplying him with thousands of janissaries. Veniero and Colonna hugged the Reale from either side. Reinforcements arrived from other galleys. Some two dozen ships became interlocked, thus forming a floating battlefield. The battle raged back and forth over the blood-soaked, carnage-strewn decks.

Many in the Christian fleet performed magnificent acts of valor. The ferocious old Veniero stood at his prow in full view, firing shot after shot while his young servant reloaded. A Sicilian sergeant, rather than die of disease, jumped out of his sickbed, went on deck, and killed four Turks before dying from nine arrow wounds. The duke of Parma, companion to Don Juan and future military genius, jumped aboard a Muslim galley and cut down the first twelve men he faced.

Finally, Don Juan, huge broadsword in one hand and an axe in the other, led an attack across the Sultana that ended in the death of Ali Pasha. From that point on the spirit and fighting capacity of the Turks declined.

One last hope for the Ottomans remained. Aluch Ali, the clever Barbary corsair, out-foxed Doria by dragging him too far to the Christian right. He then cut back and slipped through the opened hole. Cardona, with a handful of galleys, attempted to block him but was wiped out. Santa Cruz, who was giving valuable support to the center squadron, broke away to intercept Aluch Ali. The latter, seeing his opportunity for an unhindered attack on the Christian rear disappear, fled to the open sea with just a few of his ships. Most of his squadron was destroyed when Doria wheeled about and assisted Santa Cruz in finishing the weakened Ottoman fleet.

The Holy League had achieved an overwhelming victory in the largest sea battle fought up to that time. The Ottoman Empire lost about 240 galleys and saw 30,000 killed. The League suffered a trifling 12 galleys sunk; 7,600 men were killed.

At the time the battle was won, Saint Pius V was studying financial sheets with the papal treasurer. He rose, went to the window and looked toward the east. When he turned around his face was radiant with supernatural joy, and he exclaimed, “The Christian fleet is victorious!”(5)After human agencies verified the news two weeks later, Saint Pius V added the Feast of the Holy Rosary to the Church calendar and the invocation Auxilium Christianorum to the litany of Our Lady, since the victory was due to her intercession.

Short Stories on Honor, Chivalry, and the World of Nobility—no. 323

Notes:

1. C. M. Antony, Saint Pius V: Pope of the Rosary (New York: 1911), 77.

2. Ferdinand Braudel, The Mediterranean (New York: 1973), 1061.

3. For a complete and accurate account of the difficulties, see Ludwig von Pastor, History of the Popes (St. Louis, Mo.: 1929), vol. XVIII.

4. Father Luis Coloma, Story of Don John of Austria (London: 1913), 215.

5. Robin Anderson, Saint Pius V (Rockford, Ill.: 1978), 78. Several biographers use a longer quotation. See Antony, op. cit., 91.

SOURCE : https://nobility.org/2013/10/07/lepanto-history/


Our Lady’s Feasts – Our Lady and the Rosary


“Blessed Mother and Virgin undefiled, glorious Queen of the world, intercede for us with the Lord.”

Of all the devotions dear to the Mother of God, the Rosary has a wider distribution and has been approved by more agencies human and divine than any other. It was a devotion advocated by Our Lady herself in at least three separate apparitions, in different lands and in different centuries, some of quite recent occurrence. In 1917 she appeared to three children at Fatima in Portugal, exhorting them to say the Rosary. In 1858 she appeared to little Bernadette at Lourdes, with nearly the same message. Long centuries before this, tradition has it that she appeared to a young Spanish priest, Dominic de Guzman, and first described in detail how her Rosary should be said.

Few records exist on the subject, but tradition appoints somewhere in the south of France, and the opening years of the thirteenth century, as the place and time of this first apparition. The young priest to whom she appeared was a missionary burdened with the task of fighting a heresy that was causing the ruin of thousands of souls and threatening to overwhelm the Church in France and ultimately in all Europe. Meeting with little success in his mission, Dominic threw himself at Our Lady’s feet, begging for some special help in this emergency. Mary answered his plea by describing to him the method of preaching with the Rosary. Whatever the details of its origin, history bears out the fact that the Rosary has been one of the principal factors in the spread of Christianity since that time.

Dominic was not the first to use beads in counting prayers. Centuries before his time, fervent souls had kept account of prayers by using small pebbles or beads, in chaplets of varying prayers and lengths. But tradition ascribes to him the combination of vocal and mental prayers which we now know as the Rosary. A particular scene from Our Lord’s life is appointed for meditation with each decade of ten Hail Marys, one Our Father, and one Gloria. The prayers themselves are a repetition of the vocal prayers most familiarly known to Catholics. Its very simplicity makes it a devotion quickly grasped by a child, by a new convert, by a person who cannot read. But the vocal limitations place no bounds on the meditation that accompanies the Mysteries. These, even the most learned will never exhaust.

“O Queen of the holy Rosary, each mystery blends with thine
The sacred life of Jesus in every step divine;
Thy soul was His fair garden, thy virgin breast His throne,
Thy heart His faithful mirror reflecting Him alone”

Our Lady’s Rosary was the terrible secret weapon which turned back at least two great armies: the Turkish fleet was vanquished at Lepanto in 1571 by the power of the Rosary, and again in Hungary in 1716 the Mohammedan hordes were turned back by the same weapon. In gratitude for these victories, the feast of Our Lady Help of Christians was appointed to be kept on May 24th. The feast of the Most Holy Rosary is kept either on the first Sunday of October or on October 7th. Also commemorated is the feast of Our Lady of Victory.

It was more than six centuries after Dominic preached the Rosary that Our Lady again appeared, and again in France, in behalf of the Rosary. At Lourdes in the Pyrenees she manifested to a frightened little girl that she was “The Immaculate Conception” and that she wished her Rosary to be said. Since the eighteen successive apparitions there in 1858, an unending stream of pilgrims has poured into Lourdes from all parts of the world, and hundreds of miracles worked at the shrine defy the finest researches of medical science.

In our own century Our Lady came again, this time to Portugal when the world was engrossed in the first World War. To the three children of Fatima she brought the same message – repent for sins and pray the Rosary.

Almost every Catholic has a Rosary and says it more or less faithfully. How many million miles Rosary beads have traveled through troubled fingers only God and His Mother know. How many miracles of grace it has worked in the lives of those who were faithful to this devotion, it must keep the angels busy to record. How many times it has pulled back from the gates of hell some wayward soul who perhaps has no other devotion, we shall have to wait for heaven to discover.

The vocal prayers of the Rosary are repeated over and over, perhaps because we are all children at heart and children love to ask the same thing over and over of a loving mother. Some have found in this a point to criticize; they have never sounded to its depths this prayer that is so dear to Mary. There are times in all our lives when, faced with pain or sorrow, our very thoughts seem to stop; in such paralyzing moments the only prayers that will come to our lips are those we have said since childhood: the Our Father, the Hail Mary, the Gloria. It is a natural thing that a stricken child should call upon its mother for help; so it is that we grope for our Rosary in the darkness of tragedy or temptation. And Our Lady does not fail to help: she is a careful mother.

Paradoxically, though the Rosary is limited to so few prayers said vocally, its possibilities for mental prayer have almost no limits at all. The greatest of mystics and scholars have lost themselves in the depths of the Mysteries presented by these scenes of the Incarnation, Death, and Resurrection of the Redeemer. The wings for soaring are to be found in any of the Mysteries; in the measure in which we can detach ourselves from earth, poor mortals that we are, we are allowed to fly to God.

Throughout the troubled centuries since Dominic first preached the Rosary, it has been a lifeline to heaven for millions of souls. Through the terrors of persecution in country after country, Christians who dared not convene for prayers, who were denied the Mass because all their priests had been killed, whispered in secret the prayer of the Rosary. In this way the Faith has been preserved, sometimes for centuries. Even today, many a Catholic struck down by accident or sudden illness owes the grace of receiving the Last Sacraments to the fact that he carries a Rosary in his pocket. For that is an unmistakable sign that he is one who has a claim upon the Mother of God; he will have an intercessor to stand beside him at the throne of God. After a lifetime of saying, over and over, “Pray for us sinners, now and at the hour of our death,” one could expect nothing else but that she would.

“O holy Mary, most compassionate of virgins, receive the earnest prayers of lowly servants: raise the fallen, correct the erring, calm the fearful and give strength to the faint-hearted: that we may always act in praise of thee whom we venerate as Mother of the Most High God.”

SOURCE : https://catholicsaints.info/our-ladys-feasts-our-lady-and-the-rosary/



Caravaggio  (1571–1610), Madone du Rosaire, vers 1607, 364 X 249, Kunsthistorisches Museum 


Beata Vergine Maria del Rosario

7 ottobre

Questa memoria Mariana di origine devozionale si collega con la vittoria di Lepanto (1571), che arrestò la grande espansione dell'impero ottomano. San Pio V attribuì quello storico evento alla preghiera che il popolo cristiano aveva indirizzato alla Vergine nella forma del Rosario. Secondo quanto narra la tradizione, c’è una speciale protezione mariana per tutti coloro che lo recitano devotamente, la garanzia che i fedeli non moriranno senza sacramenti, l’assicurazione che quanti propagheranno il Rosario verranno soccorsi dalla Madonna in ogni loro necessità.

Etimologia: Maria = amata da Dio, dall'egiziano; signora, dall'ebraico

Martirologio Romano: Memoria della beata Maria Vergine del Rosario: in questo giorno con la preghiera del Rosario o corona mariana si invoca la protezione della santa Madre di Dio per meditare sui misteri di Cristo, sotto la guida di lei, che fu associata in modo tutto speciale all’incarnazione, passione e risurrezione del Figlio di Dio.

Nel 1212 san Domenico di Guzman, durante la sua permanenza a Tolosa, vide la Vergine Maria che gli consegnò il Rosario, come risposta ad una sua preghiera, a Lei rivolta, per sapere come combattere l’eresia albigese.

Fu così che il Santo Rosario divenne l’orazione più diffusa per contrastare le eresie e fu l’arma determinante per vincere i musulmani a Lepanto. Come già per Poitiers (ottobre 732) e poi sarà per Vienna (settembre 1683), la battaglia di Lepanto fu fondamentale per arrestare l’avanzata dei musulmani in Europa. E tutte e tre le vittorie vennero imputate, oltre al valore dei combattenti, anche e soprattutto all’intervento divino.

La battaglia navale di Lepanto si svolse nel corso della guerra di Cipro. Era il 7 ottobre 1571 quando le flotte musulmane dell’Impero ottomano si scontrarono con quelle cristiane della Lega Santa, che riuniva le forze navali della Repubblica di Venezia, dell’Impero spagnolo (con il Regno di Napoli e di Sicilia), dello Stato Pontificio, della Repubblica di Genova, dei Cavalieri di Malta, del Ducato di Savoia, del Granducato di Toscana e del Ducato di Urbino, federate sotto le insegne pontificie. Dell’alleanza cristiana faceva parte anche la Repubblica di Lucca, che pur non avendo navi coinvolte nello scontro, concorse con denaro e materiali all’armamento della flotta genovese.

Prima della partenza della Lega Santa per gli scenari di guerra, san Pio V benedisse lo stendardo raffigurante, su fondo rosso, il Crocifisso posto fra gli apostoli Pietro e Paolo e sormontato dal motto costantiniano In hoc signo vinces. Tale simbolo, insieme con l’immagine della Madonna e la scritta S. Maria succurre miseris, issato sulla nave ammiraglia Real, sarà l’unico a sventolare in tutto lo schieramento cristiano quando, alle grida di guerra e ai primi attacchi turchi, i militi si uniranno in una preghiera accorata. Mentre si moriva per Cristo, per la Chiesa e per la Patria, si recitava il Santo Rosario: e i prigionieri remavano ritmando il tempo con le decine dei misteri. L’annuncio della vittoria giungerà a Roma 23 giorni dopo, portato da messaggeri del Principe Colonna. Il trionfo fu attribuito all’intercessione della Vergine Maria, tanto che san Pio V, nel 1572, istituì la festa di Santa Maria della Vittoria, trasformata da Gregorio XIII in «Madonna del Rosario».

Comandante generale della flotta cristiana era Don Giovanni d’Austria di 24 anni, figlio illegittimo del defunto Imperatore Carlo V e fratellastro del regnante Filippo II. Al fianco della sua nave Real erano schierate: la Capitana di Sebastiano Venier, capitano generale veneziano; la Capitana di Sua Santità di Marcantonio Colonna, ammiraglio pontificio; la Capitana di Ettore Spinola, capitano generale genovese; la Capitana di Andrea Provana di Leinì, capitano generale piemontese; l’ammiraglia Vittoria del priore Piero Giustiniani, capitano generale dei Cavalieri di Malta. In totale, la Lega schierò una flotta di 6 galeazze e circa 204 galere. A bordo erano imbarcati non meno di 36.000 combattenti, tra soldati, venturieri e marinai.

A questi si aggiungevano circa 30.000 galeotti rematori. Comandante supremo dello schieramento ottomano era Müezzinzade Alì Pascià. La flotta turca, munita di minore artiglieria rispetto a quella cristiana, possedeva 170-180 galere e 20 o 30 galeotte, cui si aggiungeva un imprecisato numero di fuste e brigantini corsari. La forza combattente, comprensiva di giannizzeri, ammontava a circa 20-25.000 uomini. L’ammiraglio, considerato il migliore comandante ottomano, Uluč Alì, era un apostata di origini calabresi, convertitosi all’Islam. Alì Pascià si trovava a bordo dell’ammiraglia Sultana, sulla quale sventolava un vessillo verde, dove era stato scritto, a caratteri d’oro, 28.900 volte il nome di Allah.

Per questo san Pio V, Papa mariano e domenicano, affidò a Maria Santissima le armate ed i destini dell’Occidente e della Cristianità, minacciati dai musulmani.

Da allora in poi si utilizzò ufficialmente il titolo di Auxilium Christianorum, titolo che non sembra doversi attribuire direttamente al Pontefice, ma ai reduci vittoriosi, che ritornando dalla guerra passarono per Loreto a ringraziare la Madonna.

I forzati che erano stati messi ai banchi dei remi furono liberati: sbarcarono a Porto Recanati e salirono in processione alla Santa Casa, dove offrirono le loro catene alla Madonna; con esse furono costruite le cancellate poi poste agli altari delle cappelle. Lo stendardo della flotta fu donato alla chiesa di Maria Vergine a Gaeta, dove è tuttora conservato e che attende di essere ancora issato nei cuori di coloro che si professano cristiani e vogliono difendere le proprie radici.

Autore: Cristina Siccardi

SOURCE : http://www.santiebeati.it/dettaglio/24800