jeudi 28 mai 2009

LISTE DES IMAGES PRÉSENTÉES (27 MAI)

GIOVANNI BELLINI. La Circoncision de Jésus, v.1500, huile sur bois, 75 X 102, Londres, National Gallery



ALBRECHT DÜRER. La Circoncision du Christ : Vie de la Vierge Marie, 1505, gravure sur bois, 30 X 21

Don LORENZO MONACO (PIERO DI GIOVANNI, dit). Adoration des Mages, 1421, détrempe sur bois, 115 X 177, Florence, Musée des Offices. Destiné à l'origine à l'église San'Egidio à Florence

Frères LIMBOURG. La Rencontre des Trois Rois Mages, 1416, miniature enluminée, Très Riches Heures du Duc de Berry, folio 51v., Chantilly, Musée Condé

Frères LIMBOURG. Adoration des Mages, 1416, miniature enluminée, Très Riches Heures du Duc de Berry, folio 52, Chantilly, Musée Condé

GENTILE DA FABRIANO. L'Adoration des Mages, 1423, détrempe sur bois, 300 X 282, Florence, Musée des Offices

DIERIC BOUTS. L'Adoration des Mages : Quatre scènes de la Vie de la Vierge Marie, 1445-1450, huile sur bois, chaque panneau : 80 x 56, Madrid, Musée du Prado



27 MAI

GIOVANNI BELLINI. La Circoncision de Jésus, v.1500, huile sur bois, 75 X 102, Londres, National Gallery

ALBRECHT DÜRER. La Circoncision du Christ : Vie de la Vierge Marie, 1505, gravure sur bois, 30 X 21

GUIDO RENI. La Circoncision, 1635-1640, huile sur toile, 372 X 216, Sienne, Église San Martino. Voir : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Guido_Reni_025.jpg

GIOTTO. L'Adoration des Mages, 1302-1305, fresque, Padoue, Chapelle Scrovegni

Frères LIMBOURG. Adoration des Mages, 1416, miniature enluminée, Très Riches Heures du Duc de Berry, folio 52, Chantilly, Musée Condé

Frères LIMBOURG. La Rencontre des Trois Rois Mages, 1416, miniature enluminée, Très Riches Heures du Duc de Berry, folio 51v., Chantilly, Musée Condé

Don LORENZO MONACO (PIERO DI GIOVANNI, dit). Adoration des Mages, 1421, détrempe sur bois, 115 X 177, Florence, Musée des Offices. Destiné à l'origine à l'église San'Egidio à Florence

MASSACIO. Adoration des Mages, 1426, détrempe sur bois,21 X 61, Berlin, Musée de Berlin. Fragment du Polyptique de Pise, aujourd'hui démembré et dispersé.

GENTILE DA FABRIANO. L'Adoration des Mages, 1423, détrempe sur bois, 300 X 282, Florence, Musée des Offices

DIERIC BOUTS. L'Adoration des Anges et L'Adoration des Mages : Quatre scènes de la Vie de la Vierge Marie, 1445-1450, huile sur bois, chaque panneau : 80 x 56, Madrid, Musée du Prado

ROGIER VAN DER WEYDEN. Triptyque de L'Adoration des Mages ou Retable de Sainte-Colombe (du nom de l'église de Cologne qui abrita le retable à partir de 1493), 1450, huile sur bois, panneau central : 138 X 153 ; ailes : 138 X 70, Munich, Alte Pinakothek

ÉCOLE DE NOVGOROD. Icône de la Présentation au Temple, milieu du XIVe siècle, Saint-Petersbourg, Musée national

GIOTTO. La Présentation de Jésus au Temple, 1302-1305, fresque, Padoue, Chapelle Scrovegni

STEFAN LOCHNER. Présentation au Temple, 1447, 139 X 126, Darmstadt, Musée de Darmstadt

Frères LIMBOURG. La Purification de Marie, 1416, miniature enluminée, Très Riches Heures du Duc de Berry, folio 54v., Chantilly, Musée Condé

AMBROGIO LORENZETTI. La Présentation au Temple, 1342, détrempe sur bois, 257 X 168, Florence, Musée des Offices

lundi 25 mai 2009

LISTE DES IMAGES PRÉSENTÉES (25 MAI)

GUIDO DE SIENNE. Nativité, v.1270, 36 X 47, Paris, Musée du Louvre


GIOTTO. Nativité (et Annonce aux Bergers), 1306-1307, fresque, 200 X 185, Padoue, Chapelle Scrovegni




NICOLAS FROMENT. Le Buisson ardent, 1476, panneau central du triptyque : 401 X 305, Aix-en-Provence, Cathédrale Saint-Sauveur

SANDRO BOTTICELLI. Nativité mystique, 1500, 109 X 75, Londres, National Gallery
HUGO VAN DER GOES. Retable Portinari, v.1475, huile sur bois, panneau central : 258 X 304, Florence, Musée des Offices
ROGIER VAN DER WEYDEN. Triptique de la Nativité (Retable Bladelin), 1450-1455, huile sur bois, panneau central : 91 X 89 ; ailes : 91 X 45, Berlin, Musée d'État
ANTOINE CARON. L'Empereur Auguste et la Sybille de Tibur, v.1575, huile sur toile, 125 X 170, Paris, Musée du Louvre
25 MAI

GIOTTO. Nativité (et Annonce aux Bergers), 1306-1307, fresque, 200 X 185, Padoue, Chapelle Scrovegni

GUIDO DE SIENNE. Nativité, v.1270, 36 X 47, Paris, Musée du Louvre

GIOVANNI DE GRASSI. Nativité : Livre d'Heures de Visconti, milieu du XIVe siècle, Florence, Bibliothèque nationale

Nativité : Évangéliaire d'Averdobe, folio 17, XIIe siècle, 20 X 13, Liège, Colections de l'Université de Liège

Annonce aux Bergers : Miniature Renshaw, v.1420, Boston, Museum of Fine Arts

POL DE LIMBOURG. Annonce aux Bergers : Heures de la Vierge des Belles Heures de Jean de Berry, v.1405, New York, THe Metropolitan Museum of Arts

NICOLAS FROMENT. Le Buisson ardent, 1476, panneau central du triptyque : 401 X 305, Aix-en-Provence, Cathédrale Saint-Sauveur

REMBRANDT. Annonce aux Bergers, 1634, eau-forte, 26 X 22, Londres, British Museum

PIERO DELLA FRANCESCA. Nativité, 1470, 125 X 123, Londres, National Gallery

SANDRO BOTTICELLI. Nativité mystique, 1500, 109 X 75, Londres, National Gallery

HUGO VAN DER GOES. Retable Portinari, v.1475, huile sur bois, panneau central : 258 X 304, Florence, Musée des Offices

ROGIER VAN DER WEYDEN. Triptique de la Nativité (Retable Bladelin), 1450-1455, huile sur bois, panneau central : 91 X 89 ; ailes : 91 X 45, Berlin, Musée d'État

ANTOINE CARON. L'Empereur Auguste et la Sybille de Tibur, v.1575, huile sur toile, 125 X 170, Paris, Musée du Louvre

mercredi 20 mai 2009

LISTE DES IMAGES PRÉSENTÉES (20 MAI)

Icône de l'ÉCOLE DE YAROSLAVL. Vierge orante ou Vierge du Signe ou Vierge de l'Incarnation ou Grande Panagia (grec : Παναγία), début du XIIIe siècle, détrempe sur bois, 193,2 X 150,5, Moscou, Galerie Tretiakov


ANDREI ROUBLEV. La Trinité de l'Ancien Testament ou Hospitalité d'Abraham, entre 1422 et 1428, 141 X 112, Moscou, Galerie Tretiakov


DOMENICO GHIRLANDAIO. Visitation, 1491, 172 X 165, Paris, Musée du Louvre.


À gauche : Marie de Cléophas, fille de Marie d'Héli (la soeur aîné de la Vierge Marie), mère de l'apôtre Jacques Le Mineur (d'où sa désignation sous le nom de Marie Iachobi par Ghirlandaio). À droite : Marie Salomé, épouse de Zébédée et mère des apôtres Jacques Le Majeur et Jean.


IL PONTORMO (JACOPO CARUCCI, dit). Visitation, 1529, huile sur bois, 202 X 156, Carmignano, Église paroissiale de San Michele
ÉCOLE d'ANDREI ROUBLEV. Icône de la Nativité, v.1430, Moscou, Galerie Tretiakov


ROBERT CAMPIN (MAÎTRE DE FLÉMALLE). Nativité, 1426, huile sur bois, Dijon, Musée des Beaux-Arts


20 MAI

KONRAD WITZ. La Providence de la Rédemption (Ratschluss der Erlösung) : Retable du Miroir du salut, 1445, 159 X 132, Berlin, Staatliche Museen zu Berlin. Voir : www.insecula.com/oeuvre/photo_ME0000112879.html

Icône de l'ÉCOLE DE YAROSLAVL. Vierge orante ou Vierge du Signe ou Vierge de l'Incarnation ou Grande Panagia (grec : Παναγία), début du XIIIe siècle, détrempe sur bois, 193,2 X 150,5, Moscou, Galerie Tretiakov

ANDREI ROUBLEV. La Trinité de l'Ancien Testament ou Hospitalité d'Abraham ou Philoxénie d'Abraham (grec : Η Φιλοξενία του Αβρααμ) , entre 1422 et 1428, 141 X 112, Moscou, Galerie Tretiakov (à l'origine : Iconostase de la Cathédrale de la Trinité)

DOMENICO GHIRLANDAIO. Visitation, 1491, 172 X 165, Paris, Musée du Louvre

MARIOTTO ALBERTINELLI. Visitation, 1503, huile sur bois, 232 X 146, Florence, Musée des Offices

IL PONTORMO (JACOPO CARUCCI, dit). Visitation, 1529, huile sur bois, 202 X 156, Carmignano, Église paroissiale de San Michele

EL GRECO (DOMENIKOS THETOKOPOULOS, dit). Visitation, 1610-1614, huile sur toile, 97 X 71, Washington, Dumbarton Oaks Collections

REMBRANDT. Visitation, 1640, huile sur bois, 57 X 48, Detroit, Institute of Art

PHILIPPE DE CHAMPAIGNE. Vision de saint Joseph, 1636, huile sur toile, 210 X 156, Londres, National Gallery

GEORGES DE LA TOUR. L'Ange apparaissant à saint Joseph, 1640, 93 X 81, Nantes, Musée des Beaux-Arts

ÉCOLE d'ANDREI ROUBLEV. Icône de la Nativité, v.1430, Moscou, Galerie Tretiakov

ROBERT CAMPIN (MAÎTRE DE FLÉMALLE). Nativité, 1426, huile sur bois, Dijon, Musée des Beaux-Arts

mercredi 13 mai 2009

LISTE DES IMAGES PRÉSENTÉES (13 MAI)

JAN VAN EYCK. Annonciation, 1435, huile sur bois, 93 X 57, Washington, National Gallery of Art

GIOTTO. Visitation, 1302-1305, fresque, 200 X 185, Padoue, Chapelle Scrovegni

Frères LIMBOURG. Visitation : Très Riches Heures du Duc de Berry, 1410-1416, Chantilly, Musée Condé




13 MAI


JAN VAN EYCK. Annonciation, 1435, huile sur bois, 93 X 57, Washington, National Gallery of Art

MATTHIAS GRÜNEWALD. Annonciation : Retable d'Issenheim, 1512-1516, huile sur panneau, 269 X 143, Colmar, Musée d'Unterlinden

GIOVANNI DI PAOLO. Annonciation, v.1445, détrempe sur bois, 40 X 46, Washington, National Gallery of Art

LORENZO DI CREDI. Annonciation, 1480-1485, huile sur bois, 88 X 71, Florence, Musée des Offices

MARTIN SCHONGAUER. Annonciation, Revers du Retable de Jean d'Orlier, huile sur bois, v.1470, chaque panneau : 188 X 55, Colmar, Musée d'Unterlinden

HANS MEMLING. Annonciation, 1482, huile sur bois, 79 X 55, New York, The Metroplitan Museum of Art

CARLO CRIVELLI. Annonciation avec saint Emidius, 1486, détrempe et huile sur bois, 207 X 146,7, Londres, National Gallery

TINTORET (JACOPO ROBUSTI dit LE). Annonciation, 1583-1587, 422 X 545, Venise, Scuola Grande di San Rocco

ANTONELLO DE MESSINE. Vierge de l'Annonciation, v.1460, 43 X 32, Munich, Alte Pinakothek

GIOTTO. Visitation, 1302-1305, fresque, 200 X 185, Padoue, Chapelle Scrovegni

Le MAÎTRE DE BOUCICAUT. Visitation : Heures de Boucicaut, v.1405, enluminure, Paris, Musée Jacquemart-André

Frères LIMBOURG. Visitation : Très Riches Heures du Duc de Berry, 1410-1416, Chantilly, Musée Condé

JEAN FOUQUET. Visitation : Heures d'Étienne Chevalier, v.1450, Chantilly, Musée Condé

DIERIC BOUTS. Annonciation et Visitation, panneaux des Quatre Scènes de la Vie de la Vierge Marie, 1480-1485, chaque panneau : 80 X 54, Madrid, Musée du Prado

LISTE DES IMAGES PRÉSENTÉES (11 MAI)

AMBROGIO LORENZETTI. Annonciation, 1344, détrempe sur bois, 122 X 118, Sienne, Pinacoteca nazionale
SIMONE MARTINI. Annonciation, 1333, détrempe sur bois, 265 X 305, Florence, Musée des Offices



Beato FRA ANGELICO, Retable de l'Annonciation, 1440, 205 X 195, Santuario di Santa Maria delle Grazie, San Giovanni Valdarno



Beato FRA ANGELICO. Miniature (Annonciation) : Folio 33 du Missel 558, v.1430, parchemin enluminé, Florence, Bibliothèque Nationale. Texte de l'hymne Rorate Cæli (c'est dans et autour de la majuscule du R enluminé que Fra Angelico figure la scène de l'Annonciation), chant grégorien du temps de l'Avent. Texte qui reprend les vers du livre d'Isaïe (XLV : 8) : « Rorate Caeli, desuper, et nubes pluant Justum ; Aperiatur terra et germinet Salvatorem » (« Cieux, répandez d'en haut votre rosée, et que les nuées déversent la justice ; que la terre s’ouvre et fasse germer le Sauveur »).
ROBERT CAMPIN. Retable de Mérode, v.1425, huile sur bois, panneau central : 64 X 63 ; ailes : 64 X 27, New York, The Metropolitan Museum of Art

11 MAI

AMBROGIO LORENZETTI. Annonciation, 1344, détrempe sur bois, 122 X 118, Sienne, Pinacoteca nazionale

SIMONE MARTINI. Annonciation, 1333, détrempe sur bois, 265 X 305, Florence, Musée des Offices

Le MAÎTRE DE ROHAN. Annonciation : Grandes Heures de Jean de Rohan, Paris, Bibliothèque Nationale


Beato FRA ANGELICO. Miniature (Annonciation) : Folio 33 du Missel 558, v.1430, parchemin enluminé, Florence, Bibliothèque Nationale

Beato FRA ANGELICO. Annonciation : Retable de de Cortone, 1433-1434, détrempe sur bois, 175 X 180, Cortone Museo diocesano

Beato FRA ANGELICO. Annonciation : Retable du Prado, 1430-1432, 154 X 194, Madrid, Musée du Prado

Beato FRA ANGELICO. Retable de l'Annonciation, 1440, 205 X 195, Santuario di Santa Maria delle Grazie, San Giovanni Valdarno

ROBERT CAMPIN. Retable de Mérode, v.1425, huile sur bois, panneau central : 64 X 63 ; ailes : 64 X 27, New York, The Metropolitan Museum of Art

mardi 5 mai 2009

Lien vers LA LÉGENDE DORÉE (Jacques de VORAGINE)

Beato FRA ANGELICO. Annonciation : Retable du Prado, 1430-1432, 154 X 194, Madrid, Musée du Prado


Texte de La Légende dorée (Legenda aurea, v.1261-1266, Jacques de VORAGINE) :
EXTRAIT :
L'ANNONCIATION DE NOTRE-SEIGNEUR

L'annonciation du Seigneur, est ainsi appelée parce que, à pareil jour, un ange annonça l'avénement du Fils de Dieu dans la chair. Il a été convenable que l’incarnation du Fils de Dieu fût précédée par l’annonciation de l’ange, et cela pour trois raisons : 1° pour conserver un certain ordre, savoir : afin que l’ordre de la réparation correspondît à l’ordre de la prévarication. Car de même que le diable tenta la femme pour l’amener au doute, du doute au consentement, du consentement à la chute, de même l’ange annonça à la Vierge pour l’exciter à la foi, par la foi au consentement et par le consentement à ce qu'elle conçût le Fils de Dieu ; 2° à raison du ministère de l’ange; car l’ange étant le ministre et le serviteur du Très-Haut, et la bienheureuse Vierge ayant été choisie pour être la mère de Dieu, il est de toute convenance que le ministre serve la maîtresse, il était donc juste que l’annonciation fût faite à la Sainte Vierge par le ministère d'un ange; 3° pour réparer la chute de l’ange. En effet puisque l’incarnation n'avait pas seulement pour objet de réparer la chute de l’homme, mais aussi de réparer la ruine de l’ange, les anges n'en devaient donc pas être exclus. Et comme la femme n'est pas exclue de la connaissance du mystère de l’Incarnation et de la résurrection, de même aussi le messager angélique ne le doit pas ignorer. Il y a plus, Dieu a annoncé à la femme l’un et l’autre mystère par le moyen d'un ange, savoir : l’Incarnation à la Vierge Marie et la résurrection à Marie-Madeleine.— La bienheureuse Vierge étant donc restée depuis la troisième année de son âge jusqu'à la quatorzième dans le temple avec les autres vierges, et ayant fait voeu de conserver la chasteté, à moins que Dieu n'en disposât autrement, Joseph la prit pour épouse après qu'il en eut reçu une révélation divine, et que son rameau eut reverdi, ainsi qu'il est rapporté plus au long dans l’histoire de la Nativité de la bienheureuse Marie. Il alla à Bethléem, d'où il était originaire, afin de pourvoir à tout ce qui était nécessaire pour les noces ; quant à Marie, elle revint à Nazareth dans la maison de ses parents. Nazareth veut dire fleur. « Ainsi, dit saint Bernard, la fleur voulut naître d'une fleur, dans une fleur, et dans la saison des fleurs. » Ce fut donc là que l’ange lui apparut et la salua en disant : Je vous salue, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre les femmes. Saint Bernard s'exprime ainsi : « L'exemple de Gabriel nous invite à saluer Marie, comme aussi le tressaillement de saint Jean ; ainsi que le profit que nous retirons du consentement de la Bienheureuse Vierge. » Mais ici, il convient de rechercher les motifs pour lesquels le Seigneur a voulu que sa mère se mariât. Saint Bernard en donne trois raisons : « Il fut nécessaire, dit ce Père, que Marie fût mariée avec Joseph, puisque 1 ° par là le mystère reste caché aux démons; 2° l’époux est le garant de la virginité ; 3° et la pudeur, comme la réputation de la Vierge, est sauve ; 4° c'était afin que l’opprobre fût effacé dans toutes les conditions de la femme, savoir, dans les mariées, les vierges et les veuves : trois conditions dans lesquelles se trouva la Vierge elle-même ; 5° afin qu'elle pût recevoir des services de son époux; 6° pour être une preuve de la bonté du mariage; 7° pour que la suite de sa généalogie fût établie par son mari. Or, l’ange lui dit Salut, pleine de grâce. Saint Bernard dit en expliquant ces mots : « La grâce de la divinité est dans son sein, la grâce de la charité dans son coeur, la grâce de l’affabilité dans sa bouche : dans ses mains la grâce de la miséricorde et de la largesse. » Il ajoute : « Elle est vraiment pleine; car de sa plénitude tous les captifs reçoivent rédemption ; malades, guérison ; tristes, consolation ; pécheurs, pardon ; justes, grâce ; anges, allégresse ; enfin toute la Trinité, gloire, le Fils de l’homme, substance de la chair humaine. » Le Seigneur est avec vous : « Avec vous est le Seigneur qui est Père, qui a engendré celui que vous avez conçu : le Seigneur Saint-Esprit, duquel vous avez conçu; et le Seigneur Fils que vous revêtez de votre chair. » Vous êtes bénie entre les femmes, c'est-à-dire, par dessus toutes les femmes, car en effet vous serez mère et vierge et mère de Dieu. Les femmes étaient sujettes à une triple malédiction d'opprobre, malédiction de péché et malédiction de supplice : la malédiction d'opprobre atteignait celles qui ne concevaient point, ce qui fait dire à Rachel : « Le Seigneur m’a tirée de l’opprobre où j'ai été ». (Genèse, XXX, 20) ; la malédiction du péché était pour celles qui concevaient : ce qui fait dire à David : « Voilà que j'ai été conçu dans les iniquités » (Ps. L). La malédiction du supplice affligeait celles qui enfantaient : il est dit dans la Genèse (III) : « Vous enfanterez dans la douleur. » Seule la Vierge Marie est bénie entre toutes les femmes ; elle dont la virginité est unie à la fécondité, dont la fécondité est unie à la sainteté dans la conception, et à la sainteté de laquelle vient se joindre la joie dans l’enfantement. Elle est pleine de grâces, au témoignage de saint Bernard ; pour quatre raisons, qui brillèrent en son esprit : ce furent la dévotion de l’humilité, le respect de la pudeur, la grandeur de sa foi, et le martyre de son coeur.

On ajoute : Le Seigneur est avec vous, pour quatre qualités qui resplendirent du ciel en sa personne (c'est encore la pensée de saint Bernard). Ce sont la sanctification de Marie, la salutation angélique, la venue du Saint-Esprit et l’Incarnation du Fils de Dieu. Il est dit encore : Vous êtes bénie entre les femmes, pour quatre autres privilèges qui, d'après saint Bernard, resplendirent en sa chair : elle fut la reine des vierges, féconde sans corruption, enceinte sans être incommodée, elle mit au monde sans douleur. — Aussitôt qu'elle eut entendu, elle fut troublée du discours de l’ange et elle examinait en elle-même ce que c'était que cette salutation. Elle fut donc troublée du discours de l’ange, mais non de son apparition, parce que la bienheureuse Vierge avait souvent vu des anges, mais elle ne les avait jamais entendu parler de cette manière. « L'ange, dit saint Pierre de Ravenne, était venu doux en apparence, mais terrible en ses paroles. Aussi celui dont la vue l’avait doucement réjouie, la troubla quand il parla. Le trouble qu'elle ressentit, dit saint Bernard, est l’effet de sa pudeur virginale ; si elle ne fut pas troublée outre mesure, elle le dut à sa force d’âme ; en se taisant et en réfléchissant, elle donnait une preuve de prudence et de discrétion.» Et alors l’ange la rassura et lui dit : « Ne craignez point, Marie, vous avez trouvé grâce auprès du Seigneur. » « Vous avez trouvé, ajoute saint Bernard, la grâce de Dieu, la paix des hommes, la destruction de la mort, la réparation de la vie. » — Voici que vous concevrez et que vous enfanterez un fils, et vous lui donnerez le nom de Jésus, c'est-à-dire, de Sauveur, car il sauvera son peuple de ses péchés. Il sera grand et sera appelé le Fils du Très-Haut. » Ce qui signifie, dit saint Bernard : celui qui est le grand Dieu, sera grand, c'est-à-dire, grand homme, grand docteur, grand prophète. » Alors Marie dit à l’ange : Comment cela se pourra-t-il faire, puisque je ire connais point d'homme ? c'est-à-dire, puisque je ne me propose pas d'en connaître. Elle fut donc vierge, d'esprit, de coeur et de propos délibéré. Mais voilà que Marie interroge ; or, qui interrogé, doute. Pourquoi alors n'y eut-il que Zacharie qui ait été frappé de mutisme ? Sur cela saint Pierre de Ravenne apporte quatre raisons : « Celui dit-il, qui connaît les cours, ne considère pas seulement les paroles, mais le fond même des coeurs, il a porté son jugement non pas sur ce qu'ils ont dit, mais sur ce qu'ils ont pensé. La cause par laquelle ils interrogent n'est pas pareille, leur espérance n'est pas la même. Marie a cru contre la nature, Zacharie a douté pour la nature. Celle-ci s'informe de l’enchaînement des faits ; l’autre prétend impossibles les choses que Dieu veut être faites. Celui-là, malgré es exemples qui l’y poussent, ne parvient pas à la foi ; celle-ci y accourt sans avoir de modèle. Elle admire qu'une vierge enfante et il contesta la conception. Marie ne doute donc pas du fait, mais elle en demande le mode et les circonstances : car comme il v a trois modes de conception, le naturel, le spirituel et le merveilleux, elle s'informe de quel mode elle doit concevoir. Et l’ange lui répondit en disant : Le Saint-Esprit viendra en vous, et lui-même opérera la conception en, vous. C'est pour cela que l’on dit : qui a été conçu, du Saint-Esprit, pour quatre raisons.

1° Pour montrer que c'est par l’ineffable charité divine que le Verbe de Dieu s'est fait chair : « Dieu a tellement aimé le monde, dit saint Jean (III), qu'il lui a donné son Fils unique. » C'est la raison qu'en donne le Maître des sentences (Pierre Lombard, évêque de Paris). 2° Pour faire voir qu'il y a ici une grâce accordée sans qu'elle eût été méritée, en sorte que quand on dit : qui a été conçu du Saint-Esprit, il reste démontré que c'est l’effet seulement d'une grâce qui n'a été précédée par aucun mérite de la part des hommes. Cette raison est de saint Augustin. 3° Pour montrer que c'est par la vertu et par l’opération du Saint-Esprit qu'il a été conçu. Cette raison vient de saint Ambroise. 4° Pour le motif de la conception, et cette raison est celle de Hugues de Saint Victor. Il dit que le motif de la conception naturelle, c'est l’amour du mari pour sa femme, et de la femme pour son mari : « Il en fut de même dans la Vierge, dit-il, parce que l’amour du- Saint-Esprit brûlait singulièrement dans son coeur, alors l’amour du Saint-Esprit opérait des merveilles dans sa chair. » Et la vertu du Très-Haut vous couvrira de son ombre. Ce qui s'explique ainsi d'après la glose: L'ombre se forme ordinairement de la lumière et d'un corps interposé : La vierge, aussi bien qu'un pur homme, ne pouvait prendre la plénitude de la divinité, mais la vertu du Très-Haut vous couvrira de son ombre, alors que dans Marie, la lumière incorporelle de la divinité a pris le corps de l’humanité, afin qu'ainsi il fût possible à Dieu de souffrir. Saint Bernard paraît toucher cette explication quand il dit : « Parce que Dieu est esprit, et que nous sommes l’ombre de son corps, il s'est abaissé jusqu'à nous afin que par le moyen de la chair vivifiée, nous voyions le Verbe dans la chair, le soleil dans le nuage, la lumière dans la lampe, et la chandelle dans la lanterne. » Voici comment saint Bernard explique encore ce passage : « C'est comme si l’ange disait : ce mode par lequel vous concevrez du Saint-Esprit, J.-C., la vertu de Dieu le cachera de son ombre dans son asile le plus secret, afin qu'il soit connu de lui et de vous seulement. C'est comme s'il disait encore : Pourquoi me demandez-vous ce que vous allez éprouver en vous-même? Vous le saurez, vous le saurez, oui, heureusement vous le saurez, mais, ce sera par L'entremise du docteur qui sera en même temps auteur. J'ai été envoyé pour annoncer la conception virginale, mais non pour la créer. Ou bien encore : il vous couvrira de son ombre, c'est-à-dire, il éteindra en vous l’ardeur du vice. » Et voici que votre cousine Elisabeth a conçu un fils dans sa vieillesse. L'ange dit : voici ; pour montrer qu'il avait opéré dans le voisinage une grande nouveauté. Il y a quatre causes pour lesquelles la conception d'Elisabeth est annoncée à Marie; elles sont de saint Bernard.

La première c'est le comble de l’allégresse, la seconde la perfection de la science, la troisième la perfection de la doctrine, la quatrième la condescendance de la miséricorde. Voici en effet les paroles de saint Jérôme : « La conception d'une cousine stérile est annoncée à Marie, afin de causer joie sur joie, alors qu'à un miracle vient se joindre un autre miracle : ou bien c'est qu'il était tout à fait convenable que la vierge apprit de la bouche de l’ange, avant de le connaître par un homme, une parole qui devait être divulguée, en tous lieux, afin que la mère de Dieu ne parût pas écartée des conseils de son fils, si elle restait dans l’ignorance des événements qui arrivaient si près d'elle sur la terre. Ou plutôt encore, Marie, instruite et de l’avènement du Sauveur, et de celui du Précurseur, quant au temps et à l’enchaînement des faits, pouvait dans la suite découvrir la vérité aux écrivains et aux prédicateurs de l’Evangile ; ou bien, afin que sachant que sa cousine déjà vieille et cependant enceinte, Marie qui était toute jeune encore, pensât à lui être utile, et donner au petit prophète Jean le moyen de faire sa cour au Seigneur et d'opérer, eu présence d'un miracle, un miracle plus admirable encore. » Plus loin saint Bernard dit : « O vierge, hâtez-vous de répondre. O ma dame, répondez une parole et recevez, le verbe, prononcez-vous et recevez la divinité, dites un mot qui ne dure qu'un instant et renfermez en vous l’éternel. Levez-vous, courez, ouvrez. Levez-vous pour prouver votre foi, courez pour montrer votre dévouement; ouvrez pour donner une marque de votre consentement. » Alors Marie, étendant les mains et tournant les, yeux vers le ciel : Voici, dit-elle, la servante dit Seigneur, qu'il me soit fait selon votre parole. Saint Bernard s'exprime ainsi: « On rapporte que les uns ont reçu le Verbe de Dieu dans l’oreille, les autres dans la bouche, et dans la main. Pour Marie elle 1'a reçu dans son oreille, par la salutation angélique; dans son coeur, par la foi; dans sa bouche, par la confession; dans sa main, par le toucher; dans son sein, par l’incarnation; dans son giron, quand elle le tenait dans ses bras, lorsqu'elle l’offrit : » Qu'il me soit fait selon votre parole. Saint Bernard explique ainsi ce passage : «Je ne veux point qu'il me soit fait en forme de parole vide et déclamatoire, ni en figure, ni en imagination ; mais je veux qu'il descende en moi par l’inspiration calme du Saint-Esprit, que sa personnalité prenne chair, et qu'il habite corporellement en mon sein. » Et aussitôt le Fils de Dieu fut conçu en ses entrailles ; il réunissait les perfections d'un Dieu et les perfections d'un homme, et dès le premier jour de sa conception,, il avait, la même sagesse, la même puissance que quand il atteignit l’âge de trente ans. Alors Marie partit, s'en alla vers les montagnes de la Judée chez Elisabeth et après qu'elle l’eut saluée, Jean, tressaillit, dans le sein de sa mère. La glose dit : Ne le pouvant faire avec la langue, il tressaille de coeur pour saluer J.-C. et commencer l’office de Précurseur. La sainte Vierge aida sa cousine, pendant trois mois, jusqu'à la naissance de saint Jean qu'elle leva de terre de ses mains ; comme on lit dans le Livre des Justes. Ce fut à pareil jour, dit-on, que dans le cours des temps, Dieu opéra quantité de merveilles racontées par un poète dans les beaux vers suivants :

Salve, festa dies, quae vulnera nostra coerces,
Angelus est missus, et passus in cruce Christus.
Est Adam factus et eodem tempore lapsus,
Ob meritum decimae cadit Abel fratris ab ense.
Offert Melchisedech, Ysaac supponitur aris.
Est decollatus Christi baptista beatus.
Est Petrus ereptus, Jacobus sub Herode peremptus.
Corpora Sanctorum cum Christo multa resurgunt.
Latro dolce tamen per Christum suscipit, amen *.

*Voici comme maistre Jean-Batallier traduit cette poésie :

le frère Iehan qui translatay ce liure les vueil aussi mettre en frâcays en la manière qui s’en suit.

Ie, te salue iour tressait
Qui nez plaies nous restrains.
Lange y fut envoie ce iour
Dieu y souffrit mort ce iour
A ce leur fut fait Adam home :
Et a ce tour mordit en la pomme.
Abel fut occis pour sa disme
De son propre frère mesmes.
Melchisedech offrit a lautel :

Abraham fist de Ysaac autel,
Et Herode par son meschief
Coppa a Baptiste le chief.
Pierre sa prison renua :
Et Herode iaqs tua.
Avecques Dieu sa compaignie
Suscita corps saintz grant partie,
Le larron qui eut en memoire
Ihesucrist, fust mis en sa gloyre.

Un soldat riche et noble (La chronique de Grancey intitulée Roue de fortune, commentée par le P. Viguier, raconte ce fait comme étant arrivé au fils du comte de Blammont lequel épousa la sixième fille de Grancey -- Cf. Paulin Paris, Cabinet historique, t. l, p. 135) renonçant au siècle, entra dans l’ordre des Cisterciens et parce qu'il ne savait pas les lettres ; les moines n'osant pas renvoyer chez les laïcs un si noble personnage, lui donnèrent un maître, pour savoir si par aventure il pourrait apprendre quelque chose et, par ce moyen, le faire rester chez eux. Mais après avoir reçu pendant bien du temps les leçons de son maître, il ne put apprendre rien absolument que ces deux mots : Ave Maria. Il les retint avec un tel amour que partout où il allait, en tout ce qu'il faisait, à chaque instant il les ruminait. Enfin il vient à mourir et il est enseveli avec les autres frères dans le cimetière : Or, voici que sur sa tombe pousse un lys magnifique et sur chaque feuille sont écrits en lettres d'or ces mots : Ave Maria. Tout le monde accourut pour contempler un si grand miracle. On retira la terre de la fosse et on trouva que la racine du lys partait de la bouche du défunt. On comprit alors avec quelle dévotion il avait répété ces deux mots, puisque Dieu le rendait illustre par l’honneur d'un si grand prodige (Thomas de Catempée, Denys le Chartreux, etc., rapportent aussi cette merveille).— Un chevalier, dont le castel était sur un grand chemin, dépouillait sans merci tous les passants. Cependant tous les jours il saluait la Vierge mère de Dieu et quelque empêchement qui lui survînt, il ne voulut jamais passer un jour sans réciter la salutation angélique. Or, il arriva qu'un saint religieux vint à passer par là et le chevalier dont il est question ordonna de le dépouiller aussitôt. Mais le saint homme pria les brigands de le conduire à leur maître parce qu'il avait quelques secrets à lui communiquer. Amené devant l’homme d'armés, il le pria de faire assembler toutes les personnes de sa famille et de son castel pour leur prêcher la parole de Dieu. Quand on fut réuni, le religieux dit : « Certainement vous n'êtes pas tous ici ; il manque encore quelqu'un. » Comme on l’assurait qu'ils y étaient tous : « Cherchez bien, reprit le voyageur, et vous trouverez qu'il manque quelqu'un. » Alors l’un d'eux s'écria que le camérier seul, n'était pas venu. Le religieux dit : « Oui, c'est lui seul qui manque.» On envoie aussitôt le chercher et il se plaça au milieu des autres. Mais en voyant l’homme de Dieu, il roulait des yeux affreux, agitait la tête comme un fou et n'osait s'approcher de plus près. Alors le saint homme lui dit : « Je t'adjure, par le nom de J.-C., de nous dire qui tu es et de découvrir en présence de l’assemblée le motif qui t'a conduit ici. » Et celui-ci répondit « Hélas ! c'est parce que je suis adjuré et bien malgré moi que je suis forcé de me découvrir : en effet je ne suis pas un homme, mais un démon qui a pris la figure humaine et je suis resté sous cette forme depuis quatorze ans avec ce seigneur : notre prince m’a envoyé ici pour observer avec le plus grand soin le jour qu'il ne réciterait pas la salutation à sa Marie, afin que je m’emparasse de lui et l’étranglasses aussitôt en mourant ainsi dans ses mauvaises actions, il aurait été des nôtres : car chaque jour qu'il disait cette salutation, je ne pouvais avoir puissance sur lui : de jour en jour je le surveille avec la plus grande attention et il n'en a passé aucun sans la saluer. » En entendant, cela le chevalier tomba dans une véhémente stupeur, se jeta aux pieds de l’homme de Dieu, demanda pardon et, dans la suite, il changea de manière de. vivre. Alors le saint homme dit au démon : « Je te commande, démon, au nom de N. S. J.-C., de t'en aller d'ici, et de ne plus revenir désormais en un lieu où tu auras l’audace de nuire à quiconque invoquera la glorieuse mère de Dieu. » Immédiatement après cet ordre, le démon s'évanouit et le chevalier laissa aller l’homme de Dieu libre, après lui avoir témoigné respect et remercîments (Un livre intitulé : Fleurs des exemples, rapporte cette légende comme extraite d’un Anselme qui a écrit un livre de Miracles, c. XV).

dimanche 3 mai 2009

RESSOURCES TEXTUELLES ET VISUELLES

MATTHIAS GRÜNEWALD. Résurrection de Jésus-Christ : Retable d'Issenheim (volet droit de la face intérieure), 1512-1515, 271 X 154, Colmar, Musée d'Unterlinden


1. Texte de la Bible de Jérusalem (© éditions du Cerf 1998) :
http://www.biblia-cerf.com/bj.php?type=orthodoxe

2. Traduction en français du Chanoine Augustin Crampon, 1928, édition numérique par Jesusmarie.com :
http://bible.catholique.org/

3. Traduction du Rabbinat (Zadoc Kahn, 1902) Ancien Testament bilingue hébreu-français & recherche par mot-clé :http://www.sefarim.fr/

4. Bible Louis Segond avec tables de concordances :
http://abu.cnam.fr/BIB/liste-LSG.html

5. Texte clémentin de la Bible Vulgate (Biblia Sacra Vulgatae Editionis, latin) :
http://www.thelatinlibrary.com/bible.html
http://www.biblegateway.com/versions/index.php?action=getVersionInfo&vid=4http://vulsearch.sourceforge.net/obtenir.htmlhttp://vulsearch.sourceforge.net/html/index.html

6. Vulgate clémentine (latin ; livre scanné) :
http://www.sacredbible.org/vulgate1861/index.htm

7. Nova Vulgata Bibliorum Sacrorum Editio (Nouvelle Vulgate, latin) :
http://www.vatican.va/archive/bible/nova_vulgata/documents/nova-vulgata_index_lt.html


8. Symboles bibliques :
http://www.interbible.org/interBible/ecritures/symboles/index.htm

9. Biblical Art on the WWW :
http://www.biblical-art.com/

10. Dictionnaire Encyclopédique de la Bible (Alexandre Westphal, protestant évangélique, 1932) :
http://456-bible.chez-alice.fr/westphal/index_a.htm

11. Atlas biblique :
http://456-bible.chez-alice.fr/westphal/5539.htm

12. Ressources textuelles et iconographiques variées :
http://www.lexilogos.com/bible.htm

13. : Christian Classics Ethereal Library : http://www.ccel.org/research

14. : Theology Network : http://www.theologynetwork.org/